Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
pédago

Les micros différents

Les micros pour guitare et basse - 5e partie

Un micro actif, c’est un micro normal, mais actif. Vous me suivez ? Non ?

Accéder à un autre article de la série...

Les micros actifs

Reve­nons au prin­cipe de base du micro : l’os­cil­la­tion de la corde dans le champ magné­tique génère un signal élec­trique de tension et inten­sité très faible. Le dispo­si­tif est entiè­re­ment passif, c’est-à-dire qu’il n’a pas besoin d’être alimenté en courant pour fonc­tion­ner. Revers de la médaille : le signal est très faible, d’im­pé­dance très élevée, bref il est très vulné­rable à toutes les sortes de para­sites élec­triques et élec­tro­ma­gné­tiques que l’on a évoqués en début d’ar­ticle.

Inter­vient ici une idée simple : pourquoi ne pas ampli­fier le signal, avant qu’il ne commence son long voyage le long des câbles jusqu’a l’am­pli, parfois au travers de pédales d’ef­fets ? Pour ampli­fier un signal élec­trique, il faut le passer dans un circuit élec­tro­nique qui va lui four­nir de l’éner­gie (plus de tension, plus d’in­ten­sité) et abais­ser son impé­dance. Bref, le rendre plus fort. C’est égale­ment à cela que sert une boîte de direct (ou DI) si souvent utili­sée sur scène ou en studio. Mais pour cela, il faut une source d’éner­gie : une pile 9 volts fera l’af­faire, c’est assez compact pour tenir dans une guitare tout en étant assez puis­sant pour auto­ri­ser un circuit élec­tro­nique ambi­tieux. Et pour aller au bout du concept, il faut ampli­fier le signal le plus tôt possible : dès la sortie de la bobine, à l’in­té­rieur même du « micro » lui-même. Un micro actif est donc essen­tiel­le­ment la même chose qu’un micro passif, mais avec un préam­pli inté­gré au dispo­si­tif.

Les micros pour guitare et basse

À partir de cette idée simple, les premiers fabri­cants de micros actifs (EMG) ont proposé des micros qui, du point de vue aimants et bobi­nage, ont des carac­té­ris­tiques étranges. Les micros sont très nette­ment sous bobi­nés, le nombre de tours de fils est beau­coup plus faible qu’un micro passif, ce qui donne un micro qui d’après la théo­rie, a une réponse en fréquence et une dyna­mique plus élevées que des micros tradi­tion­nels, mais au prix d’un signal de sortie très très faible, bien plus faible qu’un micro passif tradi­tion­nel. De tels micros, utili­sés en passifs, seraient en perma­nence couverts par un bruit de fond insup­por­table. Mais dans la mesure où un circuit actif vient boos­ter sévè­re­ment le signal dès la sortie de la bobine, le signal en sortie du « micro » (dans ce cas, l’en­semble micro + circuit actif) est au moins compa­rable à un micro passif tradi­tion­nel, voire plus élevé. Et surtout, beau­coup moins sensible aux para­sites divers et variés le long du trajet dans les câbles. Dans l’ab­solu, on peut imagi­ner décli­ner ce design pour tous types d’ai­mants et tous types de bobi­nage, en cali­brant le circuit actif inséré dans le micro pour compen­ser le niveau de sortie. On peut imagi­ner qu’il a fallu à EMG de nombreux proto­types avant de caler leur concept.

Les micros actifs sont-ils froids ? Ça, c’est un autre débat. EMG a posi­tionné sa marque de fabrique dans ses premiers modèles (dans les années 80) sur une réponse en fréquence éten­due et un fort volume de sortie. Un bobi­nage faible compensé par un circuit actif, des aimants en céra­mique… des ingré­dients inno­vants à l’époque, un son diffé­rent. Depuis, ils proposent aussi le même concept décliné dans des formules plus orien­tées « vintage » avec aimants en alnico, tout en gardant leur concept du micro actif peu sensible aux para­sites. Un micro actif est-il néces­sai­re­ment plus « sec », « froid », que son équi­valent passif à type de bobines et d’ai­mants équi­valent ? Je vais lais­ser vos oreilles en juger, si vous parve­nez à faire abstrac­tion de l’en­semble du reste de la chaîne entre les micros et vos oreilles…

Micro actif ou instru­ment actif : gare à la confu­sion

Il ne faut pas confondre un micro dit « actif » selon le prin­cipe exposé ci-dessus, et un instru­ment dit « actif » en raison de la présence d’un circuit élec­tro­nique de préam­pli­fi­ca­tion. En effet, chez les bassistes prin­ci­pa­le­ment, mais chez certains guita­ristes aussi (David Gilmour sur certaines de ses Strats pour citer le plus connu), sont appa­rus à la fin des années 70 des circuits actifs (préam­plis), qui proposent de rendre deux services :

  • ampli­fier le signal de sortie des micros, pour le rendre plus fort en inten­sité et abais­ser son impé­dance, le tout le rendant moins sensible aux para­sites (idée simi­laire à l’uti­li­sa­tion d’une DI)
  • ajou­ter des correc­tions d’éga­li­sa­tion qui peuvent non seule­ment couper des fréquences, mais aussi les boos­ter : un circuit passif de correc­tion des fréquences, couram­ment appelé tona­lité, ne peut que couper, mais pas boos­ter, il faut une source d’éner­gie dans un circuit pour augmen­ter un signal, aussi bien de manière globale que centré sur certaines fréquences.

Un tel circuit actif (ou préam­pli actif) n’est pas la même chose qu’un micro actif. Les deux sont cumu­lables, mais pas forcé­ment liés. La très grande majo­rité des basses actives utilise des micros passifs tout à fait tradi­tion­nels, qui sont bran­chés ensuite sur un circuit actif qui est alimenté par une (parfois deux) pile(s) 9 volts, mais dans l’ab­solu ce circuit actif pour­rait être ôté de la basse et les micros fonc­tion­ne­raient en passif de manière clas­sique.

Réci­proque­ment, une basse ou une guitare peut compor­ter des micros actifs, mais le reste de l’élec­tro­nique peut être compo­sée d’élé­ments passifs (volume et tona­lité) qui n’ont pas besoin d’une alimen­ta­tion pour fonc­tion­ner. La valeur des compo­sants passifs (poten­tio­mètres) est adap­tée au volume et à l’im­pé­dance de sortie des micros actifs, mais le circuit élec­tro­nique lui-même n’a pas besoin de la pile. En revanche, sans pile les micros eux ne fonc­tion­ne­ront pas…

Bien sûr, on peut tout de même cumu­ler dans le même instru­ment, micros actifs et circuit de préam­pli actif. À noter que souvent dans ce cas, il s’agira souvent d’un préam­pli spéci­fique­ment conçu pour trai­ter le signal des micros actifs, et que l’on ne pourra donc pas réuti­li­ser dans un autre instru­ment compor­tant des micros passifs.

Piezo-élec­triques, optiques, capteurs midi pour guita­re…

Les micros pour guitare et basse

Mon topo ne serait pas complet si je n’évoquais pas les alter­na­tives. En matière d’ins­tru­ments élec­triques, ou élec­tro-acous­tiques, il s’agit essen­tiel­le­ment des micros piezo-élec­triques. Sans entrer trop dans le détail, ces micros basent leur prin­cipe sur la capta­tion des vibra­tions du corps de l’ins­tru­ment, et non l’os­cil­la­tion des cordes dans un champ magné­tique. Pour cette raison, ils sont indé­pen­dants de la nature des cordes et l’on retrouve ce type de micros sur des instru­ments à cordes métal­liques (guitare dite « folk », basse acous­tique) ou non (guitare « clas­sique » à cordes nylon, instru­ments « clas­siques » du quatuor quel que soit le choix des cordes de l’ins­tru­men­tiste, instru­ments tradi­tion­nels du monde entier avec autant de cordes que vous voulez). Du moment que l’ins­tru­ment vibre, un micro piezo-élec­trique pourra capter sa vibra­tion et la trans­for­mer en signal élec­trique. Y compris si l’ins­tru­ment est « solid body » : certaines guitares ou basses élec­triques possèdent des capteurs piezo-élec­triques pour obte­nir un son de type « acous­tique » en plus du son élec­trique.

D’autres alter­na­tives à la capta­tion magné­tique existent : des fabri­cants ont déve­loppé des capteurs optiques qui conver­tissent le mouve­ment des cordes dans un champ optique (plutôt que magné­tique) en courant élec­trique. Le procédé a dépassé la phase expé­ri­men­tale, on a pu le trou­ver notam­ment chez le fabri­cant de basses Light­wave. Le succès ne semble pas complè­te­ment au rendez-vous, mais le rendu sonore est loin d’être inin­té­res­sant.

Enfin, la capta­tion de la vibra­tion peut avoir pour fina­lité de géné­rer un courant élec­trique qui ne code pas direc­te­ment le son lui-même, mais plutôt du signal d’in­for­ma­tion : il s’agit des capteurs MIDI, basés essen­tiel­le­ment sur la tech­no­lo­gie des capteurs piezo-élec­triques, mais conver­tis­sant l’in­for­ma­tion sur chaque note de chaque corde (hauteur, durée, dyna­mique) vers le signal MIDI corres­pon­dant (pitch, durée, vélo­cité). À l’in­ter­face entre le monde du son analo­gique et l’uni­vers des machines, on trouve encore la néces­sité de capter la vibra­tion qui consti­tue le son avant de le travailler.

Conclu­sion

Nous avons vu ici l’en­semble des micros pour instru­ments élec­triques. On rappel­lera au passage qu’au­cun de ces dispo­si­tifs n’est à propre­ment parler un micro­phone, c’est-à-dire un capteur de la varia­tion ondu­la­toire de la pres­sion de l’air en un point donné (plus couram­ment appelé « son »). Le miracle quoti­dien qui consiste à trans­for­mer un mouve­ment méca­nique en élec­tri­cité, puis faire voya­ger ce courant dans un ensemble de circuits modi­fiant ce courant, pour finir par le réinjec­ter dans un autre dispo­si­tif trans­for­mant dans l’autre sens un courant en mouve­ment méca­nique suscep­tible de dépla­cer des masses d’air jusqu’à nos tympans, semble si banal qu’on en oublie la complexité des phéno­mènes qui entrent en jeu. Pour­tant, quand on décor­tique l’en­semble, je trouve qu’on en sort non pas écrasé, mais au contraire ragaillardi et motivé à animer un peu plus les élec­trons. Prenons donc ensemble nos capteurs, nos dispo­si­tifs vibra­toires, nos circuits et nos câblages, et faisons avec tout cela un peu d’émo­tion !

← Article précédent dans la série :
Les formats de micros

Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.