Querey Guitars Per Aude Adamante
+
Querey Guitars Per Aude Adamante

Per Aude Adamante, Autre Guitare Electrique Solid Body de la marque Querey Guitars.

Comparateur de prix
Petites annonces
Forums
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
Adamante 10/05/2007

Querey Guitars Per Aude Adamante : l'avis de Adamante

"Une guitare unique d'un excellent luthier"
5

  • J'aime
  • Tweet
  • +1
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Les utilisateurs avertis
Cet instrument est l'oeuvre d'Arnaud Quérey (http://www.quereyguitars.com), un luthier français, qui a son atelier à Vernon, dans l'Eure. Elle a été conçue sur une base de Per Aude, modèle appartenant à Eddy Pero, un musicien professionnel.
Malgré tout, étant donné que la Per Aude est un modèle 6 cordes, il a fallu repartir depuis le début de la conception, afin d'adapter la forme à la 7 cordes. Cela a pris un certain temps, et je possède cette guitare depuis plusieurs semaines maintenant,après environ sic mois d'attente...

Ses caractéristiques sont les suivantes :

- Corps en acajou de Bolivie (pas du sipo africain qui sert à faire toutes les guitares de série ou les instruments de luthier de moindre qualité).
- Table monobloc en érable ondé.
- Manche en érable ondé, avec 24 frettes, au profil adapté à ma demande (aux caractéristiques approchant celles du manche de la Music Man JP7, notamment au niveau des dimensions au sillet et à la 24ème frette), avec compensation d'écart entre les cordes au niveau du sillet.
- Touche en ébène de Macassar.
- Sillet en ébène du Congo.
- Vibrato Hipshot 7 US Contour Tremolo 7 cordes chromé, réglée de manière totalement flotante (je peux monter une note d'un ton, ceci dit, ce n'est pas fait pour, mais cela permet d'effecter de vrai effets de vibrato).
- Mécaniques Sperzel autobloquantes.
- Micros EMG 707, et capteur piezo Graphtech avec préampli.
- Switches Music Man John Petrucci model, et un potentiomètre de volume commun aux EMG et au Graphtech. Pas de potentiomètre de tonalité.

Le vibrato Hipshot est de loin le meilleur le vibrato vintage que je connaisse. Il est tout simplement efficace. Il revient parfaitement en place, et sa conception est très intéressante. La platine est épaisse et les couteaux (qui ne sont d'ailleurs plus vraiment des couteaux, mais cela s'appelle toujours comme cela), oblige à une précision extrême dans le montage (c'est vraiment au 10ème de milimètre que cela se joue), mais rend son retour en position zéro vraiment parfait. De surcroît, si comme moi, vous souhaitez avoir une 7 cordes avec un vibrato vintage (parce que vous n'avez pas l'usage d'un Floyd Rose, ou bien parce que vous souhaitez avec un capteur piezo), Hipshot est le seul fabricant qui vend un vintage 7 cordes, et dont la conception prévoit à l'origine le montage d'un capteur Graphtech. Leur relation à leur clientelle est excellente. C'est souvent le patron lui-même qui répond à vos mails (aux miens en l'occurence). Il existe bien un modèle chez Schaller et Fishman, mais ils sont produits respectivement pour les Vigier Excalibur Supra 7 cordes, et pour les Music Man John Petrucci 7 cordes (ils ne répondent pas aux mails par contre).

Je ne refais pas le topos sur l'acajou qu'emploi Arnaud. C'est un acajou bolivien, et non africain (qui n'est d'ailleurs pas du tout de l'acajou!). Ses caractéristiques acoustiques et esthétiques sont remarquables. C'est un son très chaud et chargé de nombreuses harmoniques que vous obtenez grâce à lui.

UTILISATION

- Il y a eu un très gros travail technique d'effectué afin de rendre la guitare la plus stable et la plus juste possible. Depuis que je l'ai, le manche n'a pas bougé, alors qu'elle est neuve, et qu'en principe, ça bouge beaucoup les premiers temps. Ceci est dû à la fois à la qualité des bois qui ont été sélectionnés avec la plus grande attention, aux multiples renforts en carbone, placés dans le manche, ainsi qu'à la qualité du montage.
De même la jonction manche est très spéciale, et est identique à celle du modèle Peraude dont la Adamante s'inspire. La conductibilité des vibrations est vraiment impressionnante ; quand je porte la guitare sur le dos, je sens la sangle qui vibre dans le dos, et partout ailleurs. C'est extrêmement vivant! Du surcroît, l'accès aux notes les plus aigues du manche est imbattable, puique la corne inférieure naît à la 24ème case... Comment mieux faire? Le système Stefen Extended Cutaway ne fait pas mieux, d'autant plus qu'il s'agit d'un manche vissés sur les N4, et non d'un manche collé.

- Le sillet, en ébène, est une des petites curiosités de l'instrument, mais je vous assure que ça marche extrêmement bien. Bien sûr il faut choisir une pièce d'ébène la plus dense possible; Arnaud Quérey sait très bien faire cela. La tête a été dessinée de telle manière que le passage des cordes dans le sillet jusqu'aux mécaniques ne connaîsse pas d'angle. Du chevalet jusqu'aux mécaniques, les cordes sont droites. Il y moins de frottements, ce qui joue sans doute sur le retour en accord de la guitare, quand on se sert du vibrato.

- Je fais un petit commentaire du vernis de la guitare, qui correspond à celui qu'Arnaud Quérey emploi pour chacun de ses instruments. Ne l'ayant pas fait sur mon commentaire de la Aude Junior, je le fais ici. Le vernis est volontairement très souple; et il faut savoir que le vernis joue aussi sur le rendu sonore final de l'instrument. Un vernis trop dur, comme on peut le trouver sur beaucoup de guitare, a pour effet mécanique négatif de brider les vibrations du bois, donc le son. D'autre part, le bois vibre, et même une pièce de bois totalement sèche (par ailleurs, un bois qui a séché 500 ans n'est pas plus sec qu'une pièce qui a séché 10 ans. Tout dépend de la pièce, mais dans des conditions normales de séchage, le bois sèche d'un centimètre cube par an, sur toute la surface de la pièce de bois, donc ça va assez vite quand même), le bois bouge toujours un peu. C'est pour cela que la plupart des guitares qui ont des vernis totalement durs finissent par laisser apparaître des craquelures, notamment au niveau des arètes des talons du corps, ou au niveau des micros, voir des fois en plein milieu de la guitare... Un vernis souple ne peut pas se craquer, et il a pour intérêt d'accompagner les mouvements du bois le long de sa vie de bois de guitare. Par ailleurs, si jamais il advient qu'elle prenne un choc, le vernis n'éclate pas, mais il absorbe le choc et s'enfonce. Cela limite considérablement le défaut esthétique par rapport à un vernis normal. Ainsi, que ce soit d'un poit de vue mécanique ou esthétique, un vernis en polyuréthane souple tel que celui qu'emploie Arnaud Quérey est bien meilleur. La seule raison qui fasse qu'un vernis dur est couramment employé, c'est qu'il sèche très rapidement, et qu'éventuellement, il produit un bel effet de glacis (mais Arnaud les fait aussi bien avec son propre vernis).

- Par ailleurs, la forme a été redessinée entièrement, pour l'adapter à la déclinaison 7 cordes de la Peraude. La table est plate, les cornes plus anguleuse et plus fines. Le chanfrein stomacal est assymétrique, et plus profond sur le passage du bras droit, pour optimiser sa position sur le corps et celle du poignet sur le chevalet. Ainsi, on se sent très à l'aise sur cette guitare (ce qui a souvent tendance à déranger les personnes qui ont pu essayer ma guitare, c'est le fait qu'elle ait 7 cordes...). Les repères en nacre d'abalone ont été placé à la manières des anciennes Ibanez John Petrucci, en haut de la touche, à 2mm de la frette. Je trouve cela plus esthétique qu'au milieu de la touche, et cela révèle vraiment le magnifique ébène de macassar. Une autre rangée de repères a été faite en bas du manche, au niveau de la corde de mi aigu, à partir du sol, jusqu'au mi, afin de mieux se situer sur le manche quand on se trouve à ces hauteurs.

- La guitare est donc d'une ergonomie parfaite (heureusement d'ailleurs, parce que j'ai voulu tout ce qu'il y a dans la guitare; sans quoi, je n'aurais à m'en prendre qu'à moi-même). Mais bien évidemment, entre l'acajou, l'érable flammé et ondé, plus le vibrato, tout cela pèse bien lourd... C'est Les paulien, mais pas davantage, voire légèrement moins, je ne suis pas sûr. Elle est apparemment un peu moins lourde que la Peraude d'Eddy Pero, mais ce n'est pas évident à comparer, parce qu'une guitare peut paraître plus lourde qu'une autre quand on la porte à bout de bras, mais moins une fois qu'on l'a sur les épaules. Donc, je ne suis pas absolument affirmatif. Ce n'est pas léger dans tous les cas. Malgré tout, il y a le son, et c'est ce que je voulais avant tout. Evidemment, comme sur toutes les guitares d'Arnaud Quérey, vous obtenez le son que vous devez obtenir avec immédiatement. Il n'y a pas à chercher, c'est toujours déjà présent.

SONORITÉS

Alors, venons-en au gros du morceaux... du moins je pense que ça n'est pas plus gros que le reste, mais c'est souvent ce qui intéresse le plus de monde.

- Pour faire vite, cette guitare est absolument parfaite en ce qui concerne les sons qu'elle restitue. Et c'est bien là que l'on se rend compte qu'une guitare bien faite, avec de bons matériaux et un vrai savoir-faire, sonne nécessairement bien. En tout cas, elle sonne aussi bien sans ampli qu'une fois branchée dans mon ENGL Savage SE. Ainsi, je m'oppose totalement à l'idée souvent répandue qu'une guitare dont le son n'est pas terrible débranchée, peut bien sonner une fois que l'on met les watts. C'est peut-être l'ampli qui rattrape si tant est qu'il soit bon, avec l'effet lié à la puissance (mais on peut aussi ne pas avoir d'oreille du tout hein...).

- Bref, que dire d'autre que toutes les fréquences sont là où elles doivent être, et que tout sort avec la même chaleur et la même définition, sans qu'aucun endroit du manche ne soit moins intéressant qu'un autre. Le Si grave est extrêmement impressionnant, de loin le plus gros que j'ai eu l'occasion d'entendre. Au lieu que son impacte soit relayé loin derrière le mi ou le la, il est au contraire plus puissant et profond que les deux autres notes, tel qu'il doit être en réalité. Et surtout, il est d'une justesse sans égal. Vous jouez un si grave, et pas n'importe quoi. La rigidité générale de l'instrument fait que l'on dispose d'un manche parfaitement juste, et utilisable sur la totalité des 24 cases. En effet, généralement (que ce soit sur la Vigier Supra 7 ou la Music Man Petrucci que j'ai toutes deux possédées), au déjà du Fa# ou du La, la corde de Si grave devient fausse, et plus on avance sur le manche, plus cela devient faux. C'est ce qui me fait dire qu'un system Buzz Feiten n'est pas d'une utilité incontournable. En fait, une bonne guitare est juste, même si l'on peut considérer qu'elle n'est pas bien tempérée. Le Fuzz Feiten est censé ajuster le tempérament de la guitare, et ainsi la rendre totalement juste, mais si le manche de la guitare n'est pas lui-même tout à fait rigide, c'est un gadjet supplémentaire pour faire vendre des technologies qui ne servent à rien. [Quand je parle d'un manche rigide, j'entends que sur une guitare normale, quand vous jouez dans une certaine position debout, que la guitare est accordées, et qu'ensuite, vous penchez la guitare, ou tout simplement, vous vous mettez à jouer assis, et bien la guitare devient fausse... Sur la Adamante, cela ne se produit pas du tout.]

- Bon, d'une manière générale, et c'est cela sur toutes les guitares d'Arnaud qui disposent de la même composition d'essence de bois, vous avez des bas médiums très marqués et homogènes, profonds et riches en harmoniques, des haut-médiums dynamiques et puissants, et des aigus cristallins sans être agressifs. Avec le temps (le peu de temps), le son s'est légèrement tassé, pour s'arrondir un peu, trouver encore un peu plus de chaleur, et un caractère moins dispersé... Les bois trouvent leur place et la guitare commence à évoluer un peu, c'est tout à fait normal... Il ne faut pas oublier qu'elle n'a pas passé quatre années pendue à un perchoir pour guitare dans un magasin, à prendre le soleil et la chaleur des spots.

- Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le fait qu'elle soit montée avec des EMG 707 (version 7 cordes du 85, mais il n'empêche que ce n'est pas le même micro, parce que la bobine et l'aimant ne sont pas de la même taille, forcément, mais cela à pour effet de placer les fréquences povots pas tout à fait au même endroit) n'implique pas qu'elle ait un son froid, hyper agressif, ou quoique ce soit d'autre. Ce sont des micros absolument géniaux, surtout sur les guitares d'Arnaud Quérey. En fait, pour qu'un EMG sonne, il faut du vrai acajou au cul! Voilà le truc. (Si vous entendiez la Troll, vous seriez morts ou sourds; c'est un mur du son à elle toute seule!) Simplement, les EMG sont sans nul doute des micros qui font partie des plus précis qui soient. Ainsi, pourquoi les EMG sont froids sur certaines guitares, c'est parce que la guitare est froide. Etant d'une grande précision, et relativement flat dans leur spectre (quoiqu'ils rajoute de beaux haut-mediums), ils rendent compte tout autant de ce qu'il y a dans votre guitare, que de ce qu'il n'y a pas. Si certaines fréquences sont absentes, elles seront aussi absentes une fois passées dans les EMG. Par conséquent, si votre guitare est parfaitement équilibrée, qu'elle a autant de bas, de milieu que de haut, les EMG magnifiront cet équilibre, en lui apportant précision, et puissance (mais pas froideur ou raideur, j'insiste).
Une fois branchée, on se rend compte que la Adamante ne sonne pas de manière si radicalement différente de la Aude Junior (que je possède, et dont vous pouvez lire aussi le roman sur AF). Bien sûr, il y a davantage de haut-médiums et d'aigus, mais on retrouve une rondeur générale similaire, et surtout, les 707 sont d'une chaleur remarquable. C'est une distortion très belle et riche, et bien qu'elle soit beaucoup plus moderne que celle dispensée par les Seymour Duncan P90, on retourve des accents aux mêmes endroits, et une rondeur sur les mêmes fréquences. Ce qui me fait dire que les 707 sont de gros P90 surpuissants et modernes (pour vous dire à quel point ils ne sont pas froids s'ils sont montés sur une bonne guitare; et d'ailleurs je serais bien curieux de savoir comment marche le P90 de chez EMG; ça doit être surprennant là aussi).

- Le 707 chevalet donne un son incisif et précis, tout en restant gras. Les harmoniques artificielles sont rageuses dès qu'on les appuie un peu (c'est très excitant!). C'est la meilleure saturation que j'ai pu entendre. Le 707 manche est tout simplement parfait ; c'est exactement ce que j'attends d'un micro manche. Beaucoup de rondeurs, sur toutes les fréquences, un son joufflu et très gras, tout en restant extraordinnairement défini. Les notes les plus graves sortent clairement de l'ampli, sont audibles et musicales. On ne se retrouve pas avec une bouillie inécoutable. J'ai été très impressionné à la première écoute, tant je ne m'attendais pas à un tel résultat.

- Le son clair donné par les EMG est évidemment très moderne... très tout en fait. Le son est percutant (pas seulement puissant), chargé de toutes les fréquences qui caractérisent le son saturé. Mais étant donné que les 707 ne sont pas splitables, même quand on se met en position intermédiaire sur le switch, pour avoir les deux micros, on se retrouve avec un son qui est presque plus puissant encore. Ca pose quelques petits problèmes de volumes entre le son clair avec les EMG et celui avec le Graphtech, mais je vais y revenir. Le 707 chevalet donne un son très très cristallin (qui fait très rapidement tordre le préampli de la tête d'ailleurs, tant il est puissant), et vraiment moderne. La position intermédiaire, où les quatre bobines des deux micros fonctionnent procure une sonorité plus arrondie et chaleureuse, et enfin, le 707 manche donne un son tout joufflu, jazzy moderne... J'avoue avoir une préférence pour un kit Seymour Duncan SH4-SH2 en son clair, mais les EMG me donne un son que j'apprécie et qui est tout à fait utilisable dans mon jeu. La raison pour laquelle j'ai souhaité avoir un capteur piezo tient premièrement au fait que j'adore le son du piezo, et deuxièmement, que je voulais quelque chose qui me convienne vraiment pour les sons clairs.

- De ce point de vue, je n'ai pas été déçu, le capteur Grapthech est de loin le meilleur que je connaisse. Les pontets en graphite évitent d'obtenir un son trop chargé en aigus, qui ont tendance à donner un son trop métallique. A la première note ou au premier accord joué, on se rend compte que tout est là, des basses très profondes aux aigus scintillant que l'on aime entendre dans le piezo (en fait ça donne cela parce que le piezo monte sans problème jusqu'à 20kz, alors que l'ampli et les baffles de guitares ne sont pas prévu pour amplifier de telles fréquences ; sur un plan acoustique, c'est une hérésie parce que l'on fait exprès de mal amplifier ce que le piezo envoie dans le préampli ; mais c'est ce que l'on aime donc...). On a vraiment l'impression de jouer sur une très bonne électro-acoustique amplifiée ; l'illusion est saisissante. Il est même intéressant dans un son saturé, où l'on retrouve plein de picks dans les attaques, une très grosse compression, et le côté grinçant du piezo. C'est assez amusant, même si ce n'est pas extrêmement utile.

- Finalement, je me retrouve avec une guitare dont l'orientation sonore est extrêmement large. Je peux absolument tout jouer, même s'il est vrai que le fait d'avoir des EMG actifs oriente le son vers un résultat très moderne. Donc, pour ceux qui voudrait jouir d'une plus grande souplesse encore dans les sons, il est parfaitement judicieux d'opter pour des Seymour Duncan SH4-SH2 (ou SH1). Mais j'espère vous avoir montré que les EMG n'ont pas la réputation qu'ils méritent. Arnaud Quérey a trouvé le moyen de fabriquer une guitare qui est susceptible de remplacer toutes celles que vous possédez, de la guitare de jazz, de blues, à celle dédiée aux sons les plus violents et rugissants.

AVIS GLOBAL

- Je possède maintenant cette guitare depuis un mois, après l'avoir désirée longtemps, et attendue six mois. Mais le temps nécessaire à la gestation se trouve tout à fait justifié au regard du résultat obtenu. Cette guitare est sans défaut, répond à l'ensemble de mes attentes. Après avoir possédé une petite vingtaine de guitares, j'ai trouvé enfin l'instruement que je ne revendrai pas. Malgré tout, ça ne m'empêchera pas de continuer à en acheter... L'aventure n'est donc pas finie. J'ai d'ores et déjà un projet pour une nouvelle guitare, mais qui demeure dans les cartons pour l'instant. Je veux déjà profiter de mon investissement actuel, et il faut aussi que je recouvre la raison (un peu quand même...).

- Toutes les guitares d'Arnaud Quérey sur lesquelles j'ai eu l'occasion de jouer m'ont toutes impressionnées. Chaque fois que je joue sur son propre modèle Aude Standard, je suis subjugué, et je ne peux plus la lâcher. La grande force d'Arnaud Quérey est qu'il vous donne le plaisir de jouer sur une guitare dont chaque son, chaque nuance, vous apporte satisfaiction, que ce soit d'un point de vue technique, parce que vous parvenez à jouer des choses que vous ne parveniez pas à faire avant, d'un point de vue esthétique, parce que chacun de ces sons est beau, et musical, parce que tout cela renouvelle votre manière de jouer, et vous inspire à nouveau. C'est réellement un nouveau souffle que de jouer sur ces guitares.

- Ainsi, par la qualité globale de l'instrument, que j'ai tenté de vous expliquer au mieux, et par la satisfaction musicale que l'on en retire, je pense vraiment que la somme que j'ai investie dans la Per Aude Adamante est totalement justifiés, et même davantage, qu'ils représentent une somme raisonnable, par rapport à ce que l'on peut trouver d'une manière générale comme guitares, dans des tarifs équivalents, que ce soit chez les grandes marques qui fabriquent 90% de chaque instrument de manière automatisée, ou chez d'autres luthiers pouvant parfois pratiquer des tarifs un peu élevés par rapport à la qualité de leurs productions.

- Je ne ferai jamais assez l'éloge de ce luthier qui prend son art avec le plus grand sérieux, et cherche sans cesse à produire les instruments les plus satisfaisants, quelque soit le critère de satisfaction considéré.