Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Takamine P1DC
Photos
1/50

Test de la guitare électro-acoustique Takamine P1DC

Guitare Folk / Western électro-acoustique de la marque Takamine appartenant à la série Pro Series 1

Écrire un avis ou Demander un avis
test
9 réactions
Ça s’anime chez Takamine

L’entreprise japonaise qui a emprunté son nom à la montagne faisant face à ses locaux, le mont Takamine prêt de Gifu, a fêté ses 50 ans l'année dernière. Pour l’occasion, elle met sur le marché une nouvelle série appelée un peu pompeusement «Pro Series», avec une quinzaine de modèles différents.

On y retrouve décli­nées les formes clas­siques des guitares folks, avec une cohé­rence dans la série pour le choix des bois, pour les corps en tout massif, la présence de barrages en X et du préam­pli CT4B II. Pas de grande inno­va­tion ou d’ex­cen­tri­cité sur cette série, mais plutôt une combi­nai­son réus­sie des petits plus que Taka­mine a su appor­ter à ses instru­ments au fil des années, avec une recherche de clas­si­cisme, de sobriété et de qualité dans la luthe­rie.

La guitare que je teste aujour­d’hui, la P1DC, fait partie de la « Pro Series » (P), l’un des premiers, et des plus simples, modèles de cette série (1), elle est de forme Dread­nought (D) et a un pan coupé (C pour Cuta­way).

Je vais au long de cet article vous détailler plus préci­sé­ment de quel bois se chauffe cet instru­ment, mais aussi en profi­ter pour évoquer les diffé­rences entre les modèles 1, 2 ou 3 de cette série.

Prome­nons-nous dans les bois

Cette guitare, à l’al­lure des plus tradi­tion­nelles avec sa teinte natu­relle vernie, est de forme Dread­nought. Cette coupe de guitare a été inven­tée par la marque améri­caine Martin au début du siècle dernier, le Dread­nought étant alors un navire de guerre évoquant la forme plus volu­mi­neuse de l’ins­tru­ment. Depuis c’est devenu un des plus grands clas­siques de la luthe­rie folk.

Takamine P1DC

La table d’har­mo­nie est en cèdre massif, le dos et les éclisses en sapelli massif, le manche en palis­sandre afri­cain et la touche en acajou. Pour une guitare de ce prix-là, avoir un corps en tout massif est un plus évident pour la vibra­tion et pour le son de l’ins­tru­ment. Il est vrai que le sapelli afri­cain n’est pas un bois précieux dans la luthe­rie, mais malheu­reu­se­ment l’acajou, l’érable ou le palis­sandre se font rares et chers de nos jours. Si vous n’êtes pas content, triplez votre budget ou remon­tez le temps de 60 ans !

Si vous recher­chez un peu plus de profon­deur et de sustain n’hé­si­tez pas à tester le modèle P2DC qui, pour une tren­taine d’eu­ros supplé­men­taires, envi­ron 1015 € au lieu de 990 € pour une P1DC, propose le même modèle avec une table en épicéa au lieu du cèdre. Je n’ai malheu­reu­se­ment pas pu tester cette variante pour écou­ter la diffé­rence qu’ap­porte l’épi­céa par rapport au cèdre.

Pour 1200 € vous aurez accès à la P3DC qui propose deux prin­ci­pales diffé­rences avec le modèle 1 : tout d’abord les barrages sont scalo­pés à la main (comme sur les Martin vintage), ensuite un soin parti­cu­lier est alors porté aux détails esthé­tiques : méca­niques ambrées, rosace et filets travaillés, etc.

Le savoir-faire japo­nais

Takamine P1DC

Pour cette série « Pro » Taka­mine se devait de nous sortir le grand jeu et d’ho­no­rer sa répu­ta­tion de qualité et de fini­tion irré­pro­chable.

Tout d’abord le manche est rond, en forme de C, et légè­re­ment asymé­trique pour un meilleur confort de jeu. En effet il est très agréable, assez fin, mais pas trop, on est sur une dread­nought tout de même !

Ensuite c’est un cheva­let sans cheville. C’est beau, c’est sensé appor­ter plus de sustain mais c’est surtout plus pratique pour chan­ger les cordes, plus besoin de pince plate !

Plus surpre­nant encore, le sillet de corps Taka­mine est en deux parties, il est coupé en deux entre les cordes de sol et de si. C’est esthé­tique­ment un peu brut, mais très cohé­rent au niveau acous­tique pour obte­nir une justesse parfaite sur l’en­semble du manche, de la 1re à la 20e case.

Takamine P1DC

Le préam­pli CT-4B II qui équipe toutes les guitares de cette série est pour moi assez basique, mais il fait bien son travail. Donc aucune surprise quant au son du micro piezo, c’est-à-dire effi­cace dans une sono pour le live, mais pas sur une table pour de l’en­re­gis­tre­ment studio. Les 3 poten­tio­mètres d’équa­li­sa­tion sont aussi fonc­tion­nels, mais sans grande profon­deur. Le clas­sique accor­deur inté­gré est bien pratique, surtout avec ses 3 posi­tions (Off, On avec Bypass et On sans Bypass). On peut quand même regret­ter le manque d’am­pli­tude et de préci­sion de ces poten­tio­mètres, on aura vite fait de perdre ses réglages avec un faux mouve­ment, et c’est problé­ma­tique surtout au niveau du bouton de volume.

Par contre le petit plus Taka­mine sur leurs préam­plis est qu’ils sont inter­chan­geables sans avoir à passer chez un luthier. La mani­pu­la­tion est assez simple, du coup ça donne envie de tester leurs préam­plis avec lampe (Cool Tube) … Bien vu et belle idée marke­ting !

Dernier petit détail, mais que je tiens à préci­ser, car il montre bien l’in­té­rêt que porte la marque nippone à la fini­tion de ses instru­ments, la prise jack femelle est de très bonne qualité et bloque parfai­te­ment votre jack quand il est inséré dedans.

Tais-toi et joue !

Takamine P1DC

En acous­tique la guitare sonne vrai­ment bien pour une dread­nought à 1000 €. Son point fort réside pour moi dans ses médiums chaleu­reux et dyna­miques. Il faut rappe­ler que souvent on est séduit à la première écoute par une guitare aux aigus char­meurs ou aux graves puis­sants, mais que ce sont ses fréquences médiums qui permettent à l’ins­tru­ment de trou­ver véri­ta­ble­ment sa place dans le mix de l’en­semble.

Ensuite les aigus ne sont pas trop criards même s’ils manquent légè­re­ment de brillance. Les basses sont chaleu­reuses et agréables, on pour­rait regret­ter qu’elles n’aient pas un peu plus de puis­sance vu la forme de l’ins­tru­ment, mais avec une bonne prise de son on pourra faci­le­ment leur donner de l’am­pleur. La projec­tion n’est pas énorme, mais tout dépend de l’uti­li­sa­tion qu’on compte faire de cet instru­ment, et c’est au profit de la préci­sion que l’on perd en puis­sance. Pour ma part les dread­noughts à forte projec­tion me fatiguent assez vite, sauf pour des utili­sa­tions parti­cu­lières qui n’im­pliquent souvent pas ou peu de reprises.

Takamine P1DC

En bran­ché c’est tout à fait correct pour cette gamme de prix, cohé­rent avec le micro piezo, un préam­pli correct et basique et une luthe­rie, disons de « gamme inter­mé­diaire ». Donc par rapport à la concur­rence on n’a rien à redire.

Pour mes extraits audio j’ai laissé l’équa­li­sa­tion à plat et bran­ché ma guitare en direct dans la carte son pour prise piezo. Pour la prise acous­tique, j’ai utilisé un micro DPA, qui est assez droit, il me semble.

Taka­mine P1DC Piezo
00:0000:58
  • Taka­mine P1DC Piezo 00:58
  • Taka­mine P1DC DPA 00:58
  • Taka­mine P1DC mix 00:58
 

Avez-vous des ques­tions à mes réponses ?

Pour une utili­sa­tion « profes­sion­nelle » en tant que soliste, et pas en tant qu’ac­com­pa­gna­teur, je trouve quand même que les guitares folk dans les 1000 € sont un peu frus­trantes, car on n’a pas le fris­son qu’on attend en cassant à ce point sa tire­lire. Il faut malheu­reu­se­ment pous­ser vers les 2000 € pour être sûr de signer un contrat à vie … Et oui on peut dire que le prix des guitares d’ex­cep­tion a explosé avec la produc­tion d’ins­tru­ments en masse.

Mis à part cette frus­tra­tion récur­rente, je n’ai pas repéré de véri­table défaut appa­rent, et pour­tant j’ai cher­ché… Ce qui me pousse à dire qu’en­core une fois Taka­mine est un des cham­pions du rapport qualité-prix, avec une très bonne fini­tion et un souci du détail pour des prix corrects. Alors, dans le doute et l’hé­si­ta­tion j’au­rais tendance à faire confiance à la marque nippone !

Points forts
  • La finition
  • Le confort de jeu
  • L’équilibre de l’instrument
Points faibles
  • Le léger manque de coffre dans les basses
  • L'EQ du préampli peu efficace

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.