Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
pédago
78 réactions

La compression dans la guerre du volume

La Loudness War, 2e partie

Continuons notre série sur la course au volume, en nous attardant aujourd’hui sur la compression. Mais pas que.

Accéder à un autre article de la série...

Après s’être révélé indis­pen­sable chez les diffu­seurs radio (et la télé nais­sante), le compres­seur/limi­teur va commen­cer à prendre une part très impor­tante dans la produc­tion musi­cale, à partir de la géné­ra­li­sa­tion de l’en­re­gis­tre­ment multi­piste (voir Multi­piste, une pratique plus ancienne qu’on ne le croit), dans lequel le groupe ne sera plus seule­ment une entité sonore globale, mais aussi un ensemble d’ins­tru­men­tistes trai­tés sépa­ré­ment, permet­tant un plus grand contrôle du volume et de la dyna­mique de chacun, et des autres trai­te­ments, équa­li­sa­tion, spatia­li­sa­tion, etc.

L’enre­gis­tre­ment multi­piste n’a rien de néga­tif en soi, la volonté de la quasi-tota­lité des ingé­nieurs du son des années 50 jusqu’au milieu des années 80 ayant été de pouvoir travailler de façon plus précise sur une musique diffé­rente, puisque le mélange acous­tique, élec­trique et synthé­tique (avec l’ar­ri­vée des premiers synthés et instru­ments élec­triques et élec­tro­mé­ca­niques) a imposé une autre vision du mixage, tout du moins une façon diffé­rente de trai­ter des éléments, le son d’un groupe, d’un orchestre ne dépen­dant plus seule­ment de l’art de l’or­ches­tra­tion et du rapport patiem­ment élaboré des pupitres entre eux, mais de l’ar­ri­vée d’ins­tru­ments capables, grâce à l’am­pli­fi­ca­tion, de surpas­ser en volume possible tous les autres instru­ments.

Wah, c’est vache­ment dyna­mique ! 

Combien de fois a-t-on entendu ce contre­sens à propos d’une musique super compres­sée, donc souvent très forte (même à niveau faible, on y revien­dra), pour décrire ce qui est l’exact inverse de la dyna­mique ? Ou, in extenso, la plage dyna­mique, c’est-à-dire la four­chette comprise entre les moments les plus faibles et les moments les plus forts de la musique, du son (on redé­fi­nira tout ça plus tard). 

La loudness war

Une bonne gestion de la dyna­mique, c’est d’abord l’af­faire de l’ins­tru­men­tiste, puisque c’est lui et lui seul qui, au départ, gèrera ses propres nuances : c’est même à la base de toute inter­pré­ta­tion. Je prends souvent l’exemple absurde d’un joueur de piano qui joue­rait toujours avec la même force, l’in­gé­nieur du son ayant placé 88 micros sur les ensembles de cordes de l’ins­tru­ment se char­geant ensuite de créer de la dyna­mique en bais­sant ou montant les volumes (ce qui ne suffi­rait pas, bien sûr, mais n’ou­blions pas que c’est une démons­tra­tion par l’ab­sur­de…). Or, l’ap­pli­ca­tion de surcom­pres­sion audio (à ne pas confondre avec la compres­sion de données, qui résulte en un allè­ge­ment du poids des fichiers, et non en une modi­fi­ca­tion de leurs nuances, voir Compres­sion, de quoi ?) revient à nier tota­le­ment l’ex­pres­si­vité du musi­cien, les nuances de la musique, sa respi­ra­tion, avec des consé­quences drama­tiques sur la qualité même du son et sur nos oreilles.

Qu’est-ce qui a bien pu justi­fier que l’on passe en 30 ans, après des décen­nies de travail atten­tionné sur le son, de ça :

À ça ?

Compres­sion, de quoi ?

Cela semble couler de source, mais l’on rencontre encore souvent des confu­sions en ce qui concerne la notion de « compres­sion ».

Cela est dû à l’uti­li­sa­tion de la forme abré­gée pour parler des deux compres­sions : l’une est une compres­sion de dyna­mique (celle effec­tuée quand on utilise un trai­te­ment de la dyna­mique, famille regrou­pant compres­seurs, limi­teurs, expan­deurs, tran­sient shapers, etc.), l’autre une compres­sion de données (celle mise en œuvre lorsque l’on cherche à réduire le poids d’un fichier, quel qu’il soit, afin de faci­li­ter sa trans­mis­sion, notam­ment par inter­net).

La première permet, entre autres, de réduire les écarts entre moments faibles et moments forts d’un fichier audio, résul­tant en une possible augmen­ta­tion du volume global. La seconde, conçue à l’ori­gine pour remé­dier aux faibles débits des premiers proto­coles de commu­ni­ca­tion via inter­net, permet de réduire de façon parfois très signi­fi­ca­tive le poids d’un fichier, et donc le débit néces­saire pour le trans­fé­rer d’un point à un autre (ou le lire en strea­ming). 

Pour l’au­dio comme pour d’autres médias, le débit par seconde se mesure en kbit/s (ou kb/s, sauf flux multi­ca­nal en très haute réso­lu­tion) ; par exemple, pour un fichier stéréo en 16 bits/44,1 kHz (Wav ou AIFF), le débit est à peu près de 1412 kb/s (et de 2117 kb/s pour sa version en 24 bits). Quand on parle de MP3 128, d’AAC 256, le nombre indique son débit, soit 128 kb/s et 256 kb/s. Quand on les compare à ceux de l’au­dio non compressé (compres­sion de données !), on comprend que de nombreuses choses ont été perdues entre les deux états du fichier audio. Avec quelle inci­dence sur la qualité intrin­sèque de l’au­dio ? On y revien­dra…

Multi­piste, une pratique plus ancienne qu’on ne le croit

La loudness war

D’au­cuns datent l’en­re­gis­tre­ment multi­piste des essais effec­tués par Les Paul dans les années 50 avec son enre­gis­treur maison Ampex ou aux albums des Beatles réali­sés avec des quatre-pistes (lire l’ex­cellent En studio avec les Beatles de Geoff Emerick et Howard Massey, chez Le Mot Et Le Reste). Or, dès l’aban­don des moyens acous­tiques et méca­niques, et avec l’ar­ri­vée des procé­dés élec­triques, des enre­gis­tre­ments ont utilisé l’over­dub­bing (super­po­si­tion de prises de son) dès la fin des années 20, notam­ment chez RCA Victor. L’his­to­rique maison de disques et d’édi­tion a ainsi procédé à l’ajout de parties orches­trales sur des enre­gis­tre­ments piano-voix de Caruso, célèbre chan­teur lyrique de l’époque, après la mort de l’ar­tiste.

Et du côté de l’in­dus­trie ciné­ma­to­gra­phique, un de ses rares véri­tables génies, Rouben Mamou­lian, pratiquera dès 1929 « l’en­re­gis­tre­ment sur deux canaux et les over­dubs dans Applause. » 1

D’ailleurs, saviez-vous que la vitesse de rota­tion des vinyles longue durée, c’est-à-dire 33 tours 1/3 par minute, vient de cette même indus­trie, lorsque les tenta­tives de synchro­ni­sa­tion image-son hési­taient entre un procédé méca­nique (Vita­phone, asso­cia­tion projec­teur-phono­graphe) et un autre, optique (Movie­tone, fixa­tion optique du son sur pelli­cule déve­lop­pée par Theo­dore Case et la Fox) ? Pour les tenants du Vita­phone (la Warner), les durées des « disques » dispo­nibles à l’époque n’étaient pas suffi­santes pour tenir la durée d’une bobine de film (10 mn). Le choix était possible entre agran­dir la surface du disque (ajou­tant à sa déjà grande fragi­lité) ou ralen­tir sa vitesse de rota­tion. La seconde option fut donc choi­sie… Enter le 33 tours !

1 – Kathryn Kali­nak, Film Music, A Very Short Intro­duc­tion, Oxford UP, 2010.

← Article précédent dans la série :
Tueurs d’oreilles
Article suivant dans la série :
Les conséquences de la guerre du volume →

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.