Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Ibanez RG2570MZ
Photos
1/36

Test de la RG 2570MZ VBE d'Ibanez

Guitare de forme SC de la marque Ibanez appartenant à la série RG Prestige

Écrire un avis ou Demander un avis
test
Réagir
pRestiGieuse

Au sein de la rédaction d'AudioFanzine, la famille nombreuse Ibanez RG commence à s'inviter régulièrement. Nous avions d'abord reçu la RG2610 et son micro unique, puis la "Spider Gratte" RG420EG-SBK. Aujourd'hui, c'est au tour d'une RG « prestige », la RG 2570MZ VBE. Face à ses 21 cousines du catalogue Ibanez, comment se démarque-t-elle ?

 

RG2570MZ VBE

La première chose que l’on remarque à propos de cette RG n’est même pas encore la guitare en elle-même. Contrai­re­ment au « tout-venant », cette guitare est livrée dans un magni­fique flight case garni de velours rouge, portant les mentions « Pres­tige » et « Team J-Craft ». Kezako la Team J-Craft ? En fait, il s’agit pour Ibanez de nous signa­ler que nous avons là affaire à une guitare fabriquée au Japon, dans leur usine de Fuji­gen. Une Ibanez « non délo­ca­li­sée », comme les bonnes vieilles RG d’il y a 25 ans…

Le corps, en tilleul, a le fameux profil « strato revi­sité » qui a fait la célé­brité du modèle. C’est donc une base inspi­rée de la stra­to­cas­ter, affi­née, arbo­rant une corne infé­rieure très affi­née et en pointe avec une échan­crure très large pour permettre l’ac­cès aux dernières cases sans aucune gêne, même pour les gens avec des mains options « battoirs » comme les miennes.

La fini­tion, cela va deve­nir une habi­tude chez Ibanez (cf tests de la RG 420 ou de la S5470BBK), est plutôt origi­nale. Nommée « Vital Blue », on remarquera déjà qu’elle est donc…­bleue, c’est déjà ça, mais surtout que la fini­tion, mate, offre un relief en quelque sorte « pailletté », un peu comme certaines textures que l’on a pu rencon­trer sur les murs de nos maisons (enfin, avant qu’une certaine Valé­rie D. s’amuse à repeindre des inté­rieurs en taupe et autres effets choco­lats, mais c’est une autre histoi­re…).

Au total, cette fini­tion est plutôt douce au toucher, mais le parti-pris esthé­tique peut ne pas plaire. Sachez simple­ment que, si le « vital blue » n’est pas une fini­tion assez mortelle pour vous (hahaha!), il existe une cousine germaine de la RG2570MZ, réfé­rence RG2550MZ, dont les carac­té­ris­tiques sont stric­te­ment iden­tiques, à part la fini­tion blanche (GW: Galaxy White) et l’ajout d’une plaque de protec­tion couleur « Cosmo Black ».


Comme un manche

Manche

Tour­nons-nous vers le manche main­te­nant. Comme toutes les Ibanez S et RG, il présente un diapa­son de 648 mm (25.5 pouces), soit le stan­dard édicté par Léo Fender, un profil en D ultra-fin (19 mm à la première frette, 21 mm à la 12e… plus une plan­chette qu’un tronc !), au radius (cour­bure du manche) plutôt plat, et plutôt large (43 mm au sillet, 56 mm à la 21e frette), favo­ri­sant un jeu sans bavures.

Il est composé de 5 parties d’érables et de noyer, surmonté – et c’est là l’ori­gi­na­lité la plus flagrante de cette guitare – d’une touche en érable. Avec sa cousine RG 2550, la 2570 est le seul modèle Ibanez à présen­ter de telles carac­té­ris­tiques, ce qui risque d’être inté­res­sant au niveau des sono­ri­tés déli­vrées par la guitare, l’érable étant le prin­ci­pal respon­sable du légen­daire « claquant » des Fender Tele­cas­ter par exem­ple…

Enfin, pour en finir avec le manche, il est entouré sur toute sa longueur d’un filet en plas­tique blanc, possède des frettes jumbos (comme sur toutes les RG), et des repères en forme de « dents de requins évidées » du meilleur effet.


Accas­tillage et élec­tro­nique

Micros

Côté élec­tro­nique, nous avons affaire à une confi­gu­ra­tion Humbu­cker-Single-Humbu­cker, l’af­faire étant confiée à un trio de micros siglés « Di-Marzio / IBZ » fabriqués donc par Di Marzio spécia­le­ment pour la marque, dont nous n’avons malheu­reu­se­ment pas plus de carac­té­ris­tiques. Ils sont montés direc­te­ment sur le corps, et pilo­tés par un sélec­teur 5 posi­tions, un volume et une tona­lité.

Enfin, finis­sons le tour du proprié­taire par l’ac­cas­tillage, d’un superbe noir chromé appelé « Cosmo Black ». Nous avons là un magni­fique vibrato de type Floyd Rose, de réfé­rence « Edge Zero ». Sous cette déno­mi­na­tion se cache en fait la dernière géné­ra­tion des vibra­tos Edge, dont la répu­ta­tion fait large­ment de l’ombre aux Floyd Rose origi­naux. Et ce n’est pas celui-ci qui fera démen­tir le bien que l’on pense des vibra­tos Edge, tant il respire le sérieux et regorge de petites inno­va­tions bien pensées qui méritent qu’on s’y attarde.

Première consta­ta­tion: ce vibrato est très « doux » au toucher. Toutes les pièces sont conçues pour ne pas présen­ter d’as­pé­ri­tés, et cela se ressent quand on le mani­pule. La tige se clipse simple­ment dans la cavité, et est main­te­nue, comme sur le floyd rose origi­nal, par un « écrou » qu’il suffit de visser à la dureté dési­rée. Ensuite, nouveauté non négli­geable, les couteaux sont inter­chan­geables, ce qui signi­fie que lorsqu’ils s’usent (et rendent la stabi­lité d’ac­cord plus aléa­toi­re…), il suffit de les rempla­cer, alors que la seule solu­tion qui exis­tait jusqu’alors était de les retailler.

Enfin, dernière inno­va­tion, déjà rencon­trée sur la S5470, la base du floyd est rete­nue par un système dénommé « Zero Point System 3 ». Exit les 2 vis, la griffe et les 3 ressorts des floyds tradi­tion­nels, on a affaire à une paire de ressorts soli­de­ment ancrés sur un étrier, lequel est relié à une vis sans fin qui permet très simple­ment de régler la tension du vibrato. Enfin, une barre, reliée au fond de la cavité par deux ressorts se charge en posi­tion de repos de donner le « repère zéro »… en consé­quence de quoi, la stabi­lité d’ac­cord est non seule­ment accrue, mais dixit Ibanez, il est possible d’an­nu­ler l’ef­fet d’une casse de cordes, la guitare restant accor­dée grâce aux ressorts qui main­tiennent la barre au « point zéro ». Et évidem­ment, on pense aussi au temps gagné à l’ac­cor­dage, qui peut tenir du supplice sur une guitare équi­pée d’un floyd rose « flot­tant » stan­dard.

Bon, assez maté la petite, main­te­nant il est temps de la palper !


Prise en main

Tête

La prise de contact avec la RG 2570 est très facile. Légère, grâce au tilleul du corps, elle ne casse vrai­ment pas le dos; les mains prennent place faci­le­ment, et on sent vite pourquoi la RG est un best-seller de chez Ibanez: tout est fait pour faci­li­ter le jeu. Les contrôles tombent natu­rel­le­ment sous les doigts, le manche large et plat faci­lite gran­de­ment le jeu en posi­tion dite « acadé­mique » (pouce derrière le manche). Autant dire qu’on se trouve vite à jouer sans gêne aucune, et par consé­quent aucune excuse pour ne pas passer haut la main des déman­chés osés et autres gymno­pé­dies prisées des virtuoses. En fait, la seule gêne ressen­tie au cours de la prise en main était due au micro central, mon média­tor allant immanqua­ble­ment se coller dans le capot (ça m’ap­pren­dra de jouer depuis des années avec des guitares à double humbu­ckers…). Atten­tion donc de ce côté (mais cela dépen­dra aussi de votre morpho­lo­gie, et de votre style de jeu…)

Concer­nant les sono­ri­tés à vide, on note un bon équi­libre de l’ins­tru­ment, avec un sustain à vide vrai­ment plus que correct, sûre­ment en partie grâce au Edge Zero qui n’a pas l’air de « manger » la note comme cela peut arri­ver avec les vibra­tos de mauvaise qualité.

Allons, bran­chons, car c’est pour ça qu’elle est faite après tout, non ?

Vibrato Potards

Le son

Touche

Pour accom­pa­gner mes remarques, je vous propose d’écou­ter quelques samples sonores. Les condi­tions d’en­re­gis­tre­ment sont les mêmes que celles du précé­dent test: guitare direc­te­ment dans un Laboga Mr Hector, puis dans un Two Notes Torpedo réglé sur un Marshall 4×12 équipé en V30 et repris par un U87 proche du HP. Tous les potards à midi, direc­te­ment dans l’or­di­na­teur (sur Sampli­tude 9). Pour les sons clairs, j’ai ajouté une discrète réverbe (G-Lab DR-2).

Commençons par passer en revue des cinq posi­tions du sélec­teur; nous avons succes­si­ve­ment en 1, le humbu­cker cheva­let, puis en 2 le humbu­cker cheva­let splitté avec le micro central, en 3 le micro central, en 4 le micro central avec le humbu­cker manche splitté, et enfin le humbu­cker manche. Les plus atten­tifs d’entre vous auront remarqué que les deux posi­tions extrêmes corres­pondent à deux posi­tions « gibson­niennes » clas­siques, alors que les trois autres sont plus typées « stra­to­cas­ter ». Mais cette compa­rai­son n’a en fait pas vrai­ment lieu d’être… comme on peut l’en­tendre sur le sample, la RG possède des sono­ri­tés aux graves géné­reux tout en restant brillantes, possé­dant une attaque franche, plus marquée que ses congé­nères à touche palis­sandre, et au total délivre sur ses cinq posi­tions des sons plutôt inté­res­sants, très propres, permet­tant très certai­ne­ment de jouer dans un tas de styles (on imagine très bien taper la cocotte funk dans les 3 posi­tions inter­mé­diaires) sans non plus aller taqui­ner les registres deman­dant énor­mé­ment de person­na­lité.

Cette impres­sion se confirme complè­te­ment dès que l’on passe par la case satu­rax. Vous pouvez l’en­tendre dans le deuxième sample (à fins de compa­rai­sons, j’ai égale­ment utilisé les mêmes réglages et riffs que dans mon test précé­dent). Malgré l’at­taque franche enten­due en son clair, les sono­ri­tés ont tendance à s’écra­ser, le tout ayant un coté un peu trop neutre, pour ne pas dire terne, et pour­tant le grain typique « Di-Marzio » est quand même là, mais d’une manière que je quali­fie­rai d’un peu « édul­co­rée ». La faute est-elle à porter au tilleul qui compose le corps de la guitare, bois réputé très neutre ? Plau­sible, ou peut être est-ce une volonté marquée de vouloir une guitare capable de sortir son épingle du jeu dans tous les styles, quitte à perdre en person­na­lité ce qui est gagné en poly­va­lence, cette carac­té­ris­tique n’étant pas une nouveauté sur les Ibanez RG.


Conclu­sion

Case

Donc, au final, que rete­nir de cette RG ? C’est un instru­ment de très bonne facture, très bien fini, avec un accas­tillage d’ex­cel­lente qualité, poly­va­lent et très facile à jouer. Cette poly­va­lence étant le point fort, mais aussi le point faible de l’ins­tru­ment qui au final frus­trera sûre­ment ceux qui cherchent un instru­ment plus typé… Auquel cas, un chan­ge­ment de micros est sûre­ment la solu­tion au problème. Vu le prix de l’ins­tru­ment (cf. la case « prix » en haut de la page), cette person­na­li­sa­tion est parfai­te­ment envi­sa­geable sans grever un budget…

En tout cas, par rapport à la famille RG, cette guitare tire faci­le­ment son épingle du jeu, sa touche en érable lui appor­tant un vrai plus en terme d’at­taques des notes, tout en restant une vraie Japo­naise propo­sée à un tarif plutôt serré. À consi­dé­rer donc, cet instru­ment mérite un essai si vous cher­chez une RG, et d’être compa­rée à ses cousines !

[+] construc­tion irré­pro­chable
[+] vibrato Edge Zero
[+] instru­ment très facile à jouer
[+] l’at­taque supplé­men­taire appor­tée par la touche en érable
[+] livrée en flight­case

[-] sono­ri­tés rela­ti­ve­ment neutres, manque de person­na­lité en saturé
[-] micro central pouvant gêner l’at­taque du média­tor chez certains
[-] fini­tion pas au goût de tout le monde (auquel cas, se tour­ner vers la RG 2550MZ)


Points forts
  • construction irréprochable
  • vibrato Edge Zero
  • instrument très facile à jouer
  • l'attaque supplémentaire apportée par la touche en érable
  • livrée en flightcase
Points faibles
  • sonorités relativement neutres, manque de personnalité en saturé
  • micro central pouvant gêner l'attaque du médiator chez certains
  • finition pas au goût de tout le monde (auquel cas, se tourner vers la RG 2550MZ)

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.