Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Locustom The Parasite MK0
Photos
1/29

Test de la pédale de modulation Locustom The Parasite MK0

Effet guitare divers de la marque Locustom

Écrire un avis ou Demander un avis
Prix public : 269 € TTC
test
74 réactions
Piqûre de rappel
7/10
Award Innovation 2016
Partager cet article

Véritable cauchemar pour pédales, The Parasite n’a qu’une ambition : lentement se sustenter de vos précieuses machines, quitte à profondément changer leur nature.

Quels que soient les desseins du fou derrière cette inven­tion machia­vé­lique, la mission de l’odieux symbiote est claire. C’est donc avec une fébri­lité certaine que je me suis porté volon­taire pour accueillir cette machine en mon sein. Tel Eddie Brock en proie à ses démons inté­rieurs, j’al­lais petit à petit apprendre à domp­ter le Para­site. Le méde­cin fou du Fris­sons de Cronen­berg n’a qu’à bien se tenir, car c’est à présent à mon tour de propa­ger la mala­die. Et j’ai quelques victimes en tête…

Ecto­pa­ra­site

Nous vous propo­sions il y a quelques mois un test de l’Over­bass, la toute première pédale de la marque française Locus­tom. Le construc­teur en avait profité pour teaser la sortie immi­nente du Para­site, une pédale d’ef­fet annon­cée comme unique en son genre. Celle-ci a pour prin­cipe de vous offrir la maîtrise des signaux dry et wet, ou plutôt de leur alter­nance. Ne fuyez pas, on va tout vous expliquer ! 

Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 3

Outre les tradi­tion­nelles entrées instru­ments et sortie, le Para­site est en fait pourvu d’une entrée « From FX » et d’une sortie « To FX ». Elles forment ainsi une boucle, dans laquelle vous pour­rez bran­cher toutes les pédales qui vous passe­ront sous le pied. Nous évoquions la possi­bi­lité de maîtri­ser les signaux dry et wet, le signal dry corres­pon­dra donc au son pur sortant de votre instru­ment, et le son wet sera engen­dré par l’ef­fet placé en paral­lèle du Para­site. À l’aide d’un VCO (oscil­la­teur contrôlé en tension que l’on retrouve souvent dans les synthé­ti­seurs) recréé grâce à des tran­sis­tors, la pédale alter­nera les deux signaux. Le concept est puis­sant, puisqu’il ouvre des possi­bi­li­tés de combi­nai­sons innom­brables. Mais repre­nons notre décou­verte de la nouvelle Locus­tom depuis le début.

The Para­site, puisque c’est son appel­la­tion offi­cielle, est livré dans une jolie boîte en bois, comme tous les autres produits Locus­tom. Le packa­ging est très réussi, tout comme l’as­tu­cieux pliage du manuel qui dévoi­lera petit à petit un mot de remer­cie­ment. Cette version MK0 (une présé­rie) se présente sous la forme d’un boîtier quasi carré en métal brillant. Ses dimen­sions sont de 11,7 cm de hauteur, 9,3 cm de largeur, et 3,4 cm d’épais­seur. L’es­thé­tique globale rappelle l’Over­bass (format, métal, séri­gra­phies, etc.), les LED colo­rées en moins. La pédale peut être alimen­tée par un trans­for­ma­teur allant de 9V à 18V sous 100 mA. Il est égale­ment possible de bran­cher une pile, mais il faut pour cela ouvrir le boîtier. En faisant cela, on constate que la marque n’a pas menti : l’en­semble est pure­ment analo­gique, assem­blé et soudé à la main. On regret­tera néan­moins que les concep­teurs n’aient pas prévu d’em­pla­ce­ment avec des fixa­tions pour la pile 9V, il y a un peu de jeu, et celle-ci a tendance à cogner légè­re­ment contre les parois. Malgré tout, la pédale respire la soli­dité et possède un charme indé­niable.

Reve­nons briè­ve­ment sur la connec­tique. Sur la tranche droite, vous trou­ve­rez donc la sortie « To FX », et l’en­trée instru­ment. Cette dernière est dotée d’un buffer, vous offrant ainsi la possi­bi­lité de bran­cher diffé­rents instru­ments. Le Para­site peut en effet être utilisé avec une guitare, mais égale­ment avec une basse, un synthé, et plus globa­le­ment n’im­porte quel instru­ment élec­trique. L’en­trée « From FX » et la sortie à raccor­der à l’am­pli sont, elles, situées sur la tranche gauche.

Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 8

Côté contrôles, la pédale joue la carte du mini­ma­lisme. Outre le foots­witch permet­tant d’en­clen­cher l’ef­fet, l’on trouve un sélec­teur à deux posi­tions pour choi­sir la forme d’onde (trian­gu­laire ou dents de scie). Un bouton Speed permet de régler la fréquence d’al­ter­nance entre le signal dry et le signal wet. Poussé à son maxi­mum, sa vitesse atteint les 40Hz, soit 25 ms. Il est d’ailleurs possible de bran­cher une pédale d’ex­pres­sion pour contrô­ler ce para­mètre. Enfin, un bouton central permet de contrô­ler la balance entre le Dry et le Wet. Plus concrè­te­ment, il permet de régler le temps passé sur le dry et sur le wet. En pous­sant le bouton au maxi­mum sur le Dry, vous aurez unique­ment votre son clean, alors que vous obtien­drez votre son bourré d’ef­fet en posi­tion full Wet. Dans la première moitié de la course du potard, c’est le Dry qui propor­tion­nel­le­ment est plus présent. En allant de plus en plus vers le FX, c’est le Wet qui le sera. Pour termi­ner, une LED rouge (coucou chef !) complète le tableau. Elle s’illu­mine à chaque fois que le signal dry refait son appa­ri­tion.

Le symbiote seul

L’in­té­rêt prin­ci­pal du Para­site réside dans son inter­ac­tion avec vos multiples pédales. Pour autant, il est possible de l’uti­li­ser sans bran­cher les entrée et sortie FX. Le Para­site agira alors comme un simple trémolo contrô­lable ou non par l’in­ter­mé­diaire de la pédale d’ex­pres­sion. Dans ce premier extrait, j’ai placé le bouton central à 12h afin d’avoir une alter­nance symé­trique entre les signaux dry et wet. La forme d’onde est placée sur le mode trian­gu­laire. Petit à petit, je pousse la pédale d’ex­pres­sion pour augmen­ter la vitesse. Il m’ar­rive égale­ment d’al­ter­ner les vitesses de façon ryth­mique.

00:0000:00
Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 5

Sur la première moitié de la course de la pédale d’ex­pres­sion, le rendu est très musi­cal. L’al­ter­nance est inté­res­sante, douce, en adéqua­tion avec la forme d’onde trian­gu­laire. Mais à peine le premier tiers du potard atteint, la vitesse s’em­balle déjà. On ressent un manque de subti­lité dans les réglages, les paliers se fran­chissent bien trop rapi­de­ment. En allant au-delà de la moitié de la course, cela devient diffi­ci­le­ment maîtri­sable. Vous pouvez même entendre vers la fin le moteur du Para­site s’em­bal­ler tel une voiture de course. De légers bruits de satu­ra­tion peuvent égale­ment faire irrup­tion lorsque la pédale d’ex­pres­sion est enfon­cée au maxi­mum. Si certaines sono­ri­tés « noisy » peuvent avoir leur utilité, les réglages vrai­ment extrêmes me paraissent inuti­li­sables, car trop… para­si­tés ! J’uti­lise pour ce test une pédale d’ex­pres­sion Boss FV 500-H, et sa longue course de synchro­nise mal avec les possi­bi­li­tés du Para­site. Locus­tom a souhaité offrir une compa­ti­bi­lité la plus large possible avec les pédales d’ex­pres­sion du marché, et il est natu­rel que certaines asso­cia­tions fonc­tionnent mieux que d’autres. Mais j’ai égale­ment constaté ces problèmes en utili­sant unique­ment le bouton Speed. Le deuxième extrait est plus court. J’ai gardé les mêmes réglages que pour le précé­dent, mais cette fois la forme d’onde est en dents de scie.

00:0000:00
 

La diffé­rence est notable, et le rendu respecte parfai­te­ment ce que l’on est en droit d’at­tendre d’une onde en dents de scie. Enfin, voici deux extraits présen­tant l’in­fluence du bouton central. Dans le troi­sième fichier audio, le contrôle est placé à un quart. Dans le quatrième, il est poussé aux trois quarts. Dans les deux cas, le bouton speed est réglé de façon assez lente, et la forme d’onde est en mode trian­gu­laire.

Para­site 3 Tré­molo 1:4
00:0000:15
  • Para­site 3 Tré­molo 1:4 00:15
  • Para­site 4 Tré­molo 3:4 00:14

Lorsqu’au­cun effet n’est bran­ché en paral­lèle du Para­site, le signal Wet est quasi inexis­tant. On entend bien la diffé­rence entre les deux types de trémo­los utili­sés dans les extraits audio. Dans le son 3, le rendu est fort et dyna­mique, car le signal Dry est omni­pré­sent. À l’in­verse, dans le son 4, le Para­site passe plus de temps sur le signal Wet que Dry. En résulte un effet plus éthéré.

Le symbiote et ses hôtes

Le plai­sir soli­taire ayant ses limites, il est temps d’of­frir quelques cama­rades de jeu à notre Para­site. Nos premiers hôtes seront des pédales d’over­drive et de distor­sion ! J’ai utilisé pour le premier extrait la pédale The Crusher d’Ea­gle­tone. Cet ersatz de Tube Screa­mer est réglé avec le gain au maxi­mum, le volume au trois quarts, et la tona­lité à 12h. Le bouton central du para­site est égale­ment à 12h, et la forme d’onde en mode trian­gu­laire. Pour le son avec la distor­sion, j’avais sous la main une autre pédale Eagle­tone, la Hell Dude. Le réglage de distor­sion est à fond.

Para­site 5 Over­drive 12h Trian­gu­laire
00:0000:43
  • Para­site 5 Over­drive 12h Trian­gu­laire 00:43
  • Para­site 6 Disto 3:4 Dents de scie 00:53
Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 13

Les défauts que j’ai pu rencon­trer lors de l’uti­li­sa­tion du para­site en trémolo sont toujours présents, mais s’ac­cordent plutôt bien avec des satu­ra­tions. Le bruit de moteur est couvert par le vacarme des pédales Eagle­tone, et l’on obtient des sons exploi­tables même avec les vitesses les plus extrêmes. Vous pouvez par contre entendre dans le deuxième extrait un surplus de basses qui dans certaines condi­tions posera problème. Mais comme toujours avec The Para­site, votre son dépen­dra de vos réglages. Il faut par exemple prendre le temps de travailler le volume de la pédale d’ef­fet pour l’har­mo­ni­ser avec l’al­ter­nance dry/wet et que ce soit en phase avec ce que l’on souhaite. Il en va de même avec un effet tempo­rel comme le delay. Ainsi, si vous souhai­tez garder une certaine cohé­rence ryth­mique avec des répé­ti­tions trai­nantes, il peut être utile de synchro­ni­ser les vitesses. Dans ce sixième exemple audio, j’uti­lise la pédale de delay Flash­back x4 de TC Elec­tro­nic en mode Analog, avec la plupart des contrôles placés à 12h. Quant au Para­site, le bouton central est placé au premier tiers, et la forme d’onde est en mode dents de scie.

00:0000:00

Le résul­tat s’ins­crit dans la lignée de mes précé­dentes expé­ri­men­ta­tions. On peut noter que certaines vitesses fonc­tionnent mieux que d’autres. En accé­lé­rant, on obtient une forme de modu­la­tion plutôt réus­sie dans un premier temps, mais qui se trans­forme en grésille­ment si l’on appuie un peu trop fort. D’ailleurs, pour termi­ner, tentons de bran­cher un effet de modu­la­tion ! J’uti­lise pour cet extrait la pédale de phaser Helix de TC Elec­tro­nic. Elle est réglée en mode Smooth avec l’en­semble des potards à 12h. Le bouton central du Para­site est poussé jusqu’à la moitié, et la forme d’onde est en dents de scie.

00:0000:00

Je t’aime, moi non plus

Alors, au final que penser de ce Para­site ? La pédale a de nombreux défauts en l’état, c’est certain. Deux points en parti­cu­lier m’ont marqué. Tout d’abord, les graves sont parfois diffi­ciles à maîtri­ser. Un réglage aux petits oignons devrait résoudre ce problème, mais ce n’est pas toujours évident. N’ou­blions pas que la pédale a été conçue pour fonc­tion­ner avec des instru­ments très diffé­rents. Le spectre de fréquences est donc large, mais ne semble pas aisé­ment maîtri­sable. Le manque de subti­lité du réglage de vitesse est par contre moins excu­sable. J’au­rais égale­ment aimé avoir plus de formes d’onde, notam­ment une carré. Pouvoir contrô­ler le bouton central à l’aide de la pédale d’ex­pres­sion aurait égale­ment été un atout consi­dé­rable. Enfin, nous nous devons d’évoquer le prix de la machine. Tout le monde ne souhai­tera pas dépen­ser 269 € pour une pédale. Nous ne rentre­rons pas dans un débat autour du Made in France et des produits haut de gamme, mais ce tarif est évidem­ment un élément à prendre en compte.

Mais, pour autant, The Para­site est fasci­nante. Son concept est brillant, et ouvre la voie à d’in­nom­brables possi­bi­li­tés. Le vivier de pédales d’ef­fets à bran­cher dans la machine est inépui­sable, et vous pour­rez lais­ser libre cours à votre imagi­na­tion, car tout reste à faire. Par exemple, vous pouvez direc­te­ment bran­cher votre guitare dans une pédale d’ef­fet stéréo, et récu­pé­rer les deux signaux de sortie pour les utili­ser dans le Para­site (dans les entrées In et From FX). Il est aussi possible de bran­cher deux instru­ments en même temps. Le Dry corres­pon­dra à un instru­ment et le Wet à un autre. Ce bran­che­ment aurait d’ailleurs pris une ampleur consi­dé­rable avec des sorties stéréo sur le Para­site, afin de pouvoir « paner » les deux signaux. Mais ne boudons pas notre plai­sir, il s’agit d’une version MK0 pouvant être amélio­rée, et nous avons malgré tout affaire à une pédale inno­vante, unique en son genre. Il faut féli­ci­ter Locus­tom pour cela. Si vous avez l’âme d’un bidouilleur, et que vous recher­chez des sons origi­naux, tentez l’aven­ture !

  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 25
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 24
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 23
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 22
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 21
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 20
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 19
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 18
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 17
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 16
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 15
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 14
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 13
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 12
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 11
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 10
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 9
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 8
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 7
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 6
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 5
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 4
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 3
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 2
  • Locustom The Parasite : Locustom The Parasite 1

 

7/10
Award Innovation 2016
Points forts
  • Pédale unique et innovante
  • Tout reste à faire et à découvrir, les bidouilleurs et autres chercheurs de sons seront comblés
  • Les possibilités sont infinies grâce à la possibilité de brancher n’importe quelle pédale d’effet
  • Plusieurs branchements sont possibles, et tous ont un impact sur le rendu sonore
  • Conçue pour n’importe quel instrument électrique
  • Le packaging
Points faibles
  • Le bouton Speed manque de finesse
  • Le moteur se fait trop entendre lorsque la machine est poussée à fond
  • Les graves sont parfois difficiles à maîtriser
  • J’aurais aimé pouvoir contrôler le bouton central Dry/Wet avec la pédale d’expression
  • Une alternance carrée pourrait apporter encore plus de possibilités

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.