Devenir membre
Devenir Membre

ou
Connexion
Se connecter

ou
Agrandir
Ajouter ce produit à
  • Mon ancien matos
  • Mon matos actuel
  • Mon futur matos
Yamaha Tenori-on TNR-W
Photos
1/343

Test Yamaha Tenori-on TNR-W

test
Le jeu des leds musicales

Dans le milieu des instruments électroniques, quand on pense innovation, le nom de Yamaha ne vient pas spontanément à l’esprit ! Pourtant, la compagnie nippone fut l’auteur du premier synthé FM de l’histoire, le DX7. Alors histoire de nous prouver qu’on aurait tort de les prendre pour des passéistes, Yamaha commercialise le Tenori-On, sorte d’OSNI (Objet Sonore Non Identifié) improbable à la frontière entre l’instrument de musique et la console de jeu portable.

Dans le milieu des instru­ments élec­tro­niques, quand on pense inno­va­tion, le nom de Yamaha ne vient pas spon­ta­né­ment à l’es­prit ! Pour­tant, la compa­gnie nippone fut l’au­teur du premier synthé FM de l’his­toire, le DX7. Alors histoire de nous prou­ver qu’on aurait tort de les prendre pour des passéistes, Yamaha commer­cia­lise le Tenori-On, sorte d’OSNI (Objet Sonore Non Iden­ti­fié) impro­bable à la fron­tière entre l’ins­tru­ment de musique et la console de jeu portable.

tenorion

Au premier abord, on serait tenté de compa­rer le Tenori-on a des engins visuel­le­ment assez simi­laires, type contrô­leur midi (Monome par exemple). Même si effec­ti­ve­ment la matrice 16×16 du Tenori-On peut faire aller la réflexion dans ce sens, il propose bien plus qu’un simple contrôle midi. À la fois géné­ra­teur de sons, séquen­ceur aux multiples modes et lecteur d’échan­tillons, le Tenori-On en a donc bien plus sous les boutons que ce que l’on pour­rait croi­re…

Un peu d’his­toire et de philo­so­phie

Origi­nel­le­ment, le concept du Tenori-On fut déve­loppé par un membre du service R&D de Yamaha (secteur Motos !) sur son temps libre… Une fois les bases bien établies, c’est Toshio Iwai (illustre créa­teur d’ Elec­tro­Planc­ton sur Nintendo DS) qui fina­lise l’ins­tru­ment.  Adepte des perfor­mances sonores et visuelles, Toshio Iwai n’est pas vrai­ment musi­cien. C’est pour cette raison que l’un des axiomes de base du Tenori-on c’est qu’il n’est pas conçu spéci­fique­ment pour les musi­ciens, mais s’oriente aussi bien vers la perfor­mance visuelle qu’au­di­tive.  De ce fait, comme nous le verrons, l’ins­tru­ment connaît quelques lacunes sur des fonc­tions qu’on retrouve presque partout ailleurs. Cela ne l’em­pêche pas toute­fois de propo­ser une ergo­no­mie et des modes de jeu inno­vants !

Débal­lage

écran

À la prise en main, le Tenori-on est plus petit que ce que j’avais pu imagi­ner au vu des photos. Mais du coup, il est assez faci­le­ment mani­pu­lable. Côté qualité de fabri­ca­tion, il n’y a rien à redire. Même si encore une fois les photos vues ici et là lui prêtent un aspect plas­tique, il n’en est rien. La coque est en magné­sium verni, et donne une belle impres­sion de robus­tesse. D’ailleurs, cette coque très travaillée explique en grande partie le tarif élitiste !

Côté connec­tique, c’est assez succinct : Un line Out au format mini-jack servira à la fois au casque et à se bran­cher sur une sono. D’ailleurs, l’uti­li­sa­tion du casque s’avère être quasi obli­ga­toire, quand on entend la qualité sonore des 2 enceintes embarquées (1 Watt) dans l’ap­pa­reil, on se rend compte qu’elles ne pour­ront pas servir à autre chose qu’à un moni­to­ring succinct du son.

profil

J’en profite pour souli­gner qu’au­cun réglage direct du volume de sortie n’est dispo­nible, il faudra obli­ga­toi­re­ment passer un menu de la machine pour pouvoir y accé­der !

Au son s’ajoute le midi (IN et OUT) sous la forme d’un câble venant s’en­fi­cher dans une prise mini-din. En haut de l’ins­tru­ment, on trouve un empla­ce­ment pouvant accueillir une carte SD, ce qui vous permet­tra d’im­por­ter vos propres échan­tillons dans le Tenori-On à quelques restric­tions près comme nous le verrons par la suite.

L’ali­men­ta­tion du Tenori-On peut se faire via le trans­for­ma­teur fourni, ou plus simple­ment par 6 piles LR6 si on ne veut pas de fil à la patte ! Il est bien entendu possible d’uti­li­ser des accus rechar­geables, et l’au­to­no­mie est plutôt impor­tante (plusieurs heures), les LEDs utili­sées par l’ap­pa­reil étant rela­ti­ve­ment peu consom­ma­trices !

Prise de contrôle

Ca brille

Les 256 boutons (16×16) du Tenori-On sont bien entendu tactiles, mais unique­ment d’un côté, sur l’avant. En face arrière, seule l’illu­mi­na­tion est reprise afin que les spec­ta­teurs profitent eux aussi du show lumi­neux. En jeu, une pres­sion courte sur un bouton permet simple­ment de jouer un son et illu­mine briè­ve­ment le bouton, une pres­sion plus longue main­tient le bouton allumé et enre­gistre l’ac­tion dans le séquen­ceur. On ne peut plus simple donc. Peut-être un peu trop simple même puisqu’il n’existe aucune gestion de la vélo­cité, ni de l’af­ter­touch .

L’er­go­no­mie de jeu du Tenori-On repose à la fois sur la matrice de pads et 10 boutons, 5 de chaque côté de la machine. Lorsqu’on appuie sur l’un de ces boutons, les 256 pads cessent d’être d’émettre des notes pour deve­nir des contrô­leurs, permet­tant de chan­ger de layer, de son, de longueur de boucle, etc. Chaque mani­pu­la­tion étant clai­re­ment iden­ti­fiée sur l’écran du Tenori-On.

Les contrô­leurs du côté gauche (L1 à L5) inter­viennent plutôt au niveau de la « layer »  ou piste instru­ment. Les contrô­leurs du côté droit (R1 à R5) sont plus dédiés à l’en­semble « Block », ou du pattern, soit les 16 layers.

En bas de la machine, une grosse molette accom­pa­gnée de 2 boutons « OK » et « Cancel » permet de navi­guer à l’in­té­rieur des menus de réglage global du Tenori, parmi lesquels :

 

  • La gestion du Midi et de la synchro, sachant que le Tenori-On peut être para­mé­tré en Master ou en Slave
  • Les opéra­tions de sauve­garde et de rappel des blocks et morceaux (Songs)
  • La gestion des gammes repro­duites par les 256 boutons du Tenori. Par défaut, la machine est para­mé­trée en chro­ma­tique, chaque bouton étant séparé donc d’un demi-ton. D’autres modes sont acces­sibles, dont les modes majeurs, mineurs, etc. Ce qui permet d’adap­ter le jeu du Tenori-On à à peu près tous les envi­ron­ne­ments harmo­niques sans trop se poser de ques­tions sur les notes qu’on ne doit abso­lu­ment pas jouer ! C’est d’au­tant plus néces­saire qu’au­cune indi­ca­tion ne permet de faci­le­ment distin­guer une octave ou une note précise sur le Tenori-On !
Ces bases étant établies, rentrons un peu dans le détail de l’uti­li­sa­tion…

Des modes

AF

La première chose à faire est de choi­sir le mode de jeu parmi les 6 propo­sées par le Tenori. Ceux-ci sont répar­tis sur les 16 layers, acces­sibles en appuyant sur le bouton R1 (en haut à droite, si vous avez bien suivi). Sur une machine plus conven­tion­nelle, on choi­si­rait une layer et y applique­rions le mode de jeu voulu. Pas sur le Tenori ! Chaque layer possède son propre mode de jeu qu’il est impos­sible de chan­ger. Dommage ! (NDLR : les membres d’Au­dio­Fan­zine nous signalent qu’il est possible grâce à une fonc­tion cachée de modi­fier le mod de jeu de chaque layer. La procé­dure est décrite ici. Un grand merci à la commu­nauté)

On a donc 6 modes de séquence diffé­rents selon les layer:

  • Layer 1 à  7 : Mode Score. Le plus tradi­tion­nel des modes de jeu. La matrice servant de séquen­ceur clas­sique : De haut en bas, la hauteur de la note jouée, et de gauche à droite les 16 pas de la séquence.  Dans ce mode, la program­ma­tion d’ac­cords est possible
  • Layer 8 à 11 : Mode Random : Mon préféré !! Dans ce mode, le Tenori joue les notes dans l’ordre dans lesquelles elles sont rentrées quelque soit leur posi­tion sur  la matrice.  De plus, plus 2 notes rentrées consé­cu­ti­ve­ment sont éloi­gnées sur la matrice, plus le temps de pause entre les 2 sera long – et inver­se­ment ! Cerise sur le gâteau, en appuyant sur L4 et en impri­mant un mouve­ment de rota­tion au pattern, celui-ci se met à tour­ner. Du coup, le pattern devient un étrange arpé­gia­teur évolu­tif dans le temps
  • Layer 12 et 13 : Mode Draw : Ce mode est assez fun, mais avec des résul­tats parfois un peu aléa­toires. Ici, le Tenori-On enre­gistre et repro­duit en les super­po­sant toute action sur les boutons. Idéal pour les montées et descentes d’oc­taves !
  • Layer 14: Mode Bounce : Un mode « rebon­dis­sant » ! Chaque note enre­gis­trée dans le Tenori, par exemple, sur la 7e ligne, « tombera » vers les bas du Tenori et « rebon­dira » pour rega­gner sa ligne initiale. Un son sera joué à chaque fois que la note arri­vera sur la ligne la plus basse. Bien évidem­ment, une note enre­gis­trée bas « rebon­dira » bien plus souvent qu’une note enre­gis­trée sur une ligne supé­rieure. Le résul­tat peut donc être assez touffu là encore, surtout que le temps de rebond n’est abso­lu­ment pas lié au tempo du morceau !
  • Layer 15 : Mode Push : idéal pour les nappes ! Plus une note est main­te­nue enfon­cée long­temps, plus elle évoluera dans le temps.
  • Layer 16 : Mode solo : Comme son nom l’in­dique, ce layer est réservé à l’ex­pres­sion « sur l’ins­tant »  de l’ar­tiste, et de ce fait n’en­re­gistre aucune note !
Lire la descrip­tion de ces modes de jeu n’aide pas forcé­ment à se faire une idée claire ! Je vous conseille de regar­der cette petite vidéo accom­pa­gnant le test, car dans le cas du Tenori-On, une démons­tra­tion vaut mieux qu’un long discours.

 

 

Des sons bridés

Le mode de jeu ou layer souhaité étant sélec­tionné, on choisi ensuite le son qui sera joué, parmi les 256 (un par bouton lumi­neux) propo­sés, et ce, jusqu’à la limite de la poly­pho­nie, à savoir 32 notes. Le premier terme qui vient à l’es­prit lorsqu’ on écoute les diffé­rents patches propo­sés par le Tenori-On est « Japo­nais » ! On adore ou on déteste, mais c’est très typé. Des rémi­nis­cences de notre enfance passée sur les consoles de jeu nippones ressur­gissent à l’écoute.  14 Kits de batte­rie sont présents, parmi les « Blips », orgues, voix basses et autres pads qui composent l’es­sen­tiel des sons. Ne vous atten­dez tout de même pas à des sons extrê­me­ment réalistes !
la chose

On ne peut inter­ve­nir que de manière très succincte sur chaque son : Longueur de la note, Volume, Pano­ra­mique. Et c’est tout !  Ces para­mètres sont d’ailleurs géné­raux pour tout le layer. Par exemple, on ne peut pas augmen­ter la durée d’une seule note dans le layer. C’est toutes, ou aucune ! Il faudra donc s’as­su­rer que les sons du Tenori-On vous conviennent, car vous ne pour­rez pas vrai­ment inter­ve­nir dessus, sauf via l’uti­li­sa­tion de samples, ce que nous abor­de­rons un peu plus loin.

Il est aussi à noter que les Effets sont les parents pauvres du Tenori : seuls un Chorus et une réverbe sont dispo­nibles, peu para­mé­trables et unique­ment sur la sortie Master !

En utili­sa­tion

La prise en main du Tenori-On est extrê­me­ment rapide. Un petit coup d’œil à la doc succincte, mais suffi­sante permet de s’amu­ser avec chaque mode en 5 minutes. Le pari ergo­no­mique de faci­lité d’ac­cès même à des non-musi­ciens est vrai­ment réussi !
 Yamaha recom­mande de tenir ferme­ment le Tenori-On des deux mains, sur les côtés, en se servant des pouces pour mani­pu­ler les boutons. Théo­rique­ment c’est en effet possible, en pratique, certaines mani­pu­la­tions sont faci­li­tées si le Tenori repose sur un support quel­conque !

Une fois qu’on maitrise la bête, le Tenori-On devient  un jouet d’un très haut niveau de Fun. On se rend très vite compte que les réflexes de musi­ciens ne sont pas les bons. On a presque plus inté­rêt à se lais­ser guider par ses yeux que par son oreille. Les formes s’en­chaînent, les lumières explosent, l’objet à un côté hypno­ti­sant bien réel. La perfor­mance est aussi bien visuelle que sonore, aucun des deux ne prenant le pas sur l’autre. En tous points, le Tenori-On est diffé­rent des instru­ments élec­tro­niques clas­siques.

Des fonc­tions

Parmi les fonc­tions les plus inté­res­santes, on peut citer celles-ci :
Côté

Il est possible d’en­chai­ner les « blocks » ou patterns au sein d’un mode « song » qui peut conte­nir 16 blocks. La touche R5 permet­tant de passer d’un block à l’autre, de copier une layer d’un block à un autre par un habile jeu de cligno­te­ments. Très ergo­no­mique et super pratique ! Les varia­tions sur un même thème en sont faci­li­tées et flui­di­fiées.

Au sein d’un block, il est possible via la touche R4 d’ac­cé­der à un mode de gestion des volumes de chaque layer avec une sorte de « table de mixage » verti­cale. On peut égale­ment modi­fier la longueur de bouclage d’une layer (16 pas à l’ori­gine) via le bouton L4 (en mode score). On gère de la même façon les chan­ge­ments d’oc­tave d’une layer (L3) ou de tout le bloc (R3).

Pour donner encore plus d’in­té­rêt au Tenori-On, on peut égale­ment étendre sa gamme des sons, via 2 méthodes.

La première consiste à rempla­cer les 3 rangées de Patchs infé­rieures par des samples, via une carte mémoire SD. Un logi­ciel très simple d’uti­li­sa­tion s’ins­tal­lant sur Mac et PC permet de gérer ses échan­tillons et de les affec­ter aux diffé­rents patches.  Il existe toute­fois des limi­ta­tions : chaque sample est limité à 0.93 seconde, on sera donc essen­tiel­le­ment  restreint à des sons courts et percus­sifs. De plus, aucune action sur la durée de la note ou sa hauteur n’est possible. Le Tenori-On est donc un lecteur de samples très basique.

La seconde consiste à faire pilo­ter des instru­ments externes par le séquen­ceur du Tenori-On. Certes, l’in­verse est possible, mais à mes yeux a beau­coup moins d’in­té­rêt que le fait de pouvoir utili­ser les modes de jeux inno­vants du Tenori-On sur des sons un peu plus larges ! Utili­ser le mode Random sur un patch Reak­tor arpégé est une révé­la­tion ! De plus, tous les délires sont possibles. Par exemple, rien n’em­pêche de trans­for­mer les instruc­tions Note On / Note Off du Tenori-On en Control change (via l’uti­li­sa­tion d’un logi­ciel comme Midi Tools) et ainsi créer des contrôles d’en­ve­loppes ou de filtres inédits et chan­geants !

Conclu­sion

bizarre

Le Tenori-On est vrai­ment à part, tout à la fois très limité sur certains aspects et complè­te­ment barré sur d’autres. Ce qui désta­bi­lise le plus le musi­cien moyen, c’est qu’on se rend vite compte qu’il n’est juste­ment pas fait en premier lieu pour des musi­ciens. De grosses lacunes fonc­tion­nelles sautent aux yeux de l’afi­cio­nado des instru­ments élec­tro­niques : pas de possi­bi­lité d’édi­ter les sons, gestion des samples basique, etc. Il faut donc chan­ger ses confor­tables habi­tudes et se lais­ser faire par l’ins­tru­ment, raison­ner autant sur l’as­pect visuel que sonore. Les diffé­rents modes de jeu ouvrent des pers­pec­tives origi­nales et fort heureu­se­ment la gestion du midi permet d’étendre les possi­bi­li­tés de l’en­gin. Reste que l’in­no­va­tion et l’ori­gi­na­lité ont un prix. À 900 euros envi­ron, et même si la qualité de fabri­ca­tion est très bonne, les limi­ta­tions commencent à sérieu­se­ment peser sur le porte­feuille. Mais cet instru­ment a un effet « coup de cœur » non négli­geable, et a de plus été adopté par de nombreux artistes, dont Bjork ou Tryo. Alors, émettre un avis sans appel relève très forte­ment de la subjec­ti­vité. Soit on rentre de plain-pied dans l’uni­vers décalé du Tenori-On, en accep­tant ses limi­ta­tions, soit on en revient à un instru­ment plus clas­sique. Moi, j’ai choisi : je suis fan ! et vous ?

 

Points forts
  • Haut niveau de fun
  • Instrument atypique et original
  • Modes de jeu innovants
  • Prise en main super rapide
  • Un vrai show son et lumières en live
Points faibles
  • Pas mal de limitations et de lacunes fonctionnelles
  • Lecteur de sample un peu basique
  • Les sons : On adore ou on déteste
  • Prix assez élitiste malgré une très bonne finition
Soyez le premier à réagir à cet article

    Vous souhaitez réagir à cet article ?

    Se connecter
    Devenir membre
    cookies
    Nous utilisons les cookies !

    Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
    Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement
    Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
    Google Analytics
    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
    Publicités
    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

    Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

    Tous nos cookies
    Cookies non soumis à consentement

    Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

    Google Analytics

    Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

    Publicités

    Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


    Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
    Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.