Hartke LH500
+
Hartke LH500

LH500, Tête d'ampli Basse de la marque Hartke appartenant à la série LH.

tontonseb 14/06/2019

Hartke LH500 : l'avis de tontonseb

« Très bien pour le son, mais pas si costaud que ça : en panne.  »
4

  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Tout public
Tout a été dit sur la Hartke LH500 : tête ultra basique, amplification à transistors classique, préamplification à "lampe" avec un tube 12AX7, boîtier métallique robuste et rackable, réglages minimalistes mais efficaces, boucle d'effets...

J'ai été attiré par cette tête pour le son et la réputation de la marque Hartke : son droit avec une bonne dynamique, possibilité de colorer le son avec le préamplificateur à tube... Je me suis fait la main à la basse au siècle dernier sur un HA2000 et plus récemment, j'ai souvent emprunté une tête HA3500 ou HA2500, véritables best sellers de la marque. Lorsque cette série LH est sortie, elle m'a immédiatement attirée par ses réglages minimalistes : un seul volume (pas de gain réglable, un équalo à trois bandes...). Sa technologie tout droit issue des années 70 m'a séduit.

Le son ne m'a jamais déçu : je joue du punk-rock péchu bien HxC sur un Epiphone Thunderbird Pro (active) et une Jaguar bass. Aucun soucis : le son de la basse est bien restitué avec cette "chaleur" de la 12AX7 et cette dynamique typique du son Hartke. La boucle d'effet encaisse très bien mon pedalboard (saturation EH, compresseur...).

Cette robustesse apparente a un prix : le poids. C'est lourd, avec le flightcase, c'est encore pire. Mais bon, le son est là et la puissance conséquente : 300 vrais Watts RMS sous 8Ohms, 500 sous 4Ohms. Couplé avec un 4x10 et un 1X15 de la série VX (cônes papiers) de la même marque, je fais allégrement trembler les murs partout où je passe. Honnêtement je préfère le son de ce Hartke à celui des séries hybrides de chez Ampeg.

Le rendu de puissance à l'oreille est plus important qu'avec mon précédent Ashdown Little Giant 1000, pourtant deux fois plus puissant sur le papier. Celui-ci accumulait les pannes et avait un préamplificateur "raté", trop neutre. Dégouté par les amplis au format mini classe D, certes ultra légers, mais décevant point de vue son et un peu menteurs sur la puissance, je m'étais tourné vers ce Hartke LH500.

Un an et demi de bonheur bassistique et puis "pschitt", plus rien : fusible d'alimentation grillé, le bouzin ne s'est plus jamais remis en marche malgré le changement de fusible. Retour au SAV et affaire à suivre. Série fragile ou faute à "pas de chance"?