Mackie Onyx 820i
+
  • Augmenter ou diminuer la taille du texte
  • Imprimer
test Un Pro Tools dans une Mackie?

Test de l'Onyx 820i de Mackie

  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail

Après avoir sorti l’option FireWire sur ses Onyx il y a quelque temps, Mackie persévère avec l'Onyx 820i, une console FireWire fournie avec le logiciel Pro Tools 8 M-Powered. De quoi NRV M-Audio ?

 

Onyx 820i
Lorsque nous avons reçu le colis de la Onyx 820i dans les locaux d’AudioFanzine, la surprise fut grande. En effet, nous n’avions pas du tout entendu parler d’une nouvelle série de consoles analogiques chez Mackie, aucune info n'ayant filtré sur le net, et qui plus est, livrées avec ProTools M-Powered ! La bête est donc livrée avec des drivers « universels » compatibles avec le séquenceur de DigiDesign. Nous ne savons pas s’il s’agit d’un accord entre le papa de ProTools et Mackie ou une liberté prise par le fabricant., Digidesign France n'ayant pas, à l'heure où sont écrite ces lignes, eu vent de quelque accord que ce soit. D'ailleurs, si le carton reçu contenait bien une Onyx et un Pro Tools M-Powered, ce dernier ne fait en rien partie du produit que vous trouverez en magasin. Intéressons nous donc à la console...

 

Déballage

Le design général de la table est très bon et le côté aluminium donne un aspect robuste et plutôt classe, ce qui pour une table de mixage entrée de gamme est un très bon point. Les boutons en plastique seront familiers à tous les utilisateurs de consoles Mackie, des switchs solo et mute aux potentiomètres d’égalisation. Ses dimensions assez compactes (361x229x96mm) et son poids relativement élevé de 4,4 kg confèrent à la table une certaine impression de solidité. À voir si cela se vérifie en situation « live ». Ajoutez à cela quatre pieds en caoutchouc, et vous obtiendrez une jolie petite table qui tient bien en place.

Passons maintenant au domaine plus technique et passons en revue les possibilités de cette Onyx…

Tranches

 

Onyx 820i
La console possède 8 canaux en entrée : les deux premières tranches sont mono avec une entrée micro en XLR, une entrée jack 6,35 mm acceptant un niveau ligne symétrique et asymétrique et un niveau instrument (sélectionnable via un Switch) pour brancher une guitare électrique ou une basse. Une alimentation fantôme 48 V est présente pour les micros statiques ainsi qu’un filtre coupe-bas à 75 Hz. Un réglage de gain allant de -20 à +40dB vous permettra de régler le niveau d’entrée de votre source et vous serez avertis par une diode rouge « OL » (OverLoad) lorsque le signal commencera à saturer. Une LED verte « -20dB » vous indiquera que le signal entrant dépasse ce seuil. C’est trop peu pour faire un niveau correct, mais c’est malheureusement le cas sur beaucoup de petites tables de mixage, question de prix, mais aussi d’espace disponible !

 

L’égaliseur est un trois bandes avec la bande des médiums paramétrique : vous pourrez choisir la fréquence corrigée. Les filtres de types shelve (palier) aigus ont été fixés à 12 kHz et les graves à 80 Hz. Le médium est un peak pouvant balayer les fréquences de 100 Hz à 8 kHz. Du fait du choix des fréquences, l’égaliseur devrait bien fonctionner avec les voix notamment. Chose intéressante, l’égaliseur peut-être placé avant ou après l’envoi vers la sortie FireWire. C’était l’un des gros défauts de la 1220 testée précédemment dans nos colonnes, il était en effet impossible d’enregistrer sur son ordinateur l’égaliseur de la table. Ce qui est fort dommage vu la qualité très honorable de l’EQ en question ! Avec la 820i, l’utilisateur pourra donc choisir de tenir compte, ou pas, lors de l’enregistrement des modifications faites avec l’égaliseur de la Onyx. L’erreur commise par Mackie lors des précédentes séries est donc corrigée, une bonne chose de faite !

Juste en dessous se situent les deux envois vers les circuits auxiliaires, leurs sorties physiques en jack 6,35 mm (symétrique ou asymétrique) étant situées au dessous des tranches 5-6. Les retours pourront se faire en stéréo toujours en jack 6,35 mm. On retrouve aussi l’indéboulonnable potard de panoramique ainsi que les Switch mute, solo et le potard de niveau de tranche. Par manque de place, Mackie n’a pas pu mettre de faders linéaires pour les niveaux, dommage ! À part ça, rien ne semble manquer à l’appel.

La tranche 3-4 est soit une tranche mono au niveau micro/ligne soit une tranche stéréo au niveau ligne.  L’égaliseur 3 bandes paramétrique devient un quatre bandes à fréquences fixes (400 Hz pour les bas médiums et 2,5 kH pour les hauts médiums) et l’entrée au niveau ligne peut se faire en -10dBV ou +4dBu, à sélectionner via le Switch idoine.

Les tranches 5-6 et 7-8 sont identiques à une exception près : il est possible de renvoyer la sortie FireWire 1-2 provenant de votre ordinateur directement sur la tranche 7-8 via un petit Switch situé au-dessus de l’égaliseur. Ce dernier est un trois bandes fixes (2,5 kHz pour les moyennes fréquences) et les entrées lignes se font en jack 6,35 mm symétrique ou asymétrique. Le gain en entrée balaye de -20 à +20 dB.

Master et control room

 

Onyx 820i
La table possède plusieurs circuits et sorties physiques : le « main mix » qui sortira via les prises XLR situées à l’arrière, les sorties « main out » en jack 6,35 mm, les canaux 7-8 du FireWire (pratique pour envoyer un mix directement à l’ordinateur) en appuyant le switch idoine ou encore les sorties RCA « tape out ». Le circuit « control room » est routé vers les sorties jack 6,35 mm (symétriques ou asymétriques) du même nom situées à l’arrière et la sortie casque. Enfin, le « Alt 3-4 », qui sort lui aussi en jack 6,35 mm, sert de mix alternatif. Il est en effet possible d’envoyer une tranche sur le circuit alternatif 3-4 en appuyant sur le mute. Elle sera alors retirée du « Main mix » et ajoutée au « Alt 3-4 ». Cette fonction est pratique dans pas mal de situations, notamment pour vérifier les sources avant de les envoyer sur la façade (main mix) pendant un concert.

 

Un pavé de contrôle est disponible sur la table afin de sélectionner la ou les sources qui seront envoyées dans le circuit control room / casque.  Les deux ont des volumes indépendants, mais les sources seront communes. On pourra donc envoyer le main mix, l’entrée « tape » en RCA, les sorties 1-2 envoyées par l’ordinateur via le FireWire ou encore le « alt 3-4 ».  Il sera aussi possible d’envoyer le « control room » vers le « main mix », ceci aura évidemment pour effet de couper l’arrivée du « main mix » dans le « control room ». Le fait de mettre une voie en solo coupera toutes les autres sources et l’enverra dans le circuit control room seulement. Cette piste ne sera pas routée vers le main mix mais ce dernier continuera de fonctionner. On pourra donc écouter une source au casque avant de l’envoyer dans le main mix, pratique !

Talkback et Auxiliaires

 

Onyx 820i
Le circuit talkback dispose d’un micro intégré à l’Onix, d’un bouton de volume et il sera possible d’envoyer votre jolie voix vers le casque ou le circuit auxiliaire 1-2 en appuyant simplement sur le bouton talkback.

 

Enfin, les circuits auxiliaires pourront être réglés en pre (pour les retours de scène) ou post fader (pour les effets, même si  la table ne dispose pas de fader à proprement parler, mais des potentiomètres de volume), et l’on pourra régler les niveaux d’envoi et de retour généraux pour chaque circuit auxiliaire. À noter que le signal pre-fader est post-EQ, ceci pourra être modifié par le support technique de Mackie si vous désirez avoir un pre-fader pre-EQ.  Enfin, un Switch « RTN to AUX 1 » est disponible pour envoyer le retour de l’AUX 2 vers l’envoi de l’AUX 1 : une réverbe revenant par les AUX return 2 pourra être directement envoyée vers les retours de scène connectés à la sortie AUX send 1. Un dernier Switch permettra d’envoyer une copie du send 1-2 vers les canaux 5-6 du FireWire, pratique pour utiliser un plug-in disponible sur dans votre séquenceur avec le circuit aux de l’Onyx.

Avec la connexion FireWire, il sera possible d’envoyer chaque voie indépendamment vers votre ordinateur, une copie de l’AUX send 1-2 et le main mix. En revanche, deux canaux seulement seront disponibles en provenance du séquenceur, ils pourront être routés vers le circuit control room ou les canaux 7-8 de la table. Si vous optez pour cette deuxième solution, il sera possible d’y appliquer l’égalisation de l’Onyx, la panoramique, le gain et le volume comme une source normale. On aurait aimé avoir plus de sorties provenant de l’ordinateur… Dommage, on fera avec ! Pour finir, chaque envoi vers le FireWire pourra se faire en pre ou post EQ comme expliqué plus haut, mais qu’en est-il des inserts et des faders ? Le canal FireWire est pre-insert lorsqu’il est pre-EQ et pre-fader lorsqu’il est post-EQ. Mais que ceux qui suivent toujours ne paniquent pas, Mackie offre la possibilité de changer ça en passant par le support technique maison. Chacun fera en fonction de ses besoins, même si devoir passer par le service technique est un peu rébarbatif…

Connexion et son

 

Onyx 820i
L’installation du « Universal Driver » s’est déroulée sans accroche et nous avons pu utiliser l’interface FireWire avec Logic Studio 8 sans problème. Toutes les entrées (8) et les sorties (2) étaient disponibles dans le séquenceur.

 

Nous installons maintenant le ProTools M-Powered qui nous a été livré avec la console (mais qui, répétons-le, ne fait pas partie du produit Mackie et devra donc être acheté séparément) via le CD et la clé iLok. Tout cela se fait normalement, le soft se lance et tout a l’air de fonctionner. Pour information, il faut désinstaller au préalable tout driver M-Audio de la machine, sinon ProTools refusera de se lancer. En regardant dans les propriétés audio du séquenceur, on se rend compte que l’Onyx 820i est reconnue comme M-Audio ProFire 2626. Cela ressemble donc plus à un « hack » qu’autre chose… Toutes les entrées et sorties sont présentes et ça a l’air de fonctionner parfaitement. Reste à savoir si cette solution ne pourra pas être contrée dans le futur par Digidesign/M-Audio à grand coup de procès ou à grand coup de mise à jour ! À l’heure où nous écrivons le test, nous n’avons que peu d’information concernant un hypothétique accord entre Digidesign et Mackie. Il n’y a plus qu’à espérer que Mackie ne bluffe pas et que les utilisateurs se retrouvent un jour avec une mise à jour de ProTools bloquant les interfaces Onyx…

Afin de tester les préamplis, les égaliseurs Perkins et les convertisseurs de cette petite Onyx, nous avons enregistré une guitare acoustique Garrison avec un micro DPA 4099.

Voici le résultat sans égalisation puis avec une petite égalisation maison, le tout enregistré dans ProTools bien sûr !

00:0000:00

Les préamplis ont une réserve de gain assez juste, nous avons été obligés de pousser le potentiomètre quasiment jusqu’au bout de sa course ! On retrouve le même genre de problème que sur les interfaces audio bas de gamme et milieu de gamme avec un gain exponentiel difficile à régler précisément sur les sources faibles et apportant pas mal de souffle en fin de course.  Précisons tout de même à la décharge des préamplis que le niveau de sortie du micro utilisé n'est pas des plus élevés, loin de là. Les EQ se sont révélés en revanche assez efficaces et plutôt de bonne qualité ! Les convertisseurs nous ont enfin paru tout à fait respectables pour du matériel situé dans cette gamme. Dans cette gamme? Oui, car l'ultime argument de cette 820i, c'est son prix, bien inférieur à celui des anciennes Onyx avec option FireWire : 599 € TTC!

Conclusion

Mackie frappe un grand coup en proposant une petite console analogique avec 3 préamplis micro, des EQ efficaces et une interface FireWire 8 entrées / 2 sorties sous la barre des 600 €. Le design et la fabrication sont soignés, et ils font de cette petite Onyx une bonne surprise. Les erreurs faites par le passé ont été corrigées et la 820i se montre très complète et prête à servir pas mal de musiciens live et studio. Quant à la compatibilité Pro Tools, elle fait déjà l'objet de vives polémiques puisqu'il semblerait que Mackie ait bidouillé ce détail dans le dos de DigiDesign. Quoi qu'il en soit, il vous faudra débourser 250 €supplémentaire pour disposer du séquenceur, ce qui porte l'addition à un total de 850 € . Ce n'est certes pas très cher mais du coup, plutôt que de nous inciter à acheter en sus une logiciel concurrent, on se demande pourquoi le très recommandable Tracktion ne fait pas partie du bundle...


 


Points forts Points faibles
  • Rapport qualité/performance/prix
  • Qualité de fabrication
  • EQ Perkins efficace
  • Connectique complète
  • FireWire pre ou post EQ
  • Préamplis parfois limites
  • Seulement deux canaux provenant de l’ordinateur
  • La compatibilité Pro Tools sent plus le hacking qu'autre chose...
  • Pro Tools M-Powered n'est pas livré et il côute 250 €...
À propos de nos tests
Réagir à cet article
  • J'aime
  • Tweet
  • Pin it
  • Mail