Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
Filtres
Mots clés
Note moyenne :
( 4.4/5 sur 16 avis )
9 avis
56 %
5 avis
31 %
1 avis
6 %
1 avis
6 %
Donner un avis
Test de la rédaction
Les Pieds Dans Le Patch 1 : Oh ? Un podcast !

Le Podcast d'Audiofanzine sur l'actualité de l'audio et des instruments de musique

Une surprise qui réunit du chocolat, un grand verre de lait et un jouet, ce n'est pas forcément la spécialité d'Audiofanzine. En revanche, un podcast qui parle d'audio, de musique et de plein d'autres choses, c'est plus dans nos cordes. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, voici le premier numéro des Pieds dans le Patch ! Lire la suite…
Avis des utilisateurs
  • Bon compagnon une fois apprivoisé.

    Behringer DeepMind 12Publié le 24/05/21 à 15:25
    Acheté neuf en 2019, utilisation à la maison uniquement, pour les loisirs.

    Mon histoire avec ce synthé a été chaotique avant de se normaliser.
    Je l’ai adoré au début puis détesté, puis de nouveau aimé, puis encore délaissé… plusieurs fois avant qu’aujourd’hui, tout aille bien avec lui maintenant que je l’ai cantonné à des rôles dans lesquels il va bien, laissant les autres tâches à d’autres.

    Dans le désordre, les raisons de mes divers désamours ont été les suivantes :
    J’ai eu du mal avec un certain nombre de presets parce que les effets y sont exagérés ; ça peut impressionner à la première écoute mais ça lasse très vite et ça rend les réglages de synthèse bien moins efficaces. J’ai......
    Lire la suite
    Acheté neuf en 2019, utilisation à la maison uniquement, pour les loisirs.

    Mon histoire avec ce synthé a été chaotique avant de se normaliser.
    Je l’ai adoré au début puis détesté, puis de nouveau aimé, puis encore délaissé… plusieurs fois avant qu’aujourd’hui, tout aille bien avec lui maintenant que je l’ai cantonné à des rôles dans lesquels il va bien, laissant les autres tâches à d’autres.

    Dans le désordre, les raisons de mes divers désamours ont été les suivantes :
    J’ai eu du mal avec un certain nombre de presets parce que les effets y sont exagérés ; ça peut impressionner à la première écoute mais ça lasse très vite et ça rend les réglages de synthèse bien moins efficaces. J’ai donc, sur ceux qui m’intéressaient, réglé les-dits effets à mon goût (en général en diminuant de 30 à 50% leur intensité, voire plus), et soudain, ça allait beaucoup mieux.
    Le DM12 est livré avec des centaines de présets, beaucoup trop. Déjà, ils donnent le tournis à cause des effets mais en plus, certains sont représentés en double ou triple exemplaire. Bref, on s’y perd et ça écœure. Donc il faut faire un gros ménage. Je n’ai gardé que 3 banques sur les 8 (dont une achetée), et encore, ça reste encore un peu trop.
    J’ai eu du mal avec le son, la couleur générale ; mais ça s’est résolu avec une table de mixage plus sérieuse et avec des EQ (une Soundcraft VS la Xényx à 70 balles que j’avais au début). Tout de suite, c’est mieux ! L’effet a bien sûr été aussi bénéfique sur les autres synthés.
    Je l’ai aussi trouvé limité, trop fin (à coté d’un Prologue 16 ou d’un Sub37, le DM sonne beaucoup moins plein !), j’ai été (mal) influencé par pas mal de discussions de forums. Mais il suffit simplement de ne pas attendre de lui ce qu’il ne sait pas bien faire et de se concentrer sur ses points forts. D’ailleurs, dans la même idée, faire « sonner fin » le Prologue est assez compliqué, surtout sans HPF (ça se résoud un peu avec des effets tiers). J’ai fini par comprendre que chaque machine avait son propre domaine de compétences et qu’il ne fallait pas se fier à pas pas de vidéos sur youtube qui laissent croire que pas mal de synthés ont des capacités bien plus vastes qu’en réalité. On peut toujours emmener une machine dans des endroits où elle n’excelle pas mais si c’est au prix d’heures de réglages et bidouilles non intuitives, ça ne m’intéresse pas.

    Et finalement, j’ai fait un petit reset dans ma tête et mes oreilles et tout va pour le mieux avec lui maintenant, je l’aime pour ce qu’il est et il fait très très bien ce pour quoi il est conçu. Il suffit de ne pas attendre de lui de faire du DSI ou du Moog.

    D’abord le rapport qualité-prestations / prix est imbattable.
    Le clavier n’est pas désagréable, l’ensemble est solide. Les sliders sont un peu légers et pourraient souffrir sur scène mais en studio, pas de souci.

    L’ergonomie est excellente ; tout est accessible très facilement et logiquement. Les menus sont clairs et très accessibles. La matrice de modulation est très facile à gérer.
    On pourrait attendre un écran un peu mieux défini en pixels, pour un meilleur confort et se rapprocher des standards du moment, mais il reste tout à fait fonctionnel. Et de toutes façons, on a beaucoup plus d’infos et on les voit mieux que pas mal d’autres synthés (mon Prologue 16 ou mon Sub37 par exemple…).
    La seule section qui est confuse je trouve, ce sont les FX : il y a énormément de réglages et donc, ce n’est pas simple de s’y retrouver. Mais ce n’est pas grave, il y a l’éditeur sur PC/MAC/IPAD qui est parfait ! Connexion wifi directe avec l’iPad et hop, un grand écran couleur ultra détaillé. Ce serait dommage de passer à coté de ces FX d’ailleurs puisqu’ils sont plutôt bons et très complets mais à utiliser avec plus de parcimonie que dans les presets !
    Donc rien à dire pour l’ergonomie.

    Le son : oui il sonne généralement « fin » et… c’est très bien comme ça ! Il ne marche pas sur les platebandes américaines, il ne concurrence pas les japonais du moment. Le DM12 est très doué pour les strings (dont notamment les erzats de stringmachines des 70’s), les pads (doux, brillants, mouvants…) et les sons percussifs secs et clairs. Du coup, on se sent un peu à l’étroit dans les 4 octaves du clavier ; j’ai souvent recours à mon Montage 8 pour jouer sur une plus grande tessiture. Je m’en sers aussi pour piloter mon Streichfett, ils vont très bien ensemble !
    Il s’insère très bien dans un mix parce que justement, il émet des fréquences qui sont peu remplies par les autres.
    Le caractère analogique est très sensible et vraiment agréable. Ce que fait mon DM12 est infaisable sur le Prologue ni sur le Sub37. Et vice-versa.
    C’est vraiment une machine très complémentaire des autres, agréable à programmer et à jouer.
    Ce synthé est boudé ou moqué par beaucoup de monde à cause de sa marque sans doute, mais aussi et surtout je pense par beaucoup d’incompréhension. Ce qui a été mon cas puisqu’il a alterné entre le rack à synthés et son carton pendant plus d’un an.
    Il ne faut pas le comparer à un analo américain ni un numérique d’aujourd’hui. Le DM12 a son propre caractère, son domaine de compétence et ça en fait une machine vraiment intéressante, à part. Il faut nettoyer les presets, limiter les effets et programmer soit-même.
    Si Behri travaillait plus souvent comme ça, plutôt que de seulement clôner servilement des références historiques, ils feraient sans doute de grandes choses.
    J’aurais volontiers payé plus cher pour une machine encore mieux construite, avec un écran
    mieux défini et une cinquième octave.
    Lire moins
  • Très bon à l'unisson.

    Behringer DeepMind 12Publié le 10/05/21 à 18:33
    J'utilise depuis peu le Deepmind 12 dans des compositions électro/pop. De prime abord, je dirais que 12 voix de polyphonie, ce n'est pas de trop si on veut faire des pads chaleureux : avec l'unisson. Sans quoi, l'oscillateur 1 tout seul en mode saw ne suffit pas pour faire des pads vraiment planants. Je déplore, de la même manière, la limitation à l'onde carrée de l'oscillateur 2. Une saw en plus aurait été parfait.
    Alors, évidemment, pour avoir possédé le Juno 60 et plus tard le 106, je ne peux m'empêcher de faire une comparaison. C'est vrai qu'il y a des similitudes, mais aussi des bonus. Par exemple la synchronisation des oscillateurs. Bravo et merci ! De même, les nombreuses formes......
    Lire la suite
    J'utilise depuis peu le Deepmind 12 dans des compositions électro/pop. De prime abord, je dirais que 12 voix de polyphonie, ce n'est pas de trop si on veut faire des pads chaleureux : avec l'unisson. Sans quoi, l'oscillateur 1 tout seul en mode saw ne suffit pas pour faire des pads vraiment planants. Je déplore, de la même manière, la limitation à l'onde carrée de l'oscillateur 2. Une saw en plus aurait été parfait.
    Alors, évidemment, pour avoir possédé le Juno 60 et plus tard le 106, je ne peux m'empêcher de faire une comparaison. C'est vrai qu'il y a des similitudes, mais aussi des bonus. Par exemple la synchronisation des oscillateurs. Bravo et merci ! De même, les nombreuses formes d'ondes des LFO : merci pour le sample and glide. Réglé très finement sur le pitch et la PW/MOD, on obtient des textures sonores très satisfaisantes.
    L'ensemble arbore qualité et robustesse apparentes. Toutefois, je vais très vite le "piloter" avec un clavier-maître usb, car le clavier du Deepmind me semble un peu fragile. Après deux jours d'utilisation en clavier-maître, une touche noire fait déjà un bruit suspect et l'aftertouch est vraiment tardif, je n'ose pas trop enfoncer les touches...
    Je pense que c'est un très bon synthé dans les basses, les leads, les arpegios et les effets spéciaux. Pour les sons veloutés, cuivrés et planants, c'est une autre histoire. Surtout, bien le mixer au milieu d'autres synthés, de façon à avoir une palette sonore la plus étendue possible. C'est mon cas. Donc, je suis globalement satisfait.
    En parlant des effets spéciaux, petite anecdote : j'ai réussi à recréer les "mouches" de The Wall, Is There Anybody Out There, si vous voyez de quoi je parle. Gage d'une large puissance sonore... Merci Behringer pour ce bel outil performant et musical.

    P.S. : ce synthé est vraiment excellent avec son arpégiateur. Ce dernier est une vraie bénédiction. Je crois que c'est dans ce domaine qu'on obtient des textures et des ambiances envoûtantes. Pour ce qui est des nappes, c'est comme les Junos. C'est la conjonction des LFOs et de la PWM qui donne un bon résultat. Le VCO2 est surtout intéressant pour faire de la synchronisation. Avec les effets, on peut vraiment faire à peu près tout ce que l'on veut. Encore une fois, merci pour ce synthé qui se positionne clairement dans la synthèse soustractive avec son timbre bien à lui.
    Lire moins
  • Un Killer

    Behringer DeepMind 12Publié le 03/02/21 à 23:50
    Il y a déjà pas mal d'avis sur le sujet. Je vais donc essayer de faire court.
    Je cherchais un analogique avec un bon rapport Q/P et une bonne polyphonie.
    Je l'ai acheté fin novembre 2020.
    Franchement je ne suis pas déçu.
    - Bonne facture, solide, les sliders ont un peu de jeu mais sont robsustes. Clavier très agréable, avec un Aftertouch (un peu dur toutefois)
    - Le Workflow n'est pas très compliqué même si certains paramètres sont réglables par des menus qui ne sont pas à priori dédiés à ceux-ci.
    - Les oscillos sont bons et dignes d'un Juno 106 - seul bémol: le type de forme d'onde (carrée) qui est réservée au deuxième oscillo et qui rend pas mal de sons un peu métalliques quand on......
    Lire la suite
    Il y a déjà pas mal d'avis sur le sujet. Je vais donc essayer de faire court.
    Je cherchais un analogique avec un bon rapport Q/P et une bonne polyphonie.
    Je l'ai acheté fin novembre 2020.
    Franchement je ne suis pas déçu.
    - Bonne facture, solide, les sliders ont un peu de jeu mais sont robsustes. Clavier très agréable, avec un Aftertouch (un peu dur toutefois)
    - Le Workflow n'est pas très compliqué même si certains paramètres sont réglables par des menus qui ne sont pas à priori dédiés à ceux-ci.
    - Les oscillos sont bons et dignes d'un Juno 106 - seul bémol: le type de forme d'onde (carrée) qui est réservée au deuxième oscillo et qui rend pas mal de sons un peu métalliques quand on rajoute le deuxième oscillo. Les effets sont par contre une tuerie: avec 1 son de base, on peut, en maîtrisant la palette d'effets et son routing, arriver à sortir de belles sonorités comme des orgues par exemple (avec le Rotary Speaker). Intéressant: on peut régler le Drift de l'oscillateur pour le rendre plus versatile ou adapter le Slew des LFO pour en changer la courbe initiale. Les filtres analogiques sont assez bons. Il peut sortir de très bonnes basses , des pads évolutifs très planants, des effets variés et des drums analogiques sympas. Par contre les banques de son d'origine sont assez moyennes et peu convainquantes, sauf pour l'un ou l'autre sons (avis perso). Il faudra passer la main à la pâte ou acheter des banques externes pour éviter la monotonie.
    - La matrice de modulation permet beaucoup de choses : les sources de modulation vont des contrôles externes (clavier, pression,molette) ou usuels (ex. LFO) à des paramètres plus subtiles comme la hauteur de note, le nombre de voix (permet par exemple, en mode mono, de rajouter une octave à la note jouée). Les possibilités sont énormes.
    - L'arpégiateur est pas mal du tout - sympa de pouvoir moduler des petites séquences sur les paramètres de vélocité ou de longueur et de combiner ça avec la matrice de modulation.
    - ça aurait été sympa de bénéficier de la multi-trimbralité ne fût-ce que pour 2 voies...

    Conclusion: C'est vraiment une belle bête - Pas de si tôt que je vais m'en séparer.
    Lire moins
  • Juno sous stéroïdes

    Behringer DeepMind 12Publié le 19/05/20 à 21:47
    j'ai longtemps hésité avant de rendre mon avis sur ce synthé, tant de choses ont déjà été écrites et débattu ad nauseam. Le point Godwin du synthé est franchi dès que le cas Behringer est évoqué, et ça en devient complètement ridicule. Honteux même, vu la qualité habituelle des posts de ce forum. Par moment on se croirait sur jeuxvideo.com avec des gamins indignés parce que le journaliste a mis une note trop faible ou trop élevée à un Call of Duty cristalisant les attentes.

    Ce que j'ai à dire de cette machine, c'est que je la considère comme le digne et légitime successeur de la série mythique des Juno analogiques. Ca n'engage que mon point de vue, mais il en reprend tous les concepts......
    Lire la suite
    j'ai longtemps hésité avant de rendre mon avis sur ce synthé, tant de choses ont déjà été écrites et débattu ad nauseam. Le point Godwin du synthé est franchi dès que le cas Behringer est évoqué, et ça en devient complètement ridicule. Honteux même, vu la qualité habituelle des posts de ce forum. Par moment on se croirait sur jeuxvideo.com avec des gamins indignés parce que le journaliste a mis une note trop faible ou trop élevée à un Call of Duty cristalisant les attentes.

    Ce que j'ai à dire de cette machine, c'est que je la considère comme le digne et légitime successeur de la série mythique des Juno analogiques. Ca n'engage que mon point de vue, mais il en reprend tous les concepts : le type de sonorités, l'interface et même son accessibilité financière. Une grosse claque à l'arrière goût d'humiliation pour les Juno DS, D, et Gi que Roland a pondu ces dernières années. Quelque part, je trouve ça triste que Roland ne soit pas capable de réinventer les machines qui ont construit son mythe. En attendant, pour faire revivre l'héritage des machines d'antan, je trouve que Uli Behringer est plus qu'à la hauteur. Indépendemment, bien sûr, du débat moral et juridique dont on ne peut pas faire l'économie.

    Le Deepmind est une machine de bonne qualité, où rien n'est au rabais, son touché et sa manipulation sont gratifiants. Rien ne laisse suspecter un premier prix ou une entrée de gamme. Le toucher du clavier avec aftertouch est bien meilleur que celui d'un Nordlead par exemple. J'aime le poids et la densité surprenante de ce synthé petit gabarit. Les flancs en bois ne font pas cheap comme je le redoutais. Dire que c'est un synthé de débutant et que le vrai synthésiste ferait mieux de s'orienter vers un Prophet 6 ou un OB-6 est un peu condescendant. la seule chose de sûre, c'est que le deepmind est idéal pour un débutant qui souhaite découvrir la synthèse analogique à un prix raisonnable. Quant aux autres : pros, semi pros ou hobbyists éclairés, je vois absolument aucune raison objective de ne pas s'y intéresser.

    Quant à sa palette sonore. Tous les sons classiques des machines analogiques sont à portée de faders. Un circuit de synthèse analogique simple et efficace: 2 oscillos, 2 LFO , 3 enveloppes et un bon gros filtre passe bas permettent de taquiner de la synthèse soustractive en allant directement à l'essentiel.
    Au delà de cette simplicité conceptuelle, il y a une matrice de modulation qui pimente les choses mais surtout un quadruple processeur d'effets de compétion qui ouvre la boîte de Pandore et laisse entrevoir des perspectives inenvisageables pour un analo d'époque. Le processeur d'effets est largement au niveau de celui d'un Virus Ti.

    Le caractère ou le grain de cette machine n'est pas spécialement marqué, il a un timbre pour moi assez caméléon avec un ADN définitivement Roland. Le filtre sans doute. J'ai possédé 2 juno 106 et j'ai toujours un Roland JX10 avec lequel je souhaite être enterré. Ce DM12 me rappelle furieusement ces 2 machines. Au passage, on peut largement se passer des presets d'origines pour installer les banks de Geosynth qui rendent vraiment justice à cette machine.

    Le DM12 n'est pas exempt de défauts : pas de saw en 2ème oscillo, pas de bitimbralité, mais honnêtement au vu de son prix et de la somme de toutes ses qualités, il reste imbattable. Le reste n'est que subjectivité. Jouer sur ce synthé me rend simplement heureux, malgré plus de 30 ans passés à acheter et revendre des syntés, et un home studio bien fourni en claviers. Aucune raison de jouer les blasés avec ce DM12. c'est un bel instrument avec des sonorités inspirantes et un héritage sonore Roland qui me séduit. D'autres musiciens n'accrochent pas avec cette machine et je respecte entièrement leur point de vue. Les synthés sont comme les goûts musicaux. On est pas obligé de les partager. C'est même rarement le cas d'ailleurs.

    En conclusion je dirais que ce DM12 est pour moi un synthétiseur déjà culte au même titre qu'un Juno 106 et pour exactement les mêmes raisons. Le 106 était en 1984 la première machine à proposer une polyphonie de six voix avec une implémentation midi complète, et en bonus des mémoires de presets, le tout pour 1000$. Révolutionnaire dans le contexte de l'époque où il était très rare pour un musicien d'avoir les moyens de se payer un Jupiter 8, un Prophet 5 ou un OB-8. Les Junos 106 et 60 étaient considérés comme une alternative accessible à ces monstres polyphoniques. Accessible faute d'être bon marché, parce que 1000$ en 1984 ça piquait un peu quand même. Aujourd'hui, seul Behringer renouvelle cet exploit avec son entrée dans le monde de l'analo polyphonique. Pour ma part j'espère que ce n'est qu'un début.
    Lire moins
  • Sans hésiter : Excellent

    Behringer DeepMind 12Publié le 10/02/20 à 17:42
    Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce synthétiseur ?

    En Home Studio

    Vous semble-t-il solide et bien fini ?

    Dès la mise en place, on a une impression de solidité, rien que par le poids du synthé et malgré son petit encombrement. Les curseurs bougent un peu latéralement, mais rien d'excessifs. La présence de deux ventilateurs est quand même un gage de sérieux de fabrication. D'autant plus que la vitesse est réglable : j'ai placé le mien sur 30 pour qu'il y a ait quand même une ventilation, mais à 30 elle est inaudible.(attention quand même à la température de la pièce !)

    Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ?
    Lire la suite
    Pour quels styles de musique et dans quel contexte (studio, concert, etc.) utilisez-vous ce synthétiseur ?

    En Home Studio

    Vous semble-t-il solide et bien fini ?

    Dès la mise en place, on a une impression de solidité, rien que par le poids du synthé et malgré son petit encombrement. Les curseurs bougent un peu latéralement, mais rien d'excessifs. La présence de deux ventilateurs est quand même un gage de sérieux de fabrication. D'autant plus que la vitesse est réglable : j'ai placé le mien sur 30 pour qu'il y a ait quand même une ventilation, mais à 30 elle est inaudible.(attention quand même à la température de la pièce !)

    Sa prise en main et son ergonomie sont-elles simples ?

    J'ai lu beaucoup de plaintes sur une soi-disant complexité en raison du petit écran. En fait la navigation est tellement bien conçue qu'après une phase d'apprentissage, les choses finissent par devenir simples. D'autant que de nombreux raccourcis sont prévus. Donc oui, la prise en mains m'a parue simple et l'ergonomie bien pensée.
    On reproche souvent à Behringer un manque au niveau de la notice. Je suis assez d'accord sur d'autres produits. Mais là, on a une notice très claire et exhaustive et suffisamment fournie, je trouve.

    Qu’en est-il de la qualité de son clavier et de son toucher ?

    Comme je l'ai lu plus haut, en effet, les écarts latéraux entre les touches ne sont pas toujours rigoureusement identiques mais il n'y a rien de choquant et ils ne sont pas suffisants pour créer une gêne quelconque en jeu (si cela avait été le cas, je l'aurais renvoyé de suite !).
    Je trouve le toucher très agréable en jeu rapide comme en jeu nappe et lent. Certains se plaignent de bruit mécaniques des touches, je n'ai rencontré aucune gêne à ce niveau.
    La calibration de l'aftertouch est efficace et permet vraiment de bien l'adapter au jeu voulu.
    Il est facilement transposable en cours de jeu (de plus ou mois 1 ou 2 octaves), et une Led indique la position soit centrale soit transposée en plus ou en moins. On sait donc toujours où on en est.

    Quel est votre avis sur le son de manière globale ? Que pensez-vous des sons d’usine ?

    J'avais été prévenu par des utilisateurs : ne pas se fier aux sons d'usine mais plutôt acheter des banques de sons tierces.
    C'est un peu vrai mais pas autant que certains commentaires peuvent le laisser supposer. Même si ces sons d'usine ne sont pas renversants, il ne faut pas exagérer, on trouve quand même certaines belles choses. (à ce propos, je conseille une écoute attentive au casque (et de préférence un bon casque) et prendre le temps de laisser le son évoluer).
    En revanche, on trouve des banques de sons faites par des tiers, dont certaines proposent des sons absolument magnifiques, aussi bien dans les sons de nappes évolutives, que des sons arpégés ou des leads, des basses, etc.

    Que pensez-vous des possibilités d’édition et de traitement ?

    C'est assurément le gros point fort de ce synthé : je trouve beaucoup d'inventivité dans la réalisation du firmware. Je ne rentre pas dans le détail car cela a beaucoup été fait mais outre la matrice de modulation et les effets intégrés on doit mentionner la gestion de la polyphonie et de l'unison qui propose de nombreux modes pour s'adapter au jeu souhaité.
    Il faut mentionner aussi le très bon éditeur, qui fonctionne sur plusieurs plateformes (sauf Android), très ergonomique et qui permet notamment de réaliser des fusions de patches pour créer de nouveaux patches.

    Quelles sont les choses que vous appréciez le plus et le moins ?
    Au niveau du plus, je dirais les très beaux espaces sonores qu'il est capable de créer, le fait qu'il soit compact, le fait qu'il soit capable de gérer de gros sons (et notamment des basses puissantes), la section d'effets qui doit vraiment être considérée comme faisant partie intégrante de la création du son, et non pas simplement comme un plus.
    Il y a une tendance un peu générale sur les banques de sons, à sur-doser les effets. Il me semble qu'on peut gagner en subtilité en réglant mieux les dosage. Mais ça, c'est une question de goût.

    Au niveau du moins, c'est un peu ce qui a été souligné par beaucoup : l'impossibilité de régler indépendamment les volumes des deux formes d'ondes de l'oscillateur 1. Mais quand on entend la large palette de sons que certains ont été en mesure de créer, on se dit que finalement ce n'est pas un obstacle insurmontable.

    Conclusion

    Voilà un magnifique instrument. J'ai attendu deux ans pour l'acheter en complément du Korg Kronos, car j'ai attendu d'être sûr de mon choix. Après la lecture de l'essai de Synthwalker, j'étais gêné par le fait qu'il trouvait les VCO un peu fins. Dans la pratique, ce problème peut aisément être contourné.
    Le Deepmind 12 est actuellement à 699 €. Le rapport qualité/possibilités/Prix est absolument imbattable.
    Ce qui ne gâte rien, on trouve de nombreux et très bons tutos qui permettent de se faire une idée des possibilités.
    Et puis rien n'empêche, pourquoi pas, de lui ajouter son petit frère, le Deepmind 12D ce qui donne un Deepmind à 24 voies de polyphonie.

    En résumé, pour moi, c'est 5 étoiles sans hésitation !

    EDIT : 23/02/20

    Je voudrais insister sur l'importance de la procédure de calibration.
    Ce qui n'est pas mentionné dans le manuel :
    - Il est parfois nécessaire de l'effectuer plusieurs fois
    - Il est préférable de laisser le DM12 allumé pendant une bonne heure avant calibration

    Si on se rend compte d'un problème spécifique, on peut aussi sélectionner le calibrage correspondant.
    Juste un exemple : j'avais un problème avec le réglage du Pulse Width. En poussant le fader vers 90%, la moitié des notes ne répondait plus. Une personne du forum Gearlutz m'a conseillé de refaire cette calibration. Et ça a fonctionné, alors que j'avais déjà fait au moins trois fois la calibration totale. A présent je peux pousser le fader à fond (99%) et conserver les notes.
    Lire moins
  • Un bon passe partout.

    Behringer DeepMind 12Publié le 28/01/20 à 16:14
    N'ayant plus de synthé analogique depuis quelques temps, je cherchais un synthé plutôt polyvalent pour renforcer l'armée de synthés virtuels que je possède, UHE, Dune , Spirit, Massive, Omnisphére etc.
    Mon souhait était de pouvoir accéder à des sons purs analogiques que je puisse modeler à ma guise, mais aussi de pouvoir disposer de sonorités plus complexes avec des effets embarqués.
    Ce synthé répond globalement à mes attentes, les DCOs sont corrects, peut-être pas trop punchis non plus pour du gras mais suffisamment tout de même dans 95% des autres cas, les LFOs offrent des possibilités de réglages assez variés pour obtenir ce que l'on souhaite, les enveloppes réagissent bien.
    Lorsque......
    Lire la suite
    N'ayant plus de synthé analogique depuis quelques temps, je cherchais un synthé plutôt polyvalent pour renforcer l'armée de synthés virtuels que je possède, UHE, Dune , Spirit, Massive, Omnisphére etc.
    Mon souhait était de pouvoir accéder à des sons purs analogiques que je puisse modeler à ma guise, mais aussi de pouvoir disposer de sonorités plus complexes avec des effets embarqués.
    Ce synthé répond globalement à mes attentes, les DCOs sont corrects, peut-être pas trop punchis non plus pour du gras mais suffisamment tout de même dans 95% des autres cas, les LFOs offrent des possibilités de réglages assez variés pour obtenir ce que l'on souhaite, les enveloppes réagissent bien.
    Lorsque je constate un manque de pêche sur un son pur analogique qui devrait être bien gras, je le rattrape toujours avec un traitement de compression dynamique externe, du coup ça ne me dérange pas plus que ça.
    Pour exploiter les arpèges et les effets, mieux vaut être connecté à un ordi et c'est bien dommage. Par contre une fois connecté, les possibilités sont vastes.
    La partie gestion des banques de données est assez mal foutue, mais on s'y fait.
    Les commandes par tirettes réagissent bien et sont précises, le clavier est agréable à jouer. Le synthé est bien solide, bien construit.
    Sauf le bruit du ventillo qui est un peu agaçant, j'attends la fin de la garantie pour le changer pour un modèle plus silencieux.

    Je pense compléter bientôt ce synthé avec un Dominion pour avoir une machine cette fois ci totalement orientée gros sons analogiques. Les deux machines doivent être très complémentaires.

    Pour conclure ce synthé est un très bon choix pour ceux qui veulent réintroduire des sons de type analogique dans leur création, il est polyvalent, avec aussi un vaste panel de traitement. Le rapport qualité prix/performances est imbattable. Mais pour ceux qui ont déjà une bonne dizaine de machines chez eux, ce synthé ne sera que de peu d’intérêt. Comme il fait tout, il n'est donc pas pour tous.
    Lire moins
  • Très belle synthèse sonore mais....

    Behringer DeepMind 12Publié le 15/11/19 à 09:46
    C'était pour l'utiliser en studio, mais voilà l'exemplaire que j'ai eu a un vice de fabrication (touche livrée cassée). Il a été remplacé, mais les faders on du jeu (comme sur le premier exemplaire), ce qui m'inquiète un peu.

    Après vérification, ce sont les capuchons de faders qui ont du jeu. Les touches du claviers ne sont pas toutes bien alignées sur le second exemplaire. A ce prix là, le contrôle qualité peut ne pas être égal.

    Solide, je doute, mais il donne une bonne impression. L'ergonomie pourrait être améliorée, mais j'ai connu pire. On peut dire qu'ici elle est correcte.

    Le toucher du clavier est très bon (pour un synthé), même la vélocité de relâchement y est.

    Pour le vif du......
    Lire la suite
    C'était pour l'utiliser en studio, mais voilà l'exemplaire que j'ai eu a un vice de fabrication (touche livrée cassée). Il a été remplacé, mais les faders on du jeu (comme sur le premier exemplaire), ce qui m'inquiète un peu.

    Après vérification, ce sont les capuchons de faders qui ont du jeu. Les touches du claviers ne sont pas toutes bien alignées sur le second exemplaire. A ce prix là, le contrôle qualité peut ne pas être égal.

    Solide, je doute, mais il donne une bonne impression. L'ergonomie pourrait être améliorée, mais j'ai connu pire. On peut dire qu'ici elle est correcte.

    Le toucher du clavier est très bon (pour un synthé), même la vélocité de relâchement y est.

    Pour le vif du sujet, la synthèse sonore est très bonne. Très différente de ses concurrents (Korg et Roland) mais elle a ses points forts : Une belle section d'effets et permet pas mal de possibilités. Idéal pour du planant, ambiant, du "retro synth" ou "synth wave". Un bel arpégiateur et un beau séquenceur permettent d'incroyables motifs.
    La polyphonie est très confortable, bref c'est une très belle machine qui sonne très bien. Bon le son gras, en effet, ce n'est pas son fort(*), mais pour le reste c'est vraiment excellent.

    Alors qu'est-ce qui ne va pas ?

    Ca fait du bien quand on l'éteint !
    Oui, elle fait du bruit, un ventilo sous dimensionné qui tourne trop vite. Bien-sûr on peut régler sa vitesse, mais pour le plus l'entendre il faut y aller à très bas régime et là je ne sais pas si c'est une bonne idée.

    Dommage parce que dans l'ensemble c'est une belle réussite à très bas prix.

    Maintenant, si c'est dans un environnement un peu bruyant, ça passera inaperçu, ce qui n'est pas le cas chez moi (déjà j'ai changé de machine pour ça).

    Peut-être un jour quelqu'un sortira un tuto pour remplacer ce ventilo par un plus silencieux, là ça serait super. En fait, si : Il y a, paraît-il, un Nocuta NF-A4x10 5V PWM qui pourrait convenir. A voir...


    (*)Pour le son gras (je vois que c'est un sujet récurent). Gras ne veut pas forcément dire "grosses basses". Le Deepmind est capable de basses abyssales, je ne le conteste pas, mais la sonorité globale est plutôt fine. Pour du gras, vaut mieux voir Korg, Nova ou autres... Ce n'est pas impossible sur le Deepmind, mais ce n'est pas intuitif, contrairement à un Minilogue ou Prologue où le son est clairement plus épais sans trop trifouiller partout ou compenser avec des effets.

    A voir les démos des vendeurs de patches, son potentiel est énorme. encore y faut il passer beaucoup de temps ou les acheter. Ce serait dommage de ne pas s'y mettre (à faire ses propre patches), vu qu'il a un bon moteur !
    Lire moins
  • Premier Avis à Chaud - Mise à Jour plus tard pour confirmer la 5éme étoile !

    Behringer DeepMind 12Publié le 29/07/19 à 14:57
    DEEPMIND 12 acheté (neuf) ce WE, après, comme beaucoup, un temps d'hésitation obligatoire vis à vis de la marque et des quelques commentaires qui présentaient des problèmes sur la qualité perçue de l'appareil

    Premier avis donc qui sera mis à jour ensuite après un approfondissement des possibilités de réglage et surtout du son, même si ma première impression est très bonne sur ce critère, à voir avec moins d'effet peut-être en repartant d'un son brut

    Très bonne surprise sur la qualité générale de l'appareil, les jeux et ajustements des différents composants sont très bons, les sliders sont un peut résistant (tant mieux) et présentent un jeu modéré, à voir dans le temps, à manipuler......
    Lire la suite
    DEEPMIND 12 acheté (neuf) ce WE, après, comme beaucoup, un temps d'hésitation obligatoire vis à vis de la marque et des quelques commentaires qui présentaient des problèmes sur la qualité perçue de l'appareil

    Premier avis donc qui sera mis à jour ensuite après un approfondissement des possibilités de réglage et surtout du son, même si ma première impression est très bonne sur ce critère, à voir avec moins d'effet peut-être en repartant d'un son brut

    Très bonne surprise sur la qualité générale de l'appareil, les jeux et ajustements des différents composants sont très bons, les sliders sont un peut résistant (tant mieux) et présentent un jeu modéré, à voir dans le temps, à manipuler soigneusement je pense et surtout, à protéger de la poussière

    Les 2 potentiomètres et le rotatif crantée sont bien ancrés et ne présentent pas de jeu, ce qui est rassurant

    Contrairement à certains avis, le PCB ne bouge pas lorsqu'on appui sur les boutons, il s'agissait peut-être de modèle de pré-série, ils ont du revoir la fixation depuis

    Les boutons sont agréables, retro éclairés et francs sur le clic - RAS

    Les 2 molettes (pitch et modulation) sont également sans jeu parasites et rétro éclairées svp ! Important aussi, elles sont pile poil bien centrées dans la découpe qui délimite leur dépassement, c'est du sérieux (et ça frotte pas sur les cotés !)

    Les espaces entre touches du clavier sont régulièrs, le touché est particulier mais on doit pouvoir s'habituer sans problème, touche de taille normal (pour moi, c'est mieux)

    Les flancs en bois tire effectivement sur le rouge, sont bien finis et très bien ajustés au reste de l'appareil, le jeux sont équivalents des 2 cotés si ont est un peut tatillon comme c'est mon cas

    Le ventilo souffle un peut effectivement, c'est pas une usine à gaz mais on l'entend un peut quand même, attention à réduire sa vitesse à cause du risque thermique sur les composant interne

    La bête est peut encombrante (très peut profonde) mais fait son poids, un bon 8kg ! C'est pas du plastoc et ça c'est très bien, j'avais eu dans le passé un YAM MOXF6 (revendu), léger certes mais que de plastique (trop de plastique !)

    j'hésitait avec un DSI REV2 et j'ai longtemps tourné en rond sur les démos, mais plus encombrant et surtout beaucoup, beaucoup plus cher, mais quel son .... De plus, j'ai pu voir que les potards chez DSI ont tendances à avoir du jeu, beaucoup de jeux parfois, j'ai vérifié ce point en magasin suite à des plaintes de certains internautes, donc vu le prix, c'est dommage d'avoir ce genre de problème. Par exemple, on ne retrouve pas ces problèmes chez NORD, les potards ne bougent pas

    Impression générale vraiment très bonne donc, je me demande même comment ils peuvent livrer un tel niveau de qualité avec un prix aussi serré, j'ai un NORD A1 (module) et j'ai eu un LEAD 2X (clavier) dans le passé, des bécanes réputées pour le sérieux et la robustesse de leur produit, et la, le DEEPMIND n'a vraiment pas à rougir face à des claviers certes très bons, mais au double du prix quand même !

    Le workflow est plutôt logique pour qui connait un peut la synthèse, sans la DOC, on peut déjà faire plein de truc et on n'est pas perdu, l'écran est bien pratique et très lisible, c'est pas du LED et pas tactile (économie oblige !) mais franchement, c'est suffisant

    Rapidement, coté son, ça sonne analogique oui, c'est très versatile, mais les préset sont effectivement gavé d'effet, trop peut-être, à voir donc plus tard pour trouver les subtilités de la machine et les possibilités de création

    Rendez-vous donc plus tard pour une mise à jour qui déclenchera peut-être une 5éme étoile





    Lire moins
  • retromachine

    Behringer DeepMind 12Publié le 13/05/19 à 10:46
    J'ai acheté le Deepmind 12 dans le but d'avoir un couteau suisse de qualité pour me faire une palette de sons typés vintage pour mon projet synthwave/retrowave.
    Je ne cherchais pas tellement les sons classiques des analo 70's mais bien les sons des années 1980 à 1990, parfois analos, parfois plus "numériques" ou disons hybrides, naïfs et un peu low-fi à la Vince Clark, New Order, Human League etc
    Pour le coup objectif atteint à 200 %!
    Je suis très content de ce synthé, de son workflow et des résultats obtenus
    Ses point fort : les (pseudos) brass, strings, les sons arpégés, les nappes évolutives, les sons flutés à base de square(très "Juno")
    Mais contrairement aux apparences (et à......
    Lire la suite
    J'ai acheté le Deepmind 12 dans le but d'avoir un couteau suisse de qualité pour me faire une palette de sons typés vintage pour mon projet synthwave/retrowave.
    Je ne cherchais pas tellement les sons classiques des analo 70's mais bien les sons des années 1980 à 1990, parfois analos, parfois plus "numériques" ou disons hybrides, naïfs et un peu low-fi à la Vince Clark, New Order, Human League etc
    Pour le coup objectif atteint à 200 %!
    Je suis très content de ce synthé, de son workflow et des résultats obtenus
    Ses point fort : les (pseudos) brass, strings, les sons arpégés, les nappes évolutives, les sons flutés à base de square(très "Juno")
    Mais contrairement aux apparences (et à certains avis) on peut aussi faire des gros sons, des basses abyssales aux leads surpuissants, détunés et instables via quelques réglages
    Il peut sonner chaud ou très froid grâce aux effets qui font partie intégrante du processus de sound-design. Il faut garder ça à l'esprit : la matrice de modulation et les effets font partie du processus.
    Par contre il faut aussi garder à l'esprit que la bête est assez complexe et que son ergonomie correspond d'avantage à un utilisateur rompu à une synthèse analo "au microscope" qu'au grand public / débutant...Mieux vaut savoir où l'on va au risque de refaire toujours le même son :)
    Le fait qu'il n'y ai que 2 oscillos et à la base que du saw et du pulse/square oblige à être créatif à l'intérieur de cette limite et donc à pousser plus en profondeur dans les paramètres pour en tirer le maximum. Au final on se rend compte qu'à l'intérieur de ces limites les possibilités sont énormes.
    Malgré quelques exceptions (dont le son A1 très cool) les presets sont mauvais : effacez les...Ceux qui sont intéressants sont facile à programmer donc autant s'amuser et comprendre le synthé...
    Voilà, j'ignore si dans un autre cadre musical (hors synthwave) ce synthé peut aussi ravir mais en ce qui me concerne et dans mon propre cadre, je suis conquis :)
    (Si vous avez des questions je répondrai avec plaisir)
    Lire moins
  • Super mais...

    Behringer DeepMind 12Publié le 31/01/18 à 19:41
    J' ai acheté le DM12 il y a presque un an à sa sortie. J' était à la recherche d' un polyphonique dans le style Roland Junos/Jupiter pour du studio et du live et le Deempind et ses possibilités de sound design me paraissait être un bon instrument pour ce style de son, voir plus si affinité.
    Là dessus le DM12 tient ses promesses. Certe, il demande quelques bidouilles pour sonner Jupiterien ( bassboost, unisson, unisson voice vers le pitch dans la matrice pour avoir 2 saw à différents octaves, drift, petit chorus ou simulation d ampli, on a le choix), mais j' ai réussi à refaire de façon convaincante quasiment tout les patchs d' usine du JP8 et du Juno 106 sur le DM12.
    Nappe, pads,......
    Lire la suite
    J' ai acheté le DM12 il y a presque un an à sa sortie. J' était à la recherche d' un polyphonique dans le style Roland Junos/Jupiter pour du studio et du live et le Deempind et ses possibilités de sound design me paraissait être un bon instrument pour ce style de son, voir plus si affinité.
    Là dessus le DM12 tient ses promesses. Certe, il demande quelques bidouilles pour sonner Jupiterien ( bassboost, unisson, unisson voice vers le pitch dans la matrice pour avoir 2 saw à différents octaves, drift, petit chorus ou simulation d ampli, on a le choix), mais j' ai réussi à refaire de façon convaincante quasiment tout les patchs d' usine du JP8 et du Juno 106 sur le DM12.
    Nappe, pads, strings, synth mais aussi ambiances et sfx avec la matrice et les effets, il est capable de beaucoup de chose et le fait bien. Il dépote aussi en mode monophonique style sh101 avec son sequenceur ou juno Hoover avec l' unisson.
    A par le DCO 2 qui, je trouve, ne sonne que dans sa config Subosc ou en synchro, ça sonne bien analo polyphonique Roland.
    Attention d'ailleurs au keyreset du DCO 2 qui, une fois enclenché, synchronise bizarrement la phase des 24 oscillateurs et pas seulement le 1 et le 2 de chaque voie ensemble...
    Ça donne des effets mortel avec l' unisson x12 et le detune, mais ça rend le son très droit malgré l' ajout de drift ou detune.
    Comparé à Diva ou au Plugout Roland le tout mis cote à cote sur un système avec un sub, avec le bassboost enclenché ( d' origine sur le juno ) je trouve qu' il a plus de patate, un bas du spectre mieux défini et finalement, plus de possibilités sonores avec ses effets et sa matrice de modulation.
    Il est serte moins gras qu' un synthé à VCO, mais sur un polyphonique c' est pas vraiment dérangeant et comme dit précédemment les options du DM12 permettent de bien grossir le son si l' on veut. Disons que le son de base est net et claquant et pas gras et baveux, on aime ou on aime pas, aprés c' est une affaire de goût.
    Par contre, personnellement, je trouve les sons d' usine plus que moyen, on dirait pour la plupart, des sons à la absynth ou ohmnisphere, souvent noyés dans les effets et ne mettant pas en avant le caractère analo du synthé, dommage.
    Heureusement, la prise en main est très bonne avec la plupart des fonctions directement accessibles en façade, et de nombreux raccourcis très pratiques et rapides pour les autres. C' est un plaisir de faire ses propres sons à partir de zéro, même si je conseille de se faire des presets avec les bidouilles pré-cités dans la matrice, afin de ne pas s' embêter lorsque on veut 2 saw ou 2 PWM à 2 pitch diffèrent par exemples.
    Pour les flemmards ils existent des banques payantes chez Geosynth apparement bien meilleures que celles d' origine.
    D' ailleurs toujours pas de site d' échange de patches dont il avait était question au lancement, ( heureusement il reste AF et les sysex ), ni de réalité augmentée ou de support de capteurs de position comme cela avait était montré lors d' un salon.
    Seuls les effets et le séquenceur nécessitent vraiment l' utilisation de l' éditeur PC ou tablette pour être a l'aise.
    Lorsque on le déballe, le DM12 paraît robuste et bien construit, effectivement les matériaux son nobles, acier et bois, mais lorsque l' on y regarde de plus près, le prix rapport au nombre de voies ne s' est pas réduit comme par enchantement.
    On remarque assez rapidement qu' il y a eu par exemple des économies sur les fixations du PCB ( qui bouge légèrement lorsque l' on appui sur les boutons, moins que sur les exemplaires de présérie mais quand même un peu ), les fixations des flancs ( je m' appui un peu sur la partie en métal ou se trouve les molettes de pitch/mod et celle si ce décale de 1/2 cm par rapport aux flancs....oups rien de cassé mais sa rassure pas vraiment).
    Les presets mettent pas mal de temps à se charger et le synthé galère en mode passthru avec des valeurs mini et maxi qui n accrochent pas bien et parfois des sauts de valeurs qui rendent ce mode périlleux d' utilisation.
    Bref, les faders, les boutons, les matériaux utilisés sont bons, mais tout cela semble vraiment assemblée à moindre coût.
    Le controle qualité et le SAV s' en ressente aussi, et à sa sortie, le DM12 a eu des problèmes de vélocité qui répond mal sur certaines notes. Le problème est résolu ensuite grâce à un update assez rapide de la par de Behringer.
    Ensuite, s' agissant de mon expérience personnelle, j avais malheureusement tablé sur le fait que pour un nouvelle gamme de produits, ils allaient soigner les premiers exemplaires.
    Raté, le potard de volume crache, les flancs sont pas trés bien peints, il y a des marques sur le dessous en métal et le mode passthru ne marche pas correctement.
    Donc aller-retour au SAV pour un produit neuf.
    Le Deepmind est revenu réparé, mais avec toujours le mode passthru qui ne fonctionne pas correctement. Le SAV du constructeur et du vendeur ont mis du temps, soit à admettre, soit à capté le problème. J' ai était obligé de leur expliquer à nouveau celui-ci , faire des tests et des vidéos, car cela ne ce produit que quand les valeurs de paramètre son maxi ou mini ( 0 ou 255 ) et le phénomène s' accentue quand on est pas à l' écran sur la page du paramètre modulé, bref, obligé de passer beaucoup de temps à faire leur boulot...
    Finalement le problème est apparemment un problème de software présent sur toute la série, mais, je suis quasiment seul à m' en plaindre, donc bon...presque un an après la sortie du synthé, toujours pas d' update en vu et aucune date précise n a pu être donnée... Bref flou artistique sur ce bug et c' est bien dommage.
    Autant je peut être compréhensif sur des erreurs de lancement, autant ce manque de visibilité et de franchise me refroidit pas mal.
    Edit: ça y est, le problème du mode passthru viens d' être résolu par un update du firmware. Bon... 1 an et 2 mois aprés la sortie du DM et de façon un peu barbare puisque les valeurs sont catchées à partir de 7 et 248 et que du coup on a un petit saut de valeur entre 0 et 7 et 255 et 248. Un plus par contre pour l' expressivité avec le nouveau mode où le Pitchbend ne module que les notes encore joués ( pas celles en release ).
    Re edit: sur le forum behringer certains utilisateurs se plaignent que le mode passthru est toujours bugger bien qu' amélioré. Les utilisateurs sont encore obligés de prouver leurs dires avec videos à l' appuis. Réponse de Behringer: nos équipes travaille maintenant sur d' autres produits... Donc à priori, pas de correction de bugs de l' OS à venir, pas d apps pour androide, ou de controle via capteur de mouvement comme cela avait était montré lors de certaines démos. Bref, suivit produit vraiment trés limité dans le temps. 2 ans c' est un peu court...
    En conclusion, on peu dire que le Deepmind 12 est un bon synthé low cost. Un poly analogique typé Roland, avec une super matrice de modulation et un énorme bloc d' effets, à prix cassé. Cela n est pas possible sans contre partie.
    Le son est là, mais malheureusement la qualité n' est pas forcément au rendez-vous à tout les niveaux.
    Le temps passé à régler tout ces problèmes de hardware et de soft m' ont fait perdre beaucoup de temps de zique et m' ont un peu refroidi de ce synthè et de cette marque.
    Le fait que le SAV me renvoie un synthé qui ne fonctionne pas correctement alors que j' avais décrit le problème aussi.
    Le peu de considération de Behringer pour les clients qui essuient les plâtres et passent du temps à faire leur boulo en décrivant et analysant les problèmes de leur matériel pour rien aussi, puisque aucune date claire n' a jamais pu m' être fournis pour une mise à jour, et aucun geste commercial si ce n' est un pauvre coupon pour un vst...
    C' est dommage ce Deepmind 12 est un bel instrument a moins de 900€.
    Aprés je suis peut-être vieux jeux , mais quand je vois des machines de ce prix qui sortent bugué et le reste pendant des mois comme le Deepmind ou même certaines Elektron, je reste un peu sur le cul et ça me refroidi, même si le son est là. Bref, dommage...
    Lire moins
cookies

Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives. Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages (en savoir plus). Pour personnaliser vos cookies, merci de cliquer ici.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies

Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies

Cookies non soumis à consentement

Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine et permettent son optimisation. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies.

Préférences du site

Nous retenons vos préférences afin que vous n’ayez pas à effectuer les mêmes actions chaque fois que vous revenez (options forums, mode sombre ou clair, filtres petites annonces, choix onglets news ou buzz, popups newsletters...).

Connexion

C'est grâce à cela que vous n’avez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous venez sur Audiofanzine.

Analytics

Ces données nous permettent de comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :)


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.