Yamaha Revstar RS502T
+
Yamaha Revstar RS502T

Revstar RS502T, Guitare de forme LP de la marque Yamaha appartenant à la série Revstar.

Vibraphonik 09/11/2018

Yamaha Revstar RS502T : l'avis de Vibraphonik

« Taillée pour le rock, mais pas seulement »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Tout public
C'est ma première guitare équipée de P90. Je l'ai depuis plus de 6 mois maintenant, voici donc mes premières impressions.

Je joue un peu de tout, mais surtout du pop, rock, et jazz. Seul et en groupe. J'utilise un ampli Vox AV60, un Roland cube-40 chorus ou un multi-effet en direct dans la sono ou le casque (Zoom G1on). J'ai aussi une super strat, une demi-caisse Aria (type ES335) et une Godin Summit (type LP) : cette Yamaha vient donc compléter une collection déjà bien fournie.

La lutherie me semble de bonne qualité. Aucun souci de finition. Elle est lourde (3,9 kg sans la sangle, 4,3 kg avec...). Le manche est assez épais par rapport à mes autres guitares, mais reste confortable. Il est large (43 mm au sillet) et assez plat, comme j'aime. Je trouve le confort de jeu donc très correct, aussi bien assis que debout.
Les mécaniques font bien leur job et l’accord tient sans problème. J'y ai installé des strap lock Schaller sans souci. Le sillet n’est pas ce qui se fait de mieux, et j’ai quelques fois une corde qui bloque un peu, mais sans que ça me gène plus que ça (ça prend un peu plus de temps à accorder, c’est tout). Le cordier, monté sur ressorts, permet de faire des vibratos assez subtils, mais ça reste peu évident.
J’ai changé les cordes pour du 11-52, pour tester cette dureté. L’action est « moyenne » et ça frise par endroits si on attaque vraiment fort. Un bon réglage ne devrait pas lui faire de mal.

L’électronique va bien aussi. Les micros grésillent un peu (surtout chez moi où j’ai beaucoup de « pollution » électromagnétique, beaucoup moins dans la salle de répète), mais pas plus que ceux de la strato. Les potentiomètres sont très « souples » (faciles à actionner) et je m’en sert davantage que sur les autres guitares. Le push-pull est très efficace et coupe bien les basses fréquences, très présentes avec ces micros. Le volume est progressif, mais sa diminution entraîne une perte d’aigus très perceptible (bien davantage que sur l’Aria, dont j’avais fait changer l’électronique pour de la meilleure qualité).

A vide, elle sonne bien pour une solid body, avec beaucoup de sustain, et des vibrations qui se propagent dans tout le bois. Comparée à la Godin, le son est plus puissant, avec davantage de hauts medium. Peut-être un effet des cordes plus tendues ?
Branchée, le caractère des micros P90 est bien présent. Les graves sont amples, la puissance de sortie importante (quasiment autant que les SD de la Godin) et les aigus claquent bien comme il faut. Le « dry switch » est efficace et permet de couper une grande partie des graves, ce qui est très utile avec un overdrive ou une saturation (sinon, ça bave un peu). Le contrôle de tonalité est efficace et progressif lui aussi. La dynamique est excellente : on peut doser l’overdrive simplement avec l’attaque du médiator. Les micros ont des caractères différents. En position manche c’est plus doux et grave, bien pour blues, ou le jazz en diminuant les aigus, moins bien pour des sons saturés. En position chevalet c’est puissant, agressif, avec beaucoup de médium : bien pour le rock à condition d’utiliser le dry switch avec les saturations les plus importantes. En position intermédiaire, on a un son… intermédiaire !, avec l’avantage de la suppression des parasites. Avec le dry switch et le contrôle de tonalité, cette position est vraiment très polyvalente.

En conclusion, cette guitare complète bien ma « collection » car elle a un caractère vraiment différent de toutes les autres. Son manche plus épais m’incite à lancer des rythmiques (hard) rock bien senties de façon plus naturelle que sur les autres. En jazz elle se débrouille bien aussi. Il n’y a que pour les solos très rapides (shred ?) qu’elle montre ses limites. La strat ou la Godin sont plus confortables dans ce registre.
Son principal point faible est l’action « moyenne » et le buzz de certaines frettes (quand on attaque fort), mais ça devrait s’arranger quand je l’aurais faite régler. J’attends juste un peu d’user les cordes en 11 pour décider si je la garde comme ça ou si je la repasse en 10...

Edit 04/2020 :
Toujours content de cette guitare, que j'utilise beaucoup, toujours montée en 11.
J'ai fait changer le sillet pour un Graphtech : plus de souci de corde qui coince.
Je n'ai pas réussi à supprimer tout le buzz à certaines frettes, qui commencent d'ailleurs à bien marquer (je la joue beaucoup aussi)... Elle reverra le luthier après le confinement.
J'adore vraiment le son de ses P90 !

Photos liées à cet avis

photo photo