Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google

Les meilleures DAW

Le top des séquenceurs audio/MIDI
Partager cet article

Véritable cœur du Home Studio moderne, le séquenceur est un logiciel qui ne se choisit pas à la légère tant il impacte le confort de travail et en définitive, le passage de l'idée à sa réalisation. Petite revue en détail des 18 meilleurs logiciels sur le marché.

Quel est votre séquenceur préféré ?

  • 1 Ableton Live (667 - 29%)
  • 2 Steinberg Cubase (653 - 29%)
  • 3 Apple Logic Pro (449 - 20%)
  • 4 Cockos Reaper (415 - 18%)
  • 5 Avid Pro Tools (354 - 16%)
  • 6 Presonus Studio One (218 - 10%)
  • 7 Propellerhead Reason (213 - 9%)
  • 8 Cakewalk Sonar (162 - 7%)
  • 9 Image-Line FL Studio (140 - 6%)
  • 10 Magix Samplitude (103 - 5%)
  • 11 MOTU Digital Performer (71 - 3%)
  • 12 Apple GarageBand (56 - 2%)
  • 13 Sony Media Software Acid (40 - 2%)
  • 14 Tracktion (34 - 2%)
  • 15 Magix Samplitude Music Studio (34 - 2%)
  • 16 Magix Music Maker (13 - 1%)
  • 17 Steinberg Sequel (8 - 0%)
  • 18 Cakewalk Music Creator Touch (3 - 0%)
Sondage réalisé du 29/05/2013 au 29/05/2014 - 2262 participants - 3 réponses par participant

Elisez votre séquen­ceur préféré en cliquant ici !

Véri­table coeur du Home Studio moderne, le séquen­ceur est un logi­ciel qui ne se choi­sit pas à la légère tant il impacte le confort de travail et en défi­ni­tive, le passage de l’idée à sa réali­sa­tion. Petite revue en détail des 18 meilleurs logi­ciels sur le marché.
Notez que la sélec­tion suivante écarte volon­tai­re­ment les séquen­ceurs broad­cast (Nuendo, Sequoia, Pyra­mix…), autre­ment plus chers, pour se concen­trer sur les séquen­ceurs desti­nés à la produc­tion musi­cale.
Ne sont pas mention­nés non plus les logi­ciels tour­nant sous Linux comme les excel­lents Ardour ou Rose­gar­den, ou le phéno­mé­nal Usine et le sympa­thique Ener­gyXT qui, dans leur approche modu­laire, ne sont pas vrai­ment compa­rables aux autres softs listés ci-dessous.
Gardez à l’es­prit enfin que cette sélec­tion est pure­ment indi­ca­tive et subjec­tive, et qu’un séquen­ceur étant au moins aussi person­nel qu’une brosse à dent, il serait dérai­son­nable de votre part d’ache­ter un logi­ciel plusieurs centaines d’eu­ros sans avoir pu l’es­sayer un tanti­net avant. Pour ce faire, certains éditeurs proposent des versions d’éva­lua­tion, d’autres non. Et c’est bien dommage. Et ce n’est pas très enga­geant pour le client : dur d’in­ves­tir dans un appar­te­ment sans le visi­ter, ou dans une paire de chaus­sure sans l’es­sayer… Mais c’est vous qui voyez. ;-)

Sony Media Soft­ware Acid

PC – 32 & 64 bits
 
Profes­sion­na­li­sant le concept du séquen­ceur à boucles inventé par Magix en 1994 en y ajou­tant le Pitch Shif­ting et le Time Stret­ching en temps réel, Sonic Foun­dry accou­cha avec Acid d’un logi­ciel si effi­cace et intui­tif, en dépit de son inter­face austère, qu’il attira quan­tité de musi­ciens au mètre et de débu­tant en MAO. Racheté depuis par Sony et utilisé comme base pour le logi­ciel de montage vidéo Vegas, Acid est peu à peu devenu un logi­ciel plus géné­ra­liste au prix d’une ergo­no­mie plus lourde, sans jamais parve­nir à s’im­po­ser face à ses concur­rents établis.

Stein­berg Cubase

PC et Mac – 32 et 64 bits
Protec­tion via dongle Syncro­soft
 

Produit phare de Stein­berg, Cubase est à l’ori­gine de quan­tité de révo­lu­tions (ASIO, VST/VSTi, Drum Edit, etc.) et demeure l’un des grands noms de la séquence. Parmi ses origi­na­li­tés, on citera une section Control Room inté­res­sante et des possi­bi­li­tés de trai­te­ments ou auto­ma­tion MIDI pous­sées, que ce soit via la norme VSTex­pres­sion ou le bon vieil éditeur logique. On appré­ciera aussi les récentes évolu­tion du logi­ciel dans l’ar­ran­ge­ment assisté. Côté défauts, on notera un bundle d’ins­tru­ments virtuels qui, en dépit d’ef­forts de la part de l’édi­teur, demeure toujours un peu en deça de ce qu’on pour­rait attendre en regard de la concur­rence et quelques lour­deurs ergo­no­miques évidentes du côté du routing ou encore de la gestion des instru­ments virtuels.

MOTU Digi­tal Perfor­mer

Mac & PC – 32 & 64 bits
 
Long­temps réservé aux utili­sa­teurs de Mac, DP est enfin dispo­nible sous Windows. Pas d’ex­cuse donc pour passer à côté de ce séquen­ceur qui n’a cessé de se boni­fier au fil des versions, et qui demeure l’un des softs préfé­rés de ceux qui font de la musique à l’image, en raison, entre autres, de son excellent éditeur de parti­tions. Sans manquer de rien du côté des fonc­tions essen­tielles, Digi­tal Perfor­mer parvient à faire la diffé­rence dans certains détails bien foutus : inter­face rela­ti­ve­ment person­na­li­sable, gestion de séquences multiples au sein d’un même projet, présence d’un looper évolué, fonc­tion Punch Guard qui enre­gistre ce qui se passe en amont et en aval de la piste pour ne rien rater, etc. Tout en jouis­sant d’un excellent bundle d’ef­fets (avec notam­ment un EQ dyna­mique très recom­man­dable), le logi­ciel pêche toute­fois du côté des instru­ments virtuels : en dehors des synthés, les amateurs d’ins­tru­ments acous­tiques ne seront pas à la fête avec le trop rustique Nano­sam­pler. Disons que le papa de Mach­Five, Elec­tric Keys, Ethno et Sympho­nic Instru­ments aurait pu se fendre d’une version allé­gée de son super sampler pour se mettre à la hauteur de la concur­rence sur ce point.

Image-Line FL Studio

Prix : de 95 à 700 € suivant la version
PC unique­ment – 32 & 64 bits

 
Héri­tier du véné­rable Share­ware Fruity Loop, FL Studio garde de son ancêtre une voca­tion marquée pour le Beat­ma­king et donc pour les styles Hip Hop et élec­tro, même si rien n’em­pêche de l’uti­li­ser pour d’autres genres musi­caux. Propo­sant une ergo­no­mie très singu­lière avec son Step Sequen­cer central et sa gestion parti­cu­lière des inserts et envois d’ef­fets, le logi­ciel se distingue aussi par un prix très abor­dable et une poli­tique commer­ciale réjouis­sante : l’achat de la  version en cours vous donne droit aux mises à jour… à vie! C’est sans doute ce qui lui vaut d’avoir une commu­nauté extrê­me­ment active, comp­tant notam­ment de nombreux remixeurs ou musi­ciens élec­tro­niques pro, à l’heure où beau­coup ont encore trop souvent l’idée que FL Studio n’est qu’un gros jouet. Si l’on se réjouira de son ouver­ture au live depuis la version 11, on  repro­chera en revanche au logi­ciel de confondre quan­tité et qualité dans son bundle d’ef­fets et d’ins­tru­ments sur les versions courantes, cepen­dant que la version inté­grale conte­nant tous les excel­lents plug-ins qu’Image-Line vend par ailleurs atteint quand même le prix de 700 € en télé­char­ge­ment…

Apple Gara­ge­Band

De gratuit (avec un Mac neuf) à 14 €

Mac – 32 et 64 bits

 

Inspiré du Music Maker de Magix ou de l’Acid de Sonic Foun­dry/Sony, Apple propose avec Gara­ge­band l’un des logi­ciels les plus inté­res­sants pour les grands débu­tants, à condi­tion qu’ils disposent d’un Mac avec lequel le soft est désor­mais livré. Doté d’une inter­face limpide, Gara­ge­Band repose essen­tiel­le­ment sur la combi­nai­son de boucles audio ou MIDI, de sorte qu’on obtient des résul­tats digne d’in­té­rêts le plus simple­ment du monde. S’il est livré avec quan­tité de boucles prêtes à l’em­ploi recou­vrant un large éven­tail de sono­ri­tés et de styles, le soft est toute­fois loin de se limi­ter à explo­rer des variantes combi­na­toires en permet­tant notam­ment d’en­re­gis­trer et d’édi­ter ses propres parties audio ou MIDI. Dans les recoins du soft, on découvre  en outre quan­tité de fonc­tion­na­li­tés qui permettent d’étendre encore un peu plus le champ des possi­bi­li­tés : section d’ef­fets rela­ti­ve­ment complète utili­sable en Insert de piste ou de Master, trans­po­si­tion et correc­tion tonale de l’au­dio, auto­ma­tions, compa­ti­bi­lité Audio Unit, etc. Ne manque réel­le­ment qu’une gestion des effets en envoi, ce qui n’a rien de très regret­table sur un logi­ciel grand public. Bref, un excellent logi­ciel pour commen­cer… sur Mac… et sur iPhone/iPad puisque les tablettes  tactiles  d’Apple proposent aussi leurs décli­nai­sons du logi­ciel, certes moins complètes, mais néan­moins dignes d’in­té­rêt.

Able­ton Live

Mac & PC – 32 & 64 bits
 
Révo­lu­tion à sa sortie parce qu’il dépor­tait le séquen­ceur tradi­tion­nel­le­ment dédié au studio dans l’uni­vers du Live, le séquen­ceur d’Able­ton est devenu une véri­table insti­tu­tion et le séquen­ceur favori de quan­ti­tés de DJ ou de musi­ciens élec­tro­niques qui l’uti­lisent sur scène comme en studio, seul ou en complé­ment de leur setup. Son point fort ? Sa matrice de pads et ses fonc­tion­na­li­tés lui permet­tant de compo­ser et d’ar­ran­ger un morceau en temps réel, mais aussi l’in­té­gra­tion de Max4­Live, un bundle d’ins­tru­ments et effets réali­sés avec MaxMSP et pensé spéci­fique­ment pour décu­pler les possi­bi­li­tés du logi­ciel. Autre avan­tage, le soft dispose de nombreux contrô­leurs qui lui sont dédiés, à commen­cer par ceux d’Akai ou de Nova­tion, ainsi que de nombreuses appli­ca­tions iPad. Son défaut ? Une prédis­po­si­tion certaines pour les musiques binaires : ce n’est pas forcé­ment le logi­ciel auquel on pense­rait en premier lieu pour écrire de la musique sympho­nique à l’image ou du jazz…  

Apple Logic Pro

Prix : 180 €
Mac – 32 et 64 bits
 
Depuis son rachat par Apple qui le vend à un prix sacri­fié pour promou­voir l’achat de Mac, Logic est certai­ne­ment l’un des meilleurs rapport qualité/perfor­mances/prix du marché, à condi­tion d’avoir un Mac donc, et de se satis­faire d’un logi­ciel qui n’a plus connu de mise à jour depuis 2 ans, sans qu’Apple se sente le devoir de rassu­rer ses utili­sa­teurs. Ses points forts? Une gestion poin­tue des confi­gu­ra­tions audio/midi complexes via la fenêtre Envi­ron­ne­ment, l’uti­li­taire Mains­tage dédié au jeu et à l’en­re­gis­tre­ment Live et un solide éditeur de parti­tion, en plus de quelques plug-ins de bonne facture, notam­ment du côté des delays. Ses points faibles ? Un avenir très incer­tain qui n’in­cite certai­ne­ment pas à inves­tir et à se lier à une plate­forme dont on ne sait pas si elle va finir en Gara­ge­band Pro ou en iLogic, perdant au passage la moitié de ses fonc­tion­na­li­tés. La chose n’au­rait rien d’éton­nant après le tollé provoqué par le mise à jour de Final Cut Pro en version X…

Cake­walk Music Crea­tor Touch

Prix : 50 €
PC – 32 & 64 bits
 
Occu­pant l’en­trée de gamme chez Cake­walk, Music Crea­tor se pose entre un Gara­ge­band en terme de simpli­cité et un Live ou un Fruity Loops grâce à l’in­té­gra­tion d’un Pattern Editor et de Matrix, l’in­ter­face de mani­pu­la­tion de boucles en live récu­pé­rée de Sonar. Mais l’ori­gi­na­lité du soft tient dans le fait qu’il est compa­tible avec les écrans tactiles, ce qui rend son usage rela­ti­ve­ment intui­tif pour les débu­tants. Une parfaite entrée en matière, même si l’en­trée de gamme de Sonar pour­rait bien lui faire de l’ombre par son côté plus géné­rique et évolu­tif. 

Magix Music Maker

PC – 32 et 64 bits
 
Ne l’ou­blions pas : Music Maker fut, bien long­temps avant Gara­ge­band, eJay ou encore Acid, le premier séquen­ceur à boucle audio, deve­nant à l’oc­ca­sion le premier soft de MAO vrai­ment grand public. Bien des versions plus tard, le logi­ciel a gardé cette orien­ta­tion et demeure une alter­na­tive inté­res­sante à Sequel ou Acid Music Studio, parce qu’il propose quelques instru­ments, effets et outils (Ampli guitare Vandal, instru­ments Vita, Loop Desi­gner…) tout à fait dignes d’in­té­rêt pour le débu­tant. Les défauts seront à cher­cher du côté de la table de mixage, avec des limi­ta­tions dans le nombres d’ef­fets en insert comme en send qui simpli­fient les choses dans un premier temps, mais les compliquent vite à mesure que l’uti­li­sa­teur devient plus aguerri.  
 

Avid Pro Tools

Prix : 650 €
Mac & PC – 32 & 64 bits
Protec­tion via Dongle iLok
 
Parce qu’il fait partie inté­grante d’un écosys­tème logi­ciel et maté­riel répon­dant à quasi­ment tous les besoins des profes­sion­nels de la musique et du broad­cast, Pro Tools est depuis plus de 15 ans le soft de réfé­rence du monde de l’au­dio pro, et celui qui équipe la quasi-tota­lité des studios. Bien que le logi­ciel  soit depuis sa version 9 utili­sable avec n’im­porte quelle inter­face audio, son prin­ci­pal inté­rêt réside toute­fois dans son apti­tude à exploi­ter les cartes à DSP construites par Avid et qui lui permettent de gérer les effets en temps réel sur de gros projets (plus de cent pistes) avec une latence quasi-nulle, tout en gérant des formats ou des normes que certains concur­rents ignorent. Ayant récu­péré quelques produc­tions signées Wizoo, Eupho­nix ou encore Bomb Factory, le logi­ciel propose par ailleurs des effets et instru­ments tout à fait recom­man­dables. Ses prin­ci­paux défauts ? Une certaine lenteur dans son évolu­tion et un prix qui a vite fait de s’en­vo­ler lorsqu’on y ajoute le Complete Produc­tion Tool­kit qui, bien que tourné vers les utili­sa­teurs dési­rant faire du son à l’image, n’en comprend pas moins des fonc­tions utiles pour la musique à… 1700 €! Sa force ? Là où les autres éditeurs vendent des logi­ciels, Avid est le seul avec Pro Tools à propo­ser des solu­tions, ce qui, au regard de nombreux profes­sion­nels, n’a pas de prix. 

Cockos Reaper

Prix : de 46 à 172 € suivant la version
Mac & PC – 32 & 64 bits
 
 
Codé par l’au­teur de Winamp et du réseau Gnutella, Reaper n’est pas seule­ment l’un des séquen­ceurs les moins chers du marché, il est aussi et surtout le plus person­na­li­sable de tous, que ce soit au niveau de son inter­face ou de ses fonc­tion­na­li­tés. Jouis­sant d’une commu­nauté extrê­me­ment active, il dispose ainsi de quan­ti­tés de modules, skins et add-ons qui lui permettent de s’adap­ter aux goûts et besoin de chacun. Ne faisant l’im­passe sur aucune fonc­tion­na­lité majeure et livré avec l’ex­cellent bundle Reaplugs, Reaper se paye en outre le luxe d’avoir un moteur audio extrê­me­ment souple (audio et midi peuvent par exemple coha­bi­ter sur une même piste cepen­dant que les options de routing n’ont rien à envier à la concur­rence). Certains regret­te­ront sans doute l’ab­sence d’un éditeur de parti­tion, d’une véri­table offre en matière d’ins­tru­ments virtuels ou encore son côté 'usine à gaz’ qui pourra perdre les débu­tants mais ces réserves sont aisé­ment balayées par le rapport qualité/prix excep­tion­nel du logi­ciel et par le bon esprit qui entoure sa commer­cia­li­sa­tion : point ici de version démo bridée, ni de version Light ou Studio qui serait moins complètes que la version pro. Quelque soit la licence que vous possé­diez, le soft dispose des mêmes fonc­tion­na­li­tés. Ce qui fait la diffé­rence ? Votre obli­ga­tion morale de rétri­buer les créa­teurs du logi­ciel selon son contexte d’uti­li­sa­tion. Si vous utili­sez Reaper à des fins profes­sion­nelles, il vous en coûtera 250 $, et 60$ seule­ment si vous êtes amateur. Quant à la version d’éva­lua­tion, elle est plei­ne­ment fonc­tion­nelle et non limi­tée dans le temps, les auteurs ne s’en remet­tant qu’à votre sens moral et un petite fenêtre pour vous inci­ter à acqué­rir une licence. Une poli­tique dont l’ou­ver­ture fait défaut à la quasi tota­lité de la concur­rence, si chère et profes­sion­nelle soit-elle.

Propel­le­rhead Reason

Mac & PC – 32 & 64 bit
Protec­tion via dongle USB Igni­tion Key, inter­face audio Balance ou auto­ri­sa­tion en ligne

Depuis qu’il a fusionné avec le logi­ciel d’en­re­gis­tre­ment Record et qu’il dispose de son propre format de plug-ins de tierce partie, Reason est sans conteste le logi­ciel qui mérite le mieux l’ap­pel­la­tion de studio virtuel. Au delà de ses inter­faces photo-réalistes, le logi­ciel vaut surtout pour son système de câbles virtuels qui s’avère extrê­me­ment puis­sant en terme de routing audio comme MIDI mais pourra rebu­ter ceux qui n’ont jamais mani­pulé de vraies machines ou agacer ceux qui consi­dèrent juste­ment que l’un des premiers inté­rêts de la MAO était de se défaire des galères de câblages. À noter que le soft est riche d’une commu­nauté très active mais qui demeure très orien­tée vers la musique élec­tro­nique, en raison de cette longue période ou Reason, privé de fonc­tion­na­li­tés d’en­re­gis­tre­ment audio, n’était qu’un super-instru­ment. A noter enfin que le parti pris graphique du logi­ciel pour le Vintage à défaut de l’épure s’ac­com­mode bien mal des petits écrans, ou même d’un écran unique, à moins de vouloir passer son temps à scrol­ler dans les diffé­rentes fenêtres.
 

Magix Sampli­tude

PC – 32 & 64 bits
 
Long­temps cantonné à l’au­dio mais incluant depuis ses versions 8–9 des fonc­tions de sequen­cing MIDI, Sampli­tude est un logi­ciel dont la prin­ci­pale origi­na­lité tient dans son concept d’objets audio qui s’avère extrê­me­ment puis­sant et impacte gran­de­ment la façon dont on enre­gistre, édite ou mixe avec le logi­ciel : chaque clip audio dispose ainsi de ses propres inserts, sends, auto­ma­tions et trai­te­ment non destruc­tif, qui s’ajoutent à ceux de la piste et du bus dans lequel elle est envoyée. Au-delà de cette parti­cu­la­rité, le logi­ciel se distingue égale­ment par son bundle d’ef­fets et d’ins­tru­ments très au-dessus de la moyenne en terme de qualité. On appré­ciera notam­ment l’in­té­gra­tion du sampler Inde­pen­dence et des excel­lentes banques de sons Yellow Tools, mais aussi quan­tité de plug-ins extrê­me­ment perfor­mants, cepen­dant que la présence d’une édition spec­trale au sein du soft ainsi que des fonc­tions de restau­ra­tion ou de maste­ring/autho­ring sont de vrais plus à mettre au crédit du logi­ciel. Stable et perfor­mant, Sampli­tude a toute­fois la parti­cu­la­rité d’être rela­ti­ve­ment tech­nique dans son ergo­no­mie et ses approches. Il convien­dra ainsi mieux à l’ingé son chevronné qu’au musi­cien débu­tant. Notons le enfin : sa version la plus inté­res­sante (inté­grant Inde­pen­dence, 70Go de sons, ainsi que les plugs Vandal et ceux issus de l’Ana­logue Model­ling Suite Plus) est vendu à 949 €, soit un tarif rela­ti­ve­ment élevé par rapport à ses concur­rents.

Magix Sampli­tude Music Studio

Prix : de 50 à 100 €
PC – 32 et 64 bits
 
Appelé Magix Music Studio ou Sampli­tude Music Studio, il s’agit un peu du Sampli­tude du pauvre et d’une option à consi­dé­rer comme premier séquen­ceur, vu qu’on y trouve les outils essen­tiels à la produc­tion (dont un éditeur de pitch avec préser­va­tion des formants, chose plutôt rare dans cette gamme de prix) en béné­fi­ciant des fameux objets audio propre au moteur de Sampli­tude. Si le soft fait montre de nombreuses quali­tés et d’un bundle cohé­rent en regard de son prix, les défauts seront plutôt à cher­cher du côté de l’in­ter­face et de l’er­go­no­mie du logi­cielle, qui pour­raient rebu­ter les grands débu­tants par son côté un brin complexe parfois.

Stein­berg Sequel

Prix : 75 €
Mac & PC – 32 & 64 bit
 
Réponse de Stein­berg au Gara­ge­Band d’Apple, Sequel reprend a priori les mêmes ingré­dients d’un séquen­ceur pensé pour le grand public, mais en intro­dui­sant quelques ajouts inté­res­sant, que ce soit au niveau des instru­ments dispo­nibles (outre le rompler Halion Sonic SE, on dispose du Drum Sampler Groove Agent One, tous deux héri­tés de Cubase), des outils de sequen­cing (Beat Desi­gner pour les rythmes, Step Enve­lopes pour les auto­ma­tions) ou encore de certaines fonc­tion­na­li­tés pensées pour le jeu en live (panneaux Quick Control et matrice de Pads pour déclen­cher en temps réel des portions d’ar­ran­ge­ment, façon Able­ton Live). Livré avec quan­tité de boucles, il est toute­fois handi­capé par des effets vrai­ment trop rudi­men­taires et un support des plug-ins de tierce partie se limi­tant au format VST3. Quand on sait que l’écra­sante majo­rité des plugs est au format VST2, on en vient à se deman­der si Stein­berg n’a pas bête­ment eu peur que son Sequel fasse de l’ombre aux versions allé­gées de Cuba­se… Dur de le recom­man­der dans ces condi­tions, même à 75 €… 

Cake­walk Sonar

PC – 32 et 64 bits
 
 
Réservé à la plate­forme PC, Sonar est l’un des séquen­ceurs les plus utili­sés aux Etats Unis et l’un des plus dyna­miques aussi en terme de déve­lop­pe­ment, ses auteurs étant souvent les premiers à inté­grer les inno­va­tions en prove­nance de l’in­for­ma­tique géné­ra­liste (64 bit, gestion des écrans tactiles, etc.) tout en propo­sant un des meilleurs bundles de plug-ins qui soient sur la marché. Plutôt que de réin­ven­ter la roue, Cake­walk mise sur des rachats et des parte­na­riats, ce qui lui permet de propo­ser des effets et des instru­ments en prove­nance des meilleurs déve­lop­peurs de la planète : RGCau­dio, Kjae­rhus, Over­loud, True­Pa­nios, Softu­be… et Roland, la compa­gnie nippone étant proprié­taire de Cake­walk. Ajou­tons à cela une inter­face rela­ti­ve­ment person­na­li­sable et un rapport qualité/perfor­mance/prix bien étudié sur les diffé­rentes versions propo­sées du logi­ciel et vous compren­drez la longé­vité de ce soft dont le prin­ci­pal défaut tient, comme pour tous les plus anciens séquen­ceurs, dans son côté un peu usine à gaz.

Preso­nus Studio One

Mac & PC – 32 & 64 bit
 
 
Déve­loppé par d’an­ciens employés de Stein­berg autour d’un moteur audio flam­bant neuf, Studio One est assu­ré­ment le fruit d’une étude minu­tieuse des concur­rents afin de propo­ser un séquen­ceur qui reprenne le meilleur de chacun tout en s’af­fran­chis­sant de certaines lour­deurs ergo­no­miques. De fait, on y retrouve toutes les fonc­tions essen­tielles de ses rivaux à ceci près qu’elles s’ef­fec­tuent de façon beau­coup plus fluides, en moins de clics et dans une inter­face qui fait la part belle au drag&drop. Mais son plus gros avan­tage tient sans doute dans l’in­té­gra­tion du logi­ciel de correc­tion tonale et tempo­relle Melo­dyne de Cele­mony, très supé­rieur dans ses algo­rithmes à ceux de Zplane qui sont utili­sés dans plupart des séquen­ceurs concur­rents (et le seul à gérer la poly­pho­nie avec le Zynap­tiq Pitch­map). Si les tarifs sont plus que corrects, avec notam­ment une version gratuite qui n’a rien d’un gadget, les défauts seraient plutôt à cher­cher du côté des instru­ments virtuels et de la lisi­bi­lité, l’in­ter­face abusant un peu trop des petits carac­tères. Par rapport aux vieux de la vieille de la séquence, certains compo­si­teurs déplo­re­ront sans doute aussi l’ab­sence d’un éditeur de parti­tion. Un manque que beau­coup seront près à pardon­ner vu le gain de produc­ti­vité qu’offre le logi­ciel.

Track­tion

Prix : 46 €
Mac & PC – 32 & 64 bit
 
Après avoir amené quan­tité d’in­no­va­tions à sa sortie, Track­tion a bien failli mourir de son rachat par Mackie qui s’est contenté d’en faire un vulgaire soft à bundle. Son génial auteur a fort heureu­se­ment repris son indé­pen­dance et livre désor­mais Track­tion pour une cinquan­taine d’eu­ros, ce qui en fait une aubaine pour les débu­tants comme pour ceux qui sont à la recherche d’un séquen­ceur bloc-note ultra ergo­no­mique et autre­ment plus léger que les maston­dontes du genre. Ses points forts ? Une ergo­no­mie lumi­neuse, tous les aspects de la produc­tion audio étant gérés depuis une seule et même fenêtre, mais aussi un système permet­tant de combi­ner des plug-ins pour créer des effets complexes ou encore des super-instru­ments. Du côté des défauts, ceux qui sont à la recherche d’un séquen­ceur bardé d’ins­tru­ments et d’ef­fets ou encore de fonc­tions évoluées comme on en trouve dans les plus gros séquen­ceurs risquent de se sentir frus­tré. Disons que le soft est à un Cubase, un Sonar ou un Logic ce que Pages ou Word­pad sont à Word, avec tous les incon­vé­nients que cela suppose en terme d’ex­haus­ti­vité, mais tous les avan­tages aussi du côté de la simpli­cité, et donc de la créa­ti­vité. Et pour ce prix…
 
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.