Devenir membre
Devenir Membre
Continuer avec Google

ou
Connexion
Se connecter
Se connecter avec Google

ou
test
Numark des points

Test du contrôleur DJ Numark Mixtrack Platinum

9/10
  • 41
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Photos
1/57
Numark Mixtrack Platinum

Notre DJ M-Rode à nous teste cette semaine la Mixtrack Platinum de Numark, une surface de contrôle DJ USB MIDI avec une interface audio intégrée optimisée pour le logiciel Serato.

 

9/10
Points forts
  • Manufacture au top pour un produit d’entrée de gamme
  • Ergonomie
  • Plein de fonctionnalités
  • Plus de créativité avec 4 decks
  • Plus de précision et de confort grâce aux écrans
  • Prise en main simple
Points faibles
  • Fader de pitch non cranté à zéro
  • Avec Serato Intro, retour des effets non homogènes
  • Avec Serato Intro, Retour des effets ni post-fader ni post crossfader
  • 420 € pour une version ultra complète sans contrainte ?
  • DiZ69
    DiZ69
    Squatteur d'AF
    3828 posts au compteur
    dj 87, ça ne sert a rien de poster plein de fois, on a bien vu ta demande.

    je pense que c'est le meilleur rapport qualité prix, que tu puisse avoir a ce prix.

    et si t'as 12 ans, c'est ultra suffisant, maintenant ce n'est pas le materiel qui fera mieux pour toi
  • dj 87
    dj 87
    Nouvel AFfilié
    7 posts au compteur
    Bonjour j'ai 12 ans et pour noël je cherche un contrôleur. J avais le mixtrack platium. Est ce que c est un bon choix? Que me conseillez vous avec un prix max de 300 euro?
    Merci
  • dj 87
    dj 87
    Nouvel AFfilié
    7 posts au compteur
    Bonjour j'ai 12 ans et pour noël je cherche un contrôleur. J avais le mixtrack platium. Est ce que c est un bon choix? Que me conseillez vous avec un prix max de 300 euro?
    Merci
  • Will Zégal
    Will Zégal
    Will Zégal
    63942 posts au compteur
    x
    Hors sujet :
    Citation :
    Il faut, en revanche, avoir bien a l'esprit que les aides apportées par les logiciels facilitent tellement les questions de calage, de synchronisation diverses (phases, effets)...qu'ils "amputent" toute une dimension de l'apprentissage pour pouvoir être à l'aise et comprendre l'essence du mixage.


    Bien sur, on peut très bien commencer sur un contrôleur.
    Citation :
    On peut très bien se limiter juste aux jogg et au pitch dans le sens ou on ne regarde pas l'écran, on n'utilise pas la fonction sync et on n'utilise pas les points cues, les effets etc... Pour les intégrer ensuite une fois les bases acquises.
    Mais je constate tout de même en général une envie d'aller vite, de zapper les bases et de directement utiliser les fonctions automatiques, surtout chez les jeunes.

    Je dois être resté très jeune, alors :bravo:
    J'ai commencé à "mixer" dans des conditions certes un peu moins dantesques que toi, mais pas franchement adaptées : lecteurs de CD de salon et console de mixage classique (live, pas DJ). Eventuellement, ordi avec un simple lecteur de mp3.

    Puis, je suis passé à la Control Steel + logiciel dédié. J'ai beaucoup apprécié le calage automatique. J'ai quand même constaté qu'il m'était arrivé de faire des soirées où j'avais paumé ma base d'analyse des morceaux et où je devais donc me démerder avec ma culture musicale pour aller chercher les enchaînements cohérents, sans aide d'indication de BPM et de tonalité. Mais toujours avec un calage par le soft.

    Vraiment aucune honte à ça en ce qui me concerne : un bon mix, pour moi, c'est d'abord la capacité à sentir les danseurs, à réussir à leur donner ce qu'ils veulent pour les mettre dans sa poche, puis les prendre par la main et les emmener là où on veut.
    La façon de le faire (calage, etc), ce ne sont que des outils et si un soft le fait, tant mieux.

    Désormais, je ressens le besoin d'apprendre à caler au tempo et à la main. Pour le plaisir et pour certains (rares) cas où le logiciel est aux fraises, mais surtout pour gagner en liberté, pouvoir faire des trucs plus barrés et être capable de se rattraper si ça sort des clous.

    Je trouve finalement que c'est assez sain : commencer par s'éclater avec la musique, faire des mix, etc, puis, au fur et à mesure qu'on progresse et qu'on constate que nos limites techniques limitent nos idées artistiques, acquérir la technique nécessaire.

    J'ai un peu la même histoire avec la musique : essentiellement autodidacte (par force : enfance dans un coin paumé, cours inaccessibles), c'est sur le tard que j'ai pris des cours de guitare, puis des cours de solfège, de théorie musicale, de jazz. Parce que j'étais arrivé à des moments où mon manque de savoirs et de technique bridait mes envies artistiques.

    A ce moment là, même s'il faut parfois combattre de mauvaises habitudes acquises (ce qui n'est pas si dur), l'apprentissage est tout de même rapide parce qu'il y a une énorme motivation servie par un bagage musical déjà conséquent.

    C'est ça que je trouve cool avec la MAO et les machines en général : cela permet à des gens de commencer par se faire plaisir en réalisant des choses (mêmes moisies) dès le début de l'apprentissage.

    Depuis 3 ans, je bosse sous Maschine. Je n'avais jamais pratiqué le finger drumming et je ne m'y suis pas vraiment mis, préférant le step-sequencing et, si besoin enregistrer des séquences au clavier. La sortie de JAM a été un vrai bonheur pour moi, adepte des step-sequenceurs. Sauf que maintenant, j'ai aussi envie de maîtriser le finger drumming et j'ai donc commencé à le travailler alors que ça fait 3 ans que je fais des lives (et pas des petits) avec Maschine. :bravo:
  • DJ M-RODE
    DJ M-RODE
    Posteur AFfiné
    122 posts au compteur
    Citation de T'es toi :
    Bon, je n'y connais certes pas grand chose mais d'après les trèèèès nombreux posts que j'ai pu lire, les clubs sont souvent équipés Piopio et beaucoup de Dj's apprécies le fait de débarquer en univers connu ...
    Personnellement, si j'avais le budget, je choisirais la table de mixe et deux platines ... voir même, puisque cela existe, un système hybride capable à la fois de faire aussi surface de contrôle avec logiciel.

    Et hop, comme cela, plus de soucis ni de questions.
    Je me trompe peut-être ?


    Tout est vrai la dedans, les clubs sont quasiment tous équipés en pioneer et en plus c'est souvent difficilement modulable dans les cabines (rarement possible de tout virer pour mettre son matos à soit).
    Quand on commence avec un objectif semi-pro ou pro c'est un paramètre important à prendre en compte.
    Et effectivement quand un dj est habitué à du matériel ça peut le faire grandement suer de devoir s'adapter à autre chose et pour beaucoup c'est tout simplement pas possible de changer de méthode car souvent chaque marque à ses petites spécificités.
  • tu es
    tu es
    AFicionado
    1495 posts au compteur
    Bon, je n'y connais certes pas grand chose mais d'après les trèèèès nombreux posts que j'ai pu lire, les clubs sont souvent équipés Piopio et beaucoup de Dj's apprécies le fait de débarquer en univers connu ...
    Personnellement, si j'avais le budget, je choisirais la table de mixe et deux platines ... voir même, puisque cela existe, un système hybride capable à la fois de faire aussi surface de contrôle avec logiciel.

    Et hop, comme cela, plus de soucis ni de questions.
    Je me trompe peut-être ?
  • DJ M-RODE
    DJ M-RODE
    Posteur AFfiné
    122 posts au compteur
    Citation de Will Zégal :
    Merci pour tes précisions sur le Nv. Je le note pour une future upgrade de mon setup. :bravo:

    x
    Hors sujet :
    Et, personnellement, je me fiche de la taille de mon contrôleur tant qu'il faut ce dont j'ai besoin avec un confort raisonnable. J'ai divisé par deux la quantité de matos que j'emmène sur scène, avec mon groupe et si je pouvais encore diviser par deux, je le ferais.

    Quand je mixe, je n'ai aucune honte à sortir ma DJ Steel. Je n'ai pas l'âme d'un kéké qui veut avoir la plus grosse et surtout, j'ai remarqué que le public se fout complètement de ce avec quoi on travaille : tout ce qui compte pour lui, c'est ce qu'on en sort. Un gros contrôleur pro peut peut-être impressionner quelques collègues, mais ne fera de toutes façons pas illusion bien longtemps si le ramage n'est pas à la hauteur du plumage. Inversement, je respecte beaucoup plus quelqu'un qui fait des trucs de tueurs avec du matos modeste et si certains jugent le musicien à la taille ou au prix de son matos ou au nombre de boutons qui clignotent, c'est bien triste pour eux.


    Bien sur, mes valeurs sont proches des tiennes Will et je suis entièrement d'accord avec ton point de vue.
    Mais selon le niveau de médiatisation et d'exposition de l'artiste, le matériel à une importance absolue sur scène.
    Certes la majorité du publique s'en fout mais parmi le publique il y a un certain nombre de dj's amateurs.
    Et pour un Skrillex ou un Avicii ou un Martin Garrix, croyez moi, dans la salle il y a au moins 40% de jeunes dj/producteur qui regardent tout le matos !
    Et si vous avez un truc minuscule et de marque peu connue sur scène et bien vous perdez toute crédibilité à leurs yeux !
    Idem aux yeux des organisateurs !!!!
    C'est d'une tristesse absolue mais c'est la vérité....:((
    Pionner le sait bien et gonfle le prix d'environ 20-30 % à qualité similaire par rapport à la concurrence (estimation personnelle) parce qu'ils font payer ce que j’appelle la "Fame" (dans le sens: "je cherche plus de renommée que de reconnaissance artistique") et ils savent qu'ils sont leader sur ce point donc ils ont raison de ne pas s'en priver.
    C'est pas juste une question de grosseur ou de boutons qui clignotent, c'est aussi une question de "marque" de "réputation" mais bizarrement c'est en effet un peu lié à la taille et l'esthétique du produit.

    C'est cliché ce que je vais dire et je le fais exprès mais c'est un peu comme à l'école :
    Celui qui était habillé tout en marque avec des grosses affaires était admiré ou en tout cas "impressionnait" tout le monde même si c'était un gros con (peut être que ça apporte une sorte de charisme complètent virtuel), en revanche, celui qui arrivait tout sympa mais en guenille était transparent.

    Comme tu le dis, c'est triste pour les gens qui raisonnent comme ça.

    Et pour aller plus loin,
    Il faut admettre que plus vous êtes connus, plus vous jouez sur des scènes immenses.
    Ça fait déjà bizarre d’être seul avec son praticable sur une grande scène, mais si en plus, sur son praticable, on a un truc rikiki, et bien comment dire ...aux yeux du publique on a un peu l'air ridicule dans tout cet espace vide...
    C'est pour cette raison, que sont apparus les dj/producteur qui te collent 4 cdj pioneer sur scène alors qu'ils sont en playback :mdr: C'était pour combler le vide dans un premier temps et pour ajouter de la "fame" dans un deuxième (t'as vu je fais genre que je sais faire du mix à 4 platines, je fais croire que je suis en mode next level).

    Mais, merci Youtube Facebook et les réseaux sociaux, l'ensemble de la communauté dj se rend compte des supercheries voir même que les platines en question sont pas branchées :bravo:
    Du coup il pleut des insultes et des vidéos de parodies toutes plus drôles les unes que les autres.

    En réaction, certains dj/producteurs on pris des cours et se sont entraîné pour ne plus faire de playback sur scène (c'est le cas de skrillex, respect à lui) mais très peu au final ont fait des efforts comme lui.
    Les autres ont juste trouvé un meilleur moyen de combler l'espace vide en construisant des grosses armatures métalliques, pyrotechniques et compagnie dans lesquelles ils se planquent. Et le matos devient carrément non visible comme ça c'est réglé.


    Bref tout ça pour vous donner plus d'infos sur le monde pro et justifier le fait que je dois prendre ça en compte dans mes tests et mes cours.
    Je le cautionne pas mais je sais que parmi les débutants et les pros, la taille, la "fame", ça compte énormément.
    (pour les pros c'est le genre d'arguments qui peuvent même avoir un impact sur le cachet !).
    Je dois autant penser aux gens qui vont privilégier le fonctionnel à l'esthétique et inversement.
  • DJ M-RODE
    DJ M-RODE
    Posteur AFfiné
    122 posts au compteur
    Bien sur, on peut très bien commencer sur un contrôleur.
    On peut très bien se limiter juste aux jogg et au pitch dans le sens ou on ne regarde pas l'écran, on n'utilise pas la fonction sync et on n'utilise pas les points cues, les effets etc... Pour les intégrer ensuite une fois les bases acquises.
    Mais je constate tout de même en général une envie d'aller vite, de zapper les bases et de directement utiliser les fonctions automatiques, surtout chez les jeunes.

    La question étant est-ce qu'un contrôleur ne serait pas "compliqué" pour débuter ?
    Je me suis donc concentré sur l'aspect "compliqué"
    Et la réponse est oui car il y aura une masse de choses à apprendre en plus par rapport à un système classique.
    Déja apprendre la différence entre son numérique et analogique ainsi que les types de connectiques afin d'être en mesure de ne pas se tromper dans ses branchements, dans ses réglages etc..
    Ensuite apprendre à configurer son ordinateur et son os et s'en servir correctement de façon professionnelle pour bien faire marcher son logiciel virtuel.
    Ensuite apprendre le logiciel virtuel et la on rentre dans les choses sérieuses.
    Sur un système plus traditionnel (donc deux platines et une mixette), on va beaucoup plus vite à l'essentiel et surtout on surcharge moins la dose d'informations à gérer d'un coup.

    Voila maintenant parmi la liste de tous les contrôleurs qui existent celui ci n'est vraiment pas compliqué, il est très intuitif.

    Bien évidemment quand on débute il y a tout un tas d'autres paramètres à prendre en compte et ce n'est pas parce qu'il y a plus de choses à apprendre quand on commence sur contrôleur que ça rend le challenge moins intéressant. C'est juste...différent.

    De toute façon il n'y a aucune méthode pédagogique qui marche pour tout le monde.
    C'est du cas par cas en fonction des budgets, des objectifs de chacun et ensuite intervient le facteur humain (les compétences, les connaissances générales, la motivation, le rapport à la contrainte, la notion de confort...) tout cela est subjectif.

    On peut même apprendre sur du matériel pas adapté du tout !
    J'ai commencé avec deux lecteurs cassettes et un espèce de revox en guise de mixage (il avait deux entrées externes avec deux fader).
    Rien pour ajuster les vitesses de lecture, donc rien pour ajuster le tempo, du coup je passai des heures avec mon métronome à analyser les tempos approximatifs des musiques que j'écoutai puis à les lister par tempo sur papier.
    J'avais calculé approximativement le temps de latence qu'il y avait entre le moment ou je pressai le bouton play du lecteur cassette et le moment ou le son apparaissait sur la bande.
    Je tenais compte de ce nombre de secondes (environ 3 si mes souvenirs sont bons) en essayant d'appuyer en amont des temps forts pour espérer synchroniser les morceaux.
    La vache quand j'y réfléchi, la passion de la création m'animait, car il fallait une patience et en entrainement de dingue avant d'arriver à faire un truc propre.

  • Dnhs5500
    Dnhs5500
    AFicionado
    1260 posts au compteur
    Salut
    Citation :
    La question serait plutôt es-ce qu'on doit débuter sur un système virtuel et devoir apprendre un logiciel ?
    Ne serait-il pas plus simple de commencer par arrpendre les bases (calage au tempo) sur un système classique (deux platines cd ou vinyles et une mixette) et ensuite passer au virtuel ( gérer des points cues, des effets etc..) ?


    Certainement une très bonne façon d'appréhender l'apprentissage mais, amha, une approche beaucoup plus onéreuse.
    Si l'on veut du matériel au minimum correct pour tester et apprendre, les contrôleurs demeurent le plus facile d'accès financièrement parlant en terme de ratio Q/P (si l'on excepte le coût de l'ordi bien sûr qui est un composant tellement répandu pour d'autres raisons).
    Il faut, en revanche, avoir bien a l'esprit que les aides apportées par les logiciels facilitent tellement les questions de calage, de synchronisation diverses (phases, effets)...qu'ils "amputent" toute une dimension de l'apprentissage pour pouvoir être à l'aise et comprendre l'essence du mixage.
  • tu es
    tu es
    AFicionado
    1495 posts au compteur
    Cela n'est pas faux non plus :)
    Comme on dit, dans le cochon, tout est bon :-D

    Plus simple que de cacher l'écran, c'est carrément de l'éteindre huhu
  • chris m.berger
    chris m.berger
    Je poste, donc je suis
    7144 posts au compteur

    Hors sujet :

     La question serait plutôt es-ce qu'on doit débuter sur un système virtuel et devoir apprendre un logiciel ?
    Ne serait-il pas plus simple de commencer par arrpendre les bases (calage au tempo) sur un système classique (deux platines cd ou vinyles et une mixette) et ensuite passer au virtuel ( gérer des points cues, des effets etc..) ?

     perso je trouve que d'apprendre sur un controleur n'est pas une mauvaise chose car il permet de sequencer l' apprentissage ,si tu "caches" l'ecran les bases seront les memes .

  • tu es
    tu es
    AFicionado
    1495 posts au compteur
    Oui, il vaux mieux commencer par le début, vous avez complètement raison.
    Mais ce n'est pas vraiment pour en faire un métier, juste pour animer des soirées chez des potes quand j'en aurais :-D
    Faut que j'attende d'avoir le budget de toute façon, la pension alimentaire de ma fille passe devant tout !!!

    Et pour le moment, ce n'est vraiment pas indispensable, je me fais juste dévorer de temps en temps par le grand méchant loup de la surconsommation marketeuse à outrance, surtout en période de Noël ...
Voir les réactions précédentes

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.