Yamaha CS20M
+
Yamaha CS20M

CS20M, Clavier synthétiseur analogique de la marque Yamaha appartenant à la série CS.

Comparateur de prix
Petites annonces
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
  • Rss

Tous les avis sur Yamaha CS20M

  • J'aime
  • Tweet
Note moyenne :4.7( 4.7/5 sur 3 avis )
 2 avis67 %
 1 avis33 %
Rapport qualité/prix : Excellent
Insatisfait(e) des avis ci-contre ?
fratatruc31/05/2019

L'avis de fratatruc"Analo bien équipé pour studio ET scène"

Yamaha CS20M
Les ingénieurs de Yamaha avaient décidé de décliner très intelligemment la noble famille CS. Ce monodique s'offre à la créativité et au jeu mélodique.
Le large panneau nous tend les bras avec ses bons boutons. Tout y est et c'est clair: les deux VCO ont autant de paramètres l'un que l'autre, le VCF et le VCA ont droit à la même richesse de variations de LFO que les VCO, on a bien sous les doigts les pavés des 8 mémoires + réglage panneau et le plateau modulations est confortable avec ses belles molettes standard.
Pas de master pitch, donc un pitch par VCO, "inconvénient" intéressant pour le detune.
Amplitude d'octaves maxi: on monte à 2' et on descend à 64', plus l'amplitude du pitchbend ! Ultrasons de l'espace et grondements des abysses...
On peut piocher indépendamment pour chaque VCO dans la gamme des formes d'ondes triangle (= sine), saw down et square avec son PW et son PWM généré par le LFO.
Le générateur de bruit blanc s'ajoute aux VCO.
Large gamme de formes de LFO, dont "S/H"(random) ou effet de pitch up ou down à l'attaque, réglable en amplitude et en vitesse ("glide"). Grosse richesse de sons quand différent sur chaque VCO ! La molette de modulation peut envoyer du LFO sur le pitch, sur le filtre ou sur les deux. A noter: la forme et le cycle du LFO redémarrent à chaque attaque de note. Ça offre des possibilités.
Le filtre est excellent, évidemment... La qualité de la gamme CS...
Choix de liaison entre les notes: portamento (fluide) ou glissando (par demi-tons). Actif en legatto et jeu détaché. Vitesse réglable.
On peut bloquer le sustain ("initial level") et paramétrer à deux mains, utiliser les enveloppes comme formes de LFO filtre et volume (mode "repeat") et elles sont cumulables avec les formes de LFO choisies sur "fonction" !
On peut grossir le son avec le 3 ème VCO (sine) qui suit le VCO 1 en pitch et enveloppe mais pas en filtre (pas utile pour le rôle de ce gros sine).
L'enveloppe de filtre est inversable, on lui fait vraiment faire ce qu'on veut.
Entrées et sorties CV/GATE, ouvertes aux interfaces midi-USB actuelles.
Jacks audio out low, high et connexion XLR. Branchement pour pédale de sustain, switch portamento on / off et pédale de volume. Sortie casque avec volume indépendant. Ils ont mis tout ce qu'il faut.

Mais surtout le must: les mémoires ! Fini les doigts fiévreux sur tous les boutons au lieu de jouer, ou les feuilles de paramétrage laborieuses. On mémorise 8 sons perso (en gardant celui du panneau actif en plus) et les limites techniques de l'époque ont été aménagées: les paramètres en mémoire sont gelés mais seuls les boutons beiges sont mémorisés; les boutons blancs restent actifs. Donc on peut toujours bouger le cutoff ("brillance"), les pitches, le PW, l'amplitude de PWM, les temps des enveloppes ("normal" ou "X5" indépendamment en filtre et en volume, pour passer immédiatement d'une attaque smooth à rapide ou inversement, par exemple), le sustain fixe (volume du "initial level"), le temps de "glide" (atténuer ou accentuer un detune d'attaque de note), le choix "portamento" ou "glissando" et son temps, le temps de release ("sustain") et les fonctions des mollettes. Avec le pitchbend on peut transposer jusqu'à 1 octave up ou down (une basse peut très vite devenir un lead).
On a donc accès à l'essentiel de ce qu'on veut pouvoir changer, adapter en jouant. Pour moi c'est largement assez; au-delà ça serait plus de la re-programmation que de la modulation.
Les 8 mémoires sont maintenues par 2 piles AA, accessibles sous l'appareil. On sauvegarde et recharge ces mémoires en signal numérique audio, simple à enregistrer et à renvoyer.

Les sonorités sont plutôt claires ou chaudes par rapport à un Pro One, par exemple, qui sera plus "râcleux". On obtient des basses très rondes avec beaucoup de graves. La résonance est puissante même si elle évite l'excès et le cutoff est toujours savoureux (LP, BP et HP). Les leads peuvent être très brillants et vibrants. L'attaque peut bien claquer. On peut créer des loops intéressantes (random, variations de pitch avec intervalle entre les VCO, etc...).
Le seul reproche que lui font mes petits bras, c'est qu'il est lourd, le salaud ! Le look classieux et la masse du mobilier hifi des seventies...
tuchap31/05/2013

L'avis de tuchap"Instrument analogique exceptionnel!"

Yamaha CS20M
C'est un synthétiseur mono de la fin des années 70, à 3 octaves, 2 VCO et 1 LFO.Il a la particularité d'avoir 8 mémoires commandées par des gros boutons carrés aisément accessibles, rien à voir avec les petits switchs à 2 balles que l'on trouve maintenant. Notons qu'il y a une interface cassette qui permet de sauvegarder ses presets.
Le design est superbe, il y de la place, pas de miniaturisation à outrance, tout est clair et bien rangé. La fabrication fait qu'il n'est pas léger, c'est du massif, mais robuste comme un tank.
Son gros point fort est d'avoir une section de réglages d'expression très complète à gauche du clavier: les deux molettes pitch bend/modulation, du classique mais avec possibilité de choisir la plage d'action du pitch bend. Génial. On a aussi accès à la fréquence de coupure du filtre, et au sustain.

UTILISATION

L'utilisation est très simple, même pas besoin de la doc, du pur bonheur. On allume, on a du son, pas de boot, pas de clic, pas de souris, pas de mot de passe, le nirvana...
La limitation technologique de l'époque veut que l'on ne peut pas éditer un son en mémoire. Il faut être sûr du son que l'on a créé avant de le mémoriser. Après, plus moyen de le retoucher (à part avec les réglages d'expression à gauche) sauf en remettant tous les réglages dans la même position et en les remémorisant. D'ou l'intérêt de faire une photo du panneau avant quand on a trouvé le son qui tue....

SONORITÉS

On peut faire des leads superbes, qui peuvent être assez agressifs pour un analogique, les sons sont très clairs, et surtout les basses...le secret tient dans la possibilité de réinjecter une sinusoïde générée par le VCO1 dans le VCA. Et là, on a des basses qui décollent tout....
On peut aussi faire des effets, bien que ça ne soit pas sa vocation première.
Il y a beaucoup de possibilités de modulation, en particulier un glide positif ou négatif(réglable en durée).
Le filtre est multimode (passe-bas, passe-bande, passe-haut), mais n'est pas auto-oscillant. Il peut cependant devenir bien mordant avec la résonnance au max. Pas génant pour moi.
Egalement très intéressant, la possibilité de multiplier par 5 la durée des enveloppes... très très bien! les attaques sont très rapides, ce qui accroit le coté incisif des leads
Rien à dire, du très beau son analogique, dans la lignée des mythiques CS-80 (c'est exactement les mêmes circuits qui sont utilisés dans le CS-20M).

AVIS GLOBAL

Un instrument de cette qualité n'a pas de prix. Attention seulement si il y a des pannes, les circuits Yamaha sont très difficiles (voire impossible) à trouver sur le marché. Donc tout tester avant l'achat!
patrice_17/10/2004

L'avis de patrice_"Le grain de la famille cs"

Yamaha CS20M
Un petit synthé mono (ni par la taille, ni par le poids !!!).
2 VCO, 1 LFO, 1 générateur de bruit blanc, 1 filtre multi-mode (LP-BP-HP), 2 ADSR.
Programmable, 8 mémoires avec sauvegarde sur cassette (!)
Les programmes une fois enregistrés ne sont plus éditables sauf quelques règlages (boutons blancs)
Clavier agréable. Connectique complète, sortie jack ou xlr, pédale volume, sustain, portamento, casque, CV, cassette
Des contrôles "main gauche" complets : 1 pitch bend, 1 modulation, 1 sustain (qui allonge le release sur les deux enveloppes), 1 brillance (freq de coupure vcf), 1 portamento.
A noter le Glide sur les VCO qui permet de faire une attaque sur la fréquence du VCO, soit montante, soit descendante.

UTILISATION

Utilisation simplissime ! c'est le point fort de l'appareil. Une bonne conception, une bonne ergonomie. Un panneau de commande très clair, voire didactique. Des commandes "main gauche" très bien disposées. Avec un peu de doigté, on peut jouer du filtre, du bend, du portamento, etc... tout en même temps. Un synthé anti prise de tête ! ...
Ses 8 programmes (une infinité avec l'interface cassette !) et sa facilité d'utilisation en font un synthé idéal pour le live .

SONORITÉS

C'est un analogique, le son est donc très typé. Les enveloppes sont énergiques... c'est bon pour les leads. Une astuce : un sub-oscillo en sinusoïde permet d'arrondir le son dans les graves... c'est bon pour les basses.
Le filtre multi mode permet de varier les sonorités et de faire des sons plus fins qu'avec un passe-bas. On reconnaît alors le grain Cs. Les sons typés "string" sont magnifiques et rappellent le CS80.
Le filtre 12db est assez doux... les sons type "brass" passent bien.
Bref, une bonne polyvalence.
A noter que le signal carré n'est pas réellement carré, plutôt trapèze. Est-ce du au vieillissement des composants ?

AVIS GLOBAL

Ce fût mon premier synthé (a la fin des années 80 ...) et il m'a fait découvrir les joies de la synthèse. A l'époque (je n'y connaissais absolument rien), j'ai choisi ce synthé à cote d'un MS20 KORG. Aujourd'hui, et après avoir eu l'occasion de réécouter le MS20, je ne regrette pas ce choix. Le KORG est bien plus complet et plus interessant pour la bidouille. Mais le Yamaha le surclasse par son ergonomie, son expressivité. Pour ce qui est du son, il d'agit de deux identités totalement différente, et là je préfère le Yamaha qui est plus chaud, moins brutal.
Je n'utilise plus les synthés, mais j'ai eu l'occasion de le sortir pour un boeuf orienté jazz. A ma grande surprise, ce synthé s'intègre parfaitement, du point de vue musical, avec les autres instruments. En particulier avec les cuivres.

Les "plus" par rapport aux autres synthés monophoniques de cette génération :
- programmable (les autres que je connais sont MOOG SOURCE, Oberheim OB-1, RSF KOBOL, OSC OSCar, Roland Promars)
- filtre multi-mode
- fonction "Glide" sur les VCO
- oscillateur sinus supplémentaire post VCF

Seul problème : lourd et encombrant. Mais pourquoi donc Yamaha a conçu les instruments de cette époque (série CS et SK) comme des meubles de salon ???