Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Komplete 11
Photos
1/80

On refait le patch #44 : Test de la Komplete 11 Ultimate de Native Instruments

Bundle de logiciels MAO de la marque Native Instruments appartenant à la série Komplete

Prix public : 599 € TTC
test vidéo
75 réactions
Komplete goes to eleven
9/10
Award Valeur sûre 2016
Partager cet article

Pour la onzième fois, Native Instruments revient avec son bundle de référence compilant d'une part les produits sortis depuis la version 10, mais réservant aussi quelques nouveautés.

Le test vidéo

Évidem­ment, l’oc­ca­sion était trop belle pour ne pas faire un gros ORLP dessus :

Mais que les aficio­na­dos du texte se rassurent avec ce qui suit.

Chan­ge­ment de gamme, de concept, de support et de prix

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : ultimate

La première des nouveau­tés de cette Komplete tient dans l’offre même puisque la Komplete Select, qui était jusqu’ici un bundle offert avec l’achat de certains contrô­leurs Native Instru­ments, peut désor­mais être ache­tée indé­pen­dam­ment de ces derniers pour 200 petits euros. L’ini­tia­tive est excel­lente si l’on consi­dère que les instru­ments et effets qu’elle intègre n’ont rien de produits de seconde zone : Drum­lab est une excel­lente batte­rie virtuelle tout terrain, Massive et Monark sont parmi les meilleurs synthés du marché, Scar­bee Mark I demeure LE Rhodes virtuel de réfé­rence (en atten­dant Keys­cape), The Gent­le­man est à n’en pas douter un excellent piano et Vintage Organs propose une collec­tion d’orgues élec­triques très poly­va­lente. À eux 6, ces instru­ments vaudraient déjà large­ment l’in­ves­tis­se­ment de 200 euros, et vu qu’ils sont complé­tés par Reak­tor Prism (synthé), Retro Machines (synthés samplés), West Africa (percus afri­caines), le compres­seur Solid Bus Comp et le delay Replika, inutile de dire que si vous n’en­vi­sa­gez pas d’ache­ter du maté­riel NI avec lequel le bundle est offert, le jeu en vaut large­ment la chan­delle même si beau­coup auraient sans doute préféré troquer le sympa­thique, mais trop pointu West Africa pour une basse Scar­bee, un Session Horns ou un Session Strings sans doute plus utiles au quoti­dien…

Cette entrée de gamme est donc excel­lente, mais il s’agira de ne pas se réjouir trop vite puisque Native profite de la réor­ga­ni­sa­tion de son offre pour augmen­ter de 20% les tarifs de la Komplete « normale » et de la Komplete Ulti­mate qui sont donc vendus aux prix respec­tifs de 600 et 1200 euros (au lieu de 500 et 1000). Il est clair que la hausse est consé­quente. Toute­fois, il faut le recon­naître : même à ces nouveaux prix, le rapport qualité/prix proposé par Native Instru­ments demeure l’un des plus excep­tion­nels du marché et si vous deviez vous équi­per de produits concur­rents, il y a fort à parier que vous devriez dépen­ser beau­coup plus pour dispo­ser d’un bundle équi­valent. Souli­gnons en outre que la poli­tique de l’édi­teur en matière de mises à jour est plutôt sympa­thique même si elle est discu­table (voir enca­dré).

Termi­nons enfin ce tour d’ho­ri­zon de l’offre Komplete en souli­gnant un détail révélé par Native en cours d’an­née, mais qui aura peut-être échappé à certains : désor­mais, la Komplete Ulti­mate ne contient plus l’in­té­gra­lité des instru­ments virtuels de l’édi­teur. C’est ainsi que les instru­ments orches­traux co-réali­sés avec Soun­di­ron et Audio­bro ne font pas partie du pack même s’ils sont en partie repré­sen­tés par le biais de versions allé­gées nommées Essen­tial.

Bref, cette nouvelle mouture aura de quoi faire grin­cer quelques dents, d’au­tant qu’en dehors des produits publiés dans l’an­née et des Symphony Essen­tial que nous venons d’évoquer, la seule vraie nouveauté se résume au synthé­ti­seur Form… Et c’est tout ! Pas de Kontakt 6 ? Non. Pas de Guitar Rig 6 ? Non. Pas de mise à jour majeure pour aucun autre instru­ment ou effet ? Non. Déçu ? Oui, car rappe­lons-le, la sortie des versions 5 de Guitar Rig et Kontakt remonte tout de même à… novembre 2011 !

Et pour­tant, cette sata­née augmen­ta­tion et ces petits rendez-vous manqués n’en­tament en rien la répu­ta­tion de cette onzième Komplete, comme nous allons le voir en instal­lant les 480 gigots de l’Ul­ti­mate sur notre disque dur carnas­sier. Surtout que Native nous réserve dès cette étape une chouette surprise.

Access gran­ted

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : nativeaccess

La bonne surprise tient dans l’ap­pa­ri­tion de Native Access, un nouvel instal­leur qui, une fois qu’il ne sera plus en beta, rempla­cera défi­ni­ti­ve­ment le bon vieux Service Center. Qu’est-ce qu’amène ce nouveau système ? La possi­bi­lité d’ins­tal­ler tout ou partie de la Komplete sans devoir passer par un disque d’ins­tal­la­tion puisque tous les logi­ciels et banques sont désor­mais télé­char­geables. Ça n’em­pêche pas Native de four­nir son Ulti­mate comme la Komplete avec un petit disque dur (d’où sans doute l’aug­men­ta­tion de tarif global, même si les version télé­char­geables ne sont pas moins chères), mais c’est quand même bien agréable de pouvoir se passer de ce dernier pour instal­ler un simple plug, tandis que la plus grande avan­cée appor­tée par le Native Access tient dans le système de mises à jour. Ce dernier permet enfin de mettre â jour tous les logi­ciels d’un coup, au lieu de devoir lancer un par un les instal­leurs comme avec le Service Center. Ce n’était pas faute de le récla­mer depuis des années et Native l’a fait : Allé­luia ! Curieu­se­ment, le logi­ciel ne permet pas pour l’ins­tant de désins­tal­ler le moindre élément de la Komplete, ce qui serait pour­tant bien pratique, mais gageons que Native aura à cœur de chan­ger cela prochai­ne­ment. Une mention de ce que chaque mise à jour apporte serait égale­ment bien­ve­nue et nous évite­rait d’avoir à foui­ner dans les forums de l’édi­teur pour le savoir. Et on aime­rait même avoir plus de lati­tude dans l’ins­tal­la­tion de certains conte­nus, comme la banque de base de Kontakt, qu’on aime­rait pouvoir instal­ler partiel­le­ment pour gagner de la place sur le disque dur (à quoi bon en effet instal­ler les claviers et basses qu’elle propose quand on a mieux par ailleurs… À bon enten­deur).

L’ins­tal­la­tion termi­née, nous pouvons à présent nous pencher sur les nouveau­tés neuves, à commen­cer par les Symphony Essen­tials, ce qui nous donne l’op­por­tu­nité de décou­vrir la version 5.6 de Kontakt.

Appor­tant pour l’es­sen­tiel de nouvelles possi­bi­li­tés au niveau du langage de script, cette dernière béné­fi­cie d’une inter­face graphique légè­re­ment rema­niée pour se marier avec le flat design utilisé par le logi­ciel Komplete Kontrol. Autant le dire, ce petit coup de pein­ture est très loin de la refonte dont aurait bien besoin Kontakt et réus­sit même l’ex­ploit de dégra­der sensi­ble­ment l’er­go­no­mie du logi­ciel qui était déjà très perfec­tible.

En effet, alors que jusqu’ici le clavier au bas du logi­ciel se colo­rait pour montrer où se trou­vaient les keys­witches, un graphiste bien mal inspiré a cru bon de réduire cette colo­ra­tion à des languettes de 2 pixels surplom­bant les touches pour mimer l’es­thé­tique propre au Light Guide sur les claviers Komplete. Résul­tat : on plisse les yeux pour y voir, ce qui s’avère parfai­te­ment contre-produc­tif. Signa­lons pour rester sur le sujet que les polices utili­sées par le logi­ciel sont toujours aussi ridi­cu­le­ment minus­cules, posant de gros problèmes de lisi­bi­lité. Bref, ce coup de Ripo­lin qui ne concerne que la surface du logi­ciel (les inter­faces de para­mé­trage des sons n’ont pas bougé) ne trom­pera personne et on espère fran­che­ment que Native aura à cœur de faire un travail de fond pour la version 6 du logi­ciel (voir enca­dré), car si Kontakt offre de remarquables possi­bi­li­tés et vous donne accès à de fabu­leux instru­ments, il accuse vrai­ment son âge du côté ergo­no­mique.

Qu’im­porte toute­fois la facture du flacon, direc­tion l’ivresse des banques avec les Symphony Essen­tials.

Astiquez les cuivres et sortez les cordes

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : strings ensemble

Décli­nai­son des instru­ments orches­traux réali­sés par Audio­bro et Soun­di­ron pour le compte de Native dans la gamme Symphony Series, les Symphony Essen­tial sont au nombre de 5 : Wood­wind Ensemble, Wood­wind Solo, Brass Ensemble, Brass Solo et Strings Ensemble. Comme vous l’au­rez noté, il n’y a pas de Strings Solo, ce qui demeure une lacune dans la Komplete même si la banque de Kontakt propose quelques patches qui peuvent dépan­ner, dont la plupart émanent de la collec­tion Vienna Sympho­nic Orches­tra.

Chaque volume des Symphony Essen­tials se subdi­vise en plusieurs instru­ments. C’est ainsi que pour les cordes, on pourra char­ger au choix les contre­basses, les violon­celles, les altos, les premiers et seconds violons, ou un patch mappant les diffé­rents pupitres sur tout l’éten­due du clavier, ce qui s’avère pratique pour le jeu en live comme pour écrire rapi­de­ment des arran­ge­ments.

En termes d’in­ter­face, on est très proche des Symphony Series, avec bien évidem­ment moins d’op­tions, mais l’es­prit reste le même : un gros bouton central affecté par défaut à la molette du clavier permet de contrô­ler la vélo­cité des notes du pianis­simo au fortis­simo, tandis qu’on trouve juste en dessous des contrôles sur le son même : attaque, relâ­che­ment et, selon l’ins­tru­ment, Tight­ness (qui permet de défi­nir le début de lecture du sample pour avoir une attaque plus ou moins agres­sive), Bright­ness, Expres­sion, Motion ou Vibrato (Motion étant le nom que prend le vibrato pour les ensembles).

Sous la fenêtre prin­ci­pale, un bandeau noir permet d’ac­cé­der aux diffé­rentes arti­cu­la­tions et aux options de mapping, mais aussi à quelques scripts et leurs para­mètres variant suivant les instru­ments : legato, répé­ti­teur de note, arpé­gia­teur, etc. On demeure loin de la sophis­ti­ca­tion qu’a pu atteindre le module Anima­tor présent dans Session Horns Pro et Session Strings Pro, mais il y a de quoi se simpli­fier nette­ment la vie au quoti­dien. Sur les cuivres, le répé­ti­teur de note qui permet de faire des TuTuuuuut, TuTu­Tuuuuut ou des TuTu­Tu­Tuuuuut est ainsi très pratique à utili­ser même si, avouons-le, l’ar­pé­gia­teur proposé par Soun­di­ron sur les instru­ments à vent sonne bien souvent comme… un arpé­gia­teur. Le mode trille est notam­ment loin d’être convain­cant alors qu’il est très convain­cant chez Audio­bro (sans doute aussi parce que les trilles ont été samplées), tout comme leur mini-Anima­tor.

Finis­sons ce tour d’in­ter­face en visi­tant l’on­glet Effets qui rassemble un EQ, un compres­seur, une réverbe à convo­lu­tion et un filtre. Bref, une section d’ef­fets de base, bien­ve­nue et bien faite, mais sur laquelle il n’y a ni grand-chose à redire, ni grand-chose à dire d’ailleurs.

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : brass ensemble

Reste à parler du son des instru­ments qui est excellent, tout autant qu’il l’était sur les Symphony Series déjà testées sur Audio­fan­zine vu que les samples proviennent des mêmes sessions. L’ex­cel­lence n’étant pas toute­fois au-delà de toutes critiques, souli­gnons que certains partis pris dans la réali­sa­tion de ces banques sont discu­tables. Ayant commencé mes tests par une flûte solo (pourquoi pas ?), j’ai été surpris par la jolie, mais très présente réver­bé­ra­tion dont est baigné l’ins­tru­ment. Me préci­pi­tant sur la section d’ef­fets pour couper la réverbe ou du moins la dimi­nuer, j’ai eu la désa­gréable surprise de voir qu’elle n’était pas acti­vée ! Sachez-le donc : l’am­biance est très présente dans le mixage proposé dans ces versions allé­gées (surtout d’ailleurs sur les instru­ments Soun­di­ron) sachant que, bien évidem­ment, vous ne pouvez pas jouer sur le dosage des micros. Cela ne gênera pas néces­sai­re­ment celui qui veut faire de la sympho­nie wagné­rienne avec tambour de guerre pour l’at­taque des trolls, mais pour un quatuor à l’am­biance plus inti­miste, on pourra sans doute trou­ver mieux. L’autre point néga­tif de cette réverbe très présente, c’est que les bois et cuivres réali­sés par Soun­di­ron n’ont pas été enre­gis­trés au même endroit que les cordes réali­sées par Audio­bro, comme l’avait relevé Slee­pless lors de ses tests. En résulte un manque de cohé­rence qui pourra s’avé­rer gênant pour que la sauce prenne. Avec un son offrant plus de proxi­mité, on s’en serait sorti en envoyant le tout d’un bus de réverbe, mais rajou­ter de la pièce sur des sons propo­sant déjà beau­coup d’am­biance aura vite fait de s’avé­rer contre-produc­tif. Reste alors le pis-aller de jouer sur le relâ­che­ment des samples, mais on porte alors préju­dice au sustain de l’ins­tru­ment sans pouvoir inter­ve­nir sur les réflexions précoces qui se trouvent en amont du son. Bref, ça tourne au casse-tête.

Voyez qu’il y a à redire, mais ces détails m’ont moins chagriné à l’usage que le choix des arti­cu­la­tions rete­nues qui m’a semblé moins perti­nent que sur Session Strings et Session Horns. Évidem­ment, les basiques sont là et bien là : Legato, Stac­cato, Spicato, Tremo­lo… Mais où donc sont passés les porta­menti et autres glis­sandi pour­tant plus essen­tiels que bien des arti­cu­la­tions plus exotiques qu’on nous propose par ailleurs ? Ils sèchent les cours, les affreux ! Et c’est bien dommage, pour les cordes comme pour les vents. Tout comme il est dommage de voir que la plupart des arti­cu­la­tions ‘évo­lu­ti­ves’ comme les Cres­cendi, Sfor­zandi et autres sont propo­sées à un unique tempo fixe : à moins de faire un rendu audio et de faire de l’édi­tion ensuite avec un Melo­dyne, elles sont donc diffi­ci­le­ment utili­sables dès que le tempo de votre projet ne se marie pas avec ces derniè­res…

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : articulations

En résulte une certaine frus­tra­tion face à ces nouveau­tés qui, évidem­ment, donne envie de passer aux Symphony Series… ce qui est proba­ble­ment le but de la manoeuvre. Et on sera d’au­tant plus tenté de le faire que sur les cordes d’Au­dio­bro, on accède notam­ment à la gestion des Divi­sis qui change tout pour le réalisme. À voir si Native réus­sira son pari sur ce point, car pour le prix réclamé (pour les posses­seurs de la Komplete 2–10, il faudra débour­ser 900 euros pour passer les cuivres, les bois et les cordes Symphony Essen­tials en Symphony Series), on pourra aussi être tenté d’al­ler voir ailleurs. En effet, même si on reste très en deçà des prix pratiqués sur des produits équi­va­lents par Vienna ou Spit­fire, ce ne sont pas les offres qui manquent dans ces prix-là, notam­ment chez Project­SAM, Cine­samples ou encore 8dio pour n’en citer que trois parmi beau­coup d’autres. Chaque compo­si­teur en quête de banque verra donc midi à sa porte, et lisant notam­ment les tests que nous avions consa­crés aux Symphony Series Strings et aux Symphony Series Brass.

En marge de ce ques­tion­ne­ment, l’autre grosse nouveauté de cette Komplete devrait mettre tout le monde d’ac­cord. En tout cas, pour ce qui me concerne, il m’a mis tout le monde d’ac­cord.

À fond le Form

En vis-à-vis des Symphony Essen­tials, la Komplete accueille donc désor­mais Form, un synthé pour Reak­tor dont le look mélange habi­le­ment le flat design moderne et les couleurs des années 80 pour un résul­tat rétro­fu­tu­riste des plus convain­cants. Mais bien évidem­ment, l’in­ter­face importe moins que le synthé qui se cache derrière et dont la grande force est de se situer à l’exact opposé d’un Absynth, un Massive ou un FM8 en termes d’ex­pé­rience utili­sa­teur. Compre­nez qu’il est beau­coup plus simple à prendre en main que ces derniers, tout en étant amusant et diable­ment poly­va­lent. Bref : le synthé parfait pour ceux qui ne sont pas docteurs en trai­te­ment du signal, mais ont tout de même une libido de sound desi­gner qui les chatouille les soirs de pleine lune.

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : form motion curves

Sorte de cousin éloi­gné de l’Iris d’Izo­tope ou du Granite de Sonic Arts, Form partage avec ces derniers l’idée de s’ap­puyer sur un sample unique que vous allez ensuite maltrai­ter à loisir. Une biblio­thèque de fichiers prêts à l’em­ploi est évidem­ment de la partie, mais il est vive­ment conseillé de vous lancer avec n’im­porte quel fichier WAV dispo sur votre disque dur, dont le logi­ciel va extraire auto­ma­tique­ment la courbe de pitch pour s’en servir de base aux diffé­rents trai­te­ments.

L’in­ter­face se divise en une partie supé­rieure consa­crée à l’édi­tion et une partie infé­rieure consa­crée au jeu. Commençons par la seconde qui se divise en 3 panneaux. Situé à gauche, Speed permet de défi­nir la vitesse à laquelle le sample est lu, soit en multi­pliant ou divi­sant sa vitesse, soit en défi­nis­sant une fréquence en Hz, soit en déter­mi­nant une divi­sion de note synchro­ni­sée au temps de l’hôte (1/4, 1/8, etc.). Rien qu’avec ce seul réglage, il y a de quoi expé­ri­men­ter, car on se rend compte que bien ralenti, un son percus­sif se trans­forme en magni­fique nappe tout comme l’in­verse est vrai aussi.

Sur la droite se trouve le panneau Perform qui permet d’al­ter­ner entre 12 réglages pour un même son, ce qui permet de faire des choses très inté­res­santes en live, chaque réglage étant assi­gné à une touche du clavier. Mais le plus inté­res­sant demeure le panneau Motion qui, au moyen de commandes rela­ti­ve­ment intui­tives, permet de défi­nir le compor­te­ment de la tête de lecture qui peut être linéaire comme cyclique et surtout complè­te­ment barré. En marge de presets rela­ti­ve­ment sages, on trouve des courbes beau­coup plus tortueuses tandis qu’un éditeur permet de défi­nir des accé­lé­ra­tions/décé­lé­ra­tions et des boucles qui auront vite faite de réveiller le plus morne des fichiers WAV.

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : form effect

Et ce n’est pas fini, car la partie supé­rieure se divise quant à elle en 3 onglets : si Sample offre juste un aperçu du fichier chargé et permet de suivre ce que fait la tête de lecture, l’on­glet Sound renferme quant à lui tout ce qu’il faut pour aller vers de la synthèse un peu plus évoluée. Trois géné­ra­teurs vous attendent ainsi : Form OSC (ou Form fait réfé­rence aux formants); Addi­tive OSC et OSC FX qui donne dans le Wave­sha­ping et la FM, le tout étant complété par un filtre réso­nant multi­mode et, bien évidem­ment, une section de modu­la­tion. D’un point de vue ergo­no­mique, la façon dont le logi­ciel gère les modu­la­tions est un modèle du genre : sous chaque potard, on peut ainsi assi­gner un ou plusieurs modu­la­teurs et défi­nir l’am­pli­tude de la modu­la­tion.

Rien qu’avec cela, il y a de quoi s’amu­ser des heures et obte­nir des choses extrê­me­ment sages comme des choses beau­coup plus origi­nales en partant des sources les plus variées. Préci­sons qu’une section d’ef­fets complète l’ar­se­nal avec un Wave­shap­per à deux bandes, un proces­seur de satu­ra­tion, un compres­seur, un delay et une réverbe. Last but not least, 4 boutons macros figurent au bas de l’in­ter­face auxquels vous pouvez assi­gner n’im­porte quel para­mètre par le même système que les modu­la­tions. C’est très bien vu !

Bref, Form est la vraie bonne surprise de cette Komplete, et dans la mesure où il ne coûte que 100 euros, j’en­cou­rage ceux qui n’en­vi­sage pas d’ache­ter le bundle de NI à se ruer sur sa version d’éva­lua­tion pour se faire une idée. Je serais bien étonné de ne pas en voir craquer certains…

Reak­tor, 6e du nom

Si l’on consi­dère que les Symphony Essen­tials compte pour un, les nouveau­tés neuves ne sont donc pas légion dans cette version 11. Mais cela ne doit pas pour autant occul­ter les instru­ments sortis l’an­née passée et qui sont désor­mais inté­grés au bundle, à commen­cer par sa Majesté Reak­tor dont la version 6 vaut son énorme pesant d’énormes caca­huètes.

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : reaktor6

Pour ceux qui ne le connaî­traient pas, rappe­lons que Reak­tor est un envi­ron­ne­ment de déve­lop­pe­ment modu­laire et graphique qui permet de bâtir tous types d’ef­fets ou de synthés et qui, depuis la version 6, propose les Blocks, une couche supplé­men­taire en termes d’in­ter­face propo­sant une ergo­no­mie et une philo­so­phie beau­coup plus proche des synthés modu­laires hard­ware. Concur­rent d’un Max/MSPPure­DataSynthe­dit ou d’un Audio­Mulch, Reak­tor permet ainsi au brico­leur virtuel de créer tout ce qui pour­rait lui passer par la tête : Form, dont nous venons de parler, a d’ailleurs été crée avec Reak­tor, tout comme la plupart des synthés et effets origi­naux qu’on trouve dans la Komplete : MonarkPrismRazorPoly­plex, Skan­ner XTFleshKontourRoundsMole­ku­lar, The Mouth, The Finger. C’est vous dire la puis­sance du logi­ciel, à mille lieues du Modu­lar de Softube qui, bien qu’il soit vrai­ment excellent dans son approche de la synthèse modu­laire, n’offre pas le dixième des possi­bi­li­tés d’un Reak­tor.

Or, ces merveilles ne sont que la face émer­gée de l’ice­berg, car Reak­tor vaut surtout pour sa grosse et active commu­nauté qui propose des créa­tions abso­lu­ment renver­santes dans tous les domaines, de la belle réverbe à l’ému­la­tion de violon en passant par quan­tité de gogo­gad­ge­tos­li­cers. Allez par exemple voir du côté du français Bosco­mac pour vous faire une idée…

Et le pire, ou le mieux plutôt, c’est que la plupart des ces instru­ments et effets sont gratuits, de sorte qu’à travers Reak­tor, c’est à des myriades de possi­bi­li­tés que vous accé­dez. Un indis­pen­sable ? À mon sens oui, au point qu’à lui seul, et parce que parmi les créa­tions à venir, certaines ne fonc­tion­ne­ront sans doute qu’à partir de cette version 6, un logi­ciel qui peut justi­fier à lui seul de faire la mise à jour et dont vous pouvez lire le banc d’es­sai juste ici.

Or, Native nous four­nit quan­tité de bonnes raisons de passer à la caisse.

Et le reste

Strummed Acoustic

Au rayon instru­ments pour Kontakt, la mois­son est plutôt excel­lente égale­ment, puisqu’on a droit au Session Guita­rist – Strum­med Acous­tic, qui nous avait paru après notre test être l’une des meilleures guitares acous­tiques ryth­miques du marché, mais aussi à Una Corda, l’un des rares produits à avoir obtenu la note maxi­male sur Audio­fan­zine… et par le pour­tant exigeant Slee­pless par-dessus le marché ! Il faut dire que le concept de base de l’ins­tru­ment est complè­te­ment fou : construire un proto­type de piano juste pour le sampler ! En résulte un instru­ment magni­fique qui n’a pas d’équi­valent et que je vous conseille fort d’al­ler écou­ter : il se pour­rait bien que vous tombiez amou­reux comme nous autres…

En marge de cela, les compo­si­teurs de musique à l’image seront ravis de voir débarquer Emotive Strings, qui propose 28 Go d’ar­pèges joués par une section de cordes au grand complet et permet d’ob­te­nir des résul­tats impres­sion­nants en deux coups de cuillère à clic. A décou­vrir dans le banc d’es­sai que nous lui avions consa­cré.

Toujours à l’at­ten­tion de ces derniers ou de ceux qui veulent s’aven­tu­rer dans la fusion World, Disco­very Series : India vous emmène au pays des vaches sacrées avec des patterns de tablas, santur, bansuri et sitar de très belle facture.

Termi­nons avec les nouveaux effets : Replika XT, un delay multi­mode vrai­ment très créa­tif et musi­cal et doté de suffi­sam­ment de person­na­lité pour ne pas avoir à rougir face aux réfé­rences du marché que sont Echo­boy ou Relayer, et Flesh, un effet/synthé capable de géné­rer des parties mélo­diques à partir d’une simple boucle de batte­rie dont nous avions publié le test juste à cette adresse.

Voyez qu’il y a de quoi faire, sachant que tout cela s’ajoute à un bundle déjà fort complet, ce qui ne le rend pas exhaus­tif pour autant.

Une banque vous manque…

Si impres­sion­nante que soit cette Ulti­mate, elle n’en garde pas moins quelques lacunes que l’édi­teur s’ap­pliquera proba­ble­ment à corri­ger au fil des versions. Nous mention­nions plus haut l’ab­sence de cordes solo sérieuses, mais on souli­gnera égale­ment qu’il reste à faire du côté des basses (fret­less, contre­basse jouée au doigt) et surtout des guitares : l’ar­ri­vée de Strum­med Acous­tic lais­sait croire que 2015–2016 serait l’an­née de la six-cordes mais on est toujours sans nouvelles d’une Strum­med Elec­tric (pour­tant évoquée dans le manuel de Strum­med Acous­tic) et d’éven­tuelles guitares solo, tant élec­triques qu’acous­tiques. Efimov, Vir2, Acous­tic­Samples et Orange Tree Samples peuvent donc toujours dormir sur leurs huit oreilles de ce côté.

Native Instruments Komplete 11 Ultimate : kontakt56

Même si le parte­na­riat récent avec Soun­di­ron, dont c’est l’une des spécia­li­tés, laisse présa­ger le meilleur, on consta­tera aussi que Native n’a toujours rien à propo­ser de sérieux dans le registre vocal, que ce soit en solo ou en chorale. Et vu l’ap­pli­ca­tion que semble montrer l’édi­teur pour occu­per le terrain de la musique de film, ça manque…

Dans les petites choses, préci­sons enfin qu’il n’y a toujours pas d’har­mo­nica, de banjo ni de koto dans cette Ulti­mate. Ce n’est pas tant que ces instru­ments manquent à beau­coup de monde, mais il sont à l’ori­gine d’une belle incon­gruité : malgré ses 480 Go de samples, la Komplete ne couvre toujours pas les sons de la norme Gene­ral MIDI. Amusant, non ?

Au-delà de ces manques, force est de consta­ter que certains pans du bundle ont vieilli, que ce soit en termes de sons (là, c’est aux modé­li­sa­tions de Guitar Rig que je m’adresse, qui sont loin d’éga­ler celles d’Over­loud, Scuff­ham ou encore Posi­tive Grid, tandis que les basses et pianos élec­triques Scar­bee gagne­raient à se doter d’une vraie belle section d’ef­fets), de fonc­tion­na­li­tés (on aime­rait voir le clonage d’am­pli débarquer dans Guitar Rig, tandis que les batte­ries Abbey Road auraient bien besoin d’un petit Tap2­Find pour vrai­ment riva­li­ser avec EZdrum­mer ou Addic­tive Drums) ou d’er­go­no­mie (Kontakt est très perfec­tible sur les plans de la lisi­bi­lité et de la navi­ga­tion dans les diffé­rentes banques).

Bref, il y a encore du taf. Et c’est normal et c’est tant mieux sinon nous n’au­rions aucune raison d’at­tendre la Komplete 12. Reste à présent à répondre aux ques­tions habi­tuelles : vaut-ce le coup d’ache­ter la Komplete 12, quelle édition, et vaut-ce le coup d’up­gra­der, de cross­gra­der, etc.

Vaut-ce ?

Native Instruments Una Corda : 01 Kontakt 5ScreenSnapz001

Pour faire simple, disons un oui global que chacun appré­ciera à sa juste valeur en fonc­tion de sa situa­tion. Pourquoi ? Parce que même avec ces 20% d’aug­men­ta­tion, l’offre de Native n’a aucun équi­valent en termes de rapport qualité/quan­tité/prix chez personne que ce soit en entrée, en milieu ou haut de gamme. Et que je vois mal, en 2016, comment faire de la MAO en se passant d’une plate­forme comme Kontakt (je veux dire, si vous utili­sez des instru­ments virtuels, bien entendu). Bien sûr, il y a des choses extrê­me­ment perti­nentes chez UVI, chez Artu­ria ou chez Air Music, mais rien qui ne soit aussi complet que ces bundles. La Komplete se fait ainsi concur­ren­cer sur le terrain des synthés, mais quand on cherche au-delà des synthés, une solu­tion globale qui aille de la batte­rie à la basse élec­trique en passant par les cordes, les claviers, les cuivres ou les percus­sions, il n’y a personne en face. C’est regret­table, mais à l’heure où j’écris ces lignes, c’est ainsi. Donc oui, la Komplete vaut le coup.

Voyons main­te­nant les choses dans le détail.

Pour ceux qui n’ont aucun soft de Native Instru­ments, la Komplete Select vaut vrai­ment le coup pour 200 euros et pour­rait ravir les fauchés dont les STAN sont un peu chiches du côté du bundle d’ins­tru­ments (Studio One, Reaper, etc.). Toute­fois, je ne saurais que trop leur conseiller d’éco­no­mi­ser un peu plus (bon, trois fois plus, c’est vrai) pour se payer la Komplete tout court qui leur permet d’ac­cé­der à beau­coup plus d’ins­tru­ments et d’ef­fets d’une part, mais donne surtout accès à Kontakt et Reak­tor, deux formi­dables logi­ciels qui sont, de mon point de vue, des indis­pen­sables aujour­d’hui dans le monde du studio ou du home studio, et leur donne­ront accès à quan­tité d’ins­tru­ments excep­tion­nels, dont un bon nombre gratuits. D’ailleurs, si seule la Komplete Select vous inté­resse, pensez que cette dernière est four­nie en bundle avec les contrô­leurs de Native Instru­ments : si Maschine ou les claviers Komplete Kontrol S vous inté­ressent, la chose se réflé­chit d’au­tant que l’en­trée de gamme de ces deux produits se situe sous la barre des 400 euros. À vous de voir.

Native Instruments Replika XT : NI REPLIKA XT GUI

Komplete normale ou version Ulti­mate ? Le choix n’est pas si épineux dans la mesure où l’Ul­ti­mate a bien sûr beau­coup plus à offrir, mais que le budget n’est pas tout à fait le même. Lorsqu’on jette un oeil aux diffé­rences majeures entre les deux conte­nus, on s’aperçoit en outre que ce que l’on gagne avec l’Ul­ti­mate, ce sont surtout de gros instru­ments samplés, pensés pour le rock ou la musique à l’image, et quelques effets. Il m’est avis que ceux qui ne font que de la musique élec­tro­nique pour­raient tout à fait se conten­ter de la Komplete normale qui contient l’es­sen­tiel des synthés en dehors de Flesh, Razor et Skan­ner XT, en remplaçant les effets manquants par ceux de leur STAN et quelques free­wares ou vrai­ment­pa­scher­wares qui feront parfai­te­ment la blague. De ce point de vue, la ques­tion du cross­grade est la même : passer à une Ulti­mate si la seule chose qui vous inté­resse sont les synthés n’est pas forcé­ment ce qu’il y a de plus judi­cieux.

Évoquons à présent le cas plus complexe des anciens utili­sa­teurs : si vous êtes le posses­seur d’une vieille Komplete anté­rieure à la version 10, je vois mal comment ne pas vous inci­ter à faire la mise à jour, ne serait-ce que pour profi­ter de Reak­tor 6 et des dizaines d’ins­tru­ments supplé­men­taires que vous pour­rez grap­piller ainsi. À 200 euros pour la Komplete et 400 euros pour l’Ul­ti­mate, ça en vaudra certai­ne­ment la peine.

Quant aux posses­seurs de la Komplete 10, il s’agit de voir ce qu’ils valo­risent en fonc­tion de ce dont il disposent en banques de tierce partie : Reak­tor 6 est bien sûr attrac­tif, mais après tout, on peut faire toujours bien des choses avec Reak­tor 5 tandis que l’ajout des Symphony Essen­tials ne fera pas lever le sour­cil de ceux qui ont déjà investi chez des éditeurs spécia­li­sés pour leurs besoins en cordes, cuivres et bois. Form semble génial, mais il ne semblera pas aussi exci­tant aux yeux d’un posses­seur d’Izotope Iris 2. Et évidem­ment que tout le monde aime­rait avoir Una Corda sur son disque dur, mais on peut sans doute patien­ter encore un peu avant d’en profi­ter.

Native Instruments India : India 5

Car c’est là le revers de la médaille de sortir cette Komplete 11 sans Kontakt 6 et avec une augmen­ta­tion de tarif : certains y regar­de­ront peut-être à deux fois avant de se payer l’up­grade, se disant qu’après tout, il serait plus sage d’at­tendre la Komplete 12 qui propo­sera vrai­sem­bla­ble­ment (du moins on l’es­père) des chan­ge­ments plus majeurs. Bref, midi à votre porte : on y revient…

Finis­sons enfin avec un argu­ment qui fera peut-être réflé­chir certains : sans douter un instant de l’ex­cep­tion­nel rapport qualité/quan­tité/prix du bundle, la ques­tion est de savoir si l’on fait mieux de la musique quand on a des milliers d’ins­tru­ments et effets plutôt qu’une poignée. Gros utili­sa­teur de la Komplete, j’avoue moi-même n’avoir jamais ouvert certains instru­ments ou effets qu’elle intègre, allant jusqu’à oublier qu’ils étaient là. Cette logique vaut toute­fois pour l’équi­pe­ment en géné­ral : combien de gens achètent tel ou tel synthé qui vient de sortir alors qu’ils n’ont même pas exploré le dixième des possi­bi­li­tés du DX7 qu’ils avaient acheté il y a 30 ans…

Et c’est d’ailleurs tout l’in­té­rêt du logi­ciel Komplete Kontrol pensé pour les claviers du construc­teur, mais utili­sable par tous les utili­sa­teurs de la Komplete. En donnant un accès direct aux presets par le biais d’une recherche multi­cri­tère, il nous permet de décou­vrir simple­ment des sons que nous n’avions jamais encore enten­dus, donnant un accès instan­tané à la richesse de cet abys­sal bundle.

Conclu­sion

Même si cette version 11 n’ap­porte aucun chan­ge­ment majeur en dehors de Reak­tor 6, même si on espé­rait voir des mises à jour de Kontakt et de Guitar Rig, même si Native profite de cette édition pour gonfler de 20% ses prix, et même si, à notre grand regret, l’édi­teur ne propose plus de bundle qui compile vrai­ment l’in­té­grale de ses instru­ments et effets, il faudrait être de bien mauvaise foi pour ne pas accueillir avec enthou­siasme cette onzième version de la Komplete. Le rapport qualité/prix est phéno­mé­nal et n’a d’égal que le rapport quan­tité/prix. En d’autres mots, il y a énor­mé­ment de choses dans cette Komplete et rien qui ne soit vrai­ment à jeter, de sorte que quelle que soit l’édi­tion qui vous inté­resse, l’af­faire vaut diable­ment le coup.

Certes, Native a encore des progrès à faire sur certains pans de son offre et en fonc­tion de leurs besoins comme des leurs équi­pe­ments, tous les anciens utili­sa­teurs ne se rueront pas forcé­ment sur cette mise à jour. Mais on voit mal cette année encore qui pour­rait remettre en ques­tion la supré­ma­tie de ce bundle : pour faire de la MAO, il existe bien des choix dans les ordi­na­teurs, les inter­faces audio, les séquen­ceurs ou encore les enceintes de moni­to­ring. Mais à l’heure de choi­sir un pack d’ins­tru­ments et d’ef­fets virtuels qui soit poly­va­lent et de qualité, la Komplete est encore loin d’être inquié­tée par une quel­conque concur­rence. C’est ce qui s’ap­pelle être un leader.

  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : ultimate
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : nativeaccess
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : reaktor6
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : form motion curves
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : form modulations
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : form effect
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : form global
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : strings ensemble
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : brass ensemble
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : arpegiateur
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : articulations
  • Native Instruments Komplete 11 Ultimate : kontakt56
  • Strummed Acoustic
  • Native Instruments Replika XT : NI REPLIKA XT GUI
  • Native Instruments Una Corda : 01 Kontakt 5ScreenSnapz001
  • Native Instruments India : India 5

 

On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine Voir tous les épisodes de "On refait le patch : les tests vidéo d'Audiofanzine"
9/10
Award Valeur sûre 2016
Points forts
  • Malgré l’augmentation, le rapport qualité/quantité/prix
  • Native Access et l’accès via Internet
  • Le disque dur en standard
  • Komplete Select bien sympathique
  • Form : simple, puissant, musical
  • Les Symphony Essentials
  • Tous les ajouts de l’année et notamment Reaktor 6, Una Corda et Strummed Acoustic
Points faibles
  • 20% d’augmentation : c’est violent alors que…
  • …la Komplete Ultimate n’est plus une intégrale…
  • …et on attendait Kontakt 6 ou Guitar Rig 6
  • Encore des lacunes sur les guitares, les cordes solos, les voix
  • Symphony Essentials loin d’être irréprochables et vraisemblablement pensés pour pousser à la mise à jour… à 900 euros !
  • Refonte de l’interface de Kontakt 5.6 : le peu qui a changé est moins bien qu’avant
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Auteur de l'article Los Teignos

Si j'avais eu le physique, nul doute que j'aurais fait un grand Sumo, mais vu que je ne pèse que 80 kg, j'occupe mon temps comme je peux entre musique et littérature.

cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.