Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
D'UR à aujourdhui
8/10
Partager cet article

Cette semaine, on procède au test de la nouvelle interface de la série UR-C, chez Steinberg : l’UR816C. Sortie en novembre dernier, elle fait partie de cette nouvelle gamme, présentée par le constructeur comme une mise à jour de sa série UR avec l’ajout d’innovations récentes : USB 3.1 sur port USB type C, et un DSP sans latence pour le monitoring et les effets.

On va donc faire le tour de la bête, qui consti­tue le haut de gamme, dans cette série spéci­fique, avec un prix de vente neuf à 659 € en moyenne. Si par ailleurs les trois autres appa­reils de la série C, l’UR22C, l’UR24C et l’UR44C, sont des mises à jour de modèles toujours en vente dans leurs anciennes itéra­tions, l’UR816C est plus une créa­tion origi­nale (même s’il existe dans d’autres séries chez Stein­berg des modèles simi­laires).

Présen­ta­tion

UR816C_2Le construc­teur alle­mand nous a habi­tués à des inter­faces qui respirent la soli­dité, et l’UR816C ne nous a pas déçus au débal­lage. C’est une unité rackable stan­dard 1U, avec un boitier métal­lique robuste. Stein­berg vante les nombreuses fonc­tion­na­li­tés de ce modèle, et son utili­sa­tion nomade, en parti­cu­lier pour l’en­re­gis­tre­ment de groupes en direct, ou la diffu­sion de musique live : de ce point de vue la robus­tesse est clai­re­ment un avan­tage, même si l’on regret­tera que l’UR816C ne présente pas une ergo­no­mie plus modu­lable entre le rack­mount et le desk­top, qui le rendrait plus adap­table à divers envi­ron­ne­ments de travail. Elle est livrée avec, bien entendu, son alimen­ta­tion, des oreilles pour rack et un câble USB-C <> USB

Au niveau des entrées, L’UR816C présente les mêmes connec­tiques combo XLR/jacks 6,35 mm symé­triques, de marque Neutrik, que les modèles 22, 24 et 44, mais en plus grands nombres : quatre entrées à l’avant, quatre à l’ar­rière. Sur chaque entrée, on retrouve égale­ment la même tech­no­lo­gie Yamaha : les préam­plis micro D-Pre, en classe A, déve­lop­pés par le construc­teur japo­nais pour certaines de ses tables de mixage.

Toutes les entrées peuvent four­nir une alimen­ta­tion fantôme +48V, et sont équi­pées d’un pad (avec bouton rétroé­clairé). Les deux premières entrées sont spéci­fiées « mic/Hi-Z », toutes les autres « mic/line ». Une petite parti­cu­la­rité est à noter : les LED qui indiquent le pic de satu­ra­tion sur les entrées s’al­lu­ment… avant le pic de satu­ra­tion, à – 3 dB. Cet usage un peu inha­bi­tuel est pensé pour préve­nir d’un risque de satu­ra­tion, avant qu’il n’ar­rive. Cela deman­dera proba­ble­ment un temps d’adap­ta­tion aux utili­sa­teurs.

UR816C_3À l’ar­rière, on trouve huit sorties ligne sur jacks 6,35 mm symé­triques, plus deux sorties prin­ci­pales qui permettent de connec­ter direc­te­ment des enceintes de moni­to­ring. Comme on peut s’y attendre pour une inter­face dans cette gamme de prix, des entrées/sorties MIDI, Word Clock et ADAT ou S/PDF optiques (à sélec­tion­ner avec l’ap­pli dspMixFx, conte­nue dans le bundle) sont aussi au rendez-vous : objec­ti­ve­ment un bon point pour l’UR816C. On peut ajou­ter à cela deux sorties casques, avec deux volumes sépa­rés, situées en façade comme il se doit, ainsi que deux commu­ta­teurs pour les fonc­tions Mute et Dim.

L’UR816C intègre des conver­tis­seurs travaillant à une fréquence d’échan­tillon­nage maxi­male de 192 kHz et à une réso­lu­tion de 32 bits. L’in­ter­face utilise la norme Super­Speed USB 3.1 Gen 1, avec une compa­ti­bi­lité vers la norme USB 2.0.

Quant au DSP embarqué — de type SSP 3 — il permet un moni­to­ring sans latence, mis en avant par le construc­teur, y compris pour les effets. Les nombreuses options de moni­to­ring sont contrô­lées soit dans Cubase, soit grâce à l’ap­pli­ca­tion dspMixFx, ce qui vous permet de béné­fi­cier des mêmes options que vous utili­siez le logi­ciel de Stein­berg ou non.

Place main­te­nant au Bench­mark, pour tester objec­ti­ve­ment les capa­ci­tés de l’ap­pa­reil…

Bench­mark

Avec la mémoire tampon réglée au mini­mum (32 échan­tillons), nous avons obtenu une latence de 2,52 ms en entrée et 2,28 ms en sortie (à 96 kHz). De très bons résul­tats.

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait des bench­marks avec notre fidèle APx515 d’Au­dio Preci­sion. Comme d’ha­bi­tude, nous publions les résul­tats obte­nus en THD et dévia­tion des voies, pour les entrées ligne et micro.

Cela vous permet de compa­rer les résul­tats à ceux obte­nus pour les autres inter­faces que nous avons déjà testées.

Commençons donc avec les entrées niveaux lignes : 

THD line

deviation line

Les mesures de THD sont très satis­fai­santes : avoi­si­nant les 0,002 %, il n’y a rien à redire à ces résul­tats. On souli­gnera seule­ment une THD encore meilleure dans le bas du spectre.

En revanche, on est un peu plus surpris par la mesure de la linéa­rité. En effet, on constate une dévia­tion qui avoi­sine les ±0,320 dB, à peu près entiè­re­ment située dans la plage de fréquence la plus élevée (à partir de 7 kHz).

On doit bien remarquer que ce résul­tat est d’une qualité légè­re­ment moindre que ce que l’on peut trou­ver dans des inter­faces simi­laires, chez les concur­rents. Ainsi, l’Audio­Fuse 8Pre, propo­sée par Artu­ria dans la même gamme de prix, avait assez récem­ment montré des résul­tats plus satis­fai­sants. Dans une gamme légè­re­ment infé­rieure, la Scar­lett 18i20 de Focus­rite, si elle offre moins d’op­tions d’E/S, nous avait égale­ment fait une meilleure impres­sion lors des mesures audio.

THD micro

deviation micro

Les résul­tats sont meilleurs sur les entrées micro : testés à 34 dB, on perçoit une THD infé­rieure aux entrées ligne, et une bien meilleure linéa­rité dans le haut du spectre. Spéci­fique­ment, nos mesures indiquent une dévia­tion maxi­male de 0,106 dB sur chaque voie, et la distor­sion harmo­nique totale est à peine au-dessus de 0,002 %. Toute­fois, là aussi, on est obligé de remarquer la dispa­rité entre les voies droites et gauche sur l’en­trée que nous avons testée (la 1) : dispa­rité de 0,001 % pratique­ment tout le long du sweep. On pourra donc se poser quelques ques­tions sur les tolé­rances mises en œuvre dans l’ap­pa­reil.

La sortie casque montre des résul­tats moins bons, comme c’est souvent le cas, avec une linéa­rité plus faible (±0,700 dB) avec une atté­nua­tion progres­sive dès 1 500 kHz, et un taux de distor­sion avoi­si­nant les 0,01 % lorsqu’elle est pous­sée à fond.

Bien sûr, aucun de ces résul­tats n’est insa­tis­fai­sant. Il faut raison garder : les dévia­tions mesu­rées sont très faibles et, à ce niveau de préci­sion, ne crée­ront pas de pertur­ba­tions audi­tives critiques. Toute­fois, indé­nia­ble­ment, les mesures que nous avons effec­tuées mettent en lumière de légères dispa­ri­tés que l’on ne s’at­ten­drait peut-être pas à trou­ver dans un appa­reil de cette gamme de prix.

Pour ce qui est du rapport signal/bruit, les résul­tats sont excel­lents, même si légè­re­ment moins bon que les deux autres inter­faces auxquelles nous compa­rions l’UR816C : 92 dB, contre 100 dB pour la Scar­lett et 107 dB pour l’Ar­tu­ria.

Conclu­sion

On peut résu­mer les quali­tés de l’UR816C en quelques points : multi­pli­cité des options d’en­trées et de sorties (analo­giques, MIDI, S/PDF, ADAT), nombreuses options de contrôle des réglages de l’in­ter­face (aussi bien dans le logi­ciel et l’ap­pli­ca­tion, qu’au niveau de l’in­ter­face elle-même) et construc­tion fiable. On remarquera que si les mesures sont un peu moins bonnes que chez certains concur­rents, on reste quand même dans une qualité tout à fait satis­fai­sante. Seul bémol, léger, le bundle est un peu limité (aucun instru­ment virtuel, par exemple) par rapport à ce que propose la concur­rence, et en consi­dé­rant ce que Stein­berg a en réserve dans ses bundles plus élabo­rés.

Tarif moyen : 663 €

  • UR816C_4
  • UR816C_6
  • UR816C_5
  • UR816C_1
  • UR816C_2
  • UR816C_7
  • UR816C_3
  • THD line
  • deviation line
  • THD micro
  • deviation micro

 

8/10
Points forts
  • Échantillonnage à 192 kHz et résolution 32 bits
  • Port USB 3.1
  • 2 entrées Hi-Z
  • 1 E/S ADAT ou S/PDF
  • 1 E/S MIDI
  • 1 E/S WordClock
  • Deux sorties casques
  • Une appli spécialement conçue pour l’interface
  • Une construction solide
Points faibles
  • Un bundle un peu léger
  • Une linéarité un peu moyenne sur les entrées lignes
  • Une sortie casque atténuée dans l’aigu

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.