Art Pro MPA II
+
Art Pro MPA II
melodeast 22/04/2020

Art Pro MPA II : l'avis de melodeast

« à recommander, en home studio ou en studio »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Utilisé en home studio ++

Tous styles de musiques (electro, afrobeat, hip hop, pop, rock)
Couplé à larges / petites membranes transistor, dynamiques et rubanS (BPM CR70, apex 415 et 180 revisités, micros ruban custom) pour prises de voix et instruments (guitares, voix, piano-flûte, carillon, flute, percus)

D'aspect, la machine est imposante (2 unités de rack), de gros potentiomètres crantés, de gros vumètres et indicateurs lumineux. Elle inspire immédiatement confiance. Quand on ouvre la boîte, on constate le même sérieux en terme de disposition des cartes, des composants, connections, qualités de soudures etc. Une construction impeccable, conçue pour durer.

Une ergonomie remarquable, qui témoigne d'une philosophie, d'une intention dans la conception de ce produit qui l'est tout autant. Je m'explique.

On entre en XLR à l'arrière au niveau micro, en façade l'entrée instrument en jack et là première originalité: pour l'entrée micro, on a la possibilité de régler l'impédance d'entrée de 150 à 3k ohms; assez rare sur les préamp de cette gamme de prix. Pour rappel, afin d'optimiser les transferts d'un circuit à l'autre, dans le cadre de l'audio à niveaux micro/inst/ligne, l'impédance d'entrée du "receveur" doit être à peu près 10x supérieure à celle de l'émetteur. Cette option nous permet donc d'adapter l'impédance d'entrée du préamp à celle du micro auquel il est raccordé, permettant ainsi, théoriquement, le couplage avec tout type de micro.
NB: il est commun de jouer sur l'impédance d'entrée pour volontairement "mismatcher" les deux appareils (micro et preamp). Entraver le transfert, par des réglages inadéquats, permet volontairement de diminuer les performances du couple, de sorte à jouer sur les courbes de réponses et sur la distorsion.

Ensuite l'étage de gain transistor pour les entrées micros et instruments (40db) et là, autre originalité: un filtre passe haut débrayable de 7.5 à 200hz. ça va paraître bête, mais plutôt que de proposer un filtre à fréquence fixe activable ou non, pouvoir régler la fréquence de coupure est tellement plus judicieux. Il y a très certainement une raison à cela, mais on se demande pourquoi les autres constructeurs ne procèdent pas ainsi.

Puis, l'étage de gain à lampe (une 12ax7 anonyme par canal, remplacées par des EH) précédé d'un atténuateur 20dB: avant d'attaquer la lampe, on a la possibilité ou non d'augmenter le signal de 20dB (ce qui porte le gain à 60). Ainsi, on va pouvoir entrer plus ou moins "fort" dans la grille. Ceci permet de jouer sur le headroom et le taux de distorsion harmonique, très intelligent.

Le switch normal/high plate voltage est peut-être encore plus intéressant: il permet de choisir la polarisation de l'étage de lampe (B+), entre normal (B+=48v) et élevé (B+=150v) et adapte le bias en fonction. A noter que plus la polarisation augmente, plus les performances (gain, disto, bruit) s'améliorent.

48v et phase reverse: RAS

mid/side Matrix: dans le cadre d'un enregistrement stéréo, lorsque l'option est activée et qu'un micro bi-directionnel est connecté au canal2, permet de décoder en mid/side et de doser les balances respectives!

Enfin, via stereo/dual, on peut travailler soit en double mono, soit en stéréo avec ajustement de la balance via l'output du canal 2


Alors c'est TRES TRES TRES allèchant sur le papier, qu'en est-il en pratique?

Une petite déception concernant le règlage d'impédance: on se rend immédiatement compte en branchant des condensateurs, que le son n'est finalement que très peu (ou pas du tout) impacté par l'impédance d'entrée. Idem pour les rubans. C'est par contre autrement plus flagrant sur les dynamiques, on entend clairement les changements de couleurs. Par contre, ces nuances sonores sont accompagnées d'écart de gains monumentaux ! A l'usage, réduire l'impédance réduit drastiquement le gain. Il faut alors compenser; ce qui ajoute du souffle.
En effet, ce préamp n'est pas des plus silencieux lorsqu'on le pousse dans ses retranchements. D'autre part, du haut de ses 70 dbs de gain au total, on se retrouve finalement assez souvent au taquet avec des micros assez timides, avec un petit peu de bruit.
Continuons pour les déceptions: on aurait aimé une entrée ligne. Aussi, je ne trouve pas l'option dual/stéréo d'une utilité folle.
De plus, les vumètres réglables via "meter trims" ne sont pas très fiables. Ils réagissent bizarrement et les vis d'ajustement font un peu peur. L'une des deux était cassée lorsque j'ai récupéré la bête. Je n'accorde pas beaucoup plus d'importance à l'indicateur "tube warmth"... bref, vous l'aurez compris, on y est pas trop en terme d'indicateurs visuels. C'est d'autant plus dommage qu'ils sont très imposants; à eux seuls, ils occupent la moitié de la façade!
Dernier regret: l'option mid side est pratique, pour du live par exemple. En studio, on aura vite fait de recréer cette matrice au sein de notre séquenceur. J'avais tout de même envisagé de mettre le pro mpa à la suite d'un sommateur passif, pour récupérer les 40dBs de gain et avoir un décodage mid/side et jouer notamment sur tous les paramètres à disposition en mode mid/side. Or LE DECODAGE NE FONCTIONNE QU'AU NIVEAU DE L'OUTPUT. Les autres paramètres n'impactent pas le décodage -> QUEL DOMMAGE!!!

Voilà pour les défauts. Seulement ça s'arrête là. Tout le reste est, à mon sens, UNE REUSSITE TOTALE

Un premier étage de gain (transistor) très précis, un low cut qui l'est tout autant, débrayable, très doux, musical quelque soit la fréquence de coupure. On garde uniquement le nécessaire avant les étages suivants. TOP.
20dBs supplémentaires en option avant d'attaquer la lampe: quand le gain est suffisant (hors micro rubans et dynamiques vintage), ça marche parfaitement. Couplé au plate voltage, ce duo marche terriblement pour colorer la prise à souhait. En jouant sur le gain et ces deux paramètres, on passe d'un son crunchy, épais dans les graves et mediums, compact (similaire aux préamp du Tubefire 8, dont le design doit être proche), à un son très transparent et dynamique, avec toutes les nuances entre les deux extrêmes. Soulignons qu'en high plate voltage, on a un headroom considérable et une précision extra. Pour l'avoir comparé à mes meilleurs préamp, pour avoir écouté de nombreux blind test et retours d'expérience d'ingé pros; il est incontestable que ce préamp tient tête à des machines bien plus onéreuses (en plus de l'impressionnante liste d'option qu'il propose).

Je me suis demandé comment améliorer les performances de ce double préampli. Remplacer les 5532 (opamp), les condensateurs sur le trajet du signal, lampes, transfo (en entrée notamment), résistances avant désymétrisation, alim… tout cela devrait augmenter les prestation de l'art pro mpa. Mais honnêtement, la machine est tellement bien conçue que les différences seront probablement minimes. Ne pas s'attendre à une révolution. Art a su trouver le design et les composant pour proposer une machine à faible prix et au plus proche de son potentiel maximal.

Outre la qualité de fabrication, l'ergonomie et les performances audio, ce qui est notable c'est la philosophie de ce préampli hybride. Toutes les fonctions ont été pensées et réunies pour que l'on puisse profiter pleinement de l'univers de la lampe et de celui du transistor, ainsi qu'un "blend" des deux.
De part sa polyvalence, je recommanderais cet appareil à tout home studiste souhaitant le préamp le plus complet, le plus polyvalent qu'il soit; ainsi qu'à tout ingé son souhaitant étoffer son parc de préamp, avec un préampli non de haut vol(voir paragraphe sur souffle et gain), mais presque tout terrain
Au vu de toutes ces qualités et son prix, cela justifie amplement que ses défauts soient gommés et obtenir les 5 étoiles amplement méritées