Se connecter
Se connecter

ou
Créer un compte

ou
Pédago
98 réactions

10 micros dynamiques de référence

Les 10 meilleurs micros dynamiques

A la scène comme au studio, voici la liste des microphones dynamiques les plus utilisés par les professionnels aujourd’hui.

Shure SM57

Sennheiser MD 421 : Shure SM 57

A la ques­tion ‘quel micro emmè­ne­riez-vous sur une île déserte ?’, bien des ingés son arrêtent leur choix sur le SM57, le micro le plus popu­laire au monde après le… SM58. Utilisé sur scène comme en studio, ce dyna­mique cardioïde lancé en 1965 s’avère en effet aussi résis­tant à l’usure qu’au larsen et se montre surtout extrê­me­ment poly­va­lent : c’est en géné­ral l’un des premiers micros que l’on utilise pour enre­gis­trer une caisse claire ou un ampli guitare, deux appli­ca­tions où sa bosse dans les médiums est parti­cu­liè­re­ment appré­ciée.

Et comme en outre on le trouve pour une centaine d’eu­ros…

Shure SM58

AKG D 112 : Shure SM58

Micro­phone le plus vendu au monde pour une centaine d’eu­ros, le SM58 est un micro chant appré­cié pour sa robus­tesse, sa grande tolé­rance au larsen et sa bonne isola­tion aux bruits de mani­pu­la­tion.

Omni­pré­sent dans le monde du Live, il est aussi fréquem­ment utilisé en studio (SM est d’ailleurs l’acro­nyme de Studio Micro­phone) : c’est notam­ment le micro utilisé par Mick Jagger sur l’al­bum Voodoo Lounge des Rolling Stones, ou encore celui qui capta la voix de Kurt Cobain sur Bleach de Nirvana. 

Senn­hei­ser MD 421

Sennheiser MD 421 : AKG MD 421

Très utilisé pour reprendre des amplis guitare ou encore des toms, le MD 421 est un cardioïde doté d’un filtre très effi­cace, avec une posi­tion ‘Musique’ et une posi­tion ‘Voix’. On ne sera pas étonné du coup de le trou­ver devant certains chan­teurs ou présen­ta­teurs dans les années 70.

Vendu aux alen­tours de 400 €, le MD 421 souffre toute­fois du même point faible que le MD 441, à savoir un système de fixa­tion rela­ti­ve­ment fragi­le…

Senn­hei­ser MD 441

Sennheiser MD 421 : MD 441

Conçu comme un MD 421 plus orienté vers le haut médium que vers le bas, le MD 441 est un super-cardioïde qu’on retrouve en studio comme sur scène, que ce soit pour capter une voix (Franck Zappa, les Carpen­tiers) ou le timbre d’une caisse claire.

Avec un prix se situant aux alen­tours de 800 €, il est certes l’un des plus chers parmi les dyna­miques et on regrette d’au­tant plus que son système de fixa­tion ne soit pas le meilleur qui soit. Reste qu’il est aussi l’un des micros dyna­miques les plus poly­va­lents et les plus doués dans le haut du spectre, capable de reprendre des cuivres comme un ampli guitare, et de capter des détails beau­coup plus fins, grâce notam­ment aux cinq posi­tions de son atté­nua­teur et à son commu­ta­teur de brillance, permet­tant de boos­ter les aigus.

Elec­tro-Voice RE-20

Sennheiser MD 421 : ElectroVoice RE20

Micro dyna­mique à large diaphragme vendu sous la barre des 500 €, le RE-20 fut initia­le­ment conçu pour réduire l’ef­fet de proxi­mité typique des micros dyna­miques tout en gardant une courbe de réponse rela­ti­ve­ment plate.

Très utilisé dans le monde du broad­cast, il s’avère ainsi un excellent choix pour une grande variété d’ap­pli­ca­tions, qu’il s’agisse d’en­re­gis­trer un tom basse, un kick, un ampli guitare ou même une voix, certains chan­teurs comme Stevie Wonder ou Thom Yorke le préfé­rant, même en studio, aux micros à conden­sa­teurs.

Shure SM7

Sennheiser MD 421 : Shure SM7b

Initia­le­ment lancé en 1976, le SM7 (réédité en SM7A en 1999 puis en SM7B à partir de 2001) est assu­ré­ment l’un des micros dyna­miques les plus perfor­mants jamais produits par Shure. Prin­ci­pa­le­ment connu pour son usage dans le milieu broad­cast où son bas géné­reux fait des merveilles dès qu’il s’agit de gros­sir une voix, ce cardioïde compte aussi de nombreux utili­sa­teurs en studio : Bruce Swedien l’uti­lisa notamma pour la voix de Michael Jack­son sur Billie Jean, tandis que Rick Rubin le mit devant Anthony Kiedis pour enre­gis­trer l’al­bum Blood Sex Sugar Magic des Red Hot Chili Peppers…

Très utilisé sur les voix, et parti­cu­liè­re­ment les voix mascu­lines, ce micro est en outre bien plus poly­va­lent qu’on ne pour­rait l’ima­gi­ner de prime abord, pour peu qu’on dispose d’un préam­pli compen­sant avec propreté son faible niveau de sortie.

Beyer­Dy­na­mic M88-TG

Sennheiser MD 421 : BeyerDynamic M88 TG

Petit frère du M88 qui n’est plus produit de nos jours, le M88-TG est un hyper-cardioïde éton­nam­ment méconnu en Europe alors qu’il est très utilisé aux USA. Robuste et d’une grande poly­va­lence, il est en géné­ral le micro à tout faire de ceux qui ne supportent pas la person­na­lité sonore du SM57.

A l’aise sur un kick, un tom comme sur un ampli guitare ou basse avec sa bonne réponse dans le bas du spectre, le M88 servira aussi à reprendre une voix. Bref un excellent géné­ra­liste sous la barre des 300 €.

AKG D12/D112/D12 VR

AKG D 112 : AKG D12 VR

Sorti en 1953, le D12 n’était rien de moins que le premier micro dyna­mique cardioïde de l’his­toire. Bien qu’ini­tia­le­ment utilisé pour les voix, le D12 fut aussi beau­coup employé pour les grosses caisses de batte­rie en raison de sa bonne réponse dans le grave et de sa capa­cité à encais­ser de grosses pres­sions sonores.

C’est donc sans surprise que son descen­dant, le D112, est aujour­d’hui l’un des micros de réfé­rence lorsqu’il s’agit d’en­re­gis­trer un kick ou ampli basse, d’au­tant que son prix très raison­nable le place à portée de toutes les bourses. Comme ce dernier subit toute­fois la concur­rence du Shure Beta52, notam­ment auprès des nostal­giques du D12 origi­nel, AKG propose une relec­ture de ce dernier sous l’ap­pel­la­tion D12 VR.

Auteur·rice de l’article
Arnaud Cueff(Los Teignos)
Éditorialiste et rédacteur

Si j'ai fait de la guitare et un peu d'harmonica classiques en ENM dans mon enfance, c'est en autodidacte que j'ai fait l'essentiel de ma formation en matière de musique comme d'audio. Après des études de Lettres Modernes, j'ai travaillé pour la presse spécialisée puis web, tant dans le domaine des instruments de musique que dans celui des jeux vidéo (d'où mon pseudo). Je suis monté à bord du bateau Audiofanzine en 2004 en tant que rédacteur en chef, fonction que j'ai laissée quelques années plus tard à Grégoire Nachbauer (Red Led) tout en gardant un pied dans l'éditorial, en conservant notamment la rédaction de l'édito envoyé chaque semaine via la newsletter hebdomadaire du site comme en réalisant des tests, dossiers et contenus vidéo sur mes sujets de prédilection.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur·rice de l’article
Arnaud Cueff(Los Teignos)
Éditorialiste et rédacteur

Si j'ai fait de la guitare et un peu d'harmonica classiques en ENM dans mon enfance, c'est en autodidacte que j'ai fait l'essentiel de ma formation en matière de musique comme d'audio. Après des études de Lettres Modernes, j'ai travaillé pour la presse spécialisée puis web, tant dans le domaine des instruments de musique que dans celui des jeux vidéo (d'où mon pseudo). Je suis monté à bord du bateau Audiofanzine en 2004 en tant que rédacteur en chef, fonction que j'ai laissée quelques années plus tard à Grégoire Nachbauer (Red Led) tout en gardant un pied dans l'éditorial, en conservant notamment la rédaction de l'édito envoyé chaque semaine via la newsletter hebdomadaire du site comme en réalisant des tests, dossiers et contenus vidéo sur mes sujets de prédilection.