Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
UVI Falcon
Photos
1/115

Test UVI Falcon

Synthé virtuel hybride de la marque UVI

Prix public : 315 € HT
Acheter
test vidéo
58 réactions
Un oiseau de poids
9/10
Award Valeur sûre 2015
Partager cet article

UVI fonce en piqué sur le monde de la synthèse virtuelle, en proposant Falcon, un synthé doté de caractéristiques affolantes sur le papier. Si son ascendance semble évidente, voyons ce que cachent toutes les promesses affichées.

Entre repro­duc­tions les plus fidèles, ou se voulant telles, de monstres de l’his­toire de la synthèse et des versions origi­nales utili­sant des tech­niques plus ou moins inusuelles, se placent des logi­ciels instru­ments virtuels, conçus comme des addi­tions de toutes les tech­niques exis­tantes, ou presque. Les ordi­na­teurs récents, avec leur puis­sance de calcul phéno­mé­nale pour des solu­tions « domes­tiques », permettent en effet de mélan­ger allè­gre­ment des synthèses depuis long­temps maîtri­sées, mais extrê­me­ment gour­mandes en ressources CPU. Les synthèses granu­laires ou addi­tives, par exemple, pouvaient mettre rapi­de­ment à plat une bécane si l’on se montrait trop géné­reux sur la préci­sion, le nombre de bandes, d’har­mo­niques, etc. Et même sur des tech­niques bien connues et répu­tées moins consom­ma­trices de ressources, comme la synthèse sous­trac­tive, faire tour­ner un Diva ou certains ensembles Reak­tor peut rapi­de­ment faire douter de la puis­sance de son ordi. Il faut alors ouvrir un projet dans sa STAN avec 200 pistes et autant d’EQ, de compres­seurs plus une ving­taine de réverbes pour se rassu­rer…

Mais reve­nons à nos moutons : un monstre comme Omni­sphere, par exemple, mélange allè­gre­ment synthèse à base d’échan­tillon­nage, synthèses sous­trac­tive, granu­laire, FM, etc. Mach­Five 3 a lui aussi fait très fort du temps de sa sortie (2012, voir le test ici), avec son mélange de synthèses diverses, d’échan­tillon­nage, de possi­bi­li­tés de scripts, d’ef­fets, etc. Reak­tor n’est pas mal loti non plus, les possi­bi­li­tés semblant seule­ment limi­tées par les ressources CPU qui sont ample­ment solli­ci­tées.

Nous mettrons volon­tai­re­ment de côté les outils que l’on pour­rait quali­fier de « simples » échan­tillon­neurs, comme Kontakt, Inde­pen­dence Pro (malgré le nombre de filtres, modu­la­teurs et autres éléments à insé­rer dans le chemin du signal dispo­nible dans les uns et les autres, permet­tant une approche quasi modu­laire de l’échan­tillon­nage), voire les cas un peu à part comme Tera 3 ou Cube 2 de VirSyn, Alchemy (main­te­nant chez Apple), Serum de Xfer Records, Iris et Iris 2 d’iZo­tope et autres synthés mélan­geant lecture de tables d’ondes (ce qui corres­pond ni plus ni moins qu’à une utili­sa­tion spéci­fique d’échan­tillons) et autres tech­niques.

Et voici qu’UVI nous présente, sans que l’on s’y attende le moins du monde, un nouveau synthé, un nouvel envi­ron­ne­ment de synthèse, repre­nant des choses que l’on a aperçues, voire clai­re­ment iden­ti­fiées aupa­ra­vant, avec Falcon. 

 

Intro­du­cing UVI Falcon

Vendu 388,79 euros TTC (on appré­ciera la préci­sion du montant), Falcon devra être télé­chargé depuis le site de l’édi­teur après achat, en prenant soin de prendre les deux fichiers, l’ins­tal­leur (à peu près 360 Mo) et la banque de son d’usine (628 Mo, utili­sant le format compressé .ufs, spéci­fique à la plate­forme UVI Engine de l’édi­teur).

UVI Falcon : Logic Pro XScreenSnapz004

On dispo­sera après instal­la­tion d’une appli­ca­tion auto­nome et de plug-ins aux formats VST, AU, AAX pour Windows (à partir de Windows 7) et Mac (à partir de Mac OS 10.7), le tout en 64 bits natif (l’au­dio en interne est géré en 32 bits flot­tants). Falcon pourra impor­ter direc­te­ment les banques .ufs, le format de l’édi­teur, bien entendu, ainsi que l’AIFF, le Caf, les Wave et Wav64, le SFZ, le SND, le FLAC (le format retenu par UVI pour la gestion de l’au­dio, le plus rapide en décom­pres­sion temps réel et permet­tant un taux de compres­sion jusqu’à 7:1, comme nous l’a fait remarquer le déve­lop­peur du logi­ciel), les MP3 et MP4, les formats REX 1 et 2, et le SDII, avec une conver­sion à la volée, selon toutes les réso­lu­tions et fréquences d’échan­tillon­nage. Plutôt complet, n’est-ce pas ?

UVI a adopté le nouveau système iLok License Mana­ger, qui permet d’ins­tal­ler les trois (merci !) auto­ri­sa­tions four­nies indif­fé­rem­ment sur clé (iLok1 ou 2) ou sur le disque dur. Petit apparté à ce sujet : je ne saurais trop conseiller de prévoir, en cas d’uti­li­sa­tion sur disque dur (en fait, ça ne se limite pas au disque dur, mais à la confi­gu­ra­tion), l’ins­tal­la­tion d’une des licences sur une clé iLok de secours. En effet, les gens d’iLok sont quasi injoi­gnables, et ayant eu un problème il y a trois mois avec mon précé­dent portable (foutu, carte mère HS), j’ai pu récu­pé­rer mon HD, mais pas les licences iLok, liées à cet ordi spéci­fique. Car, pour pouvoir récu­pé­rer une licence, il faut la désins­tal­ler de la confi­gu­ra­tion précé­dente, or c’est impos­sible si l’ordi est défi­ni­ti­ve­ment hors service. La copie d’une des trois licences sur une clé dédiée permet alors de la trans­fé­rer en cas de besoin. Dans mon cas, il a fallu rentrer en contact avec les éditeurs, qui m’ont redonné une licence complète (car le fait de désac­ti­ver une licence de chez eux désac­tive toutes les auto­ri­sa­tions sur les autres béca­nes…). Fin de l’apar­té…

Copieuse archi­tec­ture

Avant de faire le tour du logi­ciel, il faut tout de suite tenter de répondre à la ques­tion qui est passée par toutes les têtes : Falcon est-il Mach­Five 4 ? En effet, l’ar­chi­tec­ture, les carac­té­ris­tiques, le déve­lop­peur (UVI signe l’UVI Engine au cœur du logi­ciel de MOTU), tout semble corres­pondre point par point. Sauf que.

UVI Falcon : FalconScreenSnapz001

L’UVI Engine en ques­tion s’est vu gran­de­ment amélioré depuis 2012, date de sortie de Mach­Five 3. Il présente de nombreuses amélio­ra­tions, ainsi que des modules de sons, d’ef­fets et de modu­la­tions inédits, au sens non inté­grés à Mach­Five. Donc, le client poten­tiel se retrouve face à ce qui pour­rait sembler deux produits semblables, ce qui n’est pas le cas vu les nombreuses amélio­ra­tions appor­tées, et, de plus, rien ne dit que Mach­Five béné­fi­ciera d’une mise à jour (évidem­ment, il n’a pas été possible d’ob­te­nir confir­ma­tion ou infir­ma­tion à ce sujet…). Le pavé sur le site d’UVI titré « Conçu pour durer » et insis­tant sur « _Soyez certain que vos projets conti­nue­ront de fonc­tion­ner dans les hôtes modernes et les futurs systèmes d’ex­ploi­ta­tion _[…] _vous profi­te­rez de mises à jour régu­lières qui vous assu­re­ront d’avoir toujours une longueur d’avance_ » peut néan­moins être vu comme une des clés de réponse (sous toutes réserves, évidem­ment).

Passons donc aux nouveau­tés, puisque les autres éléments sont déjà là depuis Mach­Five 3, dont on pourra relire le test ici si besoin. Loin d’être un simple lecteur de banques d’échan­tillons, heureu­se­ment d’ailleurs, puisque les déve­lop­peurs ne se sont pas encore bous­cu­lés pour créer des biblio­thèques utili­sant spéci­fique­ment les possi­bi­li­tés de scripts de l’en­gin (écrits en LUA, ce qui selon le déve­lop­peur de Falcon, permet autant de choses que dans Kontakt, par exemple, mais de façon bien plus rapide et pratique que dans l’échan­tillon­neur de Native, le langage utilisé par ce dernier étant proprié­taire), Falcon est aussi et surtout un énorme envi­ron­ne­ment de synthèse, puisqu’in­cluant pas moins de 15 types d’os­cil­la­teurs diffé­rents. Son côté sampleur reste bien sûr encore très perfor­mant, même si Falcon perd un certain nombre de compa­ti­bi­li­tés avec les formats d’échan­tillon­neurs plus anciens (Akai, Emu, Kontakt 4, S700, etc.). Ce qui somme toute semble normal, l’ar­chi­tec­ture utili­sant du script maison, des incom­pa­ti­bi­li­tés défi­ni­tives peuvent être consta­tées.

UVI Falcon : FalconScreenSnapz002

Au menu des oscil­los déjà présents dans la précé­dente version de l’UVI Engine : Analog, Analog Stack, Drum, FM (quatre opéra­teurs), Noise, Organ, Wave­table, Sample, Slice, Stretch, Ircam Granu­lar, Ircam Stretch. Sont ajou­tés aujour­d’hui, Scrub, Ircam Multi Granu­lar et Pluck, plus quelques modi­fi­ca­tions appor­tées à Noise (nouveaux types de bruits, Crackle, Logis­tic, Dust et Velvet), Wave­table (avec la recon­nais­sance de tables multiples et l’ajout d’un Wave Index permet­tant de sélec­tion­ner le point de lecture, ainsi que l’af­fi­chage dans l’écran de la posi­tion, visua­li­sa­tion bien pratique), un nouveau mode Unison pour Analog et Wave­table, etc.

Au niveau des effets, pas mal de nouveau­tés aussi, soit dans l’ap­pa­ri­tion de nouveaux trai­te­ments (Tilt Filter, Redux, Dual Delay, Vowel Filter, etc.) soit dans des modi­fi­ca­tions/amélio­ra­tions des modules exis­tants (un pré-délai dans Spark­Verb, par exemple) de même que du côté des proces­seurs MIDI et de modu­la­teurs (lecteur de MIDI­file, Drunk pour ajou­ter des mouve­ments aléa­toires aux desti­na­tions visées, un nouvel ADSR façon vintage ainsi que la possi­bi­lité de dessi­ner ses propres formes d’ondes dans le LFO, une fonc­tion toujours appré­cia­ble… et appré­ciée).

Oscil­los à l’envi

Reve­nons sur les nouveaux oscil­la­teurs. Pluck, d’abord, qui, comme son nom l’in­dique, est dédié à la synthèse de sons à base de cordes, utili­sant un prin­cipe de modé­li­sa­tion physique, un algo­rithme Karplus-Strong modi­fié par l’édi­teur, basé sur un mélange d’échan­tillon (initia­le­ment un bruit blanc, ou cycle unique d’une forme d’onde), de ligne de retard et de synthèse sous­trac­tive suivant un circuit en feed­back (voir plus d’ex­pli­ca­tions ici).

UVI Falcon : Falcon002

Falcon permet de partir d’un échan­tillon de diverses prove­nances, plus riches que les utili­sa­tions origi­nelles dans l’al­go­rithme : ainsi, la biblio­thèque d’usine offre six familles d’échan­tillons, Attack, Basic, Bass, Bowed-Brush, Long-FX et Metal, propo­sant cycles uniques tout aussi bien que formes d’ondes plus complexes, dont on peut modi­fier à loisir les points de bouclage (Start et End). Si néces­saire, on peut aussi impor­ter ses propres samples (via glis­ser-dépo­ser, entre autres), sans obli­ga­tion d’uti­li­ser un cycle unique, ce qui permet d’em­me­ner Pluck vers d’autres hori­zons que la simple repro­duc­tion de corde pincée ou frap­pée. On peut ensuite doser les volumes des trois sources d’ex­ci­ta­tion, échan­tillon, donc, synthé et bruit. Un réglage Bright­ness opère comme une PWM, ajou­tant de la brillance au son, un module Pick Filter permet d’ajou­ter un effet de plectre (avec inten­sité et posi­tion), Contour permet de filtrer le son en rela­tion avec Dyna­mics (qui réagit à la vélo­cité). Finger permet­tra de produire des partiels sur la fonda­men­tale, partiels harmo­niques ou harmo­niques. On pourra simu­ler la présence d’une ou deux cordes selon plusieurs confi­gu­ra­tions, et réglages d’ac­cor­dage grâce à Tuning & Coupling. Enfin, l’édi­teur insiste sur sa volonté de produire une chute natu­relle du son, et a implé­menté à cet effet un module complet, Decay. Au menu, le temps de chute, de brillance ou non (via un Shelf), de perte d’ai­gus (via un LP) et de release, ainsi que plusieurs types de filtres permet­tant ces réglages d’amor­tis­se­ment de fréquences (quatre diffé­rents, au compor­te­ment plus ou moins radi­cal).

Voici quelques exemples à partir des sons de la biblio­thèque et de réglages maison autour de sono­ri­tés carac­té­ris­tiques de l’os­cillo.

00:0000:00

Puis quelques exemples effec­tués en utili­sant des échan­tillons maison, ainsi que les possi­bi­li­tés de trai­te­ment (effets) de Falcon.

00:0000:00
UVI Falcon : Falcon006

Autre oscil­la­teur, complé­tant les modules utili­sant des tech­niques de l’IR­CAM, Scrub. Ce module est semblable au module Granu­lar, les fonc­tions et para­mètres repre­nant certaines de ce dernier, et étant de toute façon basé sur le même algo­rithme (sur les trai­te­ments de l’IR­CAM, on pourra aussi lire le test de l’IR­CAM TS Lab, présen­tant notam­ment le SuperVP). Son rôle, comme son nom l’in­dique, est de permettre un effet de Scrub à partir d’un échan­tillon, avec réglages notam­ment de vitesse, posi­tion et direc­tion, taille de la fenêtre d’ana­lyse (avec over­sam­pling et recou­vre­ment, atten­tion, gour­man­dise en CPU augmen­tant avec les valeurs élevées), et choix d’une option de compor­te­ment de l’os­cil­la­teur, en fonc­tion des tran­si­toires, de la forme d’onde, de la forme dyna­mique (Enve­lope) ou de « phase locking » de l’image stéréo.

Enfin, dernière nouveauté niveau oscil­la­teurs, IRCAM Multi Granu­lar, reprend toutes les fonc­tions du module IRCAM Granu­lar, en permet­tant de spéci­fier un certain nombre de voix simul­ta­nées (jusqu’à huit, atten­tion au CPU), et de régler leur posi­tion et durée rela­tives. On trouve aussi deux para­mètres supplé­men­taires, Reverse, qui inverse le sens de lecture des grains (celui de la lecture globale étant réglé avec Direc­tion) et Dura­tion Varia­tion, intro­dui­sant des chan­ge­ments de taille des grains. Là encore, sans surprise tant les produits incluant les tech­no­lo­gies IRCAM sont perfor­mants, l’os­cil­la­teur permet bien des choses en termes de sound design. Des heures d’ex­plo­ra­tion garan­ties…

Quelques sons passant dans ce nouvel oscillo :

00:0000:00

Bilan

Ce test seul ne suffi­rait pas à détailler tous les chan­ge­ments appor­tés au moteur inclus à l’ori­gine dans Mach­Five, et ample­ment amélioré pour Falcon. L’orien­ta­tion choi­sie par UVI est main­te­nant clai­re­ment diri­gée vers une synthèse hybride, lais­sant un peu de côté l’échan­tillon­nage façon grosse banque de sons (même si les options sont toujours dispo­nibles). On peut s’at­tendre par exemple à des déve­lop­pe­ments par des éditeurs tiers de biblio­thèques de sons utili­sant toutes les ressources du logi­ciel en termes de synthèse et d’ef­fets.

Une des grandes forces de Falcon est d’of­frir tous les modules IRCAM, bien entendu. Mais le nombre d’os­cil­los et filtres maison n’est pas à négli­ger, le savoir-faire de l’édi­teur étant reconnu (leur moteur audio était au cœur des premiers produits Spec­tra­so­nics, et l’on retrouve toujours trois de ces filtres UVI dans Omni­sphere 2, par exemple). Les effets ne sont pas en reste, qu’il s’agisse des réverbes Spark­Verb ou de la nouvelle convo­lu­tion IReverb (livrée avec de très nombreuses IR, dont un certain nombre issues de réverbes maté­rielles que l’on n’aura aucun mal à iden­ti­fier, ayant même eu la surprise d’y retrou­ver mon KSP-8…), des délais et filtres, etc.

On dira pour conclure que Falcon propose un univers de synthèse très inté­res­sant, inté­grant de multiples sources et trai­te­ments, qui peut être un très bon moyen d’en­trée dans un monde multi-synthèse. On pourra parfois souhai­ter une ergo­no­mie plus simpli­fiée à certains endroits (on peut, notam­ment au début, se perdre dans l’ar­chi­tec­ture des Parts, Program, Layer, Keygroup, etc., malgré le Tree List), mais l’er­go­no­mie d’en­semble est, elle, très bien conçue. Au vu de toutes ses quali­tés, on accorde volon­tiers à Falcon un Award Valeur Sûre.

  • UVI Falcon : Safari001
  • UVI Falcon : FalconScreenSnapz001
  • UVI Falcon : FalconScreenSnapz002
  • UVI Falcon : FalconScreenSnapz003
  • UVI Falcon : Falcon001
  • UVI Falcon : Falcon002
  • UVI Falcon : Falcon003
  • UVI Falcon : Falcon004
  • UVI Falcon : Falcon005
  • UVI Falcon : Falcon006
  • UVI Falcon : Logic Pro XScreenSnapz001
  • UVI Falcon : Logic Pro XScreenSnapz002
  • UVI Falcon : Logic Pro XScreenSnapz003
  • UVI Falcon : Logic Pro XScreenSnapz004

 

On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine Voir tous les épisodes de "On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine"
9/10
Award Valeur sûre 2015
Points forts
  • Concept
  • Réalisation
  • Son global
  • Modules IRCAM
  • Très nombreux modules de traitements
  • Multi-synthèse
  • Gestion multicanal complète
  • Bibliothèque de grande qualité
  • Sons immédiatement source d’inspiration
  • Idéal pour les amoureux de la bidouille sonore
  • Optimisation des ressources
  • Macros sur la page Infos
  • Implémentation des MIDI Learn et OSC
Points faibles
  • Certains points d’ergonomie
  • Certains modules très gourmands en CPU

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.