Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Abbey Road 70s Drums
Photos
1/7

Test Native Instruments Abbey Road 70s Drums

Batterie virtuelle de la marque Native Instruments appartenant à la série Abbey Road

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 99 € TTC
On the Abbey Road again

Nous avions testé la banque de sons de batterie Abbey Road 60s il y a un an de cela, et entre temps, l’éditeur Native Instruments a remis le couvert en sortant une version 70s, 80s et Modern Drums. L’abbé rôde toujours…

Même si les Beatles se sont sépa­rés à la fin des sixties, le studio Abbey Road, qui a vu naître leurs plus grands chefs d’œuvre, subsiste toujours et a vu passer entre ses murs une ribam­belle d’ar­tistes durant ces quatre dernières décen­nies. La banque Abbey Road 60's nous avait vrai­ment convain­cus et c’est donc avec un inté­rêt certain que nous vîmes débarquer les versions 70s, 80s et Modern Drums.

Le concept est le même, seules les décen­nies changent. Nous avons donc droit, pour chaque banque de sons propo­sée à 99€, à deux kits de batte­rie complets repré­sen­ta­tifs de la période enre­gis­trée avec une jolie collec­tion de maté­riel d’époque (console, compres­seurs, égali­seurs, micros, préam­plis, etc.), le tout dans un studio mythique… De quoi faire sali­ver bon nombre de home-studistes !

Nous recom­man­dons à nos lecteurs de lire (ou relire) le test de la banque 60’s. Car avec ces trois nouvelles banques, le prin­cipe est le même, et le logi­ciel (Kontakt ou Kontakt Player) reste iden­tique. Nous avons donc grosso modo les mêmes fonc­tion­na­li­tés que dans la 60’s, même si Native Instru­ments nous laisse quelques surprises à décou­vrir…

Mais commençons par le commen­ce­ment, glis­sons-nous dans notre panta­lon à pattes d’élé­phant et lançons la version 70’s !

Batte­rie cherche bonne âme

 

Native Instruments Abbey Road

Pas de surprises à l’ou­ver­ture, on retrouve la même inter­face que pour la 60’s, seuls les dessins repré­sen­tant les batte­ries changent. Nous retrou­vons donc nos deux kits, « The Open Kit », qui n’est autre qu’une Ludwig Vista­lite Tequila Sunrise de 1972 avec une grosse caisse de 26 pouces, trois toms de 14, 16 et 18 pouces, deux caisses claires de 14 pouces (au choix : une Ludwig Supra-Phonic ou une Premier 2000) profi­tant de l’acous­tique de la grande pièce du Studio Two d’Ab­bey Road. On va avoir de la room ! Côté cymbales, que de la Paiste (trois crash, une ride et un char­ley). Le deuxième kit dénommé « Tight Kit » se veut plus sec et est composé d’une batte­rie Premier des années 70 avec une grosse caisse de 22 pouces, trois toms de 13, 14 et 16 pouces, deux caisses claires de 14 pouces (une Ludwig et une Maple Shell), un char­ley et 4 cymbales Zildjian (dont une Pang). Elle fut aussi enre­gis­trée dans le Studio Two, mais avec cette fois-ci des panneaux acous­tiques afin d’avoir un son moins réver­béré et plus punchy. Les deux kits sont donc a priori complé­men­taires.

Le tout a été enre­gis­tré avec une table de mixage EMI TG MKIII, un magné­to­phone 16 pistes à bande 2 pouces, des conver­tis­seurs Prism ADA-8 et un parc de micros de la mort (Neumann U 67, M 50 et U 47 FET, AKG D 30, D 20 et D 19, Beyer M 160 et compa­gnie). La liste complète est dispo­nible sur cette page.

La  banque 70’s se diffé­ren­cie des autres Abbey Road Drums, grâce à une confi­gu­ra­tion de micro alter­na­tive pour le kit Ludwig (« l’Open Kit »), repre­nant la tech­nique déve­lop­pée par l’in­gé­nieur du son Glyn Johns, qui a travaillé avec pas mal d’ar­tistes et pas des moindres : les Beatles, Bob Dylan, Led Zeppe­lin, les Who, les Clash, et bien d’au­tres… Glyn Johns n’uti­li­sait que quatre micros : une paire pour les overhead, un pour la grosse caisse et un dernier pour la caisse claire. Le son résul­tant est très ouvert, et profite bien de la très belle acous­tique du studio Two d’Ab­bey Road. Concer­nant les diffé­rentes confi­gu­ra­tions micro, on aura en plus des micros directs, avec notam­ment deux pour la caisse claire (au-dessus et en dessous) et deux pour la grosse caisse (à l’in­té­rieur et l’ex­té­rieur), un overhead mono et des micros pour la pièce (Room). De quoi avoir un son moderne ou plus vintage, au choix.

 

00:0000:00

 

Native Instruments Abbey Road

Côté tech­nique, la banque pèse pas moins de 6,3 Go (14 Go décom­pres­sés), est enre­gis­trée en 24-bit/44,1 kHz, contient 29 000 samples et jusqu’à 30 couches de vélo­cité par élément et 6 varia­tions par couche. On note aussi la présence de samples sépa­rés pour la main gauche et la main droite sur la caisse claire, le char­ley et les toms. Seul bémol, tout comme pour la version 60’s, aucun fichier MIDI n’est livré avec la banque. En revanche, le logi­ciel est compa­tible Gene­ral MIDI, V-Drums, DrumIt Five, EZPlayer, BFD, iMap et Addic­tive Drums. Il suffira de sélec­tion­ner le bon preset de mapping.

Pour tester ces banques de son, nous avons utilisé des fichiers MIDI prove­nant des packs Song­wri­ters de Toon­track. Les deux kits nous ont semblé très complé­men­taires et utili­sables aussi bien dans un contexte moderne que vintage, de la ballade inti­miste au bon gros rock, suivant le mixage utilisé : plus ou moins de micros, de room, un overhead mono ou stéréo… L’Open Kit sonne vrai­ment énorme avec la grande pièce du Studio Two et les deux caisses claires ont chacune leur carac­tère. Voici six exemples audio vous permet­tant de juger :

 

70s Tight Kit Dry
00:0000:58
  • 70s Tight Kit Dry00:58
  • 70s Tight Kit Snare 100:27
  • 70s Tight Kit Snare 200:27
  • 70s Open Kit Huge Room00:31
  • 70s Open Kit Snare 100:27
  • 70s Open Kit Snare 200:27

 

Et comme chez Audio­Fan­zine, on pense aux home-studistes, nous avons aussi exporté toutes les pistes d’une séquence d’une minute au format wav 24-bit, afin que vous puis­siez les impor­ter dans votre séquen­ceur et écou­ter tous les éléments sépa­ré­ment, voir commen­cer à mixer… Nous avons dû en revanche choi­sir à votre place pour la caisse claire.

 

Native Instruments Abbey Road

Abbey Road – 70s Open

Abbey Road – 70s Tight


  • Les kits de batte­rie complé­men­taires
  • Le maté­riel audio utilisé pour faire les prises
  • Le son
  • Le prix
  • Nombre d’ar­ti­cu­la­tions et de couches de vélo­cité
  • Rando­mize effi­cace
  • Pas de fichiers MIDI

 

Le dernier arrivé est fan de Phil Collins

 

Native Instruments Abbey Road

La banque de son 80's a fait logique­ment son appa­ri­tion quelques mois après la 70's, et a annoncé la couleur avec un son très typé utili­sant les méthodes de mixage et de prise de son qui ont marqué une époque fina­le­ment très riche en expé­ri­men­ta­tions sonores. L’in­ter­face graphique reste presque inchan­gée et deux kits de batte­rie ont été utili­sés pour enre­gis­trer tous les samples : « The Black Kit » est une Yamaha 9000 datant du milieu des années 80 équi­pée d’une grosse caisse de 24 pouces et de 4 toms de 12, 13, 14 et 18 pouces, le tout enre­gis­tré dans le studio 3 d’Ab­bey Road, « The Chrome Kit » est une Slin­ger­land Magnum dont les 4 toms (de 13, 14, 15 et 16 pouces) ne possèdent pas de peau de réson­nance, à la mode des 80’s ! Côté caisses claires, on en retrouve deux de 14 pouces sur la Yamaha 9000 : Gretsch en érable et Ludwig en cuivre, et trois 14 pouces pour la Slin­ger­land : Pearl en érable, une profonde (10 pouces !) Ludwig en bois et une Slin­ger­land chro­mée. Pour les cymbales, ce n’est que du Zildjian pour la Yamaha (5 au total : deux crash, une china, une ride et une splash, mais un char­ley Sabian !) et un mélange Sabian (les crash et la ride) et Zildjian (China, Splash et char­ley) pour la Slin­ger­land. Niveau micros, on a notam­ment du Senn­hei­ser MD 421 sur les toms, des AKG 414 ou SM 57 sur les caisses claires et des Neumann U 87 en Overheads et Room. On note la présence du fameux STC 4021 en deuxième Overhead.

Native Instruments Abbey Road

Le tout a été enre­gis­tré sur un magné­to­phone 24 pistes à bandes de 2 pouces Studer A820, avec des préam­plis Neve Air Mont­ser­rat et 1081, des limi­teurs EMI TG12413 et des conver­tis­seurs Prism ADA-8. Comme d’ha­bi­tude, du beau monde et pas d’ana­chro­nisme en vue (mis à part le conver­tis­seur bien sûr !). La banque est un peu plus grosse que la 70’s : 19,8 Go décom­pres­sés occu­pés par plus de 40 000 samples en 24-bit/44,1kHz. Chaque élément peut avoir jusqu’à 27 couches de vélo­cité et 6 varia­tions (round robin).

Mais là où se démarque la banque 80's, c’est avec sa fameuse prise d’am­biance « gatée » qui donne ce son si parti­cu­lier. Un fois le gate bien réglé, ce dernier coupe les queues sur la prise d’am­biance et on peut ainsi avoir un très gros son qui reste compact. Dans cette banque de son, deux prises d’am­biance (une mono et une stéréo) on été enre­gis­trées grâce à une réplique du compres­seur du circuit Talk Back qui inté­grait la console SSL E-Series. Ce dernier est assez agres­sif de par sa fonc­tion première et donne cette fameuse couleur au son d’am­biance. On pourra régler soi-même quelques para­mètres du gate via la page idoine, ce qui est une très bonne chose. Pour les novices, sachez que les réglages restent assez simples et qu’il existe de toute manière des presets très bien faits. Sur la page dédiée au gate, on pourra donc régler le niveau de ce dernier sur la grosse caisse, la caisse claire, les toms, les percus­sions et les cymbales. On dispose d’une enve­loppe AHD (Attack, Hold et Decay), et l’on pourra ajus­ter les niveaux géné­raux des gates mono et stéréo.

 

Native Instruments Abbey Road

Tout comme pour la 70's, nous avons utilisé des fichiers MIDI signés Toon­track. Voici des exemples audio permet­tant d’écou­ter les deux kits avec toutes les caisses claires dispo­nibles, mais aussi le Black Kit avec la fameuse ambiance gatée. Nous avons vrai­ment été convain­cus par les sons de ces deux kits, et les trois caisses claires du Chrome Kit se complètent vrai­ment bien. Le son reste quand même très moderne avec des grosses caisses assez « rentre dedans », de quoi donner une couleur 80’s dans des produc­tions très actuelles.

 

 

 

80s Chrome Kit Room Snare 1
00:0000:27
  • 80s Chrome Kit Room Snare 100:27
  • 80s Chrome Kit Room Snare 200:27
  • 80s Chrome Kit Room Snare 300:27
  • 80s Black Kit Room Snare 100:27
  • 80s Black Kit Room Snare 200:27
  • 80s Black Gate01:13

 

Nous avons aussi exporté les pistes sépa­rées, à télé­char­ger puis à impor­ter dans votre séquen­ceur préféré !

 

Native Instruments Abbey Road

Abbey Road – 80s Chrome

Abbey Road – 80s Black

 

  • Les kits de batte­rie
  • Le maté­riel audio utilisé pour faire les prises
  • Le son
  • Le prix
  • Nombre d’ar­ti­cu­la­tions et de couches de vélo­cité
  • Rando­mize effi­cace
  • Le gate sur les prises d’am­biance pour LE son 80’s !
  • Pas de fichiers MIDI

 

Modern Life

 

Native Instruments Abbey Road

On termine avec la dernière banque en date, dénom­mée Modern Drums et incluant deux kits de batte­rie : une DW (Drum Work­shop) Collec­tor’s Series en érable datant du milieu des années 90 et une Pearl Refe­rence des années 2000. La première, affu­blée du patro­nyme « White Kit », a été enre­gis­trée dans le Studio Two d’Ab­bey Road tandis que la deuxième (la Pearl), appe­lée « Sparkle Kit » en raison de sa robe scin­tillante, a été enre­gis­trée dans le Studio Three. D’après Native Instru­ments, la DW se destine plus au rock tandis que la Pearl a un son un peu plus pop. Après, vous faîtes ce que vous voulez ! Les deux kits se complètent plutôt pas mal, et le fait qu’ils aient été enre­gis­trés dans deux studios diffé­rents leur donne à chacun un carac­tère parti­cu­lier : plus de room pour la DW et un son plus compact pour la Pearl. Cette dernière est propo­sée avec trois caisses claires : une 13 pouces DW Edge, une 12 pouces Pearl Sensi­tone Custom en alliage Steel et une 14 pouces Pearl Sensi­tone Elite en cuivre. Le kit est composé d’une grosse caisse de 24 pouces, de 4 toms de 8, 10, 12 et 16 pouces ainsi que de 4 cymbales Zildjian (2 crash, ride et splash), une china Sabian, et une char­ley Zildjian Master­sound.

 

Native Instruments Abbey Road

La DW est quant à elle compo­sée d’une grosse caisse de 22 pouces, de 4 toms de 12, 13, 16 et 18 pouces et de trois caisses claires de 14 pouces : une DW Collec­tor’s Stain­less Steel, une Ayotte Custom en érable et une Sonar Artist Bronze. Côté cymbales, on retrouve deux crash et une china Sabian, une ride Zildjian et une splash Istan­bul.

En ce qui concerne le maté­riel audio pour l’en­re­gis­tre­ment : que des grands clas­siques pour les micros, avec des Neumann U 47 et KM 84, AKG D 112, Shure SM 57, Senn­hei­ser MD 421 et un Brau­ner VM1 pour la Room stéréo. Pour les préam­plis, l’équipe a utilisé du Neve (1081 et Mons­ter­ratt), Germa­nium, EMI TG12428, REDD.47 et Summit Audio TPA 200B. Pour les compres­seurs et limi­teurs, on a le Fair­child 660 et l’Em­pi­ri­cal Labs Distres­sor et pour le conver­tis­seur on retrouve toujours le Prism ADA-8. Pas de bande ici, on imagine que les ingé­nieurs ont utilisé le direct-to-disk, c’est les années 2000 quand même !

La banque Modern Drums réserve quand même quelques surprises tant au niveau de la prise de son que du maté­riel utilisé. Ainsi, les grosses caisses ont été enre­gis­trées en utili­sant un boomer de Yamaha NS-10 (!) recâ­blé comme un micro afin de capter de très basses fréquences à la sortie de l’évent. On aussi le droit au son « Splash on snare » (une splash est placée sur la caisse claire) pour le kit Pearl, à trois cymbales Sabian Chop­per et une Zildjian Spiral Trash enre­gis­trées dans le Studio Two. Voici des exemples audio pour ces sons qui sortent de l’or­di­naire :

 

Modern Drums High Chop­per
00:0000:06
  • Modern Drums High Chop­per00:06
  • Modern Drums Mid Chop­per00:06
  • Modern Drums Low Chop­per00:06

 

Native Instruments Abbey Road

D’une manière géné­rale, le son des deux kits nous a convain­cus, même si on fera atten­tion sur le Sparkle Kit (la Pearl) aux réson­nances géné­rées par la grosse caisse que l’on peut entendre sur l’exemple audio « Big Room ». Il faudra twea­ker un peu si l’ont veut s’en débar­ras­ser ! On trouve cela tout de même un peu étrange, car les autres kits n’ont pas ce genre de désa­gré­ment. En revanche, on aime les trois caisses claires livrées avec la DW, qui sont plus complé­men­taires et couvrent un plus large panel sonore que celles de la Pearl. Afin de vous faire votre propre idée sur la ques­tion, voici les exemples audio :

 

Modern White
00:0000:40
  • Modern White00:40
  • Modern White Snare 100:27
  • Modern White Snare 200:27
  • Modern White Snare 300:27
  • Modern White Big Room01:17
  • Modern Sparkle00:40
  • Modern Sparkle Snare 100:27
  • Modern Sparkle Snare 200:27
  • Modern Sparkle Snare 300:27
  • Modern Sparkle Big Room01:17

 

Cerise sur le gâteau, les fichiers wav à impor­ter dans votre séquen­ceur :

 

Native Instruments Abbey Road

Abbey Road – Modern White

Abbey Road – Modern Sparkle


  • Les kits de batte­rie complé­men­taires
  • Le maté­riel audio utilisé pour faire les prises
  • Le son
  • Le prix
  • Nombre d’ar­ti­cu­la­tions et de couches de vélo­cité
  • Rando­mize effi­cace
  • Des cymbales origi­nales
  • Pas de fichiers MIDI
  • Des réson­nances indé­si­rables sur la grosse caisse du Sparkle Kit

 

Conclu­sion

Native Instru­ments exploite à fond le filon des Abbey Road Drums avec les packs 70’s, 80’s et Modern Drums, qui suivent le 60’s que nous avions testé l’an­née dernière. Les banques de sons gardent les mêmes avan­tages, à savoir les studios mythiques d’Ab­bey Road, des kits de batte­rie légen­daires, du maté­riel audio à faire pâlir n’im­porte quel home studiste, un bon nombre de couches de vélo­cité et d’ar­ti­cu­la­tions, une inter­face graphique simple, jolie et quelques fonc­tion­na­li­tés utiles. Le prix est toujours aussi bien cali­bré (99€ pour une décen­nie), en revanche on déplore encore l’ab­sence de fichiers MIDI ! Le temps de char­ge­ment est moins long grâce à la dernière mise à jour de Kontakt et la poly­va­lence est de mise quand on a la chance d’avoir les quatre banques. On appré­cie les petits plus accom­pa­gnant chacune des biblio­thèques, comme la gestion du gate sur la 80’s, Glyn Johns Set Up pour la 70’s ou les cymbales étranges de la Modern Drums.

Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Red Led

Je suis rentré dans la musique par la rosace d'une guitare classique et depuis, j'essaie d'en sortir sans trop de conviction.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.