Fender '65 Deluxe Reverb [1993-Current]
+
Fender '65 Deluxe Reverb [1993-Current]

'65 Deluxe Reverb [1993-Current], Ampli combo tout lampe pour guitare de la marque Fender appartenant à la série Deluxe Amp.

Larenion 28/07/2018

Fender '65 Deluxe Reverb [1993-Current] : l'avis de Larenion

« Pas l'ampli que j'attendais »
3

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Correct Cible : Les utilisateurs avertis
Je mets deux notes :
* d’origine 3/5 ,
* après modifs : 4,5/5.
Je mets 3/5, pas parce que c’est mauvais en soi, mais parce que le son ne correspondait pas à l’image ou au phantasme que je me faisais de cet ampli. J’ai lu trop de review bourrés de superlatifs qui induisent en erreur.

Je l’ai acheté d’occas quasi neuf, et j’ai changé quasiment les 2/3 des pièces dedans pour arriver ce que je voulais. Vu le prix de revient in-fine, j’aurais dû acheter un clone câblé point to point. Pour autant, je ne regrette pas mon aventure, j’ai appris énormément de choses en modifiant cet ampli et ajd j’ai un ampli que j’aime.



Mon avis sur la CONFIG D’ORIGINE :

Reproche 1 : je ne trouvais pas le claquant et le brillant du son que j’attendais d’un tout lampe Fender (avec une Strat ou une Télé). Définitivement, si vous cherchez du ‘’sparkling sound’’, passez votre chemin sur ce Reissue 65. J’ai su plus tard que cela est essentiellement dû au HP d’origine : le Jensen C12K. Il est incapable de produire ce genre de son. Pour autant, il a beaucoup de qualités : un headroom énorme pour une config 1X12 + avec son haut rendement de 99dB/1W/1m et ses 100 Watts admissibles, le son reste clean à FORT niveau sonore.
J’ai donc essayé un Jensen C10Q que j’avais sous la main : un brillant superbe, le son Fender par excellence… mais pas de grave enveloppant et puissance sonore divisée par deux. J’ai ensuite commandé un Jensen C12Q pour voir : plus d’assise dans le grave, mais avec son faible rendement, l’ampli crunch ‘’trop vite’’ = à faible niveau sonore. Dans les deux cas : adieu le beau clean à fort niveau.

Deuxième reproche : son pas assez dynamique à l’attaque des cordes. Un peu mou à mon goût. J’ai résolu complétement le problème en augmentant la valeur de résistance de Negative Feed Back. Il vaut mieux être sur les 1500 Ohms du Reissue 68, et même au-dessus. Le prix à payer : plus de bruit de fond ; niveau doublé à triplé. Mais l'ampli étant silencieux avec ses 820 Ohms d'origine, ça reste acceptable et le jeu en vaut la chandelle pour le gain de ‘’nervosité’’ de l’ampli.

Dernier reproche : trop de grave, beaucoup trop de grave. Avec une Tokai Love Rock (copie Les Paul avec des micros trop sombres), c’était un tas de boue. Solution : virer le C12K …. , régler ses humbucker / cordes ( !) , l’arrière de l’ampli doit être à au moins un mètre d’un mur. Pour solutionner le problème à la racine et GARDER le Jensen C12K : modifier le premier étage du préamp du canal NORMAL pour copier une config Marshall. Avantage en prime : les pédales d’overdrive passent divinement bien. Le prix à payer : le canal NORMAL n’est plus un canal Deluxe Reverb …. mais il vous reste le canal BRIGHT pour ça !

En résumé sur la config d’origine de ce Reissue 65 :
pas le brillant que j’attendais d’un ampli Fender, son pas assez dynamique et trop de grave pour des humbucker. Ses qualités : gros headroom qui donne un son robuste et enveloppant ; reverb superbe mais tatillonne à régler ; ampli silencieux, même le vibrato (oui …).
Encore une fois, un changement de HP changera ce constat.
Je pense que quand Fender a réédité ce '65, ils ont succombé à la mode de l'époque : la clientèle veut un ''petit ampli'' qui envoi du lourd, avec un gros son. C'est la seule explication que je trouve au choix de ce C12K qui n'a historiquement aucun sens et qui oblige à tant de compromis.




AMPLI MODIFIE (site de Rob Robinette – mods AB763):
Après mes 2 essais avec un autre HP, je ne voulais pas mettre les doigts dans des changements de HP à répétition. J’ai décidé de garder le C12K pour ses qualités et de modifier le circuit pour obtenir le son que je voulais. En prime, je voulais rendre l'ampli plus polyvalent.

Modif jouant sur les deux canaux : ajout d’un master volume (potard de 1 MOhm linéaire relié au pin 5 des lampes de puissance) ; ajout d’un Tone control juste avant les lampes de puissance (à la VOX) ; résistance de boucle de Negative Feed Back réglable de 820 Ohms à 10 000 Ohms puis déconnectable (une pure tuerie cette modif). Avec ces modifs, vous pouvez pousser l’ampli au crunch et en quasi disto tout en restant à faible volume sonore. Le Tone control permet de virer les Ice Picks si votre ampli y est sensible.

Sur le canal Normal : 1er étage du pré-amp (V1A) modifié à la mode Marshall (Lead Channel Mod) + dérouté vers la reverb et le vibrato comme pour le canal Bright (Robrob Normal Channel). Résultat : débarrassé de l’excès de grave, les humbucker et les pédales d’overdrive passent beaucoup mieux + vous avez de la Reverb et Vibrato sur le canal 1 (comme sur un Custom 68).
Autre modif sur le canal Normal : j’ai ajouté un potard de médium (CTS 250 KOhms linéaire push pull) -> en plus de régler le niveau de médium, je peux déconnecter l’EQ : le gain ‘’explose’’ et couplé à la désactivation du NFB, le canal est transformé en overdrive rageuse. Par contre son ''un peu raide'' avec le C12K. Avec un C10Q ou un C12Q, c'est superbe !

Canal Normal et Bright : j’ai ajouté du brillant au son (qui fait défaut au Jensen C12K) en ajoutant un condo de 500 pF en parallèle des résistantes R12 pour le canal 1 et R25 pour le canal 2. Condo déconnectable via un interrupteur. Je n’ai pas le sparkling sound d’un C10Q, mais ça améliore grandement les choses.

Avec ces quelques modifs, je garde un canal Bright de Deluxe Reverb '65, et je transforme le canal normal en grosse overdrive. Le master volume permet de faire cruncher l’ampli à faible volume sonore. Comme dit plus haut, la résistance sur la boucle de NFB étant réglable, j’ajoute de la dynamique et du claquant au son. Boucle de NFB déconnectée, le son se rapproche de celui d’un Blues Deluxe.

Autres modifs au passage : Transfo de sortie et de reverb passés en Hammond avec option 4, 8 et 16 ohms pour le HP en sortie. Suivant l’espace disponible, tous les condo sont passés en Jupiter Yellow, Orange Drop ou Mallory.
Tous les nouveaux potards et interrupteurs sont installés au chausse pied à l’arrière de l’ampli, au-dessus des lampes. Vu de devant, l’ampli a son look d’origine, on lui donnerait le bon Dieu sans confession ! A l’utilisation, c’est maintenant un vrai couteau Suisse.


Conclusion : ainsi modifié, guitare branchée directement dans l’ampli, j'ai un son et une patate d’enfer ! Jouant quasiment tout le temps avec un NFB moins prononcé ou coupé, j’ai un poil plus de bruit de fond, mais ça reste très correct. Pour avoir ‘’mon son brillant’’ à la Fender et un haut rendement, je finirai par me faire un baffle avec quatre C10Q en parallèle.
Une remarque quand je regarde le design du Custom '68. Fender a apporté pas mal des modifs que je retiens in fine : une résistance de NFB doublée, canal Normal passe aussi par la reverb et vibrato, HP avec moins de grave, tone stack modifié. C'est peut-être un meilleur achat que ce Reissue '65.
J'oubliais : j'ai aussi changé toutes mes lampes. Un conseil, on sent le plus d'effet sur les lampes de préamp (V1, V2, V3). Je n'ai pas tout essayé et pas les NOS à 300 euros la paire (voleurs !) , mais je conseille des 12AX7 Svetlana ou JJ Gold Pin. J'ai passé les 6V6 Groove Tube en Electro Harmonix, mais l'effet sur le son a été moindre. Important pour s'éviter une source de bruit de fond possible (du humming noise - le 50hz du réseau) : la lampe V6 de l'inverseur de phase, une 12AT7, doit être équilibrée (balanced triode)

Photos liées à cet avis

photo photo