Devenir membre
Devenir Membre

ou
Continuer avec Google
Connexion
Se connecter

ou
Se connecter avec Google
All About That Bias
Partager cet article

Cette semaine, on s'attelle à une grosse question technique des amplis de guitare (et basse) : le biasing ! Un sujet sur lequel les faits techniques sont souvent effacés par les opinions très tranchées, voire ésotériques. Alors essayons de débroussailler un peu le sujet.

Tube de puissance EL34On conti­nue donc cette série sur les tubes en repre­nant le format des ques­tions simples auxquelles nous tentons d’ap­por­ter une réponse. Comme d’ha­bi­tude, cet article n’est pas spécia­le­ment orienté « tech­nique », même s’il contient un certain nombre de consi­dé­ra­tions tech­niques que j’ai tenté de vulga­ri­ser autant que possible.

Pour cet article, on va se concen­trer sur un « gros » sujet : le bias. Derrière ce terme anglo­phone, se cachent à la fois des ques­tions de fonc­tion­ne­ment, de sono­rité, de préfé­rence musi­cale mais aussi de consom­ma­tion d’éner­gie et donc d’éco­no­mie et d’éco­lo­gie. 

Mais déjà, c’est quoi le bias ?

Qu’est-ce que c’est, le bias ?

Réponse : dans un ampli à tubes, le bias défi­nit le point de fonc­tion­ne­ment des tubes de puis­sance quand aucun signal ne passe par l’am­pli. En d’autres termes, il s’agit de l’in­ten­sité du courant qui traverse ces tubes hors modu­la­tion appor­tée par le signal sonore.

Amplification dans une triodeComme nous l’avons vu dans l’ar­ticle précé­dent, le fonc­tion­ne­ment d’un tube comme élément ampli­fi­ca­teur repose sur un courant, généré entre deux élec­trodes (l’anode et la cathode), courant qui va être contrôlé par une troi­sième élec­trode (la grille). L’ap­pli­ca­tion d’un signal audio à cette grille (que l’on peut consi­dé­rer comme l’en­trée du tube) va permettre de modu­ler ce courant. Le courant main­te­nant modulé permet­tra de géné­rer au niveau de l’anode (la sortie du tube) une tension, qui sera la repro­duc­tion exacte du signal audio à l’en­trée du tube, mais ampli­fiée. 

NB : Remarquez que je n’ai pas encore expliqué exac­te­ment comment cela ampli­fie le signal. Je me suis contenté d’ex­pliquer comment ça le repro­duit à la sortie. Pourquoi est-ce que le signal est plus fort à la sortie ? L’ex­pli­ca­tion du fonc­tion­ne­ment du tube comme système d’am­pli­fi­ca­tion sera pour un prochain article. 

À partir de l’ex­pli­ca­tion four­nie ci-dessus, on peut conclure la chose suivante : si l’ap­pli­ca­tion d’une tension à la grille (dans notre cas, cette tension est un signal audio) permet de contrô­ler l’in­ten­sité du courant à travers le tube, alors cette grille peut aussi être utili­sée pour régler une sorte « d’in­ten­sité de base » du courant dans le tube : une sorte de point de départ, d’état stable, à partir duquel le tube pourra « travailler » lorsqu’il rece­vra un signal audio.

C’est ça le bias. Préci­sons au passage qu’un terme français existe : le courant de repos.

Pour régler cette « inten­sité de base » du courant dans le tube, on applique à la grille une petite tension néga­tive (petite rela­ti­ve­ment à la tension d’anode) : par exemple, autour de –2V pour un tube de préam­pli­fi­ca­tion (pour une tension d’anode de 200V envi­ron). En vérité, aucune valeur de réfé­rence ne peut être donnée sans contexte : la tension de réglage du bias est entiè­re­ment dépen­dante de la tension d’anode – elle se choi­sit en fonc­tion de celle-ci.

Cette petite tension néga­tive s’ap­pelle : en anglais bias voltage, en français pola­ri­sa­tion de grille.

NB : dans un ampli à tubes on règle le bias pour les tubes de puis­sance, mais bien entendu tous les tubes ont cet « état stable », y compris les tubes de préam­pli­fi­ca­tion. Dans leur cas, le bias est réglé par les compo­sants choi­sis dans le circuit. Modi­fier le bias revien­drait donc à rempla­cer certains compo­sants.

Pourquoi régler le bias ? 

Réponse : Il y a plusieurs raisons de régler le bias (fastoche comme réponse), alors listons-les. En premier lieu, un tube n’est pas un dispo­si­tif au compor­te­ment linéaire. Qu’est-ce que cela veut dire ? Pour bien l’ex­pliquer, je vais donner un exemple : un tube de préam­pli­fi­ca­tion 12AX7 rece­vant à son anode une tension de 200 volts sera traversé par un courant d’une inten­sité de 0,5 milli­am­père. Si l’on augmente la tension d’anode de 50 volts (250 volts) l’in­ten­sité du courant augmen­tera de 0,9 milli­am­père (et atten­dra 1,4 milli­am­père). Si l’on augmente à nouveau la tension d’anode de 50 volts (300 volts) l’in­ten­sité augmen­tera cette fois-ci seule­ment de 0,7 milli­am­père.

C’est bien simple, d’ailleurs, son compor­te­ment est repré­senté sous forme de courbes et non de droites (ici, un tube 12AX7) : 

Courbes de tube 12AX7

En résumé, toute modi­fi­ca­tion appor­tée à une des variables ne se repor­tera pas sur les autres variables selon un ratio fixe. Dans de telles condi­tions, il est néces­saire de trou­ver le « point de fonc­tion­ne­ment » où les varia­tions de tension impo­sées par le signal audio occa­sion­ne­ront des varia­tions de courant les plus égales possibles, permet­tant une repro­duc­tion fidèle du signal. 

Il y a une autre raison tech­nique impor­tante : régler le bias permet de choi­sir la classe de fonc­tion­ne­ment de l’am­pli­fi­ca­teur.

Expli­ca­tion rapide : 

Le courant traver­sant un tube occa­sionne une dissi­pa­tion de chaleur au niveau de l’anode. Plus l’in­ten­sité du courant est élevée, plus l’anode chauf­fera, et dissi­pera donc une partie de la puis­sance produite sous forme de chaleur. Cette dissi­pa­tion peut être consi­dé­rée comme une perte éner­gé­tique : une partie de la puis­sance géné­rée par le tube dispa­raît sous forme de chaleur, et non de puis­sance sonore.

Chaque type de tube à une dissi­pa­tion anodique maxi­male. Au-delà, le tube surchauffe (voir l’en­ca­dré ci-dessous)

Le réglage du bias permet de déci­der à quel point le tube travaillera proche de sa dissi­pa­tion maxi­male. 

Classe A

  • En classe A, un tube est proche de cette dissi­pa­tion maxi­male.
  • En classe A, un tube rendra à sa sortie l’in­té­gra­lité du signal présenté à son entrée.
  • Pour ce qui est des tubes de puis­sance, en classe A, au moins 50 % (souvent plus) de la puis­sance déve­lop­pée par le tube sera dissi­pée (perdue) sous forme de chaleur. Pour cette raison, la classe A souffre d’un manque impor­tant d’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique.
  • Tous les amplis ne possé­dant qu’un seul tube de puis­sance opèrent en classe A. 

Classe A

Classe B

  • En classe B, un tube est biasé de façon à ce qu’au­cun courant ne traverse le tube, hors présence d’un signal audio. On obtient cela en appliquant à la grille une tension néga­tive assez forte pour couper tout passage du courant dans le tube.
  • Lorsqu’un signal audio est appliqué à l’en­trée (par exemple une sinu­soïde pure) la moitié posi­tive du signal permet­tra de réta­blir un peu de courant dans le tube, tandis que l’autre moitié de la sinu­soïde (la moitié néga­tive) n’oc­ca­sion­nera aucun courant.
  • Ainsi, en classe B, un tube ne repro­duit à sa sortie que la moitié du signal d’en­trée.
  • On est donc le plus loin possible de sa dissi­pa­tion maxi­male. Au contraire même, sans signal, aucune puis­sance n’est dissi­pée.

Classe B

Classe AB

  • Les amplis fonc­tion­nant avec des paires de tubes de puis­sance (en push-pull), travail géné­ra­le­ment en classe AB, qui est un mélange de la classe A et de la classe B.
  • En classe AB, un peu plus de la moitié du signal est repro­duit à la sortie du tube.
  • Presque touts les amplis possé­dant des tubes de puis­sance par paire travaillent en classe AB. Ce système en push-pull permet­tra à un tube de repro­duire une moitié du signal, et à l’autre tube de repro­duire l’autre moitié. Les deux moitiés du signal seront « recom­po­sées » à la sortie en un seul signal audio.
  • On comprend faci­le­ment que la classe AB permet d’éco­no­mi­ser pas mal de puis­sance, puisque l’on règle le bias pour être entre 50% et 70% de la dissi­pa­tion maxi­male.

Classe AB

Qu’est-ce qui sonne mieux ?

Les forums regorgent d’opi­nions diver­gentes quant au bon réglage du bias pour un ampli­fi­ca­teur : plutôt hot, plutôt cold ? Voici quelques faits. 

Un ampli push-pull biasé trop froid peut produire ce qu’on appelle de la distor­sion de croi­se­ment. Cette distor­sion n’existe qu’en classe B, elle appa­raît lorsque moins de la moitié du signal d’en­trée est repro­duit à la sortie (lorsqu’on approche de ce que l’on appelle la classe C). Cette distor­sion est parti­cu­liè­re­ment indé­si­rable, aussi bien au plan tech­nique que sonore.

Un ampli push-pull au bias plutôt « chaud » (vers 70 % de sa dissi­pa­tion totale, certains osent monter vers 80 %) permet­tra un maxi­mum de headroom pour l’am­pli de puis­sance (ce qui ne signi­fie pas que l’am­pli ne pourra pas satu­rer, rassu­rez-vous). Certains prisent parti­cu­liè­re­ment la richesse harmo­nique appor­tée par ce réglage, qui permet d’ob­te­nir des sons clairs qui restent « chauds », et une distor­sion parti­cu­liè­re­ment « douce » à l’oreille. Toute­fois il faut rappe­ler que plus un ampli est réglé ainsi, plus les tubes vont se fati­guer rapi­de­ment. De plus, l’am­pli aura une consom­ma­tion élec­trique plus impor­tante. 

Il existe un compro­mis entre un biasing « froid » et un biasing très « chaud » : régler un ampli vers 50 % (60 % au maxi­mum) de dissi­pa­tion permet­tra de dimi­nuer la consom­ma­tion d’élec­tri­cité ainsi que de tube de puis­sance, tout en assu­rant à l’am­pli­fi­ca­teur un headroom adéquat.

Puis-je régler le bias moi-même ?

Réponse : NON. non, non, non.

Et c’est bien dommage, car, si l’on veut bien faire les choses, le bias devrait être réglé à chaque chan­ge­ment des tubes de puis­sance. Car non seule­ment un tube n’est pas linéaire, mais chaque tube à sa petite non-linéa­rité bien à lui. 

Alors oui, il existe des appa­reils très pratiques, qui s’ins­tallent sur les supports des tubes de puis­sance et qui permettent, sur certains amplis, de visua­li­ser le bias sans avoir besoin de bran­cher un multi­mètre à l’in­té­rieur de l’am­pli. Mais… 

Potentiomètre réglage biasDeux diffi­cul­tés impor­tantes font que cette opéra­tion reste large­ment un domaine réservé aux profes­sion­nels. Premiè­re­ment, comme on le voit bien dans cet article, le choix du bias ne se limite pas à une préfé­rence audi­tive. Une certaine connais­sance de l’élec­tro­nique et de ses calculs reste néces­saire pour faire des choix infor­més en matière de bias. L’autre diffi­culté, encore plus impor­tante, est qu’un ampli à tube contient des courants et des tensions mortel­le­ment dange­reux, MÊME UNE FOIS L’AM­PLI ÉTEINT ET DÉBRAN­CHÉ ! Il va donc sans dire que tout réglage qui néces­site l’ou­ver­ture de l’am­pli­fi­ca­teur doit se faire selon une procé­dure de sécu­rité.

De plus, il faut le préci­ser, il y a deux modes d’im­plé­men­ta­tion du bias dans un ampli : le fixed bias (pola­ri­sa­tion réglable) où le réglage se fait grâce à un poten­tio­mètre ; le cathode bias (pola­ri­sa­tion catho­dique), où le bias se règle grâce au chan­ge­ment d’une ou de plusieurs résis­tances dans l’am­pli.

En résumé, sur ce sujet, faites confiance à un profes­sion­nel.


Vous souhaitez réagir à cet article ?

Se connecter
Devenir membre
cookies
Nous utilisons les cookies !

Oui, Audiofanzine utilise des cookies. Et comme la dernière chose que nous voudrions serait de perturber votre alimentation avec des choses trop grasses ou trop sucrées, sachez que ces derniers sont fait maison avec des produits frais, bio, équitables et dans des justes proportions nutritives.
Ce que cela veut dire, c’est que les infos que nous y stockons ne visent qu’à simplifier votre usage du site comme à améliorer votre expérience sur nos pages et vous afficher des publicités personnalisées (en savoir plus).

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement
Il s'agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).
Google Analytics
Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer.
Publicités
Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.

Nous tenons à préciser qu’Audiofanzine n’a pas attendu qu’une loi nous y oblige pour respecter la vie privée de nos membres et visiteurs. Les cookies que nous utilisons ont en commun leur unique objectif qui est d’améliorer votre expérience utilisateur.

Tous nos cookies
Cookies non soumis à consentement

Il s’agit de cookies qui garantissent le bon fonctionnement du site Audiofanzine. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies. Exemples : cookies vous permettant de rester connecté de page en page ou de personnaliser votre utilisation du site (mode sombre ou filtres).

Google Analytics

Nous utilisons Google Analytics afin de mieux comprendre l’utilisation que nos visiteurs font de notre site pour tenter de l’améliorer. Lorsque ce paramètre est activé, aucune information personnelle n’est envoyé à Google et les adresses IP sont anonymisées.

Publicités

Ces informations nous permettent de vous afficher des publicités qui vous concernent grâce auxquelles Audiofanzine est financé. En décochant cette case vous aurez toujours des publicités mais elles risquent d’être moins intéressantes :) Nous utilisons Google Ad Manager pour diffuser une partie des publicités, des mécanismes intégrés à notre CMS pour le reste. Nous sommes susceptibles d’afficher des publicités provenant de notre propre plateforme, de Google Advertising Products ou encore de la régie Adform.


Vous pouvez trouver plus de détails sur la proctection des données dans la politique de confidentialité.
Vous trouverez également des informations sur la manière dont Google utilise les données à caractère personnel en suivant ce lien.