Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Eventide Riptide
Photos
1/10

Test de la pédale Eventide Riptide

Multi-effet pour guitare électrique de la marque Eventide appartenant à la série Dot9

Écrire un avis ou Demander un avis
Test écrit
3 réactions
Eventide voit double !
8/10
Partager cet article

La marque américaine Eventide a récemment dévoilé la « Riptide », une pédale qui intègre deux overdrives et un effet de modulation inspiré de l'Uni-Vibe. Découvrons ensemble de quelle manière sonne ce séduisant cocktail.

Test de la pédale Eventide Riptide : Eventide voit double !

Le tour du proprié­taire

faceLa « Riptide » est une pédale au format compact, semblable à la Black­hole ou encore la Micro­Pitch que nous avons eu l’oc­ca­sion de tester sur Audio­fan­zine. Ainsi, une fois débal­lée, nous décou­vrons un boîtier en acier à la fini­tion turquoise et aux dimen­sions tout à fait raison­nables de 102 × 108 × 43 mm pour un peu moins de 800 grammes. La fabri­ca­tion fait une fois encore très bonne impres­sion, confir­mée par les six poten­tio­mètres en métal présents sur la face prin­ci­pale. Trois d’entre eux permettent de contrô­ler l’ef­fet de modu­la­tion inspiré de l’Uni-Vibe : Vibe, Speed, Inten­sity. Les trois autres contrôlent la double over­drive grâce aux réglages : Drive, Tone et Level. Les deux foots­witches estam­pillés DRIVE et VIBE sont silen­cieux et ne présentent aucune résis­tance à l’ap­pui. Deux boutons lumi­neux accom­pagnent ces derniers et permettent de bascu­ler entre les deux over­drives et les deux inter­pré­ta­tions de l’Uni-Vibe que propose la Riptide. Toujours sur la face prin­ci­pale, on dispose d’un troi­sième et dernier bouton-pous­soir dont la fonc­tion est de défi­nir l’ordre de chaî­nage des deux effets. Par défaut, l’Uni-Vibe ira dans l’over­drive, mais on pourra inver­ser l’ordre pour obte­nir des sono­ri­tés loin d’être inin­té­res­santes, comme nous le verrons un peu plus loin dans ce test. Enfin, on retrouve à côté des poten­tio­mètres une guir­lande dont le rôle prin­ci­pal est d’in­diquer le préset utilisé parmi les cinq premiers de la mémoire interne.

connectiqueLa connec­tique de la Riptide s’ef­fec­tue sur la tranche supé­rieure et est compo­sée d’une entrée qui pourra être mono ou stéréo, un petit switch permet­tant de bascu­ler d’un mode à l’autre. Dans cette même logique, on trouve deux sorties qui servent là aussi à utili­ser la Riptide en mono ou stéréo. Par ailleurs, nous dispo­sons d’un petit inter­rup­teur qui nous permet de bascu­ler d’un niveau instru­ment à un niveau ligne. On pourra donc sans problème inté­grer la pédale dans la boucle d’ef­fets stéréo d’un système numé­rique, ou encore, l’uti­li­ser dans un contexte autre que celui de la pratique de la guitare. Il sera égale­ment possible d’étendre les capa­ci­tés de l’ef­fet en y connec­tant une pédale d’ex­pres­sion afin de contrô­ler un ensemble de para­mètres en un seul mouve­ment de pied. Cepen­dant, l’en­trée EXP pourra aussi être utili­sée pour y connec­ter des switches supplé­men­taires desti­nés à la navi­ga­tion dans les présets ou l’uti­li­sa­tion de la fonc­tion TAP TEMPO. De plus, la Riptide est une pédale compa­tible avec le proto­cole MIDI. Il suffira pour cela de bran­cher un contrô­leur au moyen d’un câble TRS MIDI. Le proto­cole MIDI pourra aussi tran­si­ter par le port mini-USB, dont l’usage prin­ci­pal concer­nera avant tout la synchro­ni­sa­tion avec le logi­ciel « Even­tide Device Mana­ger ». Enfin, pour ce qui est de l’ali­men­ta­tion, elle est de type 9 VDC centre-néga­tif. Le bloc est d’ailleurs livré avec une sélec­tion d’adap­ta­teurs compa­tibles avec les diffé­rentes normes mondiales, ce qui est appré­ciable.

Pour termi­ner ce tour du proprié­taire, notons que la Riptide est une pédale produite en Chine et que son prix de vente au moment de la rédac­tion de ce test est de 379 euros.

Une prise en main presque idéale

La mani­pu­la­tion des pédales compactes Even­tide peut parfois s’avé­rer un peu déli­cate, tout du moins lors de la première utili­sa­tion. La Riptide, si elle se situe dans la conti­nuité des effets de sa gamme, propose une prise en main plus intui­tive. Ceci est sans aucun doute dû au fait que les poten­tio­mètres ne font que ce qu’ils sont censés faire et n’offrent aucune fonc­tion­na­lité secon­daire. Cepen­dant, tout n’est pas idéal. Il serait mal venu de repro­cher à la marque améri­caine d’avoir inté­gré de nombreuses options de confi­gu­ra­tion à son produit. Par exemple, on pourra, direc­te­ment sur la pédale, sélec­tion­ner le type de bypass qui nous convient le mieux : buffer, relay, DSP+FX ou kill dry. Il est aussi possible de modi­fier la confi­gu­ra­tion du canal MIDI ou de choi­sir le mode de fonc­tion­ne­ment de la prise EXP. Toute­fois, pour acti­ver ces diffé­rents para­mètres, il est néces­saire de combi­ner les foots­witches/boutons avec un code lumi­neux. Dans la pratique, à moins d’être un connais­seur aguerri de l’éco­sys­tème Even­tide, il faudra veiller à garder le manuel, très bien présenté, à portée de main de son pedal­board. En réalité, et c’est un constat que nous avions déjà fait lors des précé­dents tests de cette série d’ef­fets, il aurait été bien plus pratique d’avoir à dispo­si­tion un petit affi­cheur à LEDs, même très sommaire.

logicielCela dit, Even­tide four­nit à ses utili­sa­teurs une appli­ca­tion pour PC et Mac appe­lée « Even­tide Device Mana­ger ». Cette dernière béné­fi­cie d’une inter­face claire et concise. On y trouve toutes les options de confi­gu­ra­tion énumé­rées précé­dem­ment, ainsi que la possi­bi­lité de travailler sur les réglages de ses présets. Par ailleurs, si les foots­witches ne permettent de se dépla­cer que parmi les cinq premiers préré­glages de la mémoire interne, celle-ci peut en réalité conte­nir cent vingt-sept présets qu’il sera possible de rappe­ler en envoyant des infor­ma­tions MIDI de type Program Change. J’ai bien entendu effec­tué le test avec mon contrô­leur Blacks­tar Live Logic connecté à la Riptide avec un câble TRS MIDI et je n’ai rencon­tré aucun problème.

Le son

Comme nous l’avons noté précé­dem­ment, la Riptide offre la possi­bi­lité de choi­sir entre deux over­drives et deux variantes de l’Uni-Vibe. Ainsi, pour ce qui est des over­drives, le canal vert « Green Drive » permet d’ob­te­nir un son crunch avec une légère bosse dans les médiums. Le second canal, « Red Drive », est présenté par Even­tide comme une over­drive douce, mais capable d’al­ler plus loin au niveau du gain. Pour illus­trer ces propos, voici quelques extraits sonores :

1 – Drive Green – Drive 2 – Tone 5 – Level 5
00:0000:50
  • 1 – Drive Green – Drive 2 – Tone 5 – Level 500:50
  • 2 – Drive Green – Drive 5 – Tone 5 – Level 500:36
  • 3 – Drive Green – Drive 9 – Tone 5 – Level 501:08
  • 4 – Drive Green micros simples – Drive 6 – Tone 5 – Level 500:19
  • 5 – Drive Green micros simples – Drive 10 – Tone 7 – Level 500:22
  • 6 – Drive Green – Drive 5 – Tone 1 – Level 500:18
  • 7 – Drive Red – Drive 2 – Tone 5 – Level 500:28
  • 8 – Drive Red – Drive 5 – Tone 5 – Level 500:30
  • 9 – Drive Red – Drive 10 – Tone 3 – Level 500:30
  • 10 – Drive Red – Drive 10 – Tone 7 – Level 500:17

La présen­ta­tion d’Even­tide a du sens. La « Green Drive » semble s’ins­pi­rer d’une Tube Screa­mer. On perçoit clai­re­ment la bosse dans les médiums qui donne une impres­sion d’ou­ver­ture au son. En ce qui concerne la « Red Drive », les sono­ri­tés sont plus modernes grâce à des médiums davan­tage creu­sés. On peut remarquer que le son est nette­ment plus proche d’un ampli­fi­ca­teur Marshall que d’un Mesa/Boogie. Dans les deux cas, j’ai trouvé les sensa­tions de jeu convain­cantes avec des rendus sonores très orga­niques. Cepen­dant, il convient de prendre garde au poten­tio­mètre de tona­lité. Celui-ci est parti­cu­liè­re­ment réac­tif et sur l’am­pli­fi­ca­teur utilisé pour le test, le son devient rapi­de­ment bien trop brillant et agres­sif dans le dernier tiers de la course. Aussi, si les deux over­drives permettent d’at­teindre des niveaux de satu­ra­tion tout à fait satis­fai­sants, j’ai été gêné par le souffle produit lorsque le poten­tio­mètre de gain est poussé dans ses limites.

Deux variantes sont égale­ment dispo­nibles dans le canal dédié à l’Uni-Vibe. La première, bapti­sée « Green Vibe », s’ins­pire du modèle tradi­tion­nel tandis que l’ef­fet est plus prononcé sur le canal rouge « Red Vibe ». Je vous invite à écou­ter quelques extraits supplé­men­taires :

11 – Vibe Green – Vibe 5 – Speed 4 – Inten­sity 5
00:0000:22
  • 11 – Vibe Green – Vibe 5 – Speed 4 – Inten­sity 500:22
  • 12 – Vibe Green – Vibe 10 – Speed 4 – Inten­sity 500:48
  • 13 – Vibe Green – Vibe 6 – Speed 4 – Inten­sity 800:26
  • 14 – Vibe Red – Vibe 5 – Speed 4 – Inten­sity 500:42
  • 15 – Vibe Red – Vibe 10 – Speed 2 – Inten­sity 1000:26

Les équipes d’Even­tide sont compé­tentes dans leur domaine et le résul­tat obtenu est à la fois natu­rel et chaleu­reux. Par ailleurs, lorsque l’on bascule sur le canal rouge, l’ef­fet s’ap­pa­rente alors davan­tage à un phaser. J’ai égale­ment appré­cié la réac­ti­vité et la flexi­bi­lité des trois poten­tio­mètres dédiés à cet effet. Il est assez simple de passer d’am­biances discrètes à des résul­tats sonores plus expé­ri­men­taux. Écou­tons main­te­nant ce que l’on peut obte­nir en combi­nant les deux canaux et en modi­fiant l’ordre du chaî­nage :

16 – Dual Green – Vibe dans Drive
00:0000:28
  • 16 – Dual Green – Vibe dans Drive00:28
  • 17 – Dual Green – Drive dans Vibe00:27
  • 18 – Dual Green – Drive dans Vibe00:45
  • 19 – Drive Green – Vibe Red – Vibe dans Drive00:28
  • 20 – Drive Green – Vibe Red – Drive dans Vibe00:26
  • 21 – Dual Red – Vibe dans Drive00:36

Afin de tester la pédale en stéréo, j’ai connecté la Riptide direc­te­ment à ma carte son Audient iD22 en bascu­lant sur le niveau ligne. Dans les extraits sonores que vous allez entendre, l’ef­fet rentre dans le canal clair du plugin « Plini X » de Neural DSP. Comme nous pouvons le consta­ter, utili­ser la Riptide en stéréo donne des résul­tats inté­res­sants. En combi­nant les deux canaux, on obtient un son très ouvert, bien plein et parti­cu­liè­re­ment agréable à jouer.

22 – Dual Green Stéréo – Vibe dans Drive
00:0000:22
  • 22 – Dual Green Stéréo – Vibe dans Drive00:22
  • 23 – Dual Red Stéréo – Vibe dans Drive00:25
  • 24 – Dual Green Stéréo – Vibe dans Drive00:26
  • 25 – Dual Green Stéréo – Drive dans Vibe00:15
  • 26 – Dual Red Stéréo – Drive dans Vibe00:28

Pour conclure

La Riptide est une pédale qui ne manque pas d’in­té­rêt grâce à sa fabri­ca­tion de qualité et à sa grande poly­va­lence. Ainsi, on appré­cie de pouvoir dispo­ser de deux over­drives aux grains que l’on pour­rait quali­fier « d’or­ga­niques ». Les deux algo­rithmes basés sur l’Uni-Vibe sont tout aussi quali­ta­tifs et peuvent être utili­sés avant ou après la satu­ra­tion, ce qui est loin d’être anec­do­tique. De nombreux utili­sa­teurs seront ravis de la faci­lité d’uti­li­sa­tion accrue par rapport à d’autres effets de la gamme grâce aux poten­tio­mètres qui ne font que ce qu’ils prétendent faire. D’autres, tels que votre fidèle servi­teur, peste­ront sur une ergo­no­mie perfec­tible en ce qui concerne les réglages avan­cés. Enfin, le prix avoi­si­nant les 400 euros, s’il place la pédale dans la caté­go­rie des effets « chers », reste plutôt cohé­rent quand on consi­dère toutes les possi­bi­li­tés offertes par la Riptide.

  • face
  • face2
  • connectique
  • logiciel
  • Logiciel2

 

8/10
Fabrication (?) : Chine
Points forts
  • La qualité de fabrication
  • Un son très organique malgré un traitement entièrement numérique
  • Des réglages simples et très réactifs
  • On peut modifier l'ordre de chaînage des deux effets.
  • Une connectique bien pensée (mono/stéréo et niveaux instrument/ligne)
  • La compatibilité avec le protocole MIDI
  • Une application pour PC/Mac facile à utiliser
Points faibles
  • Ça souffle malheureusement un peu trop avec le potentiomètre de gain poussé dans ses retranchements
  • Si les réglages sonores sont simples, les options avancées demandent des manipulations peu pratiques à mémoriser
Auteur de l'article RomanRouzine

Guitariste et compositeur, je travaille pour la presse spécialisée depuis 2011. Certains ont peut-être eu l'occasion de travailler quelques-unes de mes études et autres adaptations classiques parues chez le libraire. J'ai eu la chance durant cette dernière décennie de parcourir la France avec divers groupes et artistes. Je suis également l'auteur de deux albums solos que j'ai eu l'occasion de défendre sur scène et dans le cadre de masterclass. Mon travail de compositeur est aujourd'hui quasi-exclusivement orienté vers l'écriture pour les médias (films, séries, jeux vidéo...). Enfin, j'enseigne la guitare dans un célèbre et réputé centre d'enseignement des musiques actuelles et amplifiées présent en Touraine.

  • Juljaaz 2551 posts au compteur
    Juljaaz
    Squatteur·euse d’AF
    Posté le 07/12/2023 à 17:24:54
    Merci pour le test !

    Je testerais bien ça sur mon Rhodes... :aime:
  • steffgo 422 posts au compteur
    steffgo
    Posteur·euse AFfamé·e
    Posté le 07/12/2023 à 17:34:48
    Test complet, vraiment très détaillé avec des exemples sonores montrant bien les différentes possibilités, bravo ! Concernant le son par contre je ne suis personnellement pas vraiment convaincu, je trouve que ça sonne trop moderne, trop propre et sage, même si de grande qualité. Pour l'association des deux effets, alors là je trouve ça franchement désagréable, alors que c'est ce que j'attendais ...Et je me demande si ce n'est pas tout simplement parce que, un peu comme tout le monde, j'ai en tête des références marquantes d'association son saturé/uni-vibe ... Ou pour être plus précis de fuzz et d'uni-vibe ... Et pour ça il existe des propositions que je trouve bien plus intéressantes (purple moon par exemple ou, tout simplement, fuzz dans uni-vibe ).
  • Lars Sédificile 35 posts au compteur
    Lars Sédificile
    Nouvel·le AFfilié·e
    Posté le 11/12/2023 à 21:03:15
    4oo boules et devoir acheter en plus un encombrant et hors de prix accessoire juste pour changer les presets. A ces prix mieux vaut se prendre 3 pédales indépendantes avec chacune son switch accessible en un coup de pied sans avoir à reflechir quel reglage est enregistré et où. Sans même parler de la modularité qu'offrent 3 pédales distinctes qui peuvent être changées à l'envi.

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article RomanRouzine

Guitariste et compositeur, je travaille pour la presse spécialisée depuis 2011. Certains ont peut-être eu l'occasion de travailler quelques-unes de mes études et autres adaptations classiques parues chez le libraire. J'ai eu la chance durant cette dernière décennie de parcourir la France avec divers groupes et artistes. Je suis également l'auteur de deux albums solos que j'ai eu l'occasion de défendre sur scène et dans le cadre de masterclass. Mon travail de compositeur est aujourd'hui quasi-exclusivement orienté vers l'écriture pour les médias (films, séries, jeux vidéo...). Enfin, j'enseigne la guitare dans un célèbre et réputé centre d'enseignement des musiques actuelles et amplifiées présent en Touraine.