Prise de Son & Mixage
Techniques du Son Prise de Son & Mixage
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer

L'enregistrement de la guitare électrique - Point matériel

pédago Le guide de l’enregistrement - 74e partie
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Dans ce nouvel épisode, je vous propose de faire un petit tour d'horizon des micros et DI que je recommande pour l'enregistrement de la guitare électrique. Bien sûr, il ne s'agit pas ici de vous livrer une liste exhaustive. Comme d'habitude, nous nous contenterons des classiques du genre qui ont depuis bien longtemps fait leurs preuves afin d'aiguiller les moins expérimentés d'entre vous.

Micro-cosme

Commençons par l'univers du microphone avec les micros dynamiques. Comme vous vous en doutez certainement, le classique des classiques n'est autre que l'indestructible Shure sm57. On ne compte plus le nombre de disques où les guitares électriques ont été enregistrées au travers de ce petit joujou au rapport qualité/prix imbattable et ce n'est pas prêt de changer. Moralité, si vous n'en possédez toujours pas au moins un exemplaire, il est peut-être temps de remédier à cela !

Autre classique du genre : le Sennheiser MD421. Avec une réponse en fréquences plus large que le sm57, ce dernier permet d'obtenir un son plus riche dans le bas comme dans le haut du spectre et encaisse tout aussi bien les forts niveaux de pression acoustique. Seul hic, le système d'attache au pied de micro est un peu trop fragile…

Sennheiser e 609 : Sennheiser e 609 (46311)

Passons à présent à mon chouchou : l'Electro-Voice RE20. Ce micro est certes beaucoup plus cher que les précédents mais il est à mes yeux le champion lorsqu'il s'agit de repiquer un ampli guitare. Capable d'encaisser tout et n'importe quoi, cette Rolls des dynamiques possède une belle réponse en fréquences extrêmement large et plate. De plus, le RE20 souffre très peu du phénomène de proximité. Que demande le Peuple ?

Pour en finir avec la famille des dynamiques, citons le trop souvent sous-estimé Sennheiser e609 qui a pourtant spécialement été conçu pour la captation d'amplis guitare. Assez populaire dans le monde du live, ce micro est souvent boudé en studio… Cependant, il possède un avantage de taille par rapport à la concurrence : sa directivité supercardioïde. Sur scène, cela lui permet de capter un son de guitare exempt de repisse ; en home studio, cette directivité peut être un avantage considérable afin de palier une acoustique de lieu par trop envahissante. De plus, le e609 ne nécessite pas forcément l'usage d'un pied de micro puisqu'il peut être suspendu devant l'ampli via le câble XLR. Tout cela en fait un micro de choix pour l'enregistrement d'amplis guitare en situation de home studio.

La famille des microphones à ruban est souvent laissée de côté par les débutants lorsqu'il s'agit de capter une guitare électrique, certainement à cause de la fragilité de ce genre d'engin… Pourtant, certains modèles sont à l'origine des sons de guitares les plus mythiques, comme par exemple le Beyerdynamic M160 qui compte à son actif des pointures comme Hendrix ou Led Zeppelin, excusez du peu ! Le Royer Labs R-121 est également un autre incontournable du genre, mais son tarif le réserve malheureusement aux bourses les plus cossues…

Finissons ce tour d'horizon avec les micros électrostatiques. Une fois de plus, le fameux AKG C414 est une référence à l'heure de l'enregistrement de la guitare électrique. Sa sensibilité alliée à une large réponse en fréquences produit un son "riche" sans être pour autant "agressif". De plus, son léger boost au-dessus de 3 kHz est idéal pour ajouter un surplus de présence au son qui survivra ainsi aux arrangements les plus chargés. Les plus fortunés d'entre vous pourront bien entendu lui préférer le légendaire Neumann U87 dont le palmarès en termes de captation de guitare électrique laisse rêveur - AC/DC, Pink Floyd, Bruce Springsteen, etc.

Live and let DI

Bizarrement, bien que la guitare soit l'un de mes instruments de prédilection, je ne suis pas très regardant sur les boîtiers de direct lorsqu'il s'agit d'un enregistrement "normal". Moralité, je pense sincèrement que les entrées instruments présentes sur la majorité des interfaces audionumériques modernes feront largement la blague pour les néophytes. Et si d'aventure vous aviez l'envie et / ou les moyens d'investir, je vous encouragerais d'abord à choisir une bonne DI pour la basse. Parce que d'une part, la question me semble autrement plus importante en ce qui concerne cette dernière, et d'autre part, parce qu'une bonne DI pour la quatre cordes s'en sortira tout aussi bien avec deux cordes supplémentaires.

Le lecteur attentif aura noté que je parle ici d'un enregistrement direct "normal"… Y aurait-il une utilisation moins conventionnelle ? La réponse est bien entendue affirmative, mais nous verrons cela dans le prochain épisode !

← Article précédent dans la série :
L'enregistrement de la guitare électrique - Avec ou sans effets ? III
Article suivant dans la série :
L'enregistrement de la guitare électrique - DI Joe →
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail