Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou

Acheter neuf Behringer DeepMind 12

  • Amazon.fr En stock / Livré en 24h 693,69 €
  • Music Store En stock / Livré en 6 jours 699,00 €
  • Amazon.fr En stock / Livré en 24h 925,00 €
  • Univers Sons Pas de stock / NC 695,00 €
  • SonoVente Pas de stock / NC 695,00 €

Annonces Behringer DeepMind 12

Me prévenir à chaque nouvelle annonce sur ce produit

test

News

Images

Vidéos

Avis

Note moyenne :
( 4.4/5 sur 16 avis )
9 avis
56 %
5 avis
31 %
1 avis
6 %
1 avis
6 %
Donner un avis

"Bon compagnon une fois apprivoisé."

Behringer DeepMind 12Publié le 24/05/21 à 15:25
Acheté neuf en 2019, utilisation à la maison uniquement, pour les loisirs.

Mon histoire avec ce synthé a été chaotique avant de se normaliser.
Je l’ai adoré au début puis détesté, puis de nouveau aimé, puis encore délaissé… plusieurs fois avant qu’aujourd’hui, tout aille bien avec lui maintenant que je l’ai cantonné à des rôles dans lesquels il va bien, laissant les autres tâches à d’autres.

Dans le désordre, les raisons de mes divers désamours ont été les suivantes :
J’ai eu du mal avec un certain nombre de presets parce que les effets y sont exagérés ; ça peut impressionner à la première écoute mais ça lasse très vite et ça rend les réglages de synthèse bien moins efficaces. J’ai......
Lire la suite
Acheté neuf en 2019, utilisation à la maison uniquement, pour les loisirs.

Mon histoire avec ce synthé a été chaotique avant de se normaliser.
Je l’ai adoré au début puis détesté, puis de nouveau aimé, puis encore délaissé… plusieurs fois avant qu’aujourd’hui, tout aille bien avec lui maintenant que je l’ai cantonné à des rôles dans lesquels il va bien, laissant les autres tâches à d’autres.

Dans le désordre, les raisons de mes divers désamours ont été les suivantes :
J’ai eu du mal avec un certain nombre de presets parce que les effets y sont exagérés ; ça peut impressionner à la première écoute mais ça lasse très vite et ça rend les réglages de synthèse bien moins efficaces. J’ai donc, sur ceux qui m’intéressaient, réglé les-dits effets à mon goût (en général en diminuant de 30 à 50% leur intensité, voire plus), et soudain, ça allait beaucoup mieux.
Le DM12 est livré avec des centaines de présets, beaucoup trop. Déjà, ils donnent le tournis à cause des effets mais en plus, certains sont représentés en double ou triple exemplaire. Bref, on s’y perd et ça écœure. Donc il faut faire un gros ménage. Je n’ai gardé que 3 banques sur les 8 (dont une achetée), et encore, ça reste encore un peu trop.
J’ai eu du mal avec le son, la couleur générale ; mais ça s’est résolu avec une table de mixage plus sérieuse et avec des EQ (une Soundcraft VS la Xényx à 70 balles que j’avais au début). Tout de suite, c’est mieux ! L’effet a bien sûr été aussi bénéfique sur les autres synthés.
Je l’ai aussi trouvé limité, trop fin (à coté d’un Prologue 16 ou d’un Sub37, le DM sonne beaucoup moins plein !), j’ai été (mal) influencé par pas mal de discussions de forums. Mais il suffit simplement de ne pas attendre de lui ce qu’il ne sait pas bien faire et de se concentrer sur ses points forts. D’ailleurs, dans la même idée, faire « sonner fin » le Prologue est assez compliqué, surtout sans HPF (ça se résoud un peu avec des effets tiers). J’ai fini par comprendre que chaque machine avait son propre domaine de compétences et qu’il ne fallait pas se fier à pas pas de vidéos sur youtube qui laissent croire que pas mal de synthés ont des capacités bien plus vastes qu’en réalité. On peut toujours emmener une machine dans des endroits où elle n’excelle pas mais si c’est au prix d’heures de réglages et bidouilles non intuitives, ça ne m’intéresse pas.

Et finalement, j’ai fait un petit reset dans ma tête et mes oreilles et tout va pour le mieux avec lui maintenant, je l’aime pour ce qu’il est et il fait très très bien ce pour quoi il est conçu. Il suffit de ne pas attendre de lui de faire du DSI ou du Moog.

D’abord le rapport qualité-prestations / prix est imbattable.
Le clavier n’est pas désagréable, l’ensemble est solide. Les sliders sont un peu légers et pourraient souffrir sur scène mais en studio, pas de souci.

L’ergonomie est excellente ; tout est accessible très facilement et logiquement. Les menus sont clairs et très accessibles. La matrice de modulation est très facile à gérer.
On pourrait attendre un écran un peu mieux défini en pixels, pour un meilleur confort et se rapprocher des standards du moment, mais il reste tout à fait fonctionnel. Et de toutes façons, on a beaucoup plus d’infos et on les voit mieux que pas mal d’autres synthés (mon Prologue 16 ou mon Sub37 par exemple…).
La seule section qui est confuse je trouve, ce sont les FX : il y a énormément de réglages et donc, ce n’est pas simple de s’y retrouver. Mais ce n’est pas grave, il y a l’éditeur sur PC/MAC/IPAD qui est parfait ! Connexion wifi directe avec l’iPad et hop, un grand écran couleur ultra détaillé. Ce serait dommage de passer à coté de ces FX d’ailleurs puisqu’ils sont plutôt bons et très complets mais à utiliser avec plus de parcimonie que dans les presets !
Donc rien à dire pour l’ergonomie.

Le son : oui il sonne généralement « fin » et… c’est très bien comme ça ! Il ne marche pas sur les platebandes américaines, il ne concurrence pas les japonais du moment. Le DM12 est très doué pour les strings (dont notamment les erzats de stringmachines des 70’s), les pads (doux, brillants, mouvants…) et les sons percussifs secs et clairs. Du coup, on se sent un peu à l’étroit dans les 4 octaves du clavier ; j’ai souvent recours à mon Montage 8 pour jouer sur une plus grande tessiture. Je m’en sers aussi pour piloter mon Streichfett, ils vont très bien ensemble !
Il s’insère très bien dans un mix parce que justement, il émet des fréquences qui sont peu remplies par les autres.
Le caractère analogique est très sensible et vraiment agréable. Ce que fait mon DM12 est infaisable sur le Prologue ni sur le Sub37. Et vice-versa.
C’est vraiment une machine très complémentaire des autres, agréable à programmer et à jouer.
Ce synthé est boudé ou moqué par beaucoup de monde à cause de sa marque sans doute, mais aussi et surtout je pense par beaucoup d’incompréhension. Ce qui a été mon cas puisqu’il a alterné entre le rack à synthés et son carton pendant plus d’un an.
Il ne faut pas le comparer à un analo américain ni un numérique d’aujourd’hui. Le DM12 a son propre caractère, son domaine de compétence et ça en fait une machine vraiment intéressante, à part. Il faut nettoyer les presets, limiter les effets et programmer soit-même.
Si Behri travaillait plus souvent comme ça, plutôt que de seulement clôner servilement des références historiques, ils feraient sans doute de grandes choses.
J’aurais volontiers payé plus cher pour une machine encore mieux construite, avec un écran
mieux défini et une cinquième octave.
Lire moins
»

"Très bon à l'unisson."

Behringer DeepMind 12Publié le 10/05/21 à 18:33
J'utilise depuis peu le Deepmind 12 dans des compositions électro/pop. De prime abord, je dirais que 12 voix de polyphonie, ce n'est pas de trop si on veut faire des pads chaleureux : avec l'unisson. Sans quoi, l'oscillateur 1 tout seul en mode saw ne suffit pas pour faire des pads vraiment planants. Je déplore, de la même manière, la limitation à l'onde carrée de l'oscillateur 2. Une saw en plus aurait été parfait.
Alors, évidemment, pour avoir possédé le Juno 60 et plus tard le 106, je ne peux m'empêcher de faire une comparaison. C'est vrai qu'il y a des similitudes, mais aussi des bonus. Par exemple la synchronisation des oscillateurs. Bravo et merci ! De même, les nombreuses formes......
Lire la suite
J'utilise depuis peu le Deepmind 12 dans des compositions électro/pop. De prime abord, je dirais que 12 voix de polyphonie, ce n'est pas de trop si on veut faire des pads chaleureux : avec l'unisson. Sans quoi, l'oscillateur 1 tout seul en mode saw ne suffit pas pour faire des pads vraiment planants. Je déplore, de la même manière, la limitation à l'onde carrée de l'oscillateur 2. Une saw en plus aurait été parfait.
Alors, évidemment, pour avoir possédé le Juno 60 et plus tard le 106, je ne peux m'empêcher de faire une comparaison. C'est vrai qu'il y a des similitudes, mais aussi des bonus. Par exemple la synchronisation des oscillateurs. Bravo et merci ! De même, les nombreuses formes d'ondes des LFO : merci pour le sample and glide. Réglé très finement sur le pitch et la PW/MOD, on obtient des textures sonores très satisfaisantes.
L'ensemble arbore qualité et robustesse apparentes. Toutefois, je vais très vite le "piloter" avec un clavier-maître usb, car le clavier du Deepmind me semble un peu fragile. Après deux jours d'utilisation en clavier-maître, une touche noire fait déjà un bruit suspect et l'aftertouch est vraiment tardif, je n'ose pas trop enfoncer les touches...
Je pense que c'est un très bon synthé dans les basses, les leads, les arpegios et les effets spéciaux. Pour les sons veloutés, cuivrés et planants, c'est une autre histoire. Surtout, bien le mixer au milieu d'autres synthés, de façon à avoir une palette sonore la plus étendue possible. C'est mon cas. Donc, je suis globalement satisfait.
En parlant des effets spéciaux, petite anecdote : j'ai réussi à recréer les "mouches" de The Wall, Is There Anybody Out There, si vous voyez de quoi je parle. Gage d'une large puissance sonore... Merci Behringer pour ce bel outil performant et musical.

P.S. : ce synthé est vraiment excellent avec son arpégiateur. Ce dernier est une vraie bénédiction. Je crois que c'est dans ce domaine qu'on obtient des textures et des ambiances envoûtantes. Pour ce qui est des nappes, c'est comme les Junos. C'est la conjonction des LFOs et de la PWM qui donne un bon résultat. Le VCO2 est surtout intéressant pour faire de la synchronisation. Avec les effets, on peut vraiment faire à peu près tout ce que l'on veut. Encore une fois, merci pour ce synthé qui se positionne clairement dans la synthèse soustractive avec son timbre bien à lui.
Lire moins
»

"Un Killer"

Behringer DeepMind 12Publié le 03/02/21 à 23:50
Il y a déjà pas mal d'avis sur le sujet. Je vais donc essayer de faire court.
Je cherchais un analogique avec un bon rapport Q/P et une bonne polyphonie.
Je l'ai acheté fin novembre 2020.
Franchement je ne suis pas déçu.
- Bonne facture, solide, les sliders ont un peu de jeu mais sont robsustes. Clavier très agréable, avec un Aftertouch (un peu dur toutefois)
- Le Workflow n'est pas très compliqué même si certains paramètres sont réglables par des menus qui ne sont pas à priori dédiés à ceux-ci.
- Les oscillos sont bons et dignes d'un Juno 106 - seul bémol: le type de forme d'onde (carrée) qui est réservée au deuxième oscillo et qui rend pas mal de sons un peu métalliques quand on......
Lire la suite
Il y a déjà pas mal d'avis sur le sujet. Je vais donc essayer de faire court.
Je cherchais un analogique avec un bon rapport Q/P et une bonne polyphonie.
Je l'ai acheté fin novembre 2020.
Franchement je ne suis pas déçu.
- Bonne facture, solide, les sliders ont un peu de jeu mais sont robsustes. Clavier très agréable, avec un Aftertouch (un peu dur toutefois)
- Le Workflow n'est pas très compliqué même si certains paramètres sont réglables par des menus qui ne sont pas à priori dédiés à ceux-ci.
- Les oscillos sont bons et dignes d'un Juno 106 - seul bémol: le type de forme d'onde (carrée) qui est réservée au deuxième oscillo et qui rend pas mal de sons un peu métalliques quand on rajoute le deuxième oscillo. Les effets sont par contre une tuerie: avec 1 son de base, on peut, en maîtrisant la palette d'effets et son routing, arriver à sortir de belles sonorités comme des orgues par exemple (avec le Rotary Speaker). Intéressant: on peut régler le Drift de l'oscillateur pour le rendre plus versatile ou adapter le Slew des LFO pour en changer la courbe initiale. Les filtres analogiques sont assez bons. Il peut sortir de très bonnes basses , des pads évolutifs très planants, des effets variés et des drums analogiques sympas. Par contre les banques de son d'origine sont assez moyennes et peu convainquantes, sauf pour l'un ou l'autre sons (avis perso). Il faudra passer la main à la pâte ou acheter des banques externes pour éviter la monotonie.
- La matrice de modulation permet beaucoup de choses : les sources de modulation vont des contrôles externes (clavier, pression,molette) ou usuels (ex. LFO) à des paramètres plus subtiles comme la hauteur de note, le nombre de voix (permet par exemple, en mode mono, de rajouter une octave à la note jouée). Les possibilités sont énormes.
- L'arpégiateur est pas mal du tout - sympa de pouvoir moduler des petites séquences sur les paramètres de vélocité ou de longueur et de combiner ça avec la matrice de modulation.
- ça aurait été sympa de bénéficier de la multi-trimbralité ne fût-ce que pour 2 voies...

Conclusion: C'est vraiment une belle bête - Pas de si tôt que je vais m'en séparer.
Lire moins
»

"Juno sous stéroïdes"

Behringer DeepMind 12Publié le 19/05/20 à 21:47
j'ai longtemps hésité avant de rendre mon avis sur ce synthé, tant de choses ont déjà été écrites et débattu ad nauseam. Le point Godwin du synthé est franchi dès que le cas Behringer est évoqué, et ça en devient complètement ridicule. Honteux même, vu la qualité habituelle des posts de ce forum. Par moment on se croirait sur jeuxvideo.com avec des gamins indignés parce que le journaliste a mis une note trop faible ou trop élevée à un Call of Duty cristalisant les attentes.

Ce que j'ai à dire de cette machine, c'est que je la considère comme le digne et légitime successeur de la série mythique des Juno analogiques. Ca n'engage que mon point de vue, mais il en reprend tous les concepts......
Lire la suite
j'ai longtemps hésité avant de rendre mon avis sur ce synthé, tant de choses ont déjà été écrites et débattu ad nauseam. Le point Godwin du synthé est franchi dès que le cas Behringer est évoqué, et ça en devient complètement ridicule. Honteux même, vu la qualité habituelle des posts de ce forum. Par moment on se croirait sur jeuxvideo.com avec des gamins indignés parce que le journaliste a mis une note trop faible ou trop élevée à un Call of Duty cristalisant les attentes.

Ce que j'ai à dire de cette machine, c'est que je la considère comme le digne et légitime successeur de la série mythique des Juno analogiques. Ca n'engage que mon point de vue, mais il en reprend tous les concepts : le type de sonorités, l'interface et même son accessibilité financière. Une grosse claque à l'arrière goût d'humiliation pour les Juno DS, D, et Gi que Roland a pondu ces dernières années. Quelque part, je trouve ça triste que Roland ne soit pas capable de réinventer les machines qui ont construit son mythe. En attendant, pour faire revivre l'héritage des machines d'antan, je trouve que Uli Behringer est plus qu'à la hauteur. Indépendemment, bien sûr, du débat moral et juridique dont on ne peut pas faire l'économie.

Le Deepmind est une machine de bonne qualité, où rien n'est au rabais, son touché et sa manipulation sont gratifiants. Rien ne laisse suspecter un premier prix ou une entrée de gamme. Le toucher du clavier avec aftertouch est bien meilleur que celui d'un Nordlead par exemple. J'aime le poids et la densité surprenante de ce synthé petit gabarit. Les flancs en bois ne font pas cheap comme je le redoutais. Dire que c'est un synthé de débutant et que le vrai synthésiste ferait mieux de s'orienter vers un Prophet 6 ou un OB-6 est un peu condescendant. la seule chose de sûre, c'est que le deepmind est idéal pour un débutant qui souhaite découvrir la synthèse analogique à un prix raisonnable. Quant aux autres : pros, semi pros ou hobbyists éclairés, je vois absolument aucune raison objective de ne pas s'y intéresser.

Quant à sa palette sonore. Tous les sons classiques des machines analogiques sont à portée de faders. Un circuit de synthèse analogique simple et efficace: 2 oscillos, 2 LFO , 3 enveloppes et un bon gros filtre passe bas permettent de taquiner de la synthèse soustractive en allant directement à l'essentiel.
Au delà de cette simplicité conceptuelle, il y a une matrice de modulation qui pimente les choses mais surtout un quadruple processeur d'effets de compétion qui ouvre la boîte de Pandore et laisse entrevoir des perspectives inenvisageables pour un analo d'époque. Le processeur d'effets est largement au niveau de celui d'un Virus Ti.

Le caractère ou le grain de cette machine n'est pas spécialement marqué, il a un timbre pour moi assez caméléon avec un ADN définitivement Roland. Le filtre sans doute. J'ai possédé 2 juno 106 et j'ai toujours un Roland JX10 avec lequel je souhaite être enterré. Ce DM12 me rappelle furieusement ces 2 machines. Au passage, on peut largement se passer des presets d'origines pour installer les banks de Geosynth qui rendent vraiment justice à cette machine.

Le DM12 n'est pas exempt de défauts : pas de saw en 2ème oscillo, pas de bitimbralité, mais honnêtement au vu de son prix et de la somme de toutes ses qualités, il reste imbattable. Le reste n'est que subjectivité. Jouer sur ce synthé me rend simplement heureux, malgré plus de 30 ans passés à acheter et revendre des syntés, et un home studio bien fourni en claviers. Aucune raison de jouer les blasés avec ce DM12. c'est un bel instrument avec des sonorités inspirantes et un héritage sonore Roland qui me séduit. D'autres musiciens n'accrochent pas avec cette machine et je respecte entièrement leur point de vue. Les synthés sont comme les goûts musicaux. On est pas obligé de les partager. C'est même rarement le cas d'ailleurs.

En conclusion je dirais que ce DM12 est pour moi un synthétiseur déjà culte au même titre qu'un Juno 106 et pour exactement les mêmes raisons. Le 106 était en 1984 la première machine à proposer une polyphonie de six voix avec une implémentation midi complète, et en bonus des mémoires de presets, le tout pour 1000$. Révolutionnaire dans le contexte de l'époque où il était très rare pour un musicien d'avoir les moyens de se payer un Jupiter 8, un Prophet 5 ou un OB-8. Les Junos 106 et 60 étaient considérés comme une alternative accessible à ces monstres polyphoniques. Accessible faute d'être bon marché, parce que 1000$ en 1984 ça piquait un peu quand même. Aujourd'hui, seul Behringer renouvelle cet exploit avec son entrée dans le monde de l'analo polyphonique. Pour ma part j'espère que ce n'est qu'un début.
Lire moins
»

Extraits audio

  • 00:0000:19
  • 00:0000:36
  • 00:0000:32

Fiche technique

  • Fabricant : Behringer
  • Modèle : DeepMind 12
  • Série : Deepmind
  • Catégorie : Claviers synthétiseurs analogiques
  • Fiche créée le : 28/07/2016

Le DeepMind 12 est un synthé analogique 12 voix polyphoniques de 49 touches.

  • Classic polyphonic synthesizer with 12 true analog voices for insanely fat and authentic sounds
  • 4 simultaneous world-class TC ELECTRONIC and KLARK TEKNIK FX with over 30 algorithms including Reverb, Chorus, Flanger, Phaser, Delay and multi-band Distortion
  • 12 voices with 2 OSCs per voice with oscillator sync mode
  • 2 LFOs per voice with 7 waveform shapes, key sync, MIDI sync and envelope auto-triggering
  • 3 ADSR generators per voice for control of VCF, VCA and MOD envelopes
  • Flexible 8-channel modulation matrix with 19 sources and over 130 destinations including effects parameters
  • 32-step control sequencer with adjustable slew rate and MIDI sync
  • Full remote control via iPad*/PC/Mac* and selected Android* App over USB, MIDI or built-in WiFi for extended parameter control
  • 49 semi-weighted full-size keys featuring velocity sensitivity and after-touch
  • Pure analog signal path based on legendary VCF and VCA designs
  • OSC 1 generates sawtooth and square/pulse waveforms with pulse width modulation
  • OSC 2 generates square/pulse waveforms with tone modulation
  • Selectable dual slope 12/24 dB analog low pass filter per voice with adjustable resonance
  • Envelope faders seamlessly transform individual envelope segments between linear, exponential and reverse exponential curves
  • Powerful unison and poly modes with detune, pan spread and drift parameters featuring up to 12 voices per note
  • Global noise generator dramatically expands waveform generation
  • Incredible polyphonic portamento with flexible fixed rate, fixed time and exponential pitch glide modes
  • Sophisticated arpeggiator with tap tempo button and user configurable pattern modes
  • Chord and PolyChord memories enable polyphonic performances from monophonic playing styles
  • True bypass mode for pure and high-integrity analog tone
  • Global variable 6 dB high pass filter with powerful bass boost switch
  • 26 sliders and one switch per function give direct and real-time access to all important parameters
  • Spring-loaded pitch and assignable modulation wheels provide total hands-on performance
  • LCD Display with encoder, navigation switches and data value slider for rapid menu parameter editing and program selection
  • 1024 user program memories with “compare and match” feature to quickly match all analog controls to values stored in program
  • Fully servo-balanced stereo outputs for highest signal integrity
  • CV/pedal input for connection to modular systems
  • Comprehensive MIDI implementation (including NRPN/CC control of all parameters and bulk load/save)
  • Integrated and configurable WiFi client / Access point allows easy and secure connection to home network
  • 3-Year Warranty Program*
  • Designed and engineered in the U.K.

Source : http://www.music-group.com/Categories/Behringer/Keyboards/Synthesizers-and-Samplers/DEEPMIND-12/p/P0AC5

»

Manuels et autres fichiers

Claviers synthétiseurs analogiques concurrents

Autres claviers synthétiseurs analogiques Behringer

Autres catégories dans Synthétiseurs

Autres dénominations : deep mind 12, deepmind12, deep mind12, deepmind 12

cookies

Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives. Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus). Pour personnaliser vos cookies, merci de cliquer ici.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies

Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies

Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.