Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
De la suite dans les iD
8/10
Partager cet article

Il y a un peu moins de deux ans, nous testions l’iD22, première interface audio de la marque anglaise Audient, plutôt connue pour ses consoles et préamplis micro. Le passage à l’outil informatique s’étant plutôt bien passé, les grands Bretons ont décidé d’emboîter le pas, avec une deuxième interface, plus petite et moins onéreuse. L’iD14 garde-t-elle les qualités de sa grande sœur ?

L’iD14 est bien une Audient, et il y a clai­re­ment un air de famille avec l’iD22 testée il y a presque deux ans. À l’ins­tar de sa grande sœur, la qualité de construc­tion est excel­lente et l’in­ter­face semble prête à encais­ser les coups grâce à sa carcasse en alumi­nium. Son poids nous semble parfait, assez consé­quent pour qu’elle reste bien ancrée sur le bureau et pas trop impor­tant pour que le trans­port ne soit pas pénible.

Des prises à leur place

Côté connec­tique, Audient semble avoir appris de ses erreurs et a eu cette fois-ci la bonne idée de placer la sortie casque et l’en­trée instru­ment sur la face avant (c’était un des points faibles de l’iD22). Aussi, les Anglais ont augmenté le nombre de LEDs permet­tant de visua­li­ser les niveaux (2×8 contre 2×4 sur l’iD22). L’iD14 n’est donc pas une iD22 au rabais, la petite se permet­tant de corri­ger certaines erreurs de sa grande sœur. Nous saluons donc Audient qui semble être à l’écoute des critiques.

Audient iD14

Il n’y a en revanche toujours de pas de switch on/off, mais cela est ici moins critique, car l’iD14 peut être alimen­tée par l’USB (sauf si vous comp­tez utili­ser l’ali­men­ta­tion fantôme) et elle s’étein­dra donc auto­ma­tique­ment lorsque votre ordi­na­teur ira faire dodo.

À l’ar­rière de l’in­ter­face, on retrouve les deux entrées au format combo XLR/Jack TRS afin d’ac­cep­ter des niveaux lignes et micros. Les deux sorties permet­tant de bran­cher vos enceintes se trouvent juste à côté et sont quant à elles au format Jack TRS. Enfin, bonne surprise, une entrée ADAT est dispo­nible juste à côté du connec­teur USB, ce qui est une très bonne nouvelle pour ceux dési­rant rajou­ter plus tard (ou pourquoi pas main­te­nant, soyons fous) un préam­pli afin de haus­ser le nombre d’en­trées micro dispo­nibles ! D’ailleurs, Audient propose l’ASP880 qui semble parfait pour jouer ce rôle. On appré­cie vrai­ment cette possi­bi­lité d’évo­lu­tion, surtout sur une inter­face aussi compacte.

Aux commandes

Audient iD14

La partie supé­rieure de l’iD14 est assez simple à appri­voi­ser. Les deux préam­plis micros disposent chacun d’un potard de gain et d’un sélec­teur acti­vant l’ali­men­ta­tion fantôme 48 V. Le reste (oppo­si­tion de phase, PAD et coupe-bas) sera doré­na­vant logi­ciel, ce qui est compré­hen­sible vu la taille de l’in­ter­face, et pas vrai­ment gênant en pratique.

Sur la partie droite, on aperçoit le gros enco­deur rota­tif cranté et cliquable permet­tant de contrô­ler les volumes des enceintes et du casque, mais aussi plein d’autres choses grâce au mode « iD ». En effet, ce dernier nous laisse choi­sir entre plusieurs actions. Le Scroll­Con­trol permet­tra d’uti­li­ser l’en­co­deur comme une molette de souris. Ainsi, une fois le curseur de votre souris/track­pad placé au-dessus d’un potard virtuel, l’en­co­deur permet­tra de modi­fier la valeur de celui-ci. Certains pour­ront trou­ver ça plus natu­rel que la molette de la souris ou le défi­le­ment « à deux doigts » du track­pad. Une bonne idée toute simple comme on les aime. Si cette fonc­tion ne vous plait pas, vous pour­rez toujours utili­ser ce bouton iD pour acti­ver le mode mono, mono+­po­la­rity (annule ce qu’il y a au centre du mix), le dim (-15 dB) ou encore le talk­back (il ne vous restera plus qu’à choi­sir la source pour le micro). Nous avons donc accès à diffé­rents contrôles très pratiques, que ce soit pendant l’en­re­gis­tre­ment (talk­back) ou le mixage (mono, mono+­po­la­rity et dim).

On a pas iD

Pas trop de surprises non plus côté logi­ciel, car on se retrouve devant la même chose que l’iD22. Ce n’est pas plus mal, car cette petite console virtuelle nous avait bien plu. C’est joli et fonc­tion­nel, et il n’y a pas grand-chose à redire.

Audient iD14

On retrouve les deux entrées analo­giques, les entrées numé­riques et les retours logi­ciels. Pour chacun on dispose de réglages du pano­ra­mique, et d’un envoi vers le bus « Cue » qui est un mix alter­na­tif géné­ra­le­ment destiné au musi­cien via la sortie casque. On dispose pour les entrées d’un solo, d’un mute, d’un boost de 10 dB (mais numé­rique) et d’un inver­seur de phase.

La section Master repré­sente les deux potards de volume (enceintes et casque) ainsi que les boutons mono, inver­sion de phase et talk­back. Dans le panneau « chan­nel view » on pourra simpli­fier visuel­le­ment la petite console en masquant certaines entrées (analo­giques, numé­riques ou les retours STAN). Enfin, on retrouve un Master pour le mix « Cue » et un bouton Solo afin d’écou­ter rapi­de­ment le mix que vous allez envoyer à votre musi­cien.

On termine enfin avec la partie « system » permet­tant de choi­sir entre l’ADAT et le S/PDIF pour l’en­trée numé­rique, la source pour l’hor­loge numé­rique, la source pour le talk­back, et le canal pour le mode mono (L, R ou C). Pour les sorties enceintes et casque, on pourra aussi choi­sir la source (mix main, cue ou le retour de votre STAN). Pour termi­ner, vous pour­rez enre­gis­trer et rappe­ler votre config simple­ment via les boutons save et load.

Vous l’au­rez compris, la partie logi­cielle est très plai­sante et complète. En plus, le manuel est très bien fait, ce qui ne gâche rien.

Bench­mark

Une fois l’iD14 raccor­dée à notre MacBook Pro, nous avons réglé la mémoire tampon au mini­mum (32 échan­tillons) afin d’ob­te­nir la meilleure latence : 2,93 ms en entrée et 2,59 ms en sortie (en 96 kHz). Ces résul­tats sont plutôt bons pour une inter­face USB, même si forcé­ment un peu moins que les dernières inter­faces Thun­der­bolt que nous avons eues entre les mains…

Afin de tester l’in­ter­face, nous avons fait des bench­marks avec notre APx515 d’Au­dio Preci­sion, et nous allons pouvoir compa­rer les résul­tats à ceux obte­nus avec les inter­faces précé­dem­ment testées.

Voici les résul­tats avec les niveaux lignes, en 96 kHz :

Audient iD14

Avec une dévia­tion de ±0,116 dB, l’iD14 a un score qui reste loin des ténors du genre (plutôt aux alen­tours de ±0,03/0,05 dB), presque iden­tique à la Focus­rite Scar­lett Solo qui coûte moins de 100 €, mais globa­le­ment bien meilleur que le reste des entrées de gamme que nous testons géné­ra­le­ment (plutôt aux alen­tours de ±0,5 dB). Le score nous semble donc honnête, mais sans plus, la petite Scar­lett étant assez excep­tion­nelle à ce niveau pour le prix.

Audient iD14

Du côté de la distor­sion, elle est très bonne dans le bas du spectre, et remonte un peu dans le haut. Dans sa globa­lité, c’est honnête encore fois, sans crever le plafond non plus. Les inter­faces d’en­trée de gamme oscil­lent entre 0,01 et 0,02 % et les meilleures restent géné­ra­le­ment sous la barre des 0,002 %.

Les préam­plis inté­grés disposent d’un gain de 56 dB (plus un boost de +10dB logi­ciel), ce qui est bien.

Audient iD14

Heureu­se­ment, Audient sait faire des préam­plis, et ça se voit. Côté dévia­tion, avec le gain réglé sur 34 dB, on a quasi­ment le même résul­tat que pour les entrées ligne, avec ±0,122 dB. Les préam­plis équi­pant l’iD14 sont donc trans­pa­rents, ce qui est une très bonne chose.

Audient iD14

Pour la distor­sion, c’est un peu la même histoire, avec des résul­tats très proches des entrées lignes. Ceci nous confirme que la marque anglaise sait ce qu’elle fait quand il s’agit de préam­pli­fi­ca­tion.

Avec un rapport signal/bruit de 100 dB lorsque le gain est réglé sur 34 dB, on peut dire que les préam­plis soufflent peu, et sans pour autant riva­li­ser avec les Apollo 8 ou MOTU 1248 que nous avons testées derniè­re­ment (108 dB), elle reste dans le haut du panier. Pour une inter­face coûtant envi­ron 270 € en maga­sin, c’est plutôt un bon résul­tat !

Pour résu­mer cette séance de bench­mark, on peut dire que l’iD14 est doté de conver­tis­seurs « bons mais sans plus » et de préam­plis silen­cieux et trans­pa­rents.

Conclu­sion

Pour envi­ron 270 €, Audient nous propose une inter­face solide, pratique, peu encom­brante, dotée de préam­plis silen­cieux et trans­pa­rents et d’une entrée numé­rique. La console virtuelle est vrai­ment jolie et très simple à utili­ser, et le format desk­top permet d’ac­cé­der faci­le­ment à l’en­co­deur, aux potards et aux boutons, notam­ment le très pratique petit « iD ». L’iD14 a le bon goût de corri­ger les quelques défauts de l’iD22 que nous avions recen­sés lors de son test, comme le nombre de LEDs sur le vumètre ou encore l’em­pla­ce­ment des sorties casque et entrée instru­ment. Vous l’au­rez compris, il ne reste plus grand-chose à redire à propos de l’iD14, mise à part le manque de trai­te­ment interne (bien que pour le prix…) et l’obli­ga­tion de la bran­cher sur le secteur afin de profi­ter de l’ali­men­ta­tion fantôme. Si vous cher­chez une inter­face audio USB dotée de deux préam­plis et que votre budget vous permet d’al­ler un peu plus loin que l’en­trée de gamme, l’iD14 peut être une bonne solu­tion durable.

Télé­char­gez les bench­marks micro et ligne

  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14
  • Audient iD14

 

8/10
Points forts
  • Robustesse et qualité de fabrication
  • Mignonne
  • Bon nombre de LEDs
  • Boutons rétro-éclairés
  • Simple à utiliser
  • Format desktop
  • Le bouton iD
  • Une entrée ADAT
  • Alimentée par USB (si pas d’alim fantôme)
  • Préamplis silencieux et transparents
  • Console virtuelle jolie et pratique
  • Documentation et manuel très complets
  • Bonne stabilité des drivers
Points faibles
  • Pas de traitements (EQ, réverbe) interne
  • Bloc secteur obligatoire pour l’alimentation fantôme
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.