Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Filtres
Mots clés
Note moyenne :
( 4.6/5 sur 14 avis )
11 avis
79 %
1 avis
7 %
1 avis
7 %
1 avis
7 %
Donner un avis
Test de la rédaction
Les Pieds Dans Le Patch 1 : Oh ? Un podcast !

Le Podcast d'Audiofanzine sur l'actualité de l'audio et des instruments de musique

Une surprise qui réunit du chocolat, un grand verre de lait et un jouet, ce n'est pas forcément la spécialité d'Audiofanzine. En revanche, un podcast qui parle d'audio, de musique et de plein d'autres choses, c'est plus dans nos cordes. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, voici le premier numéro des Pieds dans le Patch ! Lire la suite…
Avis des utilisateurs
  • StonewallnyStonewallny

    Un bonne marchine compléquée réservée aux anglophones

    Arturia MatrixBrutePublié le 11/12/21 à 00:32
    Concernant le synthétiseur lui même:

    Bonne finition dans l'ensemble avec une impression de solidité. Matériaux nobles alu et bois.
    Les potentiomètres semble de bonne qualité.
    Petite déception concernant les touches du clavier. Elle semblent fragile et de mauvaise qualité. On n'attend pas forcément à avoir un touché digne d'un piano acoustique mais un petit effort aurait pu être fait à ce niveau là.


    Le Français est-il devenu langue morte?


    Le gros problème que je rencontre avec cet appareil c'est le fonctionnement. La notice fournie dans le carton est uniquement en anglais donc incompréhensible pour moi. Dommage pour une marque Française...
    Il faut donc aller téléc…
    Lire la suite
    Concernant le synthétiseur lui même:

    Bonne finition dans l'ensemble avec une impression de solidité. Matériaux nobles alu et bois.
    Les potentiomètres semble de bonne qualité.
    Petite déception concernant les touches du clavier. Elle semblent fragile et de mauvaise qualité. On n'attend pas forcément à avoir un touché digne d'un piano acoustique mais un petit effort aurait pu être fait à ce niveau là.


    Le Français est-il devenu langue morte?


    Le gros problème que je rencontre avec cet appareil c'est le fonctionnement. La notice fournie dans le carton est uniquement en anglais donc incompréhensible pour moi. Dommage pour une marque Française...
    Il faut donc aller télécharger la notice française sur le site du fabriquant qui est lui aussi exclusivement en anglais. Encore dommage pour une marque Française.
    Donc j'ai eu des difficultés à retrouver cette notice.

    Après avoir pu enfin lire la notice dans ma langue natale, je n'arrive pas beaucoup a créer des son avec ce synthé. Il nécessite de longues heures d'apprentissage et de familiarisation.
    Il faut être un habitué de ce genre d'appareil. Peut être pas adapté à un amateur comme moi.

    On s'aperçois rapidement que cette notice est incomplète. (Je ne m'étendrai pas sur les fautes de traduction....) Elle ne présente pas le fonctionnement complet de l'appareil et les divers options. Je l'ai constaté en regardant des tuto et videos en ligne.
    Pire, la notice demande de mettre à jour le programme interne du synthé et de télécharger le logiciel Midi Control Center avant toute utilisation mais sans donner la moindre explication pour réaliser ces actions.
    Avec le site qui est aussi en anglais, je n'arrive donc pas à mettre à jour mon synthétiseur.
    Donc grosse déception.

    Pourtant, je ne rencontre aucune difficulté avec mon arrangeur Roland G70. Le site Roland est en Français, la notice aussi malgré que la marque soit Japonaise. Et là j'y arrive, je ne dois pas être si mauvais finalement...

    J'ai quand même réussi à enregistrer mon appareil sur le site Arturia... c'est un bon début... Mais je n'ai su aller plus loin dans la mise à jour du synthé.

    En conclusion:
    On a ici un appareil surement très bien voir exceptionnel mais un support uniquement destiné aux anglophones et une notice qui me parait bâclée.
    Ces contraintes ne me permettent pas de profiter correctement de cet instrument.

    Si je n'arrive pas à faire les mises à jour et à évoluer dans l'apprentissage de cet appareil à cause d'une notice trop succincte et un site internet en anglais, je finirai par le vendre....:oops2:

    Pour l'instant, je ne peux pas venter les mérites de cet appareil et surtout de cette marque qui méprise les clients Français.:facepalm:
    Et c'est bien dommage car c'est à contre cœur que j'écris cet avis négatif. J'aurai aimé pouvoir d'ire du bien de cette marque française.
    Lire moins
  • fenderdeluxefenderdeluxe

    Médaille d’or

    Arturia MatrixBrutePublié le 12/08/21 à 15:21
    En cette période olympienne, j aimerais décerner une médaille d’or au synthétiseur Matrixbrute de la marque Arturia car c est une machine/un instrument très intelligemment conçu.Des lors, l ergonomie est tres bonne. La prise en main est quasi immédiate. La raison en est elle sa fabrication française ? Ce qui favoriserait un « matching » ideal avec mon/nos esprits français ( ou devrais-je dire formates à la française ?)
    Pour faire simple, l aspect technique du design sonore ( generation - modulation - sequence ) se fait assez vite discret donc il est possible de garder une meilleure attention à sa pensée musicale de façon ludique.
    Quelques remarques positives :
    - la communication avec un …
    Lire la suite
    En cette période olympienne, j aimerais décerner une médaille d’or au synthétiseur Matrixbrute de la marque Arturia car c est une machine/un instrument très intelligemment conçu.Des lors, l ergonomie est tres bonne. La prise en main est quasi immédiate. La raison en est elle sa fabrication française ? Ce qui favoriserait un « matching » ideal avec mon/nos esprits français ( ou devrais-je dire formates à la française ?)
    Pour faire simple, l aspect technique du design sonore ( generation - modulation - sequence ) se fait assez vite discret donc il est possible de garder une meilleure attention à sa pensée musicale de façon ludique.
    Quelques remarques positives :
    - la communication avec un mac ( midi center ) ou avec une DAW est exemplaire.
    - Plutot que d implanter un oscillateur numerique je préfère largement l’entrée audio.
    - Construction solide . Il ne chauffe pas trop. Sur mon exemplaire, la tenue de l’accord est plutot bon .
    Quelques remarques négatives :
    - personnellement je trouve le clavier moyen .
    - J aurais aimé trouver une adéquation entre le son produit et la courbe de reponse en vélocité du clavier d’une part et la dureté ( via un système mecanique - à inventer peut-être) du clavier.
    - La reponse du clavier à l aftertouch est moyenne aussi par comparaison à un access virus polar par exemple.
    - Je n ai pas trouve la possibilite de regler l intensite du petit ecran en haut à droite .il est moyennement lisible.
    J aurais aime trouver une (mono) ou deux ( stereo ) sorties supplémentaires sur lesquelles le signal dry serait disponible.
    Du fait de la tres bonne communication avec une DAW , la monophonie n est pas un handicap. Il faut penser quatuor ( et plusieurs recording )plutot que piano. Au final le resultat sera plus riche.
    En résumé, pour débuter en synthèse il vaut mieux se faire les dents avec un synthe virtuel du type Pigment qui couvre un large éventail de procédés puis de passer ensuite sur une vraie machine de synthèse analogique car c est la seule façon de ressentir un vrai plaisir musical et auditif.La chronophagie informatique de l’instrument virtuel cede alors le pas au plaisir instrumental via la mémorisation gestuelle des boutons de réglages.

    Le MatrixBrute est un « grand » synthétiseur.

    PS : j espere que sa longévité matérielle sera supérieure à bien d’autres grands synthétiseurs.....!
    Lire moins
  • 7strain7strain

    du boulot pour 2 ans

    Arturia MatrixBrutePublié le 17/10/20 à 16:38
    Je ne reviendrais pas en détail sur les avis précédents, tous parfaitement exacts et justifiés.
    Les petits défauts ne sont pour moi aucunement un handicap et les innombrables qualités l'emportent très largement, mais je ne suis pas un "musicien professionnel".
    J'ai acheté cette machine principalement pour le séquenceur 64 pas et l'ergonomie matricielle qui correspond à mon mode de fonctionnement et je ne suis vraiment pas déçu.
    Une bonne surprise pour moi, le MCC facile à comprendre et à utiliser.

    Bref, après une semaine, un bonheur total.

    Petit complément 15 jours plus tard :
    Je suis encore plus content, c'est vraiment une machine complète, j'ai fait de grands progrès musicaux…
    Lire la suite
    Je ne reviendrais pas en détail sur les avis précédents, tous parfaitement exacts et justifiés.
    Les petits défauts ne sont pour moi aucunement un handicap et les innombrables qualités l'emportent très largement, mais je ne suis pas un "musicien professionnel".
    J'ai acheté cette machine principalement pour le séquenceur 64 pas et l'ergonomie matricielle qui correspond à mon mode de fonctionnement et je ne suis vraiment pas déçu.
    Une bonne surprise pour moi, le MCC facile à comprendre et à utiliser.

    Bref, après une semaine, un bonheur total.

    Petit complément 15 jours plus tard :
    Je suis encore plus content, c'est vraiment une machine complète, j'ai fait de grands progrès musicaux, j'ai réussi à clocker le Moslab 960.

    Voilà, on est le 21/12, je joue tous les jours avec, un vrai bonheur car cette machine produit des idées que je n'ai pas tout seul...
    Lire moins
  • Moog.FighterMoog.Fighter

    Un synthé pas pour tout le monde....

    Arturia MatrixBrutePublié le 08/04/20 à 17:53
    Pour moi c’est le modulaire du 21eme siècle.

    Il a tous les avantages des modulaires en général
    :

    >>> quant-aux possibilités de routages et donc des infinies possibilités de création (notamment depuis la version 2.0)
    >>> quant-à l’accès à tous les paramètres en temps réel sans passer par des menus ou un PC (depuis la dernière mise à jour V2.0)

    Et il a tous les avantages de notre siècle que n’avaient pas les anciens Balrog… :

    >>> une matrice de modulation géniale, simple, efficace presque ludique qui remplace avantageusement les vieux patch câbles (qui ont leur charme bien sûr… je m’éclate aussi sur mon Synthesizer.COM 66)
    >>> Un sequ…
    Lire la suite
    Pour moi c’est le modulaire du 21eme siècle.

    Il a tous les avantages des modulaires en général
    :

    >>> quant-aux possibilités de routages et donc des infinies possibilités de création (notamment depuis la version 2.0)
    >>> quant-à l’accès à tous les paramètres en temps réel sans passer par des menus ou un PC (depuis la dernière mise à jour V2.0)

    Et il a tous les avantages de notre siècle que n’avaient pas les anciens Balrog… :

    >>> une matrice de modulation géniale, simple, efficace presque ludique qui remplace avantageusement les vieux patch câbles (qui ont leur charme bien sûr… je m’éclate aussi sur mon Synthesizer.COM 66)
    >>> Un sequencer step et real time… qui remplace très bien un Moog 960…
    >>> Des mémoires… et oui, même je sais que certains des jeunes générations crient à l’hérésie quand il voient des mémoires sur un synthé mais bon… quand, comme moi, on a eu le matos de l’ancien monde (sans mémoires, sans midi…) on est heureux de pouvoir sauvegarder le son qu’on a mis des heures à peaufiner. A moins de faire de l’art éphémère (je respecte), ça n’a pour moi aucun sens de créer pour tout voir disparaître. C’est comme créer un programme informatique et tout voir disparaître quand on éteint le PC. A une époque on prenait des photos des réglages de nos machines, on dessinait les positions des potards… mais on le faisait parce qu’on avait pas le choix. Plus tard on a utilisé les premiers samplers pour sauvegarder le travail fait sur des modulaires… autant avoir les mémoires. Je ne parle pas là bien sûr de son type basse Moog qui se retrouve en 2 coup de cuillère à pot mais de sound design lorsqu’on passe beaucoup de temps à sculpter LE son.
    >>> Et c’est un vrai centre névralgique pour piloter d’autres synthés ou modules.


    J’ai vu pas mal de Matrixbrutes se revendre…rapidement… ou plus tardivement. Mon avis sur le sujet est que c’est un synthé qui n’est pas fait pour tout le monde… comme d’ailleurs les modulaires en général. L’accessibilité en temps réel (instant access) de tous les paramètres peut donner l’illusion d’un plaisir instantané (instant pleasure) dans la création du son et … ce n’est pas le cas.

    Un copain à moi qui s’éclate sur son Moog SUB 37 est venu essayer le Matrixbrute. C’est un musicien pas un Sound designer-Ingénieur en electro-acoustique. Il a joué et trituré les potards dans tous les sens et avait l’impression de toujours rester sur le même type de son et de ne pouvoir en sortir. Contrairement à son Moog dont il lui semblait que quoi qu’il fasse, même n’importe quoi, il arrivait à sortir un son sympa. C’est en ce sens que je pense que le Matrix n’est pas fait pour n’importe qui. Il faut savoir ce qu’on fait et pourquoi on le fait pour en tirer quelque chose sinon on peut être vite déçu ou frustré par la bête.

    Ceci étant dit, c’est un instrument magnifique, puissant, encore plus depuis sa dernière V2.0 .

    Certains disent qu’il sonne froid, droit. Je dirais qu’il n’est pas « chaud » mais qu’il sait très bien sonner rond.

    Les vidéos de Marc Doty qui montrent comment « sonner Minimoog » ou MS20 avec un Matrix sont intéressantes :

    https://macprovideo.com/video/matrixbrute-201-maxibrute-advanced-synthesis/13-13-minimoog-emulation

    Pour écouter des sons qui sortent un peu de l’ordinaire, je trouve que les sons de Barb & Co est très bien :

    https://www.barbandco.com/store/p235/Synapse_MatrixBrute.html

    En conclusion : un synthé extraordinaire dans sa conception et ses possibilités mais orienté « modularistes »….

    Dans sa version V2.0, je considère comme un vrai futur collector.
    Lire moins
  • babouche369babouche369

    Une grande réussite

    Arturia MatrixBrutePublié le 21/08/19 à 22:44
    J'en rêvais depuis longtemps, l'occasion c'est présentée, me voici maintenant possesseur d'un Matrixbrute depuis ... 4 jours [edit]: 2 ans! Magnifique, mon attente n'est pas décue jusqu'à présent.
    Tout d'abord, la qualité de finition: rien à dire, c'est impeccable. Boîtier en bois et aluminium, ça pèse son poids. Les molettes de pitch et modulation sont en alu, ça change du plastique. Les boutons, les mêmes que sur mes autres brutes (Mini et Drum), sont agréables au toucher. Toutes les LED sont blanches: après l'excès de bleu des années 2000, c'est beau, c'est classe, c'est parfait en studio.
    Abondance de potards et de switchs, chacun avec une seule fonction, à part le sequenceur e…
    Lire la suite
    J'en rêvais depuis longtemps, l'occasion c'est présentée, me voici maintenant possesseur d'un Matrixbrute depuis ... 4 jours [edit]: 2 ans! Magnifique, mon attente n'est pas décue jusqu'à présent.
    Tout d'abord, la qualité de finition: rien à dire, c'est impeccable. Boîtier en bois et aluminium, ça pèse son poids. Les molettes de pitch et modulation sont en alu, ça change du plastique. Les boutons, les mêmes que sur mes autres brutes (Mini et Drum), sont agréables au toucher. Toutes les LED sont blanches: après l'excès de bleu des années 2000, c'est beau, c'est classe, c'est parfait en studio.
    Abondance de potards et de switchs, chacun avec une seule fonction, à part le sequenceur et bien entendu la matrice. Du coup, la prise en main est relativement facile, même sans mode d'emploi. Ce dernier n'est d'ailleurs pas fourni, mais à télécharger sur le site et ne fait qu'une cinquantaine de pages. Il y a quand même quelques fonctions cachées (dont Panel+Keyb Track=auto-tune. A retenir, car il se détune souvent tant qu'il n'est pas stabilisé en température, ce qui est parfaitement normal).
    Le panneau de commande se redresse, comme sur un Mini model D ou un Waldorf Wave: excusez du peu. Dans sa position la plus relevée, l'angle est le même que sur le MS20.
    Le choix du papier électronique pour l'écran principal est surprenant: le rafraichissement de ce type d'affichage est lent, ce qui se révèle gênant quand on passe les programmes en revue. D'autant qu'il n'y a pas de système d'indexation des programmes. Évidemment, avec un ordinateur, ça facilite les choses, mais ce n'est pas mon cas.
    Je ne ferai pas le tour des caractéristiques, abondamment disponibles sur le net et le site d'Arturia. Les possesseurs de Minibrute seront en terrain connu, mais évidemment, la Matrix en offre beaucoup plus.
    En face arrière, il y en a pour tout le monde: MIDI, USB, cv/gate, sync in/out, pedals, il ne manque rien. A noter: il y a un Insert pour insérer un effet dans la chaine audio. Choix discutable, d'autant qu'il arrive à la fin et qu'il n'y a aucun réglage: j'ai essayé avec une SmallStone, le résultat est subtil.
    Bon, la matrice maintenant. J'étais sceptique, y voyant plutôt un gadget, mais je suis conquis: c'est vraiment bien pensé et super pratique. Trois rôles, plutôt quatre en fait: sélection des programmes (256 programmes en accès direct, je n'ai jamais vu ça ailleurs), matrice de modulation et séquenceur. La quatrième fonction, c'est le contrôle de l'arpégiateur: mettre en mode séquenceur, puis appuyer sur Arpeggiator + Sequencer. On peut alors contrôler le mute et l'octave pour chaque note de l'arpège. Encore une fois, bravo Arturia. [edit] Une cinquième fonction a été ajoutée avec la version 2.0 de l'OS: le dessin de la forme d'onde des LFO. Brillant!

    Le synthé de mon arsenal qui se rapprocherait le plus est le DSI Mono Evolver Keyboard. Caractéristiques comparables sur le papier, mais la prise en main est bien plus agréable sur le Matrixbrute, sans tous les menus et sous-menus, d'autant que les encodeurs DSI se révèlent désastreux avec le temps.
    [edit] Comme d'autres, je n'ai pas été épaté par les sons d'usine, jouant un peu trop sur la "saturation". Quelques sonorités plus pures auraient été bien vues.

    En résumé: Arturia a réussi un grand coup. C'est un des rares synthés qui ne me donne pas l'impression d'avoir fait le tour au bout de quelques jours. Les qualités sont si nombreuses que les citer toutes serait fastidieux.
    Parmis les défauts, je citerai:
    - l'appareil redémarre toujours sur le patch A1
    - impossible de changer certains paramètres (canal MIDI, source de synchro) sans un ordi et l'application MIDI Control Center [edit]: ce défaut est réglé avec la version 2.0 de l'OS
    - Et cette application qui ne fonctionne pas sous Linux, même avec Wine: Toc! Toc! Hey Arturia, on est en 2019!
    - affichage par papier électronique, trop lent. Les 2 avantages de ce type d'affichage (faible consommation électrique et persistence alimentation coupée) sont inutiles pour un appareil ne fonctionnant pas sur batterie et redémarrant toujours sur le patch A1. Plus judicieusement, un écran OLED aurait permis de mettre quelques menus et d'éviter l'utilisation du MIDI Control Center.
    - le boot prend quelques longues secondes. C'est normal pour une machine aussi complexe, mais rien n'indique que l'appareil fonctionne. Un petit message quelconque sur l'écran LED calmerait les anxieux...

    Petite mise à jour concernant un problème d'ergonomie que je n'avais pas noté alors: le numéro du preset courant est indiqué sur la matrice, mais pas sur l'afficheur principal. Une fois l'appareil éteint, le nom du dernier preset utilisé reste affiché (par exemple Preset: Plastic Bass), mais vous ne savez pas quel est son emplacement en mémoire. Et à l'allumage suivant, l'appareil vous ramène toujours au preset A1. Dommage, parce que c'est à peu près le seul intérêt du papier électronique. :facepalm:
    Il suffirait simplement que le numéro soit affiché avec le nom, du genre: F12: Plastic Bass pour qu'au moins on sache où chercher le dernier preset utilisé.

    Manifestement, le Matrixbrute a été pensé pour le studio équipé d'un ordinateur, ce qui se comprend pour une compagnie qui a débuté dans le logiciel. Mais tous les utilisateurs ne souhaitent pas nécessairement utiliser un ordi pour la musique (il n'y a qu'a penser à l'engouement pour les machines vintages). Certe Arturia a un peu rectifié avec l'OS 2.0 en permettant, pas exemple, la sélection du canal MIDI directement sur la machine, mais cette fonction est un peu cachée, et il faut recourir au manuel pour la trouver. Encore une fois, un écran OLED en lieu de papier électronique aurait permis d'implanter les nouvelles fonctions de manière plus harmonieuse et facile d'accès.
    Ah, et puis quitte a imposer un ordi, faite donc en sorte que ARTURIA SOFTWARE CENTER fonctionne sous Linux!
    Lire moins
  • GlaburGlabur

    Tout simplement fabuleux

    Arturia MatrixBrutePublié le 29/03/19 à 09:51
    Utilisation exclusive en studio
    Belle finition solide qui donne confiance. À voir avec le temps.
    Prise en main moyennement simple mais c'est normal pour un instrument aussi fourni.
    Le clavier est du niveau d'un bon synthé, meilleur que mon précédent Radias.
    Le son est raffiné jusqu'à monstrueusement épais.
    Les sons d'usine sont comme tous les sons d'usine. Il suffit de les bricoler pour sortir toute la puissance de l'instrument.
    Pour le moment je n'ai pas encore d'a priori négatif. On verra à l'usage.
    Tout ce que je peux dire est que cet instrument est une grande réussite, qu'il est relativement aisé à maîtriser, bien qu'il ait encore des zones d'ombre qui se dévoilent progressiveme…
    Lire la suite
    Utilisation exclusive en studio
    Belle finition solide qui donne confiance. À voir avec le temps.
    Prise en main moyennement simple mais c'est normal pour un instrument aussi fourni.
    Le clavier est du niveau d'un bon synthé, meilleur que mon précédent Radias.
    Le son est raffiné jusqu'à monstrueusement épais.
    Les sons d'usine sont comme tous les sons d'usine. Il suffit de les bricoler pour sortir toute la puissance de l'instrument.
    Pour le moment je n'ai pas encore d'a priori négatif. On verra à l'usage.
    Tout ce que je peux dire est que cet instrument est une grande réussite, qu'il est relativement aisé à maîtriser, bien qu'il ait encore des zones d'ombre qui se dévoilent progressivement à l'utilisation.
    Comme tous les instruments, il demande un temps d'adaptation ainsi que de faire fonctionner ses méninges et sa mémoire, car il y a pas mal de choses à emmagasiner pour en saisir toutes les subtilités.
    En conclusion, cet instrument est prodigieux en interaction avec un système modulaire, il a été conçu pour, donc permet un infinité de créations sonores et expérimentales.
    Lire moins
  • REDOXLABREDOXLAB

    EXCELLENTE MACHINE...MAIS FAUT L'APRIVOISER POUR SAVOURER

    Arturia MatrixBrutePublié le 16/11/18 à 12:20
    1 photo
    Ce synthé qui m'a été offert m'a surpris dès la prise en mains.
    D'abord son poids de 20 kilos et la qualité, la robustesse ,les finitions de la machine.
    certes de prime abors on se dit "woulaaaa c'est par ou qu'on commence?"
    Car avec tout ses switchs,encodeurs,potards,faders, molettes ca fait pas loin de 400 trucs a toucher (si si!)
    On commence donc a ecouter les presets et je suis d'accord avec certains, c'est qu'Arturia ne s'est pas foulé dessus.
    C'est bof bof bof!!
    Certains sont bons (guerre plus de 10 a mon avis)
    Une fois qu'on commence a tourner les potards on se dit "tiesn c'a réagis pas de suite" et ca fait bizzare car comme tout synthé analogique on s'attent a ce ce la positi…
    Lire la suite
    Ce synthé qui m'a été offert m'a surpris dès la prise en mains.
    D'abord son poids de 20 kilos et la qualité, la robustesse ,les finitions de la machine.
    certes de prime abors on se dit "woulaaaa c'est par ou qu'on commence?"
    Car avec tout ses switchs,encodeurs,potards,faders, molettes ca fait pas loin de 400 trucs a toucher (si si!)
    On commence donc a ecouter les presets et je suis d'accord avec certains, c'est qu'Arturia ne s'est pas foulé dessus.
    C'est bof bof bof!!
    Certains sont bons (guerre plus de 10 a mon avis)
    Une fois qu'on commence a tourner les potards on se dit "tiesn c'a réagis pas de suite" et ca fait bizzare car comme tout synthé analogique on s'attent a ce ce la positions des faders,potards correspondent au "dessin du son" mais non.
    dans la notice il est noté qu'il y a plusieurs mode de reglages pour cela et que ce se regle via midi.
    Ensuite le son? bas très bien! Il est comme dit l'avais précedent "droit" mais justement c'est pour cela qu'il excelle dans pas mal de sonorités.
    Pour la trance il est vraiment super,l'ambient aussi.Avec ses envelloppes très rapides on sort des trucs interressants.
    les filtres sont super bien foutus et j'aime cette couleur un peu "acid et plastique étirable"a souhait.
    Ecouter un exemple sur cette vidéo

    L'entrée audio in sur les filtres et effet est un vrai plus ,tu redonne vie a certains vieux analos qui manquent de presence sur les mediums par exempleet en poussant le gain tu a une legère distorsion très agréable.
    dans un mix il ressort bien et se marie bien avec pas mal de synthés analos ancien comme la TB303 comme sur cette vidéo.

    Concernat la section d'effet bien qu'analogique ils ont pas bien été pensé, le delay stéréo manque de présence,le chorus est bien, la reverb est très légère.
    Niveau midi et synchro tout y est et permet de declancher les ancien arpeggateur roland/sequential avec la sortie clock.
    Hormis la sortie CV/GATE classique bien identifiée, les autres connectiques CV/gate j'ai pas encore utiliser et je vois pas trop comment les utiliser quelle est l'utilité en fin de compte. faut que je me penche plus la dessus. Les vendeurs a pigalle quand je leur ai posé la question n'ont eu aucune réponse a me donner se gratant même le cuir chevelu.
    je pensais au début que c'était pour envoyé les sequences vers plusieurs synthé. Après tout je me disait "si le sequenceur a 64 pas repartit en 4 bloc de 16pasn c'est que l'on peut peut-être affecté 4 canaux CV/gate en sortie avec 4 sequences differentes+arpegiateur" ce serait l'idéal mais non.
    Arturia devrait étudié cette possibilité car cela apporterais un GRAND PLUS!
    L'arpeggiateur est très bien aussi et la fonction quantise permet des riff et grrove très bons.
    En synchro MIDI/Sync din j'arrive même a apporte un flam/suffle a ma TR808 en jouant sur ce paramêtre du MB.
    Ah oui une bizzarerie tout de même! Une fois étant l'ecran a cristaux liquide reste affiché en permanence y compris cordon secteur debranché.(voir photo)
    Lire moins
  • cagouillecagouille

    Puissant mais...

    Arturia MatrixBrutePublié le 15/11/18 à 17:31
    Suite à un prêt, j’ai pu passer une vingtaine d'heures dessus. Certes je ne suis pas rentré dans le détail mais j’ai pu me faire une idée globale de la machine qui me laisse fort perplexe : En vrac :
    Le synthé est beau mais il pèse le poids d’un âne mort (on hésitera à le trimbaler).
    Le panel est impressionnant, bien fourni en contrôleurs mais l’agencement n’est pas toujours judicieux. Par exemple le volume des vcos n’est pas dans le prolongement des vcos eux-mêmes (comme le minimoog) rendant les confusions fréquentes et ça énerve !
    Globalement la prise en main demande un certain temps d'adaptation, voir un temps certain.
    La qualité de fabrication (bois/métal) est nickel mais les bouton…
    Lire la suite
    Suite à un prêt, j’ai pu passer une vingtaine d'heures dessus. Certes je ne suis pas rentré dans le détail mais j’ai pu me faire une idée globale de la machine qui me laisse fort perplexe : En vrac :
    Le synthé est beau mais il pèse le poids d’un âne mort (on hésitera à le trimbaler).
    Le panel est impressionnant, bien fourni en contrôleurs mais l’agencement n’est pas toujours judicieux. Par exemple le volume des vcos n’est pas dans le prolongement des vcos eux-mêmes (comme le minimoog) rendant les confusions fréquentes et ça énerve !
    Globalement la prise en main demande un certain temps d'adaptation, voir un temps certain.
    La qualité de fabrication (bois/métal) est nickel mais les boutons en gomme ruinent tous ces efforts; ça passait sur le minibrute mais là ça fait cheap.
    Le synthé lui-même est bien fourni : La section VCO est riche de possibilités et le routage vers les 2 filtres très bien pensé (avec un cutoff commun agréable à manipuler). Mais comment expliquer l’absence d’un Ring Modulator ? C’est tout un univers sonore qui lui échappe !
    La section d’effets est un gag. La reverb est nulle et seule la possibilité de synchroniser les delays au tempo me semble intéressante malgré des temps trop courts.
    La matrice multifonctions est la vraie force de l’appareil, et couplée à un séquenceur bien foutu, elle permet de faire beaucoup de bonnes séquences.
    Je passe sur le reste (les E/S, les mémoires, le clavier, etc..) car tout cela me semble impeccable avec un très bon point pour les sorties CV/gate.

    Bref le plumage est alléchant, mais le ramage, lui, l’est beaucoup moins:
    Certes, c’est un synthé puissant et efficace qui excelle dans les sonorités percussives avec des enveloppes rapides et des filtres réactifs MAIS tout ce qui en sort n’a strictement aucune âme ! Le son est désespérément froid et « droit ». Même le filtre ladder (donc « moog ») n’a aucune chaleur. Les basses typiques des synthés analos ne sont pas son fort et n’espérez en aucun cas sortir des sons de Minimoog car on est aux antipodes ! En plus, j’ai constaté que le VCA laisse passer très faiblement le signal, donc ce n’est même pas « propre d’un point de vue audio (un point à vérifier cependant sur d’autres exemplaires).

    Conclusion : où est la valeur ajoutée d’avoir un pur-sang analogique à 2000€ si c’est pour avoir le rendu sonore d’un micron/miniak ? Tout le reste me direz-vous, mais dans ce cas ça fait cher le clavier maître ! Personnellement ça ne me convient pas, mais à chacun de se faire son opinion. Donc un bon conseil avant d’investir, essayez-le au lieu de vous fier aux avis dithyrambiques…

    Lire moins
  • A Finer King's RobotA Finer King's Robot

    Un monstre de puissance proche de la perfection

    Arturia MatrixBrutePublié le 26/08/17 à 15:58
    Contexte
    J'utilise le MatrixBrute chez moi, avec quelques modules de base de la DAW Reason (notamment pour les samples) et des sons utilisant un ring modulator, pour des créations personnelles évidemment très électroniques entre l'ambient et la "drone musique". J'ai opté pour le MatrixBrute car je cherchait un synthé analogique complet, complexe, qui me permettrait de jouer un peu plus au clavier et un peu moins avec la souris. Dès que le MatrixBrute a été présenté au NAMM, j'ai sentis que cet instrument était le Graal (ou peu s'en faut) que je cherchais. Le temps que ça sorte des usines et que je réunisse la somme (rondelette) pour ne pas avoir à faire appel au bonhomme vert…
    Lire la suite
    Contexte
    J'utilise le MatrixBrute chez moi, avec quelques modules de base de la DAW Reason (notamment pour les samples) et des sons utilisant un ring modulator, pour des créations personnelles évidemment très électroniques entre l'ambient et la "drone musique". J'ai opté pour le MatrixBrute car je cherchait un synthé analogique complet, complexe, qui me permettrait de jouer un peu plus au clavier et un peu moins avec la souris. Dès que le MatrixBrute a été présenté au NAMM, j'ai sentis que cet instrument était le Graal (ou peu s'en faut) que je cherchais. Le temps que ça sorte des usines et que je réunisse la somme (rondelette) pour ne pas avoir à faire appel au bonhomme vert pour l 'acheter à crédit, et la bête est arrivée chez moi en juin.

    L'aspect
    D'emblée, évidemment, ce qui saute aux yeux, c'est la qualité de construction : la coque est en métal et en bois (et non en plastique imitation bois), les boutons sont solides. Seuls les faders des enveloppes ont un peu de jeu, mais rien de grave. Prévoir un bon stand, le MatrixBrute pèse 20 kg.

    Petits détails qui me plaisent bien : il y a deux potards de volume, un pour le volume général, un pour le casque. Et la prise casque est à l'avant. Moi qui joue beaucoup au casque, j'apprécie énormément...

    Ergonomie
    Tout est organisé assez logiquement : les oscillos à gauche, puis les filtres, les LFO en dessous, puis l'imposante matrice et ses trois gros boutons de mode (preset, séquenceur, modulation) et enfin les effets analos et la section spécifique arpégiateur / séquenceur.

    La prise en main est assez facile SI on s'y connait en synthèse soustractive, car ça n'est pas vraiment le mode d'emploi qui aidera. Heureusement, il y a de nombreux tutoriaux en ligne pour expliquer (je pense notamment à ceux de Marc Doty, très bien faits). On se retrouva vite à tripoter les potards et à entrer dans le mode "modulation" pour moduler tout dans tous les sens. C'est assez dans l'ensemble assez intuitif pour la partie synthèse.

    Pour la partie "séquenceur", c'est moins évident et franchement, le mode d'emploi n'aide pas beaucoup. Je conseille vivement encore le tutorial de Marc Doty sur le sujet pour bien tout comprendre. Par exemple : nulle part dans le mode d'emploi, il n'est indiqué comment on relie plusieurs notes entre elles pour n'en faire qu'une. Et la manière d'utiliser le paramètre "modulation" du séquenceur est un peu confuse. Ceci étant dit, une fois ces détails passés, le séquenceur est franchement puissant : 64 pas, transposition à la volée au clavier, accents, modulation, glide, différents modes de lecture... il y a de quoi faire.

    Le son
    Franchement, ça sonne très bien. Rien qu'en jouant avec les oscillateurs, les sub oscillateurs, le générateur de bruit (blanc, rose, rouge ou bleu) et la partie "auio mod" (qui permet de moduler le VCO2 par le VCO1, le VCO 1 ou 2 par le VCO3, le VCF1 ou 2 par le VCO3 et le VCF1 ou 2 par le noise), on arrive à des résultats très intéressants. En ajoutant par dessus les filtres (Steiner Parker et/ou "Moog-like"), le fameux Brute Factor (attention aux oreilles), et en jouant avec la matrice ou dans l'absolu n'importe quel paramètre modifiable par potard ou fader est modulable (y compris la section "effets", mais pas les paramètres du séquenceur, comme le swing ou le tempo), l'exploration sonore est infinie.

    Les sons d'usine donnent un petite idée de ce qu'on peut faire avec mais ne vont pas, à mon gout, assez loin dans le "délire sonore". Ceci dit, ils sont de bonne facture et j'en ai gardé quelques uns comme base pour de futures créations sonores.

    Les plus, les moins
    Les plus
    La puissance de la matrice, l'ergonomie, la qualité de construction, les possibilités sonores.
    Les moins
    On va chipoter un peu : il manque un ring modulator, mais c'est tout.
    Le gros moins, pour moi, c'est le mode d'emploi. Je l'ai trouvé brouillon, incomplet (surtout pour la partie séquenceur). Et le pire : en français, il donne l'impression d'avoir été traduit par Google Trad, un comble pour une machine française et de ce prix. Encore une fois, il existe des très bons tutoriaux sur Youtube (dont ceux de Marc Doty, et je vous promets que je ne suis pas payé pour lui faire de la pub) qui pallie la faiblesse de la doc.
    Dernier point négatif : le logiciel MIDI Control Center. Un peu léger, j'aimerais qu'il permette de tripatouiller les séquences.


    Conclusion
    Le MatrixBrute est un monstre de puissance, mais un monstre facile à utiliser. C'est un instrument que je garderai surement des années et des années, à qui il ne manque vraiment pas grand chose pour être parfait. Je referai ce choix sans aucune hésitation. Je lui colle un cinq étoiles car ce qui lui manque est somme toute très, très minime, au regard de tout ce qu'il a.
    Lire moins
  • Tony SteelTony Steel

    Un PIB fabuleux.

    Arturia MatrixBrutePublié le 24/08/17 à 12:03
    Jusqu’à présent je boudais Arturia. Pour plusieurs raisons. D’abords c’était les rois du virtuel. Sans dénigré les simulateurs de vintage (bien utile parfois quand on voient le prix et la rareté des Mellotrons), mais un écran et une souris ça manque d’authenticité vous en conviendrez. Et puis les gens d’Arturia ce sont mis à faire des analogiques. Les « Ridiculous Synth » comme j’aime à les appeler. Les MicroBrute et MiniBrute, avec leur clavier de Bontampis que seul les David Guetta en herbes apprécient et à qui un demi octave suffis à faire tourner en bourrique leur abrutissant sequenceur. Bref je n’étais pas plus intéressé que ça par Arturia.
    Jusqu’au jours où naquis le MatrixBrute. En…
    Lire la suite
    Jusqu’à présent je boudais Arturia. Pour plusieurs raisons. D’abords c’était les rois du virtuel. Sans dénigré les simulateurs de vintage (bien utile parfois quand on voient le prix et la rareté des Mellotrons), mais un écran et une souris ça manque d’authenticité vous en conviendrez. Et puis les gens d’Arturia ce sont mis à faire des analogiques. Les « Ridiculous Synth » comme j’aime à les appeler. Les MicroBrute et MiniBrute, avec leur clavier de Bontampis que seul les David Guetta en herbes apprécient et à qui un demi octave suffis à faire tourner en bourrique leur abrutissant sequenceur. Bref je n’étais pas plus intéressé que ça par Arturia.
    Jusqu’au jours où naquis le MatrixBrute. Enfin une machine digne d’un musicien aguerri.
    Pourquoi j’ai craqué ? :
    Premièrement, comme tout amoureux du vintage qui se respecte, je ne cherche que de l’analo. Le MatrixBrute répond 100% à ce premier critère primordial.
    Deuxièmement, Un musicien ça joue, alors il faut une tessiture qui permette des vrais solos, mélodies ect… Enlevez 2 cordes à un guitariste vous allez voir la tête qu’il va vous faire ! Pour un synthé c’est pareil. 2 octaves, moi ça me mine pour la journée. Le Matrix en a 4. Pour un monophonique c’est plus que parfait.
    Troisièmement, un synthé ça sert pas à faire du bruit mais plutôt de la musique. C’est que mon avis, il peut être discuter mais il vaut quand même son pesant de cacahuètes. Et c’est là que le Matrix est au-dessus de toutes mes espérances. Pour m’en convaincre il n’aura fallu que quelques vidéos sur youtube. Prenez les vidéos de démo de n’importe quel synthé bien connu et réputé. Vous constaterez que les gens qui en jouent montrent à peu près les mêmes sons, c’est bien, c’est ce qui permet de se faire une idée de l’instrument. Prenez les vidéos du Matrix vous constaterai que les musiciens en fonction de leur sensibilité sortent des sons et des atmosphères complétement différentes. C’est là que le MatrixBrute devient le plus intéressant des synthés. Il est complètement polyvalent et intuitif. Ça palette sonore est énorme et peu vous emmener dans toutes les directions. Extrêmement bien pensé dès la conception. On y retrouve une base de Minimoog : 3 Oscilos, un Noise, une entrée externe. 2 types de filtre, ça c’est du jamais vu. Ça lui donne donc une palette sonore incomparable et varié. Du plus doux des velours au plus tranchantes des incisives.
    Quatrièmement. Le Matrix ne se contente pas d’être monophonique, il peut être aussi paraphonique, double intérêt des 3 oscillos. Ça d’un point de vue du musicien, ça ne peut pas être un détail. Ça multipli encore par 2 la créativité.
    A cela vous rajoutez toutes les fonctionnalités pratiques des nouvelles technologies. Potar par encodage, midification, synchronisation, des connectiques compatibles qui permettent de le raccorder à ses pères vintages, Des macro-controls, sans parler de la matrice géniale qui clarifie bien les choses et qui ne fait pas de cette machine une usine à gaz à naviguer dans les menus, sous menu et sous sous menu…
    Cerise sur le gâteau, le prix. Pas excessif pour la machine que c’est. Un Dave Smith ou un Moog aurai probablement sortie la même pour 1000 euros de plus. Et Cocorico Arturia c’est français. Et il est beau. Solide fait dans de bons matériaux, bien emballé à l’épreuve des tapis roulants et bras mécaniques de nos chères transporteurs peu scrupuleux.
    Et parce que la perfection n’existe pas, J’ai noté quand même quelques points négatifs. Un gros point noir. Il faut absolument que le Matrix sache jouer les silences. Certains sons repissent et génèrent un bruit de fond quand on ne joue pas. Acceptable pour certains sons et d’autres carrément pas quand certains paramètres sont poussés dans les extrêmes. Ceci dit, Je résous facilement ce problème avec un denoiser ou un gate.
    Autres points négatifs de l’ordre du chipotage : Le mode duo split, c’est bien mais dans ce cas, un octave de plus au clavier s’avère nécessaire. On se retrouve dans ce cas-là avec 2 Ridiculous MiniBrute. Ça n’engage que moi. Pour les effets seul les delay sont intéressants les autres sont assez fade. Je pense que les gens d’Arturia devaient en être conscient sinon ils n’auraient pas prévu un circuit d’insert. Là encore Bien vu !

    Pour conclure.
    Je pense que le MatrixBrute aura le même succés que le Minimoog à son époque.
    J’ai sacrifié mon adoré Korg 800dv pour pouvoir m’offrir le MatrixBrute. Je n’ai aucun regret. Ce que produit l’intérieur Brute de ce synthé est tout simplement fabuleux et me comble totalement. Je regrette juste qu’il ne soit pas sorti 40 ans plus tôt, il lui manque juste quelques rides. Ça fait de lui un jeune puceau bien boutonneux qu’à encore ses preuves à faire.
    Bravo ! Arturia.
    Lire moins
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.