Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Le cas AKG
9/10
Award Valeur sûre 2012
Partager cet article

On termine cette semaine du casque avec un autre grand nom : AKG, et sa référence haut de gamme le K 702. Notre avis sur son petit frère le K 271 était mitigé, le haut du spectre étant très détaillé mais le bas trop en retrait. Qu’en est-il du K 702 ?

Lors de notre précé­dent compa­ra­tif, le K 271 nous avait vrai­ment bluf­fés dans le haut du spectre, avec du détail mais aucune agres­si­vité, contrai­re­ment à ce qu’on pouvait repro­cher au Beyer­dy­na­mic DT770. La spatia­li­sa­tion était aussi très bonne, mais le bas du spectre était trop en retrait et certains détails situés dans ces fréquences passaient à la trappe. Alors qu’en est-il du K 702 ? 

AKG K 702

Le modèle haut de gamme d’AKG ressemble beau­coup au K 271, avec le même arceau très carac­té­ris­tique de la marque (les deux petites barres et le bandeau en cuir frappé du logo AKG) et quelques carac­té­ris­tiques qui nous avaient déjà plu à l’époque : une grande légè­reté (235 grammes), un bon confort géné­ral et une prise mini-XLR sur le jack côté casque. Le look du K 702 est dans la même veine que le K 271, mais la fini­tion fait plus « premium ». Tant mieux, le prix est lui aussi plus premium (il coûte le double de son petit frère, soit envi­ron 300€ en maga­sin) ! Il reste cepen­dant dans la four­chette basse par rapport aux autres casques de notre compa­ra­tif, ce qui est toujours un avan­tage lors du choix final.

L’im­pé­dance du casque est de 62 ohms, et tout comme les autres casques du compa­ra­tif, il est ouvert. N’es­sayez donc pas de faire des prises avec, il y aura forcé­ment de la repisse : c’est un casque pour le mixage. Le câble droit livré fait 3 mètres, avec une prise mini-XLR d’un côté et un mini-jack de l’autre. C’est un détail impor­tant, car on pourra chan­ger le câble très faci­le­ment. Il existe d’ailleurs dans les acces­soires propo­sés par le construc­teur, un câble torsadé de 3 mètres. Certains préfèrent ! L’adap­ta­teur jack 6,35 mm est fourni, mais en revanche, il n’y a pas de housse. Dommage, surtout pour un casque à 300€

Le K 702 n’est pas pliable et reste assez encom­brant même s’il est léger. Mais ce n’est pas trop grave vu la caté­go­rie à laquelle il appar­tient : c’est un casque studio, pas nomade. Signa­lons aussi que les confor­tables cous­si­nets en velours sont dispo­nibles en pièce rechange : ce n’est pas le cas de tous les casques que nous avons testés.

L’avis de Red Led

Michael Jack­son – Libe­rian Girl

Commençons avec ce morceau issu de l’al­bum « Bad » de Michael Jack­son. Pas de doute, c’est bien un casque AKG ! On retrouve la signa­ture du K 271 mkII que nous avions testé, c’est-à-dire pas mal d’air sans pour autant avoir l’agres­si­vité du Beyer­dy­na­mic dans les sibi­lantes. La spatia­li­sa­tion est vrai­ment très bonne, voire excep­tion­nelle. Les voix se détachent très bien, la basse est timide, mais reste lisible et la batte du kick se fait très bien entendre. Les détails (dont les queues de réverbes) sont retrans­crits avec préci­sion, c’est très agréable. Les tran­si­toires ressortent aussi très bien, et la dyna­mique est la meilleure du lot.

Metal­lica – Enter Sand­man

Il y a un détail qui ne trompe pas sur ce morceau : on entend très bien le chan­ge­ment de sono­rité de la caisse claire entre le couplet et le pont juste avant le refrain. La dyna­mique est assez unique et nous permet d’en­tendre des détails de la produc­tion qui étaient passés inaperçus avec d’autres casques. Sur la voix, on entend très bien le délai et le doublage. Sur ce morceau, les hautes fréquences sont quand même limite fati­guantes, mais il faut dire que nos oreilles sont mises à dure épreuve lors de ce compa­ra­tif ! Le bas du spectre est en retrait par rapport à la majo­rité des autres modèles testés, mais il reste lisible. Et si les autres casques mettaient les basses trop en avant ? Ques­tion d’ha­bi­tude, sûre­ment.

Johnny Cash – Hurt

Sur cette chan­son, l’AKG K 702 est plutôt satis­fai­sant sur la voix, car elle est assez équi­li­brée avec des sibi­lantes un peu moins en avant que sur le Beyer­dy­na­mic DT 880 Pro. Les attaques de la guitare ressortent un peu mieux aussi, ce qui est un bon point. Le tout est détaillé, sans aucune agres­si­vité. Vrai­ment très bon ! 

Massive Attack – Angel

Les détails de la produc­tion sont vrai­ment très bien rendus, la dyna­mique est toujours aussi bonne, notam­ment sur le char­ley. Le bas est toujours en retrait, on n’a pas le côté physique et « dans ta face » que l’on peut avoir sur d’autres casques comme l’Ul­tra­sone. Mais la basse reste présente et lisible, ce qui est le prin­ci­pal. De plus, ça a l’avan­tage de ne pas trop détour­ner l’at­ten­tion.

Miles Davis – Seven Steps to Heaven

Sur ce morceau de Jazz, la basse est un poil timide, mais comme les attaques sont bien retrans­crites, on garde l’ins­tru­ment bien en vue. La trom­pette est quant à elle bien « dans ta face », très présente et en avant à cause des hauts médiums. Cela peut être un avan­tage en situa­tion de mix : on ne rate aucun détail. 

Conclu­sion de Red Led

Le K 271 mkII nous avait un peu lais­sés sur notre faim, mais son grand frère nous a vrai­ment séduits. Le bas est toujours un peu timide, mais il est de qualité et très lisible, bien meilleur que sur le K 271. Il corrige ainsi la plus grosse faiblesse de ce dernier. C’est sûre­ment le casque le plus droit qu’il nous a été donné de tester, et la dyna­mique est excep­tion­nelle. Elle fait ressur­gir les détails avec préci­sion, ce qui en fait un casque parfait pour le mixage. De plus, le K 702 est léger et confor­table, il a un câble inter­chan­geable grâce au connec­teur mini-XLR et des cous­si­nets remplaçables. Si on consi­dère que les basses doivent rester à leur place, ce casque est assez ultime. Ma révé­la­tion du compa­ra­tif.

  • Un son équi­li­bré
  • Des basses en retrait, mais lisibles
  • Une très bonne dyna­mique
  • Un haut du spectre détaillé, mais pas agres­sif
  • Connec­teur mini-XLR
  • Léger et confor­table
  • Cous­si­nets et câble dispo­nibles en pièces déta­chées
  • Adeptes de basses domi­nantes, passez votre chemin

L’avis de Will Zégal

AKG K 702

On retrouve le look carac­té­ris­tique de la série K d’AKG. Un grand clas­sique à la fois indé­mo­dable et avec une touche « studio » qui n’est pas pour me déplaire. Ce K 702 est une réus­site esthé­tique, même si je préfère le look tout argenté du K 701. Il fait haut de gamme et pro sans tomber dans le luxe ou le bling-bling.

Le K 702 est très léger, ce qui sera précieux pour les longues utili­sa­tions. Par contre, je ne suis pas fan de sa tenue sur la tête. Je lui trouve comme une sorte de flou, comme si l’ap­pui des écou­teurs n’était pas très franc. De fait, tout le poids se trou­vant reporté sur l’ar­ceau, celui-ci appuie un peu trop sur le haut du crâne. Pour moi qui ai une tête pas très large (mais ce n’est pas la taille qui compte), ce casque n’est pas forcé­ment un bon choix côté confort. Peut-être va-t-il mieux à des gens qui ont une tête de plus grand diamètre.

Côté équi­libre spec­tral, j’ai trouvé le K 702 parfai­te­ment fidèle à sa répu­ta­tion comme succes­seur du K 701 : c’est excellent, très détaillé et équi­li­bré, mais avec des graves légè­re­ment en retrait. On ne peut pas dire qu’ils soient inexis­tants, loin de là, mais ils sont bien légers. L’avan­tage, c’est que ça donne un bas du spectre très propre, que ce soit sur les graves ou le bas médium, point qui est souvent sacri­fié à la présence de basses.

Ici, sur Cotton Club, on remarque un très joli détail dans la clari­nette basse et la contre­basse est aussi très bien rendue, ce qui est assez rare. 

Pour le reste du spectre, comme on l’a dit, c’est tout bon. Je n’ai détecté aucun trou ou creux ni rien de criard. Peut-être peut-on lui repro­cher une petite bosse médium. On la constate notam­ment sur les cuivres dans Cotton Club qui deviennent légè­re­ment nasillards. Mais le crash test de REM est passé les doigts dans le nez. Rien à dire ni à redire côté spatia­li­sa­tion. 

Au niveau dyna­mique, elle est bonne sans être mons­trueuse. Ainsi, l’in­tro de Master Blas­ter reste bien percu­tante sans avoir la grosse patate qu’offrent d’autres systèmes d’écoute.

Conclu­sion de Will Zégal

Fidèle à sa répu­ta­tion, le K702 est proba­ble­ment un des meilleurs choix de sa caté­go­rie. S’il n’at­teint pas la perfec­tion (laquelle n’existe appa­rem­ment encore pas dans cette gamme de prix) et puisqu’il faut faire des compro­mis, si vous vous accom­mo­dez de ses basses légères et que son design colle à votre morpho­lo­gie, c’est assu­ré­ment l’achat à faire.

  • Joli look studio incre­vable
  • Bel équi­libre spec­tral
  • Excel­lente défi­ni­tion
  • Tarif bien placé
  • Basses un peu light
  • Confort amélio­rable
  • Médium parfois légè­re­ment nasillard

L’avis de Los Teignos

Lou Reed – Walk on the wild side 

Le 702 est très perti­nent sur cette chan­son où il permet d’en­tendre avec préci­sion chaque instru­ment, à la faveur d’un place­ment stéréo très précis. L’ef­fet de rappro­che­ment des choeurs via la suppres­sion de la réverbe est ainsi parfai­te­ment audible, et on a un beau détail sur toutes les tran­si­toires, qu’il s’agisse des attaques des guitares, de la contre­basse, des balais ou des char­ley. Un peu plus de bas ne serait pas un mal toute­fois, pour la contre­basse, certes, mais aussi pour la voix du chan­teur.

AKG K 702

Gorillaz : Feel Good inc.

Avec son côté elec­tro hip-hop, la chan­son de gorillaz est un excellent moyen de voir ce que donnent les casques aux extré­mi­tés du spectre et la bonne nouvelle de ce K 702, c’est qu’il offre un bas autre­ment plus inté­res­sant que son cousin le K 270 mkII, tout en étant fidèle dans l’un des domaines de prédi­lec­tion d’AKG : les aigus. Certes, sur certaines guitares, on voudrait plus d’air (acous­tique à droite sur les ponts) et les basses ne sont pas aussi déve­lop­pées que sur le DT880 ou l’Ul­tra­sone, mais on n’a vrai­ment de quoi travailler, avec une très bonne spatia­li­sa­tion des diffé­rents instru­ments.

The Racon­teurs – Conso­ler of the lonely

Sans propo­ser autant de choses dans le bas que l’Ul­tra­sone ou le Beyer, l’AKG parvient tout de même à resti­tuer l’im­pres­sion­nante entrée du kick sur le morceau, cepen­dant que les voix d’am­biance, les char­leys et la caisse claire sont parfai­te­ment détaillées sur l’in­tro. En progres­sant dans la chan­son, il a même ma préfé­rence sur les aigus dans la mesure où il ne rate rien sans pour autant verser dans l’agres­si­vité.

Also sprach Zara­thus­tra

Comme l’Au­dio-Tech­nica, l’AKG a bien du mal à rendre la tota­lité de la note grave en intro. Sans qu’on puisse dire qu’il n’y a rien en bas, on sent qu’on est hors du registre du casque. Les aigus sont en revanche plus inté­res­sants, qui permettent d’en­tendre le discret souffle présent sur l’en­re­gis­tre­ment. Les cuivres ne manquent ni d’air, ni de brillance, ce qui est agréable et lors des passages char­gés, en dehors du tapis de timbales qui ne laissent entendre qu’un brou­haha indis­tinct, force est d’ad­mettre que tout ce qui passe en haut est très inté­res­sant, tant en termes de dyna­mique que de place­ment dans l’es­pace stéréo. 

Pink Floyd – Time

Moins agres­sif que l’Ul­tra­sone ou le Beyer sur le passage des pendules, le K702 se débrouille comme un chef sur l’in­tro : il manque certes un peu de bas sur l’orgue, mais les belles réso­nances et les attaques sur les roto­toms, ainsi que l’image stéréo sont un vrai bonheur. La suite du morceau confirme cette bonne impres­sion, avec des aigus qui permettent un bon déta­che­ment des diffé­rents instru­ments.

La conclu­sion de Los Teignos

Confor­table et léger, ce K 702 est à n’en pas douter l’un des meilleurs casques que j’ai essayés dans cette gamme de prix, tout en étant, de mon point de vue, nette­ment plus inté­res­sant que le K 271 que nous avions précé­dem­ment essayé. Il corrige en effet le prin­ci­pal défaut de ce dernier qui pêchait par manque de basses, et fait tout autant, sinon plus, des merveilles dans les aigus. De mon point de vue, il serait un excellent complé­ment à ce que propose l’Ul­tra­sone 2900, et s’avè­rera très à son aise dans les exer­cices de tracking, d’édi­ting, comme pour jeter les bases d’un mixage ou le véri­fier. 

  • Aigus remarquables
  • Légè­reté 
  • Nette­ment plus de bas par rapport au K270
  • Ca reste tout de même limité pour s’oc­cu­per de ce qui se passe en bas

 

9/10
Award Valeur sûre 2012
Points forts
  • Aigus remarquables
  • Légèreté
  • Nettement plus de bas par rapport au K270
  • Un son équilibré
  • Une très bonne dynamique
  • Un haut du spectre détaillé, mais pas agressif
  • Connecteur mini-XLR
  • Léger et confortable
  • Coussinets et câble disponibles en pièces détachées
Points faibles
  • Pas ce qui se fait de mieux pour le bas

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.