Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Slate Digital FG-Stress
Photos
1/5

Test Slate Digital FG-Stress

Compresseur logiciel de la marque Slate Digital

Écrire un avis ou Demander un avis
Le couteau suisse virtuel de la compression ?
9/10
Award Valeur sûre 2017
Partager cet article

Annoncé en mai 2016 sous le nom de FG-Swiss, puis rebaptisé FG-Stress quatre mois plus tard suite à un accord de licence avec Empirical Labs, le moins que l'on puisse dire c'est que le dernier joujou en date de Slate Digital a su se faire désirer ! Cette émulation officielle du Distressor est-elle à la hauteur de la réputation de "couteau suisse des compresseurs" de son illustre modèle ? Après plus de deux mois d'utilisation intensive, voici mon avis sur la question…

État des lieux

Dispo­nible sous Mac OS X (10.7 mini­mum) et Windows (7 mini­mum) en 32 et 64 bits aux formats VST (2 & 3), AU et AAX, le FG-Stress est un module de compres­sion pour le Virtual Mix Rack signé Slate Digi­tal. Par consé­quent, il hérite des avan­tages et incon­vé­nients propres à ce VMR : dongle physique iLok 2 impé­ra­tif, obli­ga­tion de l’uti­li­ser au sein du rack virtuel, inter­face non redi­men­sion­nable, fonc­tion de compa­rai­son A/B, chaî­nage de plusieurs instances au sein d’une seule inter­face, etc. Notez égale­ment que même s’il est possible d’ins­tal­ler unique­ment les modules VMR que vous possé­dez / souhai­tez, il est néces­saire de télé­char­ger la tota­lité du bundle sur le site de l’édi­teur, soit la baga­telle de plus d’un giga­oc­tet… Voilà, c’est dit, nous pouvons passer au FG-Stress à propre­ment parler.

À l’ins­tar du Distres­sor maté­riel sur lequel il est calqué, le FG-Stress est rela­ti­ve­ment simple au niveau des réglages. Il reprend donc la plupart des para­mètres de son illustre aïeul mais, VMR oblige, au format rack 500. Dans l’ordre, nous avons de haut en bas les réglages suivants :

  • Gain d’en­trée – « Input » ;
  • Temps d’at­taque – « Attack » ;
  • Temps de relâ­che­ment – « Release » ;
  • Niveau de sortie – « Output » ;
  • Ratio (1:1, 2:1, 3:1, 4:1, 6:1, 10:1 / Opto, 20:1, Nuke) ;
  • Filtre HP fixe pour le circuit de détec­tion ;
  • Filtre « Band Empha­sis » à 6 kHz pour le circuit de détec­tion ;
  • Bouton « Link » pour chaî­ner les canaux sur des pistes stéréo ;
  • Filtre HP à 80 Hz pour filtrer le rendu ;
  • Switch « Dist 2 » pour ajou­ter une distor­sion harmo­nique paire ;
  • Switch « Dist 3 » pour ajou­ter une distor­sion harmo­nique impaire ;
  • Poten­tio­mètre « Mix » pour le dosage entre le signal source et le signal traité.

Et là, les plus atten­tifs d’entre vous doivent se deman­der : mais où est passé le « British Mode » du Distres­sor EL8-X ? Eh bien, monsieur Slate a tout simple­ment décidé de faire l’im­passe sur celui-ci car le module VMR gratuit The Mons­ter fait déjà la blague. En effet à la base, le « British Mode » est censé repro­duire le fameux mode « ALL » du 1176, ce que fait juste­ment « The Mons­ter ». Il aurait été sympa­thique d’avoir cela direc­te­ment au sein du module FG-Stress, mais comme le « monstre » est gratuit, ce n’est pas si grave. De plus, le potard « Mix » est un judi­cieux ajout par rapport à la version maté­rielle, alors ne boudons pas notre plai­sir. 

Double FG Stress

Au rayon des petites décep­tions, en voici deux de plus. Tout d’abord, les presets, bien que très bien faits, ne sont pas « neutres », c’est-à-dire que ces derniers entraînent systé­ma­tique­ment une sensa­tion de volume perçu plus impor­tante et nous savons que cela ne faci­lite pas le juge­ment de la perti­nence d’un trai­te­ment de la dyna­mique. Dernier point noir navi­gant dans les mêmes eaux, la fonc­tion de lien inversé entre les potards « Input » et « Output » lorsque l’on main­tient la touche « Shift » enfon­cée ne sert stric­te­ment à rien puisqu’elle ne conserve pas la diffé­rence de gain rela­tive entre les deux réglages. C’est vrai­ment dommage car si c’était le cas, cette fonc­tion serait juste­ment diable­ment effi­cace pour éviter que l’uti­li­sa­teur soit floué par le chan­ge­ment de volume lors de la mani­pu­la­tion de l’un de ces para­mètres. Notez que ce problème était déjà présent sur le FG-116 lors de la sortie du VMR…

Avant de passer aux exemples sonores, finis­sons ce chapitre par une note posi­tive. Comme d’ha­bi­tude avec les modules VMR, le FG-Stress n’im­plique aucune compen­sa­tion de latence. De plus, la consom­ma­tion du CPU est très raison­nable avec seule­ment 0,3% sur ma machine de guerre (Mac Pro fin 2013 Hexa­coeur Xeon 3,5 GHz – 32 Go DDR3).

Stress test

Il est courant de lire ça et là sur la toile que c’est lors de trai­te­ments extrêmes que les plug-ins montrent leurs limites face au monde maté­riel. Or, le Distres­sor origi­nal a la répu­ta­tion de faire des « ravages » sur les batte­ries lorsqu’on le pousse dans ses retran­che­ments. Du coup, n’y allons pas par quatre chemins et attaquons cette session d’écoute en tortu­rant un bus de batte­rie à grands coups de FG-Stress :

01 After That Drums dry
00:0000:12
  • 01 After That Drums dry 00:12
  • 02 After That Drums 20 1 00:12
  • 03 After That Drums Nuke 00:12
  • 04 After That Drums Nuke Dist3 00:12
  • 05 After That Drums Nuke Dist3 Attack 00:12
  • 06 After That Drums Nuke Dist3 Attack Dry Wet 00:12

Le premier extrait se résume comme d’ha­bi­tude au signal source dans son plus simple appa­reil. Sur le deuxième, une instance du plug-in (ratio de 20:1, temps d’at­taque et de relâ­che­ment ultra-courts et filtre HP enclen­ché pour le circuit de détec­tion) mène la vie dure à cette ryth­mique… Et ce n’est qu’un début ! Le troi­sième exemple illustre l’uti­li­sa­tion du fameux ratio Nuke. Comme j’ai pris la peine d’har­mo­ni­ser les sensa­tions de volume perçu, la diffé­rence avec l’ex­trait précé­dent peut paraître diffi­cile à perce­voir, mais les oreilles les plus aver­ties note­ront tout de même qu’ici, la « sauva­ge­rie » typique du modèle maté­riel est bel et bien de la partie. Cet FG-Stress est rapide et peut frap­per très fort, un régal ! Le sample suivant se voit affu­blé en sus du mode « Dist 3 » qui vient joli­ment salir le rendu d’un grain plus sombre. Pour l’exemple n°5, j’ai sensi­ble­ment allongé le temps d’at­taque histoire de récu­pé­rer le « clic » des impacts. Enfin, l’ex­trait n°6 illustre l’uti­li­sa­tion du poten­tio­mètre « Mix » afin de mélan­ger la pâte sonore précé­dente avec le signal source. Nous obte­nons ainsi un rendu claquant avec un ajout de pers­pec­tive par rapport au signal source seul, un peu comme si nous avions ajouté une prise d’am­biance. Inté­res­sant, n’est-ce pas ?

Chan­geons à présent de ligne et passons à un bus dont le chauf­feur est un poil moins agres­sif…

07 After That Gtr dry
00:0000:22
  • 07 After That Gtr dry 00:22
  • 08 After That Gtr Control 00:22
  • 09 After That Gtr Heavy 00:22

L’exemple doté du suffixe « Control » montre comment une seule instance du FG-Stress utili­sée en mode « Opto » peut genti­ment tenir la bride de ces guitares ryth­miques. L’ex­trait suivant, quant à lui, emploie des réglages légè­re­ment plus radi­caux afin de donner plus de person­na­lité à ces grattes un peu trop propres sur elles. 

Passons à présent à une ligne de basse :

10 After That Bass dry
00:0000:11
  • 10 After That Bass dry 00:11
  • 11 After That Bass Control 00:11
  • 12 After That Bass Clic 00:11
  • 13 After That Bass Dirty 00:11
  • 14 After That Bass Growl 00:11

Vous connais­sez la chan­son, le premier sample n’est autre que le signal source. Sur le deuxième, le FG-Stress en mode « Opto » permet d’agréa­ble­ment contrô­ler la dyna­mique de cette basse. À l’in­verse, pour le troi­sième extrait, j’ai cher­ché à faire ressor­tir l’at­taque des notes de façon rela­ti­ve­ment trans­pa­rente. Avouez que le résul­tat vaut le détour, non ? Bien entendu, il a fallu essayer de salir cette basse trop sage. L’exemple « Dirty » avec le mode « Dist 3 » est peut-être cari­ca­tu­ral mais le résul­tat est là. Pour quelque chose de plus subtil, il suffit de jouer avec le potard « Mix » du plug-in, comme c’est le cas sur le dernier extrait.

Finis­sons cette séance d’écoute avec des voix. D’abord, un « chant » déjà torturé à la base :

15 Vox dry
00:0000:12
  • 15 Vox dry 00:12
  • 16 Vox wet 00:12

Ici, deux instances du plug-in sont utili­sées en série au sein du VMR : la première sert à calmer les crêtes et la seconde apporte un peu de couleur au rendu. Simple et effi­cace.

17 Fire dry
00:0000:09
  • 17 Fire dry 00:09
  • 18 Fire 6 1 00:09
  • 19 Fire Opto 00:09

Cette fois-ci, l’idée est vrai­ment de frei­ner les ardeurs de ce chant beau­coup trop dyna­mique. Avec un ratio de 6:1 ou en mode « Opto », le FG-Stress remplit à chaque fois l’objec­tif avec panache et rendra donc cette voix beau­coup plus facile à inté­grer dans un mix.

20 Louis dry
00:0000:50
  • 20 Louis dry 00:50
  • 21 Louis wet 00:50

Enfin, sur ces derniers extraits, le nouveau bébé de Slate permet de domp­ter l’éner­gie de cette voix tout en lui donnant un côté rock fort bien­venu pour un rendu « in your face » du plus bel effet sans pour autant sacri­fier la finesse du chant en fin de phrasé. Ici, les modes « Opto » et « Dist 3 » montrent une fois de plus qu’ils forment une combi­nai­son diable­ment effi­cace !

Compa­rai­son n’est pas raison…

Après cette session d’écoute ô combien édifiante, il est temps d’abor­der la ques­tion que tout le monde se pose : que vaut ce FG-Stress par rapport au reste ?

FG Stress

Commençons par la compa­rai­son avec le modèle hard­ware. Je n’ai malheu­reu­se­ment pas la chance de possé­der un Distres­sor. Ceci étant, c’est un engin que je connais très bien pour l’avoir maintes fois croisé en studio et pour moi, le verdict est sans appel : l’équipe de Steven Slate a clai­re­ment réussi son coup ! Ce FG-Stress n’a vrai­ment pas à rougir face à son illustre aïeul. Du point de vue de la gestion de la dyna­mique, la bestiole se comporte exac­te­ment comme je m’y atten­dais, et niveau colo­ra­tion, c’est égale­ment un sans faute à mes yeux comme à mes oreilles. Bref, qu’il s’agisse d’ob­te­nir la compres­sion violente « in your face » carac­té­ris­tique du célèbre joujou d’Em­pi­ri­cal Labs ou que vous souhai­tiez un trai­te­ment plus trans­pa­rent, mais pour­tant pas dénué de carac­tère, le FG-Stress assu­mera fière­ment sa filia­tion avec le « couteau suisse des compres­seurs ».

Il convient à présent de s’in­ter­ro­ger face à la concur­rence virtuelle, à commen­cer par le propre bébé logi­ciel d’Em­pi­ri­cal Labs, j’ai nommé l’Arou­sor. Votre servi­teur a eu l’oc­ca­sion de tester ce dernier pour votre site préféré il y a un peu plus d’un an main­te­nant et j’ai donc pu me faire un avis clair sur ce « face à face » : il n’a tout simple­ment pas lieu d’être. Cette réponse peut vous paraître frus­trante, mais je vous assure que je le pense sincè­re­ment car le FG-Stress et l’Arou­sor ne sont tout simple­ment pas les mêmes produits. En effet, le premier se veut une réplique fidèle du Distres­sor et, mis à part l’ap­pa­ri­tion du réglage « Mix » et l’ab­sence du mode « British », Slate n’a rien ajouté ou retran­ché. Ainsi, le FG-Stress conserve la plupart des avan­tages et incon­vé­nients du modèle maté­riel, à savoir un outil intui­tif qui sonne mais qui ne fait pas dans l’in­ter­ven­tion chirur­gi­cale. A contra­rio, l’Arou­sor s’ins­pire du Distres­sor mais se propose d’al­ler plus loin que celui-ci. De fait, les options de filtrage du circuit de détec­tion, le dosage fin de la satu­ra­tion et surtout le réglage « AtMod » permettent de sculp­ter plus fine­ment le signal. Toute­fois cela a un prix : l’Arou­sor est beau­coup moins direct dans son utili­sa­tion et les rendus sonores s’éloignent faci­le­ment du son typique d’un Distres­sor.

Mora­lité, il n’y a pas de combat entre ces deux babioles : si vous souhai­tez quelque chose de fidèle à l’ori­gi­nal, mieux vaut opter pour le FG-Stress, mais si vous souhai­tez aller plus loin, c’est l’Arou­sor qui s’im­pose.

Pour finir ce para­graphe, il convien­drait d’évoquer les autres chal­len­gers virtuels. Malheu­reu­se­ment, je n’ai pas eu l’oc­ca­sion de tester ces derniers et je ne peux donc décem­ment pas m’ex­pri­mer sur le sujet. Ceci étant, mon petit doigt m’a dit qu’il se pour­rait qu’au moins un autre de ces joujoux me passe entre les mains en début d’an­née prochaine, affaire à suivre…

Conclu­sion

Bien entendu, la perfec­tion n’est pas de ce monde. Le passage obligé par le VMR implique forcé­ment du bon (compa­rai­son A/B, chaî­nage de plusieurs instances au sein d’une seule inter­face, etc.) comme du moins bon (inter­face non redi­men­sion­nable, nom unique de vos inserts quel que soit le contenu du VMR, etc.). De plus, la fonc­tion de lien inversé entre les potards « Input » et « Output » est toujours aussi mal fichue qu’à l’époque de la sortie de ce rack virtuel. Enfin, même si le module gratuit « The Mons­ter » permet de faire passer la pilule, il est dommage que cet FG-Stress n’in­tègre pas direc­te­ment le « British Mode » présent sur les modèles EL8-X (https://fr.audio­fan­zine.com/compres­seur-de-studio/empi­ri­cal-labs/distres­sor-mono-el8-x/).

Ceci étant dit, il n’en demeure pas moins que la bestiole est un sacré­ment bon compres­seur ! Sa pâte sonore et son compor­te­ment font honneur à l’illustre machine qu’il émule. Quant au rapport faci­lité d’uti­li­sa­tion / résul­tat concret, il est tout simple­ment remarquable. 

Comme d’ha­bi­tude, cet avis n’en­gage que moi et j’in­vite tout ache­teur poten­tiel à télé­char­ger la version d’éva­lua­tion afin de se forger sa propre opinion. Pour ma part, le FG-Stress a direc­te­ment pris une place de choix dans mon arse­nal virtuel de trai­te­ments de la dyna­mique, chose suffi­sam­ment rare pour être souli­gnée.

Tarif public moyen : 175 €

Crédits

Les exemples audio 01 à 14 sont issus de la pré-produc­tion du titre After That de Noir, mon petit projet musi­cal en cours de gesta­tion que vous pouvez décou­vrir ici.

Quant aux deux derniers extraits, ils s’ap­puient sur la magni­fique voix de Louis Guiyoule sur Peace Of Mind, titre phare de son premier EP que j’ai eu la chance d’en­re­gis­trer aux côtés de mon ami de toujours, Romain Castéra. Je vous invite à décou­vrir le clip de ce véri­table petit bijou à cette adresse.

Télé­char­gez les extraits sonores (format FLAC)

FG Stress
Double FG Stress
9/10
Award Valeur sûre 2017
Points forts
  • Distressor virtuel digne de ce nom
  • Facilité d'utilisation
  • Mode "Opto" splendide
  • Options de coloration harmonique efficaces
  • Fonction "Link"
  • Filtre "Band Emphasis"
  • Ajout du potentiomètre "Mix"
  • Comparaison A/B
  • Latence nulle
  • Consommation CPU raisonnable
Points faibles
  • Dongle physique iLok 2 obligatoire
  • Uniquement utilisable au sein du VMR
  • Absence du "British Mode"
  • Presets pas "neutres"
  • Lien inversé "Input" / "Output" mal fichue
  • Interface non redimensionnable
  • Poids de l'installeur

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.