Livres & Méthodes
Ressources & samples Livres & Méthodes
pédago

Huit livres pour continuer à comprendre la musique de film

Sélection de livres sur la musique de film, part. 2
  • Réagir
  • 2 réactions
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail

Voici une deuxième sélection de livres sur la musique de film, plus spécifiquement centrée sur les compositeurs.

La première sélection nous a permis d’aborder le domaine de la musique de film via des études globales, historiques et esthétiques. On trouvera ici quelques ouvrages concernant les principaux auteurs de cet art bien particulier, c’est-à-dire les compositeurs. Les ouvrages en anglais sont d’un niveau abordable.

Le choix évite autant que possible l’hagiographie, ou la biographie sans intérêt, en privilégiant la quantité d’informations sur ce qui nous intéresse ici, la musique de film, les choix ou manières de faire des compositeurs. Par exemple, l’autobiographie de Jean Wiener, Allegro Appassionato parue chez Fayard (1978),magnifique compositeur français (ayant travaillé pour Duvivier, Bresson, Chabrol, Renoir, Allégret, Franju, etc.), ne contient quasiment rien sur son travail au cinéma, mais est en revanche très intéressante sur l’autre versant de sa carrière (méconnue de nos jours, mais réellement impressionnante). Elle ne sera donc pas mentionnée dans cet article. Comment ? C’est fait ? Ah zut, alors... 

Les Compositeurs

B.O.F, Musiques et Compositeurs du cinéma français

Vincent Perrot

Dreamland éditeur, 2002

Un point de vue assez rare, puisque la plus grande partie du livre donne la parole aux principaux intéressés. Ainsi, sur 300 pages, on pourra lire les nombreuses réponses de Pierre Bachelet, Claude Bolling, Gérard Calvi, Khalil Chahine, Vladimir Cosma, Bruno Coulais, Georges Delerue, Éric Demarsan, Alexandre Desplat, Antoine Duhamel, Pierre Jansen, Alain Jomy, Francis Lai, Michel Legrand, Jean-Claude Petit, Jean Prodomidès, Philippe Sarde, Jean-Marie Sénia, Éric Serra, Martial Solal, Béatrice Thiriet, Reinhardt Wagner et Gabriel Yared aux questions de Vincent Perrot (Ce Vincent Perrot ? Non ? Si...). 

L’intérêt repose donc dans ces interviews, assez policées (pas de questions qui fâchent), et dans le DVD inclus, plus que dans les autres parties, qui auraient gagné à bénéficier d’un travail d’édition plus poussé...

 

The Composer In Hollywood

Christopher Palmer

Marion Boyars Publisher, 1998

Partons aux U.S.A, pour ce très bon livre consacré aux compositeurs hollywoodiens importants, de Max Steiner qui pose les bases de l’art de la musique de film (aux États-Unis) à Alex North, Elmer Bernstein et Leonard Rosenman (qui selon Palmer, concluent une époque), en passant par les incontournables Korngold, Newman, Waxman, Tiomkin, Webb, Rozsa et Hermann. 

Très clair, chaque compositeur bénéficiant d’entre 30 et 60 pages, le texte présente les grands films de chaque compositeur, avec quelques photos et partitions.

Un très bon moyen d’aborder chacun des maestros du genre sans consacrer trop de temps de lecture à d’imposantes monographies. 

En anglais.

Les biographies et autobiographies

Maurice Jaubert , Musicien Populaire ou Maudit ?

François Porcile

Les Éditeurs Français Réunis, 1971

Ouvrage savant, parfois ardu, il n’en reste pas moins l’un des seuls (le seul ?) consacré à Maurice Jaubert, compositeur d’exception et premier véritable théoricien de la musique de film. Les quelques B.O. qu’il a composées (il est mort à 40 ans pendant la Seconde Guerre) pour Vigo, Carné, Duvivier, Clair ou les analyses et prises de position sur ce que doit être la musique de film (ses fameux articles pour la revue Esprit et conférence de Londres en 1936), ont donné une place à Jaubert faisant de lui le réel « father of film music » (appellation que les Américains ont donnée à Max Steiner), puisque tout son questionnement repose sur la création d’un art spécifiquement destiné à l’image, là où les Américains ont commencé à utiliser une esthétique déjà existante.

Porcile, en grand spécialiste, nous restitue le parcours de Jaubert, couvrant toutes ses interrogations, démarches et réussites, dans une vision globale plus spécifiquement centrée image.

 

Lalo Schifrin : Entretiens avec Georges Michel

Georges Michel

Rouge Profond, 2005

Troisième (quatrième ?) et dernier livre en français de notre sélection, ces entretiens entre le compositeur argentin et le musicographe Georges Michel (considéré par Schifrin lui-même comme le meilleur spécialiste, selon la jaquette) regorgent d’informations, d’anecdotes (l’explication du choix d’un rythme en cinq temps pour Mission : Impossible à une critique viennoise vaut son pesant de cacahuètes...) sur le parcours du créateur de thèmes tous plus fameux les uns que les autres, dotés d’un instrumentarium lui aussi identifiable quasi immédiatement.

Les questions, intelligentes, et non limitées à l’anecdotique, poussent parfois le compositeur dans ses retranchements, ou aux confins de sa mémoire. De nombreuses informations sur sa manière de composer sont ainsi parfois délivrées. Très intéressant. Nombreuses photos.

 

 

Double Life, the Autobiography Of Miklos Rozsa

Composer in the Golden Years of Hollywood

Miklos Rozsa

The Baton Press, 1982

Un long titre pour un livre de plus de 200 pages, racontant dans le détail la vie du compositeur, de son enfance en Hongrie à son arrivée et ses triomphes à Hollywood en passant par Paris et Londres. Rozsa n’est pas ce qu’on appelle quelqu’un de modeste, mais son parcours est, il est vrai, assez unique et riche. Inventeur, précurseur, le compositeur a fait montre d’une grande liberté, de beaucoup d’invention dans un genre qu’il considère pourtant comme inférieur à la musique de concert, domaine dans lequel il a aussi œuvré (mais dans lequel il est peut-être moins connu). 

On lui doit en très grande partie le son du film noir, du thriller, et de l’épopée antique : son travail de compositeur et d’historien sur Quo Vadis ? est d’ailleurs quasi unique dans le domaine de la musique de film. Très nombreuses photos en noir & blanc. 

En anglais.

 

Did They Mention The Music?

The Autobiography of Henry Mancini

Henry Mancini & Gene Lees

Cooper Square Press, 2001 

Un ouvrage de 250 pages, sur un homme dont le parcours est lui aussi très détaillé, mais qui fait montre de bien plus de modestie dans ce récit, que son collègue dans celui présenté plus haut.

Extraordinaire compositeur doté d’une palette bien plus large que l’on ne le pense, Mancini raconte simplement comment du flûtiste de Beaver Valley il est devenu un incontournable à Hollywood, dans une profusion stylistique et avec des idées remarquables (les quarts de ton de Wait Until Dark), qui en ont fait un des premiers compositeurs à réellement sortir de l’idiome néo-symphonique mis en place par Steiner et Korngold. 

En anglais.

 

The Music Of James Bond

Jon Burlingame

Oxford University Press, 2002

Même si, à proprement parler, il ne s’agit pas d’une biographie de John Barry, ce livre lui fait évidemment la part belle, avec de nombreuses anecdotes, secrets de fabrication, récits de rencontre, mises au point, créations des chansons de générique, sur celui qui reste à jamais associé aux bandes originales des films de la saga James Bond. Le livre se voulant complet sur les scores des films bondiens, il est aussi question de Michel Legrand, de David Arnold, d’Éric Serra, etc.

On salue la rigueur de Jon Burlinghame, en souhaitant rapidement une traduction française.

 

A Heart At Fire’s Center - The Life And Music Of Bernard Herrmann

Steven C. Smith

University Of California Press, 1991 

Peut-être l’un des plus beaux livres sur un compositeur de musiques de film, et ça tombe bien, puisqu’il est consacré à Herrmann, l’homme qui a révolutionné l’art de la musique de film à Hollywood. Smith, l’auteur, sait comme personne raconter une histoire, et sa façon d’amener le lecteur à ressentir des émotions là où il n’y aurait a priori que des faits est étonnante. Attention, pas de légèreté ni de falsifications pour brosser le lecteur dans le sens du poil, mais un travail rigoureux (bibliographie, sources et références couvrent 50 pages sur un total de 415) et une écriture inspirée sans être foisonnante.

Pour comprendre l’impact de Citizen Kane avec Welles, la relation avec Hitchcock, l’impact de la fin de leur collaboration, la place de Herrmann à Hollywood et ailleurs, ses coups de gueule homériques, son apport en tant que co-narrateur (la scène de la douche dans Psycho sans musique, vous y croiriez ? Et pourtant, il s’en est fallu de peu...), etc. 

Si vous ne deviez lire qu’une seule biographie d’un compositeur de musique de film, choisissez celle-ci. 

En anglais.

← Article précédent dans la série :
Sélection de livres sur la musique de films
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Partager
  • Mail