Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Empirical Labs Arousor
Photos
1/6

Test Empirical Labs Arousor

L’Arousor arrosé
9/10
Award Valeur sûre 2016
Partager cet article

Vous n’êtes certainement pas sans savoir que chez Audiofanzine, la dégustation de plug-ins à la sauce "émulation de matériel analogique" entraîne de plus en plus souvent d’horribles indigestions avec, en sus, une lutte acharnée contre les crises de GAS tant la tentation est grande de posséder le dernier joujou plus réaliste que la réalité elle-même…

Le marché est telle­ment saturé sur ce segment qu’il est bien diffi­cile de trou­ver chaus­sure à son pied, pour vous comme pour nous. Bref, la modé­li­sa­tion analo­gique, nous en avons soupé et les éditeurs mettant à profit les possi­bi­li­tés quasi infi­nies du monde virtuel pour créer de véri­tables outils inédits sont davan­tage à notre goût. Pour­tant, l’objet du banc d’es­sai d’aujour­d’hui a tout de même réussi à titiller agréa­ble­ment ma fibre Geek de l’au­dio. Mais quel est donc ce plug-in virtuel­le­ment analo­gique qui a su réali­ser un tel prodige ? Tout simple­ment le premier véri­table produit logi­ciel* du célèbre construc­teur Empi­ri­cal Labs (ELI) que nous allons passer au grill sur-le-champ.

Le péril jeune

Répon­dant au nom pour le moins équi­voque d’Arou­sor, ce compres­seur virtuel est dispo­nible aux formats AAX, AU, VST 2.4 et VST 3 pour Mac (OS X 10.7 mini­mum) et PC (Windows 7 mini­mum). Concer­nant le système de protec­tion, le dongle USB iLok 2 est obli­ga­toire. Dommage que le choix de l’au­to­ri­sa­tion lié à l’or­di­na­teur ne soit pas de la partie, d’au­tant que cette possi­bi­lité est dispo­nible chez PACE depuis plus de 2 ans main­te­nant… Niveau instal­la­tion, rien à redire, c’est du velours. Notez tout de même que la version actuelle du plug-in est une « pre-release » v0.9.9 et comporte donc encore quelques bugs, mais l’Arou­sor est déjà plei­ne­ment exploi­table dans la majo­rité des cas et je n’ai d’ailleurs rencon­tré aucun problème lors de mes tests. Pour en finir avec la partie « rébar­ba­tive » de ce banc d’es­sai, sachez que sur ma machine de guerre (Mac Pro fin 2013 Hexa­cœur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3), une instance du plug-in consomme à peine 0,50 % de ressources CPU avec une compen­sa­tion de latence nulle. Si le son est à la hauteur, ces jolies perfor­mances permet­tront d’user et d’abu­ser de la bête à l’envi. Chapeau bas !

Empirical Labs Arousor : Distressor

Passons à présent aux choses sérieuses. L’Arou­sor n’est pas à propre­ment parler une modé­li­sa­tion fidèle à 100 % du fameux Distres­sor de la marque. Cepen­dant, ce plug-in est très forte­ment inspiré de son illustre aïeul, de l’aveu même de Dave Derr, fonda­teur de la firme améri­caine. Et de fait, avec ses indi­ca­teurs à LEDs et ses 4 gros potards blancs, la robe de l’Arou­sor ne laisse aucun doute sur sa filia­tion. Notez au passage que les valeurs exactes des réglages sont incrus­tées au centre de chaque poten­tio­mètre, ce qui est bien pratique, d’au­tant qu’elles sont modi­fiables via le clavier si le cœur vous en dit.

Du point de vue « cuisine interne », on trouve égale­ment la patte du Distres­sor. Premiè­re­ment, l’Arou­sor travaille avec un seuil fixe, c’est-à-dire qu’il faut mani­pu­ler le poten­tio­mètre de gain d’en­trée « IN » afin de gérer la partie du signal qui dépas­sera le seuil et qui sera donc compres­sée. Ensuite, c’est un compres­seur ultra-rapide avec une plage de temps d’at­taque allant de 0,05 à 40 milli­se­condes. Le relâ­che­ment oscille, quant à lui, entre 50 et 3000 milli­se­condes. Le dernier gros potard nommé « OUT » s’oc­cupe pour sa part de gérer le gain en sortie. Enfin, le ratio offre 10 options, du 1:1 pour n’uti­li­ser la bestiole qu’en guise de satu­ra­tion, jusqu’au 20:1 et au-delà avec le réglage « RIVET » qui corres­pond peu ou prou au « NUKE » du Distres­sor.

Empirical Labs Arousor : Syno

Rien qu’avec tout ça, il y a déjà large­ment de quoi faire, de façon simple et rapide qui plus est. Mais le joujou va encore plus loin… En effet, l’Arou­sor apporte son lot de fonc­tions supplé­men­taires par rapport à son aîné, à commen­cer par le para­mètre « AtMod ». Ce dernier permet de modi­fier le compor­te­ment du temps d’at­taque afin de lais­ser passer plus ou moins de tran­si­toires. Simple et diable­ment effi­cace. Le potard suivant gère fine­ment la satu­ra­tion de l’en­gin (Soft Clip­ping). Quatre LEDs virtuelles permettent de visua­li­ser rapi­de­ment la quan­tité de distor­sion harmo­nique, joli garde-fou tant il est facile d’abu­ser de la chose. La section de side­chain interne offre égale­ment une souplesse bien­ve­nue par rapport à l’ori­gi­nal avec un filtre passe-haut réglable jusqu’à 1 kHz et un filtre en cloche entiè­re­ment para­mé­trique. Mine de rien, l’en­semble offre la possi­bi­lité de gran­de­ment mode­ler les réac­tions du compres­seur en un tour­ne­main. Enfin, le poten­tio­mètre « Mix » s’oc­cupe du mélange entre le signal compressé et le signal source. Atten­tion cepen­dant, comme vous pouvez le consta­ter sur le synop­tique ci-contre, ce para­mètre se situe en amont du réglage de gain en sortie, ce qui peut être désta­bi­li­sant de prime abord. Mais n’ayez crainte, on s’y fait vite.

Empirical Labs Arousor : Arousor

Jusqu’ici le tableau est plutôt allé­chant, mais comme rien n’est jamais parfait, voici quelques fonc­tions absentes qui auraient certai­ne­ment pu rendre l’Arou­sor encore plus attrac­tif. Tout d’abord, il n’y a pas de boutons bypass pour la fonc­tion AtMod, le Soft Clip­ping et le Side­chain. C’est dommage, car en l’état, il faut impé­ra­ti­ve­ment remettre les potards idoines à zéro pour juger de l’ef­fi­ca­cité de l’une ou l’autre de ces fonc­tions, ce qui est fasti­dieux à la longue. Il n’y a pas non plus de compa­rai­son A/B, fonc­tion pour­tant bien utile dans le monde du plug-in.

Au niveau du circuit Side­chain, une fonc­tion de pré-écoute du signal filtré aurait sans doute faci­lité la vie de plus d’un utili­sa­teur. De plus, ce compres­seur n’offre pas direc­te­ment une fonc­tion de Side­chain externe et il vous faudra donc vous rabattre sur les possi­bi­li­tés de routing de votre STAN pour effec­tuer une telle manœuvre, si tant est que cette dernière le permette. Des fonc­tions de trai­te­ment M/S et double mono auraient égale­ment été un plus. Pour finir, la bête n’offre qu’un seul algo­rithme de satu­ra­tion et n’in­tègre pas le fameux Brit Mod du Distres­sor… Enfin pour l’ins­tant, car Monsieur Derr promet d’ores et déjà l’ar­ri­vée de nouvelles fonc­tions dans un futur proche à la faveur de mises à jour gratuites, sans pour autant en dévoi­ler plus. Bref, qui vivra verra !

Bien, il est main­te­nant grand temps d’en­chaî­ner sur une séance d’écoute afin de voir ce que cet Arou­sor a réel­le­ment dans le ventre…

L’au­berge espa­gnole

Pour commen­cer cette session, je vous propose d’écou­ter la bête sur une voix.

01 Vox dry
00:0000:28
  • 01 Vox dry 00:28
  • 02 Vox Soft 00:28
  • 03 Vox Rock 00:28
  • 04 Vox Dual 01 00:28
  • 05 Vox Dual 02 00:28
  • 06 Vox Trash 00:28
  • 07 Vox Trashier 00:28
  • 08 Vox DeEs­ser 00:28

Le premier extrait présente le signal source. Pour le deuxième, le compres­seur est utilisé de façon modé­rée afin de contrô­ler les plus fortes crêtes tout en ajou­tant une petite dose de satu­ra­tion pour donner à ce chant un petit peu plus de carac­tère. Le troi­sième emploi des réglages plus « rentre dedans » avec une belle dose de Soft Clip­ping pour un rendu brut de décof­frage. Les deux exemples suivants illus­trent l’uti­li­sa­tion de deux instances de l’Arou­sor en série : la première pour bien contrô­ler la dyna­mique et la seconde pour l’es­prit « rock ». Les extraits 6 et 7 explorent le côté obscur de la bête. Jolie couleur, n’est-ce pas ? Enfin, le dernier sample exploite le filtre en cloche du circuit Side­chain afin de dimi­nuer les sifflantes. Ce n’est certes pas aussi effi­cace qu’un proces­seur dédié mais cela peut dépan­ner.

Passons main­te­nant à une ligne de basse.

09 Bass dry
00:0000:11
  • 09 Bass dry 00:11
  • 10 Bass Sat 00:11
  • 11 Bass Control 00:11
  • 12 Bass Back 00:11
  • 13 Bass Thick 00:11

Comme son nom le laisse suppo­ser, « Bass_Sat » utilise une bonne dose de Soft Clip­ping sans que cela ne soit trop agres­sif à l’oreille pour autant. C’est vrai­ment inté­res­sant, car la partie compres­sion du plug-in ne travaille abso­lu­ment pas, ratio 1:1 oblige, et la plus haute crête est pour­tant passée de –1,9 à –6,6 dB ! Que demande le Peuple ? Pour « Bass_Control », l’Arou­sor tient genti­ment la bride du signal tout en lui conser­vant toute sa viva­cité. « Bass_Back », quant à lui, voit sa dyna­mique bien écra­sée, ce qui permet­tra d’an­crer soli­de­ment cette basse en fond de mix. Pour finir, « Bass_Thick » expose un bas plus gras grâce à l’em­ploi du circuit Side­chain (passe-haut et filtre en cloche) pour limi­ter l’in­fluence du registre grave sur l’ac­tion du compres­seur.

Enchaî­nons avec une guitare élec­trique.

14 eGtr dry
00:0000:21
  • 14 eGtr dry 00:21
  • 15 eGtr wet 00:21

Ici pas d’ajout de satu­ra­tion, juste un ratio de 8:1, une attaque ultra rapide de 0,90 milli­se­conde et un relâ­che­ment tout aussi véloce à 50 milli­se­condes afin de jugu­ler les crêtes tout en préser­vant le sustain. Notez que le circuit de Side­chain a égale­ment été mis en œuvre afin de modi­fier sensi­ble­ment l’équi­libre spec­tral de la prise. Simple, effi­cace, rien à redire.

Tentons à présent de caser l’Arou­sor sur un mix complet, un exer­cice dans lequel son aïeul n’est pas forcé­ment à son aise…

16 Master Buss dry
00:0000:33
  • 16 Master Buss dry 00:33
  • 17 Master Buss wet 00:33

Avec un ratio rikiki de 1.5:1 pour une réduc­tion de gain maxi­male de 2 dB et une petite dose de Soft Clip­ping, l’Arou­sor ne s’en tire vrai­ment pas si mal.

Pour clôtu­rer cette séance d’écoute, voyons ce que donne le joujou virtuel d’Em­pi­ri­cal Labs avec une batte­rie, en commençant par la caisse claire.

18 Snare dry
00:0000:13
  • 18 Snare dry 00:13
  • 19 Snare Punch 00:13

Le signal source semble un poil mollas­son… Heureu­se­ment, l’Arou­sor permet de très faci­le­ment redon­ner un peu de mordant sans déna­tu­rer la prise.

Que pouvons-nous tirer de la grosse caisse ?

20 Kick dry
00:0000:12
  • 20 Kick dry 00:12
  • 21 Kick Face 00:12
  • 22 Kick Weight 00:12

Une fois de plus, l’Arou­sor rend la pâte sonore malléable à souhait et permet de passer du kick « in your face » à la grosse caisse bien dodue, un régal !

Enfin, jouons avec la prise d’am­biance.

23 Ambiance dry
00:0000:23
  • 23 Ambiance dry 00:23
  • 24 Ambiance wet 00:23
  • 25 Ambiance All dry 00:23
  • 26 Ambiance All wet 00:23

Le compres­seur fonc­tionne ici à plein régime avec le ratio « RIVET ». On pour­rait d’ailleurs croire qu’il travaille trop. Mais une fois cette piste d’am­biance sous-mixée avec le reste du kit, la prise de batte­rie gagne un supplé­ment de vie jubi­la­toire, ne trou­vez-vous pas ?

Après cette petite session, l’Arou­sor semble être un outil de mani­pu­la­tion de la dyna­mique parti­cu­liè­re­ment attrayant. Reste à répondre à la ques­tion que tout le monde se pose : que vaut cet engin face à un véri­table Distres­sor hard­ware ? C’est ce que je vous propose de devi­ner…

Un air de famille

Sorti en 1996, le Distres­sor est l’un des plus « jeunes » clas­siques des studios. N’ayant pas la chance d’en possé­der un moi-même, il m’a donc cepen­dant été rela­ti­ve­ment facile de trou­ver une bonne âme dans mon entou­rage pour m’en prêter un exem­plaire dans le but de réali­ser les extraits sonores suivants. Un grand merci à Yann de NR Synth pour ce prêt, à charge de revanche !

Commençons d’ailleurs par voir ce que l’Arou­sor et le Distres­sor donnent sur une ligne issue d’un synthé signé NR Synth.

27 NR Synth dry
00:0000:15
  • 27 NR Synth dry 00:15
  • 28 NR Synth A 00:15
  • 29 NR Synth B 00:15

Pas de consi­dé­ra­tion artis­tique ici, il s’agit juste d’ob­te­nir des rendus simi­lai­res… Et comme vous l’avez sans doute main­te­nant deviné, il s’agit pour vous d’iden­ti­fier qui est qui ! Alors ? Diffi­cile, n’est-ce pas ?

Passons à la prise d’am­biance de batte­rie précé­dente. Notez que l’ex­trait utilisé est cette fois mono­pho­nique, car je ne dispo­sais que d’un seul Distres­sor, ce qui n’est déjà pas si mal.

30 Amb Mono dry
00:0000:22
  • 30 Amb Mono dry 00:22
  • 31 Amb Mono A 00:22
  • 32 Amb Mono B 00:22

L’exer­cice vous paraît-il plus facile cette fois ? Non ? Eh bien cela risque d’être encore plus complexe une fois cette prise d’am­biance mixée avec le reste du kit !

33 Amb All A
00:0000:22
  • 33 Amb All A 00:22
  • 34 Amb All B 00:22

Pour la petite histoire, sachez qu’à chaque fois je suis parti d’un réglage sur le Distres­sor. C’est seule­ment par la suite que je me suis efforcé d’ar­ri­ver à un résul­tat analogue au travers du plug-in et les réglages néces­saires à la manœuvre ont systé­ma­tique­ment été diffé­rents des réglages de l’unité hard­ware. Quant au rendu… Eh bien j’at­tends vos commen­taires ainsi que vos réponses à ce petit quizz avec impa­tience !

Chacun cherche son chat

Avant de passer à la conclu­sion de ce banc d’es­sai, prenons un instant pour discu­ter du tarif de cet Arou­sor. 349 $, soit près de 310 € au taux de change actuel. Sacré somme pour un seul plug-in… Et même avec une étiquette à 299 $ pour le lance­ment, nous ne sommes pas dans la four­chette « bon marché ». D’au­tant que ces dernières années, certains « petits éditeurs » ont sorti des produits du genre pour moins d’un dixième de ce prix et ces derniers sont loin d’être ridi­cules. Le jeu en vaut-il la chan­delle ?

Malgré ce que vous pour­riez croire, la réponse à cette ques­tion n’est pas aussi évidente que cela à mon sens. Certes, un tel tarif réserve la bête aux profes­sion­nels ou aux amateurs fortu­nés. Évidem­ment, utili­ser ce produit plutôt qu’un compres­seur lambda à moins de 30 € n’en­traî­nera pas un gain d’un facteur 10 au niveau qualité sonore. Toute­fois, cet outil est indé­nia­ble­ment puis­sant, sa pâte sonore est remarquable et sa mise en œuvre réel­le­ment simplis­sime – pour peu que l’on sache ce que l’on cherche à obte­nir. Toutes ces quali­tés se monnaient.

D’autre part, il est toujours extrê­me­ment diffi­cile d’éva­luer à sa juste valeur un produit virtuel de par sa nature même. Le coût de fabri­ca­tion nul a vite fait de biai­ser le juge­ment. En effet, il ne faut pas oublier les coûts de distri­bu­tion – même si cela se limite au web, le budget commu­ni­ca­tion/promo­tion, le support utili­sa­teur, les éven­tuelles taxes, le déve­lop­pe­ment qui peut prendre plusieurs années – comme c’est ici le cas, sans oublier les frais de struc­ture – une entre­prise comme ELI n’étant pas fran­che­ment compa­rable à une boîte mono­sa­la­riée. Bref, l’équa­tion est plus compliquée qu’elle n’en a l’air de prime abord.

En défi­ni­tive, je résu­me­rais mon avis sur la situa­tion ainsi :

  • Si le produit avait été catas­tro­phique, j’au­rais rous­pété, quel que soit le tarif demandé ;
  • À moins de 50 $, le joujou aurait eu droit à un Award rapport Qualité/Prix ;
  • Entre 50 et 200 $, je n’au­rais certai­ne­ment même pas discuté de la chose ;
  • Au-delà de 200 $, vous avez droit à un para­graphe sur la ques­tion !

Ni pour, ni contre (bien au contraire)

Avec cet Arou­sor, Empi­ri­cal Labs fait une entrée fracas­sante dans le monde du plug-in. Le son est à la hauteur de la répu­ta­tion du maté­riel hard­ware de la marque sans pour autant gréver les ressources CPU. Cerise sur le gâteau, la prise en main de la bête est un véri­table jeu d’en­fant. Ainsi, malgré un tarif peu démo­cra­tique et quelques fonc­tions manquantes, l’Arou­sor mérite sans nul doute un Award Valeur Sûre. Comme d’ha­bi­tude, je vous invite bien entendu à juger ce joujou par vous-mêmes en télé­char­geant la version d’éva­lua­tion sur le site de l’édi­teur.

(*) : La version virtuelle du Fatso pour la plate­forme UAD est bien approu­vée par ELI mais n’a pas été déve­lop­pée pas la firme elle-même. L’Arou­sor est donc bel et bien le premier plug-in de la marque.

Télé­char­gez les extraits sonores (format FLAC)

  • Empirical Labs Arousor : Arousor
  • Empirical Labs Arousor : Distressor
  • Empirical Labs Arousor : Syno

 

9/10
Award Valeur sûre 2016
Points forts
  • Le son !
  • Facilité de prise en main
  • Efficacité
  • Large palette d’utilisations
  • Fonction AtMod
  • Section Soft Clipping
  • Filtre en cloche paramétrique du circuit Sidechain
  • Fonctions à venir
  • Faible consommation CPU
  • Zéro latence
Points faibles
  • Dongle iLok 2 obligatoire
  • Tarif élevé
  • Potard Mix inhabituel
  • Pas de pré-écoute du circuit Sidechain
  • Pas de Sidechain externe
  • Absence de bypass par section
  • Pas de comparateur A/B
  • Pas de mode M/S, ni de double mono

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.