Comparateur de prix
Petites annonces
miconmac 26/06/2020

Universal Audio Luna : l'avis de miconmac

« Vous aviez demandez la Lune ? »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Je vais éviter de redire ici ce que Los Teignos a écrit dans son très bon article ;-) :
https://fr.audiofanzine.com/sequenceur-generaliste/universal-audio/luna/editorial/tests/test-d-universal-audio-luna.html
Quelles configs pour faire tourner Luna :
Par contre il faut être précis sur un point : Luna nécessite une carte UAD Apollo Thunderbolt pour fonctionner. Les cartes avec connexions USB ou Firewire ne peuvent pas faire tourner Luna sauf évidemment celles équipées d'une des 2 cartes Thunderbolt optionnelle ( TB2 ou TB3 )
J'ai lu ici sur le forum que UA a créé Luna pour obliger les utilisateurs à racheter des Apollos de dernière génération :8O:. C'est évidemment du fake : même les tout premiers clients Apolllo bénéficient de cette avancée significative de la plateforme UAD et je confirme que mon Apollo Quad sorti en 2012 supporte Luna sans aucunes restrictions.

Pourquoi faut-il une carte audio Thunderbolt pour faire tourner Luna ?
Chez UA, le Thunderbolt n'est pas un simple "tuyau" à travers lequel transite d'autres protocoles ( comme chez d'autres marques ) mais une couche logicielle qui est un pilier de la plateforme UAD, et donc de Luna.

Pourquoi les cartes DSP UAD Satellites Thunderbolt ne sont pas suffisantes pour faire tourner Luna ?
Parce que Luna a s'appuie sur Apollo et ses DSP pour fonctionner, et notamment pour assurer toute la partie traitement temps réel en phase de prise de son. C'est un aspect que LosTeignos n'a pas développé, mais Luna absorbe UAD Console qui est le logiciel UAD qui gère l'interface audio et les configs d'enregistrement .
UA ne prévoirait pas de sortir ultérieurement une version de Luna indépendante de leur carte audio parce que Luna et Apollo sont intimement imbriqués.

A quel profils d'utilisateur s'adresse Luna :

A terme, tous les gens qui ont choisis - ou vont choisir- une carte Apollo , sont logiquement visés.
SANS Luna, enregistrer avec Apollo nécessite d'utiliser conjointement 2 logiciels : son DAW et UAD Console. Tant qu'aucune alternative n'existait, personne ne trouvait à s'en plaindre. Mais on se rend compte à l'usage que Luna simplifie énormément la phase d'enregistrement : plus besoin de gérer les problématiques de latence et de routing du DAW, et plus la peine de jongler entre 2 logiciels.

Quelqu'un qui vient de s'équiper en Apollo pourra débuter une séance de prise de son sans se poser de question. Pas besoin d'assimiler au préalable des notions de taille de buffer, de latence induite par l'utilisation de certains plug-ins, ect.... . A l'enregistrement, Luna permet de traiter à la source en choisissant les simulations UAD de preamplis, d'amplis guitare et basses , compresseurs , reverbs, Delay, écho , magnéto.... top qualité et sans qu'ils génèrent de latence. Même si il y a encore des détails à régler , UA essaie de gommer tous les petits tracas "informatiques" liés à l'utilisation d'un DAW "classique".

Quel est l'intérêt d'utiliser des plug-ins dès l'enregistrement ?
Traiter dès la prise c'est faire les choses dans l'ordre, en commençant par envoyer un son "inspirant" vers les retours casques. On l'a tous expérimenté : quand ça sonne , quand on prend du plaisir , alors on va forcément mieux chanter, mieux jouer ..; :bravo:
Ce qui nous encourage aussi à ne pas remettre au lendemain ce qu'on peut faire au moment même : pourquoi s'escrimer à mettre en boite du son "neutre" ( si ça existe ) alors qu'on devrait être entrain d'élaborer le son dont on a besoin ? Si on est incapable de faire des choix à la prise , le sera-t-on en mixage ? En fait , "enregistrer neutre" est une manière de se rassurer en se disant que l'essentiel se jouera plus tard , au moment où on pourra dégainer son arsenal de plug-ins qui déchirent ;-).
La philosophie de UA consiste au contraire à remettre les séances de prise de son au centre du processus de création. Les DSP des cartes Apollo permettent d'utiliser des traitements de qualité sans contraintes. C'est donc le moment pour tirer parti de ses preamps / amplis/ pédales ... Unison pour donner de la couleur au son. Apollo facilite les expérimentations des traitements , des effets, et nous invite à tenter des choses pour voir comment cela va influer sur l'interprétation. Grâce au système ARM intégré à Luna , tout cela se fait simplement et sans jamais être gêné par des soucis de latence qui viendraient interrompre le processus créatif.
Enfin, traiter dès l'enregistrement permettra de débuter son mixe avec des pistes qui sont "mûres". Parce qu'on a une base de départ, on aura une direction, un sens de travail, qui permettra d'avancer vite et bien. Débuter un mixe avec des pistes hétéroclites qui ne fonctionnent pas naturellement ensembles, c'est souvent perdre du temps et beaucoup tergiverser au lieu d'aller de l'avant.

Luna s'adresse au musicien qui a besoin d'un outil d'enregistrement puissant, mais simple.
Luna intéresse tout autant l'ingé-son à la recherche d'un système professionnel, fiable et extensible qui reproduit assez fidèlement le son et les sensations d'un studio équipé en matériel analogique.
Évidemment , tous les ingé-sons n'adhèrent pas à ce concept : certains pensent que c'est même assez idiot de chercher à retrouver les défauts des machines analogiques. D'autres estiment à l'inverse qu'aucune simulation n'arrive à reproduire quoique ce soit qui ressemble à un son analogique. :mrg:
A chacun de faire ses propres tests, et de décider ce qui fonctionne pour lui.

Les gens ont naturellement tendance à résister au changement et surtout quand il s'agit d'outils et de façon de travailler. L'adoption de Luna ne fait pas exception : pour certains, Luna ne pourra jamais remplacer un outil de travail qu'ils maitrisent sur le bout des doigts et reprochent même à UA de venir empiéter sur un domaine qui n'est pas le sien.
Mais il faut garder à l'esprit que Luna est optionnel !
Ceux qui souhaitent conserver leur workflow peuvent le faire sans qu'absolument rien ne change : Luna ne détériore en rien ce qui fonctionnait avant.

Luna n'est pas obligatoire mais il est certain qu'il va offrir un cadre de travail qui sera largement plus optimisé pour la plateforme UAD que tous les autres DAW. Cela explique que de plus en plus de "testeurs" de cette LunaV1.x ont fini , comme moi, par l'utiliser à quotidien , ne serait-ce que pour finaliser les mixes débutés dans 1 autre DAW :bravo:

A en croire les retours dans les forums, la greffe serait donc entrain de prendre ! C'est pour ça qu' il faut que UA annonce rapidement la couleur à sa clientèle PC. Car bizarrement, UA ne s'est pas encore officiellement engagé à développer une version Windows de Luna :8O: Beaucoup PC users se sentent - à raison - laissés au bord du chemin et n'hésites pas à partager leur blues sur les forums...
Bien que je bosse sur Mac, je considère que UA commettrait une faute éthique et commerciale en négligeant une partie de leur clients ( même si elle est minoritaire )


Luna deviendra probablement incontournable pour les utilisateurs qui souhaitent bénéficier de tout le potentiel de la plateforme UAD. Mais alors comment expliquer que personne n'avait envisager que Luna serait tout simplement un ... DAW ? Parce que même si UA parle de "Recording System" , Luna est bel et bien une Digital Audio Workstation


Luna , ou la face cachée d' UAD :

La plupart des observateurs - moi en premier :clin: - étaient loin d'imaginer que UA prendrait le risque de se lancer sur ce marché. Même si Presonus l'a fait il n'y a pas si longtemps avec ses DAW Studio One, beaucoup estimaient qu'une marque telle que UA n'avait aucun intérêt à aller se battre sur un marché déjà bien obstrué. Et puis concevoir un DAW est une tâche ardue, de longue haleine et qui fait appel à des compétences rares. De toute façon , il était trop tard : UA aurait besoin de quelques années pour espérer rattraper son retard sur ses concurrents.
Ce qu'on ignorait, c'est que UA investissait discrètement depuis des 8 ans dans l'élaboration d'un DAW maison. C'est même une équipe à part entière ( dont quelques anciens de chez Protools) qui planchait bien sagement dans son coin sur le projet Luna.

Notons que le projet Luna a été engagé en même temps que le lancement des premières cartes Apollo. Ca démontre que UA avait probablement anticipé depuis longtemps la nécessité d'inclure un DAW à son écosystème. Car Luna apparait aussi comme une solution élégante pour sortir de l'impasse vers laquelle la plateforme était entrain de se diriger : le " tout DSP "
Ces fameux DSP souvent décrits comme trop vieux , trop lents, trop chers et qui font l'objet de nombreuses critiques ( notamment sur les forums d'AF ) ;-)
Le choix de faire tourner leurs plug-ins sur DSP datent de la fin des années 90. UA était le seul éditeur qui proposait des simulations de matériel analogique ( dont leur propres 1176 et LA2A ). Les ordinateurs de cette époque n'étaient pas assez puissants pour prendre ce type de calculs en charge. Les cartes DSP - qui sont des processeurs optimisés pour le traitement du son - ont donc été pendant une douzaine d'années la solution idéale pour faire tourner des plug-ins performants, sans phagocyter le CPU de l'ordinateur.

Aujourd'hui l'utilisation de DSP ne se justifie plus de tout comme au début des années 2000. Les CPU sont devenus tellement puissants qu'il devient rare de les voir repoussés dans leurs retranchements. En tout cas, tant que le CPU n'est pas accaparé par des générateurs de son ou des traitements particulièrement exigeants en calculs. D'autre part, les musiciens qui utilisent des grosses banques orchestrales comptent quelquefois sur leurss DSP pour prendre en charge les post-traitements.


Il y a cependant une domaine pour lequel l'utilisation de DSP reste totalement d'actualité : l'application de plug-ins au moment de la prise de son. Car même les plus puissants des CPU ne peuvent traiter du gros plug-in tout en garantissant une latence minimale. Et c'est un état de fait qui n'est pas prêt d'évoluer puisqu'il est lié à l'architecture-même des ordinateurs. Déporter le traitement sur la carte audio équipées de DSP ( via le protocole Thunderbolt de préférence ) est la meilleure façon de garantir une latence minimale tant en assurant des traitements audio de grande qualité .

Ce qui fait le succès des cartes Apollo , c'est précisément la possibilité de traiter de nombreuses pistes avec la crème des plug-ins , tout en garantissant une latence qui soit sous le seuil de l'audibilité. Plus on a de DSP dans l'Apollo et plus on pourra appliquer de plug-ins et traiter de pistes. Il est d'ailleurs plutôt conseillé de ne pas voir trop petit à ce niveau-là :Apollo qui aurait moins de 2 DSP : on sera trop limité et bien sûr , et ces DSP seront également en phase de mixage.
Mais même les 6 DSP qui équipent les dernières génération d'Apollo X s'avèrent souvent insuffisants pour répondre aux demandes de calculs en phase de mixage . Evidemment on peut s'équiper de carte UAD Satellite qui permettent d'affecter des DSP supplémentaires au mixage ( et uniquement au mixage).
Il y quelques années, une carte Satellite Quad ( 4 DSP ) étaient largement suffisante pour travailler. Mais une nouvelle génération de plug-ins UAD encore plus performants - mais beaucoup plus exigeants en calculs - est apparue il y quelques années. Leur consommation DSP a quelquefois été multipliée par 10 :8O: Ce qui a évidemment un énorme impact sur la puissance relative des DSP qui a donc énormément chutée les dernières années.
Si cette nouvelle génération de plug-ins a permis à UAD d'assoir son leadership , elle a fait également apparaitre que le modèle du " tout DSP " n'était plus du tout pertinent. Même avec une douzaine de DSP, j'ai été souvent obligé de me replier sur des plug-ins natifs d'éditeurs tiers qui n'étaient pas mon 1er choix...
Heureusement, Luna change la donne en ce niveau-là aussi : les traitements Tape et Console qui sont pris en charge par le CPU libèrent un potentiel de calculs DSP fort appréciable :bravo:

Je n'avais jamais espéré que UA se résoudrait un jour à proposer des plug-ins qui tournent sur CPU. Car cette nécessité de calculs sur DSP avait 2 avantages pour UA: protéger les plug-ins UAD contre le piratage et assurer des revenus supplémentaires grâce à la vente des carte Satellite :clin:
Concernant l'aspect protection , on peut imaginer que ce format prioritaire "Luna Extension" sert justement de verrou puisqu'il restreint leur utilisation à Luna. Luna qui est lui-même assujetti à la présence d'un hardware spécifique ( Apollo ).
Concernant les pertes des ressources des ventes de Satellites, on peut parier quelles pourraient être compensées par des ventes bien supérieures de plug-ins générés par la démocratisation de la plateforme UAD. On ira plus certainement vers un solution hybride où certains plug-ins seront portés sur CPU et d'autre non, ou pas entièrement. Quoiqu'il en soit, il est évident que la possibilité de faire passer certains calculs des DSP vers le CPU est la voie vers laquelle il faut foncer ! . :bravo:

Lune de miel

Pourtant j' avoue avoir été assez .... :facepalm: dépité... quand j'ai compris, juste avant l'ouverture du NAMM 2020, que Luna était un .... simple DAW
Il faut dire que pendant leur teasing, je m'étais mis en tête que Luna serait une Console virtuelle qui s'intégrerait en sortie de DAW ( à la manière de Console qui intégre AVANT son DAW ) avec surface de contrôle made by UA ;-). Une sorte de Summing virtuel à la sauce UA : rien à voir avec un DAW , quoi ! :8O:
Ma 1ère réaction a donc été hyper négative : je me suis dit qu'UA avait simplement copier la concurrence en fournissant un DAW gratuit et basique pour améliorer l'attractivité de leur cartes Apollo …. Mais quelle mouche les avait piqué ?!?! Seuls les débutants peuvent être concernés par l'arrivé du nouveau DAW sur le marché ! Au début du NAMM, je ne me sentais à peine concerné par cette annonce. j'étais loin d’imaginer que ce DAW - à peine sorti de l'œuf - me détournerait aussi rapidement de Logic X.

Logic ! un logiciel que j’utilise depuis 13 ans et dont je suis très content ! Logic X couvre quasiment tous les besoins, évolue régulièrement , et presque toujours dans le bon sens. Cela dit, j’avais longtemps essayé de bosser avec les plugs de Logic mais c'est vrai qu'il y a des outils qui me semblaient pas convaincants ( les compresseurs, notamment ) Un ami m’a prêté sa collection de plugs dont beaucoup de Waves pendant quelques mois. J’ai donc eu la chance de pouvoir essayer beaucoup de choses, et j’ai commencé à - trop - me focaliser sur les plug-ins et ce qu’ils pouvaient m’apporter.
J'y ai passé - trop - de temps ;-) Et puis, comme beaucoup, j’ai fini par m’en lasser tout en gardant quand même une curiosité pour les nouveautés;-)

C’est le simulateur Ampex ATR102 qui m’a fait monter sur la plateforme UAD il y a 7 ans. Je ne vais pas développer ici mais je met le lien où j'explique pourquoi j'ai été amené à monter sur la plateforme UAD :
https://fr.audiofanzine.com/simulateur-de-bande-vinyle/universal-audio/ampex-atr-102/avis/r.147412.html
Tout cela n'a pas été fait sur un coup de tête : il y a eu des tests, et 1 an de réflexion ( et d’économie :-)) ) avant de mettre 1800€ dans 1 Apollo Quad en promo équipé de sa carte Thunderbolt ( en promo )
Depuis, j’ai beaucoup investi dans cette plateforme, et je me suis notamment équipé d’ une Octo satellite
( https://fr.audiofanzine.com/carte-son-dsp/universal-audio/uad-2-satellite-thunderbolt-octo-core/avis/r.144757.html )

Lune Noire

Je me doute bien que beaucoup de musiciens ne procèdent pas comme moi. Les forums regorgent de questions ou de reproches qui montrent que des gens sont capables de claquer des sommes tout de même assez conséquentes sans s'informer à fond sur ce qu'ils sont entrain d'acheter. Par exemple, on voit régulièrement des gens se plaindre des DSP qui ne prennent par en charge leur plug-ins natifs. :8O:
D'autres s'estiment victimes d' un "écosystème " diabolique qui les auraient piégés en les incitant à n'acheter que des plug-ins UAD, puis en les obligeant à acheter des Satellites DSP pour les faire fonctionner. :facepalm: Cette critique s'accompagnant souvent d'une mise en doute de la qualité de plug-ins UAD qui -finalement - ne seraient pas "si meilleurs" qu'on le dit :mrg:

Je profites donc de cet avis pour lancer 2 avertissements :clin:

Aigle 1 https://www.dailymotion.com/video/x8k0sc:
Il arrive qu'on me demande mon avis pour s'équiper et je déconseille souvent l’achat d’une carte son Apollo.
C'est systématiquement le cas quand l'utilisateur est sur pécé ... mais j'espère que ça changera ;-) C'est également le cas quand les gens semblent un peu fantasmer sur le soi-disant "son" Universal Audio sans trop savoir de quoi il s'agit. Si on n'a pas la ferme intention de tirer parti des plug-ins UAD , alors aucune raison d'investir dans une Apollo. Ya pleins de cartes d'excellentes qualités et moins chères . Surtout , ne vous inquiétez pas : il faut avoir de sacrés capacités d'écoute pour différencier le son des cartes audio entre elles )
Enfin j'essaie de rendre les gens attentif à ce que sera le coût total d'une "bonne" config UAD. Surtout si vous adorez les plugs-ins, vous allez peut-être essayer d’en avoir de plus en plus ;-) Et donc bien-sur ( mais ça va probablement changer ) il faut également prévoir le surcoût des modules DSP Satellites pour faire tourner tous ces "jolis" plug-ins. A mon avis, on est relativement confort à partir de 12 DSPs dont au minimum 2 dans l'Apollo ( non , les Satellites ne sont pas des extension DSP pour Apollo )
Bien sur , il y a des exceptions : j’ai un ami qui est sur UAD depuis bien plus longtemps que moi et qui se contentent depuis 12 ans de ce qu’il avait an départ ou presque. Mais c’est un grand sage ;-)
Et peut-être que grâce à Luna, on n'aura un jour plus besoin de cartes Satellites ( si Luna propose une version native des plug-ins UAD)

Je ne me suis jamais senti "enfermé" dans un système UAD parce que c’est un choix qui a été fait en toute connaissance des contraintes qui y sont associées . Ces contraintes sont en partie les mêmes que chez es autres éditeurs : on a du mal à se sentir réellement propriétaires des ses plug-ins dès qu’il s’agit de les revendre ;)- Chez UA, c’est légèrement différent : on ne peut pas vendre de plugs-in sans le hardware auquel ils sont associés.
Renseignez-vous bien avant de plonger, et si vous ne le sentez pas, n'hésiter pas à passer votre chemin :
Il existe plein d'alternatives moins chères et probablement même mieux adaptées à votre profil utilisateur

Aigle 2: https://www.youtube.com/watch?v=8GPOHjIVkFA
La qualité exceptionnelle des plug-in UAD fait largement consensus. Mais d'autres éditeurs ne sont pas si loin derrière en matière de qualité de simulation. Évidemment la qualité d'une simulation dépend de multiples paramètres : la complexité du circuit à modéliser, la charge processeur qu'on peut affecter au plug-in, ... mais bien évidemment aussi de la qualité de l'expertise qu'on va y amener. UA est très probablement la boite qui maitrise le mieux ce domaine et qui fait systématiquement passer la qualité devant d'autres paramètres comme les économies de processeurs . Car il est certain, qu'il est très rare d'avoir de bonnes simulations qui ne soient pas gourmandes en calculs. Et c'est en grande partie du à la complexité de algorithmes qui tentent de reproduire les non linéarités ( les défauts et le caractère d'un son pour simplifier ) dont notamment les phénomènes de distorsions qui sont des gouffres de calculs.
Par exemple, simuler un égalisateur est assez peu gourmand en calculs tant qu' on s'en tient à reproduire les courbes de correction. Ce qui va totalement changer la donne, c'est de reproduire les multiples "petites" transformations qui va subir un son qui transite à travers ce circuit. Sans rentrer dans les détails, en matière de simulation comme ailleurs, le diable se cache dans les détails :mrg:
Evidemment , UAD a été rejoint sur le marché par d'autres équipes très talentueuses et certaines simulations de chez Softube , par exemple, me semble d'un niveau équivalent à celles de UAD.
Mais honnêtement, il est très difficile de faire des comparaisons dans ce domaine. Pour le néophyte en tout cas, il est très difficile d'apprécier la plus-value des meilleurs émulations par rapport par rapport à celles qui sont moins élaborées.
Pour dire les choses autrement, il ne faut pas s’attendre à un être systématiquement mis sur les fesses quand on remplace sa simulation Waves, Pluginalliance, ou un éditeur X ou Y .... par son équivalent de chez UAD. Donc sauf si vous avez la chance d’avoir des oreilles d'une exceptionnelle acuité , ne vous attendez pas à un effet WOW en écoutant un plugin UAD en dehors d'un contexte … :mrg:

Pourquoi s'embarquer - OU PAS - sur la plateforme UAD

Mais alors ? Tout cela ne serait que pure fantasmagorie ?? Voire complotage ??? !
Pire : du snobisme de bobo parisien ????? :mrg:

C'est vrai : la majorité d'entre nous ne peut probablement pas immédiatement apprécier la plus-value de la plupart des plug-ins UAD sur leur concurrents.
Mais il faut aussi reconnaitre que dans le mixage audio - comme dans la plupart des domaines un peu pointus - rien n'est immédiatement accessible pour le néophyte et il faut travailler ses capacités d'écoute pour percevoir un certain degré de subtilités.
Attention : on ne parle pas ici d’audiophilie ou d’ésothérisme musical mais bien de différences objectives et mesurables , qu’on peut facilement révéler par opposition de phase.

J’imagine que la moitié des gens qui lisaient ont déjà zappé :mrg:
Je vais essayer de faire en sorte que les autres aient raison d’être restés ;-)

Si l’apport des plug-ins UAD est tellement infime qu’on a du mal à l’ entendre , alors comment pourraient-il agir efficacement dans un mix ? ??
Tout simplement parce que ce qu'on perçoit à peine dans un certain cadre d'écoute peut devenir beaucoup plus significatif dans un autre contexte sonore.
Un mixe est quelque chose de bien plus complexe que la simple « superposition » des pistes et traitements qui le compose. La manière dont ces différents sons finiront par s'agencer pour former une nouvelle matière sonore n'a rien d'évidente. Et ce mélange instable peut changer assez drastiquement suite à la modification d'un tout petit détail.

En ce qui me concerne, j’ai eu une révélation le jour où j’ai compris que mixer , c’était un peu comme peindre à l’ aquarelle : la précision de chaque coups de pinceaux est essentielle mais si vous vous focaliser sur ces détails, vous serez incapable de peindre quoique ce soit de cohérent !
Mixer , c’est pareil : il faut bien sûr être attentif à une multitude de petits détails (quelquefois à peine audibles ), mais il faut en même temps avoir une écoute d’ensemble où le moindre changement pour provoquer une sorte de réaction en chaine.
Le grand paradoxe du mixage c’est qu’il consiste à manipuler des détail microscopiques pour former un ensemble qui ne s'apprécie qu’à l’échelle macroscopique

Et les plug-ins UAD là-dedans ?
Si il y a un plug-in qui correspond bien au fait d'être quasiment inaudible tout en agissant énormément sur le mix final, c'est le Studer A800 ( mon descriptif ici : https://fr.audiofanzine.com/simulateur-de-bande-vinyle/universal-audio/studer-a-800/avis/r.152744.html )

Un exemple plus "standard" : égalisation d'une voix lead avec une EQ Neve 1073
( Imaginons qu'il s'agisse d'égaliser la voix lead d'un groupe de soul par exemple )
Si je me focalise uniquement sur la voix pour lui trouver le réglage d'EQ parfait , je ne vais probablement pas y arriver sans avoir à y revenir sans arrêt. En fait, c'est rarement le réglage d'EQ en tant que tel sur lesquel il faut se focaliser mais plus globalement sur toutes les transformations qui vont donner du corps à cette voix et la faire exister au milieu du groupe musical. Bien plus souvent ce sont les effets de bords ( la saturation et tout un ensemble de transformations très subtiles ) qui vont être capitaux. Et c’est là qu’on va commencer à ressentir et entendre les différences entre le 1073 d’UAD et une version Waves (ou X ou Y ) . Parce que les plug-ins UAD retranscrivent toutes les transformations et pas seulement celles qui sont évidentes , l'impact du plug-in va transcender le simple fait d'égaliser et reproduire le plus fidèlement possible toute les transformations subies par le son dans le circuit analogique original.
Les EQ Waves ou autre vont faire leur boulot d'égalisateurs…. mais le choix de réglage va toujours sembler un peu … arbitraire ou incomplet . On aura rarement cette sensation d'avoir trouver le bon réglage. Attention : j'utilise ( ou ai utilisé ) des plug-ins des chez tous les éditeurs et ils font tous leur boulot. Mais je constate juste qu'ils m'amènent rarement à ces situations où je sens que j'ai sous les doigts le type de son que je recherchais.
Le plus agréable , c’est qu' on découvre littéralement le son qu'on cherchait on moment où on le trouve : on le reconnait parce qu'il sonne  « juste » . On pourra ensuite "rider" le volume relatif du chant d'une manière qui sera à la fois plus intuitive et plus "créative".
Et à la fin, pour revenir à l'exemple de départ, ça va vraiment sonner "Soul" !
Et ça, c'est essentiel ;-)

L’UAD EMT140 illustre un autre aspect du travail de UAD.
Jusqu’à l’apparition du Abbey Road Plate de Waves, la simulation de reverbe à plaque d’UAD était quasiment la seule sur le marché, ou en tout cas l’une des rares ( avec celle de Valhalla apparu quelques années plus tard ) à convaincre pas mal de gens qu’il y avait bien moyen d’obtenir le « vrai » son d’une Plate avec un plug-in.
Je pensais sincèrement que Waves allait faire mieux que UAD : 12 ans de progrès technologique dans ce domaine , ça compte ! Et j’avais vraiment envie d’aimer ce plug-in parce que ... ben j'avais vraiment de profiter de ses fameuses Plates blotties dans les greniers de chez AbbeyRoad :clin:
J’ai donc passé beaucoup de temps à le tester . Premier constat , impossible de remplacer l’UAD par le Waves : je n’ai trouvé aucun de mes anciens mix où le Waves pouvait prendre le relais malgré les possibilités de réglages du plug-in lui-même et même en corrigeant le résultat avec d’autres plug-ins ( EQ principalement )
J’ai fini par accepter que malgré tout les réglages , les plates de Waves sonnaient toujours de manière légèrement métallique et avec des grosse "bulles" de reverbs dans les fréquences mediums graves.
Je ne sais pas si c’est le sons des vrais Plates d’AbbeyRoad ( c'est bien possible ) mais en ce qui me concerne , je n'ai jamais l’utilité de plate avec ce ce son-là.
Une chose est sûre : pendant les années 60 et 70 , quand il n’existait quasiment pas d’alternatives aux reverbes à plaque , les ingésons privilégiaient les modèles d’ EMT140 qui sonnaient le plus naturellement possible. Une EMT140 qui sonnait métallique était considéré comme mal réglée ou mal entretenue. En effet, ces imposantes plaques étaient quelquefois installées dans des locaux techniques pas forcément bien ventilés et chauffés et cela accentuaient les phénomènes de corrosions, et altérait le son des plaques ...
Si la version UAD de l'EMT140 est depuis 2004 le choix de la plupart des pros, c'est probablement parce que ce le plug répond à leurs attentes et qu'il sonne exactement comme une "bonne Plate" doit sonner.
Encore une fois, s'agit pas de dire Waves fait mal son boulot mais juste de constater que UAD et Waves ne visent pas forcément le même public.

Pour s'en convaincre, on peut également écouter ce qui différencie UAD Neve Summing du Waves NLS (ou le VCC ). A l'époque où ces premiers émulateurs de sommation de Console sont sortis, on était beaucoup à s'enthousiasmer. J'avais longtemps hésité entre ces NLS et les VCC de Slatedigital avant de choisir le plug-in Waves qui me semblait un chouia plus pertinent que tous les autres.
Je me suis beaucoup consacré à mettre au point un workflow qui tire parti de ces NLS ( y compris en le détournant de son objectif initial :facepalm: ) pour finalement finir par m'épuiser et lâcher l'affaire . Après un départ enthousiasmant , je me suis rendu compte que je ne savais systématiquement pas si je préfèrais avec ou sans ! :mrg:

UAD Neve Summing est totalement différent : on n'a absolument pas d' effet bœuf, mais on entend que quelque chose de fondamental qui manque au mixe quand on le bypasse. Si vous souhaitez en savoir plus :
https://fr.audiofanzine.com/warmer-simulateur-de-grain-analogique/universal-audio/neve-summing/avis/r.175851.html


Difficile de parler de tout ça sans passer pour un UAD fanboy invétéré :-) Tanpis !
La vérité , c'est que j'utilise des plug-ins autre que UAD, mais rarement en ce qui concerne les simus.
Quoique j'apprécie et utilise certains Softube, Soundtoys,Pluginalliance, ect .. j'ai toujours constaté que je préférais l'équivalent UAD ( quand il est disponible )
Mais j'assume aussi une part de subjectivité : il y a probablement un "son" UAD qui me parle mieux :mrg:

De toute façon, si on n'est pas convaincu de la petite supériorité des plug-ins UAD , ya évidemment pas trop la raison de s’intéresser à Luna ! Et je pense donc qu'il faut insister là-dessus : si votre approche du son ne s'appuie pas sur les simulations les plus fines possibles des machines analogiques, alors Luna n'aura probablement aucun intérêt pour vous

Luna: un avenir pour la plateforme UAD :

La très bonne surprise de Luna pour un utilisateur de la plateforme UAD ce sont les versions natives des Tape https://fr.audiofanzine.com/simulateur-de-bande-vinyle/universal-audio/studer-a-800/avis/r.152744.html, et le système de summing non linéaire https://fr.audiofanzine.com/warmer-simulateur-de-grain-analogique/universal-audio/neve-summing/avis/r.175851.html
Avec Luna, on distingue ENFIN une voie d’avenir pour la plateforme UAD : les DSP qui servent pour traiter à la prise, et les CPU qui prennent le relais en mixage. On a donc le meilleur des 2 mondes : l’excellence de leur plug-ins, et la puissance des CPU multicores.

Ca fait 2 mois que je bosse sur Luna : ça ne peut pas remplacer Logic X pour pas mal de choses , mais pour du mixage pur , c'est vraiment 2 crans au-dessus. Je ne me vois plus mixer sur Logic ne serait-ce qu'à cause de la possibilité de traiter chaque piste en Tape, et chaque bus en Summing. Le mix prend immédiatement de la consistance et de la cohérence alors qu'avec Logic il faudra mettre au point une sacrée usine à gaz pour s'approcher de ce niveau-là. Je gagne du temps ( et on sait à quel point ne pas trainer sur un mix est important ) Mais je gagne aussi de la disponibilité d'esprit : moins d'énergie consacrée à " résoudre des problèmes " ou " tordre du son" . Avec Luna, le boulot se recentre sur les choix créatifs.
Et c'est d'ailleurs comme ça dès la prise de son : Luna est réellement plus fluide que Console+Logic. On est beaucoup moins la tête dans l'ordinateur et beaucoup plus dans la musique et le son.

Conclusion forcément provisoire
C'est une petite révolution de voir de produits UAD tourner en natif. D'ailleurs , et contrairement à ce que semble nous suggérer Los Teignos,si "le catalogue d’Universal Audio va proposer des synthés, des pianos et quantité d’autres instruments " ceux ci n'utilisent pas les DSP UAD. Ravel et Moog tournent sur CPU et c'est une excellente nouvelle. Je n'avais jamais espérer que UA prendrait un jour ce virage. Ca démontre déjà qu'ils sont sûr de leur système de protection. Mais ça présage certainement aussi une généralisation des versions natives de leur plug-ins. Car il est clair que l'accès au catalogue UAD en natif sera un formidable levier pour voir Luna s'imposer face à la plupart des DAW , ProTools y compris
Reste que pour chasser sur les terres d'AVID, il faudra absolument que Luna se dote d'une surface de contrôle propriétaire optimisée pour piloter la partie DAW mais aussi les dizaines de plug-ins que font le succès de l'éditeur.
Cette interface " universelle" pour piloter un catalogue de plug-ins aussi variés que celui d'UAD n'est pas facile à concevoir, mais c'est peut-être l'une des clés de la réussite de Luna chez les Pros.

En attendant , cette V1 aux allures de pré-versions est tout de même bien spartiate : pas de freeze de pistes, pas de support midi externe, pas de surface de contrôle, pas de support pour les instruments multipistes, des raccourci clavier non éditables, pas de gestion de projets.....
Je remarque également que Luna est quand même plus gourmande en CPU et surtout en GPU que Logic X : ça s'améliore de version en version , mais il reste une bonne marge de progression.

Mais ce qu'on retient finalement , c'est que malgré tout ces manques, Luna est un DAW qui est fluide et réellement agréable à utiliser. On redécouvre avec un peu d'étonnement le plaisir de bosser avec un logiciel simple et qu'on maitrise jusqu'au bout. Ca soulage des usines à tout faire que sont devenus la plupart des DAWs ;-)

On verra bien comment cette version 1 va évoluer , mais si ce qu'on entrevoit maintenant devient réalité, alors il est certain que Luna va se faire sa place sur le marché du DAW. Même si ce n'est pas demain la veille que Protools disparaitra des régies pro ( notamment dans l'audiovisuel ) , Luna va très probablement intéresser une grosse partie de cette clientèle prête à quitter Protools mais qui a besoin qu'un autre "standard" vienne le remplacer.

J'ai bien conscience de ne pas avoir abordé tous les aspects de Luna, mais je viendrai compléter ici, au fur et à mesure.
Merci de votre attention ;-)