Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
< Tous les avis Gotharman's Little deFormer 3
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Gotharman's Little deFormer 3
Photos
1/33
Gotharman's Little deFormer 3

Workstation de la marque Gotharman's

Prix public : 1 249 € HT
Fsuchs Fsuchs

« Concentré de Gotharman »

Publié le 25/01/23 à 12:00
Rapport qualité/prix : Correct
Cible : Les utilisateurs avertis
Disclaimer : je possède la version MK1, et cet avis est à mettre en balance avec mon avis sur le LD2 dispo sur ce même site. Je risque d'être peut-être moins enthousiaste que les avis dithyrambiques disponible dans cette section. je souhaite juste apporter une légère contre mesure, aucun instrument n'étant parfait dans l'absolu... Mais encore une fois, il s'agit d'un avis hautement subjectif, basé sur mes attentes et mon utilisation...

Je possède le LD3 depuis deux ans maintenant. L'occasion faisant le larron, j'ai pu mettre la main sur une version "boostée" du petit déformateur, à la liste de specs juste étonnantes au regard de l'offre sur ce segment de machines.

Jugés plutôt :

- presque 1 go de RAM
- 6 entrées / sorties
- 2 filtres analogiques
- 4 entrées / sorties CV
- license "drum synth"

à rajouter aux specs "classiques" de la machine :

- séquenceur midi / synthétiseur / sampler
- 16 pistes (parts) librement assignables (synthé / sampler / midi / audio)
de 64 pas avec résolution et longueur paramétrables par piste
- Enregistrement en live (entendre par là sans coupure) de pistes audio avec fonction auto-chop
-fonction WaveChop qui permet de transformer le sampler en synthé à table d'onde en mettant bout à bout des tranches de samples
- 8 voix de polyphonie, allocation dynamique
- 2 layers de paramètres par pattern, morphables (on peut passer de l'un à l'autre un peu à la manière des scènes d'un Octatrack via un knob, ou en tant que destination de modulation)
- synthé polyphonique à forme d'onde morphable, PWM, FM, portamento ect...
- lecteur d'échantillon, pas de limite de longueur de sample, 4 slots d'échantillon par pistes, non empilables mais "intervertissables" via séquenceur ou tout autres source de modulation.
- 16 LFO, morphables eux aussi, syncables et "retriggerables"
- 16 enveloppes librement assignables + 16 enveloppes de VCA
- 32 pistes de modulation (controller tracks) de 128 pas avec résolution et longueur paramétrables par piste
- 8 bus de mixage qui permettent le routage flexible des différentes sources sonores vers les effets d'insert ou "master" et les sorties individuelles
- à choisir parmi 24 effets d'insert + 12 effets "master", 1 effet d'insert par bus (soit 8 effets d'inserts au total ) et 2 effets "master".
- 1 liste de source et de destination et de modulation juste incroyable (je vous invite à aller les checker sur le manuel, flemme de compter...)
-2 filtres par parts, utilisable en parallèle (steeereeeooo) ou en série.

Le LD3 dans sa version MK1, c'est une boite de la taille d'un digitakt, en alu, consistant en 2 profils extrudés intégrant fond et front panel, fermés par deux flasques acier + plastique. Ce sont des type de boitier standard dans l'industrie, ce qui rajoute au feeling un peu DIY / craftmanship habituel des instrument Gotharman.
L'ensemble est très léger (- de 1kg), les potards sont de bonne qualité et l'écran tactile est de très bonne facture, de grade industriel. lumineux et réactif.les boutons sont eux aussi très agréable, le toucher et le retour sont plutôt satisfaisant, et ils ont l'air de pouvoir bien encaisser.
Sur le MK1, à la manière d'un LD2, les connectiques sont placées sur les côtés. A gauche les entrées / sorties audio et entrées / sorties CV. A droite, interrupteur, port USB, la sortie main (le left-out fait office de sortie casque), les entrées / sortie midi.

Le temps de boot est très rapide (- de 5 sec) et on commence sur l'écran principal affichant tempo, nom du pattern (ou preset dans le jargon gotharmanien), un compteur de Bar, le bouton pour selection des presets, un bouton d'accès aux paramêtres, et un ersatz de clavier redimensionnable et transposable.
les boutons du step sequencer, utilisés conjointement avec le bouton "function", permettent la navigation rapide dans les différents étages du LD3. navigation qui peut également se faire par le biais de l'écran tactile.

En pratique, on part avec un son initial de l'ordre du gros triangle bien fort et bien sale. on clique sur main, on rentre dans OSC et là on peut éditer le son. C'est ici également que l'on choisira le type de génération du son (synth / sample / sample choppé / permutation de sample selon les 4 choisis pour la part) ainsi que les différentes sources de modulation sur les nombreux paramètres de synthèse, le tout au travers de 4 pages à sélectionner sur l'écran.
Les oscillateurs sonnent vraiment de manière franche et massive. ce n'est clairement pas analogique, mais ça empreinte à ce type de technologie quelque chose de l'ordre de l'épaisseur et de la chaleur, mais sans molesse...Digital, sans l'aspect froid et clinique, mais clairement cinglant.

On suit le trajet du signal, en retournant sous le menu main et l'on sélectionne les filtres. Ici, gros choix de filtres; allant du LP (X2) au HP (X3) en passant par le BP (X4), le lo-fi, le FAT, ainsi qu'un florilège de state variable filter.
les filtres digitaux sont assez dingue dans leur rendu, pouvant tamiser ou au contraire mettre en valeur le caractère assez définitif des oscillos. leur mode de dosage est particulier. on dose l'injection du signal et la quantité de son filtré, à réinjecter dans le signal original. Déroutant mais une fois maitrisé, c'est compliqué de retourner sur un filtre avec juste un cut-off et une résonnance. là encore, tous les paramètres sont modulable, et la simple utilisation d'une ou plusieurs enveloppes en tant que sources de modulation ouvre de nombreuse et très précises possibilités quand à la sculpture du rendu.
En ce qui concerne le son, pas de "steping" audible, attention au gain, aka la reinjection du signal, des volumes trop important peuvent vite faire partir le son dans des territoires inconnus et flippants :)

On continue nos périgrinations, doucement vers l'étage d'amplification.
C'est ici que se trouve l'enveloppe associée à notre part. Un ADSR classique et modulable, dont on peut choisir la courbe de réponse (linéaire, logarythmique, avec quelques modes permettant de quadrupler la longeur d'enveloppe ou de rendre celle-ci plus smooth si besoin). A noter un réglage drone, qui ouvre complètement le VCA, et qui est nécessaire d'être cranké quand on lit un sample sortant de la "temporalité" couverte par l'enveloppe.
C'est sous cette page que l'on choisit également le BUS vers lequel est routé la part.

La page de sélections des bus, justement. centre névralgique si il en est. c'est ici que l'on choisit la destination finale du son, à savoir vers les master effects, ou vers les différentes sorties.
plusieurs onglets sont disponibles, notamment la page dédié à l'enveloppe follower lié au bus, qui permettra, en tant que source de modulation, des effets de type sidechain, ou encore de doser finement la quantité d'un effet vers un autre bus, par exemple. On peut régler sur trois onglets le temps de release de l'enveloppe follower, son niveau relatif ainsi que la destination de cette enveloppe (vers un bus associé à un effet "master", par exemple).

Bon, plat de résistance, j'espère que vous avez encore un peu faim... bienvenue dans le section effet.
il y a donc effet d'insert et effet "master". Beaucoup plus d'effet d'insert, mais reverb et gros algos mythiques de chez Gotharman se trouvent uniquement dan sla section Master. En pratique, on selectionne sous l'onglet main la section FX, ou l'on enclenche Func, on selectionne FX sur le step seq, et l'on sléectionne son slot comme l'on sélectionnerait une part.
les effets sont l'ADN même de Gotharman, à base de re sampling en direct du bus associé. des effets de déconstruction audio qui feront entrer la machine dans le territoire granulaire. Aux appellations standard, Gotharman nous livre sa vision très nouvelle cuisine. Des algos type Delay permettent effectivement le delay, mais vous n'avez jamais entendu ça ailleurs. Les paramètres influent (pour vous donner une idée) sur le dosage de l'effet, la profondeur de l'effet (la quantité de répétition du son samplé) , le temps de delay (aka la longueur de la zone samplée), l’interpolation des répétitions entre elle (permet de rendre l'ensemble plus smooth, moins tranché, en scannant finement la zone de répétition afin de limiter les clics) et la quantité de feeback (réinjection douce ou sauvage). A l'arrivée on a un delay qui peut être très long ou au contraire très court, proche de ce qui ressemblerait à un chorus granulaire lo-fi. Au final ce n'est pas le genre de delay que l'on utiliserait pour donner un groove supplémentaire à une piste de drum, par ex. ça peut fonctionner mais le résultat sera très différent d'un bucket brigade.
Ce n'est qu'un exemple, mais que l'on peut appliquer à tous les effets dispos.

Et c'est surement ce qui rend cette machine aussi excitante en terme de génération sonore. Les paramètres sont très fins (511 valeurs, la plupart du temps bipolaires), et peuvent changer le son du tout au tout. Le potentiel de sound design est juste exceptionnel. Et imaginez le potentiel de tous ces paramètres modulés et inter-modulés.
En revanche, et j'insiste là dessus, si la signature sonore du LD3 est assez fabuleuse, le son est également très différenciant. Entendre par là qu'une track produite uniquement sur le LD3 sonnera très Gotharman. difficile de faire du "Vanilla" ou du "bread and butter". On est très loin du rendu polissé et de l'esthétique sonore des instruments actuels.

A noter également que des filtres supplémentaires sont implémentés en tant qu'effet, ce qui permet à la machine de filtrer des signaux ext., ce qui est plutot cool.

Je fais un retour en arrière pour vous parler routine d'importation du son, sampling et chops.
le LD3 possède une section d'importation/édition de sample qui fonctionne en parallèle du "moteur central" du LD3. Dans cette section, vous pouvez choisir la source à sampler (entrées main ou individuelles, resampling, sampling mono ou stereo), la banque de sauvegarde, le gain à appliquer.
de la même manière, vous pouvez choisir le sample à importer dans l'éditeur... et procéder à l'édition.
Début du sample, édition fine du début du sample, longeur du sample, édition fine de la longueur du sample. Accessible également, un menu permettant de chopper son sample de manière automatique ou avec des valeurs numérique, mais également un menu avec représentation graphique. Ici, comme sur un bitbox, on peut utiliser potard ou doigt pour placer ses chops manuellement. Ne pas oublier de sauvegarder ensuite le sample.
Et de le rappeller dans la section OSC de la part, en pensant bien à activer le mode sampler / chopped keyboard (qui permet de rejouer les slices sur son clavier) ou Xfade mode ( qui permet la sélection par modulation des 4 samples chargés dans les 4 slots de la part)
Vous pouvez classiquement choisir ici les points de fin et de début de sample (réglages sauvegardé dans le pattern, le sample n'est pas modifié) le loop on/off ou trig (pas de mode reverse...) le pitch relatif, le chop à rejouer, et le nombre de chop à rejouer lorsque l'on trig le sample (parfait pour de la D'n'B) Il y a également un réglage du FM amount.... en gros, si tu choisis un bus comme étant signal audio porteur, celui-ci modulera le pitch du sample en fonction de la quantité de FM appliquée... c'ets assez fou quand on y pense.
Bon bien sur, tous ces paramêtres peuvent être modulés...






(EN COURS DE REDACTION)




cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.