Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
test
Il passe à l’attaque !

Test de l'eaReckon TransReckon

9/10
  • 28
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
eaReckon TransReckon
Photos
1/52

Cela fait déjà plus de 4 ans que l’éditeur français eaReckon s’est lancé dans le monde de la MAO. Ses produits bénéficient d’un très bon bouche-à-oreille de la part des utilisateurs et pourtant, nous n’avions jusque là pas eu l’occasion de tester l’un de ses joujoux. Réparons donc aujourd’hui cette erreur en passant à la moulinette son petit dernier, le plug-in de traitement des transitoires TransReckon.

Transient power

Inventé par SPL avec leur fameux Transient Designer, le concept de fonctionnement des processeurs de transitoires permet de gérer séparément les niveaux d’attaque et de sustain d’un signal audio de façon très simple. D’aucuns pourraient se dire qu’il n’y avait là rien de nouveau sous le soleil, car nous pouvions déjà faire plus ou moins ce genre de choses avec des traitements de la dynamique « classiques » depuis belle lurette. Oui enfin, à un détail près… N’oubliez pas qu’un compresseur (ou un gate) travaille avec un niveau seuil et son action dépend donc directement du niveau du signal source, ce qui n’est pas le cas avec un processeur de transitoires et c’est toute la beauté de la chose !

L’intérêt d’une telle machine étant évident, de nombreuses déclinaisons hardware comme software n’ont bien entendu pas tardé à fleurir. C’est dans ce marché surchargé que débarque le TransReckon. Voyons s’il a de quoi tirer son épingle du jeu… 

Action/Détection

Le nouveau plug-in d’eaReckon est disponible aux formats VST et AU 32 et 64-bit pour Mac OS X et Windows. Malheureusement, les adeptes de Pro Tools devront passer leur chemin… L’installation n’est qu’une simple formalité et la prise en main est immédiate tant le fonctionnement est intuitif. Les obsédés du manuel seront toutefois contents d’apprendre que l’éditeur s’est fendu d’une documentation exhaustive, et en français qui plus est.

eaReckon TransReckon

À l’instar des ténors du genre, l’interface graphique de TransReckon arbore deux gros potards pour augmenter ou diminuer l’attaque et le sustain. Là où il se distingue, c’est au niveau des circuits de détection. En effet, contrairement à la majorité des processeurs de la même famille, ce dernier laisse la main sur le circuit de détection des transitoires, mais également sur celui du sustain, ce qui offre une flexibilité et des possibilités sonores peu communes sans pour autant nuire au côté intuitif de la chose. Ainsi, au-dessus du réglage de l’attaque, nous pouvons paramétrer la sensibilité de la détection des transitoires avec le potentiomètre « Sens », mais également la durée de traitement de l’attaque grâce au paramètre « Length ». Un bouton « Listen » propose l’écoute isolée des transitoires telles que détectées par le circuit afin de faciliter le paramétrage. D’autre part, une LED bleue s’allume plus ou moins intensément à chaque fois qu’une transitoire est détectée.

Nous retrouvons les réglages « Sens » et « Length » pour le sustain avec en plus un bouton pour le mode « Flat ». Dans ce mode, l’attaque et le sustain utilisent tous deux le même circuit de détection (celui de la section attaque). Pour faire simple, sera traitée par le circuit de sustain toute portion de son arrivant juste après une transitoire. La durée du traitement reste cependant réglable de façon indépendante par le biais du potard « Length ».

S’ajoutent à cela un bouton de bypass, des potards afin d’ajuster les niveaux en entrée et en sortie du plug-in surplombés de crêtemètres, un switch « Link LR » pour traiter de façon similaire les canaux gauche et droit, un autre switch activant un limiteur type brickwall en sortie, et enfin un menu pour accéder aux presets. Pas grand-chose à dire ici, c’est simple et fonctionnel. Seuls regrets, l’impossibilité d’enregistrer ses propres presets et l’absence d’un système de comparaison A/B qui aurait été fort utile.

Passons maintenant aux exemples sonores !

Transe en danse 

eaReckon TransReckon

Les sons percussifs étant le domaine de prédilection des processeurs de transitoires, il est donc tout naturel d’entamer notre séance d’écoute avec une partie de batterie. Le premier sample est bien entendu le signal source que nous avons volontairement choisi pour sa réverbération démesurée. Afin de traiter cette batterie, nous avons simplement placé une seule instance de TransReckon sur le bus. 

Dans le deuxième extrait, il nous a été extrêmement facile de calmer cette overdose de réverbération tout en préservant un son réaliste et sans abîmer les cymbales, ce qui n’est pas forcément évident avec un Transient Designer « classique ». Merci aux paramètres « Sens » et « Length » ! Bien sûr, il est possible d’être beaucoup plus drastique, comme illustré dans le troisième exemple, au détriment du naturel, cela va sans dire. Cependant, le résultat pourra être intéressant dans certains cas.

À l’inverse, nous pouvons accentuer encore plus le son d’ambiance (sample 4), voire annihiler de façon démesurée l’attaque dans un but créatif (sample 5).  Le dernier exemple illustre l’utilisation du circuit de détection séparé pour le sustain, ce qui permet d’obtenir un effet de réverbération type « Gate ».

01 Drums source
00:0000:42
  • 01 Drums source 00:42
  • 02 Drums dryer 00:42
  • 03 Drums extreme dry 00:42
  • 04 Drums roomy 00:42
  • 05 Drums room only 00:42
  • 06 Drums gated 00:42

Gardez à l’esprit que ces résultats ont été obtenus avec une seule instance de TransReckon sur le bus batterie. Imaginez les possibilités en utilisant plusieurs instances sur les éléments séparés !

Continuons notre session avec une ligne de basse. Nous avons tout d’abord le signal source, puis une accentuation de l’attaque, et enfin une mise en avant du sustain. Grâce à ce plug-in, il semble très facile de sculpter le son idéal pour donner le rôle de votre choix à cette basse au sein d’un mix.

07 Bass source
00:0000:11
  • 07 Bass source 00:11
  • 08 Bass attack 00:11
  • 09 Bass sustain 00:11

Passons maintenant à une guitare acoustique un peu molle. En triturant un peu les réglages, il nous a été possible de lui redonner un poil de vie. Au passage, la fonction « Listen » nous a ici été très utile pour affiner nos réglages.

10 Gtr Acc source
00:0000:43
  • 10 Gtr Acc source 00:43
  • 11 Gtr Acc attack 00:43

Sur une guitare électrique, nous avons pu donner plus de mordant à la rythmique (sample 13), mais il est également possible de rehausser subtilement sa « présence » via un savant mélange attaque/sustain afin de garantir qu’elle percera au sein du mix (sample 14).

Enfin, nous avons testé un usage pour le moins inhabituel de ce genre de processeur, à savoir sur une voix. En diminuant l’attaque et en augmentant le sustain, il est alors possible d’effacer légèrement l’agressivité des consonnes sans pour autant trop nuire à l’intelligibilité. Une fois encore, il serait difficile d’arriver à un tel résultat au moyen d’un processeur de transitoires traditionnel. Les possibilités d’ajustement des circuits de détection de TransReckon sont véritablement fantastiques !

15 Voix source
00:0000:12
  • 15 Voix source 00:12
  • 16 Voix smooth 00:12

Conclusion

eaReckon nous propose ici un outil des plus efficaces qui offre moult possibilités tout en restant simple d’utilisation. La réputation de cet éditeur hexagonal n’est vraiment pas usurpée ! Le tarif étant raisonnable en regard de la qualité, pourquoi donc s’en priver ?

Téléchargez les extraits sonores (format FLAC)

  • eaReckon TransReckon
  • eaReckon TransReckon
  • eaReckon TransReckon

 

9/10
Points forts
  • Simplicité d’utilisation
  • Efficacité
  • Nombreuses possibilités sonores
  • Souplesse des circuits de détection
  • Bouton « Listen »
  • Manuel exhaustif en français
  • Tarif raisonnable
Points faibles
  • Absence de comparateur A/B
  • Impossible d’enregistrer des presets utilisateurs
  • À quand la compatibilité Pro Tools ?
  • Corbo-Billy
    Corbo-Billy
    Drogué à l'AFéine
    11941 posts au compteur
    Je confirme également _ :8)
  • Eric Music Strasbourg
    Eric Music Strasbourg
    AFicionado
    2007 posts au compteur
    super produit qui vaut bien un spl et français de surcroit...

    bravo!
    et la eareverbpro2 est top aussi!
  • PFozz
    PFozz
    Posteur AFfamé
    300 posts au compteur
    @Watoo,

    En abusant du "4 épices" et en cachant le tout dans un croissant, il est peut-être possible de tromper les touristes et de faire passer ça pour un p'tit dej' de Noël.
    J'essaierai avec un de mes potes Britanniques... je te tiens au courant.

    @Hohman,

    Merci Hohman!
    Ce n'est pas simple de participer dans les forums quand on a un truc à vendre.
    La crainte de passer pour un marchand de tapis est toujours un peu présente.
    En plus, il faut éviter d'être trop critique, prendre un peu soin de son ton, etc...
    Mais bon, je suis poli pour de vrai et très reconnaissant vis-à-vis des utilisateurs et/ou de ceux qui disent du bien de mes bidules.
    Enfin... c'était bien plus facile à ce niveau quand je proposais de l'aide de manière altruiste (sisi) à l'époque d' "Edrum For Free".
    Ce n'est pas une raison pour aller déterrer mes posts de 2004, hein?
    Histoire de prendre les devants, en voici trois tout de même, pas trop litigieux ;-)
    https://fr.audiofanzine.com/batterie-electronique/forums/t.69553,diy-edrum,post.1787636.html
    Le suivant fêtera son 10ème anniversaire demain:
    https://fr.audiofanzine.com/les-mains-dans-le-cambouis/forums/t.62249,edrum-elecronique-16ins,post.1620437.html
    Et ce dernier est amusant... Rogue, un très bon ami, est désormais quelqu'un de très important chez Toontrack (à qui je dois beaucoup):
    https://fr.audiofanzine.com/batterie-virtuelle/toontrack/dfh-SUPERIOR/forums/t.67801,bonjour,post.1731626.html
    C'est à cette période que tout a commencé à devenir un peu sérieux pour moi.

    10 ans ont passé. Ca correspond à une scolarité du CE2 à la Terminale...
    Le temps d'apprendre beaucoup de choses et de devenir "un peu" plus vieux.
  • mk is watoo
    mk is watoo
    Posteur AFfiné
    206 posts au compteur
    Lire la recette de la carbonnade flamande le matin au réveil, comment dire...


    :oo:


    :non:


    :-p
  • Hohman
    Hohman
    Squatteur d'AF
    4093 posts au compteur
    Dans tous les cas, merci d'être ici, chose rare d 'avoir un développeur qui a l'honnêteté, la franchise et le courage de se présenter sur un forum. :bravo:
  • PFozz
    PFozz
    Posteur AFfamé
    300 posts au compteur
    Je suis d'accord avec certains points.

    Celui-ci par exemple:
    Certains musiciens veulent des résultats hyper pro en mixant avec des outils "semi-automatique". Ça ne marche pas comme ça.

    Il y a toujours eu des adeptes du browsage de presets.
    J’en suis un, parfois, surtout quand je découvre mais jamais pour un EQ ou un plug-in de dynamique, c’est vrai, parce que le preset « Pimp My Sound » ne fonctionne pas aussi bien avec une grosse caisse qu’avec un pipo.

    Cette histoire a surement commencé il y a bien longtemps à l'air du synthé digital ou des multi-effets.
    Ceci-dit, à l'époque, ça a été l’occasion de commencer à produire des sons sans se gratter la tête devant un machin modulaire ou le "truc de bias" d'un compresseur à tube.
    De toute façon, se payer un de ces machins ou un ingénieur pour faire de la niouwève à 15 ans en 1989, c'était moyennement abordable (en plus d'être démodé - mais j'aimais bien ça aussi).
    C'était l'avantage d'être un enfant de la classe moyenne... et d'utiliser un C64 après avoir tenté de reproduire la bande de son de Ghostbusters sur un TO7 à l'école primaire.
    Pour la distorsion, on pouvait aussi tenter de câbler la guitare électrique de Tonton sur la tête de lecture d'un walkman.
    Déjà à l'époque, donc, utiliser un compresseur 5 boutons, c'était presque trop facile (mais cher, et moins prioritaire et fun qu’une reverb, bien souvent).

    Aujourd'hui, c'est différent et ReNo Mellow a raison.
    On a le choix de commencer avec des choses un peu automatisées ou d'apprendre à utiliser les outils classiques, d'en connaitre les forces et les faiblesses ou encore, l'impact de tel ou tel réglage sur les tympans, etc...
    Enfin bref, de prendre le temps d'apprendre avant de produire de la musique devant un écran.
    Une chose n'a pas changée... se payer un ingénieur pour un enfant des classes moyennes pour faire du nioumetal à 15 ans en 2014, ça reste moyennement abordable (en plus d'être démodé - mais j'aime bien ça aussi).
    Par contre, cet enfant a aujourd'hui un arsenal d'outils à sa disposition qui lui permettent, en théorie, de produire une chose de qualité pour un investissement qui représente la moyenne au BEPC ou... 4 Noëls + 3 anniversaires + 3 saisons de ramassage de patates en fonction du milieu.
    Ceux qui n'ont pas d'ordinateur à la maison pourront toujours, comme je l'ai fait, fabriquer des instruments avec ce qui se trouve dans la poubelle et associer des tas de bidules électroniques pour "voir ce que ça fait" dans un haut-parleur tout en remplissant un piano roll et/ou en tapant des lignes de code sur l'ordinateur du collège pendant le temps du midi pour tenter de reproduire la bande son de Fast and Furious 12.
    Ceux-ci apprendront des tas de choses inédites qui leur serviront surement plus tard, quand ils seront assez grands pour créer leur petite entreprise avec des idées plein la tête et l’envie qui reste de se fabriquer ses propres jouets.
    Mais globalement, disons que les outils sont bien plus abordables.

    ... et il y en a de toutes sortes.
    Personnellement, je trouve ça plutôt bien que les outils exigent des niveaux de maitrise différents.
    Il ne s'agit pas pour moi de classer ces outils parmi les outils pour pros et les outils pour débutants.
    C'était aussi vrai dans le passé.
    Un multi-effets pouvait contenir des centaines de paramètres sans forcément être destinés aux pros.
    Une pédale à deux contrôles, un Kurzweil K1000 ou un BBE Sonic Maximizer pouvaient très bien convenir à un pro.
    Aujourd'hui, certains presets d'Omnisphere sont utilisés tels quels dans de très, très grosses productions (faut dire qu’un browsage de presets sérieux sur celui-ci prend déjà facilement un an à temps plein).
    Et certains amateurs prennent un grand plaisir à maitriser la complexité d'un outil pour produire une maquette.

    Je comprends tout à fait cette envie d'outils complexes, très flexibles, avec une multitude d'options à explorer.
    Mais je comprends aussi que parfois, même ceux qui ont un gros niveau de maitrise, soient bien contents de ne pas se prendre la tête pendant deux heures à régler un problème dans un mix.
    Ça ne change rien au fait qu'il vaille mieux très bien connaitre ses outils, savoir les sélectionner en fonction de ses besoins (et de son budget) puis prendre le temps d'expérimenter, quel que soit leur complexité.
    Je rejoins donc complétement ReNo Mellow quand il dit qu'il ne s'agit pas d'être en quête d'outils qui produisent des miracles en toute circonstance.
    Ceci-dit, il est surement plus facile de maitriser un outil simple qu'un outil très ouvert à l'expérimentation.
    Les outils complexes peuvent être très intéressants mais ils ont le désavantage d'être potentiellement propice à la production de n'importe quoi.
    Ces outils-là, c'est sûr, ne s'adressent pas à tout le monde mais l'inverse n'est pas forcément vrai.
    Des tas de pointures utilisent aussi des outils simples.

    Si je me décentre un peu, disons que j'aime la carbonade flamande.
    Si je veux m'en taper une, j'ai le choix :
    1. Je peux la faire intégralement moi-même en fabriquant mon pain d'épice, en tuant un bœuf, en allant glaner des oignons dans le champ du fermier, etc...
    2. Je peux la faire "maison" avec du pain d'épice tout fait, des oignons de chez le marchand d'oignons, de la moutarde de chez le marchand de moutarde et de la viande que je n'aurai pas tué moi-même (ça, je ne veux pas le faire - je suis hypocrite vis-à-vis des animaux).
    3. Je peux acheter une boite et la réchauffer à la casserole (ou même demander à la friterie du coin de le faire pour moi, au micro-onde, si on est dimanche et que j’ai oublié de faire les courses).

    Dans les quatre cas, je n'aurai plus faim à la fin.
    Dans le premier, je vais galérer mais je serai fier (sauf pour le bœuf) et au bout de 5 ans, j'aurai trouvé mon idéal de carbonnade (alors que les enfants continueront à me dire que celle en boite est meilleure).
    Dans le deuxième cas, j'arriverai surement au même résultat bien plus vite tout en laissant à d'autres les tâches pénibles et compliquées (brasser de la bière, broyer les graines de moutarde, …).
    Dans le troisième cas, je n'aurai aucune surprise sur la qualité de mon repas (ce n'est pas non plus ignoble, une boite de carbonnade, mais ça n'a rien à voir), mon voisin aura la même chose que moi dans son assiette… mais les mômes seront contents parce que « Ché comme al’barraque à frites! Merci Pôpô !».

    En tant que développeur, j'essaie d'intéresser la deuxième catégorie de mangeurs de carbonnade.
    Je m’occupe de préparer le pain d’épice, de brasser la bière, de broyer les graines de moutarde mais vous avez la liberté d’en faire un truc à votre goût (c’est flexible, mais pas « open bar »).

    D'ailleurs, je retourne à la cuisine, j’ai du code au four qui va brûler.
  • Hohman
    Hohman
    Squatteur d'AF
    4093 posts au compteur
    Dyno c'est pas mal comme truc gratos, comme toute la suite stillwell.
    Par contre je ne comprends pas trop la différence entre une bonne utilisation d' expander/gate compresseur et l'utilisation d'un transient designer, à l'oreille le résultat est identique.
    Sculpter le son avec Dyno revient à faire la même chose qu'avec les outils classics de mixage... Pour moi c'est juste l’approche de l'interface qui est différentes.
    Sinon, ouais le mixage automatique c'est quelques chose qui ne fonctionne pas, donc il n'y a pas trop de risque de tirer quelques chose d'interressant.
  • ougarit
    ougarit
    Posteur AFfranchi
    94 posts au compteur
    Citation :
    perso, je trouve le stillwell dyno parfait, certainement plus ergonomique (je suppute, n'ayant pas testé le eareckon et en me basant juste sur l'article et la gui) et... Moins cher


    merci beaucoup Reno, excellent plan, je teste le 1973 :bravo:
  • ReNo Mellow
    ReNo Mellow
    Je poste, donc je suis
    8061 posts au compteur
    Citation :
    Je suis allé voir le dyno qui est sans doute excellent comme tous les plugs Stillwell (J'ai TheRocket perso, qui vaut le coup d'oreille) et effectivement moins cher (en outre, on a même 50% quand on est utilisateur non pro de Reaper), mais quand je parlais d'usine à gaz pour moi, là, on y est. La force du concept proposé par SPL, c'était de ramener le travail sur la dynamique à un vocabulaire de musicien et un contrôle extrêmement simple : Attaque et Sustain, et c'est marre.


    Je suis d'accord avec le fait qu'un outil peut être simplifié pour qu'un musicien puisse l'utiliser facilement. MAIS, là il s'agit d'un plug-in de traitement de mixage! Je sais qu'actuellement la compo, l'enregistrement et le mixage se confondent dans le processus de création mais je reste persuadé que pour utiliser des outils de mixage, il faut posséder quelques bases...

    Après biensur, tout est une question de finalité. SI le musicien veut juste faire une petite maquette sans prétention, alors oui, des plugs comme ca sont très pratique (je ne cible par forcément le eareckon qui à l'air quand même plus poussé). Mais si tu veux aller un peux plus loin, il faut des outils capable d'aller plus loin également. Les plug à deux boutons, c'est pratique mais ca ne marche pas sur tout et en toutes circonstance. Il faut très souvent plus de paramètres pour arriver à ses fins avec les sources sonores qu'on a à disposition. Et c'est là, que souvent, le bas blesse. Certains musiciens veulent des résultats hyper pro en mixant avec des outils "semi automatique". Ca ne marche pas comme ca :oops2:. Le plus râlant dans l'histoire, c'est qu'on trouve très souvent de mauvaises critiques de ce genre de plug parce que les utilisateurs peu expérimentés en attendent des miracles.

    Bref, tout ca pour dire que la mode est à l'idiotproof et aux plugs qui mixent à ta place. Je ne suis pas sur que ca soit une bonne chose. En plus de ne rien apprendre en les utilisant, tu dépenses souvent de la thune avec l'espoir d'atteindre un résultat que tu n'obtient pas. Il vaut mieux, selon moi, apprendre et comprendre les paramètres d'un plug, si complexe soit t'il, afin d'en tirer les résultats que tu souhaites obtenir!

    Pour en revenir à DYNO, je te conseille vraiment de l'essayer, la démo est gratuite et fonctionnelle à 100% et ce, pour autant de temps que tu le souhaite (même philosophie que REAPER, tu paies si tu l'utilises et que t'es content) et tu verras que c'est en fait très simple. La forme d'onde de ton signal apparait dans l'interface du plug et tu peux alors la redessiner via les courbes d'enveloppes. Ca offre des milliers de possibilités, allant du transient shaper à la distortion

    Ceci, dit, Stillwell propose égalemnt le transient monster, qui est un plug à 2 boutons + un fader... et un switch d'oversample si je me souvient bien! En plus la GUI à de la gueule et fait très "hardware vintage staïle comme les vrais"
  • Los Teignos
    Los Teignos
    Admin
    7770 posts au compteur
    Citation :
    Merci beaucoup pour ce test et vos commentaires!
    Même si j'ai une certaine affection pour ce qui se passe et se dit outre-manche, les editos et le style à la Française, c'est quand même quelque chose (je suis un fan nostalgique de feu Hebdogiciel... et j'aime bien le style de Los Teignos).
    Quitte à me répéter, je suis vraiment ravi de lire un test écrit dans ma langue maternelle... qui aurait pu être le Ch'ti si l'école ne m'avait pas forcer à parler le Parisien ;-)

    Concernant le group buy en cours, le prix du plug-in, j'aurais surement plein de choses à dire, mais je préfère vous écouter avant de prendre une décision concernant le responsable du marketing dans le cadre d'une réunion à... un ;-)

    Merci encore!
    A très bientôt,
    Philippe


    Je rougis... et suis ravi de voir qu'il y a des gens pour se souvenir d'hebdogiciel dont j'ai recopié les listings Basic sur mon CPC 6128 pour faire des casse-briques en 4 couleurs. ;)

    Sens toi libre, en tout cas, de nous sortir une skin de tes softs traduite en Ch'ti à l'occasion!
  • Nantho Valentine
    Nantho Valentine
    Rédacteur
    3999 posts au compteur
    Citation :
    C'est mon côté bûcheron de l'audio. ;)


    :ptdr::ptdr::ptdr:
  • Los Teignos
    Los Teignos
    Admin
    7770 posts au compteur
    C'est le brillant Sasha Evermeier qui est l'auteur du Dominion (qui était à ma connaissance le premier Transient Designer software. Le même développeur qui a réalisé une partie des effets de Samplitude dont l'excellent processeur de transitoires am|pulse (et qu'on ne peut hélas qu'acheter en bundle avec deux autres compresseurs certes sympas, mais bon, c'est pas comme ic on n'avait pas plein de compresseurs sympas dans notre répertoire VST). Maintenant, Sasha est d'ailleurs chez U-He et c'est à lui qu'on doit notamment une bonne partie des algos de Satine. Bref, un fameux développeur allemand : c'était juste pour le saluer bien bas à l'occasion.

    Le seul problème avec son Dominion, c'est qu'il ne sera plus jamais mis à jour et ne sera donc jamais porté en 64 bits ni au format VST3. Et l'excellent Transient Designer de SleepytimeDSP n'est quant à lui dispo que sous Windows.

    Je suis allé voir le dyno qui est sans doute excellent comme tous les plugs Stillwell (J'ai TheRocket perso, qui vaut le coup d'oreille) et effectivement moins cher (en outre, on a même 50% quand on est utilisateur non pro de Reaper), mais quand je parlais d'usine à gaz pour moi, là, on y est. La force du concept proposé par SPL, c'était de ramener le travail sur la dynamique à un vocabulaire de musicien et un contrôle extrêmement simple : Attaque et Sustain, et c'est marre.

    http://digitalaudioservice.de/media/catalog/product/cache/3/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/i/m/image_1916/spl-transient-designer-2-digitalaudioservice-30.jpg.

    Evidemment, sophistiquer la sauce amène plus de possibilités et je comprend qu'on souhaite ça (Eiosis (Fabrice Gabriel) avait d'ailleurs été le premier à explorer ce terrain avec son E2Transienter) comme de faire du traitement de transitoires multi-bandes, comme d'ajouter un étage de distorsion, mais si c'est pour se retrouver à devoir paramétrer un étage de détection et un autre de traitement, soit quelque chose d'aussi chiant à régler qu'un compresseur, je suis déjà nettement moins intéressé pour ce qui me concerne. C'est mon côté bûcheron de l'audio. ;)
Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.