Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Magix Sound Forge Pro Mac 3
Photos
1/8

Test de l'éditeur audio numérique Magix Sound Forge Pro Mac 3

Editeur audionumérique de la marque Magix appartenant à la série Sound Forge

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 299 € HT
test
12 réactions
Une pomme dans la forge
5/10
Partager cet article

Alors que Sound Forge n'a pas connu de mise à jour sur PC depuis la version 11 sortie il y a 4 ans, voici que la version Mac du célèbre éditeur audio débarque dans sa troisième mouture, la seconde étant sortie en 2014. Reste à savoir si cette dernière est enfin au niveau de la version PC.

Test de l'éditeur audio numérique Magix Sound Forge Pro Mac 3 : Une pomme dans la forge

Comp­tant parmi les plus anciens éditeurs audio­nu­mé­riques du marché, Sound Forge ne fut long­temps dispo­nible que sur PC jusqu’à ce que Sony, qui l’avait racheté à Sonic Foun­dry, nous propose son portage sur Mac en octobre 2012. Le mot portage était toute­fois un tanti­net exagéré car, en dépit d’un design proche, cette version astu­cieu­se­ment nommée Sound Forge Pro Mac et non pas Sound Forge 10 était très loin de propo­ser toutes les fonc­tions de l’ori­gi­nal. Près de cinq ans plus tard, il convient donc de faire le point avec le frai­che­ment débarqué Sound Forge Pro Mac 3, sachant que c’est désor­mais Magix qui est aux commandes après le rachat de tous les logi­ciels de Sony Media Crea­tive.

Retrou­vailles

Magix Sound Forge Pro Mac 3 : interface

L’ins­tal­la­tion du logi­ciel passe par plusieurs instal­leurs : un pour Sound Forge, un pour le logi­ciel de trai­te­ment par lot Convrt, un pour iZotope RX 6 Elements et un dernier pour iZotope Ozone 7 Elements, ces derniers faisant partie du bundle. Une fois tout ce petit monde bien au chaud sur le Mac, un clic nous permet de retrou­ver l’in­ter­face fami­lière du logi­ciel : on retrouve le même parti pris pour un design épuré mais rela­ti­ve­ment austère jouant sur diffé­rentes nuances de gris, de bleu et de blanc. A côté, Wave­lab aurait presque l’air festif mais j’avoue que ce n’est pas pour me déplaire : il ressort de tout cela une clarté des plus agréables à l’usage.

Compo­sée de trois panneaux et d’une zone centrale pouvant au mieux accueillir deux éditeurs simul­ta­né­ment en plus de deux barres d’ou­tils, l’in­ter­face du logi­ciel est modu­laire, vous permet­tant d’or­ga­ni­ser au mieux votre espace de travail en fonc­tion des tâches que vous avez à effec­tuer. Les diffé­rents outils ou visua­li­seurs peuvent ainsi se glis­ser simple­ment à la souris et s’ar­ri­mer à l’une des zones, donnant lieu lorsque cela s’avère néces­saire à des onglets. Outre des polices qui sont parfois un peu trop petites, on regret­tera toute­fois de ne pas pouvoir enre­gis­trer les dispo­si­tions d’écran, ce qui aurait pour­tant été très pratique.

Libre­ment redi­men­sion­nables, les diffé­rents VU-mètres propo­sés par le logi­ciel peuvent quant à eux être affi­chés à l’ho­ri­zon­tale comme à la verti­cale, mais sont hélas toujours en portion congrue. En plus de la forme d’onde sur l’édi­teur prin­ci­pal, il faudra se conten­ter d’un Loud­ness Meter gérant les normes EBU R 128 et ATSC A 85 (avec la possi­bi­lité inté­res­sante de géné­rer un rapport au format texte), d’un VU-mètre par canal (Peak et VU/PPM) et… c’est tout ! Pas de visua­li­seur de phase pour obser­ver la répar­ti­tion du signal dans l’es­pace stéréo ? Non. Pas même un simple analy­seur spec­tral pour affi­cher la courbe de réponse en fréquences ni de spec­tro­gramme, que ce soit en 2D ou en Water­fall… Sur un logi­ciel à 300 euros qui se targue d’être pro, ça fait un peu tache.

Magix s’en sort toute­fois grâce à la présence des plug-ins iZotope dans le bundle, et surtout d’iZotope RX 6 Elements qui propose quant à lui un éditeur spec­tral flanqué de quelques trai­te­ments (Voice De-noise, De-clip, De-click & De-hum). C’est un ajout qui n’a rien d’un gadget, sachant que le logi­ciel est vendu 130 $ chez iZotope. Le seul ennui, c’est de ne pas y avoir accès depuis Sound Forge même, la version Elements ne propo­sant pas le plug-in Connect qui permet la commu­ni­ca­tion entre les deux softs : il faudra donc se servir des deux logi­ciels en paral­lèle, en impor­tant et expor­tant autant de fois que néces­sai­re… Bien évidem­ment, Magix a pensé à inté­grer une passe­relle vers son excellent Spec­tra­Layers Pro… pour ceux qui le possèdent, sachant qu’il vous en coûtera 200 euros de plus, si tel n’est pas le cas, pour l’ac­qué­rir via le bundle Audio Master Suite.

Nouveau­tailles

Magix Sound Forge Pro Mac 3 : cdburn

Capable désor­mais de travailler en 24/192, ce Sound Forge Pro Mac 3 peut enfin, comme son cousin sur PC, graver des CD en mode Disc-at-once en suivant le stan­dard Redbook. Mieux vaut tard que jamais, pensera-t-on à ce propos, sachant qu’à l’heure de la musique déma­té­ria­li­sée, du cloud et de la fibre, la possi­bi­lité de graver des CD n’est pas forcé­ment ce qu’on atten­dait le plus dans cette nouvelle version. La preuve en est d’ailleurs que quan­tité d’or­di­na­teurs sont désor­mais dépour­vus de lecteur optique… Préci­sons par ailleurs que Sound Forge ne gère toujours pas le format DDP et que la gestion des pistes propo­sée par la version PC est absente de cette version. Et c’est bien dommage.

Répon­dant à des préoc­cu­pa­tions nette­ment plus contem­po­raines, le logi­ciel propose un aperçu ‘Mas­te­red for iTunes’. en enco­dant votre fichier audio comme le ferait Apple pour sa plate­forme de vente, ce qui permet d’évi­ter les mauvaises surprises ensuite. L’idée est simple mais excel­lente, à ceci près qu’on aurait aimé qu’elle soit plus abou­tie en s’ins­pi­rant du Fraun­ho­fer Pro-Codec de Sonnox et qu’elle s’étende à d’autres plate­formes : Youtube notam­ment…

Si l’on s’en tient aux nouveau­tés de cette V3, le test devrait s’ar­rê­ter là mais comme nous n’avions pas testé la V2 du logi­ciel, j’en profite pour évoquer l’un des ajouts les plus inté­res­sants de cette dernière : le module de trai­te­ment par lots.

Par lot ? Non mais par lot, quoi !

Magix Sound Forge Pro Mac 3 : vstinstruments

Contrai­re­ment à ce qui existe sur la version PC, le conver­tis­seur par lot fait l’objet d’un logi­ciel externe baptisé Convrt. Propo­sant une ergo­no­mie clas­sique, ce dernier fait le job : on sélec­tionne les fichiers ou dossiers à conver­tir, on défi­nit une chaîne de trai­te­ments, on remplit d’éven­tuels tags pour docu­men­ter le fichier, on précise le format de sortie et on clique sur ‘Run’ pour que tous nos fichiers passent à la mouli­nette qu’on leur a concoc­tée. Hélas, le logi­ciel est loin d’être sans défaut.

Il peine en premier lieu à distin­guer les effets des instru­ments virtuels et on se retrouve ainsi avec la possi­bi­lité de pouvoir trai­ter un fichier audio avec… Kontakt ! Évidem­ment, cela ne fonc­tionne pas et on aurait préféré que le tri soit fait à la détec­tion des plug-ins, ne serait-ce que pour allé­ger les menus…

Magix Sound Forge Pro Mac 3 : convrt

C’est d’au­tant plus vrai que les polices de carac­tères utili­sées sont mi-nus-cules ! On regret­tera encore le peu d’op­tions lais­sées pour le nommage des fichiers conver­tis : un suffixe possible seule­ment, pas d’in­cré­ment, pas de date, pas de préfixe. Enfin, en marge des formats recon­nus (FLAC, Ogg Vorbis, MP3, WAV, Sony W64, 3GP, 3GPP-2, AIFC, AIFF, Next/Sun, Wave (compres­sed), AAC, CAF et MPEG-4), on s’éton­nera de l’ab­sence du WMA ou encore du SD2, entre autres…

Bref, l’ajout de ce proces­seur par lots depuis la V2 est le bien­venu mais il y a toujours une grosse marge de progrès le concer­nant, d’au­tant que l’ou­til de scrip­ting présent dans la version PC n’est toujours pas proposé dans cette version Mac.

Et puis c’est tout !

Aussi frus­trant que cela puisse paraître, on a fait le tour ! Et c’est d’au­tant plus rageant que quan­tité de fonc­tions anciennes de Sound Forge PC n’ont toujours pas été inté­grées dans cette version Mac.

Magix Sound Forge Pro Mac 3 : plugins Apple

Sans reve­nir sur les outils de visua­li­sa­tion qui font cruel­le­ment défaut, sans trop s’at­tar­der sur la gestion bien légère du multi­ca­nal (où est passé le codec Dolby ? Le moni­to­ring des sorties hard­ware ?) ou sur toutes les options qui ont disparu dans la fenêtre d’en­re­gis­tre­ment, on est effaré de voir que le logi­ciel n’est toujours pas capable de faire du moni­to­ring vidéo, et que toute la partie Sampling qui est l’une des forces de la version PC a été zappée, dont la très pratique fonc­tion Auto-Region. Mais le pompon revient sans doute aux effets four­nis avec le logi­ciel et qui se limitent à un Chorus, un Flan­ger/Wah Wah, une réverbe, un delay basique, le compres­seur/maxmi­seur Wave­ham­mer et… les plug-ins géné­riques codés par Apple pour Core Audio qui sont non seule­ment loin d’être excep­tion­nels, et dont on dispose en outre depuis des lustres dans… Gara­ge­Band ! Qui est gratuit ! Permet­tez-moi un dernier point d’ex­cla­ma­tion juste pour marquer le coup : !

On voit surtout vrai­ment mal comment justi­fier tout cela quand des concur­rents moins chers que ce Sound Forge font mieux et quand on sait que Magix dispose, en plus des plug-ins propo­sés dans le Sound Forge PC, de quan­ti­tés d’ex­cel­lents plug-ins dans Sampli­tude ou en produits isolés. Certes, l’Es­sen­tialFX Suite, l’Ana­logue Model­ling Suite Plus, la Vintage Effects Suite et la Vari­verb II n’existent pour l’heure, comme Sampli­tude, que sur PC. Mais on ne peut s’em­pê­cher de penser, du coup, que c’était peut-être plus sur ces portages qu’il fallait bosser pour donner du sang neuf à Sound Forge plutôt que sur un graveur de CD aussi rustique.

Il faut sauver le soldat Sound Forge

En dépit de tous ces mauvais points, on recon­nai­tra toute­fois au logi­ciel d’être rela­ti­ve­ment agréable à utili­ser sur les opéra­tions de base, stable et de béné­fi­cier d’un énorme avan­tage : depuis l’ar­rêt de Bias dont le Peak faisait figure d’édi­teur audio de réfé­rence sur Mac, on ne peut pas dire que la concur­rence soit rude sur les ordi­na­teurs à la pomme. Sur un marché borné par le free­ware Auda­city d’un côté et les plus onéreux Wave­lab ou Audi­tion de l’autre (sachant que le soft d’Adobe est défi­ni­ti­ve­ment tourné vers le son à l’image), Sound Forge n’a réel­le­ment que trois concur­rents : DSP-Quat­troReSample de 2nd Sense Audio et le fraî­che­ment arrivé Acous­tica 7 d’Acon Audio, le problème étant que tous sont bien moins chers que lui, et parviennent souvent à lui en remon­trer en termes de fonc­tion­na­li­tés…

Du coup, Magix aurait une bonne carte à jouer au milieu de ce petit monde, pour peu qu’il redouble d’ef­forts pour mettre cette version Mac à la hauteur de Sound Forge 11. Car c’est sans doute ce dernier qui est, à l’heure actuelle, son plus redou­table concur­rent : via Paral­lel ou Cros­so­ver, vous pouvez utili­ser Sound Forge, le vrai, avec ses vrais plug-ins et toutes ses fonc­tion­na­li­tés.

Conclu­sion

Stable et globa­le­ment agréable à utili­ser, Sound Forge Pro Mac 3 n’est pas un mauvais bougre mais il peine vrai­ment à convaincre au prix auquel il est vendu. Sans que tout soit irré­pro­chable dans les nouveau­tés propo­sées par cette version et la précé­dente, ces dernières permettent bien sûr au logi­ciel de combler une partie de son retard fonc­tion­nel, mais on ne peut s’em­pê­cher d’être gran­de­ment déçu par l’en­semble, à plus forte raison quand on est utili­sa­teur de la version PC : on a cette désa­gréable impres­sion d’ache­ter une version Light du célèbre éditeur, flanquée de deux versions light des produits phares d’Izo­tope pour faire passer la pilule.

5 ans après le portage initial, cette version Mac n’est en effet que l’ombre de l’ex­cel­lente version PC. Le tableau compa­ra­tif sur le site de l’édi­teur peut bien faire croire que la diffé­rence entre les deux logi­ciels est minime, elle est en réalité colos­sale tant il y a des choses qui ont disparu d’une version à l’autre : la taille des manuels des deux logi­ciels est d’ailleurs assez parlante de ce point de vue. Avec son inca­pa­cité à gérer la vidéo, ses fonc­tions de gravure mini­ma­listes et ses lacunes sur le plan du multi­ca­nal ou de la visua­li­sa­tion, on voit mal comment la conseiller à ceux qui font de la post-prod ou du maste­ring tandis que l’ab­sence des fonc­tions plus orien­tées vers le sampling l’éloigne du public des musi­ciens et des Sound Desi­gners, en dépit de l’in­té­res­sante passe­relle logi­cielle vers Spec­tra­Layers Pro. Certes, les jour­na­listes et podcas­ters pour­raient y trou­ver leur compte, mais ils pour­raient bien aussi se conten­ter d’un ReSample ou d’un Acous­tica voire d’un Auda­city, ou s’orien­ter vers un Hinden­burg pensé spéci­fique­ment pour leurs besoins…

Bref, il n’est pas du tout évident que ce Sound Forge Pro Mac trouve son public parce qu’il n’est pas assez abouti pour les uns et trop cher pour les autres. Espé­rons que Magix, qui vient juste de récu­pé­rer le bébé, aura à coeur de le faire évoluer comme il le mérite, à l’heure où Sound Forge 12 ne devrait plus trop tarder à poin­ter le bout de ses octets sur PC. Vendue 60 euros seule­ment, la version Music Studio de ce dernier est d’ailleurs déjà sortie et se paye le luxe d’être plus avan­cée sur bien des points que le logi­ciel qui nous occupe. En atten­dant, on aura mieux fait d’uti­li­ser cette dernière ou le Sound Forge 11 avec une machine virtuelle Windows sous Mac que de se jeter sur ce portage qui fait l’ef­fet d’un fruit trop vert pour être goûté, voire cueilli.

  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : interface
  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : vstinstruments
  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : plugins Apple
  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : cdburn
  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : loudnesslog
  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : izotopeelements
  • Magix Sound Forge Pro Mac 3 : convrt

 

5/10
Points forts
  • Interface claire et bien pensée
  • Stabilité
  • Izotope RX 6 Elements
  • L'aperçu Mastered for iTunes
  • Passerelle vers SpectraLayers Pro
Points faibles
  • On nous refourgue les plug-ins qu’on trouve dans GarageBand dans un soft à 300 euros ? Sérieusement ?
  • Toujours pas à la hauteur de la version PC d'il y a 10 ans sur de nombreux aspects, notamment le sampling
  • Pas de monitoring vidéo
  • Des grosses lacunes sur le plan de la visualisation
  • Module de gravure très rudimentaire
  • Convrt très perfectible
  • Ozone 7 Elements qui n'apporte rien
  • Interface et manuels non traduits
  • Trop cher ou pas assez pro suivant les publics
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.