ddn 13/10/2008

Korg MS2000R : l'avis de ddn

5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Les caractéristiques sont bien détaillées dans le forum et dans les autres avis. On a quasiment tout sous la main qui demande juste à être tripoté ce qui fait que les potards sont un rien petits et les inscriptions dessous petites aussi mais lisibles. Quelques fonctions souvent utiles notamment les changements de mode (split/dual par exemple) se font par un sous menu mais l'ergonomie reste vraiment bonne. 128 sons enregistrables c'est plus qu'il ne m'en faut vu que je les efface au fur et à mesure, comme ça je suis sûr de ne jamais utiliser deux fois le même :-) En fait : j'ai dans la banque A des sons types de pad, des sons types de lead, des sons types de basse et quelques patches loufoques (cf. plus loin) que j'ai enregistrés une fois pour toutes et que je modifie à chaque fois que je me sers du synthé pour un morceau et je n'enregistre rien de ce que j'utilise, à l'ancienne comme sur un analo.

UTILISATION

La configuration des sons est on ne peut plus simple : on tourne, on appuie, on joue.

La configuration des sons est on ne peut plus complexe : c'est un vrai synthé et pas une boiboite pour faire mumuse, il faut soit avoir déjà manipulé un VA ou un analo et là ça passe tout seul soit lire le manuel (utile, très utile) et passer de longues soirées à s'imprégner de l'effet de chaque contrôle sur le son avant d'en tirer quoi que ce soit d'intéressant...

Le motion sequencer cher à Korg, semblable sur le principe à celui des electribes, avec les pads qui s'allument en rouge genre cylon première génération quand la séquence défile, rend ce synthé un peu unique en son genre. L'arpeggiateur est le bienvenu.

J'ai beaucoup appris sur la synthèse elle même en jouant avec le MS 2000 qui était mon troisième synthé et mon premier VA et pour ça je ne peux que le conseiller - j'imagine que ça doit être pareil pour quelqu'un qui aurait débuté avec un nord rack ou un virus.

SONORITÉS

Les sons sont...

Comparé à ce dont il porte une émulation du nom, le mythique MS-20, il n'a pas le début d'une émulation du son. Je me demande même pourquoi Korg a choisi ce nom là tellement les deux machines sont différentes, pas seulement au niveau du son évidemment, mais surtout au niveau de l'ergonomie et de la philosophie générale de l'engin. Bon c'est affaire de marketing sans doute.

Pas question avec la caisse bleue de fabriquer des sons dignes d'un analo, il n'a d'analogique que le virtuel nom : il sonne ultra-numérique avec des filtres froids et une disto digne de chez Boss. Mais c'est à mon sens sa qualité principale, parce que si on le laisse s'exprimer dans son propre registre, celui de la machine à fabriquer des bruits étranges, c'est vraiment un excellent engin ! Je l'utilise dans quasiment tous mes morceaux où j'ai besoin d'un son bizarre, c'est à dire quasiment tous... Blips, glitchs, sons de nappes suraigus, cordes d'un autre monde, il est très riche de possibilités.

AVIS GLOBAL

J'ai mis la main sur cette petite merveille digitale en l'échangeant contre un sampler Yamaha SU-700 (qui est lui aussi une petite merveille digitale), un peu à l'aveuglette sans vraiment l'avoir essayé. Je l'ai depuis 4 ans et je n'ai jamais regretté mon choix.

Par contre il faut savoir ce qu'on achète : si vous voulez un analo, achetez-en un ! Si vous voulez un orgue à tirettes, un piano électrique, etc. même réponse. Par contre, si vous voulez une boite métallique bleue hérissée de potards avec des lumières rouges qui clignotent et des sons de l'espace qui sortent des audio outs, achetez ça et vous ne serez pas déçu !