Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Akai Professional MPC Live
Photos
1/1928

Test Akai Professional MPC Live

Séquenceur Sampleur de la marque Akai Professional appartenant à la série MPC

Staying alive
8/10
Partager cet article

Depuis l’apparition de la MPC Renaissance en 2012, Akai a emprunté le chemin de l’hybridation machine/machine, pardon de l’hybridation hardware/software. Le moins que l’on puisse dire est que cette décision industrielle a provoqué de nombreux remous parmi les adeptes de la marque, et notamment ceux attachés à la MPC des origines, la machine emblématique notamment de l’émergence de la culture hip-hop. Il y a un an et demi, je testais ici même la MPC Touch, alors l’ultime itération de cette tendance, et les commentaires de l’époque allaient bon train dans le sens du « mais quand donc Akai nous reproposera-t-il du hardware, scrogneugneu ? ». Il semblerait bien que le fabricant japonais ait entendu le message, car au mois de janvier de cette année, ce sont même deux nouvelles machines un peu particulières que la marque a mises sur le marché, j’ai nommé le vaisseau amiral MPC X et la MPC Live, aux tarifs respectivement de 2169 € et de 1199 €. Qu’ont-elles de particulier ? Eh bien l’une comme l’autre est pensée pour pouvoir à la fois travailler en connexion avec un ordinateur... ou de manière totalement autonome !

La MPC Live testée ici est en fait l’évo­lu­tion directe de la MPC Touch évoquée plus haut. Ces deux machines partagent énor­mé­ment de points communs. Je vous propose donc ici un test un peu parti­cu­lier. J’ai déjà en effet présenté la grande majo­rité des fonc­tion­na­li­tés communes à ces deux appa­reils dans l’ar­ticle sur la MPC Touch, que je vous invite à lire si cela vous inté­resse. Ici je souli­gne­rai bien entendu les parti­cu­la­ri­tés de la MPC Live au regard de son aînée. Mais au-delà de ça, je m’at­ta­che­rai prin­ci­pa­le­ment à vous faire parta­ger un proces­sus créa­tif, avec les quali­tés et les défauts de l’ap­pa­reil à chaque étape de l’aven­ture. Allons-y !

1re rencontre

Akai MPC Live : start

Eh bien voilà, elle est arri­vée, devant moi, magni­fique dans sa belle robe noire et ses pads qui s’illu­minent de mille feux dès que l’on enfonce son petit bouton situé à l’ar­rière. Sans comp­ter son bel écran tactile d’en­vi­ron 7 pouces, parfai­te­ment lisible quel que soit l’angle de vue que l’on adopte. Il convient toute­fois de rester dans un envi­ron­ne­ment inté­rieur. Lors du test de la MPC Touch l’an­née dernière j’avais en effet déjà souli­gné qu’il est plus compliqué de distin­guer quoi que ce soit en plein soleil, et ce malgré un chiche réglage « nuit » ou « jour » dispo­nible dans les para­mètres système de la machine. Mais ne nous forma­li­sons pas plus que de raison : l’un comme l’autre de ces appa­reils n’est guère destiné à l’usage en plein air.

C’est bien plus dans le confort d’un studio que l’on trou­vera usage à cette machine. Et en live.

Pour le moment, inté­res­sons-nous à sa présen­ta­tion exté­rieure.

Il s’agit d’un beau bébé de 424×224×69 mm, pour un poids de 2,7 kg. Globa­le­ment, l’on retrouve en termes de commandes tout le layout de la MPC Touch. Tout d’abord, à gauche de l’écran susmen­tionné, l’on trouve bien entendu les 16 pads de la caté­go­rie des « Thick Pads » chers à Akai, à la fois sensibles à la vélo­cité, à l’af­ter­touch par canal ou poly­pho­nique et rétroé­clai­rés, pouvant être virtuel­le­ment multi­pliés par 8 banques, lesquelles sont appe­lables par les huit boutons situés au-dessus des pads. Les quatre boutons de banques infé­rieurs servent égale­ment à acti­ver certaines fonc­tions de jeu comme le « note repeat » ou le « full level », niveau de vélo­cité maxi­mal, très utile par exemple lors de la program­ma­tion d’une ryth­mique élec­tro sans varia­tion de volume.

À la droite de l’écran, on retrouve les quatre boutons rota­tifs « q-link » non cran­tés et sensibles au toucher, qui à l’ins­tar des pads peuvent être virtuel­le­ment multi­pliés par plusieurs banques. Elles sont ici au nombre de quatre et sont acces­sibles via le bouton q-link situé au-dessus des rota­tifs. Toujours comme sur la MPC Touch, un cinquième rota­tif, quant à lui cranté, cliquable et non-sensible au toucher vient servir de prin­ci­pal outil de navi­ga­tion et de sélec­tion. Enfin sous l’écran, on retrouve les prin­ci­pales commandes de trans­port et d’édi­tion.

Akai MPC Live : arrière

Mais c’est à l’ar­rière que les diffé­rences avec son aînée sont les plus visibles. En effet, la MPC Live propose une sortie casque stéréo mini-jack, six sorties jack 6,35 mm mono (contre deux pour la Touch), 2 entrées au même format, une entrée stéréo phono (absente de la Touch), 2 entrées et 2 sorties MIDI au format DIN (contre une entrée et une sortie au format mini-jack pour la Touch), et enfin un slot pour carte SD et deux prises USB 3 de type A pour bran­cher aussi bien des unités de stockage externe que des contrô­leurs supplé­men­taires. La connexion à l’or­di­na­teur se fait égale­ment en USB 3 via une prise de type A.
Enfin, un bouton de mise sous tension et une fente Kensing­ton viennent complé­ter le layout de la face arrière de la machine.

Si tout le reste de l’ap­pa­reil respire une qualité de fabri­ca­tion certaine, ce bouton peut sembler un peu fragile. Seul le temps sera juge. Enfin, on signa­lera la petite trappe sous l’ap­pa­reil qui permet d’ac­cé­der physique­ment au disque dur interne et de le rempla­cer éven­tuel­le­ment contre n’im­porte quel autre disque dur SATA.


On démarre

Comme je vous l’ai annoncé en intro­duc­tion, la MPC Live s’uti­lise aussi bien conjoin­te­ment à un ordi­na­teur que de manière auto­nome, en stan­da­lone. Et moi, c’est préci­sé­ment cette parti­cu­la­rité-là que je souhaite explo­rer en premier lieu.

Alors trêve de bavar­dage, pres­sons le bouton de démar­rage de la bête. Après une bonne quin­zaine de secondes de démar­rage et le pres­sage d’un bouton virtuel sur l’écran tactile qui nous incite à confir­mer notre volonté d’al­lu­mer la bestiole (faute de quoi la machine se ré-éteint toute seule), nous retrou­vons le même écran prin­ci­pal que la MPC Touch.

Akai MPC Live : main

Me trou­vant donc en terrain connu, je me mets immé­dia­te­ment à l’œuvre. Allez, on fait dans le clas­sique, on se programme une petite ryth­mique pour commen­cer. Je confi­gure la première track de la première séquence afin qu’elle accueille un « drum program », et j’ouvre le brow­ser pour choi­sir mon kit de batte­rie. Je ne m’éten­drais pas non plus sur les carac­té­ris­tiques du brow­ser. Comme je l’ai déjà dit — et promis je ne le répé­te­rai plus — vous pour­rez les trou­ver ainsi que celles de la majo­rité des fonc­tion­na­li­tés de la Live dans le test de la Touch. Et en ce qui concerne le brow­ser de la Live, on est un peu déçu : rien n’a changé depuis la Touch ! Alors ce n’est pas catas­tro­phique, hein, mais l’ab­sence de tags qui était déjà peu excu­sable fin 2015 l’est encore moins à la mi-2017, sans parler de l’ab­sence de dossier par type de son. Fina­le­ment, il s’avé­rera que l’ab­sence de tags ne concerne que l’af­fi­chage du brow­ser sur l’écran de la MPC (en mode stan­da­lone comme en mode control­ler). En effet, le brow­ser du soft MPC sur l’or­di­na­teur permet l’af­fi­chage et la gestion par tags. On peut espé­rer donc que tout ceci ne soit qu’une ques­tion de mise à jour du firm­ware de la machine. Heureu­se­ment que les noms des fichiers sont bien label­li­sés, et que l’on dispose d’une fenêtre de recherche dans laquelle on peut taper le nom. Alors on se dit que comme sur la Touch, il faudra simple­ment que l’on veille à bien orga­ni­ser ses fichiers… Oui sauf que sur la Touch, lesdits fichiers étaient stockés sur l’or­di­na­teur, ce qui rendait leur orga­ni­sa­tion faci­le­ment réali­sable. Dans le cas présent, les fichiers en ques­tion sont stockés sur le disque dur interne de la MPC… auquel on n’ac­cède pas de l’ex­té­rieur ! Donc adieu toute velléité d’or­ga­ni­sa­tion. Crotte ! J’es­père vrai­ment qu’Akai fera égale­ment évoluer cette chose-là lors d’une mise à jour du firm­ware, d’au­tant qu’au-delà de la réor­ga­ni­sa­tion de fichiers, cette limi­ta­tion entrave d’autres inter­ac­tions MPC-ordi­na­teur, comme nous le verrons plus loin.

Mais reve­nons à notre morceau.

Je finis par trou­ver le drum kit de mon choix, d’au­tant plus faci­le­ment que la fonc­tion de pré-écoute du brow­ser est quant à elle effi­cace. Les 16 sons du kit sont affec­tés auto­ma­tique­ment aux 16 pads, pas de problème, on est dans la logique MPC. Rappe­lons tout de même aux sound desi­gners de chez Akai — si l’on veut être un peu taquins — que la marque a prévu 8 banques de pads, et que leurs kits de batte­rie pour­raient profi­ter de cette oppor­tu­nité et s’en trou­ver ainsi enri­chis au niveau du contenu, mais ne soyons pas chiens. Les sons de chaque kit, même si peu nombreux, sont de bonne qualité. Là aussi, je revien­drai dessus plus tard.

Je règle mon métro­nome sur 127 (chaque séquence peut avoir son propre tempo), la durée de la séquence sur 4 mesures, et la boucle de la séquence sur l’en­semble des 4 mesures en ques­tion, ne faisons pas dans le compliqué.
Un petit para­mé­trage de « time correct » (l’ap­pel­la­tion made in Akai pour la quan­ti­sa­tion) afin de m’as­su­rer d’être ultra-carré, « rec » pour armer, et « play start » pour enre­gis­trer dès le début… et c’est parti ! J’en­re­gistre la partie de grosse caisse.

Arri­vée au bout des 4 mesures prévues la séquence passe auto­ma­tique­ment en mode « over dub, me permet­tant d’ajou­ter à la piste autant d’élé­ments de mon kit de batte­rie que je le souhaite. À ce stade, je tiens à souli­gner qu’en dehors de la petite décep­tion concer­nant lebrow­ser, tout fonc­tionne à merveille et que je n’ai pas mis plus de 2 minutes depuis l’al­lu­mage de la machine que j’ai déjà une ryth­mique qui tourne.

Je décide de renom­mer ma track en « drums », et au moment d’uti­li­ser le clavier virtuel qui s’af­fiche, une idée me traverse l’es­prit : et si je tirais parti des prises USB ? Peut-être qu’un clavier d’or­di… ? Aussi­tôt pensé, aussi­tôt fait, bim je branche le clavier en ques­tion et là hourra, il est immé­dia­te­ment reconnu et je peux taper le nouveau nom de ma piste avec bien plus de confort.

Et de cette première idée naît immé­dia­te­ment la suivante : peut-être puis-je faire de même avec un clavier MIDI ? Parce que bon, j’ai­me­rais main­te­nant ajou­ter une ligne de basse et j’avoue qu’au­tant j’ap­pré­cie les pads pour tout ce qui est ryth­mique, autant pour les lignes mélo­diques (et encore davan­tage pour plaquer des accords) j’ap­pré­cie un clavier.

Je chope donc mon petit Korg Nano­key, je le branche sur la seconde prise USB de la MPC et youpi, c’est pareil, halle­lujah, lui aussi est immé­dia­te­ment reconnu ! Je commence à jouer sur le clavier, mais je redé­couvre alors à ce moment-là que pour une raison étrange, les kits de batte­rie d’Akai ne béné­fi­cient pas de la même répar­ti­tion MIDI que d’autres banques de sons et qu’en consé­quence l’ordre des touches du clavier ne corres­pond à l’ordre des pads.

Je charge sur ma seconde track un son de basse (un « keygroup » dans le langage Akai, la même chose en gros qu’un drum kit mais pour les instru­ments mélo­diques, et réparti sur l’en­semble des 8 banques de pads cette fois), et je réitère l’ex­pé­rience : là, l’ordre des pads et l’ordre des touches de mon clavier corres­pondent, et je joue donc bien les mêmes notes avec les deux types de contrô­leurs.

Le monde exté­rieur

Bien, main­te­nant que j’ai mon petit duo batte­rie basse, je me dis que j’ai­me­rais bien tester les capa­ci­tés de commu­ni­ca­tion externe de la bestiole. Je suis parti­cu­liè­re­ment intri­gué par le logo « CV » qui appa­raît sur mon écran prin­ci­pal parmi les diffé­rents types de tracks que je suis censé pouvoir créer… Je retourne le boîtier dans tous les sens pour m’as­su­rer que je n’ai rien omis lors de ma première explo­ra­tion exté­rieure de la machine. Non, c’est bien ce que je pensais, aucune trace de la moindre prise CV sur la MPC Live. Quel est donc ce mystère ? Eh bien, c’est tout simple­ment pour que la MPC Live puisse trai­ter les projets créés avec la MPC-X dont je parlais dans l’in­tro­duc­tion de cet article, et qui dispose pas moins de huit sorties CV quant à elle. Voilà.

Donc moi, je vais devoir me conten­ter des sorties MIDI clas­siques. Pas de problème, tout en conti­nuant à faire tour­ner ma séquence, je connecte la MPC en MIDI et en audio avec mon Micro­brute. Et là, pendant que ma séquence tourne, j’ai­me­rais bien faire quelques petits essais de recherche de sons sur mon Micro­brute sans pour autant que cela sorte par les sorties prin­ci­pales de la MPC, mais plutôt par la sortie casque. Je cherche donc le moyen de confi­gu­rer une sortie « cue » sur ladite sortie casque et une sortie master sur la sortie prin­ci­pale juste­ment label­li­sée master… eh bien c’est impos­sible ! La sortie casque est physique­ment « jume­lée » avec la sortie stéréo prin­ci­pale (stéréo 1/2), sortie vers laquelle sont véhi­cu­lés tout ce que j’ap­pelle les sons secon­daires, à savoir par exemple le métro­nome et la pré-écoute des presets. Et il n’y a rien à faire à cela. Il est dommage de perdre ainsi une paire de sorties stéréo en condi­tion de Live si l’on souhaite béné­fi­cier d’une pré-écoute au casque.

Akai MPC Live : looper

Donc dans ma situa­tion présente, je me trouve obligé de rerou­ter le signal de mes tracks préexis­tantes vers les sorties 3/4 de la MPC pour tester mon Micro-Brute au casque. Tant pis.

Tout en jouant du petit synthé mono­dique d’Ar­tu­ria via mon Nano­key bran­ché à la MPC, je récu­père son signal sur une piste audio indé­pen­dante. Je décide alors d’em­ployer la fonc­tion looper de la MPC, afin de pouvoir super­po­ser diffé­rentes couches d’au­dio et trans­for­mer arti­fi­ciel­le­ment mon Micro­Brute en instru­ment poly­pho­nique. Ah tiens, j’ai fait une fausse note, pas grave, je dois avoir moyen de reti­rer la dernière couche audio… ah ben non, nous ne sommes pas ici en présence d’une RC –505 mais d’un looper plus basique qui n’au­to­rise aucune erreur, mais permet d’autres choses comme la lecture inver­sée ou l’in­ser­tion de quatre effets distincts. Globa­le­ment, on peut dire qu’il s’agit d’un très bon outil.

 

Sculp­ture sonore

Au final j’ob­tiens une petite phrase musi­cale compo­sée d’un enchaî­ne­ment ryth­mique d’ac­cords. Mais je ne suis pas très satis­fait du place­ment de l’avant-dernier de ces accords. Je décide en consé­quence d’édi­ter ma boucle pour le reca­ler.

Pour travailler sur un sample, il existe deux modes, le Audio edit mode et le Sample edit mode. Selon moi, les deux méri­te­raient d’être réunis en une seule inter­face, certaines fonc­tions comme la créa­tion de slices étant communes aux deux alors que d’autres sont réser­vées à un seul mode.

C’est le cas de celle qui m’in­té­resse ici, le warp, fonc­tion­na­lité de modi­fi­ca­tion de hauteur et/ou de durée tempo­relle inspi­rée de celle du même nom que l’on trouve sur Able­ton Live.

Akai MPC Live : sample edit

Sur la MPC Live, celle-ci se trouve dans le mode Audio edit. Grâce à elle, je peux aisé­ment reca­ler la partie… « déca­lée » de mon fichier audio.

Sinon j’au­rais égale­ment pu décou­per ladite forme en tranches (slices) pour les affec­ter ensuite aux pads au sein d’un nouveau « program », et jouer enfin la phrase musi­cale sur lesdits pads et selon le rythme désiré. -Le jeu sur les pads géné­rant alors des infor­ma­tions MIDI, il suffit en cas de flot­te­ment ryth­mique d’une bonne petite quan­ti­za­tion pour tout faire rentrer dans l’ordre.

Et puis au pire, on peut toujours figno­ler en accé­dant à la grid view, la version Akai du piano roll que l’on retrouve sur tous les séquen­ceurs virtuels du marché.

D’ailleurs puisqu’on en parle, il s’avère que par rapport à ma suite d’ac­cords au synthé nouvel­le­ment produite, ma ligne de basse n’est plus aussi perti­nente qu’au­pa­ra­vant, et que le groove géné­ral du morceau gagne­rait à ce qu’elle soit légè­re­ment modi­fiée.

Ça rolle

Mon but est de dépla­cer tous les Mi de la seconde octave pour les déca­ler par rapport à mes accords. Rien de plus simple : une pres­sion sur le pad corres­pon­dant et les notes sont immé­dia­te­ment sélec­tion­nées sur l’écran. Malheu­reu­se­ment cela ne fonc­tionne pas avec un contrô­leur externe, alors que le son est pour­tant produit et que le pad corres­pon­dant s’al­lume de la même manière que s’il avait été lui-même enfoncé. Tant pis.

Akai MPC Live : piano roll

Le dépla­ce­ment des notes en ques­tion se fait ensuite très faci­le­ment via l’op­tion « nudge » et le gros bouton rota­tif. Je décide en plus de cela d’en choi­sir quelques-unes pour les raccour­cir. Mais malheu­reu­se­ment, si je peux choi­sir tous les événe­ments situés sur une même hauteur de note comme nous l’avons vu, ou encore enca­drer d’un tracé du doigt toute une région donnée, je ne peux pas choi­sir plusieurs notes isolées simul­ta­né­ment. Il faudra donc inter­ve­nir indi­vi­duel­le­ment sur chacune d’entre elles. Dommage.

On regret­tera égale­ment de ne pouvoir accé­der ici direc­te­ment qu’au para­mètre de vélo­cité. Impos­sible de régler l’in­ten­sité de l’af­ter­touch, par exemple. Mais on peut y accé­der dans la version logi­cielle.

Arrivé à ce stade de ma produc­tion, je ne suis pas encore tota­le­ment satis­fait de cette fichue ligne de basse. En effet, l’at­taque du son me semble un peu trop franche.

 

Dans le cambouis…

Akai MPC Live : program edit

Direc­tion donc la section « program edit », dans laquelle je peux modi­fier tous les para­mètres sonores que je souhaite au sein des  instru­ments et « drum kits » d’Akai, mais égale­ment au sein des plug-ins tiers (dans le cas de l’em­ploi de la MPC comme contrô­leur), ce qui s’avère être abso­lu­ment cool.

Par contre, je ne comprends pas tout de suite : j’ai modi­fié mon attaque sur mon son de basse, mais la modif ne semble pas concer­ner toutes les notes. C’est parce que pour les instru­ments virtuels d’Akai, lesdites notes sont répar­ties sur plusieurs « keygroups », des groupes de notes qui peuvent béné­fi­cier chacun de réglages diffé­rents. C’est là aussi plutôt une très bonne idée, mais cela peut s’avé­rer dérou­tant au début.

…avec les outils de la MPC

En ce qui concerne d’ailleurs la modi­fi­ca­tion des para­mètres, l’in­ter­face des MPC Touch et Live est très bien pensée. Dans mon cas j’ai cliqué sur le segment graphique repré­sen­tant l’at­taque de mon son, et j’ai fait glis­ser mon doigt sur l’écran pour l’al­lon­ger. Mais j’au­rais égale­ment pu modi­fier le para­mètre grâce au gros bouton rota­tif, ou encore double-cliquer dessus pour en affi­cher une version plein écran et plus précise, ou enfin agir via les boutons q-link.

Akai MPC Live : q link

Ceux-ci béné­fi­cient d’une affec­ta­tion dyna­mique par défaut qui couvre quasi­ment toutes les fonc­tion­na­li­tés propo­sées par la MPC Live et les plug-ins Akai ou autres. Ils ont leur propre écran de para­mé­trage (que je n’avais pu tester sur la Touch, car la page était annon­cée « Coming soon », merci le marke­ting douteux de la marque…) qui permet de défi­nir le compor­te­ment de chaque bouton en fonc­tion du contexte.

Et si en cours de produc­tion, vous mani­pu­lez l’un de ces boutons sans plus trop savoir ce que vous faîtes, car il ne corres­pond pas à l’une des fonc­tions que vous avez affi­ché à l’écran, pas de panique : une pres­sion prolon­gée sur le sélec­teur « q-link » vous fera affi­cher en surim­pres­sion la banque de Macro para­mètres à laquelle appar­tient celui que vous êtes en train de modi­fier. Très très bien vu.

En revanche, on regret­tera que le mode « learn » des « q-links » coupe le play­back du morceau en cours, ce qui est parfai­te­ment incom­pré­hen­sible et limite forte­ment les possi­bi­li­tés d’af­fec­ta­tions en live.

Akai MPC Live : pad XY

En aparté, un dernier mot sur les possi­bi­li­tés de modu­la­tions de para­mètres : la fonc­tion pad XY avec la possi­bi­lité d’af­fec­ter un effet diffé­rent à chaque axe est un vrai bonheur à utili­ser, malgré quelques petites limi­ta­tions (cf test de la MPC Touch).

Mais ne nous évadons pas trop loin, nous avons un morceau à finir ! La prochaine étape va consis­ter à orga­ni­ser toutes nos petites séquences.

Au suivant !

Je n’avais pas dans l’idée d’écrire une sympho­nie, juste un petit enchaî­ne­ment propo­sant une base ryth­mique à laquelle s’ajou­te­rait rapi­de­ment une basse et enfin, dans un dernier temps, une suite d’ac­cords de synthé, soit trois séquences au total. Dans l’écran prin­ci­pal, il est extrê­me­ment facile de dupliquer des séquences et des tracks entre elles ou de les suppri­mer… sauf quand on souhaite copier une track d’une séquence vers une autre. En effet, il n’existe pas d’op­tion permet­tant simple­ment défi­nir une autre séquence de desti­na­tion lorsque l’on copie une track, et il nous faut passer par un petit worka­round. Pas très grave mais un peu étrange tout de même. Quoi qu’il en soit, j’ob­tiens rapi­de­ment mes trois séquences, dont il s’agit main­te­nant d’or­ga­ni­ser l’en­chaî­ne­ment.

Akai MPC Live : new song

Là, je repré­cise que toutes les opéra­tions que j’ai effec­tuées jusqu’à présent se sont faites sans aucune inter­rup­tion de son, à l’ex­clu­sion du moment où j’ai voulu affec­ter manuel­le­ment des fonc­tions aux q-links via le midi learn. Donc jusque-là, on peut dire que la MPC mérite globa­le­ment son appel­la­tion « Live ».

J’or­ga­nise l’ordre de mes séquences tranquille­ment via l’op­tion « next sequence », quand me prend l’en­vie folle de n’en faire qu’une seule séquence à réin­té­grer telle quelle dans mon morceau pour ensuite le déve­lop­per.
Et là c’est le drame : cela se fait par l’in­ter­mé­diaire d’un export qui coupera obli­ga­toi­re­ment la sortie audio. Impos­sible égale­ment d’en­re­gis­trer l’in­té­gra­lité des séquences via le sampler interne.

En consé­quence, oubliez tout export ou trans­fert de votre morceau en une seule séquence en live. Oubliez égale­ment toute possi­bi­lité de mixer votre morceau en live : le mixage ne peut se faire que par séquence, mais pas sur l’en­semble d’un morceau… À moins d’ex­por­ter votre morceau en une séquence mais alors vous obte­nez une belle coupure de son… Et ceci est valable aussi bien en utili­sa­tion stan­da­lone qu’en utili­sa­tion « control­ler ». Mais comme je l’avais souli­gné déjà dans le précé­dent test, le mode « song » n’est vrai­ment pas le mieux implé­menté des modes de créa­tion dans la MPC. Par

Akai se lance dans le clip

Et puisque j’évoque des problèmes liés au work­flow, c’est l’oc­ca­sion de parler des clips, la nouvelle fonc­tion présente tout d’abord sur les MPC Live et MPC X, puis implé­men­tée égale­ment dans la version 2.0 du logi­ciel MPC et donc égale­ment utili­sable main­te­nant sur la MPC Touch.

L’idée est de pouvoir envoyer des clips à la manière d’Able­ton Live, sauf que c’est encore très embryon­naire et que l’on ne saisit pas forcé­ment l’avan­tage par rapport aux modes exis­tants de lance­ment de sons via les pads.

Les possi­bi­li­tés d’en­chaî­ne­ments entre les clips notam­ment sont très faibles. Tout d’abord, tout comme dans le mode « next sequence », il n’y a pas de mode legato non plus dans les clips. Au contraire d’Able­ton Live ou de Bitwig Studio, on ne trouve pas non plus de de program­ma­tion de « next action ».

La mani­pu­la­tion pour mettre les clips en boucle est un peu fasti­dieuse, tout comme l’est celle qui permet de ne déclen­cher qu’un seul clip quand une séquence de clips a déjà été préa­la­ble­ment enre­gis­trée. Au final, il s’agit là égale­ment d’une fonc­tion d’ont on espère qu’elle fera l’objet d’une mise à jour.

Mais je reviens à mon morceau, auquel j’ai­me­rais juste rajou­ter une pointe de distor­sion sur mes accords de synthés. Mais atten­tion, pas n’im­porte quelle distor­sion : celle de mon très cher plug-in Ohmi­cide.

Et pour accom­plir cette tâche, il nous faut main­te­nant aban­don­ner le mode auto­nome de la MPC pour le mode control­ler, et lancer le logi­ciel sur l’or­di­na­teur.

Le monde virtuel

Nous voici donc devant la version numéro 2 du logi­ciel MPC. Celle-ci apporte prin­ci­pa­le­ment deux grandes nouveau­tés, à savoir la gestion des clips dont j’ai exprimé tout le « moyen­ne­ment bien » que j’en pensais, et l’ap­pa­ri­tion très atten­due du time stretch et du pitch shif­ting en temps réel. Tout cela permet au soft d’être plei­ne­ment raccord avec les fonc­tion­na­li­tés « warp » (voir plus haut) présentes dans l’uti­li­sa­tion stan­da­lone de la MPC Live. Pour­sui­vons.

Akai MPC Live : MPC soft

Une fois lancé le soft MPC et avoir fait bascu­ler l’ap­pa­reil du mode stan­da­lone au mode control­ler, je me dis que je pour­rais très certai­ne­ment récu­pé­rer mon projet en cours direc­te­ment depuis le disque dur de la MPC dans le logi­ciel. Que nenni ! L’ac­cès au disque dur de la machine est prohibé, obli­ga­tion est donc de trans­fé­rer l’en­semble d’un projet de la MPC vers une unité de sauve­garde externe pour ensuite récu­pé­rer le contenu sur votre ordi­na­teur. Toute­fois, la MPC pouvant faire office de hub, vous n’au­rez pas besoin de décon­nec­ter et recon­nec­ter quoi que ce soit, il suffira de faire passer votre appa­reil en mode control­ler pour que toute unité de stockage connec­tée à lui soit immé­dia­te­ment recon­nue par l’or­di­na­teur.

Il en va de même pour tout projet que vous souhai­te­riez faire bascu­ler de votre ordi­na­teur vers la MPC en mode stan­da­lone : passage obli­ga­toire par un disque dur ou une clé USB externe. Et atten­tion à bien penser à expor­ter en fichier audio toutes vos pistes conte­nant des plug-ins tiers, ceux-ci ne pouvant bien entendu pas être instal­lés sur la MPC Live. En ce qui concerne les expan­sion packs d’Akai en revanche, ils peuvent être trans­fé­rés vers la MPC mais tout comme les projets, cela se fera via l’in­ter­mé­diaire d’une mémoire externe. Le partage des projets et des ressources logi­cielles reste donc perfec­tible entre la MPC Live et son logi­ciel dédié. Par contre, sans surprise et à l’image de la Touch, la MPC Live se comporte comme un excellent contrô­leur dudit logi­ciel. On ne perçoit aucune diffé­rence sur l’écran de la machine entre l’uti­li­sa­tion stan­da­lone et l’uti­li­sa­tion en mode contrô­leur, et le passage de l’une à l’autre se fait de manière abso­lu­ment fluide.

On appré­ciera par ailleurs le fait que les drivers ASIO soient multi­clients et que l’on puisse ainsi ouvrir, sur PC, autant d’ap­pli­ca­tions audio que l’on souhaite tout en conti­nuant à béné­fi­cier de la fonc­tion­na­lité « carte son » de la bête. Et tout comme pour la MPC Touch, quand on utilise le logi­ciel MPC comme plug-in dans une autre DAW, on peut bascu­ler du contrôle du plug-in MPC à celui du reste de la DAW hôte instan­ta­né­ment. Ce genre de fonc­tion­na­lité n’est pas nouveau, mais ça fait toujours plai­sir.

J’ar­rive à la fin de ma démons­tra­tion. Il ne me reste plus qu’à effec­tuer un petit export de mon projet format de mon choix (wav, aiff ou mp3), et le tour est joué !

Et concrè­te­ment, pour les oreilles ?

Avant de conclure, je voudrais juste ajou­ter quelques mots sur les banques de sons et plug-ins livrés avec la MPC. 10 giga-octets sont préins­tal­lés dans la machine, et une ving­taine de gigas supplé­men­taire est télé­char­geable gratui­te­ment en packs d’ex­pan­sion.

Et pour la partie plug-ins, Akai nous propose quelques excel­lents synthé­ti­seurs de la branche instru­ments virtuels de la maison mère InMu­sic, à savoir AIR Instru­ments, avec notam­ment les très bons Loom et Hybrid 3. Et je vous propose d’ailleurs juste quelques petits exemples person­nels de mise en situa­tion des sons de la bête, avec pour les trois derniers morceaux l’ajout de certains plug-ins supplé­men­taires.

 

With a little help from my Twist
00:0001:03
  • With a little help from my Twist 01:03
  • With a bit of Massive 00:45
  • With a bit of Absynth 00:59
  • Techno 00:18
  • Hip Hop 00:21
  • Future House 00:21
  • DnB 00:12

Conclu­sion

Comme je l’ai mentionné en intro­duc­tion, la MPC Live partage énor­mé­ment de carac­té­ris­tiques communes avec la MPC Touch. J’y ai ainsi retrouvé tout ce qui m’avait plu dans cette dernière, à savoir une excel­lente gestion du tactile, la grande qualité des pads, une ergo­no­mie globa­le­ment très bien pensée, la parfaite osmose du contrô­leur (je dis bien du contrô­leur !) et de son logi­ciel, la variété des méthodes possibles pour accom­plir une tâche… Variété qui peut toute­fois conduire à la multi­pli­ca­tion un peu inutile de certains modes qui méri­te­raient peut-être d’être réunis. D’autres modes en revanche méritent même carré­ment d’être repen­sés, comme le nouveau mode « clips » ou le plus ancien mode « song » qui ne s’in­tègrent à mon sens pas encore de manière tota­le­ment fluide dans le work­flow. Notam­ment en ce qui concerne le mode song, le fait que son utili­sa­tion implique l’ar­rêt de la lecture sonore peut s’avé­rer éven­tuel­le­ment problé­ma­tique, surtout en… live. Ensuite, les partages de fichiers entre l’or­di­na­teur et la MPC pour­raient s’ef­fec­tuer de manière plus directe que via l’em­ploi d’uni­tés de stockage externe : on regrette de ne pouvoir accé­der direc­te­ment à partir de l’or­di­na­teur au contenu du disque dur interne de la MPC. Enfin, on regret­tera que la sortie casque soit couplée avec la première des trois sorties stéréo de l’ap­pa­reil. Mais tout ceci ne doit pas occul­ter une chose : Akai est revenu dans le monde des instru­ments de musique auto­nomes. Et si grâce à sa nouvelle machine, la marque ne parve­nait pas pour une quel­conque raison à se récon­ci­lier avec ses anciens utili­sa­teurs, elle pour­rait bien convaincre les aficio­na­dos de la MAO comme moi à faire évoluer leurs habi­tudes !

8/10
Points forts
  • Toutes les qualités de la MPC touch
  • L’aspect autonome de la bête
  • L’ergonomie générale
  • La grande qualité des banques sonores
  • L’osmose du contrôleur et de son logiciel
Points faibles
  • Tous les défauts de la MPC Touch
  • Certains modes mériteraient d’être regroupés
  • Le mode song qui ne s’inclut pas de manière fluide dans le workflow.
  • Le partage des fichiers entre le mode standalone et le mode controller qui pourrait être moins contraignant.
  • L’impossibilité pour le moment d’accéder directement au disque dur de la MPC depuis l’ordinateur

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.