Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Sibelius Sibelius 5
Photos
1/1

Test Sibelius Sibelius 5

Editeur de Partitions de la marque Sibelius

test
Sibelius, et de 5

La version 5 de Sibelius était particulièrement attendue, car elle fait pour nous suite à la 3, la version 4 n’ayant pas été traduite dans la langue de Molière. La simplicité du logiciel semble permettre toutes les fantaisies, et ce, dès les premières approches… Pari réussi ?

La version 5 de Sibe­lius était parti­cu­liè­re­ment atten­due, car elle fait pour nous suite à la 3, la version 4 n’ayant pas été traduite dans la langue de Molière. La simpli­cité du logi­ciel semble permettre toutes les fantai­sies, et ce, dès les premières appro­ches… Pari réussi ?

Autant dire que c’est avec atten­tion que nous avons scruté les perfor­mances de ce logi­ciel qui tend à s’im­po­ser de plus en plus large­ment auprès des musi­ciens profes­sion­nels et des ensei­gnants de la musique. Sibe­lius a construit sa répu­ta­tion sur sa faci­lité d’ac­cès, mais pêchait par un certain nombre d’er­reurs de jeunesse qui le lais­sait un peu en marge des réfé­rences habi­tuelles de l’édi­tion de parti­tions. Avec la version 5, les défauts que l’on pouvait repro­cher aux précé­dentes moutures ont disparu et il semble diffi­cile de piéger le logi­ciel.

Pour qui?

La boîte

Avant toute chose, à qui s’adresse un logi­ciel comme Sibe­lius ? À une époque où les prin­ci­paux DAW tels Cubase, Logic proposent des fonc­tions d’édi­tion de parti­tions plus que respec­tables, est-il vrai­ment utile d’in­ves­tir dans un produit dédié spéci­fique­ment à la parti­tion? À l’in­verse, sera-t-il indis­pen­sable d’ac­qué­rir l’un de ces monu­ments, dès lors que l’objec­tif musi­cal de son utili­sa­teur se limite à une utili­sa­tion de trai­te­ment de parti­tions? Sibe­lius convain­cra assu­ré­ment tous ceux qui sont amenés à avoir un trai­te­ment profes­sion­nel de la musique écrite, sans pour autant avoir des impé­ra­tifs d’im­pri­meur ou d’in­gé­nieur du son. Bien moins orienté créa­tion qu’un Garage Band ou qu’un Cubase, il présen­tera des atouts indé­niables dès lors que l’on aura à trai­ter un docu­ment musi­cal comme outil de travail ou de commu­ni­ca­tion. L’un des avan­tages majeurs d’un logi­ciel tel Sibe­lius par rapport à un séquen­ceur géné­ra­liste est l’as­si­gna­tion auto­ma­tique des sons aux pistes créées, avec les trans­po­si­tions et les clés conven­tion­nelles, permet­tant au musi­cien d’être immé­dia­te­ment opéra­tion­nel, sans passer un long moment au para­mé­trage. Cerise sur le gâteau, la possi­bi­lité d’avoir une fenêtre vidéo que les compo­si­teurs de musique à l’image appré­cie­ront…

Les perfor­mances audio ne sont pas à l’égal d’un Cubase ou un Logic, mais est-ce réel­le­ment ce dont a besoin un compo­si­teur? En gros, un portable et Sibe­lius, c’est l’équi­valent actuel du bloc de papier-musique ou du papier-score que l’on utili­sait, il y a encore une petite ving­taine d’an­nées! Que ce soit pour construire un arran­ge­ment, réali­ser un relevé, noter une idée à la volée, Sibe­lius semble, avec un peu d’en­traî­ne­ment, aussi facile et raide à utili­ser que ce fameux papier musique en offrant de surcroît, la possi­bi­lité de l’écoute immé­diate et tous les avan­tages du trai­te­ment infor­ma­tique: trans­po­si­tion, mise en page, impres­sion…

On démarre

OuvertureFig. 1 : le navi­ga­teur de lance­ment du logi­ciel

 

L’ins­tal­la­tion du logi­ciel, tant sur Mac que sur PC ne pose pas la moindre diffi­culté. Sur ce dernier, il faudra au moins Windows XP SP2. En même temps que le programme propre­ment dit sont instal­lés ‘Sibe­lius Sound Essen­tials’, la banque de sons utile au fonc­tion­ne­ment du programme, et selon le choix retenu, Photo­Score Lite, livré avec Sibe­lius dont la fonc­tion est de permettre le scan de parti­tions exis­tantes, et Scorch qui auto­rise l’ex­ploi­ta­tion de parti­tions récu­pé­rées entre autres, sur le site www.sibe­lius.com ou www.sebe­liu­se­du­ca­tion.com. La vali­da­tion défi­ni­tive du logi­ciel se fait en ligne, après saisie du numéro de série. Il est toute­fois possible d’uti­li­ser Sibe­lius sans le vali­der, mais les fonc­tions de sauve­garde et d’im­pres­sion sont alors inac­tives.

La procé­dure de lance­ment du logi­ciel permet d’en­tendre un extrait de la 3e Sympho­nie de Sibe­lius. L’idée est sympa­thique et origi­nale pour un programme musi­cal, même si ce n’est pas la fonc­tion­na­lité la plus remarquable du logi­ciel et si… ce n’est sans doute pas la partie la plus spec­ta­cu­laire de l’œuvre qui a été choi­sie! Toute­fois, si après de nombreuses utili­sa­tions, vous ne suppor­tez plus ce frag­ment musi­cal, il est heureu­se­ment possible de le désac­ti­ver. La fenêtre de lance­ment propose un navi­ga­teur qui offre diffé­rentes options de travail. (Fig.1) et qui peut aussi être désac­tivé au profit d’un accès conven­tion­nel aux menus. Pas d’inquié­tudes pour les swit­chers prove­nant d’un autre logi­ciel d’édi­tion bien connu, les fichiers s’ouvrent instan­ta­né­ment et conser­ve­ront, après sauve­garde en XML, la majo­rité des options de mise en page, nous y revien­drons plus loin…

Comment ça marche?

Table de mixageFig 3: la table de mixage de Sibe­lius. Les indi­ca­tions d’ori­gine du son (quel plug-in joue quoi…) ainsi que les fonc­tions Solo, Mute et ½ Mute sont immé­dia­te­ment acces­sibles.

 

Pour tester un logi­ciel d’édi­tion de parti­tions, il y a plusieurs approches: soit on copie un frag­ment d’une parti­tion exis­tante en évaluant la faci­lité de saisie, soit on crée un morceau de toutes pièces, soit encore, on l’im­porte d’une autre appli­ca­tion. Nous avons expé­ri­menté les trois exer­cices, et avons complété le second de la créa­tion d’exer­cices péda­go­giques, tels que pour­rait le réali­ser un ensei­gnant.

La police d’écri­ture, tout comme la texture du papier musique virtuel de Sibe­lius sont para­mé­trables: grand luxe ! Dix-huit types de polices ‘musique’ et près de 60 confi­gu­ra­tions de papiers sont ainsi dispo­nibles, depuis le coton blanc défini par défaut en passant par le marbre, le cuir, la… peau de tigre (fig.2), qui au-delà de l’as­pect ethnique (!) de la parti­tion, ne donne pas vrai­ment tous les gages de lisi­bi­li­té… Le résul­tat imprimé reste en revanche stan­dard…

Peau de tigreFig. 2 : l’af­fi­chage écran peau de tigre. Sophis­tiqué, mais pas très lisible!

L’af­fi­chage à l’écran se fait en mode clas­sique, figu­rant la parti­tion à l’in­té­rieur de laquelle on peut circu­ler grâce à la fonc­tion Navi­ga­teur. Nouveauté de la version 5, le mode ‘vue pano­ra­mique’, qui permet de voir la parti­tion sur un affi­chage défi­lant linéai­re­ment de gauche à droite, sans obli­ger de dépla­ce­ments verti­caux au cas où plusieurs systèmes figu­re­raient sur la même page. L’adap­ta­tion de la taille d’af­fi­chage est para­mé­trable par l’uti­li­sa­teur.

Sur le plan sonore, Sibe­lius est livré avec une banque de sons Garri­tan sélec­tion­née pour le logi­ciel et tout à fait respec­table, mais il est possible d’uti­li­ser un module de sons externe en Midi ou de choi­sir d’autres plug-ins au format VST (Windows et Mac) et Audio Units (Mac seule­ment). Le compo­si­teur un peu exigeant pourra donc exploi­ter ses instru­ments virtuels ou sa banque de sono­ri­tés préfé­rée (Halion, Vienna Sympho­nic ou uneau format Kontakt 2) et pourra dispo­ser d’ef­fets appli­cables sur les instru­ments (réver­bé­ra­tions, égali­sa­tions…). On est loin des fonc­tion­na­li­tés des plug-ins haut de gamme spécia­li­sés, mais le résul­tat est tout à fait hono­rable, il faudra cepen­dant bien prendre en compte les perfor­mances de la machine hôte pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Tout cela est bien entendu dosable au travers des fonc­tions d’une table de mixage qui déso­rien­tera peut-être les tech­ni­ciens du son, car les poten­tio­mètres sont hori­zon­taux (Fig.3) et reprennent l’ordre des portées de la parti­tion; les musi­ciens, en revanche, appré­cie­ront! À noter une ingé­nieuse fonc­tion ‘½ mute’, qui permet de réduire signi­fi­ca­ti­ve­ment le niveau de pistes qu’on ne souhaite pas entendre au premier plan, au moment de la relec­ture, par exemple.

L’ex­ploi­ta­tion

Flexi-TimeFig. 4 : Les para­mé­trages d’en­trée du mode Flexi-Time

Pensé comme un outil de saisie musi­cale, Sibe­lius favo­rise les tech­niques de saisie rapide. Quatre procé­dures de saisie sont exploi­tables:

Saisie à la souris : c’est la plus évidente, si l’on se rapproche à nouveau de l’objec­tif bloc-note musi­cal. En utili­sant la pano­plie de raccour­cis-claviers corres­pon­dant aux touches du pavé, qui regroupe en une seule palette, la plupart des symboles utiles, on atteint très vite une vitesse de saisie diabo­lique. Seul hic, ce pavé trouve prin­ci­pa­le­ment ses raccour­cis sur le pavé numé­rique du clavier de l’or­di­na­teur… Les portables seront donc décon­seillés, même si rien n’em­pêche d’uti­li­ser le verrouillage numé­rique, mais ça devient plus acro­ba­tique…

Saisie alpha­bé­tique : cette fois-ci, c’est le clavier alpha­bé­tique de l’or­di­na­teur qui sera utilisé, en repé­rant les notes selon leur dési­gna­tion anglo-saxonne (C pour Do, D pour Ré, etc.). Là aussi, un bon appren­tis­sage des raccour­cis clavier, rappe­lés au dos de la notice d’em­ploi, sera primor­dial pour une utili­sa­tion rapide.

Saisie en mode pas-à-pas : assez iden­tique au précé­dent mode d’en­trée de notes, en utili­sant un clavier Midi.

Saisie en mode ‘Flexi-Time’ : sans doute la plus natu­relle, pour… les pianistes . Comme avec un séquen­ceur conven­tion­nel, on enre­gistre en temps réel en jouant au clavier. Ce qui est parti­cu­liè­re­ment surpre­nant, c’est la possi­bi­lité d’in­flé­chir auto­ma­tique­ment le tempo de saisie pour un rubato ou un acce­le­rando : le métro­nome évalue les fluc­tua­tions et suit le rythme de votre saisie pour peu que les ruptures de rythme ne soient pas trop brutales. Une fenêtre de para­mé­trages (Fig.4) permet l’ajus­te­ment des critères de saisie auto­ma­tique: valeurs du rubato, figures ryth­miques complexes, quan­ti­fi­ca­tion du jeu…

Les retouches se feront en bascu­lant instan­ta­né­ment dans l’un des modes précé­dents, qui sont acces­sibles sans mani­pu­la­tion parti­cu­lière. Par défaut, Sibe­lius écrit les instru­ments trans­po­si­teurs en Ut au moment de la saisie. Un simple raccourci clavier permet de bascu­ler dans la parti­tion trans­po­sée.

L’im­por­ta­tion

Ouvrir fichier MIDIFig. 5 : l’un des deux onglets de para­mé­trage d’im­port d’un MDF

 

 

 

La récu­pé­ra­tion de fichiers numé­riques est dans l’en­semble, sans problèmes, hormis l’im­port de fichiers numé­ri­sés par Photo­Score, sur laquelle nous ne nous attar­de­rons pas… Pas de soucis en revanche, en ce qui concerne l’ou­ver­ture d’un fichier Midi­File, pour lequel on peut défi­nir un certain nombre de para­mètres d’im­por­ta­tion (quan­ti­sa­tion, phra­sé…) (fig. 5)

 

 

 

 

Convertisseur FinaleFig 6 : le tableau de bord du conver­tis­seur Finale

 

 

 

Un peu de mani­pu­la­tion sera néces­saire pour d’éven­tuelles retouches liées aux répar­ti­tions des voix dans une partie poly­pho­nique, mais le résul­tat final sera sans faille.

Sibe­lius sait aussi récu­pé­rer les fichiers Finale, son grand concur­rent. Là aussi, rien à redire, un petit tableau de bord (fig.6) affine les condi­tions d’im­por­ta­tion, opti­mi­sées par ailleurs si le fichier a au préa­lable, été sauve­gardé en XML. Selon la nature du docu­ment, il peut être utile de retou­cher les balances de la table de mixage et les program changes, mais en quelques minutes au plus, on est prêts à travailler.

La mise en page

Bien évidem­ment, la mise en forme du docu­ment musi­cal est le point le plus sophis­tiqué d’un éditeur de parti­tions que l’on peut à ce niveau, consi­dé­rer comme la rencontre d’un programme de trai­te­ment de texte et de PAO. Les fonc­tions de mise en page et de fina­li­sa­tion du docu­ment musi­cal dans Sibe­lius sont parti­cu­liè­re­ment simples à para­mé­trer. La fenêtre ‘para­mé­trage du docu­ment’ (Fig.7) permet de défi­nir les options géné­rales de l’al­lure de la parti­tion.

Paramètres du documentFig. 7 : la fenêtre de para­mé­trage du docu­ment

 

Les réglettesFig. 8 : les réglettes d’objets et de portées permettent le repo­si­tion­ne­ment des objets de la parti­tion

 

 

Les posi­tions des objets figu­rant sur la parti­tion sont modi­fiables, en utili­sant les réglettes de mise en page (Fig.8). L’objet (signe de nuance, d’in­ter­pré­ta­tion, paro­les…) se déplace en cliquant dessus. Même remarque en ce qui concerne l’es­pa­ce­ment des portées, dont le dépla­ce­ment réajuste en temps réel la mise en page globale de la page.

Il est à noter qu’il est parti­cu­liè­re­ment aisé de modi­fier l’al­lure de la parti­tion, après que le choix initial de l’or­ches­tra­tion ait été fait : l’ajout d’un instru­ment nouveau, ou d’une portée vierge (option inté­res­sante pour le travail de forma­tion musi­cale) ou au contraire, la suppres­sion ne pose pas le moindre problème. Le logi­ciel recal­cule tout seul les nouvelles options de mise en page et posi­tionne le nouvel instru­ment au bon endroit par rapport à l’al­lure conven­tion­nelle du score d’or­chestre.

La boîte à idées

La boîte à idéesFig 9 : la biblio­thèque de la boîte à idées. Notez le commen­taire concer­nant le frag­ment sélec­tionné

Vous allez adorer ou détes­ter cette fonc­tion­na­lité, mais elle ne vous lais­sera pas indif­fé­rents! Sibe­lius propose une biblio­thèque de 2000 modèles d’ex­traits musi­caux variés qui sont instan­ta­né­ment récu­pé­rables dans la parti­tion en cours de réali­sa­tion. (Fig.9) et pour lesquels un petit commen­taire indique la nature, l’ex­ploi­ta­tion possible et les mots clés permet­tant si besoin, une recherche rapide.

D’une certaine manière, on pour­rait consi­dé­rer que l’on est quasi­ment dans la logique d’un lecteur de boucles tel Garage Band sur Macin­tosh, assem­blables à volonté, ou d’un diction­naire de rimes ou de syno­nymes : on peut trou­ver rapi­de­ment des formules suscep­tibles de ne pas tomber dans le syndrome de la page blanche ! Mais on travaille ici avec des frag­ments de parti­tions boucles qui se trans­po­se­ront auto­ma­tique­ment dans la tona­lité du morceau et s’adap­te­ront à son tempo. Les grin­cheux critique­ront le côté musique préfa­briquée du dispo­si­tif, qui peut en effet être discu­table si l’on se contente d’ex­ploi­ter ce qui est livré, mais ce qui est inté­res­sant, c’est que l’on peut enri­chir cette base de données de frag­ments person­nels qui seront exploi­tables ulté­rieu­re­ment. (Fig.10)

Les ensei­gnants en forma­tion musi­cale appré­cie­ront parti­cu­liè­re­ment cette fonc­tion­na­lité pour la prépa­ra­tion d’exer­cices: il leur suffira en effet de se construire une biblio­thèque de modèles de réfé­rence qu’ils pour­ront ensuite coller dans le texte de leurs exer­cices sans avoir à ressai­sir le ou les frag­ments musi­caux à chaque fois.

Nouvelle idéeFig 10 : une nouvelle idée est captu­rée et vient s’ajou­ter à la biblio­thèque

 

Le maté­riel d’or­chestre

Sibe­lius offre la possi­bi­lité de réali­ser une réduc­tion d’or­chestre pour piano, ou de réor­ches­trer le travail effec­tué à desti­na­tion d’un autre type de forma­tion. Le logi­ciel fait lui-même la confi­gu­ra­tion des voix la plus homo­gène possible après para­mé­trages des choix de tessi­ture par l’uti­li­sa­teur. Les parti­tions sépa­rées (Fig.11) sont quali­fiées de dyna­miques par Sibe­lius, qui conserve l’in­ter­ac­tion entre parti­tion d’or­chestre et parties d’ins­tru­ments: la mise à jour d’une note dans l’une des deux est retrans­crite dans l’au­tre… Le logi­ciel sait faire mention des ‘à défaut’ et des ‘répliques’, permet­tant d’in­diquer les notes repères d’une autre partie que celle éditée. Les musi­ciens d’or­chestre appré­cie­ront. On peut aussi créer des groupes de parties, dans notre modèle, il peut être judi­cieux d’im­pri­mer ensemble les parties de chœur, par exemple. Les symboles d’ac­cords de guitare, d’ins­tru­ments de percus­sion sont insé­rables dans la parti­tion. Sibe­lius permet aussi la réali­sa­tion de tabla­tures de guitare, de luth, et sait réali­ser une basse chif­frée pour la basse conti­nue. Il sera tout aussi à l’aise dans certaines écri­tures contem­po­raines.

Ode à AudioFanzineFig. 11 : une parti­tion sépa­rée, telle qu’à l’écran

Les tech­niques de jeu, les arti­cu­la­tions, nuances, accents et autres trilles sont prises en compte dans la resti­tu­tion sonore de la parti­tion: un para­mé­trage person­na­lisé permet d’af­fi­ner la défi­ni­tion d’un cres­cendo ou la valeur des stac­ca­tos, par exemple. Les symboles musi­caux addi­tion­nels pour la nota­tion de la musique ancienne ou contem­po­raine, comme les orne­ments baroques et les clus­ters sont inté­grés dans les objets insé­rables. Le texte des paroles peut être ajouté direc­te­ment depuis un fichier texte.

Les exer­cices

Les déve­lop­peurs de Sibe­lius ont accordé une atten­tion parti­cu­lière aux ensei­gnants de la musique. Un menu spéci­fique est prévu dans le logi­ciel et six caté­go­ries d’exer­cices sont propo­sées : éléments de théo­rie (Fig.12), écri­ture et créa­tion, réper­toire, réfé­rences, posters et jeux, ainsi qu’un support pour les programmes péda­go­giques des écoles de musique… anglaises !

Notes et silences

Les intervallesFig 12 : deux exemples d’exer­cices, person­na­li­sés ‘à la françai­se’

Le site www.sibe­liu­se­du­ca­tion.com, hélas en anglais, offre des modèles d’exer­cices supplé­men­taires à télé­char­ger et exploi­ter dans le logi­ciel au moyen de l’uti­li­taire Scorch. Les utili­sa­teurs enre­gis­trés peuvent uploa­der leurs exer­cices afin de le propo­ser à l’uti­li­sa­tion de la commu­nauté des ensei­gnants. La concep­tion d’exer­cices est aisée, que ce soit en utili­sant un modèle exis­tant ou en partant d’une feuille vierge.

Parti­tion à l’image

Comme nous l’avons évoqué plus haut, Sibe­lius dispose d’un module de lecture vidéo, qu’ap­pré­cie­ront parti­cu­liè­re­ment les compo­si­teurs travaillant pour le cinéma. Les fichiers lisibles par le logi­ciel sont aux formats .avi, .mpg, .wmv. et.mov. Un menu de synchro­ni­sa­tion permet de posi­tion­ner un éven­tuel offset entre son et image. Une fois le calage fait, la vidéo sera parfai­te­ment asser­vie sur le dérou­le­ment de la parti­tion, qui peut affi­cher les codes tempo­rels à chaque mesure (Fig.13), ainsi que les points de montage éven­tuels.

Insertion de la vidéoFig. 13 : l’in­ser­tion de la vidéo dans la parti­tion. Notez les codes tempo­rels affi­chés au-dessus des portées

 

Conlu­sion

Sibe­lius 5 confirme ce que l’on avait pu décou­vrir avec les versions précé­dentes: c’est du lourd! Les déve­lop­peurs anglais ont réussi un beau programme, plutôt convi­vial et redou­ta­ble­ment effi­cace. On peut encore regret­ter, mais en deve­nant diffi­ciles, que la fonc­tion ‘All Note Off’ ne soit pas plus évidente, quand d’aven­ture, un bug plante la trans­mis­sion Midi, ainsi que des fonc­tions loca­tors permet­tant un accès rapide à une section du morceau, mais cela devient du pinaillage!

La prise en main est rapide, même si la notice – le manuel de réfé­rence compte 680 pages - sera utile pour mémo­ri­ser les raccour­cis claviers qui rendent le logi­ciel, une fois assi­mi­lés, diabo­lique­ment effi­cace. Les compo­si­teurs et orches­tra­teurs adore­ront son ergo­no­mie qui leur permet­tra de ne pas perdre de temps en mani­pu­la­tions infor­ma­tiques et de se consa­crer tota­le­ment à leur écri­ture. Profi­tant d’une atten­tion parti­cu­lière, les ensei­gnants de la musique trou­ve­ront avec Sibe­lius un outil parfai­te­ment adap­table à leurs besoins et ne néces­si­tant pas des heures de décou­verte pour l’uti­li­ser. Presqu’un sans faute.

Points forts
  • Convivial et efficace
  • Prise en main rapide
  • Importation complète
  • Convertisseur Finale
  • La boîte à idées
  • Possibilité d'utiliser des instruments VST et AU
  • Mode de saisie Flexi-Time
  • Partition à l'image
Points faibles
  • Fonction All Note Off pas évidente
  • Quelques bugs
  • Pas de locators
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.