Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
test vidéo
70 réactions
Des ronds dans l’Orb
9/10
Award Valeur sûre 2015
Partager cet article

Si savoir se faire attendre implique une quelconque équivalence en termes de qualités, nul doute que la version 2 d’Omnisphere doit être parée de nombre d’entre elles. Pour en avoir le cœur net, faisons le tour du logiciel.

Dans le monde du logi­ciel, certains éditeurs semblent être passés maîtres dans la gestion des attentes du consom­ma­teur, et de (l’éven­tuelle) frus­tra­tion qui peut en décou­ler. « Ah, je n’ar­rive pas à finir ce son, si seule­ment j’avais la nouvelle version de… (placer le nom de tel ou tel logi­ciel), je suis sûr que j’y arri­ve­rais rapi­de­ment.  ». Même si cela semble exagéré, ce type de réac­tion est entendu assez fréquem­ment, du moins parmi les personnes pensant que l’ou­til prime sur les idées. Reste que, dans le respect des règles du marché, nombreux sont ceux à créer des attentes. On avait pesté en son temps contre Apple, qui avait mis quatre ans à nous propo­ser une mise à jour sérieuse de son logi­ciel, mise à jour atten­due non pour soif consu­mé­riste de nouveau­tés, mais parce que les défauts, bugs et problèmes étaient nombreux et connus depuis fort long­temps.

En est-il de même avec Omni­sphere ? Non. Conçu comme une sérieuse évolu­tion d’Atmos­phere, le précé­dent synthé multi­tâche de Spec­tra­so­nics, avec quand même une nette spécia­li­sa­tion dans les sons évolu­tifs, les nappes riches ou éthé­rées, Omni­sphere s’était imposé comme un produit parfai­te­ment maîtrisé, que l’on aime ou pas le prin­cipe utilisé. Les prin­cipes, devrions-nous dire, puisque de nombreux utili­sa­teurs ne se sont servis (et ne se servent toujours) que de la partie à base d’échan­tillons, oubliant que le logi­ciel offre une partie synthèse assez mahousse, n’ayant pas grand-chose à envier aux ténors du genre, voire les battant sur leur propre terrain grâce à des fonc­tions inédites ou implé­men­tées de façon incroya­ble­ment claire et effi­cace.

Par effet quasi­ment inverse, l’at­tente d’une nouvelle version était moti­vée par la curio­sité, un apport de nouveaux samples ou fonc­tions, mais rien qui a priori améliore de façon signi­fi­ca­tive un logi­ciel déjà parfai­te­ment auto­nome.

Voici donc, sept ans près, une éter­nité dans le monde logi­ciel (éter­nité plus un mois, l’édi­teur ayant retenu les versions envoyées à fin de tests, comme motivé par une quel­conque peur d’une infor­ma­tion empê­chant la vente massive dès la sortie…), la version 2 d’Om­ni­sphere. Que propose-t-elle ?

Intro­du­cing Spec­tra­so­nics Omni­sphere

Machine de test

MacPro Xeon 3,2 GHz
OS 10.10.3
Spec­tra­so­nics Omni­sphere 2.0.3d
Logic Pro X 10.1.1

Quatre solu­tions sont propo­sées pour l’ac­qui­si­tion du logi­ciel, toujours via l’On­line Tech­shop (peuvent pas dire Store comme tout le monde ?) ou en direct auprès des reven­deurs (l’im­por­ta­teur histo­rique, Univers Sons, semble avoir été écourté). L’achat sans upgrade coûtera 399 euros. L’up­grade Stan­dard, pour les posses­seurs d’Om­ni­sphere 1, leur en coûtera 249 $. À noter que les utili­sa­teurs d’At­mos­phere peuvent passer à Omni­sphere 2 pour la même somme. Puis l’up­grade VIP, destiné aux posses­seurs à la fois d’Omni­sphere 1, Trilian et de Stylus RMX, revien­dra à 199 $. Enfin l’up­grade est gratuit pour les clients ayant acheté Omni­sphere 1 entre octobre 2014 et mai 2015.

Une fois les diffé­rentes démarches effec­tuées dans le store (la boîte pour un achat sans upgrade s’achè­tera chez un des reven­deurs agréés), on instal­lera le « Omni­sphere 2 Upgrade Down­load Mana­ger », qui permet­tra de télé­char­ger les 20 Go et quelques de données, présets, formes d’ondes, échan­tillons, ce qui pren­dra le temps que permet votre connexion inter­net, l’in­té­rêt étant que l’on peut couper et reprendre quand on le souhaite, à l’état où le télé­char­ge­ment en est. L’adop­tion d’un tel gestion­naire rejoint une atti­tude que l’on retrouve chez de nombreux éditeurs, sauf que celui de Spec­tra­so­nics ne permet qu’un seul et unique télé­char­ge­ment complet : on a donc inté­rêt à sauve­gar­der rapi­de­ment (et plusieurs fois) le contenu ainsi télé­chargé.

Spectrasonics Omnisphere 2

Cepen­dant, conscient de l’évo­lu­tion de l’en­vi­ron­ne­ment infor­ma­tique (dispa­ri­tion des lecteurs optiques de nombreuses confi­gu­ra­tions), Spec­tra­so­nics compte mettre en place un système de vente sur disque dur (à la façon East­West) et par télé­char­ge­ment (pensez simple­ment que l’ori­gi­nal est fourni via huit DVD…). L’au­to­ri­sa­tion s’ef­fec­tue via un simple numéro de série, merci Spec­tra, mais elle dépend d’un certain nombre de choses au niveau des dossiers, et il vaut mieux suivre à la lettre les instruc­tions. On peut instal­ler le logi­ciel sur plusieurs bécanes, l’in­ter­face de l’édi­teur deman­dant simple­ment de justi­fier le pourquoi des instal­la­tions supplé­men­taires).

Quoi de neuf, docteur ? 

Spectrasonics Omnisphere 2

Évidem­ment, ce qui était à la fois attendu et promis par l’édi­teur est l’im­port de fichiers audio. Chose promise, chose due. Mais il faut dissi­per tout de suite les malen­ten­dus : Omni­sphere 2 ne trans­forme pas Omni­sphere 1 en échan­tillon­neur de la mort qui tue… Non, loin de deve­nir un équi­valent de Kontakt, Mach­Five ou HALion, Omni­sphere 2 se « contente » d’im­por­ter un son pour en tirer une forme d’onde qui sera ensuite utili­sée comme maté­riau de base dans les oscil­la­teurs offerts par le logi­ciel. Pas de stretch, donc une lecture clas­sique de l’échan­tillon (sauf à l’uti­li­ser avec le moteur granu­laire, on y revien­dra), de plus en plus rapide à mesure que l’on monte dans les aigus. Voici une note de piano droit, puis sa lecture à diffé­rentes octaves une fois impor­tée. 

00:0000:00

On l’en­tend, la lecture reste assez propre à toutes les octaves. Je n’ai pas rencon­tré de problèmes parti­cu­liers à l’im­port (atten­tion, Wave ou Aif seule­ment, mono ou stéréo, de 8 à 32 bits), comme il n’y a ni resam­pling, ni analyse pour synthèse addi­tive, l’au­dio importé reste intact. On peut rensei­gner les hauteurs dans les tags du fichier (dans un éditeur externe) ou dans le nom même du fichier, toujours un gain de temps lors de l’im­port.

Évidem­ment, pour tout ce qui est boucles, loops ryth­miques, la fonc­tion n’a pas grand inté­rêt, puisqu’un tempo sera accé­léré ou ralenti avec effet de chan­ge­ment de hauteur (et les marqueurs doivent être inclus, Omni­sphere 2 ne permet­tant pas d’en ajou­ter et/ou reti­rer). Mais n’ou­blions pas que pour ça, l’édi­teur propose Stylus RMX qui gère toutes ces problé­ma­tiques de façon très effi­cace.

Synth harmo­nie et la FM

On l’a dit, Omni­sphere 2 n’est pas un sampler, mais un synthé. Et là, il faut dire que l’édi­teur nous gâte. Aux possi­bi­li­tés déjà assez poin­tues de type synthèse sous­trac­tive offertes par la première version sont ajou­tées de très sérieuses amélio­ra­tions aux quelques outsi­ders qu’étaient la FM, la synthèse granu­laire et les réglages d’Uni­son et Harmo­nia (ces trois derniers regrou­pés sous l’on­glet Mult dans la version 1).

Spectrasonics Omnisphere 2

Commençons par ce dernier : il s’agit d’un proces­seur d’har­mo­nies, qui permet de créer jusqu’à quatre voix simul­ta­nées en plus de la première note jouée. Ces quatre voix peuvent acti­vées, ampli­fiées, trans­po­sées, désac­cor­dées et placées dans l’image stéréo indé­pen­dam­ment. On dispose d’un mix entre note d’ori­gine et harmo­nie(s), ainsi que de présets auxquels on peut rajou­ter les siens. La program­ma­tion est très rapide.

Voici un exemple autour de la note de piano déjà impor­tée (aucune modi­fi­ca­tion de type filtrage, modu­la­tion, etc., pour le moment). Une seule note est donc jouée à la base, et l’ac­cord résulte des réglages d’Har­mo­nia.

00:0000:00

Rajou­tons-un peu de qualité, en para­mé­trant une réponse du filtre et de l’am­pli­tude à la vélo­cité, et en plaçant deux-trois effets par dessus.

00:0000:00

Jusque-là, on reste dans les possi­bi­li­tés déjà présentes dans la première version. Mais l’édi­teur a ajouté une partie lorsque l’on utilise l’Os­cil­la­tor en mode Synth, qui permet de sélec­tion­ner quatre formes d’ondes diffé­rentes par harmo­nie (celle en cours dans l’os­cillo, ou à choi­sir dans le menu offert), de modi­fier indi­vi­duel­le­ment leur forme, symé­trie et synchro et de modi­fier la phase de l’en­semble.

00:0000:00

 Un rappel, on n’uti­lise pour le moment qu’un seul Layer, sans effet, avec un filtre.

Du grain, et tutti quan­tique !

Spectrasonics Omnisphere 2

Autre amélio­ra­tion notable, celle de l’Uni­son (huit voix maxi­mum), qui n’of­frait à l’époque que désac­cor­dage fin et gros­sier, chan­ge­ment d’oc­tave, profon­deur et largeur, et qui gagne deux nouveaux contrôles Analog (chan­ge­ments aléa­toires de hauteur et de phase) et Drift (le déca­lage de hauteur entre les voix de l’Uni­son).

Un exemple de synthé mono avant et après passage par l’Uni­son.

00:0000:00

FM et Ring se voient eux aussi dotés de nombreux para­mètres supplé­men­taires, notam­ment de forme, de symé­trie et de synchro, et surtout la possi­bi­lité de choi­sir libre­ment la forme d’onde du modu­la­teur, parmi toutes celles dispo­nibles dans le synthé.

Toujours sur le même synthé, un exemple de Ring Mod.

00:0000:00

Puis de FM.

00:0000:00
Spectrasonics Omnisphere 2

Mais le plus inté­res­sant reste le moteur granu­laire, sérieu­se­ment étoffé. Car c’est grâce à lui que l’on va pouvoir tirer profit des sons impor­tés. Bien entendu, cette synthèse sera aussi mise à profit (et l’est déjà) dans les nouveaux présets four­nis (plus de 4500 programmes et Sound­Sources). Pour en savoir plus, se réfé­rer aux articles de newjazz, notam­ment cette page et celle-ci.

Reve­nons zaux grains. On peut main­te­nant mani­pu­ler à loisir leur hauteur, leur durée, leur forme dyna­mique et leur posi­tion dans l’image stéréo, en dispo­sant de huit voix par Layer.

Voici plusieurs exemples, repre­nant le son à base de notes de piano. D’abord l’ac­cord joué, puis les trai­te­ments, faisant appel d’abord au réglage Speed, qui permet des effets de time stretch, selon diverses posi­tions qui condi­tionnent l’ordre et la vitesse de lecture des grains (j’ai arrêté l’ac­cord avant sa fin natu­relle, qui semblait infi­nie…).

00:0000:00

En jouant sur Posi­tion, on déter­mine quelle partie du sample est jouée, avec des effets de Time Freeze, le tout (comme pour le réglage Speed) dépen­dant aussi des para­mètres Grain Depth, Inten­sity, Spread, etc.

00:0000:00
Spectrasonics Omnisphere 2

Rappe­lons encore une fois, que l’on n’uti­lise qu’un seul Layer, sans aucun effet…

Évidem­ment (ah ?), la tota­lité des para­mètres peut être auto­ma­ti­sée, résul­tant ainsi dans des effets très parti­cu­liers si dési­rés. Voici l’ac­tion de plusieurs LFO sur diffé­rents para­mètres du moteur granu­laire, cette fois-ci avec la même note char­gée dans les deux layers, et toujours le même accord (et toujours pas d’ef­fets, simple­ment le para­mètre Crush légè­re­ment actif).

00:0000:00

En prenant d’autres Sources dans les Layers et en ajou­tant un effet ici et là, on obtient par exemple ce genre de choses.

00:0000:00

Seule chose à laquelle prêter atten­tion : plus on sophis­tique les réglages et auto­ma­tions de para­mètres du moteur granu­laire, et plus la jauge CPU monte, monte, monte… D’au­tant que l’on peut parfois addi­tion­ner les éléments de synthèse (quand ce n’est pas possible, le petit voyant bleu sous le moteur des diffé­rentes synthèses passe au rouge).

Bilan 

Un seul article comme celui-ci ne suffi­rait pas à dérou­ler toutes les nouveau­tés et fonc­tions d’Om­ni­sphere 2. D’abord la nouvelle inter­face, bien plus grande (parfois trop, car il n’y a aucune option de redi­men­sion, ou de masquage du nouvel onglet de navi­ga­tion à gauche) et les nombreuses amélio­ra­tions de pages de synthèse : Ring Mod, FM et autres moteurs de trai­te­ments béné­fi­cient tous d’un écran ou plusieurs affi­chant formes d’ondes, spirales granu­laires, etc. Une aide bien­ve­nue.

Le navi­ga­teur est lui aussi très bien conçu, dans l’es­prit de ce qui se fait depuis quelques années partout : caté­go­rie, modèle, type, genre, etc., et le système de Tags lors de sauve­gardes, d’en­ri­chis­se­ment des carac­té­ris­tiques d’un son fait gagner beau­coup de temps. Ajou­tons-y l’ef­fi­cace Sound Match, qui permet d’af­fi­cher des sons censés être proches de celui utilisé au moment de la recherche.

Le très effi­cace Orb est toujours aussi inté­res­sant, et un moyen très ludique de produire du son : lancer la boule dans la spirale, c’est rigo­lo… Plus sérieu­se­ment, asso­cié à un Omni TR sur iPad (connexion immé­diate sans soucis, seul reproche, la fenêtre d’au­to­ri­sa­tion de connexion entrante qui s’ouvre systé­ma­tique­ment lorsque l’on ouvre Omni­sphere 2 dans Logic Pro X, malgré la vali­da­tion du pop-up), Omni­sphere 2 est un plai­sir à pilo­ter live, grâce au Live Mode et au Stack Mode.

Les 25 (25 !) nouveaux effets ajoutent encore à la palette sonore du logi­ciel, et les colla­bo­ra­tions effi­caces avec Nomad Factory ou le déve­lop­peur de l’ImpOs­car (Jon Hodg­son, créa­teur ici du Power Filter) pour les précé­dents logi­ciels sont complé­tées par des effets déve­lop­pés par Over­loud, résul­tant en de très belles simu­la­tions d’am­pli. L’In­ners­pace ou le Thrift­shop Spea­ker, qui semblent être des logi­ciels de convo­lu­tion, permettent aussi des choses très inté­res­santes (rêve : dispo­ser du Thrift­shop sous forme de plug-in sépa­ré…).

Les amélio­ra­tions appor­tées à l’ar­pé­gia­teur, les nouveaux sons et formes d’ondes (20 Go de contenu supplé­men­taires, rappe­lons-le), et tout le reste (voir la page nouveau­tés sur le site de l’édi­teur) ajoute à la sensa­tion que Spec­tra­so­nics, éditeur rare au sens où il ne présente un produit nouveau que très rare­ment, a encore réussi son coup. En fait, ce n’est ni une sensa­tion, ni une impres­sion, c’est une réalité : Spec­tra­so­nics a encore réussi son coup. Bravo messieurs.

 

 

 

Télé­char­gez les fichiers sonores (format AIFF)

  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2
  • Spectrasonics Omnisphere 2

 

On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine Voir tous les épisodes de "On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine"
9/10
Award Valeur sûre 2015
Points forts
  • Absolument tout sauf...
Points faibles
  • ... pas de Standalone
  • Pas de manuel fourni autrement qu’en ligne
  • Pop-up d’autorisation de connexion entrante systématique avec Logic
  • Attention au CPU

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.