Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Filtres
4.6/5
(13 avis)
69 %
(9 avis)
23 %
(3 avis)
8 %
(1 avis)
Donner un avis
Avis des utilisateurs
  • PolymePolyme

    Un couteau suisse en permanente évolution

    Akai Professional MPC OnePublié le 07/11/23 à 20:12
    Principalement acheté pour moderniser mes arrangements et découvrir la musique “moderne”, mais aussi pour avoir un appareil autonome. C’est mon premier sampler.

    Mon style de musique est plutôt pop/variété, la MPC One plutôt rap, trap, beat, house, hip-hop. Un nouveau terrain à explorer.

    L’appareil est solide, bien construit, un écran très réactif, des pads salissants mais excellents.

    De nombreuses entrées sorties, l’ont placé au centre du dispositif, et c’est pour l’instant mon enregistreur principal, secondé par une interface MOTU Ultralite mk5.

    Des tonnes de plugins gratuits, des synthétiseurs, des effets nombreux et variés, des sons, des samples de qualité. Une belle biblioth…
    Lire la suite
    Principalement acheté pour moderniser mes arrangements et découvrir la musique “moderne”, mais aussi pour avoir un appareil autonome. C’est mon premier sampler.

    Mon style de musique est plutôt pop/variété, la MPC One plutôt rap, trap, beat, house, hip-hop. Un nouveau terrain à explorer.

    L’appareil est solide, bien construit, un écran très réactif, des pads salissants mais excellents.

    De nombreuses entrées sorties, l’ont placé au centre du dispositif, et c’est pour l’instant mon enregistreur principal, secondé par une interface MOTU Ultralite mk5.

    Des tonnes de plugins gratuits, des synthétiseurs, des effets nombreux et variés, des sons, des samples de qualité. Une belle bibliothèque de plugins et sons payants.

    Très amusant, mais un peu déroutant tout de même pour un habitué des daws. Les capacités de sampling sont incroyables (mais je ne peux pas vraiment comparer avec d’autres samplers).

    Le séquenceur, et le séquenceur pas à pas tiennent la route mais le pas à pas est un peu laborieux.

    Une communauté immense, permet de progresser très vite et de comprendre le workflow particulier.

    À ce prix, autant de fonctionnalités et de possibilités c’est appréciable. De plus les mises à jour sont nombreuses et améliorent à chaque fois le système.

    + Un appareil autonome pour tous les styles de musique
    + La connectivité
    + les deux prises USB
    + l’écran
    + La qualité des samples fournis, même si très hip-hop/house/trap
    + Le support du produit évoluant constamment
    + la possibilité de connecter la plupart de interfaces audio
    + Les possibilités de sound design

    - La limitation à 8 plugins donc 8 sons
    - Le séquenceur pas à pas
    - Pas de wifi
    - La prise casque 3.5 en façade, obligeant à utiliser un jack coudé

    Bref je m’amuse, même si parfois je passe beaucoup de temps à ajuster mes enregistrements.
    Lire moins
  • deumsdeums

    Pas encore au point.

    Akai Professional MPC OnePublié le 04/01/23 à 21:31
    Salut,

    j'avais écrit un avis il y a quelques semaines, puis je l'ai retiré car il était plutôt négatif et très tranché.
    Je me suis dit que j'avais peut être été trop cash et je me suis donné du temps supplémentaire pour mieux approfondir cette mpc one.
    Au passage, je présente mes excuses aux personnes qui avaient liké/disliké l'avis.

    Pour faire court, si je devais résumer cette machine en 2 phrases, ce serait avec les suivantes :

    - La MPC est (et reste) un ÉCHANTILLONEUR performant qui dispose de fonctions efficaces sur 1 ou peu de séquences, pour fabriquer des boucles arrangeables ensuite dans un daw, à partir aussi et notamment de grabs que l'on pourra aisément modifier et am…
    Lire la suite
    Salut,

    j'avais écrit un avis il y a quelques semaines, puis je l'ai retiré car il était plutôt négatif et très tranché.
    Je me suis dit que j'avais peut être été trop cash et je me suis donné du temps supplémentaire pour mieux approfondir cette mpc one.
    Au passage, je présente mes excuses aux personnes qui avaient liké/disliké l'avis.

    Pour faire court, si je devais résumer cette machine en 2 phrases, ce serait avec les suivantes :

    - La MPC est (et reste) un ÉCHANTILLONEUR performant qui dispose de fonctions efficaces sur 1 ou peu de séquences, pour fabriquer des boucles arrangeables ensuite dans un daw, à partir aussi et notamment de grabs que l'on pourra aisément modifier et améliorer avec un excellent rendu.

    - Au delà, les fonctions dont elle dispose ne sont pas encore au point ergonomiquement ni pour interagir entre elles, ce qui demandera vraiment beaucoup de temps, de travail et de "prise de tête" pour un bien maigre résultat, par rapport à ce que l'on obtient avec d'autres séquenceurs pour le même temps d'apprentissage et de travail.

    Mais il ne suffit pas de dire que c'est bien ou pas, il faut également l'argumenter, alors je vais essayer d'être assez précis et complet sur les raisons de ma note moyenne et de ce résumé, en m'attardant un peu uniquement sur une partie des choses que j'observe qui ne fonctionnent pas ou mal ou qui pourraient être améliorées, ainsi que le ressenti que j'en retire.
    (Ce qui fonctionne correctement étant largement mis en avant de partout, donc pas besoin que je m'y attarde ici, ce qui fait que cet avis est à charge).

    Tout ce que j'écris ici se retrouve finalement sur les différents forums dédiés à ces mpc, ce n'est pas inhérents à la mienne uniquement.
    Et c'est malheureusement souvent après l'achat que l'on peut s'y pencher sérieusement, et que l'on se rend réellement compte que tout n'est pas aussi fonctionnel et efficace que dans les vidéos qui ne montrent que la réussite avec ce qui va bien.

    Je bosse depuis plusieurs décennies sur des séquenceurs logiciels, et mes points de comparaisons se font donc par rapport aux capacités de ces outils, étant donné l'argument de l'autonomie (standalone) que l'on entend partout au sujet de ces mpc.

    Mes note et avis sont donc basés sur ce rapport de comparaisons.

    Il y a d'ailleurs vraiment beaucoup de fonctions que l'on peut en attendre pour une machine qui se veut autonome, avec de supers idées propres à Akai, c'est indéniable, c'est ce qui est attrayant et qui m'a principalement poussé à l'achat via, il me faut l'avouer aussi, le puissant marketing qui l'entoure, et bénéficiant également de la réputation acquise dans les années fin 80' et 90'.

    La fonction slice sampling est son point fort, la MPC étant à la base un échantilloneur, et il est facile de transformer un sample en beat très rapidement avec la qualité que l'on entend régulièrement un peu partout.

    La fabrication/modification des samples est également assez complète et poussée dans l'assemblage avec des possibilités dignes des meilleurs sampleurs "hardwares" actuels (enveloppes, etc ..)
    Par contre, il y a l'absence de possibilités de marqueurs intermédiaires pour le warp/stretch et un autre pour la possibilité de démarrer les samples ailleurs qu'au début sans modifier la longueur qui est très regrettable (et qui m'a grandement étonné (on est en 2020 quand même !)).
    Car d'entrée de jeu, on sait là qu'il ne sera pas possible de travailler le placement, et donc par exemple dire immédiatement adieu aux vocaux rap qui claquent bien sur la snare, ou de réarranger un beat mal calé.
    Ça devra obligatoirement passer par un autre séquenceur pour être warpé précisément (vocaux), ou devoir tout re-découper (beats) puis re-séquencé avec d'éventuels silences qui vont apparaître.
    Je pense que c'est lié au fait que ça demande trop de puissance de calculs par rapport au petit processeur dont elle est dotée, sans parler de la gestion de ce dernier qui amène trop souvent la machine au plantage. Il y aurait peut-être des solutions de contournements au niveau logiciel, mais bon ...
    Et il y a aussi l'absence de tête de lecture dans program edit pour finir avec les gros manques handicapants de la partie sampleur.

    Les synthés (plug-in) sonnent plutôt bien en dehors de Solina pour si il était sencé reproduire des cordes, et permettent des choses intéressantes. Je parle des synthés qu'elle contient déjà et ceux gratuits teléchargeables depuis la mpc.
    Par contre ce sont des sons (presets) à tendance très populaire, tout comme les samples livrés avec.
    Comprendre par là qu'il faudra tout bidouiller pour si on veut faire du son de teuf ou du rap hkr, sinon ça va sonner très "pouêt pouêt". Il y a malgré tout dans ce pack, le plug in Odyssey qui permet un peu de sortir des sons plus underground.
    Néanmoins et en restant dans le domaine électronique et pour préciser l'idée en plus des courants rap/trap/bap bien sûr, on trouve immédiatement ses marques pour, par exemple, des sons techno au sens premier du style, ou pour faire de l'EDM (Electro De Merde ? :mrg:), de la trance (euphorique & psy), du R&B, ou même du disco, de la house et des choses plus classiques avec un bon résultat.
    Néanmoins à l'usage, les styles qui emploient beaucoup d'effets ou snares évolutifs dans le temps se retrouvent à être extrêmement longs à fabriquer de par le workflow qui oblige à beaucoup de gestes, ce qui prédestine à mon sens cette machine à des styles dont les sons et effets seront fait d'assemblages plutôt carrés, directs et francs (rap, r&b, dub, minimale, tribe...).


    L'arpégiateur est intéressant et permet de nombreuses choses avec les différents motifs proposés, certes classiques, mais efficaces pour écrire des bases et malgré qu'il ne dispose pas d'un offset de décalage et pas grand chose pour obtenir une bonne palette de variations directement sans devoir aller les écrire dans la grille.
    Le gros point noir que je lui trouve, c'est que malgré son option latch (hold/maintient), il n'est pas possible de déclencher ses paterns depuis la grille, ni d'avoir des réglages différents pour chaque track.
    C'est à dire que dans le cas où ça aurait pû être possible, on pourrait par exemple écrire une note qui déclencherait l'accord ou le patern en le maintenant sans devoir obligatoirement écrire (puis effacer) toutes les notes générées par l'arpégiateur sur la grille, et afin de pouvoir essayer les différents motifs que nous propose l'arpégiateur, sur différents tracks, avant de faire un choix.

    L'arpégiateur est unique pour chaque projet. Il ne se déclenche que depuis les pads ou un clavier externe, avec un seul motif sélectionnable à la fois, ne fonctionne pas avec les drum program (samples) et il ne reçoit pas les notes qui sont écrites sur la grille.

    Les effets sont corrects, mais manquent parfois en plus de certaines petites choses, comme par exemple des contrôles visuels avec de simples bar-leds pour tous les compresseurs, l'impossibilité de programmer les bypass et certaines automations master, des syncros pour certains, ce qui les rend peu utilisables en réalité, pour les cas où on a besoin de les caler avec précision dans le temps, etc..., et les manipulations à faire pour les balances, les insertions et ensuite les réglages pour des sons évolutifs sur les pistes sont trop nombreuses.
    (Si comme moi vous cherchez un Gate, il y en a un basique dans > Dynamics > Air Channel Strip > onglet "Gate/Comp")
    Le side chain avec le fameux Duck fonctionne assez bien pour faire des choses franches, une fois que l'on a pris le canard par les cornes, mais il y a beaucoup (trop) de manips à faire pour le poser et d'autant plus pour obtenir des effets différents sur plusieurs programs, un peu à l'image de l'arpégiateur.
    Et personnellement, j'aurais par exemple largement préféré une seule réverb excellente avec tous les paramètres d'une reverb excellente, que d'en avoir plusieurs comme là qui vont de moyen à bof, et idem pour les delays...

    On dispose d'un bon nombre d'écrans qui donnent des accès différents aux fonctionnalités, ce qui pourrait permettre vraiment pas mal de choses, mais la réalité est toute autre, je vais y revenir...

    Pour la méthodologie de travail (workflow) avec la séparation obligatoire des séquences, et surtout pistes/programmes, on aime ou pas.
    Personnellement, je trouve que c'est souvent plus contraignant que ce que ça apporte d'avantages, notamment parce que ça rajoute des manipulations et écritures inutiles, et qui devient même régulièrement une galère sans nom pour modifier certains paramètres dans les séquences quand on en a déjà fabriqué un certain nombre, notamment dans la gestion des fx et/ou des réglages entre séquences qui est exécrable. Car les réglages (y compris automations program/fx) sur 1 séquence modifient toutes les autres.
    De fait, on se retrouve avec les inconvénients des séparations sans les avantages, vu que de surcroît, les program-change presets entrants ne sont pas acceptés, et qu'un preset plug-in est unique pour tout le projet (et donc toutes les séquences qu'il contient).
    On peut bien sûr charger le même plug-in dans différents programs et spécifier un preset différent pour chaque.
    Mais au niveau du nombre de programs plug-in, on est limité à 8 par projet.
    Donc si on veut par exemple utiliser 3 presets d'un même plug-in dans le projet, il faut ouvrir 3 programs différents avec le même plug-in, chacun étant réglé avec son preset.
    Il ne restera donc plus que 5 programs plug-in pour tout le reste du projet.
    À l'usage, on se rend rapidement compte que pour fabriquer un morceau de A à Z, et à moins de rester dans le minimalisme, qu'il faut obligatoirement passer en permanence par le resampling, ce qui prend un temps supplémentaire conséquent, avec souvent l'impossibilité de revenir en arrière pour modifier les timbres par exemple, étant donné que la source re-samplée l'a été pour gagner de la place et n'est donc plus dans le projet après coup.
    Une solution étant de sauvegarder le projet à tous les changements en les nommant explicitement, car on se retrouve vite avec plusieurs dizaines de sauvegardes par projet, pour être sûr d'aller au bout, et afin de pouvoir revenir puiser (re-sampler) les sons, avec toutes les manipulations que ça implique pour passer d'un projet à l'autre, injecter les sons, etc...
    En comparaison, ce point prend quelques secondes pour re-sampler et ré-injecter avec un séquenceur comme Ableton. Sur la mpc, ça se compte immédiatement en minuteS.

    (Pour gagner du temps dans le montage du projet, je garde toujours 1 program plug-in libre (que je nomme #Source), et qui me sert jusqu'à la fin pour produire des sons à re-sampler, et je fais une sauvegarde en PRESET du plug-in avant chaque changement sur ce program, pour pouvoir retrouver mes sources si j'ai besoin de modifier ou faire évoluer mes samples, et afin de permettre de retrouver les sources tout en restant dans le même projet. Ça a ses limites, mais ça aide bien).

    On peut par contre créer et ensuite muter/démuter plusieurs motifs dans chaque séquence, de par différents tracks qui emploient le même program, ce qui permet des variations dans une même séquence. C'est bienvenu, car on se rend vite compte à l'usage, que le flux de travail de cette machine est optimisé pour des arrangements qui peuvent même être poussés et assez rapides à monter, mais pour 1 séquence.

    Et à ce niveau il ne faut pas se leurrer, là où quelqu'un doué d'une bonne dextérité en performs fabriquera rapidement des séquences intéressantes, et surtout en time correct off pour obtenir un bon groove/swing, un autre moins doué risquera de passer un temps qui pourra vite devenir rebutant en écritures sur la grille pour arriver au même résultat, car la mpc est lente, complexe et douloureuse à mettre en œuvre par son côté séquenceur logiciel à grille qui semble attrayant et quelque peu similaire aux autres (laptop/desktop) sur les images/vidéos, mais qui dans la réalité de l'utilisation, souffre de beaucoup trop de manipulations à effectuer, et dont certaines devront l'être dans un ordre précis sous peine de se retrouver bloqué ensuite.

    Un exemple qui illustre bien ce propos quand au fait que le workflow mpc est très lent pour faire des choses pourtant très simples: Dans un même projet, si on veut copier/coller une track d'une séquence vers une autre, il n'y a pas de commande dédiée, on est obligé de sauvegarder la track dans le browser, de revenir sur la page Main pour sélectionner la séquence sur la quelle on veut dupliquer cette track, puis retourner la chercher dans le browser pour l'importer dans l'autre séquence, ce qui nécessite de l'écriture et 5 changements de pages pour cette seule action.
    Avec un séquenceur usuel, on fait 1 click droit + 1 click sur dupliquer, ce qui prend 2 secondes tout au plus.
    Et ce n'est malheureusement pas un cas unique...


    Et au delà de ça, si des effets avec un bon nombre d'automations sont présents, les difficultés liées à ces séparations incomplètes augmentent et obligent à beaucoup de temps de programmations pour démarrer chaques séquences avec les réglages voulus, sinon on se retrouve avec les réglages de la dernière séquence passée qui vont interférer dans la suivante.

    De fait, il apparaît que la mpc est adaptée à travailler avec peu de séquences performées et finies qui seront ensuites assemblées en mode song, plutôt que pour fabriquer plus de séquences écrites qui contiendront beaucoup de précisions au millimètre, en vue d'un projet dont on voudrait pouvoir travailler l'évolution en profondeur, avec un bon nombre de variations. L'automation depuis la grille étant difficile à écrire avec précision, avec de plus, l'obligation de programmer des paramètres supplémentaires pour palier à l'inexistence du paramètre by-pass sur les fx.

    La grille de séquences est à peu près usuelle à ce que l'on a l'habitude de voir en apparence dès qu'il y a un écran.
    Avec un peu d'apprentissage ça se passe pas trop mal. Mais ça reste fastidieux à utiliser à la longue, déjà pour passer d'un mode à un autre (loupe, déplacement, sélection, gomme, crayon...), ou pour des choses usuelles comme le travail via les qlinks qui est difficile car mal programmé: par exemple on se déplace droite/gauche dans la grille avec le qlink dédié pour aller à un évènement précis, dès qu'on se sert ensuite du qlink pour faire loupe, ça remet la grille sur le début.
    Du coup il faut faire l'inverse, c'est à dire faire loupe d'abord et passer des heures ensuite à tourner sans cesse ce bouton pour se déplacer dans la grille qui est rapprochée.
    Il faut donc apprendre à connaître ce qui doit/peut se faire via les boutons ou via l'écran tactile, en fonction des défauts de la programmation. Ce qui est quand même bien laborieux, car c'est pareil pour de nombreuses autres choses car l'implant du tactile dans ces machines n'a pas été correctement pensé pour interagir de façon parfaitement complémentaire avec la partie matérielle/physique.
    C'est plutôt que l'un rattrape les défauts de l'autre et, "débrouillez vous avec ça !"

    Et aussi pour certaines choses comme par exemple le fait que la grille ne réunisse pas l'ensemble des évènements de la séquence. L'affichage se fait uniquement track par track, pour chaque séquence. Et la visualisation ne se positionne pas forcément sur les notes, ce qui oblige sans cesse à chercher à l'ouverture de la page et même en passant simplement de tracks en tracks sans en sortir.

    De plus, cette grille n'affiche que les notes. Pour les synthés/plug in c'est bon, mais pour les samples c'est très embêtant, car il n'y a pas la visualisation de leurs longueurs.
    Pour des échantillons courts ça va, même si ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, mais pour les gérer quand ils sont longs c'est quand même galère pour travailler ainsi que pour ajuster la longueur des séquences en rapport.

    Et la machine ne prenant en compte que l'évènement de déclenchement et non l'audio du sample lui même, il faut obligatoirement repositionner la tête de lecture avant l'évènement de déclenchement et attendre que l'avancement du/des sample(s) se fasse jusque là où ça nous intéresse.
    Il est par exemple intéressant dans certains cas, de convertir (bouncer) des séquences longues et complexes en audio, notamment pour libérer un peu la charge ou contourner la limitation des 8 plug-in max.
    Mais dans ces cas là, c'est franchement trop long ensuite pour faire des réglages sur ces longs échantillons une fois qu'on les a ré-injectés dans le projet, puisqu'il faut toujours reprendre à leurs notes de déclenchements et attendre pour le moindre nouveau réglage.
    On ne peut donc pas boucler une petite partie sur laquelle on voudrait effectuer le moindre réglage, car si elle n'englobe pas la/les note(s) de déclenchement(s) du/des sample(s), ils sont inaudibles et l'on entend que les plugs-in.
    Si l'un des samples dure 16 mesures et que le réglage voulut ne concerne qu'1 ou 2 temps à la fin de celui-ci, le moindre réglage dure des plombes, ce qui fait qu'à force on évite, et que ce que l'on fait se retrouve appauvri.

    Concernant les tracks sur cette grille, on peut réduire leurs longueurs avec des mesures/temps inférieurs à la longueur totale de la séquence en cours, mais elle commenceront toujours à leurs débuts, c'est à dire identique au début de la séquence.
    Par exemple, dans une séquence qui fait 8 mesures de 4 temps, on ne peut pas mettre une track en boucle sur les mesures 2 et 3 ou juste 2 temps de la mesure 7.
    Le start de chaque track se fera obligatoirement à partir du 1er temps de sa première mesure.

    On ne peut pas non plus définir qu'une track commencera à sa première mesure et se mettra en boucle sur des mesures spécifiques, comme par exemple les 2 dernières.
    (Ces réglages de réductions des longueurs sont aussi disponibles pour chaque track sur la page Main)

    Toujours sur la grille du séquençage, (Grid) les boutons qlinks ne sont pas paramétrables à ces niveaux du logiciel, et la disposition n'est pas forcément celle attendue par tous. Ce n'est pas la mienne en tous cas.
    Et 4 petits boutons pour accéder directement aux 4 tranches serait plus aisé plutôt que de devoir s'acharner sur un seul (+shift pour inverser).

    Un truc assez gênant, c'est l'affichage de ces qlinks qui vient se positionner à droite de l'écran dès qu'on les touche, ce qui enlève la visibilité à cet endroit, et c'est valable sur tous les écrans, ce qui oblige sans cesse à étirer, déplacer, etc ... Ou essayer de ne pas s'en servir, ou encore de les apprendre par coeur pour supprimer cet affichage dans les options. (Je me suis collé une étiquette pour les fonctions les plus usuelles (Main))
    Cet écran devrait plutôt se positionner différemment en fonction de ce que l'on règle. Par exemple dans les waveforms des samples, se positionner plutôt à droite quand on regle le in et plutôt à gauche quand on regle le out, histoire de ne pas être en plein sur le visuel, ou alors être déplaçable via le tactile.
    Ou peut être mieux, en haut, par dessus le bandeau rouge qui ne se gère pas via ces qlinks, et qui donc ne se chevaucheraient pas pendant l'utilisation.

    Idem pour les effets/synthés
    Avec de plus des incohérences sur la disposition:

    A régler par exemple l'EQ paramétrique finement, c'est fastidieux avec ces qlinks, étant donné que la tranche verticale des boutons ne correspond pas aux tranches horizontales de l'effet, et ce n'est pas le seul.
    Pareil aussi dans la gestion des assignations. Dès fois c'est disposé vertical, dès fois horizontal.
    Bref.... Ce n'est pas sérieux !

    Sans compter d'autres défauts majeurs comme l'impossibilité pure et simple de s'en servir dans certains cas. Un exemple précis parmis d'autre, comme avec la partie mixeur du drum synth multi qui comporte les 8 pistes du plug-in et dont les Qlinks n'ont accès qu'aux 4 premières pistes, les 4 autres devront donc être entièrement gérées via le seul gros rotatif.

    Et au passage, ils ne sont pas bien réactifs au toucher.

    L'ergonomie de l'ensemble est franchement à rafraîchir, et une meilleure gestion logicielle rattraperait beaucoup de choses.

    Concernant par exemple l'explorateur de fichiers (browser), qui, aussi surprenant que ça puisse être, ne permet pas de copier, coller, renommer, déplacer.... ce qui oblige à devoir régulièrement passer par un ordinateur pour (ré) organiser les fichiers/dossiers.

    La pré-écoute des samples dans le browser a beaucoup du mal à suivre le tempo du morceau en cours, voir n'y arrive tout simplement pas suivant le bpm. Les samples ne bouclent pas et ne passent qu'une fois, ce qui n'aide pas à juger d'un calque intéressant.

    Quand on veut se déplacer d'une page vers une autre, c'est très facile. Quand par contre on veut revenir à la page précédente, si il n'y a pas de bouton dédié, il faut revenir sur Main et refaire le déplacement du début.
    Une simple programmation pour qu'en cliquant le bouton de la page on l'atteigne, et reclic 1 fois, ça nous ramène à la page précédente, ou alors avec le rajout d'un bouton virtuel "page précédente" sur chaques pages permettrait de faire des vérifs/réglages beaucoup plus rapidement sans se retrouver bloqué et à devoir revenir sur la page principale et recommencer le circuit du début.
    C'est d'ailleurs très étonnant, à l'heure du smartphone avec le bouton retour/page précédente omniprésent, que ça n'a titillé l'esprit de personne chez Akai depuis tout ce temps !

    D'autres défauts sont à reprendre aussi comme dans sample edit.
    On sélectionne un sample dont on veut modifier la longueur/vitesse/hauteur, etc... On pose les marqueurs, et si on change d'onglet (trim) et qu'on revient sans même avoir rien avoir touché, les marqueurs se sont déplacés, il faut recommencer à les positionner.

    Dans le track view horizontal de la page main, dès que l'on touche une piste, elle s'arme.
    En plus du fait que c'est absolument casse pieds, à quoi sert alors, d'avoir des boutons rec sur chaques pistes ?
    Idem pour les solos: si on met une piste en solo et qu'on en touche une autre, cette dernière se mettra en solo automatiquement à la place de celle qu'on avait choisi.
    Etc...

    Le mixeur est quelque peu difficile à appréhender je trouve.
    Certes il y a toutes les pages que l'on peut attendre d'un matériel sérieux pour pouvoir travailler de la façon qui nous convient, mais c'est finalement contre productif, car tout est séparé dans des pages différentes (track audio-midi-program-etc...), et de plus, sans que certains réglages d'une même fonction (d'une piste précise par exemple) se retrouvent accessibles/visibles sur les écrans différents qui la traite, ce qui mobilise beaucoup de mémoire (la notre) pour se rappeler sur quel écran on a exécuté l'action, de temps et de manipulations pour la gestion en temps réel, ou force un peu à devoir simplifier l'utilisation pour si on voudrait par exemple l'utiliser vite et/ou en live.
    Sachant que dans ce cas, il faut que ce soit simple et direct pour pouvoir faire des sets intéressants.
    À l'image des insertions avec les sends/returns qui est certes originale par rapport au reste du monde, mais absolument pas pratique.

    Toujours en live encore pour exemple : une fonction primordiale parmis d'autres est la gestion des mute/solo.
    Dans track mute qui est une des bonne page pour faire du live et de la compo live, c'est programmé pour ne faire qu'un solo à la fois, avec de plus une mise en œuvre qui rend cette fonction tout simplement inutilisable: en appuyant sur solo, c'est toujours la track 1 (sur le pad01) qui s'active.
    On peut ensuite changer, mais il reviendra d'office au même point pour le prochain coup.
    Et... Plusieurs solos en simultanés, c'est trop demander ?
    Et si on les programmes sur un contrôleur midi externe, il y a un bug qui est qu'au relâchement du solo, il vient muter sa propre piste pendant 2/10e de seconde, ce qui interdit donc cette option de contournement.
    Et sans possibilité de jouer plusieurs solos, le live devient immédiatement beaucoup plus pauvre.
    Et le live étant aussi un moyen usuel pour composer...

    Track Mix: Pourquoi séparer tous les types de pistes par des pages différentes ?
    On a aussi besoin d'avoir TOUTES les sorties AUDIO des pistes de la séquence en cours, donc y compris midi sur une même page.
    C'est le son qui est quand même primordial sur un mixeur, les évènements numériques se trouvants déjà dans la grille et ailleurs...
    Et sur une machine de ce type, on ne va pas travailler avec 30 pistes, alors quel intérêt de tout séparer comme ça ?
    Au contraire, ça rajoute des actions supplémentaires.
    Et d'autant plus pour le live, ces séparations drastiques ne sont pas du tout pratiques, mais au contraire limitantes et même dangereuses.

    D'ailleurs à ce propos, (live), je ne vois pas d'autre possibilité que de se résigner à choisir un type de flux, ce qui demandera de préparer les sons en fonction et pas autrement.
    Soit par les tracks, soit par les pads, soit par les séquences..., en fonction des possibilités présentes par écran et qui nous intéressent, étant donné qu'il n'y a rien qui permet d'avoir un accès direct à l'ensemble des fonctions nécessaires habituelles, ce qui obligerait à passer d'un écran à un autre en pleine prestation, et c'est risqué, en plus du fait que la limitation du mapping pour rajouter un contrôleur est quand même assez conséquente.

    Car il n'est par exemple pas possible de monter des racks instrus + effets pilotables en externe de façon sûre (stable) car le pilotage des effets placés sur les tranches fait régulièrement planter la machine à un moment ou un autre dès que l'on multiplie le nombre d'assignations ou d'actions, ou mettent du temps à répondre et encore d'autres bizarreries qui se produisent aléatoirement. On ne peut pas les router sur des départs auxiliaires pour aider un peu, car ce n'est pas stable du tout (du 2.10.1 au 2.11.7 pour ce que j'ai pû tester (edit: idem 2.11.8)). Sinon, de tout gérer avec les 4 boutons qlink donne un résultat un peu trop carré, statique.

    On arrive à créer des "racks" pilotables en externe plus stables, en mappant seulement les instrus et autres dans les programs.

    (Peut être que le mieux serait de l'interfacer avec une console numérique et de gérer le mix depuis les sorties physiques de cette dernière et surtout les effets. Mais ça reviendrait cher au final pour simplement rattraper des bugs)

    Dans ce cas, on peut créer tout un tas de séquences dans lesquelles on programme les évènements des racks instrus, et si on programme également sur toutes les séquences (un peu long mais si construit au fur et à mesure ça va) les déclenchement des samples sur un drum program, on peut remplir toutes les banques si c'est avec des samples d'1 ou 2 mesures max en mono, que l'on peut muter/démuter via pad mute.

    Ce qui permet au final des variations sur les évènements des tracks qui concernent le beat + synth (int/ext) par les changement de séquences, avec aussi des variations de timbres via le map midi (contrôleur) de ces mêmes instrus dans les différents programs et des variations par l'envoi des samples (mutes) au choix, puisque leurs déclenchements sont programmés de la même façon sur toutes les séquences.

    Le changement de séquence modifiant donc les évènements beat et instruments mais n'affectant pas les mutes choisis dans pad mute.
    Et les séquences étant rapidement accessibles via la page next seq.

    On arrive à un résultat quand même sympa en ne se déplaçant quasiment uniquement que via les 3 boutons : track/pad mix - track/pad mute - next seq + les qlinks et le gros rotatif sur la mpc.
    Le reste se modifiant sur le(s) contrôleur(s) pour les timbres ou volumes des tracks/programs ou directement sur les hardwares externes (synth/fx...).

    C'est ce que j'ai trouvé de mieux pour le moment avec quelques variantes, tout en construisant le plus possible comme je fais sur ableton depuis des années.
    J'ai essayé avec des drum synth pour fabriquer le beat + 1 ou 2 drum prog pour envoyer des samples, le reste se faisant en hardware sur mes synthés, le tout séquencé par la mpc.


    Edit Les montages apparemment stables (fx externes) que j'ai trouvé pour le live

    Je n'ai toujours pas osé tester en réel en dehors d'avec mon entourage proche, car je n'ai pas encore confiance vu l'instabilité dont fait preuve cette machine avec ma façon de l'utiliser, malgré que ces fonctions soient indiquées dans le manuel que j'avais potassé avant l'achat.
    De ce fait, il faut quand même reconnaître qu'en dehors du fingers drumming ou de faire un set par clics sur les mutes (ça oui c'est stable, sauf si le set est trop chargé, ce qui obligera alors à faire des stop/play, sinon l'uc finit par planter là aussi), les prestations live ne sont pas du domaine de ce logiciel.
    Il pourra toutefois être intéressant de s'en servir de simple séquenceur pour des synthés hardware, le live se faisant donc sur ces derniers, avec éventuellement quelques rajouts de samples...

    À l'image de l'accessibilité des qlinks, ça explique tout le reste quand à la façon dont cette machine a été programmée, puisque la plupart des fonctions se trouvent toujours être limitées de la même manière à un moment ou un autre:

    Admettons que l'on monte un set avec 10 pistes.
    Sur certaines piste on pose 1 ou plusieurs effets.
    On programme quelques paramètres de ces effets sur les qlinks, étant donné que par midi externe ça risque de planter au moment où il ne faut pas.
    Dès que l'on joue le set, on se met donc à des moments sur la page track mix pour avoir les 10 tracks en visu avec les effets posés dessus et donc pouvoir sélectionner la track sur laquelle on veut modifier les paramètres fx, et.....
    Mince, ça ne marche pas !?
    Pourquoi n'ais-je accès qu'aux qlink d'une track uniquement ?
    Et bien c'est parce que sur la page main, est sélectionnée cette track qui pointe le program concerné par l'effet et qu'il y a uniquement à partir de cette page, sur laquelle il n'y a aucun visuel ni rapidité d'action possible, que la sélection est faisable.
    Pour y palier, on peut quand même passer par l'onglet track view en ayant pris soin de désactiver les rec pour ne pas qu'ils s'activent dès que l'on touche une piste et en faisant bien gaffe où on pose les doigts sous risque de faire quelque chose inopinément qui va s'entendre.
    En gros, ce n'est possible à effectuer qu'à partir de l'onglet le plus sensible (et donc sujet à l'erreur) de la machine pour cette action, en plus du fait que les fx posés sur les tracks ne sont pas affichés comme sur track/pad mix, ce qui n'est vraiment pas pratique, et sans compter qu'il n'y a pas de bouton d'accès direct pour afficher cet onglet.
    (On peut néanmoins configurer le menu glissant pour y palier un peu)

    On sent bien que tout le logiciel est articulé autour de cette page Main et de ce qui lui est directement attenant, et que tout le reste n'est que du rajout plus ou moins bien implanté.
    Mais vu que ça n'a pas été pensé pour ça au départ, ça cafouille quand même assez et/ou n'est pas optimisé ergonomiquement parlant, rajoutant ainsi des conditions à penser et donc des gestes supplémentaires à effectuer.

    Par exemple, il n'est pas possible d'accéder au mixeur des samples (pad mix) via le bouton dédié, sans être d'abord allé sélectionner un drum program dans la page Main.

    Un autre exemple de terrain parmis d'autres sur cet aspect :
    Tu es en train de bosser sur un projet, et d'un coup tu pense à des sons que tu possède déjà et que tu auras besoin plus tard dans ce projet, ou un autre.
    Vite, tu clique sur browse, cherche les sons en question, tu sélectionne une banque vide et charge les samples.
    Ah mince... Ils refusent de se charger ?!
    Qu'est ce qui peut bien se passer encore ?
    Alors reviens en arrière, cherches, essais un peu tout... Ben au final c'était que sur la page principale, il n'était pas sélectionné une piste qui pointe vers un drum prog.
    Alors du coup tu n'as pas la possibilité d'aller charger des samples dans une banque de libre sur d'autres pages.
    Multi-taches la mpc ? 🤔
    Bon bein tu as trouvé où ça coinçait et tu as réuni les conditions t'autorisant à charger les samples.
    Wééééh ! Heu.... Flûte... C'était quoi l'idée de sons à la base... Mince, j'ai oublié !

    Maintenant que je le sais, je ne cherche certes plus, mais ça m'arrive quand même régulièrement de devoir revenir en arrière parce que j'ai oublié de me mettre sur un drum program avant d'aller dans le browser.

    C'est pareil pour encore d'autres choses car c'est toute l'architecture du logiciel qui est fabriquée de la sorte, avec une séparation fortement ressentie entre les évènements midi/numériques et l'audio, mais pas seulement, car tout n'est pas toujours visualisable et ne se retrouve pas forcément d'une page à une autre car beaucoup de choses sont définies de par la page Main uniquement et ça oblige à chercher un peu dès que l'on fait plusieurs choses à la fois et rapidement, en plus de multiplier le nombre de déplacements entre les pages.

    En arrangement, ces séparations de tout et tout le temps dans des pages et onglets différents sont difficiles également.
    Par exemple en travaillant simplement sur un effet, le truc très courant:

    On est sur track mix avec les 16 tracks affichés en carré et sur le bord gauche, il y a le détail du track sélectionné.
    On clique la case des fx, ça nous fait arriver une page noire avec 4 possibilités d'fx et 2/3 options.
    On choisi un fx et on l'affiche
    (au passage, ce serait bien de l'afficher directement plutôt que de retourner à la page précédente, car il y a peu de chance qu'on le laisse tel quel, et on va donc forcément travailler dessus)
    La séparation fait que l'on se retrouve avec le dll de l'effet + les options de presets, bypass et passage d'un effet à l'autre si il y en a plusieurs sur la piste, mais c'est tout.
    Plus aucune action possible concernant la piste sur laquelle on pose cet effet.
    Pourtant, forcément, l'effet va modifier des choses en fonction de ce que l'on règle et donc on a ABSOLUMENT besoin d'avoir accès ne serait ce qu'aux volume, panoramique et solo de la piste pour balancer.
    Là on est obligé de sortir en revenant sur track mix, modifier le volume de piste pour retourner ensuite à l'effet et ainsi de suite.
    Déjà ce n'est pas pratique, et ça n'aide pas à préciser tout un tas de subtilités que l'on recherche tout le temps.

    Comme évoqué précédemment, mettre en automation et/ou mapper les bypass des effets n'est pas possible.
    Pourtant, suivant la programmation de l'o.s. ça pourrait bien aider à libérer un peu l'uc qui est quand même plutôt limite*, et ça éviterait beaucoup de complications pour quand on balade dans les séquences pendant la composition.

    * Pour donner une idée, en mettant les 8 plug in autorisés pour 8 tracks dans 1 séquence de 8 mesures (4x4), sans aucun fx ni samples, on arrive en moyenne à 25% du processeur et de la ram, et si on enchaîne beaucoup de séquences (live) écrites avec un peu de tout (plug in; fx...) l'uc charge en continue dans le temps jusqu'au plantage si on ne fait pas de stop/play.

    Le mapping midi serait bien plus simple avec un bouton midi map actif sur toutes les pages :
    On le clique, ça met les cibles de la page en mode learn, on en sélectionne une, puis on actionne la commande que l'on veut assigner, on sort du mode et c'est fini.
    Alors que là, c'est à chaques fois toute une expédition !

    Et malheureusement, le pilotage midi par hardware externe n'est pas fiable. J'ai insisté à partir d'un Launch Control Xl, d'un MPK mini Mk2 (assignation des 8 boutons) et d'un Midimix, avec les mêmes résultats.
    Il y a aléatoirement des conflits, des modifications/déprogrammations qui se produisent sans que l'on sache pourquoi, la machine peut devenir instable, se mélanger les pinceaux entre les assignations, voir même planter et se bloquer totalement, au point qu'il faille retirer la prise. Et tous les resets ainsi que les paramétrages que j'ai pû essayer en limitant les choses ont certes un peu amélioré cet aspect, mais n'ont pas apporté la stabilité parfaite.
    On voit de plus dans beaucoup de forums que le pilotage depuis des claviers externes donne les mêmes résultats, comme des notes qui ne sont pas jouées, etc...

    La meilleure stabilité que j'ai réussi à obtenir pour le pilotage des fonctions est en mappant uniquement au niveau des programs et surtout pas par les tracks et en évitant les fx car sinon la machine bugue sans cesse à un moment ou un autre dans le temps.
    On y retrouve les mêmes possibilités (volume, mute, etc...)

    À noter également que certains réglages restent mémorisés pour chaques séquences, ce qui peut provoquer quelques couacs dans les changements si on n'y fait pas gaffe.
    Le pilotage midi externe sur l'ensemble des fonctions du morceau/set en cours est donc à proscire, car le risque de planter est bien présent.
    Seul chez soi c'est déjà embêtant, en prestation publique... ça ne donne même pas l'envie de tenter sa chance !

    (C'est d'ailleurs bien dommage qu'il n'y ait pas de contrôleurs dédiés à ces mpc, comme pour Ableton.
    Genre de simples scripts mais complets pour le Midimix ou les mpk mini, ainsi qu'un nouveau contrôleur à 16 Qlinks avec 16 petits écrans + script aussi, qui fonctionneraient tous sans bugs.
    Ça augmenterait l'attractivité de ces machines, mais j'imagine que ce n'est pas fait pour le contrôleur 16 qlinks, car ça empièterait un peu sur la mpc x.
    (Par contre, pour les simples scripts concernant les autres contrôleurs je ne comprends pas)).

    Pendant la lecture, il n'est pas possible de passer à une autre séquence immédiatement ou à la prochaine mesure.
    Il faut sélectionner la nouvelle séquence et attendre obligatoirement que celle en cours se finisse.
    Si la séquence fait 16 mesures avec 75 bpm, c'est franchement trop long.
    Donc il faut obligatoirement faire stop > sélection de la nouvelle séquence> play, ou alors aller sur la page next seq, cliquer sur la séquence voulue, puis à nouveau un clic sur next bar ou sudden.
    Dit comme ça, ça ne semble rien, mais à l'utilisation c'est long.

    J'arrête là, mais à savoir que c'est malheureusement bourré de ce genre de petites choses qui, mises bouts à bouts, gangrainent le flux, les possibilités finales et même en ce qui me concerne, le plaisir de l'utiliser dans le temps.
    Je voudrais bien voir quelqu'un faire un morceau (ou set live) complexe uniquement avec ces mpc, soit seule, soit en cerveau. Pour l'instant je n'ai vu chez les autres et réussi par moi même à ne produire que des choses simples et trop carrées dans l'ensemble.
    Faire mieux me semble plus relever du défit que de l'usuel habituel avec cette machine.

    Ces machines n'etant de plus pas simples à appréhender car ne ressemblant à pas grand chose d'autre, ce qui les rend peu intuitives.
    De ce fait, si on ne veut pas perdre de temps, on est un peu obligé d'acheter en plus du manuel parce qu'il n'est pas à jour et savamment limité en explications, la "bible" vendue 40€, qui est un condensé des trucs et astuces, non pas du fabriquant, mais des utilisateurs (et qui génère bien de la visibilité internet par les tutos utilisateurs au passage).
    C'est un peu.... :facepalm: Bon....

    D'ailleurs, sur ce point... Serait il possible de bosser simplement, sans devoir sans arrêt chercher des astuces cachées pour y arriver ?
    On veut faire du son, pas participer à la chasse au trésor !

    Et un logiciel pas que en anglais serait pas mal aussi !

    Ce qui est dommage, c'est que c'est surtout au niveau de ce logiciel que ça cafouille.

    *(Ou peut être qu'en fait, il est simplement optimal, mais uniquement pour pouvoir faire rentrer toutes ces fonctions dans un assemblage matériel trop juste dont la puissance ne suffit pas, et c'est par ce type de gestion/séparation que ça le permet, mais avec toutes ces limitations/disfonctions... en contrepartie.)

    Le choix du jack 3.5 pour le casque est un peu mesquin ! Surtout quand on sait qu'en industrie, ce n'est pas moins cher qu'un 6.35. Et placé en face avant, ca ne va pas l'aider à durer dans le temps.

    (Ça, c'est le cas d'école que l'on apprend en commerce pour prétexter un tarif éco sur un produit afin de le positionner pour capter aussi les bourses plus limitées, mais sans faire de l'ombre aux modèles qui sont calculés pour capter les bourses plus élevées.
    Oui, oui... Je vends la mèche !
    Si certains savaient sur quelles bases on fixe le "prix de vente conseillé"...
    Mais comme disait quelqu'un: "de toutes façons, ils préfèreraient choisir de ne pas y croire ! ).

    Malgré tout, je trouve qu'il y a vraiment du potentiel, et ça me fait un peu rager de voir que c'est gâché par autant de bridages, d'approximations, de parties de logiciel pas finies, d'oublis et d'une logique de travail qui ne mettra pas tout le monde à l'aise.
    Et la façon avec laquelle cette machine a été programmée me fait plus penser à la logique d'un informaticien commercial qu'à celle d'un musicien.

    (Sans vouloir faire de la psy à 2 balles, la "logique" du workflow mpc sera généralement plus limitante et lourde à gérer pour ceux qui ont des pensées de type arborescentes/divergentes).

    Ça pourrait être une super machine qui mettrait tout le monde d'accord, mais c'est malheureusement loin d'être le cas, notamment à cause d'une programmation logicielle restant baclée malgré le nombre conséquent de mises à jours, instable, avec le paradoxe de beaucoup d'impasses par rapport aux nombreuses bonnes idées créatives qu'elle génère et qui oblige de fait à un workflow ultra conditionné, limitant (et frustrant) sous peine d'être incessamment bloqué.
    C'est pensé pour que des fonctions soient présentes en nombre, ce qui fait beau sur l'affiche, mais sans vraiment se soucier de l'accessibilitée ni de la mise en oeuvre, ce qui rend ces mêmes possibilités quasiment ou totalement obsolètes dans certaines configurations.

    Et ayant écumé les sites web anglo/germano liés aux mpc, j'ai bien peur que ce ne soit pas rattrapé dans les prochains firmwares, étant donné ce qu'expliquent les personnes qui ont des mpc depuis longtemps.

    Une info qui par exemple revient souvent et que j'ai également observé, est que les bugs ou manques/erreurs ne sont trop souvent pas corrigés au fur et à mesure.
    Des fonctions sont rajoutées, amenant des défauts ou incohérences supplémentaires, mais des erreurs datants de plusieurs mises à jours en arrière sont purement et simplement ignorées, alors qu'il y a un maximum d'utilisateurs qui les font remonter.

    On est peut être devant une politique d'entreprise hermétique, qui mettra plus d'energie et de moyens à nous faire croire que c'est bien, plutôt qu'à travailler pour le faire réellement devenir. Ou peut-être que c'est simplement l'assemblage des composants qui n'est pas bon, ou encore du bridage pour ne pas empiéter sur d'autres matériels, je ne sais pas trop... Le résultat est le même de toutes façons.

    J'ai constaté que certains essaient de faire des mods du logiciel, soit pour le finir à la place d'Akai, soit en cherchant à y implanter celui de la Force pour au cas où que ce soit mieux, malgré la baisse encore conséquente au niveau ergonomique, vu que la disposition n'est pas la même, pads etc...
    De ce que j'ai pû comprendre, ils sont décus par les promesses non tenues de ces mpc et aimeraient pouvoir l'améliorer sans perdre trop de leurs deniers.
    Je n'irai pas jusqu'à me prendre la tête de la sorte, mais je les comprend quand même bien.

    Pour ma part, je dois reconnaître que je regrette d'avoir fait cet achat.

    Mon soulagement est d'avoir acheté la One pour voir, et non pas la X comme je voulais au départ, car vu le prix...
    Ce qui m'a fait hésiter quand à payer le prix fort pour la X, c'est que malgré toutes les fonctions montrées et vantées par le côté marketing, je ne trouvais principalement sur le net, que des vidéos utilisateurs qui traitaient incessamment de la même chose, c'est à dire de fabriquer du beat depuis des grabs de vinyles, ou alors des arrangements par séquences carrées et jamais en progression sans passer au final par un ordi.
    Ce qui m'a mis un doute sur la réelle capacité de cette machine quand à être "the studio master piece", selon la didactique des slogans d'influences.
    Et étant donné que la One dispose du même logiciel...

    Mais en occultant tout aspect commercial d'entreprise que je ne connais pas et en regardant juste l'aspect fonctionnel, je me dis qu'il serait vraiment bon d'arrêter de rajouter des fonctions sur ces machines (de garder les nouveautés pour les prochaines, en dehors des marqueurs de temps ou start sur sample prog/édit vu que la mpc est quand même un sampleur) et de revoir tout le logiciel en profondeur afin de le rendre optimal en tout.
    En faisant "simplement" ça, ces mpc seraient à mon sens dans le top du top des groove box, bien au dessus de la plupart des autres constructeurs.
    Alors que là, je trouve finalement plus efficace de travailler avec des boitiers beaucoup plus simples, mais qui produisent au combien de fois plus parce que toutes leurs fonctions sont opérationnelles, même si moins nombreuses sur le papier.
    Car le but est quand même là !

    Du coup, je ne sais pas trop ce que je vais faire avec cette mpc vu que je l'avais pris pour un usage précis que j'avais cru possible de par le manuel, les annonces marketing et autres sur le net.
    La revendre je vais y perdre énorme alors qu'elle est neuve, et j'ai du mal à lui trouver une place réellement intéressante, car elle n'est pas du domaine hardware* de par son fonctionnement, et en DAW, elle est tout simplement mauvaise par rapport à ce qui se fait à l'heure actuelle, car elle se trouve être trop bridée et/ou buggée.

    *En réalité, j'aurais plutôt tendance à la désigner en hybride, car ce n'est clairement plus du hardware, mais bien un petit ordinateur, sauf qu'il est dans un boitier genre grosse tablette, est assez faible en puissance par rapport aux fonctions dont elle dispose, et est donc malheureusement aussi instable à l'usage que quand on se servait des petits pc portables familiaux en mao au temps de windows 95/98.

    Fabrication de beats et multi-effets au studio, je ne vois que ça pour le moment.
    Remarque que c'est déjà ça. C'est juste que je n'avais pas de besoin à ce niveau.

    Ça pourrait bien servir pour séquencer du hardware en live, mais par rapport au séquenceur dont je me sert, cette mpc me ferait revenir 20ans en arrière.
    Achat inutile pour moi en fait, car c'est une réelle autonomie pratique sur les fonctions de base qui m'intéressait !

    Une chose est sûre, c'est qu'il faut utiliser cet appareil dans un (vrai) DAW pour que ce soit réellement productif.
    Logic, live, etc... Chacun verra.

    (À savoir que pour que la mpc soit reconnue par usb afin d'être utilisée pleinement, c'est calculé pour que ce ne soit possible qu'en installant le logiciel MPC 2.0 sur l'ordinateur, les drivers téléchargeables sur akaipro restants quand même limités dans ce qu'ils permettent, et les vst(i) non propriétaires n'étant pas utilisables en standalone.

    C'est une manière de s'implanter par l'obligation qui personnellement ne me plaît guère, surtout que ce logiciel est très bof en lui même par rapport à mon séquenceur, que je trouve dommage de devoir l'utiliser en vst intermédiaire au lieu d'être en direct instru et que pour l'installation, il faut également installer l'anti-piracy qui va se rajouter à la charge en se déployant dans l'ordinateur et qui est de plus un super mouchard collecteur de nos données.
    Mon pc est parfaitement stable car il ne me sert quasiment qu'à faire de l'audiovisuel et qu'il n'y a que les maj et les logiciels nécessaires à l'utilisation que j'en fais.
    Ces merdes là sont inutiles et de trop, ralentissent les ordinateurs et peuvent même créer de l'instabilité, sans compter que je n'apprécie pas du tout que l'on me surveille, contrôle ou m'empêche.
    Donc pas d'installation de l'akai mpc software en ce qui me concerne).

    Car si cette mpc est un excellent sampleur avec des vst sympas et quelques possibilités de séquençages externes, elle n'est en aucun cas un séquenceur qui puisse permettre de fabriquer un morceau fini un peu élaboré, en restant dans le domaine du raisonnable (temps passé), de par les nombreux bugs, les blocages, l'instabilité générale et les manques... toutes ces choses qui sont, ou se produisent systématiquement quand on la pousse un peu en lui demandant de travailler plus sérieusement et en profondeur.

    Pour moi, le but de cette mpc était d'avoir un petit boitier nomade à un peu tout faire, ou du moins le plus usuel, et l'objectif n'est pas atteint en ce qui me concerne.
    Car si je fais une comparaison avec le séquenceur que je connais le mieux et qui est ableton que j'utilise depuis la version delta, une mpc n'a qu'un seul avantage fonctionnel:
    Cet avantage est juste un léger gain de temps sur le positionnement des marqueurs pour le slice sampling (live 10/11).

    Pour absolument tout le reste, la mpc est, pour le mieux quand à certaines fonctions, moins bien, à cause notamment de son workflow fastidieux comparé aux connaissances actuelles.
    Pour la plupart des autres fonctions elle sera mauvaise, et pour d'autres encore, elle ne sont tout simplement pas possibles, soit parce qu'elles sont inexistantes, soit parce que ça bugue.

    Alors si c'est un plaisir qui a aussi un rapport avec le fait d'utiliser l'objet comme on apprécie de jouer sur un instrument en particulier, il n'y a rien à discuter, c'est une histoire de goût.

    Si le but est dans la production, sans se soucier de l'outil qui produit, sincèrement, ça ne pourra que faire perdre du temps, de l'argent et décevoir les personnes qui ont une connaissance conséquente concernant un bon sequenceur actuel sur mac/pc, et qui essaieraient de le remplacer avec ces mpc, selon la possibilité que le marketing d'influence tend à faire entrevoir avec cet argument "standalone".

    Si par contre c'est pour l'intégration dans le studio, notamment pour fabriquer des beats, ou même pour le live, mais comme pour un instrument à part entière, ou alors comme un 1er séquenceur pour débuter dans le DAW ou encore, faire des séquences simples pour du hardware, ça peut effectivement apporter quelque chose d'intéressant.

    Mais en ce qui me concerne, la MPC One sera ma MPC Last One, car la technologie d'Akai ne m'apporte absolument rien que je n'ai déjà et en bien mieux avec Ableton.
    Sur la question de l'encombrement elle est autant volumineuse que mon laptop qui lui, fonctionne en plus sur batterie.
    Elle ne dispose pas de préamp micro, donc c'est pareil que mon pc. Juste la latence au clavier si je ne plugue pas la carte, mais au niveau sampling, le warp sur Ableton gère ça en 2/2 et tout le reste ensuite se fera bien mieux et rapidement sans prise de tête.
    Mon pc ne plante jamais quoi que je fasse sur au moins 16/20 pistes ultra chargées, la mpc plante ou cafouille régulièrement pour pas grand chose.
    Je peux moduler l'ergonomie de mon laptop de façon stable avec des contrôleurs externes et les programmer très rapidement, alors que la mpc ne le permet pas vraiment vu qu'elle bugue sans cesse aussi à ce niveau, sans compter le temps énorme que ça demande pour la mapper.
    Par contre, il faut reconnaitre qu'elle a l'avantage du "tout en un" en intégrant un "clavier" configurable et une bonne latence sans rajout de matériel.

    Donc au final, et au regard de mon contexte ainsi que de ce qui est vraiment possible de faire avec, il se trouve que cette machine ne m'est quasiment d'aucune réelle utilité.
    C'est un produit fini qui n'est pas évolutif en dehors d'acheter de nouveaux plug-ins, et il est fastidieux à insérer dans une chaîne midi/usb de par les trop nombreux verrouillages clairement implantés volontairement et d'autres possibilités "oubliées" , qui donnent des envies et forcent l'utilisateur à lâcher des dollars, mais uniquement chez Akai, avec toutes les limitations que ça implique.

    C'est un peu comme si je venais d'acheter une superbe et belle gratte qui me donne vraiment envie de jouer, mais dont je me rend compte après coup qu'une des cordes est en polyester, et qu'elle a un signal de sortie ainsi que des particularités d'alimentation qui interdisent de pouvoir la câbler sur n'importe quel combo/ampli ou pédalier, ce qui me force à passer uniquement par les "solutions" du constructeur qui de surcroît, ne propose en fait pas grand chose d'autre au final.

    Alors j'insiste à lui trouver une autre fonction que celle d'un sampleur, mais c'est surtout parce que ça m'a fait débourser 650 balles, et j'ai plus la sensation de m'être fait attrapé par un hameçon bien pointu et garnis d'un appât délicieux, que d'avoir acheté la dernière évolution d'un instrument de légende que certes il fût réellement, mais dans le contexte d'une époque passée...


    EDIT Octobre 2023: J'ai définitivement arrêté de chercher !
    (Et sincèrement, j'ai réellement poussé la machine à tous les niveaux, plus que n'importe quelles autres depuis une bonne 30aine d'années, et ce coup-ci en prenant du temps supplémentaire pour discuter (et constater) avec les personnes qui passent me voir depuis un bon bout de temps pour ré-arranger leurs productions en vue de gravures ou autres (mpc5000, Renaissance, etc...))

    Les MPC One Live/2 X et + sont d'excellents sampleurs hardwares, mais de très mauvais séquenceurs généralistes.

    Pour quelqu'un qui est déjà habitué à ce workflow, les évolutions lui feront plaisir.
    Pour quelqu'un qui est dans les styles types Steps, ce sera bien aussi (Styles adaptés (et nés) via les sampleurs).
    Mais pour quelqu'un qui sait déjà travailler correctement avec un vrai séquenceur et qui veut faire dans d'autre styles, c'est purement une perte de temps, pour simplement en arriver à être certains de l'impossibilité absolue de rivaliser sur quoi que ce soit avec un bon laptop armé d'un bon séquenceur actuel.

    Dommage, j'y ai cru (espéré) au top séquenceur hardware !

    Le seul conseil que je peux donner au final, et qui me semble être le plus réaliste, c'est que si vous n'êtes pas déjà un aficionados mpc et que ça vous intéresse, trouvez vous une bonne occase, mais ne lâchez surtout pas le prix fort pour un premier achat.
    Tant vous serez ravi par le côté sampleur hardware excellent, mais ça vous évitera d'être gâché dans le cas de la recherche du tout en un.

    Lire moins
  • Tranbert34Tranbert34

    Un super tout-en-un pour un set up hardware

    Akai Professional MPC OnePublié le 07/12/22 à 21:31
    Je possède la MPC One depuis bientôt 2 ans et je suis ravi de la "bête".

    D'abord en ce qui concerne mon usage, je tiens à dire que je suis un "homestudiste" du weekend, certes assidu, mais absolument pas dans une optique production pro' mais bien pour prendre du plaisir avec mes "boucles" dans une approche full hardware.

    C'est donc dans cette perspective que je rédige ce modeste avis sur cette machine à tout faire qui dispose me semble t-il d'un excellent rapport qualité prix et d'une communauté active pour pouvoir dénicher de nombreux tutos sur son fonctionnement (Mention spéciale aux tutos d'AUDIORIAL sur YouTube !)

    Le déclic pour l'achat a résulté de la mise à jour 2.8 (je crois…
    Lire la suite
    Je possède la MPC One depuis bientôt 2 ans et je suis ravi de la "bête".

    D'abord en ce qui concerne mon usage, je tiens à dire que je suis un "homestudiste" du weekend, certes assidu, mais absolument pas dans une optique production pro' mais bien pour prendre du plaisir avec mes "boucles" dans une approche full hardware.

    C'est donc dans cette perspective que je rédige ce modeste avis sur cette machine à tout faire qui dispose me semble t-il d'un excellent rapport qualité prix et d'une communauté active pour pouvoir dénicher de nombreux tutos sur son fonctionnement (Mention spéciale aux tutos d'AUDIORIAL sur YouTube !)

    Le déclic pour l'achat a résulté de la mise à jour 2.8 (je crois?) qui a intégrée le "multi midi". En effet, je disposais d'un petit parc de machines (BAR, synthés) et j'ai donc décidé de faire de la MPC mon "cerveau" dans ce setup.

    1er point fort la synchro et l'utilisation du séquenceur de la machine pour gérer son matos: elle fait très bien le taf pour cela ! Je séquence parfois 5 à 6 synthés différents et synchronise une TR8 le tout avec une grande souplesse. Certaines machines sont connectées en USB Midi et d'autres en MIDI Din classique, l'assignation des pistes midi se fait en un clin d’œil et on bénéficie du séquenceur AKAI. Notons qu'elle peut être utilisée en solo en guise de "brouillon" grâce à ses plugins et BAR internes de qualité. La fonction "Track mute" permet vraiment de construire et de penser la structure de votre morceau avant de finaliser la chose grâce au "mode song".

    2nd point fort le sampler: je n'ai jamais eu de MPC "vintage" mais je comprends tous les fans de ces machines avec désormais l'écran tactile en plus tout en conservant les mythiques 16 pads. On branche une source, on enregistre, on découpe avec là aussi une grande facilité même si l'on est pas expert du sampling. Il faut dire que ma pratique du sampling reposait sur une vieille SP404 de Roland (La 1ère avec la carte Compact flash...) donc le passage à la MPC ONE constitue un changement radical dans le bon sens du terme. Plus largement, les fichiers audio sont très faciles à gérer et éditer grâce à l'usage d'une carte SD: on fait ses dossiers de samples sur le PC, on "plugge" et on édite dans la MPC (Effets, LFO, enveloppes, timestretch, slicing, etc).

    3ème point fort, le versatilité: j'ai beaucoup hésité avec les machines ELECTRON et notamment le DIGITAKT mais avec le recul je pense - et cela est très personnel - que la MPC permet de produire des choses très différentes assez facilement dans tous les styles quand la concurrente suédoise oriente tout de même vers des choses plus "technoïdes" du moins pour la DIGITAKT. A titre personnel, la gestion des samples me paraît plus fluide - surtout pour les samples longs - ce qui ne cantonne pas la MPC One à des productions Hip Hop ou Trap... On peut vraiment tout faire !

    Quelques points faibles ou limites:
    - Le séquenceur AKAI justement ! Il reste très agréable à utiliser mais sur la durée je lui reprocherai un peu de "taper trop droit"; ce que je veux dire c'est que si vous voulez "tordre le coup" à vos rythmiques pour faire des choses plus expérimentales, il faudra peut être lorgner du côté d'ELECTRON ou découper vos samples pour créer des choses moins convenues... C'est un peu mon ressenti en ce moment ...
    - La MPC ONE reste un "DAW hardware": même si vous n'avez pas une vue générale sur la "timeline" comme sur Ableton, l'organisation générale de la machine ressemble tout de même à un DAW. Il est vrai que le côté tactile pour modifier vos évènements midis sur la grille est très agréable mais cela ressemble à un mini écran de PC. C'est d'ailleurs parfois un peu relou de devoir zoomer pour bien déplacer ou transposer vos notes sur la grille...
    - La mémoire interne n'est pas très grande et il vous faudra une carte SD pour stocker vos projets et autres. De même, la machine mouline un peu trop si vous charger des banques de samples qui émulent un clavier dans un des nombreux Packs d'extension de la marque...

    Cet avis est loin d'être exhaustif et je me suis contenté de relever les points qui m'interpellent le plus.

    Musicalement.
    Lire moins
  • maoxiungmaoxiung

    Le workflow MPC

    Akai Professional MPC OnePublié le 14/11/22 à 11:22
    J'avais jamais eu ni même testé de MPC avant mais ça me démangeait depuis longtemps, j'hésitai avec une Roland 404 MK2, moins cher neuve, mais je tiquais un peu sur la taille des pads...(ceci dit j'aimerai bien essayer cette petite machine aussi) Ici, même si les pads sont plus petits que sur la live, on a de vrais carrés bien anguleux pour taper dessus, je sais pas pourquoi ça me tenait tant à cœur mais c'est important pour moi ce côté incisif dans le design.

    Concernant la machine elle même elle se destine au studio de par son absence de batterie, (mais alors je ne comprend pas pourquoi la restriction sur les sorties par rapport à la live?) tout ceci est compensé par de nombreux …
    Lire la suite
    J'avais jamais eu ni même testé de MPC avant mais ça me démangeait depuis longtemps, j'hésitai avec une Roland 404 MK2, moins cher neuve, mais je tiquais un peu sur la taille des pads...(ceci dit j'aimerai bien essayer cette petite machine aussi) Ici, même si les pads sont plus petits que sur la live, on a de vrais carrés bien anguleux pour taper dessus, je sais pas pourquoi ça me tenait tant à cœur mais c'est important pour moi ce côté incisif dans le design.

    Concernant la machine elle même elle se destine au studio de par son absence de batterie, (mais alors je ne comprend pas pourquoi la restriction sur les sorties par rapport à la live?) tout ceci est compensé par de nombreux raccourcis boutons supplémentaires assez bienvenus, surtout lorsqu'on débute, je dirai que c'était même un argument pour me la faire préférer à une live, car je fuis dès que possible tout ce qui est tactile. (mes doigts de bricoleur cornés et poncés marchent pas trop sur ces écrans).
    Désormais, je sais qu'il est possible d’accéder rapidement à tout ces menus avec appui long sur Menu + pads, ce qui me fait à nouveau envisager l'achat d'une live. On peut même paramétrer sois même ce qu'il y a dans son panneau menu au niveau des pads.
    La dernière mise à jour système (11.6) corrige un freeze des Q-links qui me minait un peu et donc c'est parfait maintenant (edit: hier soir j'ai retrouvé un peu ce freeze sur le send...à voir...)

    La prise en main, alors j'y connaissait rien et j'ai quand même pu avancer en gros jusqu'au bout sans notice, ce qui est assez parlant sur le côté intuitif. Bien sur il faut comprendre ce workflow où tout doit être performé, ce qui en fait un vrai instrument, j'adore le Track Mute par exemple, c'est vraiment ce qui me manquait sur les DAW que j'ai tripoté. on peut quasiment faire un morceau comme ça, sans passer par les séquences.

    Les filtres et plugins de bases inclus sont déjà hyper touffus pour qu'on regrette pas de pas pouvoir mettre encore de l'argent dans les plugs payants. Les synths vraiment sont tops, si j'aime bien avoir le clavier branché pour pas mal de choses, j’apprécie beaucoup de jouer la basse au pads, ça me semble beaucoup plus naturel...Si il n'y avait pas eu de synth je ne pourrait pas me dire,aujourd'hui, que je n'ai plus besoin d'un DAW donc merci AKAI...
    Ok on peut pas mettre ses VSTs préférés dans la standalone mais bon, si vraiment on veut mettre ce petit Moog, là, qu'on adore, avec ce preset foufou qu'on a peaufiné dans FL. Et bien l'Autosampler va vous mouliner tout ça pour en faire un Keygroup ( il parait, pas encore essayé)

    Le sampling bah c'est juste fou, le splicing se fait à la volée dès l'entrée dans le sampleur! et paf, ça te pond un program tout chaud...l'édition possible tout le temps car splicing non destructif...wow!

    Un foi qu'on a capté le 'Q-link edit' et l’attribution des Q-links à des inserts particuliers sur un Program, on a plus besoin de recliquer sans arrêts sur les filtres puis 'crayon' pour y revenir, on peut laisser les Q-links bloqués sur certains paramètre et y avoir accès de partout.
    Pour un retour rapide des Q-links en mode Screen (le mode de base qui s'adapte au fenêtre ouvertes) un appui long sur Q-link (le bouton de changement de tranche) permet de basculer rapidement
    Par contre je n'ai pas trouvé comment attribuer des Qlinks a un filtre sur un Return ou dans un Submix...

    Autre tip: appui long sur Main+pads vous permet de basculer entre les Tracks, ça aussi gros gains de temps...

    Un dernier tip: Shift+Rec vous permet d'enregistrer ce que vous venez de jouer sans avoir enregistré! (comme sur la 404)

    Ce qui m'amène à aborder les quelques points négatifs:

    Bon j'ai pas épluché la notice en long et en large et ces raccourcis décisifs donnés plus haut n'y sont pas, pourquoi? il faut trouver tout seul ou quoi? Je ne comprend pas pourquoi on a tout une partie de la notice sur l'interaction avec Ableton et qu'on a pas le détail de cette machine en standalone ! c'est vraiment incompréhensible!

    On peut regretter qu'il n'y ai pas d'EQ ni de vraiment de cut off dans le Program Edit, mais rien n’empêche de faire un Template avec un EQ en Insert branché d'office donc, pas un gros problème...
    On peut aussi regretter le manque de souplesse du XY...Tant qu'a utiliser du tactile, on voit tout de suite l'intérêt d'une telle interface mais c'est dommage de constater que tout est verrouillé sur quelques fonctions et de ne pas pouvoir y brancher autre chose, je sais pas moi, le feedback et le timing d'une delay différente de celle qu'il y a, par exemple, ou bien 4 synths en crossover, soyons fous...dommage donc...

    J'ai un souci que la 2.11.6 n'a pas réglé et je pense que c'est un bug: quand le Trackmute est paramétré en mode Instant Track Mute ça me fait des trucs bizarre dans la façon dont ça lit les samples dans les Programs! ça n'en joue que les débuts, alors que ça ne devrait influer que sur les Tracks...ça le fait pas pour tout en plus, il faut que j’étudie plus le problème pour le cerner...

    Pour moi c'est pas un defaut mais parlons un peu de cette couleur 'or' un peu cheulou qui déplait à pas mal de gens, je l'ai pas choisi, c'était la bonne occase c'est tout, moi j'aurais pu être intéressé par une Rétro (la noire je la trouve un peu tristou) mais à l'usage je trouve ça bien d'avoir un peu de clinquant quand je joue avec mes amis et qu'il y a pas trop de lumière, ça permet de mieux se repérer quand on a des yeux de 50 ans c'est pas mal. Faut dire que ça fait pas cheap comme doré, ça va je m'y suis bien fait au côté C3PO, je l'aime comme ça maintenant.

    Ah au fait , on peut faire tourner la machine sur batterie, par exemple avec ce petit boitier pas cher dans lequels on met des 18650 https://fr.aliexpress.com/item/33048538615.html?spm=a2g0o.order_list.0.0.17cb5e5bqgTJof&gatewayAdapt=glo2fra
    ça marche trop bien mais on a pas d'alerte quand la batterie descend...il faut penser à couper avant 10.5 V...
    Lire moins
  • dkddkd

    La MPC One, une machine complète et puissante parfaite pour la tek !

    Akai Professional MPC OnePublié le 05/09/22 à 15:35
    1 photo
    Il fût un temps ou j'ai eut un setup avec un séquenceur Yamaha RM1X, puis je suis tombé dans le DAW...:mrg: (Ableton, Reason, FL, SoundForge etc) et des plugins à gogo tout en illimité... qui a fini par tuer ma créativité.

    La logique est déroutante pour un novice dans l'univers MPC, ce n'est pas simple, cela demande des heures d'apprentissage et de tutos mais quel plaisir de créer et jouer avec une machine compacte, solide (boitier en métal) aux finitions impeccables, l'écran tactile est superbe et très bien foutu.

    Ses plugins et ses performances (128 séquences comprenant, 128 tracks (sampler, plugin, midi etc) chaque sampler pouvant contenir 128 pads (16x16), chaque pad pouvant lance…
    Lire la suite
    Il fût un temps ou j'ai eut un setup avec un séquenceur Yamaha RM1X, puis je suis tombé dans le DAW...:mrg: (Ableton, Reason, FL, SoundForge etc) et des plugins à gogo tout en illimité... qui a fini par tuer ma créativité.

    La logique est déroutante pour un novice dans l'univers MPC, ce n'est pas simple, cela demande des heures d'apprentissage et de tutos mais quel plaisir de créer et jouer avec une machine compacte, solide (boitier en métal) aux finitions impeccables, l'écran tactile est superbe et très bien foutu.

    Ses plugins et ses performances (128 séquences comprenant, 128 tracks (sampler, plugin, midi etc) chaque sampler pouvant contenir 128 pads (16x16), chaque pad pouvant lancer plusieurs samples (peut être 128 j'ai pas testé :clin:) en font un séquenceur puissant, plusieurs modes d'édition, via l'écran tactile comme une BAR classique ou en jouant en mode REC.
    Le sampler rempli bien ses fonctions j'en ai pas encore fait le tour comme je n'ai pas fait le tour de toutes les fonctions de la machine!

    Je regrette qu'on ne puisse pas programmer des changements de presets (Drumsynths, plugins de synthés...)
    Les plus c'est tout le reste !
    Lire moins
  • titinou73titinou73

    Une arme de guerre

    Akai Professional MPC OnePublié le 18/01/22 à 17:17
    1 photo
    Vrai centre névralgique de mon studio (une bonne dizaine de synthés hardware) je cherchais à remplacer mon ancien séquenceur (Yamaha RM1X).

    Je travaille à l'ancienne, pas de PC pour la musique, tout mon matos chainé en midi avec cette MPC.

    Le mode compo et très simple, on dessine ses accords, on les copie collé, on ajuste la hauteur, très simplement à la manière d'un fruity loop sur PC. Je rentre le canal midi correspondant à ma machine, c'est trop confortable. Mon clavier maître , un Keystep est auto alimenté par la MPC et, démarre à chaque fois que la MPC est sous tension, encore un bon point.

    J'utilise aussi des one shot drum mélangés à tout ça copier en wav sur ma carte sd o…
    Lire la suite
    Vrai centre névralgique de mon studio (une bonne dizaine de synthés hardware) je cherchais à remplacer mon ancien séquenceur (Yamaha RM1X).

    Je travaille à l'ancienne, pas de PC pour la musique, tout mon matos chainé en midi avec cette MPC.

    Le mode compo et très simple, on dessine ses accords, on les copie collé, on ajuste la hauteur, très simplement à la manière d'un fruity loop sur PC. Je rentre le canal midi correspondant à ma machine, c'est trop confortable. Mon clavier maître , un Keystep est auto alimenté par la MPC et, démarre à chaque fois que la MPC est sous tension, encore un bon point.

    J'utilise aussi des one shot drum mélangés à tout ça copier en wav sur ma carte sd ou ma clef USB.

    J'adore le plug Hype, un bon synthé, les plugins sont bien fait.

    Le tout est très stable, le son est parfait.

    Grâce à cette MPC tout se fait facilement, j'ai donc beaucoup de temps pour la compos, ou la recherche de sons.

    Je ne pensais pas qu'un jour je franchirais le pas, elle répond entièrement à mes besoins, voir même plus.

    J'adore cette bécane purée !
    Lire moins
  • NicoBraunschweigNicoBraunschweig

    Epoustouflant!!

    Akai Professional MPC OnePublié le 20/05/21 à 18:49
    Je suis plutôt dans la "house progressive", mais je déborde vers la techno pure et dure, mais en fait je suis plustôt débutant et je me cherche encore. Je joue seul, chez moi et je fais des jams pour un groupe facebook, donc c'est du studio mais j'ai l'espoir de faire du live un jour!

    Finition impeccable, les potards sont solides, il paraît que la ONE n'a pas les mêmes pads que la Live ou la X, mais pour moi c'est impec. Prise en main super, peut-être un peu trop de touch-screen (on a souvent le choix entre le touch-screen ou les pads et les mains ont trop tendance à se diriger vers l'écran. Edition de séquences: très complet, c'est du boulot sur touch-screen. Cependant mon précédent sam…
    Lire la suite
    Je suis plutôt dans la "house progressive", mais je déborde vers la techno pure et dure, mais en fait je suis plustôt débutant et je me cherche encore. Je joue seul, chez moi et je fais des jams pour un groupe facebook, donc c'est du studio mais j'ai l'espoir de faire du live un jour!

    Finition impeccable, les potards sont solides, il paraît que la ONE n'a pas les mêmes pads que la Live ou la X, mais pour moi c'est impec. Prise en main super, peut-être un peu trop de touch-screen (on a souvent le choix entre le touch-screen ou les pads et les mains ont trop tendance à se diriger vers l'écran. Edition de séquences: très complet, c'est du boulot sur touch-screen. Cependant mon précédent sampleur etait un Volca et la barre à 16 "boutons" à la Roland me manque un peu. il y a un séquenseur à pas intégré dans le touch-screen (et sur les pads 4x4) mais il faut admettre que de ce côté le MC707 est sans doute plus ergonomique.

    Partie sampling: c'est bien simple, y a rien de mieux que MPC et c'est bien pour ca que je l'ai acheté. On peut sampler ce que l'on veut avec la banque interne ou la prise audio-IN, on édite, trimme, choppe, etc... et grâce au touch-screen c'est carrément jouissif. J'ai juste gratté la surface des possibilités et franchement...

    les +
    -édition de samples, la légende MPC.
    -séquenceur illimité (128 séquences de 128 tracks par projet, durée de 128 barres max? je n'en suis -même pas sûr tellement c'est vaste), et on peut séquencer tout ce qu'on veut... ahouais pas mal.
    l-es synthés internes... la balle. alors ca c'est vraiment le top du top du top.
    -on peut tout connecter! midi, USB, CV... du coup il s'ajoute a votre setup existant sans soucis.
    -le touch-screen... ahoui je m'y suis habitué et je ne pourrais plus m'en passer

    les -
    -compliqué: bon on a les drumgroup (des samples de drums) d'un coté, et un synthé drum de l'autre côté. On peut utiliser les 2, ou l'un, ou l'autre, ou plein (128 tracks), alors pour se décider... pareil pour les keygroup. Pas évident de faire des choix. ceci-dit si on aime bidouiller c'est un avantage. Après si on veut sortir un son, faut un peu (trop) chercher.
    -la navigation "verticale" pas encore facile: même avec les touches raccourci ce n'est pas si évident.
    -ahbin oui la barre 16 touches des Rolands et les faders, bin c'est MPC donc faut oublier et se mettre dans une autre philosophie (4x4 a la place des 16 en ligne).
    -alors l'USB, c'est un peu con mais on ne sort pas d'audio USB avec (c'est juste pour le MIDI). Il faut un adapteur en plus. Si Akai me lit: foutez-moi de l'audio USB sur ce port! specialement sur la live II qui se veut nomade, c'est ballot d'avoir à trimballer un adapteur en plus. J'enlève une étoile pour cela, car j'ai dû me procurer un adapteur malgré le nombre de sorties derrière...
    -bon l'édition des pas de séquences, cest génial mais un peu long, on peu éditer un groupe de pas, mais je n'ai pas trouvé comment tout aligner (si vous avez des pas de différentes longueurs je nai pas réussi a trouver comment tout mettre à la même, sauf en éditant la longueur un par un).

    Voilà c'est un avis frais, je l'ai depuis une dizaine de jours... on verra avec le temps comment je le prends en main
    Lire moins
  • Splat_121Splat_121

    Incroyable !!!

    Akai Professional MPC OnePublié le 26/04/21 à 09:17
    Ayant commencer la musique sur Garage Band, j'avais envie de passer au niveau et étant donné que la MPC ONE venait de sortir, je l'ai acheter !

    Incroyable ! C'est un bijou de technologie !

    Elle est facile à prendre en main et permet de composer de la musique de n'importe quel style.

    Je recommande complètement !
  • loic66loic66

    Ma première MPC (forcément :)

    Akai Professional MPC OnePublié le 04/03/21 à 14:02
    Bonjour
    Je suis guitariste de base mais touche à tout et curieux de nature.
    J’ai donc différents instruments en plus de mes guitares et autres pedales diverses (basse, batterie électronique, synthés, BAR).
    Je joue seul dans mon studio.
    J’en viens à cette petite merveille : elle sait faire à peu près tout les instruments que j’ai, concentrés dans une petite boîte plutôt bien foutue ergonomiquement.
    Par contre je suis bien content d’être passé par chaque instrument avant car ça facilite grandement la maîtrise de la composition d’un projet musical.
    En fait l’ergonomie n’est pas intuitive de base et demande un vrai investissement d’apprentissage pour démarrer. La preuve le nombre de…
    Lire la suite
    Bonjour
    Je suis guitariste de base mais touche à tout et curieux de nature.
    J’ai donc différents instruments en plus de mes guitares et autres pedales diverses (basse, batterie électronique, synthés, BAR).
    Je joue seul dans mon studio.
    J’en viens à cette petite merveille : elle sait faire à peu près tout les instruments que j’ai, concentrés dans une petite boîte plutôt bien foutue ergonomiquement.
    Par contre je suis bien content d’être passé par chaque instrument avant car ça facilite grandement la maîtrise de la composition d’un projet musical.
    En fait l’ergonomie n’est pas intuitive de base et demande un vrai investissement d’apprentissage pour démarrer. La preuve le nombre de tutots sur YT la concernant. Et vu la profondeur des possibilités qu’offre l’engin, c’est normal.
    On sent d’ailleurs que c’est un outil qui bénéficie de nombreuse années d’expérience de la part d’Akai et de plusieurs générations de MPC.
    Mais une fois la logique acquise, elle devient vite très ludique et valorisante en terme de composition. Elle aide à structurer la construction et l’assemblage des phrases du morceau à créer.
    C’est un peu un super looper si j’osais la comparaison.

    Par contre, après un mois d’apprentissage, même si je commence à me faire vraiment plaisir, je suis loin d’être allé au bout des possibilités de la bête. Et c’est tant mieux.

    Elle est devenu un de mes outils de composition, pas central, mais permettant de créer des « backings tracs » bien charpentés, sur lesquels je m’amuse à partir en solos avec mes synthés et guitares.

    Voilà ! Je suis enchanté de mon achat et très content d’avoir osé m’attaquer à ce style d’outil. Et je pense même à peut-être passer un jour sur sa grande sœur : la Force.
    Lire moins
  • CyberfredCyberfred

    Mieux ? Non je ne vois pas...

    Akai Professional MPC OnePublié le 09/02/21 à 19:32
    Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce séquenceur/sampler ?
    Elle est pour tous les styles possibles et dans toutes les circonstances du moment que vous disposez d'une alimentation électrique.
    Pour ma part, c'est le cerveau de mon set-up.

    Vous semble-t-il solide et bien fini ? Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ? Disposez-vous de fonctions avancées pour éditer vos séquences ?
    Clairement oui. Le boitier est solide, les pads sont solides. Et en termes de séquenceur, elle dispose de toutes les fonctions possibles.

    Quel est votre avis sur la partie Sampling ? Que pensez-vous des possibilités d’éditio…
    Lire la suite
    Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce séquenceur/sampler ?
    Elle est pour tous les styles possibles et dans toutes les circonstances du moment que vous disposez d'une alimentation électrique.
    Pour ma part, c'est le cerveau de mon set-up.

    Vous semble-t-il solide et bien fini ? Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ? Disposez-vous de fonctions avancées pour éditer vos séquences ?
    Clairement oui. Le boitier est solide, les pads sont solides. Et en termes de séquenceur, elle dispose de toutes les fonctions possibles.

    Quel est votre avis sur la partie Sampling ? Que pensez-vous des possibilités d’édition et de traitement ?
    Je pense que c'est une référence pour le sampling. L'acquisition de sons, et son traitement sont extrêmement rapides. Et la qualité sonore est faite pour satisfaire autant les fans de MPC de la première heure que les aficionados de la restitution sonore de haute qualité.

    Quelles sont les choses que vous appréciez le plus et le moins ?

    Les plus:
    Un produit sérieux, pro
    Les connectiques
    Les aides à la composition
    Le poly aftertouch
    Le suivi AKAI pour les MàJ
    La rapidité de composition. (Il y a des tas de videos de gars qui compose en moins de 10 min. sur le net)
    La capacité mémoire extensible (J'ai une carte de 1024 Go - C'est trop au vu de l'espace que prend les expansions)
    Le workflow commun à toutes les machines
    Son prix pour ce qu'elle propose.

    Les moins :
    J'aurai eu tendance à dire les bugs mais depuis la MàJ 2.9.1, il semble que le produit est arrivé à sa maturité.
    Une notice un peu difficile à apprehender du fait des mises à jour.
    Le système de téléchargement des expansions qui ne permet pas toujours de s'affranchir d'un PC ou Mac (et pas toutes les expansions car la F9 est en autonome)


    Pour ceux qui ne connaisse pas le MPC One: c'est une machine qui vous permet de faire de la musique en une quasi autonomie. Pour faire des chansons, il suffirait d'un micro et c'est tout.
    C'est un sampler, un séquenceur, un contrôleur, des synthétiseurs (depuis la MàJ 2.9, vous disposez de 4 plugins - 3 synth et 1 Drum - qui sont des Virtual Analogues, des éléments qui vous permettent de produire des sons très proches de ce qui se fait en synthèse analogique.)
    C'est aussi un ensemble d'effets et éléments qui vont vous aider à produire de la musique plus rapidement comme l'arpégiateur, des ensembles de progression d'accords, des ensembles de games au niveau tonal. Mais aussi au niveau des rythmes comme des fonctions de quantization et d'humanisation.
    Le workflow est bourré de fonctionnalités qui vont vous permettre de simplifier votre setup. Jean Michel Jarre utilise actuellement dans ses derniers concerts. Ce qui prouve le sérieux de ce modèle.
    La force d'Akai est de proposer une interface commune à tous ses hardwares qui sont régulièrement à jour. Vous ne serez pas perdu si vous décidez de prendre une autre machine AKAI comme le MPC Live 2 par exemple.
    Mais le Graal de cette machine reste le sampling. L'acquisition de son et le découpage sont aussi rapides qu'efficaces. Les pads disposent de 16 niveaux de vélocité et gèrent le aftertouch/ poly aftertouch. Leurs temps de réponse sont entièrement paramétrables. La banque de son est énorme et si vous enregistrez votre produit chez Akai, vous pouvez avoir d'autres expansions. Et le top du top, pour les fans de Beat making boob bap de la première heure : un mode vintage vous permet d'émuler les MPC 3000, MPC 60, SP1200!
    Et au niveau des connectiques : elle dispose de tout le necessaire pour des GIGs et des lives sans aucuns soucis.
    Alors, qu'est-ce qu'elle ne fait pas ? Le café peut-être ? Plus sérieusement, c'est LA machine à avoir dans son set. This is the ONE. Vous ne serez alors limité que par votre imagination.
    Lire moins
  • seba007seba007

    Le top !

    Akai Professional MPC OnePublié le 09/05/20 à 20:57
    1 photo


    Etant propriétaire d'une mpc 2500 et 2500 se il y a une dizaine d'années, j'appréhendais un peu de remettre les main sur une mpc récente.
    Apres avoir chercher une machine autonome, la X étant trop chère, la live difficile à trouver, la one me paraissait la bonne!

    4 jours que je l'utilise :
    Vraiment génial, le workflow efficace, les sauvegardes et chargement sont rapides.
    Une capacité extensible grace a la carte sd ou clé usb.
    J'ai déjà samplé des basses et guitares en direct, le niveau est un peu faible mais avec tout les réglages, on peut tout remettre facilement aux niveaux.
    Les 3 modules de son sont tres intéressants, avec beaucoup de preset et re…
    Lire la suite


    Etant propriétaire d'une mpc 2500 et 2500 se il y a une dizaine d'années, j'appréhendais un peu de remettre les main sur une mpc récente.
    Apres avoir chercher une machine autonome, la X étant trop chère, la live difficile à trouver, la one me paraissait la bonne!

    4 jours que je l'utilise :
    Vraiment génial, le workflow efficace, les sauvegardes et chargement sont rapides.
    Une capacité extensible grace a la carte sd ou clé usb.
    J'ai déjà samplé des basses et guitares en direct, le niveau est un peu faible mais avec tout les réglages, on peut tout remettre facilement aux niveaux.
    Les 3 modules de son sont tres intéressants, avec beaucoup de preset et reglages.
    Les effets sont en nombres, le "kaosspad" intégré est pas mal.
    L'arpegiateur est très bien, avec une multitude de reglage.
    Les modes grid, trim, chop sont vraiment pratique grace à l'ecran tatcile.. la revolution, aussi fluide qu'un ipad.

    La connection midi est intéressante, un in un out, j'ai branché un korg taktil dessus, pas de souci.
    J'ai installé le soft mais sous windows 7 impossible de connecter la mpc, j'ai manipuler vite fait le soft mais j'avoue ne pas être fan du concept! La one me parait tellement complete en mode standalone. juste mpc et ma créativité, je trouve ça parfait et je ne regrette pas du tout cet achat.

    Dernière info, depuis 1 semaine ( 15/08/20 ) j'ai un nouveau pc tout neuf, windows 10 et compagnie, j'installe le log, je connecte la mpc jusque-là tout va bien.. je transfere même les expansions vers le mode standalone ( ça c'est cool ! ) et me rend compte que c'est ... de la merde ce logiciel en faîte !? Euh pardon je m'emballe.. bon c'est vraiment pas fait pour moi.. prob de latence, lenteur d'exécution.. mpc live one et x pourquoi les connecter finalement??




    Lire moins
  • Jay-PeeJay-Pee

    Meilleur Petit Tout en Un

    Akai Professional MPC OnePublié le 21/03/20 à 10:17
    Sur cette génération de MPC j'ai d'abord acheté la MPC LIVE après un essai chez Michenaud.com et j'en étais assez satisfait mais a la longue les sous menu m'ont épuisés et j'ai investi il y a un an dans une MPC X qui proposait plein d'accès directs au menus les plus utilisés mais quel monstre !! Je suis limité en place sur mon desktop qui acceuil déjà les MPC60, MPC3000, SP1200, ASRX... alors quand j'ai vu l'arrivée de cette petite MPC ONE j'ai kiffé donc pour être certain d'en chopé une rapidement je suis directement allé la pré-commander sur le site du distributeur j'ai nommé ALGAM WEBSTORE :bravo:

    Je trouve que son système (OS) est bien foutu comme les LIVE et X et je n'ai pas été per…
    Lire la suite
    Sur cette génération de MPC j'ai d'abord acheté la MPC LIVE après un essai chez Michenaud.com et j'en étais assez satisfait mais a la longue les sous menu m'ont épuisés et j'ai investi il y a un an dans une MPC X qui proposait plein d'accès directs au menus les plus utilisés mais quel monstre !! Je suis limité en place sur mon desktop qui acceuil déjà les MPC60, MPC3000, SP1200, ASRX... alors quand j'ai vu l'arrivée de cette petite MPC ONE j'ai kiffé donc pour être certain d'en chopé une rapidement je suis directement allé la pré-commander sur le site du distributeur j'ai nommé ALGAM WEBSTORE :bravo:

    Je trouve que son système (OS) est bien foutu comme les LIVE et X et je n'ai pas été perdu !
    Certe il n'y a pas de Wi-Fi mais je synchronise toujours avec des cables MIDI donc pas de souci à ce niveau, quand a la perte du disque dur on a des stockages sur carte assez consequent et en plus j'ai mis l'ancien SSD de ma MPC X dans un boitier pour petit disque dur à 8€ qui est directement connecté sur la prise USB

    Concernant l'inclinaison de l'écran c'est vrai que c'est pas toujours pratique mais j'ai trouvé une solution avec un stand pas cher et franchement ça fait le taf :clin:

    Concernant l'enlèvement de batterie c'est dommage mais en fouinant j'ai trouvé une batterie qui devrai m'offrir plus de 8 heures d'autonomie :bravo:
    Apres le manque de sortie séparées ne me gene pas j'ai souvent fait ça avec une syncro midi pour le studio !

    La machine est bien finie, les Pads plus petits ne me genes pas (sont plus gros que ceux d'une SP404 dont personne ne s'en fait !!), juste les boutons rétro-éclairés éclairé un peu meme quand ils ne sont pas activés mais ça passe.

    Les entrées en sortie en Gros Jack ça fait le taf pour ma part, juste une entrée et une sortie Midi c'est suffisant dans mon cas et concernant les sorties CV/GATE je n'en ai aucune utilité mais je pense que d'autres seront ravi d'en avoir jusqu'à 8 !!

    Bref on peux tout faire avec comme la LIVE ou la X, y a juste des trucs en moins mais comme vous l'avez vu ça se rattrape facilement dans mon cas !

    LES +
    • le rapport TAILLE/FONCTIONS qui est top
    • l'écran tactile de 7"
    • Tous les accès direct comparé a la LIVE
    • Class Compliant donc j'ai branché ma carte son SSL2 dessus et ça déchire, mais vous pouvez aussi y brancher une carte son qui a 8 sorties et vous vous retrouvez avec le meme notre de soirties qu'une MPC X :clin:

    LES -
    • pas de batterie
    • pas de wi-fi
    • pas d'emplacement pour y loger un SSD de 2"5


    Voilà c'est tout chaud, je l'utilise depuis 15 jours et mon avis est effectivement en comparaison de la LIVE mais franchement je suis hyper satisfait :bravo:
    Lire moins
  • QuentinP17QuentinP17

    Juste l'essentiel pour faciliter la créativité.

    Akai Professional MPC OnePublié le 05/03/20 à 13:26
    Bonjour à tous,

    Après quelques petites heures passé sur la MPC One, je vais essayer de vous donner mon ressentit.

    Je ne suis pas un expert des Sampleurs / BAR, ni un musicien professionnel, mais j'ai déjà possédé une Roland MC 909, une MPC 5000 ainsi qu'une Akai Rythm Wolf et une Akai XR20.

    Première Impression au déballage : je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus léger avec un effet plastique. Elle est en fait assez lourde par rapport à sa taille et la qualité de finition est très belle, c'est du solide.

    J'utilise cette MPC comme le cerveau de mon setup live. La machine balance des samples, et gére la partie rythmique, je rajoute à cela du synthé avec mon Novation Minin…
    Lire la suite
    Bonjour à tous,

    Après quelques petites heures passé sur la MPC One, je vais essayer de vous donner mon ressentit.

    Je ne suis pas un expert des Sampleurs / BAR, ni un musicien professionnel, mais j'ai déjà possédé une Roland MC 909, une MPC 5000 ainsi qu'une Akai Rythm Wolf et une Akai XR20.

    Première Impression au déballage : je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus léger avec un effet plastique. Elle est en fait assez lourde par rapport à sa taille et la qualité de finition est très belle, c'est du solide.

    J'utilise cette MPC comme le cerveau de mon setup live. La machine balance des samples, et gére la partie rythmique, je rajoute à cela du synthé avec mon Novation Mininova et de la guitare avec ma pédale Boss GT1, un looper Boss RC 505 me permet de faire des boucles de guitare, synthé et chant. Tout est relié en MIDI Clock.

    En fait, c'est simple, avec cette MPC ont peut tout faire. Il est impossible d'exploiter la machine à 100% tellement les possibilité sont infini. Personnellement je ne me sert pas de l'éditeur, je fait tout en pré prod sur FL Studio.

    Ce que j'apprécie particulièrement, c'est l'ergonomie du soft interne avec les boutons physique. Pas la peine de passer son temps à faire joujou avec le tactile, il y a un bouton pour chaque fonction.

    En fait cette machine est pratique et elle favorise la créativité. Plus la peine d'allumer son ordi et de passer 3h dans son DAW pour sortir quelque chose, avec la MPC on va à l'essentiel. C'est très appréciable dans le processus créatif.

    Concernant les connectiques, ce sampler est le petit frère de la Live et de la X, donc c'est assez restreint, mais encore une fois il y a l'essentiel, pas besoins de plus pour commencer à créer.

    A titre de comparaison avec la MPC 5000 que j'avais avant, cette MPC One est beaucoup plus ergonomique. J’aimais beaucoup la 5000 qui à été ma première MPC, mais la One est beaucoup plus facile d'utilisation avec le nouvel OS.

    Pour conclure, cette MPC One m'a beaucoup surpris, le nouvel OS est très performant malgré quelques petits beug, cette machine est vraiment très ergonomique.

    Les +

    - L'ergonomie
    - Le prix
    - La qualité de fabrication
    - Les mises à jours régulières

    Les -

    - Quelques petits beug résiduels
    - L'écran horizontal fixe
    Lire moins
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Analyse de l’audience (Google Analytics)
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités (Google Ads)
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.
Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram.

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Analyse de l’audience (Google Analytics)

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités (Google Ads)

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Marketing (Meta Pixel)

Sur nos sites web, nous utilisons le Meta Pixel. Le Meta Pixel est un pixel de remarketing mis en œuvre sur nos sites web qui nous permet de vous cibler directement via le Meta Network en diffusant des publicités aux visiteurs de nos sites web lorsqu’ils visitent les réseaux sociaux Facebook et Instagram. Les métapixels sont des extraits de code capables d’identifier votre type de navigateur via l’ID du navigateur - l’empreinte digitale individuelle de votre navigateur - et de reconnaître que vous avez visité nos sites web et ce que vous avez regardé exactement sur nos sites web. Lorsque vous visitez nos sites web, le pixel établit une connexion directe avec les serveurs de Meta. Meta est en mesure de vous identifier grâce à l’identifiant de votre navigateur, car celui-ci est lié à d’autres données vous concernant stockées par Meta sur votre compte d’utilisateur Facebook ou Instagram. Meta diffuse ensuite des publicités individualisées de notre part sur Facebook ou sur Instagram qui sont adaptées à vos besoins.

Nous ne sommes nous-mêmes pas en mesure de vous identifier personnellement via le pixel meta, car à part l’ID de votre navigateur, aucune autre donnée n’est stockée chez nous via le pixel.

Pour plus d’informations sur le Meta Pixel, les détails du traitement des données via ce service et la politique de confidentialité de Meta, veuillez consulter le site suivant Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Facebook et Meta Privacy Policy - How Meta collects and uses user data pour Instagram

Meta Platforms Ireland Ltd. est une filiale de Meta Platforms, Inc. basée aux États-Unis. Il n’est pas exclu que vos données collectées par Facebook soient également transmises aux États-Unis.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.