Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test
Deep Impact ?

Test du Nektar Impact LX49

Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Nektar Impact LX49
Photos
1/46
Nektar Impact LX49

Clavier maître MIDI 49 touches de la marque Nektar .

Prix public : 129 € TTC

Fin 2010, la toute jeune société californienne Nektar entrait en grande pompe dans le milieu de la MAO avec le Panorama P4, un magnifique clavier/contrôleur MIDI entièrement dédié à Reason. C’est à l’occasion du MusikMesse 2013 que la marque présenta enfin un modèle plus généraliste, l’Impact LX49.

Contrai­re­ment à ce que nous aurions pu penser, ce dernier se posi­tionne clai­re­ment en entrée de gamme avec un tarif extrê­me­ment agres­sif. La qualité est-elle toujours au rendez-vous ? C’est ce que nous allons voir…

Trai­ler

S’il y a bien un « acces­soire » incon­tour­nable dès que l’on touche un tant soit peu à l’in­for­ma­tique musi­cale, c’est bien le clavier maître/contrô­leur MIDI. Seule­ment voilà, un pianiste de forma­tion n’aura certai­ne­ment pas les mêmes exigences en la matière qu’un « beat maker »… Le premier souhai­tera en premier lieu un clavier 88 touches avec un toucher lourd digne de ce nom, alors que le second se conten­tera d’un petit 25 touches du moment qu’il est pourvu d’un maxi­mum de pads, boutons, faders et autres potards à tritu­rer. Comme souvent, c’est entre ces deux extrêmes que convergent les desi­de­rata du plus grand nombre. De fait, c’est le segment où l’offre des construc­teurs est parti­cu­liè­re­ment char­gée. En effet, lorsque l’on cherche un clavier maître pas trop grand, mais pas trop petit non plus, avec un toucher correct et pourvu de suffi­sam­ment de contrô­leurs, il y a de quoi avoir le vertige ! C’est au beau milieu de cette jungle que Nektar débarque avec L’im­pact LX49.

Nektar Impact LX49

Sur le papier, il s’agit d’un clavier maître/contrô­leur MIDI USB de 49 touches sensibles à la vélo­cité et dispo­sant de 9 faders, 9 boutons de contrôle, 8 poten­tio­mètres, 6 boutons de trans­port, 8 pads sensibles à la vélo­cité, deux molettes pour la modu­la­tion et le pitch, quatre touches pour le chan­ge­ment d’oc­tave et la trans­po­si­tion, et d’une entrée pour foots­witch. Petites parti­cu­la­ri­tés, l’Im­pact LX49 offre un mapping MIDI intel­li­gent pour la plupart des séquen­ceurs ainsi que quelques fonc­tions censées faci­li­ter le pilo­tage de vos instru­ments virtuels. Le programme est plutôt allé­chant, voyons ce qu’il en est dans les faits…

Opening

Dans le carton, nous retrou­vons bien sûr le clavier ainsi qu’un câble USB, une notice papier très complète (en anglais), et enfin un DVD conte­nant les fichiers d’ins­tal­la­tion pour les DAWs compa­tibles. La bonne surprise, c’est que le DVD renferme égale­ment une version complète de Studio One Artist, une décli­nai­son pas si « light » que ça du séquen­ceur de Preso­nus. Cette version Artist vous permet­tra non seule­ment de vous mettre direc­te­ment au travail si vous n’avez pas encore une DAW digne de ce nom, mais elle vous donne égale­ment accès à un tarif préfé­ren­tiel sur les versions plus complètes de ce logi­ciel qui ne manque pas d’atouts. Merci beau­coup !

Nektar Impact LX49

Tout de plas­tique vêtu, le clavier donne tout de même un senti­ment de soli­dité de par son poids. À première vue, le toucher semble semi-lesté et plutôt agréable. Cepen­dant, l’une des touches présente un léger déca­lage par rapport aux autres comme vous pouvez le consta­ter sur cette photo. Dommage, ça gâche un peu la première impres­sion… Pour le reste, les molettes, pads, et potards sont extrê­me­ment agréables à la main et ne présentent aucun jeu, ce qui laisse espé­rer une bonne tenue dans le temps. Les faders, quant à eux, sont un poil en retrait niveau qualité avec une résis­tance inégale de l’un à l’autre.

À l’ar­rière de la bête, nous trou­vons un bouton de mise sous tension, une entrée jack 6.35 pour le foots­witch option­nel, ainsi que la prise USB. Ici, pas de prise pour une alimen­ta­tion externe puisque le courant néces­saire sera fourni par le bus USB. Certains y trou­ve­ront leur compte car ça fait une chose de moins à trim­bal­ler, d’autres râle­ront car ça pompera plus sur la batte­rie lors d’une utili­sa­tion avec un ordi­na­teur portable, à vous de voir…

Nektar Impact LX49

En parcou­rant à la va-vite le manuel, nous remarquons plusieurs choses. Tout d’abord, l’Im­pact LX49 est « USB Class Compliant » sous Windows (XP ou supé­rieur) et Mac OS X, ce qui signi­fie qu’il n’y a pas besoin d’ins­tal­ler de pilotes spéci­fiques pour qu’il fonc­tionne correc­te­ment de façon « clas­sique ». Il sera cepen­dant indis­pen­sable d’ins­tal­ler certains fichiers afin de profi­ter de l’in­té­gra­tion avec les DAWs compa­tibles. Ensuite, l’en­trée pour la pédale de sustain présente une singu­la­rité appré­ciable : elle détec­tera la pola­rité de votre pédale pour peu qu’elle soit bran­chée au clavier avant l’al­lu­mage. Cela peut paraître anodin, mais en pratique c’est vrai­ment utile car ça évite à coup sûr de se retrou­ver avec un sustain qui fonc­tionne « à l’en­vers » (ceux qui ont déjà vécu la chose compren­dront). Enfin, à notre grand déses­poir, nous appre­nons que ce clavier ne gère pas l’af­ter­tou­ch… Comme le souli­gnait notre ami Slee­pless lors du test du Laun­ch­key, comment est-il encore possible en 2013 de sortir un clavier sans after­touch ?

Une fois l’af­faire after­touch plus ou moins digé­rée, nous déci­dons tout de même de connec­ter l’en­gin à notre laptop pour voir ce qu’il a réel­le­ment dans le ventre.

The plot

Nektar Impact LX49

Le niveau d’in­té­gra­tion de ce clavier avec votre DAW dépen­dra gran­de­ment de celui que vous utili­sez. À ce jour, l’Im­pact LX49 supporte offi­ciel­le­ment Gara­ge­Band, Logic, Sonar, Digi­tal Perfor­mer, Cubase, Nuendo, Reason, Studio One et Reaper. Cepen­dant, si votre séquen­ceur ne figure pas dans la liste, tout n’est pas perdu. Le site du construc­teur indique en effet comment se débrouiller avec Able­ton Live et Pro Tools. Si vous utili­sez encore autre chose, il sera toujours possible de confi­gu­rer le pilo­tage de votre DAW « à l’an­cienne » via le MIDI Learn de ce dernier et/ou les presets utili­sa­teur de l’Im­pact. Petite paren­thèse avant de conti­nuer, si vous choi­sis­sez d’in­ves­tir dans ce joujou, nous ne saurions trop vous conseiller d’en­re­gis­trer votre produit sur le site de Nektar afin d’être tenu au courant des mises à jour et de pouvoir télé­char­ger les dernières versions des instal­leurs spéci­fiques à votre confi­gu­ra­tion. D’au­tant que l’équipe du construc­teur travaille d’ar­rache-pied au support d’autres séquen­ceurs.

Nous avons testé le LX49 avec Reaper et Studio One qui sont offi­ciel­le­ment suppor­tés, ainsi qu’avec Able­ton Live. Avec les deux premiers, une fois l’ins­tal­la­tion effec­tuée en un clin d’œil grâce à la docu­men­ta­tion four­nie, l’Im­pact se comporte comme attendu. Les fonc­tions de trans­port (arrêt, lecture, enre­gis­tre­ment, boucle, avance et retour rapide) répondent parfai­te­ment. Asso­ciées au bouton « Shift », elles donnent accès à d’autres fonc­tions bien utiles comme l’ac­ti­va­tion du métro­nome, la mise en place des marqueurs gauche et droit, etc.

Nektar Impact LX49

Une pres­sion sur la touche « Mixer » fera appa­raître la console virtuelle et assi­gnera auto­ma­tique­ment les 8 premiers faders au volume des 8 premières tranches ainsi que les 8 potards au pano­ra­mique. Les switchs en dessous des faders acti­ve­ront la fonc­tion « mute » ou la mise en solo en combi­nai­son avec le switch du 9e fader. Ce dernier fader contrôle quant à lui la piste actuel­le­ment active dans votre DAW. Il est bien entendu possible de navi­guer entre les pistes par banque de 8 via le bouton « Shift » asso­cié aux boutons des deux premiers faders.

Ces combi­nai­sons de touches sont effi­caces et simples à mettre en œuvre grâce à la séri­gra­phie présente sur le clavier. Une remarque cepen­dant, le seul retour visuel présent sur la bête est l’af­fi­chage LED à 3 carac­tères. Autant dire qu’en condi­tion de faible lumi­no­sité, c’est un peu léger… Dommage pour l’uti­li­sa­tion Live. Mais bon, le tarif plan­cher est à ce prix et dans un envi­ron­ne­ment Home Studio il n’y aura aucun problème.

Nektar Impact LX49

Les faders non moto­ri­sés et les potards n’étant pas sans fin avec couronne de LEDs, le passage d’une banque à une autre utilise un système de « soft takeo­ver » qui évitera les sauts de valeur. Dans les faits, cela se traduira par « Up » ou « dn » sur l’af­fi­cheur LED qui vous indique ainsi s’il faut monter ou descendre le contrô­leur pour reve­nir « accro­cher » la valeur de votre séquen­ceur. À l’usage, ce système fonc­tionne bien, mais par essence il sera forcé­ment impré­cis car au moment de l’ac­croche vous aurez tendance à dépas­ser légè­re­ment la valeur.

Si votre séquen­ceur ne supporte pas le « soft takeo­ver », il est possible d’ac­ti­ver la fonc­tion « Null » via le bouton idoine qui mémo­rise la posi­tion actuelle d’un contrô­leur. Si vous passez à une autre banque puis que vous reve­nez sur la précé­dente, il y aura à nouveau « Up » ou « dn » sur l’af­fi­cheur et le contrô­leur n’en­verra pas de données MIDI tant qu’il ne sera pas revenu à la posi­tion en mémoire. Cela revient au même me direz-vous, sauf que dans ces condi­tions, ça ne fonc­tionne que pour la session active. Si vous fermez votre session et que vous l’ou­vrez plus tard, la fonc­tion « Null » ne pourra rien pour vous.

Lorsqu’une piste instru­ment est active, une pres­sion sur la touche « Inst » affi­chera l’ins­tru­ment virtuel concerné et les faders et poten­tio­mètres seront auto­ma­tique­ment assi­gnés aux para­mètres de ce dernier. De quelle façon ? Eh bien ça dépend… Pour les instru­ments virtuels inté­grés à la DAW, le construc­teur a lui-même choisi les para­mètres qu’il esti­mait être les plus utiles. Et dans le cas de Studio One, il faut bien avouer que c’est très effi­cace. Par contre pour tout autre instru­ment virtuel, l’as­si­gna­tion est faite de façon tota­le­ment anar­chique. Si votre instru­ment virtuel le supporte, un petit coup de MIDI Learn et le problème sera réglé. D’autre part, avec certaines DAWs comme Reaper, l’Im­pact dispose d’une judi­cieuse fonc­tion « Grab » qui permet d’as­si­gner momen­ta­né­ment des contrô­leurs aux para­mètres de votre choix. Cepen­dant, le mapping ainsi obtenu ne sera pas sauve­gardé avec votre session.

Avant de passer à un usage plus « clas­sique » de ce clavier, un petit mot sur l’uti­li­sa­tion avec Able­ton Live qui, rappe­lons-le, n’est pas offi­ciel­le­ment supporté. Une procé­dure décrite sur le site de Nektar permet une semi-inté­gra­tion. Cepen­dant, après deux heures à nous tritu­rer le cerveau afin de faire fonc­tion­ner le bousin, ça ne marchait toujours pas… Un petit message au support tech­nique nous apporta la solu­tion clé en main dans la jour­née. Chapeau bas pour la rapi­dité d’in­ter­ven­tion ! Une fois donc le problème de l’ins­tal­la­tion résolu, l’es­sen­tiel des fonc­tion­na­li­tés étaient acces­sibles sous Live. Pour le reste, le MIDI Learn inté­gré au logi­ciel d’Able­ton fit l’af­faire.

The twist

Nektar Impact LX49

Bien que les fonc­tions de pilo­tage de DAW soient les bien­ve­nues, une machine telle que l’Im­pact sert avant tout à jouer d’un instru­ment virtuel. Sur ce point, le petit dernier de Nektar s’en tire plutôt bien. Le toucher semi-lesté est agréable et il est possible de choi­sir entre 5 courbes de vélo­cité plus 3 vélo­ci­tés fixes pour adap­ter la réponse du clavier à votre style de jeu. Le format 49 touches permet­tra un début de jeu à deux mains et les boutons de trans­po­si­tion par demi-ton et chan­ge­ment d’oc­tave donne­ront un accès rapide à l’en­semble du registre.

Rien à redire concer­nant les molettes de pitch et de modu­la­tion, elles fonc­tionnent parfai­te­ment et se glissent natu­rel­le­ment sous la main. Pour bidouiller le son de votre VSTi préféré, les potards et faders suffi­ront ample­ment même si comme écrit plus haut, la résis­tance des faders laisse à dési­rer. Notez que l’Im­pact LX49 offre 5 presets utili­sa­teur qui permet­tront d’en­re­gis­trer et de rappe­ler 5 mappings diffé­rents. Le para­mé­trage de ces presets s’ef­fec­tue très simple­ment via le bouton « Setup ».

Nektar Impact LX49

En ce qui concerne les 8 pads, le toucher est assez rigide mais une fois encore, il est possible de choi­sir entre 5 courbes de vélo­cité plus 3 vélo­ci­tés fixes, ce qui rend le jeu somme toute agréable. L’en­gin dispose de 4 banques de pads et le passage de l’une à l’autre s’ef­fec­tue aisé­ment via l’as­so­cia­tion du bouton « Shift » avec l’un des 4 pads du bas label­li­sés « Pad Map » 1 à 4.

Pour ce qui est de l’as­si­gna­tion des pads, c’est un véri­table jeu d’en­fant grâce au mode « Pad Learn ». Une fois celui-ci enclen­ché au moyen du bouton idoine, il suffit de toucher un pad puis la note sur le clavier à laquelle vous souhai­tez l’as­si­gner et le tour est joué. Vous pouvez assi­gner autant de pads que vous voulez puis reve­nir au mode de jeu en pres­sant une nouvelle fois la touche « Pad Learn ». Diable­ment effi­cace !

The end

Malgré quelques défauts, il faut bien avouer que l’Im­pact LX49 a plus d’un atout pour séduire le Home Studiste débu­tant, voire confirmé. Cela est d’au­tant plus vrai lorsque l’on possède l’un des séquen­ceurs compa­tibles, le petit inves­tis­se­ment qu’il repré­sente en vaut alors large­ment la chan­delle. Atten­tion cepen­dant, pour une utili­sa­tion orien­tée scène ou si l’af­ter­touch vous est indis­pen­sable, il vous faudra malheu­reu­se­ment cher­cher ailleurs.

Points forts
  • Livré avec Studio One Artist
  • USB Class Compliant
  • Sentiment de solidité
  • Détection de la polarité de la pédale de sustain
  • Toucher semi-lesté agréable
  • Pads, potentiomètres, switchs et molettes de qualité
  • Plusieurs courbes de vélocité pour le clavier et les pads
  • Intégration logicielle avec les DAWs supportées
  • Section transport complète
  • Fonction « Grab » pour l’assignation temporaire
  • Fonction « Pad Learn » hyper pratique
  • Facilité d’utilisation de façon générale
  • Support technique rapide et efficace
Points faibles
  • Pas d’aftertouch !
  • Utilisation difficile en condition de faible luminosité
  • Décalage d’une des touches du clavier sur le modèle testé
  • Qualité des faders en retrait par rapport au reste
  • Système de recall "soft takeover" et "Null" peu précis

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
On en parle dans les forums voir tous les sujets
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.