Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Native Instruments Flesh
Photos
1/21

Test Native Instruments Flesh

Synthé virtuel hybride de la marque Native Instruments

Prix public : 99 € TTC
Long live the new Flesh !
7/10
Partager cet article

Après The Mouth, The Finger, Tim Exile et Native Instruments proposent un nouvel instrument conçu à partir de Reaktor, Flesh. Les références au corps humain sont donc toujours présentes, mais qu’en est-il de la musique et du son ? Réponses.

 En tant que produc­teur d’ins­tru­ments pour Reak­tor, on ne pourra pas dire que Tim Exile fasse dans le commun. Que ce soit avec The Finger ou The Mouth (dont on pourra lire le test ici), Tim « Exile » Shaw propose des effets qui, dans leur approche et ergo­no­mie, sont rendus les plus simples possibles pour une utili­sa­tion immé­diate et intui­tive. Et, à cet égard, et même si l’on pour­rait tout aussi bien repro­duire les compor­te­ments de ces effets/instru­ments avec des combi­nai­sons bien pensées de chaînes d’ef­fets, trai­te­ments et d’édi­tion dans une STAN, le temps gagné et la simpli­cité d’usage en décou­lant sont tout à fait appré­ciables.

Profi­tant de la sortie récente de Reak­tor 6 (et en suppo­sant qu’il y a certai­ne­ment eu accès avant le grand public), Exile nous propose aujour­d’hui Flesh, plus orienté instru­ment qu’ef­fet, permet­tant d’uti­li­ser des échan­tillons, ceux four­nis ou ceux de l’uti­li­sa­teur, afin de créer à partir de leur analyse des compo­santes musi­cales supplé­men­taires. Ce n’est pas le premier logi­ciel à permettre ce type de resyn­thèse, ou cette approche décons­truc­ti­viste (dans un sens qui n’a rien à voir avec Derrida, si je puis me permet­tre…), on peut penser à ce que permettent des logi­ciels comme iRis 2 ou même RX5 d’iZo­tope, le défunt Krishna de Devine Machine, ou encore l’ex-Camel Audio Alchemy passé chez Apple, les logi­ciels de l’IRCAM, et la liste est loin d’être exhaus­tive. On peut cepen­dant s’at­tendre de la part d’Exile et Native Instru­ments à une approche extrê­me­ment immé­diate, via une inter­face utili­sa­teur intui­tive. C’est ce que nous allons véri­fier.

Intro­du­cing Native Instru­ments Flesh

L’ou­til est vendu sur le site de l’édi­teur pour la somme de 99 euros, et une version démo est dispo­nible. Flesh néces­site la dernière version de Reak­tor, la 6 donc (6.0.1 pour être précis), qu’il s’agisse de la version complète ou, bonne nouvelle car il n’était pas dispo­nible au moment du test de cette dernière, dans la version gratuite Reak­tor Player 6. Les compa­ti­bi­li­tés OS et formats de plugs sont ceux de Reak­tor, nous n’y revien­drons pas. 

On dispose à l’achat d’une biblio­thèque d’échan­tillons d’un peu plus de 300 Mo. Le logi­ciel profite bien entendu de l’in­té­gra­tion avec l’en­semble logi­ciel/maté­riel Komplete Kontrol, nous verrons de quelle manière. Aucun souci d’ins­tal­la­tion ni d’au­to­ri­sa­tion, cette dernière via l’ha­bi­tuel Service Center.

Le physique de Flesh

Native Instruments Flesh : Flesh6

Le prin­cipe est donc l’ana­lyse d’un échan­tillon de type boucle percus­sive, notam­ment ses conte­nus ryth­mique, dyna­mique et « spec­tro-tonal », et la direc­tion de ces éléments analy­sés vers plusieurs modules permet­tant de géné­rer des sono­ri­tés supplé­men­taires, des harmo­nies et autres sons non-exis­tants dans le maté­riau d’ori­gine.

Cette analyse est suivie d’une découpe de la boucle en plusieurs tranches (slices) selon les éléments tran­si­toires, afin d’en tirer la quin­tes­sence ryth­mique. Puis l’ana­lyse spec­trale déter­mi­nera selon le contenu spec­tral le type de déclen­che­ment (low pour les Kicks, hi pour les HiHats, par exemple), et ces trig­gers seront ensuite routés vers les cinq modules compo­sant Flesh, afin de produire mélo­dies, harmo­nies, modu­la­tions et commandes d’ef­fets que l’uti­li­sa­teur pourra régler et para­mé­trer à son goût. Ces cinq modules sont Sub Synthe­si­zer, Mono Synthe­si­zer, Sample Player, Poly Synthe­si­zer et FX Engine. 

La page d’ac­cueil du logi­ciel montre cinq grosses figures rondes, chacune dotée d’une couleur diffé­rente (qui sont les éléments permet­tant de mixer et acti­ver/désac­ti­ver les modules de Flesh), quatre rota­tifs assi­gnés à Spec­trum, Charac­ter, Length et Mod, ainsi que trois pavés repré­sen­tant une octave chro­ma­tique, nommés Harmony, Samples et Sound.

Native Instruments Flesh : Flesh1

La barre d’ou­tils permet de régler le nombre de pas par mesure, le tempo (avec Synchro possible à l’hôte), la valeur de swing (allant progres­si­ve­ment vers des croches ternaires), un cade­nas empê­chant toute modi­fi­ca­tion, un réglage d’ac­cord par demi-tons et un volume géné­ral. 

On commence donc par char­ger de un à 12 échan­tillons (person­nels ou depuis la biblio­thèque) dans la page Samples. Une fois analysé, le sample appa­raît dans le visua­li­seur, avec la posi­tion des Slices en fonc­tion du seuil déter­miné pour recon­naître les tran­si­toires d’at­taque, et l’on règlera si besoin le nombre de mesures (jusqu’à 16), de pas (de quatre à 32 par mesure), de déca­lage du point de lecture (Offset) et le Gain. Ces 12 échan­tillons pour­ront être comman­dés par le clavier MIDI, et l’uti­li­sa­tion d’un clavier KKS et/ou du logi­ciel Komplete Kontrol permet­tra une commande faci­li­tée par l’uti­li­sa­tion des couleurs du Light Guide. Flesh recon­naît les formats Wave et AIFF, et a été opti­misé pour la fréquence d’échan­tillon­nage de 44,1 kHz.

Au cœur de Flesh

Native Instruments Flesh : Flesh4

Regar­dons ce qui se cache parmi les diffé­rents moteurs de synthèse au cœur du logi­ciel. D’abord Sub (dont l’icône est un sous-marin), synthé mono­pho­nique chargé des lignes de basse. Son action peut suivre la source (l’échan­tillon), ou les réglages effec­tués dans les parties comman­dant mélo­dies ou harmo­nies. Les réglages dont on dispo­sera dans tous les autres modules (au mini­mum, avec des varia­tions suivant l’ac­tion de ceux-ci) sont Spec­trum défi­nis­sant le type de contenu harmo­nique, Charac­ter, qui règle la façon dont le contenu suit la hauteur et Length et Level qui parlent d’eux-mêmes. En dessous se trouvent des rota­tifs avec lesquels on règlera le taux d’ac­tion des quatre rota­tifs que l’on retrouve sur la première page.

Ensuite Mono utilise des tables d’ondes qui sont réaf­fec­tées suivant l’échan­tillon chargé, en accord avec la sélec­tion de clés (Sol et Fa, déter­mi­nant quel contenu spec­tral décide de la réac­tion du synthé). On commence par choi­sir un des 16 présets dispo­nibles, puis on déter­mine la fonda­men­tale de la mélo­die et la façon dont elle est produite (via respec­ti­ve­ment Root et Melody), puis un rang d’oc­taves et un réglage de Glide. S’ajoutent par rapport à Sub un bouton Mod, qui régle la propor­tion de… modu­la­tion, eh oui. Ainsi qu’un module regrou­pant des contrôles spéci­fiques à chaque préset, comme Cutoff, Vibrato, Reso­nance, Pitch Speed, Chorus, Satu­ra­tion, etc. (on trou­vera une liste complète de tous les para­mètres dans le manuel de Flesh).

Native Instruments Flesh : Flesh2

Poly fonc­tionne de la même façon, avec les mêmes réglages, sauf qu’il travaille sur plusieurs voix simul­ta­né­ment, afin de produire des harmo­nies/accords. Vient après Sample, qui permet de tritu­rer un échan­tillon via diffé­rents réglages et l’uti­li­sa­tion de synthèse granu­laire pour le pitch et l’ex­pan­sion/compres­sion tempo­relle.

On passe ensuite à FX, deux lignes de retard synchrones au tempo, avec limi­ting et filtrage, pouvant être modu­lés, et dépen­dant du départ d’ef­fets des modules concer­nés.

La page Mod donnera accès aux réglages d’ac­tion des modu­la­tions dispo­nibles : un LFO (trois formes d’ondes, triangle et deux dent-de-scie, et vitesse) sur les modules de desti­na­tion, un géné­ra­teur de forme dyna­mique (Env, ADSR) et l’as­si­gna­tion de la molette de modu­la­tion à Spec­trum, Charac­ter et Length. 

Une page Macro permet de défi­nir l’off­set de l’ac­tion des quatre gros rota­tifs sur chacun des réglages corres­pon­dants dans les pages respec­tives des synthés. Après ce petit survol, le plus simple est de faire entendre ce que Flesh peut produi­re…

Les exemples feront entendre le sample seul, puis les diffé­rents modules se rajou­tant via auto­ma­tion en temps réel depuis le KKS88.

00:0000:00

Bilan

Faisons court, faisons effi­cace : Flesh, sans révo­lu­tion­ner la musique, sera un outil très amusant à utili­ser, et qui permet­tra de mettre en place très rapi­de­ment, sinon un morceau entier, du moins des idées auxquelles on n’au­rait pas forcé­ment pensé à l’écoute ou à la program­ma­tion d’une boucle. Une belle réus­site profi­tant au mieux des possi­bi­li­tés de Reak­tor 6, tant au niveau sonore, qu’à celui de l’er­go­no­mie, encore une fois très réus­sie. Son inté­gra­tion dans l’en­vi­ron­ne­ment KKS est un plus indé­niable, même si on peut l’uti­li­ser sans (avec, c’est mieux…).

Un outil déclen­cheur d’idées ? Que deman­der de plus… 

Télé­char­gez l’ex­trait sonore (format FLAC)

  • Native Instruments Flesh : Flesh1
  • Native Instruments Flesh : Flesh2
  • Native Instruments Flesh : Flesh3
  • Native Instruments Flesh : Flesh4
  • Native Instruments Flesh : Flesh5
  • Native Instruments Flesh : Flesh6
  • Native Instruments Flesh : Flesh7
  • Native Instruments Flesh : Flesh8

 

7/10
Points forts
  • Concept
  • Réalisation
  • Très amusant à utiliser
  • Ergonomie très bien conçue et réalisée
  • Utilisable dans Reaktor 6 et Reaktor 6 Player
  • Parfait avec un clavier KKS
  • Il ne tient qu’à l’utilisateur d’utiliser des boucles intéressantes
Points faibles
  • En l’état, presque rien, sauf peut-être un risque de monotonie à la longue
  • Nécessite une surveillance constante des niveaux

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.