Behringer DeepMind 6
+
Behringer DeepMind 6

DeepMind 6, Clavier synthétiseur analogique de la marque Behringer appartenant à la série Deepmind.

Synfix 13/05/2018

Behringer DeepMind 6 : l'avis de Synfix

« Un beau petit polyphonique très complet. »
5

  • J'aime
  • Tweet
  • Mail
Rapport qualité/prix : Excellent Cible : Tout public
Le Deep Mind 6 vient de rejoindre le studio.

Il est très sympa côté ergonomie :
- des vrais touches, pas des minis touches;
- un clavier bien utilisable, même à deux mains, bien mieux qu'un simple 2 octaves;
- des sliders et boutons prêts pour modifier le son;
- il est petit, peu long, très peu profond, et c'est bon pour l'intégrer plus facilement dans le setup.

Le son est une vraie surprise. Par exemple le filtre n'est pas très flatteur en première écoute, mais on s'attache vite au caractère bien particulier du 12 dB, très fin, agréable à l'oreille. Il est aussi disponible en 24 dB mais j'adore les filtres 12 dB. Le Deep Mind a un filtre analogique sans être gras comme chez Moog, ou brillant comme chez DSI, ou crémeux comme chez Vermona, ou rolandesque comme chez Roland ou Mutable Instruments. C'est le filtre d'un nouveau synthé : le Deep Mind. Quand on abandonne l'idée de retrouver chez le Deep Mind ce qui se fait ailleurs, on commence à apprécier son son bien à lui, et justement que sait-il faire ?

Il faudra des mois pour répondre à cette question, car la machine est profonde en possibilité de programmation. Si pour l'instant je n'ai pas encore trouvé de strings extraordinaires, ni de basses à s'en faire vibrer les tripes, en revanche j'adore les petits sons de harpes synthétiques. En arpège et en accord, j'ai l'impression d'avoir mon premier synthé-guitare. On lance le rythme sur une autre machine, on plaque les accords sur le Deep Mind, son arpégiateur égrène les notes et c'est parti pour des moments très inspirants. On a aussi immédiatement sous la main les réglages d'enveloppe et de filtre : il est ultra simple de trouver le bon dosage, de peaufiner le son.

J'aime beaucoup aussi les sons à base de synchro d'oscillateurs. Ils peuvent avoir beaucoup de présence ceux-là.

Mais le Deep Mind peut tout faire. Sa mémoire regorge de très nombreux patches impressionnants et séquences en tout sens. Et on nous dit dans le forum qu'il y a de bien meilleures banques à télécharger !

Les effets peuvent être désactivés, pour retrouver un son brut, mais c'est extrêmement appréciable de pouvoir sauvegarder les patches avec les réglages d'effets. Et le Deep Mind offre un processeur d'effets tout à fait complet, autant dans les routages que dans les algorithmes proposés.

Un arpégiateur, un séquenceur, un chorder, on est bien servi aussi de ce côté là.

Ce que je regrette : Si on a des diodes qui indiquent la transposition du clavier, on aurait préféré des couleurs (jaune, vert...) pour mieux visualiser la transposition active, comme sur le Microbrute par exemple, et surtout pourquoi diable avoir placé ces excellents boutons de changement d'octaves si loin des diodes, je passe mon temps à les chercher; sur un 3 octaves c'est une fonction qui méritait d'être mieux soignée. Toutefois cela reste tout-à-fait utilisable, et au moins on a et des indications et des boutons pour la transposition, à comparer à une séquence de touche moins pratique et sans indications visuelles comme sur le Dominion.

Un problème : il est difficile de régler finement le tempo avec le slider tempo, et pourtant pas question d'arpeggier à 96 quand le rythme tourne à 95 !

Une très bonne idée : l'éclairage des molettes de pitch bend et de modulations... quand on pitch ou quand on module... et ainsi on sait que l'on a une modulation active.

Une excellente idée : l'écran plutôt grand qui permet de visualiser les réglages. Indispensable notamment pour savoir où on en est avec les enveloppes, dans la mesure où les 3 sont pilotées par les mêmes sliders en façade, non motorisés bien sûr. Le Deep Mind fait ainsi bien mieux que beaucoup de concurrents dans l'ergonomie.

Un autre regret : l'absence du manuel dans le colis, on a tout juste droit à un livret de mise en route multilingues complètement débile dans lequel on nous explique qu'il faut brancher les sorties audio pour entendre et la prise électrique pour commencer... Le manuel existe bien, mais il faut le chercher sur Google... il est en anglais... et c'est celui du Deep Mind 12...

Pour conclure, le Deep Mind 6 est une belle machine. C'est un grand plaisir de découvrir les choix des concepteurs, d'apprécier tout le travail fourni. Le prix demandé est incroyablement bas pour un polyphonique analogique à mémoires, et effets, avec une telle profondeur de programmation, qui ne démérite pas côté design et ergonomie. Avec son clavier intégré, son transfo intégré aussi, sa compacité, on branche et on joue : c'est un rêve de synthé analogique, on se voit l'emmener partout. Je le garde ici pour compléter un setup bien fourni, mais il serait un très très beau cadeau comme 1er synthé ou pour jouer en groupe.