Audient Nero
+
Audient Nero

Nero, Contrôleur de monitoring de la marque Audient.

Neuf à partir de 416 € Prix moyen : 425 €
test Nero prend le contrôle

Test du contrôleur de monitoring Audient Nero

  • Réagir
  • 2 réactions
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail

Fraîchement arrivé sur notre banc d’essai, voici le nouveau contrôleur de monitoring proposé par Audient : une interface format desktop dont la marque vante à la fois les options multiples et la qualité sonore. Nous l’avons donc mise à l’épreuve.

Audient met particulièrement en avant, sur ce produit, le rapport entre une grande quantité d’options (paramétrables pour certaines) et une qualité sonore assurée par leur technologie d’atténuation ultra précise, déjà employée dans certaines de leurs consoles. On a donc, dans un premier temps, exploré les fonctions de l’appareil et, dans un second temps, nous l’avons passé au banc d’essai, pour voir si le Nero tenait ses promesses.

Première prise en main

Première chose à noter : au point de vue de la construction, c’est élégant et solide, pas trop gros, pas lourd. On a trouvé que la construction donnait confiance en la longévité du produit (en tout cas, pour ce qui est de sa carlingue tout métal). Pour ce qui est du design, le Nero ne dépare pas de la ligne d’ensemble chez Audient : sobriété, simplicité.

Audient Nero : NERO FrontFaisons le tour des entrées : pour ce qui est de l’analogique, on a quatre entrées : en commençant à droite, deux entrées stéréo niveau ligne (SRC 1 et SRC 2), puis une autre dédiée au Cue mix (mix différent du mix général, souvent utilisé pour le monitoring par les musiciens durant l’enregistrement) ; située entre les deux, on trouve une entrée auxiliaire aux formats cinch (RCA) et mini-jack (les deux connectiques sont pour une seule entrée). On sent que l’entrée mini-jack a été pensée pour pouvoir brancher un lecteur nomade rapidement, sans avoir à prévoir d’adaptateur. Plutôt pratique si un musicien de passage dans le studio veut faire entendre une démo sur son téléphone, par exemple…

Du côté du numérique, deux entrées : une S/PDIF coaxiale et une optique (OPT). Une variété d’options qui permet à Audient de faire un peu mieux que Drawmer ou PreSonus dans une gamme de prix relativement similaire.

Pour sélectionner ces entrées, sur le panneau de contrôle, on trouve quatre boutons rétro-éclairés en orange « inputs » : SRC 1, SRC2, CUE et ALT. Presser le bouton ALT renvoie à un second sélecteur (en haut à gauche) qui permet de choisir l’entrée alternative : AUX, COAX ou OPT. Cette entrée ALT à un potentiomètre de volume d’entrée indépendant (bien pratique pour homogénéiser le volume d’un élément extérieur à votre set-up).

Maintenant, passons aux sorties : trois sorties stéréo pour enceintes : une sortie principale (MAIN) et deux sorties alternatives (ALT 1 et 2). Chacune de ces sorties se couple potentiellement à une sortie Sub assignable. On trouve aussi quatre sorties casques, réparties entre le panneau frontal (HP1) et arrière (HP2-4). Chaque sortie casque possède son propre potentiomètre de volume, ainsi qu’un bouton « SRC » qui permet de sélectionner l’entrée qui sera diffusée dans le casque (possibilité, par exemple, d’envoyer le mix Cue au casque d’un chanteur enregistrant sa partie vocale). Lorsqu'aucune source n’est sélectionnée sur la sortie HP1, celle-ci diffuse par défaut l’entrée sélectionnée pour les sorties enceintes.

Audient Nero : NERO RearLe Nero présente aussi les options habituelles de contrôle du volume général : une fonction mute (CUT), atténuée (DIM, avec un niveau d’atténuation programmable) et un volume général de sortie qui bénéficie de ce qu’Audient nomme sa technologie « Precision Matched Attenuation », qui est censée garantir une tolérance très faible dans l’équilibrage des voies (nous verrons cela au moment des tests). C’est le seul élément de traitement du signal qui soit actif, pour ce qui est des voies analogiques. Le bouton de volume général n’est pas très gros, on aurait peut-être préféré un format qui le rende plus précis. Toutefois, l’indicateur de décibels à LED vient, en partie, rattraper cette limite.

Pour compléter l’ensemble, une fonction talkback est sélectionnable, soit depuis un micro intégré, soit depuis une entrée micro XLR située à l’arrière. Cette entrée dispose d’une alimentation fantôme en option, et d’un un réglage de gain dédié. Le Nero offre aussi la possibilité de router le micro de talkback vers un mix casque spécifique. On trouve également, dans la partie inférieure droite un bouton POL, qui permet d’inverser la polarité d’une des deux enceintes sélectionnées à ce moment-là, pour effectuer des contrôles de phase, et un bouton mono. La combinaison des deux permet de réaliser des contrôles par soustraction.

Maintenant qu’on a fait un tour à peu près exhaustif des possibilités de l’instrument, procédons aux tests pour voir les résultats en action.

Benchmark

Afin de tester l’interface, nous avons fait des benchmarks avec notre fidèle APx515 d’Audio Precision. Comme d’habitude, nous publions les résultats obtenus en THD, rapport signal-bruit, et déviation des voies.

Étant donné la fonction de l’appareil (qui est d’interconnecter) nous avons essayé de réaliser un nombre maximum de tests qui permettent de bien refléter différents usages du Nero. Voici pour commencer les résultats mesurés en envoyant un sweep (20 Hz - 20 kHz) dans l’entrée SRC1 et en mesurant à la sortie MAIN. Le potentiomètre de volume est réglé de façon à obtenir 0dB.

Nero PHOTO 1On voit donc une parfaite ligne droite, avec une déviation maximum, mesurée sur la voie gauche, de 0,020 dB. Résultat excellent donc, avec une THD tout aussi remarquable : 

Nero PHOTO 20,0015% de moyenne, il n’y a rien à ajouter. Le rapport signal bruit mesuré sur la piste est de 101,5 dB.

Si l’on change l’entrée, en envoyant le sweep dans CUE, on obtient des résultats similaires : 

Nero PHOTO 3La déviation est encore plus faible (0,013 dB), et un résultat signal-bruit similaire. On remarque seulement un résultat en THD un peu plus élevé dans les fréquences aigües : 

Nero PHOTO 4Mais j’avoue qu’à ce niveau de transparence sonore, on chipote un peu.

Je voulais vérifier la nervosité de la machine en régime impulsionnel :

Nero PHOTO 5Là non plus, il n’y a rien à redire.

Par exhaustivité j’ai ensuite testé différentes entrées avec différentes sorties : tous les résultats étaient les mêmes, pas besoin de les reproduire ici. L’entrée AUX présente une THD légèrement plus élevée : 

Nero PHOTO 6Et un rapport signal bruit mesuré autour de 85 dB. Passons donc maintenant au sub :

Nero PHOTO 7On voit ci-dessus les résultats en THD de la sortie Sub, mesure réalisée en envoyant un sweep de 20 Hz à 1 kHz dans l’entrée SRC 1 : 0,002% de moyenne, c’est plus que satisfaisant. Le rapport signal-bruit mesuré est de 77,50 dB et aucune déviation n’est à signaler : 

Nero PHOTO 8Pour conclure ce test, faisons un tour par les sorties casques. J’ai effectué des mesures sur les sorties HP1 et 2, absolument identiques. Je ne reproduis ici que les mesures sur HP1 :

Nero PHOTO 9

Nero PHOTO 10C’est le seul moment, dans ces tests, où j’ai constaté un résultat un peu moins qualitatif : ici, le test est réalisé en envoyant un sweep dans l’entrée Cue. Restons sereins malgré tout, il s’agit d’une baisse de moins de 1 dB de 2 à 20 kHz : pour une sortie casque atténuée, on reste sur un bon résultat.

Conclusion

On l’aura compris à la lecture de ce test, le contrôleur Nero est un appareil enthousiasmant. En premier lieu par ses fonctionnalités diverses, qui vont de la simple sélection d'enceintes de monitoring à la mise en mémoire (d’assignation de Sub ou de niveau d’atténuation par exemple) qui facilite fortement le travail en studio. Deuxièmement par ses qualités sonores irréprochables : on s’attend, à voir les mesures, à un appareil qu’on n’entend pas dans la chaîne sonore. La linéarité de l’atténuation est remarquable. Par rapport aux concurrents que nous avions testés, le Mackie Big Knob Passive et le PreSonus Monitor Station V2, le Nero s’en sort mieux lors des tests. De plus, ce contrôleur offre plus de fonctions et plus de sorties que la Big Knob Studio… mais il faut également prendre en considération le fait que son prix moyen neuf est presque le double de celui du Mackie. Il est également presque 50% plus élevé que celui du Monitor Station 2. Pour autant, dans les contrôleurs de monitoring sur le marché, on reste encore en milieu de gamme : on est donc face à un produit plus cher que les produits « vendeurs » du marché mais qui représente un vrai saut qualitatif, d’un point de vue sonore.

  • Audient Nero : NERO Front
  • Audient Nero : NERO Top@0,5x
  • Audient Nero : NERO Rear
  • Nero PHOTO 1
  • Nero PHOTO 2
  • Nero PHOTO 3
  • Nero PHOTO 5
  • Nero PHOTO 6
  • Nero PHOTO 7
  • Nero PHOTO 8
  • Nero PHOTO 9
  • Nero PHOTO 10

 

Notre avis :
Points forts Points faibles
  • Excellents résultats sonores
  • Prise en main simple
  • 6 entrées en tout
  • 3 sorties + sub assignable
  • 4 sorties HP assignables
  • Fonction DIM paramétrable
  • Fonction d’inversion de polarité + mono
  • Prix un peu élevé
  • Bouton volume général petit
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail