Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Steinberg WaveLab 8
Photos
1/43

Test du Steinberg WaveLab 8

Editeur audionumérique de la marque Steinberg appartenant à la série Wavelab

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 549 € TTC
test
27 réactions
Le labo refait des vagues

Un éditeur audio est au son ce que Photoshop est à l'image numérique : un programme non pas indispensable, mais presque.

De même que Photo­shop ne permet « que » de travailler sur des images fixes, un éditeur est à la base dédié à un seul fichier son à la fois, qu’il soit mono, stéréo ou surround. L’idée est de pouvoir retra­vailler ce son dans le moindre détail et avec un niveau de contrôle inéga­lable via une palette d’ou­tils, d’ef­fets et d’ana­lyse adap­tée. Les fichiers, de tous formats, peuvent être ensuite conver­tis selon tous types de spéci­fi­ca­tions, en batch ou non selon que l’on veut auto­ma­ti­ser les tâches ou pas. Pas de séquen­ceur ni d’ins­tru­ments virtuels ici, seule­ment un soft ultra spécia­lisé et trans­pa­rent – ce qui le rend parti­cu­liè­re­ment adapté au maste­ring – qu’au­cun produc­teur, ingé­nieur du son ou sound desi­gner, voire même musi­cien possé­dant un home studio ne devrait négli­ger.

Les ténors du genre, auxquels on se doit de compa­rer l’édi­teur de Stein­berg, sont depuis des années Sound Forge de Sony (égale­ment passé sur Mac récem­ment, avec plus ou moins de bonheur), Adobe Audi­tion ou le regretté Bias Peak (disparu il y a peu). On mettra de côté l’ul­tra puis­sant et complexe Audios­culpt de l’Ir­cam, plus proche à sa façon d’édi­teurs de spectre comme Izotope RX2 ou Sony Spec­tra­layers, ainsi que les éditeurs gratuits : on ne remplace pas 20 ans d’ex­pé­rience et d’in­no­va­tion (la première version de Wave­lab date de 1995) du jour au lende­main.

Possi­bi­li­tés et ergo­no­mie

Steinberg WaveLab 8

Ceci étant réglé, venons-en au sujet de notre review du jour: Wave­lab 8 de Stein­berg. Impo­sant avec ses 902 pages de docu­men­ta­tion en français contre 823 en anglais, proba­ble­ment du fait d’une traduc­tion hasar­deuse (loud­ness = sonie ? gate = pont ?), il donne la mesure de ce que peut propo­ser un éditeur audio digne de ce nom.

À un prix certes élevé… mais justi­fié ?

Quand on ouvre Wave­lab pour la première fois, la complexité de ce qui nous est visuel­le­ment proposé, l’abon­dance d’élé­ments, d’icônes, d’ou­tils et de menus, est de prime abord tout à fait décon­cer­tante. Pour simpli­fier les choses, il faut comprendre de quoi il retourne avant de cliquer partout : en gros soit on travaille sur une forme d’onde mono, stéréo ou surround en mode destruc­tif, soit sur un montage audio multi­piste (pour créer un CD ou un DVD audio par exemple) en mode non destruc­tif, soit sur un podcast ou un batch. À partir de là on peut retra­vailler la forme d’onde ou le montage sous toutes leurs formes, soit dans le domaine tempo­rel soit dans le domaine fréquen­tiel, à l’aide d’ou­tils d’ana­lyse et d’édi­tion dédiés sans oublier les plug-ins internes comme externes, et ce jusqu’à faire un export. 

Steinberg WaveLab 8

Quant à savoir si le programme est ergo­no­mique, tout dépend de ce qu’on entend par là. C’est sûr on est loin du mini­ma­lisme, il y a des icônes et des sous-menus abso­lu­ment partout et de nouvelles fenêtres déta­chables semblent fleu­rir à chaque instant… Pour­tant, compte tenu de la quan­tité d’in­for­ma­tions et du nombre de choses que l’on peut faire dans Wave­lab, il semble diffi­cile de faire moins. À titre d’exemple, chez Sony, pour avoir mieux, il faudrait instal­ler Sound Forge Pro 10 (la version PC), Spec­tra­layers, CD Archi­tect et une batte­rie de plug-ins dédiés à l’ana­lyse du son compre­nant notam­ment la norme EBU R128. Au final on aurait proba­ble­ment aussi bien, voire peut-être même mieux dans certains cas (notam­ment du côté spec­tral), mais serait-ce plus simple ou même moins cher ? 

Bon, reste que 900 pages de docu­men­ta­tion pour un éditeur audio c’est beau­coup, et que certains préfé­re­ront la simpli­cité d’un Sound Forge for Mac. Pas nous, par contre on aime­rait bien avoir deux écrans géants sous la main. 

Édition

Steinberg WaveLab 8

Mais rentrons dans le vif du sujet. Les outils d’édi­tion sont bien entendu à l’hon­neur : on peut redes­si­ner la courbe, créer une sélec­tion, étendre sa sélec­tion, la doubler ou la divi­ser par deux, en mémo­ri­ser le point de départ ou la longueur, l’en­re­gis­trer, inver­ser les canaux gauche et droite, lui adjoindre des marqueurs de diverses sortes, la muter, la couper en ajou­tant un cross­fade auto­ma­tique ou pas, effec­tuer une sélec­tion spec­trale que l’on éditera façon iZotope RX (en moins poussé mais avec la possi­bi­lité d’ap­pliquer une chaîne d’ef­fets de la section Master sur une partie du spectre seule­ment !), etc. Bref il n’y a pas de limite à ce que l’on peut faire ici, et tout le programme fonc­tionne sur ce type de prin­cipe : tout ce que vous souhai­te­riez faire est, en gros, possible – il suffit de trou­ver comment, ce qui n’est pas toujours une mince affaire !

Steinberg WaveLab 8

Allez, juste pour rire : dans le genre tordu on peut ajou­ter du silence en y incluant un bruit de fond de son choix, histoire de ne plus confondre silence et vide… décou­per auto­ma­tique­ment une ryth­mique en sections suivant chaque tran­si­toire via la fonc­tion Auto Split, ou exclure une section d’un fichier audio en lecture à l’aide de marqueurs, histoire d’en­tendre le résul­tat qu’on obtien­drait après l’avoir réel­le­ment effa­cée. Sérieu­se­ment, rien que le nombre de façons de couper et coller un bout de son peut donner le tour­nis. 

Côté effets destruc­tifs on trou­vera un pitch quan­ti­zing, genre d’au­to­tune aussi simple que bien fait, un pitch shift, un pitch bend façon Sound Forge avec sa courbe à dessi­ner, un time stretch de très bonne facture, des fades de toutes sortes et des arran­geurs de boucles. Ajou­tons à cela des norma­li­sa­tions de peak, de loud­ness et même de pano­ra­miques incluant la norme EBU R128 et des courbes arron­dies ou non à tous les étages, bref tout y est, sans comp­ter les effets VST/AU en temps réel au niveau clip, piste et master, sachant que ceux-ci peuvent être à tout moment appliqués de façon destruc­tive sur une sélec­tion, sur un fichier entier ou même sur un groupe de fichiers. Puisqu’on vous dit que tout y est…

Steinberg WaveLab 8

Hommage égale­ment à l’Ef­fect Morphing qui permet, après avoir appliqué un effet destruc­tif, quel qu’il soit, de le mixer avec le son d’ori­gine (ou un autre effet) suivant une courbe du même ordre. Diffi­cile à comprendre au départ – il s’agit ni plus ni moins d’une enve­loppe de wet/dry évoluée – mais extra­or­di­naire au final !

Petite critique par contre : il n’y a pas d’auto-preview sur les fonc­tions du menu Process, dont certaines en auraient réel­le­ment besoin, comme le Pan Norma­li­zer, l’En­ve­lope ou toutes les fonc­tions de pitch et stretch. C’est ennuyeux, on s’en tire dans la mesure où on peut appliquer et annu­ler en cas de besoin, mais tout de même. Et c’est encore pire pour les fonc­tions de collage spécial telles que cross­fade ou mix, puisqu’en appliquant on fait dispa­raître la fenêtre. Dans ces cas-là, on en vient presque à regret­ter Sound Forge.

Enfin pour ce qui est des effets en temps réel, on en trouve au total plus de 40 d’ori­gine, avec de très belles choses (le filtre en peigne du Post Filter, le compres­seur multi­bande, le matriçage/déma­triçage M/S, ou Exter­nal Gear pour travailler avec des effets externes, fonc­tion rare pour un éditeur audio), et d’autres qui commencent à dater. Tous peuvent se placer au niveau clip, piste ou master ainsi que dans la section master (qui s’ap­plique sur tout en perma­nence). On remarque au passage l’in­té­gra­tion (enfin !) des diffé­rents effets sous forme d’on­glets dans une même fenêtre, on n’osait plus y croire. Pour le reste on peut incor­po­rer tous les plug-ins que l’on veut, dans la mesure où ils sont aux formats VST2 et VST3, dont Stein­berg est l’in­ven­teur, ou DirectX (pour PC). Pas d’Au­dioU­nit, donc. Reste que ce qui est top avec Wave­lab et sa section d’ef­fets, c’est que non seule­ment elle fonc­tionne en temps réel, mais qu’en plus on peut appliquer tout ou partie des effets utili­sés sur une sélec­tion, sur un fichier entier ou sur plusieurs fichiers à la fois, créer ou pas un nouveau fichier dans la foulée, utili­ser le batch, etc. 

Analyses

Steinberg WaveLab 8

Évidem­ment les possi­bi­li­tés d’ana­lyse ne sont pas en reste : là où Sony a fait l’im­passe avec Sound Forge for Mac, ce qui est un comble pour un éditeur audio soi-disant profes­sion­nel, Wave­lab offre les outils suivants : Level meter, Loud­ness meter, Phases­cope, Spec­tro­scope, Spec­tro­me­ter, Bit-meter, Oscil­lo­scope et Waves­cope, chacun en multi­ca­nal (!) avec ses propres options et fonc­tions en temps réel. Pour chacun de ces outils on dispose de fenêtres flot­tantes ou pas, réor­ga­ni­sables à volonté sur plusieurs écrans. On a par ailleurs constam­ment accès à la forme d’onde (normal), au spec­tro­gramme ainsi qu’à la superbe analyse de dyna­mique, le tout en synchro si on le désire.

Steinberg WaveLab 8

Ajou­tons qu’on peut à tout moment geler les visuels, ou effec­tuer une analyse sur l’en­semble d’une sélec­tion, ce que bien peu de plug-ins peuvent faire. Comparé à cette débauche de moyens, même les outils dévo­lus à Sound Forge Pro 10 font un peu de peine, sans insis­ter donc sur ceux de Sound Forge for Mac… qui lui ne propose rien à part une visua­li­sa­tion de niveaux, et même pas à la norme EBU R128… alors qu’elle est inté­grée partout ici afin de mesu­rer et cali­brer le niveau sonore de toute produc­tion dédiée au broad­cast. Là encore il s’agit d’un plus forte­ment appré­ciable, notam­ment grâce au très utile graphique de Loud­ness de cette version 8, pour une visi­bi­lité maxi­male de ce que l’on est supposé entendre.  

Un petit extra pour évoquer la fonc­tion d’ana­lyse globale, qui nous donne tous les rensei­gne­ments qu’on pour­rait souhai­ter tout en y incluant la norme EBU R128 en plus de la puis­sance moyenne (en dB RMS), du pitch et du DC Offset, plus toutes les erreurs détec­tables telles que clips et glitches. En ce qui concerne ces derniers, il suffit alors de sélec­tion­ner les éléments détec­tés avant de cliquer sur « create markers at hot points », et Wave­lab posi­tionne des marqueurs sur chaque point en ques­tion. Mieux encore, un ascen­seur nous permet de passer de l’un à l’autre direc­te­ment et un onglet de détec­tion / correc­tion d’er­reurs, lui aussi bardé d’op­tions, vient complé­ter la donne – au cas où le bundle de Resto­ra­tion fourni par Sonnox ne suffi­rait pas ! Bref, après ça il devient diffi­cile de râler sur l’ana­lyse fréquen­tielle en 3D, bien qu’elle ne fonc­tionne pas en temps réel et n’offre que peu de possi­bi­li­tés de dépla­ce­ment ou de zoom. Soyons clair : avec ce qui est fourni ici et le niveau d’in­té­gra­tion proposé, je doute qu’un ingé­nieur maste­ring ait besoin d’autre chose.

Montage audio

Steinberg Wavelab 8

Le montage dans Wave­lab est de prime abord un curieux exer­cice, auquel on s’ha­bi­tue bien vite. Il s’agit, après avoir édité les fichiers indi­vi­duel­le­ment, de les placer dans une time­line, soit pour créer ou modi­fier une séquence comme on le ferait dans Pro Tools par exemple (mais sans MIDI), soit pour créer un CD ou un DVD audio, voire un podcast. La section montage a ses propres menus et outils, est multi­piste et non destruc­tive, et se gère via des fenêtres dédiées (Clips, Markers, Effects en haut à gauche, Focu­sed Clips à droite, etc.). Là encore il y a plus d’op­tions que l’on peut en souhai­ter (le ducking par exemple, ou comment adap­ter auto­ma­tique­ment le niveau d’une piste en fonc­tion d’une autre), toutes les courbes peuvent être arron­dies et chaque élément ou courbe peut-être bloquée pour éviter toute mani­pu­la­tion ulté­rieure non souhai­tée. Les clips, quand on les super­pose, génèrent auto­ma­tique­ment des cross­fades ajus­tables afin de ne pas satu­rer. Mais mieux encore, Wave­lab 8 intro­duit le concept de Super­Clip. Derrière ce nom ronflant se cache un montage dans le montage, ce que d’autres appel­le­raient plus simple­ment un groupe (il y a égale­ment des groupes dans Wave­lab), sauf qu’on peut l’ex­por­ter et l’ou­vrir à tout moment et qu’il est tout de même bien pratique lorsqu’on travaille en multi­piste avec un projet complexe. Enfin un système de backups auto­ma­tiques confère à l’en­semble une sécu­rité bien agréable. Pas suffi­sant ou un peu trop complexe (au choix) pour rempla­cer un bon vieux Pro Tools sur un mix complet, mais un outil dont il serait bien naïf de sous-esti­mer la puis­sance.

Moni­to­ring, maste­ring et gravure

Steinberg WaveLab 8

Les fonc­tions d’édi­tion, d’ana­lyse et de montage étant comprises, on va enfin pouvoir passer au maste­ring, pour lequel Wave­lab est clai­re­ment bien adapté avec son nouveau système de gestion de haut-parleurs inté­gré : on y trouve jusqu’à 8 systèmes de moni­to­ring et de play­back pour un maxi­mum de 8 entrées/sorties (on peut donc gérer du 7.1), avec présets assi­gnables, gain indi­vi­duel pour chaque système et l’as­su­rance que le son restera trans­pa­rent jusqu’au bout. Splen­dide idée. Plus étrange, la même limi­ta­tion appa­rait pour les entrées et sorties physiques ASIO (donc pour l’en­re­gis­tre­ment et l’uti­li­sa­tion de maté­riel hard­ware par exemple). Du coup avec notre Fire­face UFX et ses 30 entrées/sorties on se retrouve bloqués sur 8. Dans la majo­rité des cas ça suffira mais tout de même, il y a là comme un problème. 

Mais reve­nons à notre maste­ring. Au risque de se répé­ter, on rappel­lera que non seule­ment les outils d’ana­lyse sont nombreux, mais qu’ils peuvent travailler en entrée, sur le play­back ou même en sortie de section d’ef­fets avec possi­bi­lité d’in­sé­rer un point de moni­to­ring après chaque plug-in, au choix. Avec le freeze pour la plupart des outils en ques­tion et la possi­bi­lité de les lancer sur un fichier entier en quelques secondes, on ne peut pas faire mieux. 

Steinberg WaveLab 8

Pour ce qui est des outils dédiés, Wave­lab peut gérer les plug-ins externes au niveau clip, piste et/ou master. Là encore, très bien. Les nouveaux plugs internes de cette version incor­porent Voxengo CurveEQ, un égali­seur para­mé­trique mons­trueux en termes de possi­bi­li­tés ; Stein­berg Brick­wall Limi­ter et Tube­Com­pres­sor, à savoir un ultra­maxi­mi­zer capable de détec­ter le clip­ping inter­sample et un compres­seur « à lampes » de bonne facture ; enfin iZotope MBIT+ dither pour ceux qui trou­vaient que l’UV22HR d’Apo­gee sonnait mal… Signa­lons tout de même l’ex­cellent Smart Bypass, qui baisse auto­ma­tique­ment le son post-effet (alors qu’iZo­tope par exemple monte le son pré-effet, ce qui peut produire des distor­sions) afin, par exemple, de montrer le rendu d’un compres­seur de façon trans­pa­rente, et le Loud­ness Meta Norma­li­zer, qui va auto­ma­tique­ment adap­ter le niveau moyen (en LUFS) de tous nos morceaux par rapport à un morceau de réfé­rence. Atten­tion, il ne s’agit pas d’une compres­sion, mais d’un proces­sus préa­lable à la compres­sion, utile pour s’as­su­rer que tous les morceaux sélec­tion­nés ont une dyna­mique de base commune sans clip­per (tous s’adap­te­ront à la baisse pour éviter un clip). Très bonne idée, ce qui n’em­pê­chera de toute façon jamais un ingé­nieur maste­ring de travailler morceau par morceau.

Steinberg WaveLab 8

Une fois le maste­ring effec­tué sur chaque morceau et les niveaux contrô­lés, tout est en place pour la gravure CD. Celle-ci se fait selon le proto­cole Red-Book et permet de travailler en mode simple ou avancé, à partir d’un montage audio incluant tous les fades et cross­fades néces­saires dans ce dernier cas. Une fonc­tion Wizard bien pratique nous aide à consti­tuer un disque digne de ce nom en posi­tion­nant les marqueurs au bon endroit et en créant les silences adap­tés, à lui inclure toutes les meta­data néces­saires (y compris les codes ISRC et UPC/EAN) et enfin à créer le disque ou le DDP en ques­tion. On peut égale­ment créer des fichiers image du disque avec Cue sheet, graver à partir d’un DDP, etc. À noter, en termes de qualité, on ne trou­vera pas plus profes­sion­nel, les logi­ciels offrant ce type de pres­ta­tion à ce niveau étant rares. Ah, et on peut égale­ment créer des DVD-audio ou data, ce que nous n’avons pas testé.

Export et formats

Les formats gérés par Wave­lab 8 sont les suivants : Wave (.wav) jusqu’à 32 bit float / 384 kHz, Wave 64 (.w64), RF64, AIFF (.aif., .aiff, .snd) jusqu’à 24 bit / 384 kHz, MPEG-1 Layer 3 (.mp3), MPEG-1 Layer 2 (.mp2, .mpa, .mpg, .mus), AAC (.aac, .mp4, .m4a mais seule­ment en ouver­ture), Origi­nal Sound Quality (.osq, un format proprié­taire loss­less de Wave­lab), Sound Desi­gner II (.sd2), U-LAW (.ulaw, .vox), A-LAW (.alaw, .vox), Sun/Java (.snd, .au), ADPCM – Micro­soft/Dialo­gic (.vox), Ogg Vorbis (.ogg), Text/Excel (.txt pour éditer une forme d’onde au format texte, si si), Windows Media Audio (.wma, .asf), Enso­niq Paris (.paf), Raw PCM files (.raw, .bin, .pcm, .$$$), FLAC (.fla) et Apple formats (.aac, .m4a, .mp4, .m4b, .caf, .3gp, .3g2, .caf). 

Steinberg WaveLab 8

En réalité on pour­rait ajou­ter bien des formats, sachant qu’on peut ouvrir la partie audio de tous les fichiers Quick­Time ou .avi par exemple, ou sauve­gar­der avec tout un tas de codecs supplé­men­taire sous le même nom (Fraun­ho­fer ou Lame pour le MP3 par exemple). Une bien belle usine en vérité. Ceci nous rappel­lera toute­fois qu’il est impos­sible d’im­por­ter un fichier vidéo, contrai­re­ment à Sound Forge qui s’en est fait une spécia­lité depuis ses débuts. Dommage, c’est parfois bien pratique, par exemple pour nettoyer une bande-son en synchro…

Conclu­sion

Mais comment avoir oublié l’es­sen­tiel ? Plus impor­tant que la gestion des fichiers en 32 bit  / 384 kHz (eh oui), le support de diffé­rents taux d’échan­tillon­nage en simul­tané ou l’im­port de dual mono, la forme d’onde visua­li­sable en 16 bit flot­tant permet ENFIN de se débar­ras­ser de la forme d’onde carrée que Wave­lab propo­sait jusqu’alors lorsqu’on zoomait de trop près, et qui rendait la visua­li­sa­tion telle­ment pénible. Sachant qu’on peut égale­ment modi­fier inté­gra­le­ment les couleurs, et même reti­rer le fondu bleu clair métal­lique en fond d’écran pour le rempla­cer par ce qu’on veut, l’an­cienne critique de Wave­lab liée à son design pseudo-futu­riste ne tient plus. 

Certes, il faut bien dire qu’on est dans un univers un peu à part, proba­ble­ment pas du goût de tous (parti­cu­liè­re­ment sur Mac, donc les utili­sa­teurs ont pris l’ha­bi­tude d’in­ter­faces mini­ma­listes avec le moins de fenêtres possibles et de jolies polices). Et c’est vrai que le prin­cipe des fenêtres à tiroirs est réel­le­ment fati­gant au départ, mais honnê­te­ment on s’y fait. Et puis parlons du fond ! Contrai­re­ment au Sound Forge for Mac de Sony, ici on ne fait pas dans le mini­ma­lisme juste­ment. Des options, il y’en a partout ! Et pour faire de l’édi­tion et du maste­ring, au fond, c’est ce que tout profes­sion­nel recherche.

Au final, Wave­lab 8 est un superbe programme aux possi­bi­li­tés innom­brables (nous n’avons que peu parlé du batch et du scrip­ting, ultra complets eux aussi). Contrai­re­ment à son éter­nel oppo­sant Sony, Stein­berg, en passant sur Mac, a refusé les compro­mis. Avec l’in­té­gra­tion de la norme EBU R128 en sus du multi­ca­nal, Wave­lab n’est pas destiné aux amateurs qui veulent se faire leur sonne­rie de mobile, mais aux vrais profes­sion­nels, exigeants et intran­si­geants avec leurs outils. Avec une qualité d’en­semble aussi irré­pro­chable qu’in­éga­lée.

En résumé, Wave­lab 8 regorge de possi­bi­li­tés d’ana­lyse, d’édi­tion et de montage audio à un point qui donne le tour­nis. En refu­sant tout compro­mis, l’édi­teur de Stein­berg se posi­tionne tout en haut par rapport à ses concur­rents tout en restant acces­sible au (presque) commun des mortels. De solides notions seront tout de même néces­saires pour s’aven­tu­rer dans ses méandres.

Confi­gu­ra­tion :

Mac OSX 10.8 Moun­tain Lion / Windows 7 ou 8 et un e-Licen­ser

Award Valeur sûre 2013
Points forts
  • Programme ultra complet
  • Aucun compromis en termes de qualité
  • Flexibilité impressionnante
  • Nombreux outils d'analyse multicanaux
  • Intégration complète de la norme EBU R128
  • Gravure CD à la norme Red Book et gravure de DVD Audio
  • Système de gestion de haut-parleurs
  • Édition spectrale
  • Tous les effets en temps réel applicables en mode destructif
  • Smart Bypass
  • Effect morphing
  • Forme d'onde arrondie quand on zoome
Points faibles
  • 8 canaux maximum en entrée et sortie
  • Programme complexe
  • Lourdeurs d'utilisation
  • Design discutable
  • Pas d'auto Preview en mode destructif
  • Pas d'AudioUnit
  • Toujours pas d'intégration de la vidéo
  • Documentation pour le moins étrange en français

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.