Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Arturia KeyLab 49
Photos
1/236

Test Arturia KeyLab 49

Clavier maître MIDI 49 touches de la marque Arturia appartenant à la série KeyLab

Dans le labo, nouvelle génération
7/10
Partager cet article

Depuis le lancement d’Analog Factory en 2006, Arturia nous en a proposé plusieurs déclinaisons, en créant notamment une association clavier-logiciel. Voici la dernière version en date, accompagnée de nouveaux claviers, les KeyLab.

Après l’aven­ture Storm, Artu­ria en 2003 prend un nouveau départ, avec la produc­tion de versions logi­cielles de synthés analo­giques mythiques, grâce, entre autres, à une tech­no­lo­gie maison, la TAE (pour True Analog Emula­tion). D’abord une copie du Moog System 3C, parue sous l’ap­pel­la­tion Moog Modu­lar V. Depuis, et en mettant de côté le travail de l’édi­teur/fabri­cant sur les boîtes à rythmes (de type SparkLE ou VDM) ou hard­ware comme les excel­lents Origin et la non moins réus­sie série des Brute (Micro, Mini) sont appa­rues des décli­nai­sons virtuelles aux bonheurs divers de Mini­moog, ARP2600, Yamaha CS80, SCI Prophet 5 et VS, Roland Jupi­ter 8 et plus récem­ment Oberheim SEM jusqu’à un Wurlit­zer

Depuis 2006, l’édi­teur a eu l’idée de réunir les moteurs audio de ses synthés au sein d’un logi­ciel géné­rique, l’Analog Factory, propo­sant de nombreux présets (2000) et quelques réglages, une véri­table boîte à sons comme on pouvait en trou­ver à une certaine époque sous forme de racks dédiés aux possi­bi­li­tés de synthèse limi­tées, mais qui pouvaient suffire aux musi­ciens ne souhai­tant ou ne pouvant pas rentrer dans les profon­deurs de la synthèse.

L’idée était inté­res­sante en soi, et l’est deve­nue encore plus quand, en 2007, l’édi­teur a asso­cié à son logi­ciel des claviers de commande, sous le nom d’Analog Factory Expe­rience, avec un clavier de 32 touches fabriqué par CME, doté d’une inté­gra­tion idéale à la nouvelle version du logi­ciel, l’Ana­log Factory 2.0, regrou­pant les six moteurs des synthés dispo­nibles à l’époque et offrant cette fois 3500 présets (n’ou­blions pas le concept boîte à sons). Le clavier pouvait aussi faire office de clavier MIDI géné­rique.

Machine de test 

MacPro Xeon 3,2 GHz
Macbook Pro i7 2,3 GHz
OS 10.9.3
Logic Pro 10.0.7
Analog Lab 1.1.0
Midi Control Center 1.1.0
Analog Expe­rience KeyLab 49 v.1.33

Quelques années plus tard, en 2010, l’édi­teur passe la surmul­ti­pliée avec l’Ana­log Expe­rience Series, dotée de trois claviers (exit la colla­bo­ra­tion avec CME), The Player (25 notes), The Factory (32 notes) et The Labo­ra­tory (49 notes), ce dernier étant doté d’une nouvelle version du logi­ciel, Analog Labo­ra­tory. Fin 2011, appa­raît la version 61 notes du clavier, et l’adjonc­tion d’un logi­ciel de contrôle, The Labo­ra­tory Midi Control Center.

Et voici qu’à la Musik­Messe de 2013, Artu­ria présente une nouvelle série de contrô­leurs, les claviers KeyLab, dispo­nibles en versions 25, 49 (celle testée ici) et 61 notes. L’édi­teur annonce une version haut de gamme en 88 notes, peut-être atter­rira-t-elle dans les bureaux d’AF. En complé­ment, le package logi­ciel a été revu, l’en­semble de synthés s’ap­pelle Analog Lab et le contrô­leur, Midi Control Center. C’est parti pour une descente dans le Lab.

Intro­du­cing Artu­ria KeyLab 49

Arturia KeyLab 49

L’en­semble se compose donc d’un clavier de 49 touches aux dimen­sions assez consé­quentes (le clavier, pas les touches…), d’où une boîte qui en impose, d’un câble USB 2.0, d’un manuel et d’un guide d’ins­tal­la­tion rapide, compre­nant le numéro de série et l’Un­lock Code. 

On ira s’en­re­gis­trer sur le site de l’édi­teur, en y rensei­gnant les deux codes, ce qui donnera le code d’ac­ti­va­tion qui sera demandé lors de la première ouver­ture du logi­ciel dont on télé­char­gera la nouvelle version sur le même site. La protec­tion est toujours assu­rée via les eLicen­ser de Synchro­soft/Stein­berg, mais plus besoin d’ou­vrir l’eLi­cen­ser Control Center, la nouvelle appli­ca­tion d’Ar­tu­ria fait tout le travail pour nous, c’est trans­pa­rent, rapide, bien vu. Atten­tion, il faut quand même une connexion inter­net pour acti­ver/auto­ri­ser le logi­ciel. Bonne nouvelle : on peut choi­sir de placer l’au­to­ri­sa­tion sur une clé ou sur le disque dur.

Le logi­ciel est compa­tible Mac (Mac OS 10.6 et supé­rieur) et PC (Windows 7 et 8), demande dans les deux cas au moins 2 Go de Ram et un proces­seur multi­cœur à 2 GHz, et est dispo­nible sous la forme d’une appli­ca­tion auto­nome et plusieurs formats de plug-ins, VST 2.4, VST 3, RTAS et AudioU­nit, le tout en versions 32 et 64 bits. On véri­fiera que le firm­ware du clavier est à jour, la procé­dure de mise à jour étant extrê­me­ment simple, et effec­tuée via le MIDI Control Center.

Physique avan­ta­geux

Clavier impo­sant donc, puisque quasi aussi long que The Labo­ra­tory en version 61 notes et plus large que lui : à peu près 86 × 25 cm pour The Labo­ra­tory et 80 × 30 cm pour le KeyLab. Ceci est dû à l’ar­chi­tec­ture rete­nue, à l’im­plé­men­ta­tion des contrôles. Bois et métal (alumi­nium) sont toujours présents, donnant une sensa­tion de robus­tesse agréable, sachant que les points faibles des précé­dentes versions sont plutôt à cher­cher du côté des faders et rota­tifs.

Arturia KeyLab 49

Les molettes ont été rame­nées dans une partie prolon­geant le clavier sur la gauche, et tous les contrô­leurs ont gagné en dimen­sion. On dispose donc de 49 touches de taille normale, d’un toucher semi-lesté, envoi de la vélo­cité et de l’af­ter­touch, de deux enco­deurs cran­tés avec vali­da­tion par pres­sion, de six boutons assi­gnés aux fonc­tions de trans­port, de 10 rota­tifs, d’un bouton de volume, de 10 boutons assi­gnables, de deux molettes, trois switches (Sound, Multi et Edit), deux boutons d’oc­tave pouvant bascu­ler en demi-tons, de neuf faders (deux banques d’ADSR, plus un, donc idéal pour du pilo­tage de Hammond et autres orgues à tirettes) et de 16 pads répon­dant à la vélo­cité et à la pres­sion. Le tout est complété par un écran LCD à 32 carac­tères, qui renvoie les infos du logi­ciel (affi­chage du nom des présets, etc.). Petite préci­sion, qui a son impor­tance : rota­tifs et faders offrent en fait deux numé­ros de contrô­leurs, puisque l’on dispose de deux banques, Bank 1 et Bank 2 (si, si). Petit regret, les faders laissent toujours une image fantôme de leur posi­tion dans la fenêtre du logi­ciel tant qu’on n’a pas accro­ché leur posi­tion par défaut lors du char­ge­ment du son, ce qui peut pertur­ber en live sous certaines condi­tions d’éclai­rage.

Arturia KeyLab 49

À l’ar­rière, on retrouve les connexions habi­tuelles, duo MIDI In et Out, connec­teur USB, entrées pédales (Sustain et Expres­sion), une autre pour pédale Aux, l’in­ter­rup­teur et la borne pour alimen­ta­tion facul­ta­tive (et non four­nie…) ainsi qu’une entrée pour Breath Control­ler, déjà présente sur The Labo­ra­tory, et pour laquelle il faut remer­cier l’édi­teur, tant la chose se fait rare.

Les faders disposent d’une course plus longue, et sont donc plus précis, tandis que les rota­tifs montrent une résis­tance qui rassure a priori. Tous les boutons et pads sont rétro-éclai­rés, affi­chant un beau bleu, cohé­rent avec le reste de la gamme, Spark et BeatS­tep. Le clavier se révèle assez agréable à jouer, malgré ses envois de vélo­cité un peu élevés par rapport aux autres claviers du studio. Mais les sensa­tions sur les touches et la prise en main des contrô­leurs sont agréables, même s’il faut appuyer assez fort sur les switches.

Du pareil au même ?

On note aussi des chan­ge­ments impor­tants, notam­ment dans le logi­ciel de contrôle, plus clair et immé­diat, et surtout dans son approche multi­con­trô­leur : en effet le logi­ciel est main­te­nant conçu pour gérer tous les instru­ments et contrô­leurs hard­ware de l’édi­teur, y compris les modèles de claviers précé­dents et les Spark (on peut choi­sir le maté­riel désiré dans un menu dérou­lant). En revanche, le KeyLab 88 n’est pas implé­menté, ce qui laisse suppo­ser quelque temps encore avant sa sortie. Un bon point en tout cas, l’uni­fi­ca­tion a, dans ces cas-là, du bon…

Arturia KeyLab 49

Les plus gros chan­ge­ments logi­ciels inter­viennent cepen­dant au niveau de la nouvelle mouture de la boîte à sons. Premier chan­ge­ment d’im­por­tance, la refonte graphique. Finie la petite fenêtre aux couleurs pastel, voici les fonds noir et gris avec couleurs pétantes et contrastes affi­chés. Et c’est tant mieux : il était en effet assez diffi­cile de lire de loin le nom des présets en mode Scene (oui, bon, l’âge, tout ça, bref…). Tandis que là, tout se lit faci­le­ment, avec une petite réserve pour le nom des contrô­leurs. 

Petite coquet­te­rie (mais assez pratique à l’usage), une vue Studio affiche tous les synthés dispo­nibles, et un clic sur l’un d’entre eux affiche aussi­tôt les programmes conçus sur ce synthé. On retrouve ce système de filtrage dans la page Preset, avec cette fois beau­coup plus de filtres, entre Instru­ments, Types, Charac­te­ris­tics et Options. Rien d’in­édit, en dehors des chan­ge­ments graphiques, le filtre reste le même. Quant au navi­ga­teur, il gagne trois colonnes, Rating, Desi­gner et Fact. (pour préset d’usine) mais en perd une qui pouvait s’avé­rer pratique, celle de la consom­ma­tion CPU. Le comp­teur indique une diffé­rence de 673 présets en faveur d’Analog Lab (5000 en tout dans la caté­go­rie Sound), mais il semble que la tota­lité (je n’ai pas véri­fié les 4327, désolé) des présets d’Ana­log Labo­ra­tory sont ici four­nis à l’iden­tique, et donc complé­tés, de façon inégale suivant les synthés : si le Wurlit­zer n’en gagne aucun, le SEM V se voit grati­fié de 15 présets supplé­men­taires, le Prophet VS de 34, le Prophet V de 60, le Modu­lar V de 120, le Mini V de 100, le Jupi­ter-8V de 130, le CS80 V de 101 et l’ARP2600 V de 113.

À plusieurs 

Arturia KeyLab 49

Dans les précé­dentes versions, les pads en mode Scene permet­taient de déclen­cher des fichiers ryth­miques : le mode, la fonc­tion et les fichiers d’usine corres­pon­dants ont disparu, ils sont main­te­nant rempla­cés par un mode Multi bien plus inté­res­sant. On y cumu­lera deux sons (le char­ge­ment se fait en glis­ser-dépo­ser depuis le navi­ga­teur, pratique et bien vu), en Layer ou en mode Split, avec réglage de tessi­ture, canal MIDI, réglage d’oc­tave et de trans­po­si­tion.

Chaque partie dispose bien entendu d’un volume et d’un pan, mais aussi de deux départs d’ef­fets avec réglage pré ou post. Les deux effets en ques­tion sont chacun munis d’un Bypass, d’un réglage Dry-Wet. Leurs réglages varient bien entendu suivant le type d’ef­fet, que l’on choi­sira entre 17 modèles, de l’EQ à la réverbe, en passant par tous les effets tempo­rels, de modu­la­tion, de dyna­mique et de satu­ra­tion. Pas de génie parti­cu­lier dans ces effets, mais une belle palette effi­cace, ce qui est après tout ce qu’on demande dans ce type de contexte.

Dans la section Master, on ajus­tera le volume global ainsi que les deux retours d’ef­fets. Une dernière partie Control Assign permet d’ac­ti­ver/désac­ti­ver les contrô­leurs suivants pour l’une et/ou l’autre partie : Pitch Bend, Modu­la­tion Wheel, After­touch, pédales de Sustain et Expres­sion. Rappe­lons aussi que les posses­seurs des versions complètes des instru­ments logi­ciels d’Ar­tu­ria pour­ront éditer les sons, les sauve­gar­der, les taguer, etc.

Arturia KeyLab 49

Du côté des Pads, tout change, donc. On s’en servira dans le cadre de l’uti­li­sa­tion conjointe avec Analog Lab pour déclen­cher des accords ; avec d’autres appli­ca­tions, ils peuvent être utili­sés pour des actions ryth­miques, émet­tant par défaut sur le canal 10, c’est-à-dire la norme pour les boîtes à rythmes. Tout cela est bien évidem­ment modi­fiable pad par pad, avec assi­gna­tion indé­pen­dante du canal, de la plage d’en­voi de vélo­cité, la plage d’af­ter­touch, la note, le type d’évé­ne­ment émis (Control, Control Toggle, Note Toggle, MIDI Note et Program Change). Merci.

Mais reve­nons au déclen­che­ment d’ac­cord : on peut sélec­tion­ner n’im­porte quelle note MIDI et le type d’ac­cord suivant 17 propo­si­tions, de majeur à mineur, en passant par les alté­rés, les accords de domi­nante et leurs varia­tions. Avec un peu de pratique et une assi­gna­tion intel­li­gente, on peut repro­duire direc­te­ment toutes les figures ryth­miques à base d’ac­cord, utili­sées dans les musiques élec­tro­niques actuelles.

Arturia KeyLab 49

On termi­nera par la section Live, qui permet de se créer rapi­de­ment des sets pour le… live, eh bien oui, en assi­gnant sons sépa­rés ou Multis aux boutons Snap­shots (avec champ pour rensei­gner le nom de la Song, par exemple), ces assi­gna­tions pouvant être sauve­gar­dées puis rappe­lées à l’en­vie. Seul problème, les temps de passage d’un son à l’autre qui dans certains cas peuvent atteindre plusieurs secondes, et les bruits surve­nant parfois lors de passage d’un son à l’autre, deux problèmes déjà poin­tés lors des tests des versions précé­dentes, et toujours pas réso­lus à l’heure actuel­le…

Un comparo de poids… 

Ayant procédé lors du test du Nova­tion Laun­ch­key 61 à des mesures maison de l’en­voi de la vélo­cité (qui est, rappe­lons-le, une mesure de la vitesse, et non de la force, avec laquelle on attaque une note), on va recom­men­cer pour l’Ar­tu­ria KeyLab 49, ce qui permet­tra de le compa­rer aux quatre autres claviers déjà testés selon le même proto­cole : courbe de réponse à la vélo­cité linéaire (quand c’est possible), neuf lâchers d’un poids de 100 grammes sur la même touche blanche (le bord du poids est à la verti­cale de celui de la touche, le poids est posé sur la touche sans le lais­ser peser, suivi d’un lâcher brusque), puis moyenne des neuf, avec indi­ca­tion des valeurs les plus faible et plus forte.

Arturia KeyLab 49

Voici les résul­tats : 

  • Artu­ria KeyLab 49 : vélo­cité 36–66 (56 de moyenne, aux écarts les plus grands, mais assez cohé­rent dans les valeurs répé­tées).
  • Artu­ria The Labo­ra­tory 61 : 56–73 (64.4).
  • Kurz­weil K2500X : 37–39 (37.8, le plus régu­lier, avec six fois 38).
  • Nova­tion Laun­ch­key 61 : 43–52 (48.6, avec cinq fois 52).
  • Yamaha SY99 : vélo­cité 19–24 (21.7).

On connais­sait déjà les diffé­rences parfois hallu­ci­nantes d’un clavier semi-lesté à un autre (de 19 à 73).

Le résul­tat d’aujour­d’hui montre encore un compor­te­ment parti­cu­lier sur les claviers Artu­ria, envoyant une mesure de vélo­cité assez haute, en raison d’une résis­tance moindre que sur les autres claviers. Il sera toujours aussi déli­cat de passer après deux heures de jeu, du SY99 à l’Ar­tu­ria…

Bilan 

Indé­nia­ble­ment une belle progres­sion pour la partie logi­cielle, que ce soit d’un point de vue graphique, l’en­semble étant bien plus lisible sur scène, que d’un point de vue pratique, avec les réus­sies sections Multi et Live. La première permet­tra aux non-posses­seurs des synthés indi­vi­duels de faire (un peu) de sound design grâce aux effets et à la gestion des Layers, la seconde pourra être utile sur scène, nonobs­tant les bruits et retards lors des chan­ge­ments de sons, ce qui pour­rait être le seul reproche à faire à l’Ana­log Lab.

Le clavier quant à lui est une belle évolu­tion, avec notam­ment le double ensemble via switch Bank 1 et Bank 2 de faders et rota­tifs, et l’adjonc­tion de 16 pads agréables, même si deman­dant une certaine frappe pour déclen­cher des valeurs faibles. Il faut les pratiquer, voilà tout. On peut aussi éditer beau­coup plus de para­mètres direc­te­ment depuis le clavier, avec un retour d’écran LCD très clair, c’est très pratique. Et son inté­gra­tion à Analog Lab ne souffre aucun reproche, à l’ex­cep­tion de ce déca­lage et de ces bruits lors du chan­ge­ment de sons. Et on est loin des claviers de commande tout plas­tique dont les commandes restent dans les doigts, ou dont les enco­deurs/curseurs/fadeurs ne fonc­tionnent plus correc­te­ment après quelque temps d’uti­li­sa­tion (n’ou­blions cepen­dant pas que c’était le cas des premiers claviers vendus par l’édi­teur).

Bref, à 329 euros prix cata­logue (on doit pouvoir le trou­ver moins cher ici et là), cet ensemble reste une excel­lente solu­tion pour qui veut dispo­ser d’un grand nombre de sons de qualité (5000 présets, quand même…) et de possi­bi­li­tés de person­na­li­ser des présets (Multi), tout en ayant sous la main des commandes et contrôles bien pensés pour les modi­fier rapi­de­ment, en studio ou sur scène. Retrou­ver la sensa­tion de filtres et enve­loppes sous les doigts est une vraie made­lei­ne…

Pour conclure, il suffit de calcu­ler ce que cela coûte que d’in­ves­tir dans un clavier doté de carac­té­ris­tiques iden­tiques, et d’y ajou­ter une solu­tion logi­cielle aussi four­nie pour comprendre la perti­nence du posi­tion­ne­ment d’Ar­tu­ria dans ce domaine.

  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49
  • Arturia KeyLab 49

 

7/10
Points forts
  • Moteurs audio des neuf instruments d’Arturia
  • Nouvelles section Multi et Live
  • Relative puissance de la section Multi
  • 16 Pads de bonne qualité
  • Possibilité d’éditer dans les synthés complets
  • Navigateur
  • Nouveau MIDI Control Center unifié
  • 5000 présets
  • Beau clavier bois et aluminium
  • Toucher relativement agréable
  • Aftertouch
  • Nombreux contrôleurs
  • Deux banques faders et rotatifs
  • Entrée Breath Controller
  • Trois entrées pédale
  • Alimentation via USB
  • Duo MIDI
  • Prix
Points faibles
  • Alimentation externe non fournie
  • Bruits résiduels lors des changements de sons et Multis
  • Temps de chargement parfois trop long
  • Pas d’import direct de présets des synthés complets
  • Longévité des contrôleurs ?
  • Envoi de vélocité élevée trop rapidement
  • Image fantôme des faders
  • Aftertouch non assignable directement aux réglages d’Analog Lab
  • Plus réellement un « petit » clavier (dimensions conséquentes)
  • Au bout de quelques jours d’utilisation intensive, le pitch bend ne revient parfois plus correctement à sa position centrale…

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.