Se connecter
Se connecter
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Blue Cat Audio Destructor
Photos
1/10

Test du plug-in de distorsion Destructor de Blue Cat Audio

Simulateur d'ampli/baffle logiciel pour guitare/basse de la marque Blue Cat Audio

Écrire un avis ou Demander un avis
Test écrit
26 réactions
Blue Cat’s Destructor déstructure avec style
9/10
Award Valeur sûre 2016
Partager cet article

En conclusion du test consacré à l’excellent Dynamics 4, nous vous révélions que Blue Cat Audio avait encore beaucoup d’autres joujoux en préparation.

Aujour­d’hui, nous avons la chance de faire passer sur le grill l’un d’entre eux : le Blue Cat’s Destruc­tor. Ce dernier est décrit par son créa­teur comme « The distor­tion and amp sims factory that actually goes to 11 », soit « l’usine à distor­sion et simu­la­tion d’am­pli qui va vrai­ment jusqu’à 11 »… Cette réfé­rence au célèbre faux docu­men­taire Spinal Tap a de quoi mettre l’eau à la bouche. La bête est-elle à la hauteur de ses préten­tions ? C’est ce que nous allons voir tout de suite… 

À la mode de chez nous

Dispo­nible aux formats VST 2/3, AU, RTAS, DX et AAX pour Mac OS X et Windows, le Destruc­tor est un plug-in aux multiples visages. En ne se canton­nant pas à un seul type d’usage, il s’adresse de fait à une très large palette d’uti­li­sa­teurs. Il y a en premier lieu les guita­ristes et les bassistes pour le côté simu­la­tion d’am­pli. Et c’est bien normal puisqu’à la base, Guillaume Jeulin, l’homme caché sous le chat bleu, a créé le Destruc­tor pour satis­faire ses désirs inas­sou­vis d’am­pli­fi­ca­tion virtuelle pour sa 6 cordes — et unique­ment cela d’ailleurs, ici, point de section d’ef­fets avec réver­bé­ra­tion, chorus, delay, octa­ver et consort. Mais comme l’édi­teur français n’a pas pour habi­tude de faire dans la demi-mesure, il a trituré le code de l’en­gin pendant près de cinq ans afin d’ob­te­nir une véri­table fabrique à distor­sion avec de la satu­ra­tion sauce lampe, tran­sis­tor, bande, et même du bit-crushing. Cerise sur le gâteau, le Destruc­tor peut égale­ment verser dans le trai­te­ment de la dyna­mique façon analo­gique, car il est possible de gérer fine­ment la propor­tion de satu­ra­tion en fonc­tion de la dyna­mique du signal traité. Bref, il y a de quoi couvrir un panel d’ap­pli­ca­tions impres­sion­nant, large­ment au-delà de la simple simu­la­tion d’am­pli clas­sique. 

Face à une telle débauche de possi­bi­li­tés, nous serions en droit de nous inter­ro­ger quant à la mania­bi­lité du plug-in. Cepen­dant, Blue Cat Audio évite l’écueil de l’usine à gaz en tablant sur deux modes d’in­ter­face graphique judi­cieu­se­ment bapti­sés « Easy Mode » et « Edit Mode ». Du coup, chaque profil d’uti­li­sa­teur y trou­vera son compte. Cette dualité graphique va nous servir de fil conduc­teur pour ce test et nous allons donc commen­cer en nous penchant sur le mode le plus simple. 

Prêt-à-porter

Dès l’ou­ver­ture du plug-in, nous remarquons qu’il y a un net chan­ge­ment au niveau du graphisme de manière géné­rale par rapport aux autres produits de l’édi­teur. En lieu et place du logo en forme de patte de chat bleu­tée trône désor­mais un casque audio aux oreilles félines avec une forme d’onde entre les écou­teurs. Quant à l’in­ter­face en elle-même, le nouveau fond bleu, la séri­gra­phie moderne et les rota­tifs plus léchés confèrent au rendu visuel un surplus de dyna­misme fort bien­venu. Évidem­ment, cela ne change rien d’un point de vue sonore, mais l’uti­li­sa­tion du plug-in n’en est que plus agréable et nous espé­rons que les autres logi­ciels de Monsieur Jeulin profi­te­ront d’un lifting dans le genre à la faveur de prochaines mises à jour. Mais reve­nons à ce qui nous inté­resse vrai­ment : le son.

Blue Cat Audio Destructor : Presets

La chaîne de trai­te­ment du signal par le Destruc­tor est consti­tuée de plusieurs modules évoluant dans l’ordre suivant : gain d’en­trée, Gate, Compres­seur, Préamp (ou pré-filtre), Destruc­tion, Post-filtre, gain de sortie et limi­teur. Pour faire connais­sance avec l’en­gin, l’uti­li­sa­teur commen­cera géné­ra­le­ment par passer d’un preset à l’autre via le menu prin­ci­pal acces­sible en haut de l’in­ter­face. À l’ou­ver­ture de ce dernier, nous consta­tons que l’édi­teur a été parti­cu­liè­re­ment géné­reux à ce niveau : presets pour guitare et basse à foison, batte­ries et trai­te­ments de la dyna­mique consé­quents, sans oublier d’autres joyeu­se­tés de déstruc­tu­ra­tion de la pâte sonore. Rien qu’avec ça, il y a large­ment de quoi faire. Mais le plus beau, c’est que le Destruc­tor propose égale­ment des presets sépa­rés pour les trois modules Preamp, Destruc­tion et Post-filter. Mora­lité, même à un niveau d’uti­li­sa­tion « basique » en jouant seule­ment sur les presets, les possi­bi­li­tés ont de quoi donner le vertige ! Un préam­pli typé anglais avec une disto sauce bit-crusher et une enceinte améri­caine, qu’à cela ne tienne, c’est fait en un tour­ne­main. Simple et effi­cace, bravo ! Remarquons au passage que les chan­ge­ments de presets s’ac­com­pagnent de chan­ge­ments de style visuel pour les trois modules prin­ci­paux, mais nous y revien­drons plus tard…

Situés dans le coin supé­rieur gauche à côté du switch de bypass global, les deux potards de gain offrent +/- 40 dB. Les sections Gate et Comp présentent les réglages clas­siques et sont très effi­caces, ce qui n’a rien d’éton­nant de la part du créa­teur du Dyna­mics 4

Nous avons cepen­dant relevé quelques bémols, avec tout d’abord l’ab­sence de boutons de bypass sépa­rés. C’est dommage, car il faut donc remettre les ratios à 1:1 pour juger de l’im­pact de ces sections. Et nous ne pouvons pas comp­ter sur la compa­rai­son A/B pour remé­dier à cette absence, car, là encore, la fonc­tion fait défaut. Heureu­se­ment, l’Undo/Redo aide à faire passer la pilule. Ensuite, une fonc­tion « Lock » bloquant les réglages de ces sections ainsi que du gain d’en­trée lors des chan­ge­ments de presets aurait été fort bien­ve­nue, car, après tout, une fois ces détails réglés en regard du signal à trai­ter, il est rare d’avoir à y reve­nir. 

Avant de passer aux trois modules prin­ci­paux, un mot sur le limi­teur de type « brick­wall » en fin de chaîne. Premiè­re­ment, nous vous conseillons de toujours le lais­ser activé. En effet, si le passage d’un preset à un autre n’en­gendre pas de « glitch » audio, il peut tout de même s’avé­rer explo­sif lorsque l’on saute d’un son « clean » à un son hyper tordu. Deuxiè­me­ment, nous n’avons malheu­reu­se­ment pas la main sur le niveau plafond (Ceilling) et le réglage imposé nous semble trop élevé. Situé à 0 dBFS, il protège le maté­riel et les oreilles, mais cela n’est pas suffi­sant pour éviter de déclen­cher les voyants rouges de la console virtuelle de votre STAN, ce qui est ennuyeux à la longue. 

Voyons main­te­nant les modules Preamp, Destruc­tion, et Post-filter. Par défaut, ils sont présents en mode « Easy ». Ils offrent tous de gauche à droite un bouton de bypass, un sélec­teur de preset, un crête-mètre, un menu pour chan­ger les styles visuels « Easy », un switch d’agran­dis­se­ment ou de réduc­tion de l’in­ter­face et un bouton « e » pour bascu­ler en mode « Edit », mais nous en repar­le­rons plus tard.

Blue Cat Audio Destructor : GUI Styles

Prenons un instant pour évoquer les styles graphiques. Monsieur Jeulin n’y est pas allé avec le dos de la cuillère puisqu’il n’y en a pas moins de 1400 diffé­rents ! C’est énorme et il y en a vrai­ment pour tous les goûts. Le hic, c’est qu’il faut déam­bu­ler à l’aveu­glette au sein d’un menu qui, malgré un clas­se­ment par genre, n’en reste pas moins indi­ges­te… Pourquoi ne pas avoir ajouté un système de navi­ga­tion via clic de souris sur des flèches, histoire de pouvoir passer rapi­de­ment en revue ces styles comme cela est possible avec les presets ? Mystè­re… 

Passons aux modules Preamp et Post-filter qui disposent des mêmes réglages en mode « Easy ». Si le nom du premier ne laisse aucun doute sur sa fonc­tion, à savoir ampli­fier et mode­ler le spectre du signal avant « char­cu­tage » par le module Destruc­tion, le Post-filter néces­site une petite expli­ca­tion. D’après le manuel d’uti­li­sa­tion (très bien fait, didac­tique à souhait, mais unique­ment en anglais), le Post-filter permet de mani­pu­ler la réponse en fréquences en sortie de façon à simu­ler un HP, mais égale­ment la capta­tion par un micro ou bien encore le filtrage en peigne dû au mélange de plusieurs micros. Dans les faits, en mode « Easy », cela se traduit par une inter­face on ne peut plus simple, sans dépla­ce­ment de micros virtuels devant des ersatz de haut-parleurs comme nous en croi­sons souvent. Ici, juste quelques poten­tio­mètres virtuels dénom­més sobre­ment Bass, Mid, Treble, Tone (pas toujours présent) et Gain. Cette simpli­cité cache une arrière-boutique beau­coup plus complexe, mais suffira ample­ment à l’uti­li­sa­teur pressé. Notez que l’im­pact des potards sur le signal dépend du preset choisi.

Blue Cat Audio Destructor : Amps

Finis­sons ce tour du proprié­taire par ce qui consti­tue l’âme de la bête : le module Destruc­tion. En mode « Easy », nous avons accès à quatre para­mètres. Tout d’abord le poten­tio­mètre « Drive » déter­mine la quan­tité de satu­ra­tion, le style de distor­sion (pentode, triode, transfo, bande, fuzz, bit-crushing, etc.) dépen­dant du preset du module. Puis vient le puis­sant potard « Dyna­mics ». Ce dernier permet de doser l’in­fluence de la dyna­mique du signal entrant sur l’ap­pa­ri­tion de la satu­ra­tion. C’est diable­ment effi­cace pour adap­ter le compor­te­ment du Destruc­tor au style de jeu, un véri­table régal ! Comme son nom l’in­dique, le rota­tif « Mix » sert à gérer le mélange entre le signal clair et le signal saturé. Enfin, un réglage de gain permet d’ajus­ter le niveau en sortie du module. 

L’en­semble est vrai­ment plai­sant et facile à utili­ser, ce qui est une véri­table prouesse au regard de la palette sonore dispo­nible. En situa­tion de mixage, le Destruc­tor déstruc­ture les sculp­tures sonores avec une aisance et un goût certain. Quant à l’as­tiquage de manche en temps réel, le réglage Dyna­mics permet un confort de jeu jubi­la­toire. D’au­tant que l’en­gin n’in­duit aucun sample de compen­sa­tion de latence et que la consom­ma­tion CPU est plus que raison­nable (1 % maxi­mum sur un Mac Pro fin 2013 Hexa­cœur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3). Que demande le Peuple ? Plus, toujours plus, évidem­ment… Eh bien qu’à cela ne tienne, passons en mode « Edit » ! 

Haute couture 

Blue Cat Audio Destructor : LaptopScreen

En bascu­lant les modules Preamp, Destruc­tion et Post-filter en mode « Edit » via le bouton « e », nous avons accès à un véri­table atelier de créa­tion présen­tant un nombre impres­sion­nant de para­mètres. La taille de l’in­ter­face du plug-in s’adapte alors de façon dyna­mique afin d’af­fi­cher cette débauche de réglages, et le switch « + » pousse encore un peu l’agran­dis­se­ment au besoin… Le problème, c’est que sur un Laptop 13", le Destruc­tor dépasse les limites de l’écran dans cette confi­gu­ra­tion. Bon, nous ne sommes pas non plus obli­gés d’af­fi­cher les trois modules en mode « Edit » en même temps.  Autre souci, sur un écran large type 34" en 21/9e (3440 × 1440 pixels), le Destruc­tor paraît un poil petit même à son maxi­mum. Si ce n’est pas gênant en mode « Easy » grâce aux gros poten­tio­mètres, cela est parfois contrai­gnant pour certains para­mètres en mode « Edit ». Rien de rédhi­bi­toire cepen­dant, mais nous espé­rons tout de même qu’une mise à jour vien­dra corri­ger le tir à ce niveau-là.

À l’ins­tar du mode « Easy », les modules Preamp et Post-filter présentent les mêmes para­mètres :

  • Un filtre coupe-bas avec pente réglable ;
  • Deux filtres en plateau pour le bas et le haut du spectre qui corres­pondent respec­ti­ve­ment aux potards Bass et Treble du mode « Easy » ;
  • Trois filtres en cloches para­mé­triques, dont un corres­pon­dant au poten­tio­mètre Mid du mode « Easy » ;
  • Un filtre passe-bas avec pente réglable qui, s’il est actif, corres­pond au réglage Tone de la vue « Easy » ;
  • Un filtre en peigne pour créer des « trous » dans le spectre afin de se rappro­cher du phéno­mène de filtrage en peigne inter­ve­nant obli­ga­toi­re­ment dans le monde réel lors de l’en­re­gis­tre­ment dans une pièce avec un ou plusieurs micros ;
  • Slider pour le gain en sortie de module ;
  • Sélec­tion de la plage d’af­fi­chage en dB qui permet égale­ment de restreindre la course des poten­tio­mètres en mode « Easy » ;
  • Acti­va­tion de l’ana­lyse de spectre ;
  • Affi­chage, impor­ta­tion ou copier/coller d’une courbe de réfé­rence.

L’en­semble peut paraître touffu, mais les codes couleur utili­sés faci­litent gran­de­ment la mani­pu­la­tion de tout ce beau monde. Le filtre en peigne est une fonc­tion inat­ten­due, mais vrai­ment inté­res­sante en matière de sculp­ture sonore. Quant au couple Preamp/Post-filter, il est d’une effi­ca­cité redou­table : le premier permet de déstruc­tu­rer le signal avant satu­ra­tion de façon à maitri­ser les zones du spectre qui seront le plus « salies », tandis que le second rééqui­libre le tout en sortie.

Notre seul regret vient de l’usage de la courbe de réfé­rence. En effet, il est possible d’im­por­ter des courbes de réponse en fréquences basées sur du maté­riel hard­ware, ces courbes étant mesu­rées avec le plug-in FreqA­na­lyst Multi de la marque. Cepen­dant, le Destruc­tor se contente d’af­fi­cher ces courbes et c’est à l’uti­li­sa­teur d’es­sayer de s’en rappro­cher le plus possible avec les diffé­rents filtres offerts. N’au­rait-il pas été possible d’au­to­ma­ti­ser la chose comme d’autres plug-ins le proposent ? En revanche, cette fonc­tion est tout de même très pratique pour une chose : l’équi­li­brage entre le Preamp et le Post-filter. De fait, il est possible d’uti­li­ser la courbe d’un des modules en tant que réfé­rence pour l’autre, ce qui fait gagner un temps précieux. 

Blue Cat Audio Destructor : Destruction Edit

Le mode « Edit » du module Destruc­tion est autre­ment plus chargé que les deux autres et a vrai­ment de quoi effrayer de prime abord. Rendez-vous compte, il y a une ving­taine de para­mètres en plus des cinq déjà présents en mode « Easy ». Devant cette opulence, il nous est impos­sible de trai­ter ce module par le menu, car ce banc d’es­sai déjà consé­quent n’en fini­rait plus. Sachez toute­fois qu’après lecture du manuel (que je conseille d’ailleurs à toute personne s’in­té­res­sant de près ou de loin au phéno­mène de distor­sion d’un signal audio) et analyse du fonc­tion­ne­ment de quelques presets, tritu­rer les entrailles de ce module afin de cise­ler la distor­sion est tout bonne­ment jubi­la­toire. De plus, la fenêtre « Shaper » au cœur du module offre des retours visuels en temps réel sacré­ment pratiques pour comprendre ce que nous faisons subir à notre signal. Sans comp­ter que ce « Shaper » dispose lui aussi de son propre système de presets !

Enfin, nous ne pouvons nous empê­cher d’évoquer la zone « Shape Dyna­mics » tant elle est puis­sante. C’est ici que nous pouvons affi­ner l’im­pact qu’aura la dyna­mique du signal source sur la satu­ra­tion. Voici ce que cela donne :

01 Gtr dyna­mix Rere dry
00:0000:33
  • 01 Gtr dyna­mix Rere dry 00:33
  • 02 Gtr dyna­mix Rere wet 01 00:33
  • 03 Gtr dyna­mix Rere wet 02 00:33

Il y a de quoi adap­ter le rendu à votre jeu, ou bien recréer le compor­te­ment de votre ampli favori avec préci­sion, etc. Mais ça ne s’ar­rête pas là, puisque nous pouvons obte­nir des résul­tats diffi­ci­le­ment réali­sables dans la « vraie vie », comme ici avec la distor­sion qui n’in­ter­vient que sur le déclin du signal :

04 Pend­leo­nium dry
00:0000:11
  • 04 Pend­leo­nium dry 00:11
  • 05 Pend­leo­nium reverse 00:11

Et comme cette section « Shape Dyna­mics » accepte d’être pilo­tée par un side­chain externe, les pers­pec­tives créa­tives sont immenses ! Sur cet exemple tout bête consti­tué d’une batte­rie et d’une onde sinu­soï­dale basique, nous pouvons rapi­de­ment obte­nir quelque chose de plus inté­res­sant en tordant la sinu­soïde en rythme :

06 Sine Drums dry
00:0000:11
  • 06 Sine Drums dry 00:11
  • 07 Sine Drums wet 00:11
Blue Cat Audio Destructor : Spectrum

Ce n’est certes pas le Pérou, car le but est ici d’illus­trer une fonc­tion, mais imagi­nez par exemple une ligne de basse qui serait « clean » sur les coups de grosse caisse et ultra satu­rée le reste du temps. Inté­res­sant, non ? 

Il y aurait encore beau­coup à dire sur ce Destruc­tor, en évoquant par exemple le copier/coller de presets entre instances du plug-ins, le MIDI Learn aux petits oignons, l’ab­sence d’un potard Dry/Wet global, les réglages Thre­shold et Ceiling trop petits de la section « Shape Dyna­mics », le manque de version stan­da­lone — mais pour cela, il y a toujours la solu­tion Blue Cat’s Patch­work, la puis­sance décu­plée de la bête lorsqu’elle est asso­ciée au MB-7 Mixer de la marque pour du trai­te­ment multi­bande, etc. Mais l’es­sen­tiel nous semble être là. L’ou­til est donc diable­ment exci­tant sur le papier, et avant de perdre défi­ni­ti­ve­ment le lecteur, voyons ce que cela donne dans les faits en enchaî­nant sur les exemples sonores. Ami(e)s AFien(ne)s, à vos enceintes !

Défilé

Impos­sible d’être exhaus­tif tant les possi­bi­li­tés du Destruc­tor sont immenses. Voici cepen­dant quelques extraits qui, nous l’es­pé­rons, vous donne­ront envie de tester la version de démons­tra­tion par vous-même. Notez qu’au­cun autre plug-in n’est inter­venu dans la créa­tion de ces samples.

Commençons genti­ment avec des sons de guitare plus ou moins « clean ». Les extraits jazz sont issus d’une Gretsch White Falcon en posi­tion manche, les sons clairs proviennent d’une Fender Stra­to­cas­ter Stan­dard.

08 Gtr Jazz DI
00:0000:17
  • 08 Gtr Jazz DI 00:17
  • 09 Gtr Jazz JC 00:17
  • 10 Gtr Jazz street 00:17
  • 11 Gtr Jazz dirty 00:17
  • 12 Gtr Clean Black­Face Neck 00:27
  • 13 Gtr Clean Tweed­Comp Neck 00:27
  • 14 Gtr Clean Tweed­Comp Middle 00:26
  • 15 Gtr Clean Tweed­Comp Bridge 00:25

Conti­nuons avec des sons plus crous­tillants sur une Fender Tele­cas­ter Stan­dard.

16 Gtr Crunch brea­king neck
00:0000:23
  • 16 Gtr Crunch brea­king neck 00:23
  • 17 Gtr Crunch light neck 00:23
  • 18 Gtr Crunch twangy bridge 00:24
  • 19 Gtr Crunch tweed­comp bridge 00:24
  • 20 Gtr Crunch grange neck 00:23

Pous­sons à présent le « Drive » avec une Gibson Les Paul Stan­dard en posi­tion manche.

21 Gtr Drive 70s
00:0000:25
  • 21 Gtr Drive 70s 00:25
  • 22 Gtr Drive High­way 00:25

Pour ceux qui trouvent que ça manque de fer, voici le passage spécial dédi­cace à Popeye avec une Ibanez RG3550MZ.

23 Gtr Metal bridge cali­for­nia
00:0000:19
  • 23 Gtr Metal bridge cali­for­nia 00:19
  • 24 Gtr Metal bridge hi 00:19
  • 25 Gtr Metal middle neck angry 00:19
  • 26 Gtr Metal neck bubbles 00:20
  • 27 Gtr Metal neck cave­man 00:20
  • 28 Gtr Metal neck eleven 00:20
  • 29 Gtr Metal neck heavy 00:20
  • 30 Gtr Metal neck mega­dead 00:20
  • 31 Gtr Metal neck pump­kin 00:20
  • 32 Gtr Metal neck viking 00:20

Pour en finir avec la 6 cordes, nous vous propo­sons deux exemples un peu parti­cu­liers. Comme nous l’avons déjà dit, le Destruc­tor n’in­clut pas de pédales d’ef­fets à propre­ment parler. Toute­fois, des confi­gu­ra­tions origi­nales sont envi­sa­geables. Sur le premier exemple, nous avons utilisé deux instances du plug-in placées en série avec un preset de pédale de distor­sion pour la première, et un preset d’am­pli clair pour la seconde. Sur le deuxième extrait, nous utili­sons le pilo­tage MIDI d’un filtre en cloche du module Preamp afin de simu­ler une pédale wah-wah. Les rendus sont plai­sants, ne trou­vez-vous pas ?

33 Gtr Pedal
00:0000:24
  • 33 Gtr Pedal 00:24
  • 34 Gtr Funky Wah 00:20

Passons à présent à quelques extraits consa­crés à la basse. Au programme, slap, sons clairs, sons genti­ment satu­rés, voire carré­ment fuzzy, puis destruc­tion tota­le…

35 Bass Slap dry
00:0000:23
  • 35 Bass Slap dry 00:23
  • 36 Bass Slap 01 00:23
  • 37 Bass Slap 02 00:23
  • 38 Bass Slap 03 00:23
  • 39 Bass Killing dry 00:19
  • 40 Bass Killing modern 00:19
  • 41 Bass Killing tube 00:19
  • 42 Bass Killing walking 00:19
  • 43 Bass Killing bite 00:19
  • 44 Bass Ciga­rette dry 00:38
  • 45 Bass Ciga­rette fuzzy 00:38
  • 46 Bass Ciga­rette buzzy 00:38
  • 47 Bass Ciga­rette 1 bit 00:38
  • 48 Bass Ciga­rette 3 bit 00:38
  • 49 Bass Ciga­rette 3 bit Disto 00:38

Sur une voix, le Destruc­tor est égale­ment capable de déli­vrer une pâte sonore très inté­res­sante tout en malaxant la dyna­mique.

50 Vox dry
00:0000:30
  • 50 Vox dry 00:30
  • 51 Vox Tube­Ri­der 00:30
  • 52 Vox Xpres­sor 00:30
  • 53 Vox Motown 00:30
  • 54 Vox Oldies 00:30

Enfin, placé en insert d’un bus de batte­rie, l’en­gin tire encore une fois son épingle du jeu en passant le plus simple­ment du monde de l’élé­gance sobre à l’ex­cen­tri­cité la plus tordue.

55 Drums dry
00:0000:24
  • 55 Drums dry 00:24
  • 56 Drums fat 00:18
  • 57 Drums solid 00:24
  • 58 Drums tapish 00:24
  • 59 Drums thick 00:24
  • 60 Drums warmish 00:24
  • 61 Drums little crush 00:24
  • 62 Drums fat kick 00:18
  • 63 Drums messed up 00:18
  • 64 Drums destruc­tion full 00:19
  • 65 Drums destruc­tion paral­lel 00:24

My tailor is rich

Que dire en conclu­sion de ce banc d’es­sai mara­thon ? Tout simple­ment que, si le Destruc­tor n’est pas parfait, Blue Cat Audio réalise cepen­dant un véri­table tour de force. Les modes « Easy » et « Edit » alliés aux multiples niveaux de presets satis­fe­ront tout le monde, du guita­riste pressé à l’in­gé­nieur du son exigeant, en passant par le Sound Desi­gner en quête d’un trai­te­ment sur mesure. Et bien entendu, le son est défi­ni­ti­ve­ment de haute volée ! Si nous ajou­tons dans la balance le tarif attrac­tif (79 € HT et –20 % de remise au lance­ment) et le fait que la majo­rité des problèmes rele­vés ici peuvent faci­le­ment être réglés à la faveur d’une mise à jour, nous obte­nons clai­re­ment un « must have » !

  • Blue Cat Audio Destructor : Presets
  • Blue Cat Audio Destructor : WideScreen
  • Blue Cat Audio Destructor : LaptopScreen
  • Blue Cat Audio Destructor : Amps
  • Blue Cat Audio Destructor : Spectrum
  • Blue Cat Audio Destructor : Destruction Edit
  • Blue Cat Audio Destructor : GUI Styles
  • Blue Cat Audio Destructor : Signal Flow

 

9/10
Award Valeur sûre 2016
Points forts
  • Qualité et variété sonore
  • S’adresse à plusieurs profils d’utilisateur
  • Adaptable à la dynamique de jeu
  • Système de presets à plusieurs niveaux
  • Nombre impressionnant de presets de qualités
  • Pas de glitch entre les presets
  • Modes "Easy" et "Edit"
  • Nombreux retours visuels didactiques et utiles
  • Fonction Undo/Redo
  • Filtre en peigne pour les modules "Preamp" et "Post-filter"
  • Puissance de la section Destruction en mode "Edit"
  • Sidechain externe
  • MIDI Learn complet
  • 0 latence
  • Faible consommation CPU
  • Qualité du manuel
  • Tarif
Points faibles
  • Pas de fonction A/B
  • Pas de bypass pour le Gate et le Comp
  • Pas de fonction "Lock"
  • Absence d’un Dry/Wet global
  • Ceiling du limiteur pas assez bas
  • Pas de version standalone
  • Peut mieux faire niveau exploitation des courbes de référence
  • Quelques problèmes de taille d’interface
  • Menu pour les styles graphiques peu pratique

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.