Comparateur de prix
Petites annonces
moixjj 12/05/2019

Peavey T-40 : l'avis de moixjj

« Basse costaude... pour les costauds.  »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
J'ai échangé récemment cette basse contre une Musicman de 94. C'est une Peavey T-40 de 1979 (pile mon âge) en finition noire avec le silet métallique, les micros de première génération et la touche en érable.
L'avis précédent de Greg L. illustre bien les caractéristiques particulières de l'instrument, je vais essayer d'éviter les redites.
Le manche: en 2 parties assemblées dans la longueur. Il me rappelle mes Ibanez ATK et ma veille Ibanez Blazer Bass. Plutôt massif, il est bien rond vers la tête et s'aplatit vers le talon. Les habitués de manche "Precision" seront dans leur élément. Accès aux aigus laborieux pour ma part. Silet de qualité et finitions soignées. En 40 ans, le manche n'a pris aucunes rides. Impressionnant, il pourrait être neuf.
L'accastillage: mécaniques lourdes mais précises et efficaces, aucunes traces dues à l'âge. Chevalet massif lui aussi en super état, qui donne un bon sustain. Une vis réglage pour régler la longueur des pontets et une vis pour la hauteur. Si ce n'est la gueule incroyable du bridge, du classique.
Le corps: BON! Je tiens à intervenir sur un sujet récurrent au sujet de cet instrument: le poids. La T40 à la réputation d'être extrêmement lourde... et bien j'ai été surpris de ne pas la trouver si lourde que ça. Bon c'est du costaud mais pour avoir joué sur bien des basses, je ne la trouve pas beaucoup plus lourde que certaines Thunderbird (Epiphone) ou vieilles Ibanez. J'ai eu en main des Gibson qui me paraissaient même plus lourdes. J'ai une des veilles versions sans chanfrein mais ça ne me gêne pas plus que tant. La basse est bien équilibrée et le corps résonne très très bien. Elle a subit bien des coups en 40 années et ça se voit mais la peinture tient le coup.
Les micros / l'électronique: Les micros sont des super ferrites. Ils sont vraiment géniaux à condition qu'on dompte l'électronique de la bestiole. Heureusement les potards sont numérotés et il y a un repère sur le pickguard... car c'est plus complexe qu'il y paraît. A première vue c'est du classique. Un volume et un "tone" par micro, plus un sélecteur et un inverseur de phase. Comme dit précédemment, avant 8 sur le volume, on est en mode double, après 8 on est en mode simple. Les deux micros sonnent super bien individuellement mais je ne suis pas très adepte du son quand les deux sont en parallèle, on perd du volume et de la patate. Les deux ont un son très fat, légèrement plus chargé de hauts médiums pour le chevalet de bas médiums pour le micro manche. le niveau de sortie est costaud sans être trop agressif. Je joue beaucoup plus sur le micro chevalet et je passe de temps en temps sur le micro manche pour certains passages histoire d'avoir un son dans les infra basses. Pour comprendre l'électronique j'au d'abord copié les settings que j'ai trouvés sur le net (qui copient le son de basses célèbres) avant de faire mon son perso: une grosse présence dans les basses et une bosse dans les haut mediums pour un bon gros growl Rickenbacker.
Je joue essentiellement au mediator dans un groupe de sludge-doom avec un petit zeste de grunge. Je joue sur 2 amplis Peavey MarkIII Bass/Musician et leurs 2 copains 2x15 de la même marque. Sur mon pedalboard j'ai 2 canaux avec pour chacun une OD et une Fuzz (Abominable Electronics et Arts in Bloodshed). Je ne changerais de setup pour rien au monde. L'électronique est très subtile pour une basse passive, et elle est au service d'un instrument fait pour le gros rock qui botte des culs.