Line 6 Spider IV 15
+
Line 6 Spider IV 15

Spider IV 15, Ampli combo à modélisation pour guitare de la marque Line 6 appartenant à la série Spider IV.

  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
test Line 6 se met en quatre

Test du Spider IV 15 de Line 6

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

La marque au Pod revient pour la 4e fois avec sa série d’amplis à modélisation Spider, et c’est le petit 15 Watts qui nous intéresse aujourd’hui et pour cause: pour moins de 100€, il intègre 6 effets, 4 modélisations et des fonctionnalités sympathiques. Mais qu’en est-il de la qualité sonore ?



Spider IV 15
La gamme Spider de Line6 repose sur un concept simple : les modélisations de la marque dans des petits combos à transistors abordables avec toutes les tailles / puissances imaginables. Du tout petit Micro Spider 6 Watts (testé précédemment sur AudioFanzine) pouvant être alimenté par piles à la tête de 150 Watts en passant les 15, 30, 75 et 120 Watts. Pour toutes les bourses et toutes les oreilles, donc. La gamme se divise cependant en deux parties : les micro, 15 et 30 d’un côté avec 4 modélisations et 6 effets et les 75 Watts et plus avec des presets à foison signés par des guitaristes ou des groupes populaires.

À l’instar des Pods, les Spiders gagnent généralement en qualité de modélisation de génération en génération et les Spider IV comptent bien faire oublier les Spider III, gros succès commercial de l’année 2008. Alors que vaut réellement ce nouveau cru made in Line6 ? C’est ce que nous allons voir en testant le Spider IV 15, qui pourrait bien faire trembler la concurrence grâce à son prix très agressif.

Un ampli 4x4 ?


Spider IV 15Au déballage du Spider IV 15, on se retrouve face à un ampli qui ressemble beaucoup à un ampli Line6, pas de grands changements cosmétiques en vue. Une robe noire, des potentiomètres chromés et une qualité de fabrication certaine : cet ampli saura résister aux coups de rangers et aux projections de bière. Le seul changement que l’on peut discerner se situe au niveau des boutons de presets, qui sont moins mous qu’avant, ce qui est un très bon point. Pour le reste, la marque reste dans ses standards habituels et si les Spiders n’ont pas un look d’enfer, ils ont au moins le mérite de ne pas agresser la rétine et de pouvoir passer relativement inaperçus.

Pour ce qui est des mensurations, on se retrouve devant un petit ampli qui conviendra parfaitement, tant au niveau de l’encombrement que de la puissance sonore, à une chambre. Son poids est de 7,7 kg et ses dimensions de 41 x 38 x 22 cm, ce qui est très raisonnable. Une poignée est située au-dessus du combo pour en faciliter le transport et des coins renforcés permettront de protéger le petit de la violence extérieure. La toile tendue devant le haut-parleur a l’air résistante et les connecteurs sont solides. Du tout bon !

Sous le capot


Spider IV 15Dans la carcasse de l’ampli se cache un ampli de 15 watts à transistors couplé à un haut-parleur de 21 cm (8 pouces) «Custom Design» signé Line6. Au niveau des connecteurs, nous retrouvons évidemment une entrée guitare, mais aussi une entrée stéréo CD/MP3 en minijack 3,5 mm et une sortie casque/record out en jack 6,35 mm pour brancher un casque ou pour attaquer directement votre table de mixage ou carte son. On retrouve aussi une prise RJ45 permettant de brancher un des pédaliers de chez Line6 : le FBV2 ou le FBV Express mkII. Acheter un modèle plus onéreux sera tout simplement inutile avec le Spider IV 15, car une bonne partie de ses fonctions ne seront pas utilisées. Avec le FBV Express mkII, il sera possible de switcher entre les 4 modélisations d’amplis, de contrôler le volume ou la wah grâce à la pédale d’expression, d’utiliser le tap tempo ou de lancer l’accordeur intégré. Ce pédalier a le mérite d’avoir un petit afficheur bien pratique pour l’accordage.

Voyons maintenant comment utiliser la bête...

Et comment ça marche ?


Spider IV 15Le Spider IV 15 est vraiment très simple à utiliser : il faut tout d’abord choisir la modélisation d’ampli que l’ont veut, clean (des sons clairs), crunch (émulant le Marshall Plexi 100 Watts de 1968 - rien que ça), metal (inspiré par le Dual Rectifier de Mesa Boogie) et enfin insane (toujours le Dual Rectifier, mais cette fois-ci le canal rouge plus extrême). Ensuite vient l’égalisation avec les réglages des graves, moyennes et hautes fréquences, le gain et le sous volume du canal. On peut donc avoir 4 sons différents, chaque modélisation correspondant à un canal. On sauvegarde les réglages de l’EQ, gain et volume en laissant le bouton «amp models» appuyé quelques secondes. Si cette solution a l’avantage d’être ultra simple, elle montre en revanche quelques limites : il sera impossible d’avoir par exemple 3 presets utilisant la modélisation clean car chaque modélisation a son preset. On aura donc forcément un preset clean, un crunch, un metal et un insane. Dommage, car il peut arriver que certaines personnes aient besoin de deux sons clean et deux sons crunch.

Pour ce qui est des effets, on dispose de deux potentiomètres, un pour le chorus, flanger, phaser ou tremolo et l’autre pour le sweep echo, le tape echo ou la réverbe. Chaque effet se voit attribuer un tiers de la course du potentiomètre avec la possibilité d’avoir un réglage plus ou moins extrême. Vu qu’il n’y a qu’un seul paramètre par effet, ne vous attendez pas à des possibilités énormes, mais c’est tout de même sympathique d’avoir ces quelques possibilités sur un ampli de ce prix. Pour résumer, on dispose de 6 effets avec la possibilité d’en utiliser deux en même temps. Les effets temporels pourront être réglés via le bouton tap tempo qui sert aussi à activer l’accordeur. Enfin, un master volume vient clore la chaine sonore.

À l’utilisation


Le premier atout de ce petit ampli Line6 est sa polyvalence. On passe du clean jazzy ou gros son dévastateur en un clic de bouton. Le Spider s’est montré très simple à utiliser et nous avons aimé les sons clairs assez équilibrés et loin d’être agressifs. Car avec son petit haut-parleur de 8 pouces, on aurait pu craindre du manque de graves, mais il n’en est rien. L’égaliseur est efficace tandis que le gain permet de cruncher gentiment le son. La modélisation crunch fait aussi très bien son travail et permet d’avoir un son assez saturé qui fait merveille avec des micros double bobinage. Nous avons été en revanche un peu plus déçus par les modélisations metal et insane qui peuvent vite donner un effet «nid d’abeille» et devenir stressantes et agressives. Le haut-parleur montre clairement ses limites et tous les mauvais côtés du son de type transistor remontent. Si vous êtes un amoureux des gros sons saturés comme on en entend souvent dans le style metal, essayez l’ampli avec de l’acheter, car vous pourrez être déçu.

Les effets restent relativement difficiles à régler et il faudra faire attention à ne pas tomber dans des clichés sonores dignes des pires moments des 80’s. Il faudra donc du doigté, du goût et tout ira bien. Le chorus/flange et le phaser peuvent être utilisés sans trop de problèmes, mais le tremolo n’est pas synchronisable via le tap tempo, dommage ! Le sweep echo est plus anecdotique tandis que la réverbe et le tape echo sonnent correctement. Il faut tout de même garder en tête que c’est un ampli pour répéter dans sa chambre tout au plus et qu’il coûte moins de 100€, c’est déjà beau d’avoir ces effets intégrés.

Voici donc quelques exemples sonores réalisés avec une guitare Ibanez FR2620 et un micro BeyerDynamic M88.

Clean

00:0000:00
00:0000:00


Crunch

00:0000:00
00:0000:00

Metal

00:0000:00

Insane

00:0000:00

Chorus

00:0000:00

Phaser

00:0000:00

Tremolo

00:0000:00

Sweep Echo

00:0000:00

Tape Echo

00:0000:00

Reverb

00:0000:00


Conclusion


De manière générale, les prix des amplis de guitare entrée de gamme ont chuté ces dernières années et la qualité est revue sans cesse à la hausse. Le petit dernier de chez Line6 confirme bien cette règle et place la barre très haut dans le secteur des amplis à 100€. Avec ses modélisations d’amplis, ses 6 effets, son accordeur intégré, sa sortie casque/enregistrement et son entrée MP3, on a là un produit très complet à un prix défiant toute concurrence. Tous les sons ne sont pas inoubliables, mais il reste difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Le Spider IV 15 pourrait bien être le premier ampli idéal pour guitariste débutant.

 

Points forts Points faibles
  • Sons clairs et crunchs
  • 4 modélisations
  • 6 effets
  • Accordeur intégré
  • Entrée mp3
  • Sortie enregistrement/casque
  • Prix
  • Sons metal et insane
  • Tremolo pas synchro avec le tap tempo
  • Pédalier en option
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail