Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Faire le tour de Panorama

Test du Nektar Panorama P4

Alors que son Panorama P4 s’est rapidement imposé comme une solution dédiée à Reason incontournable, tout en offrant des possibilités de contrôles génériques, Nektar offre maintenant une intégration complète à Logic Pro. Complète ? Voyons cela.

Aux premiers temps de la luthe­rie élec­tro­nique, les choses étaient assez simples en ce qui concerne les commandes. Rappe­lons d’abord qu’il a fallu le travail du bon Dr Moog pour qu’un clavier CV/Gate (1V par octave) appa­raisse comme inter­face homme-machine, une inter­face que l’on pour­rait défi­nir comme natu­relle, puisqu’­hé­ri­tée d’une longue tradi­tion d’ins­tru­ments à clavier, y compris incluant les premières tenta­tives, Multi­mo­nica, Ondio­line ou Nova­chord pour n’en citer que quelques-unes. Cette inter­face, une fois large­ment adop­tée, n’a pas fait oublier que d’autres solu­tions étaient tout aussi valables, même si peut-être moins pratique pour un résul­tat stric­te­ment tempéré.

Machine de test

MacBook Pro i7
MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.10.5
Nektar Pano­rama P4
Logic 10.2

En plus de ce clavier, comme évoqué, les choses étaient simples, puisque la plupart du temps le prin­cipe était « un bouton, une fonc­tion ». On avait ainsi un accès immé­diat, et intui­tif, au travail du son, sans passer par quan­tité de menus, de combi­nai­sons de touches, etc. Évidem­ment, cela était possible grâce au côté évident de la synthèse majo­ri­tai­re­ment en vogue, la synthèse sous­trac­tive analo­gique. Mais les choses se sont compliquées avec l’ar­ri­vée du numé­rique, les possi­bi­li­tés de modi­fi­ca­tion et la multi­pli­ca­tion des sources sonores et de leurs modu­la­tions ont vite résulté en des instru­ments offrant quelques boutons, des écrans, et des pages et des pages de menus et sous-menus pour arri­ver à program­mer un son. La complexité de l’in­ter­face, et la perte de son côté intui­tif étaient le prix à payer pour la richesse ainsi offerte. Mais on s’y est fait…

L’ar­ri­vée de l’in­for­ma­tique musi­cale (celle embarquée dans un ordi­na­teur au départ multi­tâche, car les stations de travail type Korg, Yamaha, Kurz­weil et autres ne sont jamais que des ordi­na­teurs dédiés) a encore plus emmené vers des abso­lus sans contrôles hors la souris et le clavier de l’ordi, avant que les construc­teurs ne réagissent et proposent qui des claviers de commande truf­fés de contrô­leurs, qui des surfaces de contrôle offrant faders et rota­tifs. Et dans la conti­nuité de ces déve­lop­pe­ments, des solu­tions propo­sant le meilleur des deux.

On ne parlera pas ici, même si c’est un sujet fonda­men­tal, car capable de modi­fier notre approche de la musique, de sa pratique, des gestes fonda­men­taux utili­sés pour créer un son, des nouvelles surfaces tactiles, des nouveaux contrô­leurs de type Karlax, Seaboard (bien­tôt en test sur votre site favo­ri…) ou de ceux déve­lop­pés par McMil­len, Smith et autres fous furieux de la recherche sur le rapport inter­face homme-machine.

Nouveau venu sur la scène des claviers de commande, Nektar a d’abord fait parler de lui en offrant, en 2012, une solu­tion mêlant clavier et surface de contrôle spéci­fique­ment dédiée à Reason, même si utili­sable par ailleurs de façon géné­rique. En voici une nouvelle décli­nai­son consa­crée à l’usine à gaz d’Apple, Logic Pro, et acces­soi­re­ment à l’ap­pli­ca­tion dédiée au live du même éditeur, Mains­tage. 

Intro­du­cing Nektar Pano­rama P4

Sorti du carton, le clavier en impose, avec ses sept kilos (malgré une construc­tion tout plas­tique), ses 49 touches, son écran TFT couleur (plutôt tri, voire bichrome pour être plus précis), ses molettes rétroé­clai­rées (un rouge qui tranche sur la partie blanche de la façade) et ses nombreux enco­deurs et faders. Si la partie noire de la face avant est plutôt réus­sie, on peut être en revanche moins convaincu par le choix du blanc brillant pour le reste, qui peut se salir très vite. Mais il est clair que le P4 impres­sionne, d’au­tant que ses dimen­sions ne sont pas négli­geables (80 cm pour la plus grande, et 33 cm pour la profon­deur) et que son clavier surélevé rajou­tant à l’im­pact visuel du contrô­leur.

La liste des outils de contrôle est tout aussi impres­sion­nante : deux molettes, un fader ALPS 100 mm moto­risé (flanqué de trois boutons, Fader, Mute et Solo et deux indi­ca­teurs lumi­neux pour l’au­to­ma­tion), 17 rota­tifs sans fin, neuf faders, 12 pads répon­dant à la vélo­cité et à l’af­ter­touch, 11 boutons, plus les 15 répar­tis au-dessus et en dessous de l’écran, et 12 boutons pouvant passer de commandes de trans­port et divers para­mètres à des touches de fonc­tions (de F1 à F11, l’une étant réser­vée au bascu­le­ment de mode Trans­port/Func­tion).

À l’ar­rière, on dispose du bouton d’ali­men­ta­tion, d’une sortie Midi sur Din cinq broches, d’une prise USB type B pour la connexion à l’or­di­na­teur, d’une autre mini-USB dédiée à l’ali­men­ta­tion du fader moto­risé, et de deux entrées sur jack pour pédale d’ex­pres­sion et pédale de sustain. Oui, vous avez bien lu, il faut une alimen­ta­tion pour le fader moto­risé et ses boutons, ce qui oblige à mobi­li­ser un port USB sur l’or­di­na­teur hôte. Atten­tion à bien prendre en compte cette donnée, sous peine de perdre un des avan­tages du clavier, et afin de gérer au mieux ses ports dans le cas d’uti­li­sa­tion d’in­ter­face audio, de clés iLok, Syncro­soft ou autres, de disques durs, etc. sachant que la solu­tion à base de hub n’est pas toujours la plus stable dès que l’on travaille en audio.

Un guide Quick Start, deux câbles USB et un chif­fon de nettoyage sont four­nis, pilotes, docs supplé­men­taires et mises à jour de firm­ware sont quant à eux dispo­nibles sur le site de l’édi­teur, sur lequel il faudra créer un compte et enre­gis­trer son produit.

Un comparo de poids…

Retour du proto­cole de mesure de l’en­voi de la vélo­cité : courbe de réponse à la vélo­cité linéaire (quand c’est possible), neuf lâchers d’un poids de 100 grammes sur la même touche blanche (le bord du poids est à la verti­cale de celui de la touche, le poids est posé sur la touche sans le lais­ser peser, suivi d’un lâcher brusque), puis moyenne des neuf, avec indi­ca­tion des valeurs les plus faibles et plus forte.
Voici les résul­tats. 

Nektar Pano­rama P4 : four­chette 39–51 (moyenne 43).

Et ceux précé­dem­ment mesu­rés :

Le toucher, lesté plutôt que lourd, est assez résis­tant, plus que celui de mon SY99, par exemple. En revanche, il y a une légère diffé­rence d’ac­tion entre touches blanches et touches noires, pas suffi­sam­ment marquée pour être gênante mais suffi­sam­ment présente pour être remarquée.

Master & Comman­der

L’objet du test étant son inté­gra­tion dans Logic (9 ou X, à partir d’OS 10.6), voyons comment cela se passe (même si la plupart des routines pour les autres STAN sont plus ou moins semblables).

On commen­cera par instal­ler les pilotes et éléments néces­saires pour chacun des logi­ciels devant être pilo­tés par le P4, ici d’abord via l’ins­tal­leur Pano­rama_P4_OSX_1.2.3.5.dmg. Il faut aussi effec­tuer la mise à jour du firm­ware si néces­saire. L’étape suivante est la mise en place des outils néces­saires via l’ins­tal­leur Pano­rama_Apple_Support_1.0.5.dmg. Il suffit ensuite d’ou­vrir Logic, de quit­ter la fenêtre Control Surface Setup qui peut s’ou­vrir, d’al­ler dans le menu Logic Pro X>Control Surfaces et de choi­sir Rebuild Defaults. La procé­dure reste donc extrê­me­ment simple.

Préci­sons tout de suite un point impor­tant : aimant le risque, on a testé le Pano­rama P4, en gardant et en utili­sant conjoin­te­ment un Nocturn de Nova­tion et la Logic Remote dispo­nible sur iPad. Et c’est avec éton­ne­ment que l’on a pu consta­ter que tout fonc­tion­nait correc­te­ment, sans problème d’in­ter­fé­rences ou d’in­sta­bi­lité. Il va de soi qu’en cas de doute, tout a été désac­tivé pour ne garder que le Nektar. Et, évidem­ment, il ne faut pas cher­cher à donner des infor­ma­tions contraires au même régla­ge…

Autre point d’im­por­tance, le construc­teur four­nit un dossier compre­nant les assi­gna­tions de para­mètres de plug-ins, à l’at­ten­tion des utili­sa­teurs ne souhai­tant pas prendre de temps à le faire. Pour les autres, une appli­ca­tion permet­tant le remap­ping des para­mètres d’un plug-in, qu’il soit un effet ou un instru­ment, est aussi four­nie, sous le nom de nkPa­no­ra­ma­Lo­gic_Tool (l’ins­tal­leur s’ap­pelle lui Pano­rama Plugin Editor.app.zip). Cette appli­ca­tion, l’équi­valent d’un éditeur de « proper­ties list » (listes de proprié­tés, de préfé­rences) du type Plis­tE­di­tor Pro, permet d’in­ter­ve­nir dans le fichier CSPa­ra­me­te­rOr­der.plist afin de modi­fier l’as­si­gna­tion et l’ordre des para­mètres. Là aussi, surpris de consta­ter que l’in­ter­ac­tion avec Auto­map n’est pas pertur­bée, et que l’on peut assi­gner libre­ment ce que l’on veut où l’on veut pour l’un et l’autre des contrô­leurs.

Bon à savoir : pour être reconnu et donc géré par l’édi­teur fourni avec le Nektar, il faut que l’ins­tru­ment/effet ait un fichier de préfé­rences. Ce n’est pas forcé­ment le cas de tous les logi­ciels de tierce partie (ceux d’Apple/Logic en incluent un d’of­fice). Il suffit alors d’ou­vrir dans Logic le plug-in qui n’ap­pa­raît pas dans la liste scan­née par nkPa­no­ra­ma­Lo­gic_Tool, et de sauve­gar­der le preset en cours à l’ou­ver­ture comme réglage par défaut (Save As Default dans le menu de la barre supé­rieure de l’in­ter­face Logic abri­tant le plug, pas dans le menu du plug lui-même), ce qui aura pour effet de créer le fichier .plist dans le même dossier. On refait ensuite un nouveau scan, et le plug appa­raît dans la liste de l’édi­teur… Le tout peut s’ef­fec­tuer sans avoir à quit­ter quoi que ce soit, Logic, l’édi­teur, l’Au­to­map, la Remote, etc. Très effi­cace et très bien réalisé, bravo, avec cepen­dant une réserve : il faudra sauve­gar­der tous les presets d’usine des plugs tierce partie sous le format .aupre­set (celui géré par le menu de Logic), si l’on veut pouvoir navi­guer via les touches dédiées du P4 (Bank et Patch).

Au cœur de la STAN

L’in­té­gra­tion est parti­cu­liè­re­ment bien pensée, la gestion de Logic s’ef­fec­tuant selon plusieurs modes clai­re­ment iden­ti­fiés et assi­gnés (et l’on peut bascu­ler très faci­le­ment de l’un à l’autre). D’abord les fonc­tions basiques, acces­sibles via les touches de trans­port et de navi­ga­tion, avec bascu­le­ment possible vers d’autres fonc­tions grâce à la touche F-Keys, qui permet d’en­voyer des macros (combi­nai­son de touches, atten­tion, Qwerty, pas Azerty) et à la touche Shift. On bascule par exemple sur le Zoom à la place du Patch.

Ensuite viennent les modes de sélec­tion/affi­chage propre­ment dits : Mixer, Instru­ment, Trans­port et Inter­nal. Le dernier permet de passer en mode Midi géné­rique, afin de prendre le contrôle de tout logi­ciel autre que ceux préas­si­gnés par Nektar. Les deux inter­mé­diaires ne sont pas utili­sés pour Logic (même si Instru­ment reflète certains para­mètres de l’ac­cès que l’on trou­vera dans Mixer, voir plus

Le premier, Mixer, reflè­tera évidem­ment tout ce qui va se passer en termes de créa­tion de pistes, de Bus, d’Aux, de Master, etc. (on peut même utili­ser les filtres de Logic pour l’af­fi­chage). Ce qui est d’abord affi­ché est l’as­si­gna­tion piste/fader/rota­tif/bouton. Par défaut, le fader est assi­gné au volume (qu’il faudra « attra­per », c’est-à-dire que le fader du P4 doit atteindre la posi­tion en cours de celui de la tranche avant d’en­trer en action). Les boutons et potards rota­tif dépendent eux du nombre de pres­sions sur les boutons Toggle. Ainsi le rota­tif peut pilo­ter le Pan ou les huit départs d’ef­fet, et le bouton infé­rieur les Mute, Solo, Record Arm et Select (permet­tant de sélec­tion­ner des canaux sans pistes, par exemple).

Ensuite on trouve des boutons sous l’écran, qui auront une fonc­tion diffé­rente suivant le menu. En mode Mixer, ils gèrent EQ, Sends, Inserts et Smart Controls. Une pres­sion sur EQ ouvre le Chan­nel EQ, et tous les para­mètres sont mappés sur les huit rota­tifs à droite de l’écran, les boutons sous ce dernier se trans­for­mant alors en sélec­teur des types d’EQ/filtres dispo­nibles dans le plug (HP, LP, Hi et Lo Shelf et les quatre para­mé­triques), les para­mètres s’adap­tant à la sélec­tion. Sends permet évidem­ment de régler les départs d’ef­fets, Inserts offre la possi­bi­lité de navi­guer, via le rota­tif Data, dans les diffé­rents plugs dispo­nibles (parfois placés dans un ordre assez incom­pré­hen­sible, telle marque se retrou­vant au milieu des plugs d’une autre marque), grâce aux boutons Slots, Cancel, Load et Page. Pratique, mais parfois un peu long, notam­ment avec des produits type UAD, qui sont tous passés en revue, soient-ils acti­vés ou non. Il est alors parfois plus rapide de reve­nir à l’in­ter­face de Logic même. Smart affiche évidem­ment les réglages prévus par Apple pour ses plugs, tout comme ceux que l’on peut para­mé­trer soi-même (Logic et tierce partie).

Enfin, on trouve un cinquième bouton, Instru­ments, qui reprend l’idée des Inserts pour les instru­ments virtuels, qu’ils soient ceux de Logic ou ceux d’autres éditeurs. Là encore, la navi­ga­tion peut être compliquée suivant le nombre d’ins­tru­ments, sachant que l’on passe parfois de la caté­go­rie AU Instru­ments à celle des AU MIDI-control­led Effects. Mais une fois le plug sélec­tionné et validé, c’est un plai­sir de pouvoir travailler quasi­ment tout de suite avec l’ins­tru­ment, et retrou­ver des réflexes issus du monde analo avec les divers rota­tifs et boutons. On rappelle que l’on gagnera beau­coup à éditer ses propres assi­gna­tions via le logi­ciel fourni, afin de ne pas avoir à navi­guer de page en page, qui peuvent parfois être très nombreuses suivant l’ins­tru­ment/effet sélec­tionné.

 

Bilan

Le construc­teur a réel­le­ment réussi son coup, la solu­tion propo­sée étant diable­ment effi­cace tout en étant d’une très grande simpli­cité à mettre en œuvre. Et si l’on veut aller plus en profon­deur, le logi­ciel d’as­si­gna­tion/modi­fi­ca­tion des para­mètres permet de confi­gu­rer n’im­porte quel plug selon ses désirs (typique­ment pour éviter de navi­guer dans les nombreuses pages pour trou­ver les para­mètres dési­rés et les plus souvent utili­sés).

Quelques petites réserves, notam­ment concer­nant l’af­ter­touch qui ne se comporte pas de façon égale sur les touches blanches et les touches noires et la mobi­li­sa­tion de deux ports USB si l’on veut dispo­ser du fader moto­risé (qui est un réel bonus pour toutes les tâches de mixage).

Si l’on ne dispose d’au­cune solu­tion de contrôle, et que l’on veut un bon clavier, la réponse offerte par les Pano­rama est idéale (impec­cable avec Logic, Mains­tage, Reason, en ce qui concerne ce que l’on a véri­fié ici). On se surprend à ne plus regar­der son écran d’or­di­na­teur et à navi­guer quasi exclu­si­ve­ment dans les menus de l’écran (sauf excep­tion mention­née). Si l’on a déjà un équi­pe­ment dispa­rate, on peut aussi penser… à s’en sépa­rer pour acqué­rir ce tout-en-un déci­dé­ment bien tentant.

8/10
Points forts
  • Conception
  • Qualité de fabrication
  • Nombre de contrôles, faders, rotatifs, etc.
  • Qualité globale du clavier
  • Intégration parfaite
  • Cohabitation possible avec d’autres contrôleurs
  • Qualité des infos sur l’écran
  • Pilotage de l’application ReWire dans la Stan
  • Permet presque de se passer (mais pas tout à fait) de l’écran d’ordi
Points faibles
  • Différence d’action et d’aftertouch entre touches blanches et touches noires
  • Couleur blanche, se salissant facilement
  • Nécessite deux ports USB
  • Navigation dans les menus Instruments et FX parfois fastidieuse

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.